loye

au acro de l'ortho et les fana de la gramma...

Messages recommandés

la blagounette avec Honolulu :wub::wub: et ...Carcassonne :(:(

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ca manque de point Godwin ce thread.

Le voici: (lien volontairement supprimé, cherchez le message d'origine de Beam)

L'article lié étant dénué de toute faute d'orthographe et de grammaire, j'en déduis que son auteur, le site qui l'héberge et ceux qui en font la publicité sont eux même membres de ce groupuscule. Ou bien ce sont des membres non assumés de la formation de sinistre mémoire que l'article encense à mots à demi couverts.

Modifié par Fred_76

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@ loye

 

Je vous présente mes excuses pour le message 3. Je vous ai confondu avec quelqu'un qui a un pseudo qui ressemble au vôtre !!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

.

Modifié par loye

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

.

Modifié par loye

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
On "emporte" une personne ?

 

Je pense que ça fait référence à l'emportement amoureux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ben oui quoi. quand on pète les plomb on dit bien qu'on s'est laissé emporter :be: mais par qui? :?:

 

bon OK cé pas très zutile come untervansion, je vé fer dé fote ail-heure et pourrire dotre sujé avec mé remarke a 2 bal

Modifié par charpy
yavé dé fote dent la deuzième fhraze, yen na peu aitre encor d'ail-heure

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

.

Modifié par loye

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Julie Charland
Serait-ce possible d'avoir du respect? Pour ses lecteurs, pour soi-même, pour les gens qui éprouvent des difficultés à s'exprimer en écrit?

 

Du respect (mutuel), tout simplement.

 

Ah...j'oubliais! Cela demande des efforts.

 

Personnellement, j'apprécie des gens qui font des efforts; et je conchie ceux qui délibérément n'en font pas.

 

J'apprécie également les quelques garde-fous, qui veillent à ce que ce forum ne sombre pas dans une médiocrité consternante style fanzine machin truc.

Malheureusement, c'est le prix à payer pour garder un juste équilibre.

Pas facile le respect mutuel, pas évident le bon sens apparemment...

 

Pourtant les efforts ne sont pas insurmontables: d'une part il y a des outils, d'autre part on pourrait faire preuve de pédagogie.

 

Baille!

 

Patte.

 

 

 

1) +100 000

2) Pas encore une discussion sur l'orthographe !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
:D:D:D:D elles valent plus que deux balles :m2::m1:!panpan!

 

Ceci me suggère une question. Autrefois, et à moins que je ne me trompe, en France quand quelqu'un empruntait 100 balles, il empruntait 100 francs.

 

De nos jours, alors que la France utilise l'euro, cette expression a-t-elle disparue?

 

Est-ce que l'on emprunte encore 100 balles à quelqu'un et cela signifie-t-il 100€?

 

My 2¢

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Julie Charland
Ceci me suggère une question. Autrefois, et à moins que je ne me trompe, en France quand quelqu'un empruntait 100 balles, il empruntait 100 francs.

 

De nos jours, alors que la France utilise l'euro, cette expression a-t-elle disparue?

 

Est-ce que l'on emprunte encore 100 balles à quelqu'un et cela signifie-t-il 100€?

 

My 2¢

 

Bonjour Benoît :)

 

Ça c'est une question à 100 piasses :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonjour Benoît :)

 

Ça c'est une question à 100 piasses :D

 

:D Excellent, et encore il faudrait décrire la piasse. Ici, ça vaut 97¢US mais quand j'étais en Égypte, ça valait environ 1¢

 

Enfin, on ne va changer 4 trente sous pour 1 piasse. :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il est vrai que cet outil ne fonctionne pas avec 100% d'efficacité et que commettre quelques fautes n'a rien de dramatique dès lors qu'elles ne créent pas de contre-sens rendant le texte confus voire incompréhensible. :)

 

Ben voyons...!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ceci me suggère une question. Autrefois, et à moins que je ne me trompe, en France quand quelqu'un empruntait 100 balles, il empruntait 100 francs.

C'était encore avant...

 

100 balles = 100 anciens francs (jusqu'au 31/12/1959) = 1 nouveau franc (à compter du 01/01/1960)

 

De nos jours, alors que la France utilise l'euro, cette expression a-t-elle disparue?

