Skeletom677

Études de physique

Messages recommandés

Bonjour à tous, je voudrait devenir physicien-chercheur, et j'aimerais accéder à la meilleur formation en France en physique.

J'ai déjà consulter le Shanghai Ranking, et la meilleur université en France pour enseigner la physique est l'UPMC. Mais j'entend dire que l'ENS de la rue d'Ulm est la meilleure école de France et est la seule à pouvoir offrir une formation pour peut être un jour aller faire ses recherches dans de grandes université Américaines.

Alors ma question est : Quelle université en France est la meilleur pour enseigner la physique et offrir une chance de continuer ses recherches en tant que chercheur dans une université Americaine ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir et bonne année !

 

Si je me souviens bien, notre ami à l'origine du fil est en seconde. Il a donc encore un peu de temps devant lui.

On peut lui conseiller ( attention, les conseilleurs ne sont pas les payeurs...) de viser et d'obtenir un bac scientifique dans les meilleurs conditions.

Ensuite les deux filières ( fac et grandes écoles) se distinguent surtout par leurs "conditions d'existence" de l'étudiant.

A l'heure actuelle, l'accès à la fac ( (licence, master, doctorat, post doc...attention on est vite à bac + 7 ou 8 sans emploi stable, même si l'on est rémunéré pour la thèse) est assez facile. Le problème sera de trouver assez vite le bon labo, le bon directeur de thèse, le bon contrat de thèse...

L'accès à la filière ENS ou X, ou autres "grandes écoles" ( une spécificité très franco française que le "classement" de Shangaï ne comprendra jamais...) est, lui, très très sélectif.

 

Attention, il est plus que probable que les emploi de recherche pure demeureront très peu nombreux en France pour d'assez nombreuses années. L'emploi à l'étranger est en effet à envisager très vite...De toute façon, le post doc , ou le stage à la sortie de l'école, est quasi généralement à l'étranger.

 

Résumé : un bac scientifique, avec mention ( s'il y en a encore...), des stages d'anglais très nombreux, des lectures très nombreuses ( scientific american, pas Science&Vie ;-) ...) , un rendez vous au CDI du lycée... ;)

 

Bonne année et bon courage

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai été voir par curiosité "le Shanghai Ranking" que "Skeletom677" mentionnait qui me parait pas très favorable à la France?

L'éducation supérieure est elle meilleure en anglais?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour vos réponses mais ducoup le meilleur c'est l'ENS ou l'UPMC ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Merci pour vos réponses mais ducoup le meilleur c'est l'ENS ou l'UPMC ?

 

Bonjour

Cette question restera sans réponse précise : l'accès à l'ENS se fait sur un concours très ... sélectif après deux années de préparation, les "fameuses" classes préparatoires, incompréhensibles aux anglo-saxons et au "classement" de Shanghaï :) :). Ensuite, on sort avec juste le titre : "ancien élève"; généralement, l'élève passe en parallèle l'agrégation pour au moins pouvoir enseigner...en classe préparatoire .. la boucle est bouclée ;). Il faudra trouver le bon labo pour passer avec le bon directeur qui aura le bon financement, une thèse.

 

Une faculté ( Pierre et Marie Curie est un vaste ensemble, globalement bien coté, même peut-être par Shanghaï...) est accessible après le bac, sans sélection généralement, peut être plus pour très longtemps. C'est le cycle LMD ( licence, master, doctorat) prolongé dans les sciences dures, par un ou des post docs à l'étranger. On se spécialise généralement au niveau M2 ( deuxième année de master).

 

Il n'y a pas - à mon avis - de "mieux" là ou ailleurs. On peut juste dire que la charge de l'encadrement et de la pression peut être forte en prépa, et que l'étudiant peut être laissé plus libre en fac ( cela n'exclut absolument pas des "devoirs" à rendre à date, précise)..

 

La filière "classes prépa", on dit aussi CPGE, permet d'avoir accès ( la "possibilité d'accès") à un grand choix d'écoles d'ingénieurs, après des concours plus ou moins sélectifs; 5 ans après la sortie de Centrale ( aller absolument voir sur leur site les très beaux parcours proposés), de Sup Elec, de Sup Aéro, etc etc, plus personne ne vous parlera du classement de Shanghaï.... :) :)

 

Bien sûr, attendre d'autres avis et il y a dans cette rubrique des questions similaires; aller les lire.

