den

La p'tite photo aéro du jour...

Recommended Posts

On va revenir ce soir sur l'aérodrome de Troyes qui était une de mes escales régulières.

J'y ai rencontré une fois un vol d'alouettes de l'armée belge.

 

tro010301.JPG

 

 

Départ à la queue leu leu. Sont bien dressées ces petits oiseaux ;)

 

tro010303.jpg

 

Mais ne vous y trompez pas ce qui fait tenir l'engin en l'air, c'est la bestiole jaune qui surveille la mécanique autour du rotor :be:

 

tro010307.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour

ce samedi je suis monté à Compiègne dans le grand nord chercher mon nouveau jouet.

Après 1640 km avec 204l de carburant (E85) en pile 24h je n'ai quasiment plus de place dans mon garage j'ai même dû suspendre le plan canard et d'autres éléments aux poutres du toit.:be:

Quand je vois les problèmes de parking sur les aérodromes du sud de la France j'ai bavé sur les hangars de cette base.

Bonne journée.

Luc;)

2382-1516143940.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a tellement de beaux avions que j'aurais bien du mal à en désigner un seul.

Et même de très moches au premier abord, finissent par devenir magnifiques du fait de leur efficacité dans certains domaines.

 

ce samedi je suis monté à Compiègne dans le grand nord chercher mon nouveau jouet.
Ah ben, c'est malin, comment tu vas transporter ton 635 là-dedans ? :rolleyes::be:

 

Allez, encore une petite curiosité, un Auster J/1 qui faisait escale en même temps que moi à Vannes.

l'Auster est le premier avion civil à avoir été produit en angleterre après la deuxième guerre mondiale. Il était copié sur un avion d'observation d'artillerie Auster MK5. Silhouette sympathique comme souvent les avions anglais 1.gif

 

 

DSe_0957.JPGEt le tableau de bord de l'engin, qui vaut le coup d'oeil.

 

DSe_0962.JPG

 

DSe_0963.JPG

 

Au moins sur ces avions, si on a un problème avec les commandes, on peut aller réparer en vol 6.gif

 

Les petites pédales de frein aux pieds sous les pédales de palonnier, laissent augurer un roulage au sol intéressant sinon aventureux 1.gif

 

On voit d'ailleurs les godasses que le pilote devait réserver à cet usage :be:

Edited by den

Share this post


Link to post
Share on other sites

On va parler un peu du lockeed 12.

Celui-ci aux couleurs de pégase TV appartient à Bernard Chabbert, journaliste qui a commenté de nombreux meetings.

 

 

rennes04DSe_4829.JPG

 

On va continuer avec un autre loockeed 12 qui a passé quelques temps dans un hangar de l'aérodrome de Valence Chabeuil pour des travaux de remise en état.

 

DSC03855.jpg

La pancarte sous le nez raconte un peu l'histoire de cet avion.

On voit qu'il a déjà eu un beau vécu.

 

DSC03743c.jpg

 

Le tableau de bord sympathique et un poil kitsch.

 

DSC02078.JPGUne vue du moteur et de son bati :

 

DSC02069.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour

ce samedi je suis monté à Compiègne dans le grand nord chercher mon nouveau jouet.

Après 1640 km avec 204l de carburant (E85) en pile 24h je n'ai quasiment plus de place dans mon garage j'ai même dû suspendre le plan canard et d'autres éléments aux poutres du toit.:be:

Quand je vois les problèmes de parking sur les aérodromes du sud de la France j'ai bavé sur les hangars de cette base.

Bonne journée.

Luc;)

2382-1516143940.jpg

 

A vendre hélice !!;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
On va parler un peu du lockeed 12.

Celui-ci aux couleurs de pégase TV appartient à Bernard Chabbert, journaliste qui a commenté de nombreux meetings.

Basé à Andernos. Magnifique !

A Oshkosh l'an dernier, il y en avait une bonne vingtaine.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Depuis ma terrasse ce matin. Un nuage lenticulaire et ses petits rotors en dessous. Le vent d'ouest vient de la droite.

Ce sont des nuages orographiques provoqués par l'effet du vent sur les reliefs à l'ouest de la vallée de l'allier. Le terrain d'Issoire était réputé pour ce phénomène dans les années 60. Des records d'altitude en planeur y ont été battus dont certains tiennent encore.

