BlackHoleCandidate

Devenir astrophysicien

Recommended Posts

 

Ah ben tiens, avant d'aller me coucher je regarde des nouvelles un peu légères, après les nouvelles plus graves…….

 

Football, disais-je…. :D Bon ben voilà, le conseil d'Arsène Wenger à Thierry Henry nouvel entraîneur de Monaco :

 

Il va devoir avoir la bonne attitude et faire des sacrifices. Il faut sacrifier tout son temps libre. 

 

Quand je disais que c'est pareil dans tous les domaines pour atteindre l'excellence……. Ben voilà……….. Même le football :D:D

 

 

 

Edited by motta

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis actuellement en seconde et je suis passionné d'astronomie, je passe des heures à lire et regarder des vidéos sur le sujet. Je suis également à un club d'astronomie et j'ai un dobson 250/1200. Je voulais savoir, est-ce que ça vaut vraiment le coup de faire de longues études pour déboucher sans métier ou du moins pas celui dont on rêve. Je suis également en cursus Abibac et je serais curieux de savoir si quelqu'un aurait des informations sur les études en Allemagne dans la recherche, est-ce moins bouché qu'en France? Merci d'avance pour toutes vos réponses.

Edited by Ghislain1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les débouchés sont peu nombreux comme tu t'en doute déjà et c'est vrai que celà vaut la peine de se poser la question de  s'engager dans des études longues pour ne pas travailler dans ce domaine au final. Ceci dit la reconversion est facile en général l'astronomie des chercheurs ne consiste plus qu'a brasser des données par traitement informatique pour en ressortir des résuiltats interessants. Je connais un collègue informaticien qui a fait le chemin inverse et qui s'est dirigé dans l'astronomie (au CNRS/JMMC) après une décennie passée dans le developpement logiciel pour les entreprises (mais le gars est une tronche en info). Enfin il arrive aussi que le besoin de travailler pour subvenir à ses besoins dicte le devenir de ses chères études au bout d'un moment :) 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur le site du CNAP (conseil national des astronome et des physicien, il y a les rapport des concours précédent 

http://cnap.obspm.fr/CNAP-Recrutement/archive_recrutements.html 

En chiffre : en 2018 il y a eu 125 demande pour 6 poste, l'age de recrutement moyen est de 33ans, ce qui signifie qu'il faut faire un post-doctorat (CDD) avant.

 

Après, sa dépend de tes motivation. Perso je suis un grand passionné et je tante ma chance car c'est un rêve de travailler dans ce domaine. C'est l'une de mes motivations principale. 

Tu es encore jeune, tu as le temps de choisir, de te réorienter, de préparer des plans de secours...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci beaucoup de vos réponses, je me demande encore juste est-ce mieux de passer par le cursus fac ou prépa. Quel est le plus avantageux?

Share this post


Link to post
Share on other sites

La prépa c'est pour former des ingénieurs à la base pas nécessairement pour se diriger vers de la recherche comme la fac après celà a peu d'importance pour travailler dans un domaine aussi spécialisé car il y aura quand même un concours à l'entrée, à moins que tu vises l'ingénierie et là tu as plus de voies et de choix.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

 

Ma chef(fe) a fait prepa, école d'ingenieur, thèse et post-doc (en Californie), spécialisation astrophysique solaire. Sans poste en France à la sortie malgré plusieurs tentatives. Aucun problème pour se recycler comme comptable !

 

Il existe aussi des emplois dans les métiers sur la conception des équipements (satellites, télescopes) pour lesquels les compétences en astrophysiques sont nécessaires (pas toujours). Ces métiers suivent la gestion de projets.

 

Par ailleurs, il y aussi la filière des enseignants-chercheurs (universités).

 

Dans tous les cas, il y a bcp d'appelés et peu d'élus. Cela ne doit nuire à ta motivation. Il est toujours possible de "recycler" dans une autre filière.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci beaucoup de vos réponses rassurantes. Je me posais aussi une question à propos du nouveau bac et donc des spécialités à choisir pour la classe de première. La combinaison Math-Physique Chimie et Svt serait elle la meilleure? Je suppose que oui.

Share this post


Link to post
Share on other sites

De mon point de vue, Sciences de l'ingénieur et/ou informatique et numérique te seront plus utile que de la SVT, à moins que tu aies un goût pour l'exobiologie.

