Wargentin

Interstellarum Deep Sky Atlas

Recommended Posts

Ah !! Ca y est !

Bonne année, Gildas ! Je voulais te demander par MP ce que tu en pensais, mais je vois que tu es ravi !

C'est vrai que c'est une mine cet atlas, et particulièrement efficace quand on monte en diamètre pour farfouiller ce qu'il y a autour des objets déjà connus à plus petits diamètres.

 

Bien plus fourni que ce qu'une vie peut permettre d'observations, surtout avec cette météo exécrable sur la durée :(

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

 

Alors c'est ici qu'on vient dire que cet Atlas est une merveille? :wub:

 

Je viens de recevoir le mien ce matin, version Desk.

C'est magnifique, tout simplement je ne suis vraiment pas déçu. Des heures en perspective à le feuilleter, puis plusieurs vies avant d'en avoir épuisé toutes les cibles! :o

Je redécouvre certaines zones du ciel, loin d'imaginer qu'il y aurait autant de cibles supplémentaire par rapport au PSA que je trouvais fourni.

J'adore le système pour les étoiles doubles.

 

@Etoiles

Pour te répondre ici plutôt que sur le dessin de Gildas, je trouve aussi que le papier est plus fin que le PSA.

J'aurais beaucoup plus de réticences à faire subir à ce bel ouvrage tous les outrages que je fais subir au PSA. Déjà un support me semble indispensable, petite table ou autre vu le format.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois que je vais aussi m’intéresser à cet Atlas vue l'engouement ici ! Je cherche depuis longtemps un altas un peu plus étoffé que le PSA tout en restant orienté usage de terrain.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je crois que je vais aussi m’intéresser à cet Atlas vue l'engouement ici ! Je cherche depuis longtemps un altas un peu plus étoffé que le PSA tout en restant orienté usage de terrain.

 

Salut,

 

Un peu plus étoffé est un euphémisme! :b:

 

Même si ce n'était pas pour le terrain, je l'aurais pris quand même. Je regardais un temps du côté du PSA Jumbo mais il n'apporte rien de plus que des caractères plus gros.

 

Pour un usage vraiment "tout terrain" je pense qu'il faut considérer attentivement la version Field, on en saura plus quand on aura des retours d'utilisation du Desk sur plusieurs années.

 

Autre chose à signaler, rien à voir avec le sujet mais juste pour vous dire que j'ai acheté quelques bouquins d'occasion sur Amazon Uk. Choix immense, livraisons pas chère...Certains ouvrages, par exemple le "Touring the Universe" de Phil Harrignton: 2€, y'a des PSA à 7€...

Par contre pas d'IDSA, meilleur prix pour la version en Allemand à 60€.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut !

 

c'est sûr que ce n'est pas le médicament qu'il faut pour se désintoxiquer de l'astro dans le contexte de cette météo impossible, et jamais vue !!

 

Oui disons-le clairement cet atlas est un monument, aussi bien en quantité (nombreux catalogues dispo : Arp, Hickson, Ferrero ...et autres), qu'en fonctionnalité (couleurs des objets adaptée au diamètre nécessaire pour les bien observer, type de filtre requis, orientation et espacement des doubles ...) et qu'en beauté, tout simplement. Car je le considère (aussi) un peu comme une oeuvre d'art, d'ailleurs j'avais prévu cet hiver d'y flâner au coin du feu, quand j'aurai fini d'autres lectures.

 

Pour ce qui est de dehors, c'est sûr que je le pose bien délicatement sur une table ou une chaise, et non là où ça vient, comme pour le PSA !

 

Mais bon, comme tu dis, il faudrait plusieurs vies pour voir tout ce qui est consigné dedans, et là il manque juste l'essentiel : LE CIEL !!!

A ce rythme d'une sortie tous les 2 mois, va falloir des durées astronomiques pour tout le parcourir, des millions d'années !

 

Je m'étais fait une joie de pouvoir exploiter les petites tâchouilles cachées que recèle cet atlas avec mon nouveau 300, mais que dalle !! Plus moyen de sortir ! Espérons que les 2 ne finiront pas dans les PA ...

 

Plus sérieusement, je pense que cet atlas ne s'utilise pas comme d'autres atlas plus simples : plutôt que parcourir quelques objets classiques éloignés, il permet d'explorer à fond une zone bien délimitée avec du diamètre, par exemple près d'un objet plus spectaculaire : ex : groupes de galaxies faibles près de M106, ou dans le prolongement de la pointe de la constellation Triangle (c'est du vécu ...), ou des amas jamais relatés sur WA, etc ...