Il se forme une grande vague de plus de 100 km de long qui fait le bonheur des vélivoles et des vignerons pour l'ensoleillement du à l'effet de foehn. Le haut de la vague est matérialisé par le nuage lenticulaire. Elle se propage jusqu'à la stratosphère.

Ces nuages en formes de soucoupes ont souvent été confondus avec des bagnoles martiennes.

En dessous des rotors c'est l'enfer, une vraie machine à laver. Au dessus ça se calme et en surfant sur cette gigantesque vague on peut monter très haut à des vitesses étonnantes, parfois plus de 10 mètres par seconde. Le record du monde est de plus de 15000 mètres.

Il m'est arrivé, il y a longtemps, de voir passer des 747 très en dessous de mon frêle planeur comme ce super javelot en bois et toile. A plus de 10000 mètres. C'est très interdit maintenant.

A l'époque un peu aussi d'ailleurs

Il fallait voler à plus de 150km/h face au vent d'ouest pour ne pas reculer. Dans les courants d'air à -20° et avec un masque à oxygène. Certains imprudents se sont fait fermer au dessus des nuages et se sont retrouvés congelés dans les sapins du coté de Chamonix.

Ces records sont passés de mode, il y a de plus en plus de ferraille au dessus des nuages :)

dDaUjeC6BD2g_1824x0_wmhqkGbg.jpg

iD54WM-SOp1i_620x0_wmhqkGbg.jpg

Edited by litobrit

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans le domaine des divers travaux aériens, je me suis aussi essayé brièvement au traitement agricole...

 

Ici un de mes collègues dans ses oeuvres :

 

1dia051.jpg

 

Ne vous inquiétez pas, il y avait la place entre deux arbres pour laisser passer un piper pawnee ;)

1dia052.jpg

 

Et voici le retour au sol qui a scellé la fin de ma carrière de pilote agricole :rolleyes:

 

1dia053.jpg

 

1dia054.jpg

 

Ça fait quand même tout drôle de se retrouver au milieu d'un avion tout tordu en très peu de secondes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon, depuis torrejon on remet le cap sur la France.

Ce Cessna est loin d'être l'avion idéal pour la photo aérienne à cause d'une part de la présence des moteurs qui masquent une bonne partie du sol et d'autre part de l'altitude de vol qui ne permet pas grandes observations de détails. Mais en visant entre carlingue et moteur on arrive parfois à saisir de jolies vues sous des angles intéressants.

Ici donc une chaine d'éoliennes et des plantations en espaliers...

 

DSe_7310.JPG

 

 

Certainement, après l'astronomie, une des discussions les plus intéressantes ! Bien que je n'ai pas de photos à proposer, la même est dans ma mémoire, vue d'un peu plus haut ( certainement 10.000 m.), par le hublot de l'avion d'un vol FARO -PARIS, 10/15 minutes avant d'être au dessus de l'Atlantique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça fait quand même tout drôle de se retrouver au milieu d'un avion tout tordu en très peu de secondes.

 

Qu'est ce qui a m... ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Faro, une seule fois escale là-bas et je n'en connais que l'aéroport, comme pas mal de destinations que j'ai eu aveec ce Cessna(195 à travers l'Europe, je crois me rappeller).

J'ai pu passer une journée à visiter Porto, mais beaucoup de temps passé à me promener dans Lisbonne qui était une destination régulière.

http://www.reto.fr/voyages/imagepages/image12.html

Share this post


Link to post
Share on other sites
Qu'est ce qui a m... ?

 

Bof, combinaison de pas mal de facteurs comme souvent.

Champ difficile encadré d'arbres et avec une ligne HT qui traversait, plus concentré sur cette ligne et je suis descendu un peu trop à l'arrivée sur le champ après avoir sauté une nationale qui bordait un coté. Les roues ont touché et le colza très dense freine très fort et retient bien.

J'étais pratiquement posé sans casse, quand une roue à tapé dans une ornière et a cassé et donc demi-tour autour du train et la résistance du colza a provoqué la déformation de la queue.

Edited by den

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bof, combinaison de pas mal de facteurs comme souvent.