L'astronomie aujourd'hui c'est beaucoup de traitement de données, du big data et du machine learning.

  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut les gens j'aspire au métiers d'astrophysiciens, mais malgré mes recherches sur le parcours (2 ans de recherche et très peu de données🤬😡!) je ne suis pas parvenu à définir des parcours bien tracé seulement des approximations.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Je ne sais pas trop à partir de quel niveau d'étude tu pose la question donc je reprends à partir du début :

 

D'abord le Lycée :

Je ne connais pas bien comment est appliqué la nouvelle réforme, mais ce qu'il faut c'est une bonne base en math/Physique et commencer l'informatique tôt est un plus du coup je dirais :

-physique-chimie + mathématiques et sciences informatiques et mathématiques/sciences de l'ingénieur en première

-physique-chimie + une des 4 autres spécialité cité juste avant

 

Ensuite il faut arriver à bac + 5, pour ça y'a deux voix possible qui semblent équivalente, par la fac ou par école d'ingénieur :

Cursus FAC :

-D'abord une licence en physique (3 ans d'études)

-Puis un master en astrophysique (2 ans d'études)

 

Cursus Ingénieur (je connais moins bien) :

-D'abord c'est 2 ans de prépa

-Puis dans les 3 ans d'école d'ingénieur (certaines permettent de suivre un master d'astrophysique pendant ce cursus).

 

Après il y a la thèse, c'est comme un apprentissage.

C'est un CDD de 3 ans avec salaire (of course) mais on est aussi étudiant. Où l'on apprend à faire de la recherche en la faisant.

 

Enfin on est prêt pour chercher un poste dans la recherche mais les poste permanent (CDI, fonctionnaire) sont très rare.

Il faut donc enchaîner entre 4 et 6 ans de post-doc, ce sont des CDD de 1 à 3 ans où l'on fait de la recherche et ça se fait très souvent à l'étranger.

 

Pour ce qui est des métiers il y en a 3 dans l'astrophysique (tous des CDI fonctionnaire) :

 

L'astronome engagé par le CNAP : C'est un métier avec 50 % de recherche, 25% d'enseignement (niveau fac) et 25% de tâche de service (du traitement de données, préparation d'instruments etc. quelque chose qui bénéficie à tous).

 

L'enseignant chercheur engagé par une université : C'est un métier avec 50% de recherche et 50% d’enseignement en fac (voir plus).

 

Le chargé de recherche engagé par le CNRS : C'est 100% de recherche.

 

Dans tout les cas il y a très peu de débouché, ils faut compter 20 candidats par poste en moyenne et l'on est pas certain d'avoir un poste un jour !

Pour ce qui est de la ré-orientation ça se fait sans problème au niveau des études, après la thèse ça se fait aussi (les connaissances en informatique, traitement de données et statistiques sont prisées) mais on s'en sort moins bien que si on était directement vers ces métiers back-up. Et c'est pas forcément facile à vivre de se ré-orienter à 30 ans.

 

Je terminerais avec un message : ne voyez pas le métier d'astrophysicien comme une finalité car il a des défauts, il faut faire des sacrifices pour y arriver et on est pas sur d'y arriver, quelque soit notre motivation.

Mais cela doit rester une motivation pour apprendre, vous avez toutes vos études pour découvrir ce qui vous plait.

 

Edited by Farsight

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et a vrai dire, c’est pas simple du tout. Mon fiston est en 1ère année de Physique à l’EPFL et ça n’est vraiment pas une balade de santé !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 20/01/2019 à 18:28, Skywatcher707 a dit :

Ma chef(fe) a fait prepa, école d'ingenieur, thèse et post-doc (en Californie), spécialisation astrophysique solaire. Sans poste en France à la sortie malgré plusieurs tentatives. Aucun problème pour se recycler comme comptable !

 

Parfois je me dis qu'il vaut mieux assurer un métier qui nous plaira même si ce n'est pas "Astrophysicien" et qui nous assura à la fois de quoi subvenir à nos besoins et du temps libre pour s'adonner à sa passion plutôt que de s'obstiner dans des filières difficiles assurant très peu de débouchés qui au final en laisseront beaucoup sur le carreau. Je dis ça car j'en ai vu pas mal se retrouver sans rien à la fin de longue et périeuses études et surtout sans avoir le choix que de prendre n'importe quel job pour vivre ensuite.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.