Webastro
La communauté de l'astronomie
Historique des constellations

Rubrique: Articles : information générale


Ajouter aux favoris Ajouter à vos favoris




Depuis la nuit des temps, lorsque l’homme a levé les yeux au ciel il a vite vu que les étoiles formaient des figures figées dans le ciel. Ces anciens peuples se sont servis rapidement pour se diriger, savoir l’heure, les saisons, et créer des mythes.
Aujourd’hui, l’aspect figuratif des constellations est nettement moins important, ce ne sont plus que des régions délimitées du ciel même si les légendes restent toujours aussi fascinantes !





L'historique



Le système de constellations employé de nos jours est fondé sur les figures imaginées par les Grecs et les Romains de l’antiquité. Le plus ancien récit connu Grec est l’œuvre d’Aratos de Soles (315 à 240 av J-C), dans un poème fondé dans un ouvrage du nom de ‘’Phénomènes’’ et écrit par l’astronome Grec Eudoxe de Cride ( vers 406 à 240 av JC), il identifie 47 constellations qu’il décrit de façon poétique, avant de les introduire en Grèce, Eudoxe aurait appris auprès de prêtre égyptiens que ces constellations étaient déjà depuis longtemps adopté par le peuple Babylonien qui le tenait lui-même des Sumériens vers l’an 2000 av JC. Toutefois, les Grecs ont attribué leurs propres mythes auxconstellations identifiées par Eudoxe et le poème d’Aratos a remporté un vif succès au 2ème siècle.




Les cartes célestes




Le plus vieux catalogue d’étoiles connu à ce jour date du 2ème siècle av JC et se trouve dans la ‘’Grande syntaxe mathématique’’ de Claude Ptolémée, transmise par les Arabes sous le nom de ‘’Almageste’’ et indiquant la position et la luminosité d’un millier d’étoiles réparties en 48 constellations, mais il est déjà fondé sur un plus ancien catalogue établi par Hipparques de Nicée

Au 10ème siècle, Abd Al-Raham met à jour ‘’l’Almageste’’ avec son livre ‘’Les constellations des étoiles fixes’’ (vous pouvez noter que déjà à cette époque il faisaient la différence entre les étoiles fixes et les étoiles errantes soit les planètes) qui donnait le nom Arabe de la plupart des étoiles, bien que déformés au fil des siècle, ces noms sont toujours restés dans les atlas célestes.


Aucune constellation ne sera réintroduite avant la fin du seizième siècle, c’est lorsque les hollandais commencent à explorer les mers du globe qu’ils vont observer la partie du ciel austral situé sous l’horizon européen que deux navigateurs Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman, référencient environ 200 étoiles australes et avec l’aide du cartographe Petrus Plancius, ils créent 12 nouvelles constellations. Plantius y ajoute également d’autres constellations boréales pour palier au vide fait entre certaines constellations de Ptolémée.




Environ un siècle plus tard, l’astronome polonais Johannes Helvelius comble les derniers vides laissés dans le ciel boréal et enfin, au milieu du dix-huitième siècle, l’astronome français Nicolas Louis de Lacaille introduit les 14 dernières constellations du ciel austral.

A noter également que la première carte imprimée date de 1515 par un grand artiste Allemand du nom de Albrecht Dürer, et comme sur les globes célestes, les constellations y étaient inversées de façon à montrer le ciel vu d’une position imaginaire en dehors de la sphère céleste, les cartes réalisées plus tard ne seront plus inversées.

Le premier atlas précis, ‘’Uranometria’’ a été établi en 1603 par l’astronome allemand Johann Bayer et reste l’un des plus beaux ouvrage de l’art de la cartographie céleste.


Le premier grand catalogue de la nouvelle ère a été produit par l’astronome royal anglais John Flamsteed (1646-1719), il représente les constellations de Ptolémée visibles de Greenwich (GB), rehaussées de ses observations personnelles. Mais le chef-d’œuvre dans les atlas est dû à Johann Bode, un astronome allemand qui consacrera sa vie à établir un atlas qu’il publiera en 1801 intitulé ‘’Uranugraphia’’, couvrant la totalité du ciel, cet atlas représente plus de 100 constellations dont certaines sont inventées par lui-même.

Enfin en 1922, l’Union astronomique internationale va décider de fixer les limites précises des 88 constellations (fixées jusqu'ici par des pointillés aux tracés fantaisistes sur des cartes célestes). Ce travail sera confié à l'astronome belge Eugène Delporte (1882-1955) et entrera en vigueur en 1930. Eugène Delporte décidera de fixer les limites des 88 constellations en suivant strictement les lignes d'ascension droite et de déclinaison.

Dédé.