 

Bonne chance.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est un peu hors du sujet mais je ne peux pas m'en empêcher:

 

Les concours et toujours les concours. . . Si je peux me permettre de critiquer l'éducation française sont ces concours qui évaluent les étudiants seulement à un moment, plutôt que de prendre en considération de l'ensemble des notes du lycée plus une évaluation des connaissances et raisonnement comme le SAT ou ACT sans oublier les activités extracurriculars et civiques!

 

Si le jour des concours l'étudiant ne se sent pas bien, ou il n'aime pas le stress alors son futur sera fichu!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonjour

Cette question restera sans réponse précise : l'accès à l'ENS se fait sur un concours très ... sélectif après deux années de préparation, les "fameuses" classes préparatoires, incompréhensibles aux anglo-saxons et au "classement" de Shanghaï :) :)

Pas qu'aux anglo-saxons, je dirais à tout le monde qui n'est pas français :) Même pour un proche voisin suisse romand comme moi, le système français de grandes écoles/CNRS me paraît opaque, et un peu anachronique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
J'ai déjà consulter le Shanghai Ranking, et la meilleur université en France pour enseigner la physique est l'UPMC. Mais j'entend dire que l'ENS de la rue d'Ulm est la meilleure école de France et est la seule à pouvoir offrir une formation pour peut être un jour aller faire ses recherches dans de grandes université Américaines.

Ce genre de classement compare les performances en terme de recherche, pas d'enseignement, si ?

 

En tout cas j'ai peur que tu raisonnes à l'envers. Tu sembles vouloir intégrer l'ENS afin de devenir un des meilleurs. Mais non ! Tu dois être un des meilleurs afin d'être pris à l'ENS. Si l'ENS est si réputé, c'est parce qu'ils recrutent les meilleurs. Tu ne deviendras pas le meilleur chez eux : tu dois déjà l'être.

 

La bonne voie, si tu es ambitieux, c'est de survoler le lycée, avec des notes tellement élevées que tu seras pris dans d'excellentes prépas scientifiques (20/20 de moyenne générale au bac, c'est possible, il y a même des bacheliers qui ont plus de 20). Ensuite, il faudra tenir le rythme. Attention, avoir 19,5 de moyenne générale en terminale et au bac n'est pas suffisant car dans les meilleures prépas, tous les élèves ont ce profil. Parmi les plus réputées, il y a la prépa de Louis-le-Grand, d'où sont sortis quelques-uns des plus grands scientifiques de notre pays (comme P.-L. Lions, C. Villani, L. Schwarz pour ne citer que des mathématiciens médaillés Fields). C'est la voie royale pour l'ENS. Mais même des lycéens-prodiges s'y cassent les dents. C'est typiquement le genre de lycée dont je parlais plus haut : celui où un élève ayant eu 19,5 au bac va galérer.

 

Bref, pour être un chercheur d'élite, il faut être un être d'élite : survoler le lycée, s'épanouir à Louis-le-Grand, et passer avec succès le concours de l'ENS. Ensuite, c'est bien parti pour une brillante carrière de chercheur : chargé de recherche au CNRS, une habilitation à diriger les recherches avant quarante ans, puis directeur de recherche...

 

Mais avant de rêver de devenir un cador de la recherche, pourquoi ne pas juste vouloir devenir chercheur ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et tu peux rajouter :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lyc%C3%A9e_Louis-le-Grand#Anciens_%C3%A9l%C3%A8ves

 

Laurent Lafforgue Fields 2002, Jean-Christophe Yoccoz Fields 1994.

 

Mais comme monsieur s'intéresse plus à la physique, j'aurais plutôt mis :

Henri Becquerel, Jean-Baptiste Biot, Louis Leprince-Ringuet.

 

Tiens... je savais pas que Benoit Mandelbrot sortait de là.

Et pour les physiciens, on connaît tous Michel Chasles pour ses relations, ou Charles Hermite, pour ses polynômes.

En fait j'en connais plein...

 

Je ne savais pas qu'André Citroën (X1898) sortait de là.

Ni Thomas Piketty (qui a fait Normale après, entrée 1989).