 

Est-ce que l'on emprunte encore 100 balles à quelqu'un et cela signifie-t-il 100€?

 

My 2¢

 

Tout dépend. Comme depuis 1960, 100 balles correspondaient à une pièce de 1 franc (nouveau), pour certaines expressions, ça se traduit par 1 pièce de 1 euro.

 

Certaines sources disent que 100 balles = 100 nouveaux francs. Personnellement, j'ai vécu "en ce temps là" vieux-smiley.gif et pour moi 100 balles n'ont jamais fait 100 francs mais 1 franc.

 

Par contre avec 5 balles, 10 balles, ou 20 balles, on s'attendait à recevoir 5, 10 ou 20 FF (et non 5, 10 ou 20 centimes)...

 

Si, dans les années 1990 un type dans la rue t'abordait pour te demander 100 balles, il s'attendait à recevoir 1 pièce de 1 franc et non un billet de 100 francs. Par contre si tu avais prêté 100 francs à un copain et que tu les lui demandais, tu pouvais dire "rend moi mes 100 balles"... ce n'est pas simple ! En fait, tout dépendait du contexte.

 

Aujourd'hui, cette expression semble tomber en désuétude, mais rien ne dit qu'elle ne va pas revenir avec toutes les autres (la thune, les sacs, les briques...). En tous cas quand elle est utilisée dans la rue par quelqu'un qui te demande des sous, c'est qu'il s'attend à recevoir 1 EUR, même s'il ne refusera pas 100 EUR !

 

On va dire que c'est aussi simple que quatre trente sous font un dollar !

Modifié par Fred_76

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Fred_76, tu m'as donné une bonne occasion de visiter mon dictionnaire. Je n'avais jamais entendu parler de la thune (pièce de 5 francs).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Euh... ça s'écrit TUNE... Bon c'est vrai qu'en avoir vu un jour aide à le savoir ;)

 

(la chanson commence vers 1:10)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Euh... ça s'écrit TUNE... Bon c'est vrai qu'en avoir vu un jour aide à le savoir ;)

 

Dans mon dictionnaire (Petit Robert) à Tune, on dit "V. Thune" et c'est à Thune qu'il y a une explication.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cela dit, à part dans quelques milieux autorisés, l'expression était "Tu as de la thune ?"... Sous entendu, "as tu de l'argent ?" On ne parlait pas de "5 F".

 

Les maraichers devaient préférer l'oseille à la thune, et les agriculteurs le blé !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et les maçons la brique.

C'est cher une maison...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Elle est super utile cette discution en fait.

 

:D:D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C'était encore avant...

 

100 balles = 100 anciens francs (jusqu'au 31/12/1959) = 1 nouveau franc (à compter du 01/01/1960)

 

 

 

Tout dépend. Comme depuis 1960, 100 balles correspondaient à une pièce de 1 franc (nouveau), pour certaines expressions, ça se traduit par 1 pièce de 1 euro.

 

Certaines sources disent que 100 balles = 100 nouveaux francs. Personnellement, j'ai vécu "en ce temps là" vieux-smiley.gif et pour moi 100 balles n'ont jamais fait 100 francs mais 1 franc.

 

Par contre avec 5 balles, 10 balles, ou 20 balles, on s'attendait à recevoir 5, 10 ou 20 FF (et non 5, 10 ou 20 centimes)...

 

Si, dans les années 1990 un type dans la rue t'abordait pour te demander 100 balles, il s'attendait à recevoir 1 pièce de 1 franc et non un billet de 100 francs. Par contre si tu avais prêté 100 francs à un copain et que tu les lui demandais, tu pouvais dire "rend moi mes 100 balles"... ce n'est pas simple ! En fait, tout dépendait du contexte.

 

Aujourd'hui, cette expression semble tomber en désuétude, mais rien ne dit qu'elle ne va pas revenir avec toutes les autres (la thune, les sacs, les briques...). En tous cas quand elle est utilisée dans la rue par quelqu'un qui te demande des sous, c'est qu'il s'attend à recevoir 1 EUR, même s'il ne refusera pas 100 EUR !