Edited by etoilesdesecrins

Share this post


Link to post
Share on other sites

je valide la démarche d'exploration sur une partie bien identifié du ciel et d'exploiter la précision d'une double page

 

j'apprécie beaucoup les mentions sur les filtres pour les nébuleuses, et en version terrain, le touché papier est très agréable; avec ce grand format, on profite vraiment du détail de la réalisation

 

Après avec une lumière rouge, on ne distingue plus les nuances de chaque carte, certains diront qu'une lumière blanche très faible suffira donc pour profiter de cette atlas et de rien manquer du ciel

 

(les Monts du Lyonnais, suis pas loin, coincé au fond du haut-Beaujolais, donc temps aussi pourri)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Attention Mesdames zé Messieurs !

Après l'iDSA, voici l'iDS... G !

Le GUIDE de l'iDSA. Pas encore sorti pour de vrai (ce sera pour septembre je crois), il est dispo en pré-commande çà et là. L'idée : pour chaque double page de l'iDSA, l'iDSG propose une sélection d'objets, avec descriptifs, photos et dessins à l'appui. Un « Splendeurs de l'iDSA » en quelques sorte. :be:

 

Quelques infos par l'auteur en personne :

http://visualastronomer.com/preview-interstellarum-deep-sky-guide/

Share this post


Link to post
Share on other sites

très bonne info!

j'adore le concept: si on a en plus de la précision et du confort d'utilisation, le "best of" de ce qu'il y a à observer avec la représentation ou dessin des objets, ça sera top

ça doit représenter encore un bon boulot à réaliser d'où le prix (175€ la version terrain).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ces atlas sont déjà extra à la base  ! Si en plus on y ajoute des illustrations ! Encore que, l'un des plaisirs que j'ai vu naître à l'usage de l'atlas, c'est celui de la plaisir de l'objet repéré sur l'une des cartes...En tous les cas, ce sont des outils d'observation à acheter les yeux fermés. 

Edited by Gildas974

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Le 22 avril 2018 à 21:58, francheu a dit :

Attention Mesdames zé Messieurs !

Après l'iDSA, voici l'iDS... G !

 

Merci pour l'info!

Une nouvelle superbe publication en perspective.

Bon, Noël c'est que dans 8 mois après tout... :be:

Share this post


Link to post
Share on other sites

En gros c'est un Atlas NGC photographique un peu plus garni quoi ! C'est dommage ça fait un peu doublon mais effectivement ça semble prometteur malgré tout ! Je suis fan de l'IDSA, à voir pour l'IDSG ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Super !

L'IDSA est une vraie tuerie, passez-moi l'expression. Un des intérêts en montant en diamètre, est de voir qu'il y a parfois des petites tâchouilles à rechercher près d'un objet classique, déjà intéressant en lui-même. Ca décuple plaisir et perspectives !

J'ai hésité récemment à acheter le NGC photo, cela réalimente donc la réflexion ...Du coup y aura encore plus de doc à regarder en debriefing d'une observation, car c'est déjà lourd de mon côté ! :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

A propos du IDSG, la souscription a été un vrai succès > ils espéraient récolter 52 500 € et ont reçu au final 517 réponses et la coquette somme de 103 866 €! 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au fait, l'Interstellarum Deep Sky Guide est sorti il y a quelques semaines! Les avis sur cloudynights sont du genre unanimes, et j'ai écrit une petite lettre au Père-Noël à son propos 🤩

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

A l'usage, est-ce que les utilisateurs de l'IDSA trouvent que la visibilité réelle des objets correspond à la visibilité indiquée dans l'atlas ?

Sachant que l'atlas est prévu pour un ciel où on peut voir à l'oeil nu des étoiles de mag 6,5 il me semble. Après la visibilité dépend aussi de la hauteur dans le ciel, mais on peut pas tenir compte de tout.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La classification est valable pour un bon ciel de campagne, et effectivement si les objets sont suffisamment hauts dans le ciel.

À l'usage cette classification marche bien. Avec mon T200, les objets de la catégorie T100 sont faciles, ceux de la catégorie T200 sont difficiles voire très difficiles, ceux de la catégorie T300 sont inaccessibles.

