Webastro
La communauté de l'astronomie
Mise en station

Rubrique: fiches techniques


Ajouter aux favoris Ajouter à vos favoris



Attention : ce tutoriel ne concerne que les montures équatoriales.

Comment savoir si vous en avez une ? Facile, vérifiez la présence d’un contrepoids sur une tige. Le cas échéant, ce tutoriel est susceptible de vous intéresser. Précision : même équipée d’un Goto (système de pointage automatique) votre monture nécessite une mise en station.

Qu’est-ce que la mise en station ?

La monture équatoriale est, comme vous le savez peut-être, un dispositif qui permet de suivre les objets célestes dans leur mouvement apparent en ne jouant que sur un seul axe, qu’on appelle l’axe horaire. Cependant, avant de pouvoir jouir des capacités de votre monture, il faut que l’axe horaire soit, aussi rigoureusement que possible, parallèle à l’axe de rotation de la Terre, qui est en somme l’axe de rotation apparent de la sphère céleste. Impossible, pensez-vous ?
Heureusement, la mise en station est un ensemble de manœuvres simples qui permet d’obtenir ce parallélisme. Comme souvent en sciences, on se contentera d’un parallélisme « à quelque chose près ». Voulez-vous observer visuellement ? Une mise en station grossière suffira. En revanche, si vous souhaitez faire de la photo, et plus encore de la photo du ciel profond, vous ne pourrez pas vous en contenter.




  Méthode 1 : Pointez la polaire.



…et c’est tout ? Non, il faut, avant cela, incliner votre instrument suivant la latitude du lieu d’où vous observez, suivant l’axe rouge ci-dessous. Vous ne connaissez pas la latitude ? Pas besoin de disposer d’un GPS, l’excellente page web  http://heavens-above.com, avec sa base de données de deux millions de lieux, saura vous la fournir. Ou, encore mieux, en utilisant le logiciel gratuit Google Earth qui vous permet de connaître les coordonnées exactes de votre lieu d'observation, et non simplement la ville. Ainsi, la mise en station sera encore plus précise.



Une fois cela fait, avec le plus de précision possible (vous pouvez vous aider d’un fil à plomb et d’un rapporteur), vous verrouillerez le réglage : plus besoin d’y toucher tant que vous ne changez pas de lieu d’observation.
Ensuite, vous mettrez la monture dans la même position que sur l’image, l’axe de déclinaison à 90° et l’axe horaire à 0 h 00.
Puis, en jouant uniquement sur l’axe d’azimut (bleu), vous pointerez avec votre tube ou, si votre monture en est équipée, à l’aide du viseur polaire, l’étoile polaire. A la rigueur, vous pouvez également utiliser l’axe de hauteur (rouge), mais pas, jamais, les axes d’ascension droite (rose) ni de déclinaison (jaune).
Ça y est ?
Alors, verrouillez les axes rouge et bleu, ils ne doivent plus bouger durant toute la séance d’observation.
Ceci fait, et pour peu que, à l’aide d’un niveau à bulle, vous ayez vérifié l’horizontalité de votre support, enfin si la monture est correctement équilibrée, vous pouvez observer.
Pour suivre, il vous suffira d’actionner l’axe horaire.
Vous remarquerez qu’un oculaire réticulé, voire éclairé, apporte une meilleure précision.


Une version en image est disponible aussi ici.

  Méthode 2 : Bigourdan.


Cette méthode est très bien expliquée sur ces sites :
http://www.astrolabo.com/?p=80
http://serge.bertorello.free.fr/station/station.html#Bigourdan
http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thode_de_Bigourdan



  Méthode 3 : King.


Cette méthode est très bien décrite sur cette page :  http://www.astronomic.fr/index.php/2...ethode-de-king

Notez que, pour la plupart des applications, la méthode 1 convient.

L’Uranophile, au nom de tous les membres du forum, vous souhaite de bien vous amuser avec votre monture !