 

On va dire que c'est aussi simple que quatre trente sous font un dollar !

 

 

100 francs se disaient "10 sacs" ou "dix qeusses" dans le 93 :be:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
100 francs se disaient "10 sacs" ou "dix qeusses" dans le 93 :be:

 

ça se fume ;):D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
100 francs se disaient "10 sacs" ou "dix qeusses" dans le 93 :be:

 

J'étais aussi du neuf-trois à l'époque (Villemonble avec un comme M. le maire nous l'avait étymologiquement justifié, au contraire de ce que l'IGN et l'Insee ont finalement écrit). On avait effectivement des "sacs" mais point de "queusses"...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C'était encore avant...

 

100 balles = 100 anciens francs (jusqu'au 31/12/1959) = 1 nouveau franc (à compter du 01/01/1960)

 

Tout dépend. Comme depuis 1960, 100 balles correspondaient à une pièce de 1 franc (nouveau), pour certaines expressions, ça se traduit par 1 pièce de 1 euro.

 

Certaines sources disent que 100 balles = 100 nouveaux francs. Personnellement, j'ai vécu "en ce temps là" vieux-smiley.gif et pour moi 100 balles n'ont jamais fait 100 francs mais 1 franc.

 

Par contre avec 5 balles, 10 balles, ou 20 balles, on s'attendait à recevoir 5, 10 ou 20 FF (et non 5, 10 ou 20 centimes)...

 

Si, dans les années 1990 un type dans la rue t'abordait pour te demander 100 balles, il s'attendait à recevoir 1 pièce de 1 franc et non un billet de 100 francs. Par contre si tu avais prêté 100 francs à un copain et que tu les lui demandais, tu pouvais dire "rend moi mes 100 balles"... ce n'est pas simple ! En fait, tout dépendait du contexte.

 

Aujourd'hui, cette expression semble tomber en désuétude, mais rien ne dit qu'elle ne va pas revenir avec toutes les autres (la thune, les sacs, les briques...). En tous cas quand elle est utilisée dans la rue par quelqu'un qui te demande des sous, c'est qu'il s'attend à recevoir 1 EUR, même s'il ne refusera pas 100 EUR !

Bonjour Fred, le seinomarin, :)

 

Eh bien, dis donc !... :o :o :o Tu as connu toi aussi le passage des "anciens francs" aux "nouveaux francs" le 1er janvier 1960 !... vieux-smiley.gif

 

J'ai bien sûr moi aussi vieux-smiley.gif bien connu ce délicat passage où le franc a été divisé par cent :( . Et m'en reste quelque chose car si je vois aujourd'hui chez un agent immobilier du Cantal qu'une maison coquette est en vente pour la modique somme de 400 000 euros, ça ne me dit rien de très "palpable". Il faut que mentalement je multiplie cette somme par 6,55957 pour avoir sa valeur entre 1960 et février 2002 : 400 000 * 6,55957 = 2 623 828,00 francs jusqu'en février 2002, puis ensuite il me faut encore mentalement multiplier cette somme par cent pour que je retrouve mes anciens repères : 2 623 828,00 * 100 = 262 382 800 anciens francs (d'avant le 1er janvier 1960). Et là seulement je saisis enfin la valeur réelle de cette maison : 262 millions de francs (en fait, je me dis plutôt : 262 millions de briques !... :o :o :o ).

 

Mais, je crois être pire que toi Fred76 ;), car dans ma jeunesse ma mère (née en 1910) me disais parfois : « Tiens Roger, va chez le confiseur et achète-toi des "roudoudous" : je te donne une pièce de cent sous pour cela. » Une pièce de cent sous, y-a-t-il beaucoup de webastrams qui ont entendu cette expression ? Eh bien, cela correspondait à une pièce de cinq francs d'alors (cinq centimes après le 1er janvier 1960) :

 

601px-5_francs_Lavrillier_revers.png

 

Au fait, Estonius :) : j'ai pensé à toi en postant cette image ;) , elle devrait d'autant plus te plaire qu'elle ne vient pas de Wikipédia... :D :D :D

 