Champ difficile encadré d'arbres et avec une ligne HT qui traversait, plus concentré sur cette ligne et je suis descendu un peu trop à l'arrivée sur le champ après avoir sauté une nationale qui bordait un coté. Les roues ont touché et le colza très dense freine très fort et retient bien.

J'étais pratiquement posé sans casse, quand une roue à tapé dans une ornière et a cassé et donc demi-tour autour du train et la résistance du colza a provoqué la déformation de la queue.

Content que tu t'en soit bien tiré.

Je m'y suis essayé mais l'espérance de vie était trop limitée, je suis allé larguer des parachutistes et remorquer des planeurs et banderoles.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Peu d'accidents graves en agricole, les avions sont conçus pour se crasher avec un minimum de conséquence pour le pilote, cabine bien triangulée et très large pour ne pas que le pilote se cogne.

Par contre, je me suis fait pas mal de chaleurs en largage para.

Les pires sont lors de la mise en place des parachutistes à la porte. Si un parachute s'ouvre à ce moment, il peut passer au dessus de la profondeur et l'arracher. Il m'est arrivé une fois d'avoir débouclé ma ceinture et d'être prêt à suivre les paras sur une manip mal engagée, mais ça a fini par s'arranger.

les deux pilatus que j'ai piloté ont fait douze morts en se crashant au final pour des conneries(panne de carburant pour l'un et collision avec un parachutiste sous voile pour l'autre).

Jamais eu de problème majeur en remorquage banderole pour ma part , mais pas mal de crashs là aussi lorsque le grappin saucissonnait la profondeur après avoir tapé le sol.

Edited by den

Share this post


Link to post
Share on other sites
Peu d'accidents graves en agricole, les avions sont conçus pour se crasher avec un minimum de conséquence pour le pilote, cabine bien triangulée et très large pour ne pas que le pilote se cogne.

Par contre, je me suis fait pas mal de chaleurs en largage para.

Les pires sont lors de la mise en place des parachutistes à la porte. Si un parachute s'ouvre à ce moment, il peut passer au dessus de la profondeur et l'arracher. Il m'est arrivé une fois d'avoir débouclé ma ceinture et d'être prêt à suivre les paras sur une manip mal engagée, mais ça a fini par s'arranger.

les deux pilatus que j'ai piloté ont fait douze morts en se crashant au final pour des conneries(panne de carburant pour l'un et collision avec un parachutiste sous voile pour l'autre).

Jamais eu de problème majeur en remorquage banderole pour ma part , mais pas mal de crashs là aussi lorsque le grappin saucissonnait la profondeur après avoir tapé le sol.

Le Pawnee est bien conçu niveau sécurité du pilote. Mais il ne peut pas tout sauver si ça tape dur.

Moi surtout de grosses frayeurs en remorquage planeur, risques de collisions, fatigue et remorqués dans l'onde déchaînée comme sur ma photo d'hier avec des pilotes planeur un peu limite derrière.

Je les ai vu parfois me doubler avec le câble toujours attaché ou manquer me percuter ou passer en position haute ce qui condamne tout l'attelage à atterrir à la verticale...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'ai pas remorqué assez de planeurs pour qu'ils me fassent trop de méchancetés.

Mes quelques heures se sont faites pendant mon service en 75 et donc sur un très chouette Jodel abeille de la section de vol à voile de Metz "513 VZ" de son petit nom.

En cherchant sur internet, il a apparemment été rebaptisé 513 XT en 2002 à Salon et vole maintenant au versoud.

C'est le seul appareil militaire sur lequel je suis qualifié, il n'ont pas voulu me tamponner le Fouga ni le Morane Paris... dommage :be:

Edited by den

Share this post


Link to post
Share on other sites
A vendre hélice !!;)

Même pas, elle est sur une étagère sous le plafond c'est une tripale.

 

Quel est ce bel avion ?

C'est un ULM "Flipper Bi" donc biplace en tandem de formule canard avec un Rotax 503 de 50 ch.

Je ne comptais pas me remettre à voler mais je suis tomber dessus sur le Bon Coin et j'ai craqué

car dans les années 90 je comptais en fabriquer un.

Il n'en existe que 2 et peut être un troisième en construction.