Évidemment il n'y a que 3 catégories, mais cela aide vraiment à savoir où on met les pieds quand on part chercher une galaxie ou une petite NP.

Le système de notation des étoiles doubles/multiples est aussi rudement bien foutu, avec seulement 3 paramètres (épaisseur, longueur et orientation du trait) on arrive à connaître à l'avance l'allure de ce qu'on vise. J'ai testé sur le terrain, ça marche impec'.

 

Au final, comparé à mon ancien Urano c'est le jour et la nuit, pourtant il y contenait plus d'étoiles et d'objets. Là tu as beaucoup plus de champ sur une seule carte, c'est imprimé beaucoup plus finement tout en étant tout aussi lisible, et le système de classification permet de savoir quoi viser avec ton instrument. Avec l'Urano je pouvais viser 2 ou 3 galaxies différentes et ne rien percevoir, pour découvrir par la suite que je visais des machins à mag 13+ (je n'ai jamais vraiment préparé une soirée, je prends un zone de départ, une zone d'arrivée, et je trace mon chemin entre les deux). Maintenant les rares fois où je ne détecte pas un objet je sais déjà grâce à l'atlas que je pointe une cible difficile, donc pas de frustration, juste du challenge ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour ce retour.

Cela semble confirmer mon intuition : pour voir les objets de façon assez évidente il vaut mieux se baser sur des objets donnés pour un diamètre inférieur au diamètre de son instrument.

En tout cas cet atlas me semble très évolutif, et les champs d'étoiles combinés aux quadrillages de 1° de côté me paraissent très pratiques pour se repérer.

Je sais quoi demander au père noël ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est le genre d'atlas que j'aurais aimé avoir à mes débuts, combien de cibles non visibles j'ai pointé !!! Il faut que je regarde ça de plus près, et discuter aver papa noël !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

L'atlas iDSA est celui que j'utilise avec mon Dobson : IDEAL pour rechercher des petites tachouilles avec un gros télescope !! (et j'en ai essayé pas mal, moi qui suis fan des atlas sur toutes les formes et sujets).

Et évidemment je n'ai pas pu résister à la venue du guide avec ses tas d'imagettes et dessins qui complètent totalement (et bien plus largement) l'Atlas NGC photographique d'Olivier Gadal.

Le guide est presque parfait, presque parce que j'ai eu une petite mauvaise surprise du rendu sur le terrain :  les images photo des nébuleuses sont toutes à dominante rosées (comme la page de couverture) et avec une lampe de recherche qui est rouge, comme c'est la majorité des lampes astro, autant dire que les extensions roses se détachent bien mal sur fond rouge ! Dans ce cas, pour avoir du contraste sur les nébuleuses, il faut avoir une lampe astro qui émet dans le vert ou le bleu.

Du coup, j'ai transformé une de mes lampes astro avec une LED jaune surmonté d'un filtre vert.

Résultat sur le terrain : ma lampe rouge sert pour tout exceptée pour consulter les photos de nébuleuses de l'iDSG.

NB : Dans tous les cas, rouge, jaune, bleu,... l'éclairage de la lampe astro doit être faible ! Par faible, j'entends qu'elle n'éclaire qu'à 30 cm maxi, rien à voir avec une frontale rouge par exemple qui sert (presque) au démontage/montage du scope.

 

Alors, on achète ou pas le iDSAGuide ? Evidemment parce qu'en plus, il y a des dessins (certes avec des télescopes d'au moins 8''). Ca donne des idées d'observations par centaines, même pour moi qui a imprimé (en noir sur fond blanc) avec le temps qq milliers d'imagettes du ciel profond obtenues depuis le site http://archive.eso.org/dss/dss (un travail monstre je sais).

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 47 minutes, Alexandre Renou a dit :

les images photo des nébuleuses sont toutes à dominante rosées (comme la page de couverture) et avec une lampe de recherche qui est rouge, comme c'est la majorité des lampes astro, autant dire que les extensions roses se détachent bien mal sur fond rouge !