Et puis, Fred76, peux-être as-tu dans ta jeunesse entendu des anciens prononcer cette phrase à propos de quelqu'un : « cette personne n'est pas intéressante, elle est franche comme dix-neuf sous !... » D'où venait cette expression ? Eh bien cela remonte au grand traumatisme causé par l'introduction, du fameux "franc Poincaré" le lundi 25 juin 1928 qui dévaluait de 80% (en réalité de 79,7%) la valeur traditionnelle du "franc or" (dit aussi "franc germinal" car créé par la loi du 18 germinal an III de la République française,soit le mardi 7 avril 1795). Pour les raisons de cette dévaluation de 80% de la monnaie française par Raymond Poincaré en 1928 voir le lien Internet : http://vldsnumis.free.fr/1929_poincare.html.

 

Comme traditionnellement, entre 1795 et 1928, un sou valait 1/4 de franc (0,25 franc), un franc valait donc 4 sous durant ces 133 ans. On parlait donc du franc de quatre sous. Mais, après la dévaluation de Poincaré en 1928 de 80% de la valeur du franc, un sous de 1928 ne valait plus que 0,25/100*20 = 0,05 franc. On a donc alors parlé du franc de dix-neuf sous (alors que mathématiquement on aurait dû dire "le franc de vingt sous"). Et pour indiquer qu'une personne n'était pas intéressante et qu'elle ne disait pas la vérité on employait cette expression de "franche comme dix-neuf sous".

 

Ceux qui voudront en savoir davantage pourront consulter ce très intéressant lien Internet du Ministère de Finances français (http://www.finances.gouv.fr/notes_bleues/nbb/nbb227/227_dev.htm) intitulé "le siècle des dévaluations" (le 20ème siècle).

 

Roger le Cantalien. :rolleyes:

arc108_assignat_002i.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonjour Fred, le seinomarin, :)

 

Eh bien, dis donc !... :o :o :o Tu as connu toi aussi le passage des "anciens francs" aux "nouveaux francs" le 1er janvier 1960 !... vieux-smiley.gif

 

J'ai bien sûr moi aussi vieux-smiley.gif bien connu ce délicat passage où le franc a été divisé par cent :( . Et m'en reste quelque chose car si je vois aujourd'hui chez un agent immobilier du Cantal qu'une maison coquette est en vente pour la modique somme de 400 000 euros, ça ne me dit rien de très "palpable". Il faut que mentalement je multiplie cette somme par 6,55957 pour avoir sa valeur entre 1960 et février 2002 : 400 000 * 6,55957 = 2 623 828,00 francs jusqu'en février 2002, puis ensuite il me faut encore mentalement multiplier cette somme par cent pour que je retrouve mes anciens repères : 2 623 828,00 * 100 = 262 382 800 anciens francs (d'avant le 1er janvier 1960). Et là seulement je saisis enfin la valeur réelle de cette maison : 262 millions de francs (en fait, je me dis plutôt : 262 millions de briques !... :o :o :o ).

 

Mais, je crois être pire que toi Fred76 ;), car dans ma jeunesse ma mère (née en 1910) me disais parfois : « Tiens Roger, va chez le confiseur et achète-toi des "roudoudous" : je te donne une pièce de cent sous pour cela. » Une pièce de cent sous, y-a-t-il beaucoup de webastrams qui ont entendu cette expression ? Eh bien, cela correspondait à une pièce de cinq francs d'alors (cinq centimes après le 1er janvier 1960) :

 

601px-5_francs_Lavrillier_revers.png

 

Au fait, Estonius :) : j'ai pensé à toi en postant cette image ;) , elle devrait d'autant plus te plaire qu'elle ne vient pas de Wikipédia... :D :D :D

 

Et puis, Fred76, peux-être as-tu dans ta jeunesse entendu des anciens prononcer cette phrase à propos de quelqu'un : « cette personne n'est pas intéressante, elle est franche comme dix-neuf sous !... » D'où venait cette expression ? Eh bien cela remonte au grand traumatisme causé par l'introduction, du fameux "franc Poincaré" le lundi 25 juin 1928 qui dévaluait de 80% (en réalité de 79,7%) la valeur traditionnelle du "franc or" (dit aussi "franc germinal" car créé par la loi du 18 germinal an III de la République française,soit le mardi 7 avril 1795). Pour les raisons de cette dévaluation de 80% de la monnaie française par Raymond Poincaré en 1928 voir le lien Internet : http://vldsnumis.free.fr/1929_poincare.html.