C'est un architecte naval Paul Lucas de Brest qui l'a dessiné. Le mien est le numéro 2.

Quasiment aucun document si ce n'est quelques rares photos et une video sur Youtube.

vitesse de 55 à 150km/h.

Voir : http://tagazous.free.fr/affichage.php?appareil=Flipper-Bi

 

9233.jpg

 

44991.jpg

 

 

Quand j'ai fait ma formation de pilote agricole (que je n'ai jamais utilisée) on nous avait bien mis en garde contre le colza qui arrête un ULM en quelques mètres.

Bonne nuit.

Luc;)

Edited by CATLUC

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ouais, t'as intérêt à t'en méfier, d'autant qu'avec sa couleur on est pas de le retrouver, ton canari, dans un champ de colza :be:

Share this post


Link to post
Share on other sites

LES NOIX et l'HELICO...

Dans le Royan, au pays de la 'noix de Grenoble", le ramassage des noix s'effectuait en battant l'arbre avec une gaule, "Gauler les noix". Puis est venu le ramassage mécanique : à l'aide d'un outil, branché à la prise de force d'un tracteur, le tronc du noyer, serré entre deux mâchoires, est violemment secoué pour faire tomber les fruits. Inconvénients. : Avec le tronc secoué, les racines de l'arbre bénéficient malheureusement du même traitement !

C'est donc , une autre méthode qui a été expérimenté, en utilisant "l'aviation agricole". Un hélicoptère passe en rase-motte, pour ne pas dire en rase-cime, sur le verger, faisant tomber les noix...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a un avion que je n'ai jamais approché ni vu voler en réel, et j'aurais pourtant bien aimé.

C'est le F104 starfighter.

Google vous montrera une multitude de photos et vidéo ainsi que ses spécifications, mais ce qui m'a toujours bluffé c'est cette figure réalisée par le pilote belge Bill Ongena.

L'exercice consiste à se présenter en finale pour atterrir, toucher les roues sur la piste, remettre un coup de gaz pour tourner un tonneau avant de finaliser l'atterrissage. Effectuer cette manoeuvre avec si peu de surface portante autour de soi reste un exploit exceptionnel mais aussi une énorme prise de risque. la manœuvre a ensuite été interdite après le crash et décès d'un autre pilote.

La vidéo à été tournée lors du tournage d'un épisode des chevalier du ciel et c'est dommage qu'on ne voit pas la présentation en finale ainsi que le touch initial mais cela reste impressionnant tout de même.

 

 

A une époque ou j'étais fan de simulateur de vol, je réussissais cette manœuvre avec un F16 dans Falcon 4, mais j'en ai éparpillé quelques dizaines (centaines ?) avant d'en réussir ensuite une "de temps en temps"... :be:

Share this post


Link to post
Share on other sites
L'hélicoptère, outil universel ;) :

 

il perd pas de temps :b:, c'est impressionnant cette précision.

 

L'exercice consiste à se présenter en finale pour atterrir, toucher les roues sur la piste, remettre un coup de gaz pour tourner un tonneau avant de finaliser l'atterrissage. Effectuer cette manoeuvre avec si peu de surface portante autour de soi reste un exploit exceptionnel mais aussi une énorme prise de risque.

 

Faut pas trop tenir à sa vie pour tester un truc pareil...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour

Le problème c'est qu'il ne finalise pas l'atterrissage après ce tonneau dans le film il lui reste 400 m de piste donc il repart obligatoirement (les panneaux noirs avec 5 puis 4). De plus c'est dans le titre du film "Touch Roll touch"

Bonne journée.

Luc+;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour

Le problème c'est qu'il ne finalise pas l'atterrissage...

 

Effectivement, mais cela n'enlève rien à la "hardiesse" de la manœuvre, il lui aurait juste fallu une piste un poil plus longue.

Finalement j'étais meilleur avec mon F16, j'arrivais à compléter l'atterrissage. Pareil je devais avoir une piste géante :be:

 

Faut pas trop tenir à sa vie pour tester un truc pareil...

 

Quand on pense qu'il a fini dans un accident de voiture...

S'il conduisait sa voiture comme il pilotait son F104, pas trop étonnant :be:

Bon, ne médisons pas, je ne connais pas les circonstances de l'accident.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.