 

 

D'après ce que j'ai compris c'est volontaire. Les parties en rose correspondent à la couche Ha, à laquelle notre œil est très peu sensible. Ce qui fait que le rendu à la lampe rouge est censé être plus fidèle à ce qu'on verra à l'oculaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

bonsoir  .. concernant les 2 atlas dont  interstellarum  deep sky guide ciel  la lumiere vert qui convient....... les 2 atlas consulté a la maison cause humidité  . moi sur terrain le  p s a  ainsi  uranometria 2000  .pour les photo de tout N G C - MESSIER   -I C   vignette  JPG  en 2 version  je possède ---après avoir  convertir  en fichier FITS    sa représente plusieurs dizaine de giga  sur disq dure  .je m en sert  pour carte du ciel . pour les catalogues NGC PHOTOGRAPHIE OLIVIER GADAL    j ai les 2 version  consulte a la maison  -- pour ce soir regarder la comète aux grosse jumelles 

Share this post


Link to post
Share on other sites

#francheu :  "les parties en rose correspondent à la couche Ha, chose qui fait que le rendu à la lampe rouge est censé être plus fidèle à la vision à l'oculaire" dis-tu (avec raison je suppose parce que je n'ai pas lu les détails sur la réalisation de ces photos) ???

Certes, mais au final le but des photos c'est que ce soient des documents utilisables sur le terrain, non ?

C'est évident sur le terrain de faire la remarque que j'évoquais dans mon message précédent, parce que des extensions (faiblardes) roses sur le fond rouge (provoqué par la lumière d'une lampe rouge), c'est pas du tout pratique, or c'est pourtant le but de ce guide d'être "pratique"… d'où mon bémol (que j'ai contourné avec une lampe adéquate).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce que dit Ronald Stoyan (sur CN) : 

« For the POSS plates, objects’ red features are visible in white light, but become invisible under red light conditions, as perceived through the eyepiece »

 

Donc c'est bien volontaire. L'idée est que les parties rouges seront difficilement visibles, et donc elle s'effacent avec l'éclairage rouge, pour ne faire apparaître sur le terrain que ce que l'observateur est susceptible de voir.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vu comme cela, l'idée est bonne, mais tout de même, c'est dommage de savoir que l'on se prive (volontairement) de détails que l'on ne verra pas sur le terrain sur ses cartes et que donc on ne cherchera pas à voir même si le ciel et le télescope le permettent.

Peut-être aurait-il fallu plutôt imprimé ses images en noir et blanc, comme sont les dessins.

Enfin, ce guide est un excellent complément, d'abord parce c'est rare d'avoir autant de vue sur autant d'images réunies dans un même ouvrage… sur papier.

 

Pour l'atlas iDSA, sa finesse et sa densité (sans que cela soit trop chargé) reste l'incontournable atlas papier pour les gros télescopes et les moins gros.
Juste une remarque sur sa finesse, plus l'objet du ciel profond est petit et faible, plus il est indiqué avec un symbole atténué (astérisme mis à part). Toutefois les écrits sur l'identité des plus "petits" sont indiqués dans une police atténué mais aussi assez petite, ce qui peut poser problème sur les observateurs lisant plus péniblement les petits caractères dans un faible éclairage (évidemment la nuit). Ce qui m'arrive (et oui avec l'âge) et je lui associe donc une grande loupe pour plus de confort.

Concernant la justesse de mettre des cibles dans une catégorie facile, moyen ou faible, l'idée est bonne même si certains observateurs trouveront certaines de ces cibles pas forcément à la bonne place, mais cela relève aussi des goûts et des couleurs...

 

P2120119-(vision-avec-iDSG).jpg.561afa780994cba99c0765a1f85c8284.jpg

En pièce jointe, je vous présente 1 objet de l'iDSG, la nébuleuse NGC 2174. Pour illustrer mes propos plus haut, je vous présente cet objet sous 3 aspects différents, l'un correspondant à l'image telle quelle "de jour", une seconde faite avec ma lampe astro rouge comme lumière de prise de vue et une troisième avec ma lampe astro jaune-verte. On constate que l'image se montre bien différente selon la couleur de la LED de sa lampe astro. (j'ai essayé de rendre le meilleur aperçu "ressenti visuellement" lors de la prise de vue de ces photos).

Edited by Alexandre Renou
Complément avec une photo

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello,

L'iDSG est visiblement fourni avec un errata de l'iDSA, j'ai récupéré cette photo sur CN :

 

iDSA_errata.thumb.jpeg.df9872488277bd455a4971baaa960f66.jpeg

 

Finalement pas beaucoup d'erreurs, dommage que cette liste ne soit pas directement accessible depuis leur site. Et il manque toujours une liste exhaustive des catalogues et acronymes utilisés.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.