 

Faut pas oublier Evariste Galois... le grand Galois...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pour être un chercheur d'élite' date=' il faut être un être d'élite : survoler le lycée, s'épanouir à Louis-le-Grand, et passer avec succès le concours de l'ENS. Ensuite, c'est bien parti pour une brillante carrière de chercheur : chargé de recherche au CNRS, une habilitation à diriger les recherches avant quarante ans, puis directeur de recherche...[/quote']Avoir fait la maternelle Jean Croûtepain est un plus.

Blague à part, quand on est bon, on réussit, même sans passer par P'tit Louis qui ne fait pas des êtres d'élite mais en recrute plus que la moyenne, grâce à son aura et à la dérogation du Ministère. Sinon, il y a en gros une bonne prépa dans chaque région.

 

Pour savoir si tu es vraiment bon, un signe infaillible : tu comprends les matières scientifiques tout de suite, et tu as de bonnes notes aux devoirs sans réviser ni faire des exercices d'entraînement. Y parvenir en maths est un minimum (la physique demande plus de connaissances), avant le Bac, et si possible, après aussi (plus rare et plus difficile).

 

Une omission : la thèse et beaucoup de courage pour trouver un poste stable ensuite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
quand on est bon, on réussit, même sans passer par P'tit Louis qui ne fait pas des êtres d'élite mais en recrute plus que la moyenne

Voilà, toi tu raisonnes à l'endroit !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonjour à tous, je voudrait devenir physicien-chercheur, et j'aimerais accéder à la meilleur formation en France en physique.

J'ai déjà consulter le Shanghai Ranking, et la meilleur université en France pour enseigner la physique est l'UPMC. Mais j'entend dire que l'ENS de la rue d'Ulm est la meilleure école de France et est la seule à pouvoir offrir une formation pour peut être un jour aller faire ses recherches dans de grandes université Américaines.

Alors ma question est : Quelle université en France est la meilleur pour enseigner la physique et offrir une chance de continuer ses recherches en tant que chercheur dans une université Americaine ?

ne confond pas l'aura et le metier, ne confond pas ce que tu fais aujourd'hui et ce que tu auras à apprendre plus tard et surtout on est plus heureux a etre le 1er là où 3 sont elus que 22ieme où 21 sont elus.

 

Et surtout on n'excelle que dans ce que l'on aime . La seconde c'est tôt , trop tôt .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Voilà' date=' toi tu raisonnes à l'endroit ![/quote']Je ne suis pas passé par P'tit Louis, j'étais en Province :) .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blague à part, quand on est bon, on réussit, même sans passer par P'tit Louis qui ne fait pas des êtres d'élite mais en recrute plus que la moyenne, grâce à son aura et à la dérogation du Ministère. Sinon, il y a en gros une bonne prépa dans chaque région.
Ca permet aussi aux gens qui ont des capacités à ne pas trop souffrir des allègements de programme subis par tous les profs et les lycées. Je pense que c'est à ces âges où l'on ne doit pas gaspiller les talents.

 

Avoir des bonnes notes sans travailler des cours plus qu'allégés, ouais ça montre juste que le programme est nul... je pense que le critère ce n'est plus cela aujourd'hui. Beaucoup d'élèves se croient doués parce qu'ils réussissent les épreuves du bac avec 22/20 en maths alors qu'ils n'ont rien compris.

 

C'est mieux de creuser un peu dans ce genre de lycée, qui permet d'entraîner encore plus haut des potentiels pressentis lors du recrutement.

 

Après, ceux qui sortent de là ne font pas tous de la recherche.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La différence entre "la Montagne" et le reste de la planète se retrouve plus en infra qu'en prépa. Là, en effet, plus qu'ailleurs, les élèves auront du stimulant intellectuel, bien plus que dans les programmes allégés. En fait, c'est parce que les professeurs savent qu'il ont du répondant en face d'eux qu'ils peuvent se le permettre. Et il n'est pas difficile d'étoffer les programmes existants : il suffit d'y ajouter les tenants et les aboutissants de tout ce qui est abordé.

 

Ah, et j'ai passé le Bac à une époque où les programmes de mathématiques et de sciences physiques avaient encore une certaine consistance, du moins en terminale C.

 

Quant à faire de la recherche, mon expérience m'a clairement montré que non, les chercheurs ne sont pas tous des génies, loin s'en faut. Et ils se montrent parfois, de ce fait, fort jaloux des "p'tits jeunes" dont les capacités les dépassent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sinon, plus près de la France que Caltech & co, il y a l'EPFL, l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.