 

Comme traditionnellement, entre 1795 et 1928, un sou valait 1/4 de franc (0,25 franc), un franc valait donc 4 sous durant ces 133 ans. On parlait donc du franc de quatre sous. Mais, après la dévaluation de Poincaré en 1928 de 80% de la valeur du franc, un sous de 1928 ne valait plus que 0,25/100*20 = 0,05 franc. On a donc alors parlé du franc de dix-neuf sous (alors que mathématiquement on aurait dû dire "le franc de vingt sous"). Et pour indiquer qu'une personne n'était pas intéressante et qu'elle ne disait pas la vérité on employait cette expression de "franche comme dix-neuf sous".

 

Ceux qui voudront en savoir davantage pourront consulter ce très intéressant lien Internet du Ministère de Finances français (http://www.finances.gouv.fr/notes_bleues/nbb/nbb227/227_dev.htm) intitulé "le siècle des dévaluations" (le 20ème siècle).

 

Roger le Cantalien. :rolleyes:

arc108_assignat_002i.jpg

 

T'es hold Roger one five, faut passer au Bitcoin.

Et c'est pas sur l'encyclopédie Encyclopédie de Diderot et d'Alembert que ces choses la se passent (à fond).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bitcoin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Julie Charland
Enfin, on ne va changer 4 trente sous pour 1 piasse. :D

 

Remarque que ce serait payant ;)

 

4 X 30 sous = 1,20$

 

Pour ceux qui ne pigent pas, quand on dit ''un trente sous'', on veut dire une pièce de 25 sous (cennes)

 

:D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Eh ben ! Presque tout faux, Roger !

 

"262 millions de briques" ? Pas plutôt 262 millions ou 262 briques ? Mais c'est un détail.

 

Le franc Germinal fait 4 sous et le franc Poincaré 20 sous ? Misère...

 

Dieu merci je ne suis pas spécialiste qu'en astronomie, en aviation et en informatique :

 

La livre d'avant la Révolution était divisée en 20 sols, et le franc décrété par la Révolution remplaçait la livre avec à 1,3% près la même définition en métal précieux. Il était divisé en 100 centimes. On conserva tout au long du XIXè siècle, et même davantage, l'habitude de parler de livres (genre "un capital d'un million de francs placé sur l'état à 5% rapporte cinquante mille livres de rente") et de sous (officiellement disparus) désignant le vingtième du franc, ou cinq centimes (une "pièce de dix sous", par exemple, désignant la piécette de 2,5 grammes d'argent frappée 1/2 franc jusqu'à Louis-Philippe, puis 50 centimes à partir de la Seconde République). La littérature du XIXè en atteste abondamment.

 

Vinrent la guerre de 14 et l'inflation. Dix ans plus tard les prix étaient multipliés par cinq. La valeur du franc au change ne pouvait plus se soutenir comme avant-guerre face au dollar et à la livre sterling. Longtemps on refusa de l'admettre, jusqu'à ce que la dévaluation Poincaré (par un facteur presque égal à cinq) entérinât ce coup dur pour le moral des Français. C'est alors qu'on se mit par dérision à parler de franc de quatre sous, donc de vingt centimes, puisque le franc Poincaré ne valait plus en effet en pouvoir d'achat (et en poids d'or fin) que vingt centimes ou quatre sous d'avant 1914.

 

Un franc en somme a toujours "valu" (dans le parler populaire) vingt sous. Dans mon enfance encore on parlait quelquefois de "pièce de vingt sous" pour désigner la rondelle d'aluminium marquée 1 franc, frappée entre l'Occupation et la Quatrième République, qui servait de pièce de 1 centime après qu'en 1960 le Nouveau Franc a remplacé l'ancien.

 

N'hésitez pas à consulter Mon Omniscience pour autres explications.

Modifié par jarnicoton

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me demande bien ce que tu as cru lire dans mon message.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.