Afficher un message
Vieux 18/03/2014, 11h37   #27
den
Membre
Amas globulaire
 
Avatar de den
 
Date d'inscription: janvier 2006
Localisation: Rennes(35)
Messages: 4 815
Par défaut

Petite analyse pointeur/chercheur qui me trottait dans la tête depuis pas mal de temps...

Pour rester efficace au final en toutes circonstances et dans le meilleur confort possible, il faut un pointeur et un chercheur pour les raisons que l'on va voir.
En pointeur on peut prendre ce que l'on veut, laser, quickfinder ou autre.
En été j'utilise pas mal le laser monté à demeure, cela m'économise les vertèbres. Mais j'ai de toute façon, toujours un pointeur sommaire de ma fabrication associé à mon chercheur.
On est très vite à l'aise pour positionner l'oeil derrière les deux cercles concentriques et y amener la cible au centre.
On peut aussi le peindre en noir, cela se voit suffisamment sur le fond de ciel et évite d'être trop éclairé par la lune si on observe avec la lune derrière soi (cela peut se fabriquer avec deux joints fibres de plomberie, et pas besoins alors de le peindre en noir):



En hiver, c'est ce pointeur sommaire qui sert le plus souvent, et quand mon dos ou mes cervicales ne me permettent plus de l'utiliser, j'ai mon laser au chaud dans mon parka avec une petite adaptation qui permet de le poser momentanément sur l'oeilleton du chercheur et de projeter ainsi son rayon et pointer.
Chacun utilisera donc ce qui lui convient le mieux et en fonction des circonstances, mais un pointeur sans pile me semble quand même nécessaire de toute façon. On peut se contenter juste d'une petite barette ou d'un petit morceaux de tube collé quelque part sur le chercheur, cela sauve toujours la mise.

Ensuite pour le chercheur, un coudé à image totalement redressée pour les mêmes raisons médicales et pour pouvoir passer aisément et instantanément du chercheur à l'oculaire et inversement tout en restant confortablement assis.
Pour certains petits challenges que j'aime bien, ce chercheur optique coudé redressé est aussi indispensable, pour suivre l'ISS et autre satellites par exemple, l'ISS se voit aussi dans un chercheur de jour et on obtient alors de très belles vues quand on passe à l'oculaire du télescope.
Vénus et Jupiter peuvent aussi se trouver de jour au chercheur ainsi que les étoiles les plus brillantes, Sirius et Véga par exemple.
J'utilise un 8x50 chinois basique pas mal allégé coté monture et à mire modifiée pour laisser le champ libre au centre. la portion de champ dégagée peut être associé au champ d'un de vos oculaires.



Cela me permet de rester assis confortablement pendant mes recherches. le pointeur est aussi accessible de la position assise pour les objets proches les uns des autres. il faudra de toute façon bouger le siège si on change de zone.
Le positionnement de ces accessoires est assez important et demande quelques recherches et essais pour arriver au meilleur confort.



Certains préfèrent le chercheur droit car il peut aussi faire office de pointeur. Cela doit fonctionner mais difficile de chercher confortablement quand il faut avoir la tête à 90° de l'axe de l'oculaire. Cela implique de ne pas chercher assis et trop de déplacement pour se remettre en bonne position à l'oculaire, au moins pour moi, et je n'ai jamais vu grand monde de très efficace avec ce chercheur droit et ce d'autant plus si il faut suivre un cheminement précis.

D'autres se contentent d'un pointeur et terminent la recherche avec un oculaire grand champ sans passer par la case chercheur. Cela peut être une solution mais on se retrouve à effectuer de constant changements d'oculaires qui peuvent être pénibles, faire perdre la cible si on bouge le télescope pendant ces changements d'oculaires, et oblige à tout reprendre à zéro si on travaille à des grossissements importants et que l'on perd la cible durant le pointage ou le suivi.
Ces derniers jours par exemple ou les observations se cantonnaient à Jupiter, la lune, et où je me promenais sur toutes les étoiles doubles du coin et recherchant éventuellement de petits objets brillants, je n'ai utilisé que mes oculaires de petites focales (8, 5 et 2,5 mm) comme à chaque fois que la turbulence le permet et il m'aurait été pénible de devoir repasser par la case grande focale à chaque fois, surtout que vu la turbulence faible dont on a pu profiter ici, j'ai principalement utilisé le 2,5mm, et à 500x le chercheur m'a toujours permis de trouver facilement ma cible.

Quelques autres utilisations où le chercheur optique sera indispensable à mon avis : Recherche d'étoiles ou planètes en plein jour(Vénus et Jupiter sont de bons clients pour l'exercice), suivi et observation de l'ISS ou de divers satellites, suivi d'avions, d'oiseaux et des divers ovnis peuplant les cieux.
Ces dernières cibles mobiles seront bien plus faciles à observer si le passage du chercheur à l'oculaire se fait rapidement et simplement.

J'ai un 8x50 et un 6x30, et le 6x30 montre effectivement moins de choses, mais permet sans problème de trouver ce que l'on cherche. Cela demande parfois un peu plus d'extrapolation, alors que le 8x50, s'il ne laisse pas deviner l'objet, permet de s'en approcher vraiment au plus près.

Le 8x50 est aussi très bien en adéquation avec mes jumelles stabilisées 10x42 même s'il en montre moins.

Attention à l'achat de bien prendre un chercheur coudé à image totalement redressée, car on trouve aussi des chercheurs coudés simples qui redressent l'image sur un seul axe et laissent l'autre axe inversé : prise de tête garantie car pas de concordance possible avec le ciel et l'atlas et les mouvements des deux axes (on appelle souvent ce chercheur "le chercheur qui rend fou").
Les chercheurs sont souvent vendus sans la base et si ce n'est pas pour remplacer un chercheur ou pointeur existant, pensez à acheter cette base en même temps.


N'oubliez pas non plus de régler les chercheurs optiques à votre vue(desserrer la bague avant puis visser ou dévisser l'objectif pour avoir une vue bien nette à l'infini puis resserrer la bague pour bloquer cette mise au point. On peut aussi régler la netteté du réticule en dévissant la partie oculaire du chercheur puis en vissant ou dévissant la bague qui tient le réticule à l'intérieur de l'oculaire(opération un peu plus délicate).

Dernière modification par den ; 16/05/2017 à 17h10
den est déconnecté   Réponse avec citation