Tibow

Retour d'expérience des possesseurs / utilisateurs de SC Celestron C8, C9, C11

Messages recommandés

Bonsoir à tous !

 

Afin de m'aider dans ma réflexion quand à mon choix de télescope, je souhaiterais obtenir le retour d'expérience des possesseurs de Celestron C8, C9 et C11.

(Je me permet d'ouvrir un sujet car cela pourra certainement resservir à d'autres personnes dans le futur...)

https://www.webastro.net/forums/topic/162397-recherche-du-meilleur-compromis-premier-achat/

 

Si vous jetez un petit coup d'oeil au sujet ci-dessus, vous verrez rapidement que j'ai était bien conquis (sur le papier) par les SC et en particulier les C8 à C11.

J'ai lu pas mal de topic sur le sujet, mais je souhaiterais obtenir un avis, un retour, et les critiques de ceux qui utilisent ou ont utilisé ces télescopes.

 

J'ai donc plusieurs questions (aucune obligations de répondre à toutes les questions évidemment, c'est juste ce que j'ai en tête) : 

  1. Quel modèle possédez-vous ? Sur quel type de monture (AZ, EQ, avec ou sans GoTo, ...) ? Et avez-vous d'autres instruments en compléments ?
  2. Quelle(s) utilisation(s) en faite vous ? (Visuel planétaire et/ou CP, astrophoto planétaire et/ou CP, observation solaire, spectrométrie......)
  3. Que pensez-vous de l'aspect pratique, à savoir : transporter le matériel sur le lieu d'observation, l'installation, les réglages, mise en température ... Combien de temps en moyenne entre le début de l'installation et le début de l'observation ?
  4. Est-ce que la collimation est réalisable facilement, en combien de temps, et est-elle relativement stable dans le temps (le temps d'une nuit d'observation et suite au transport) ? (J'ai lu un peu les méthodes de collimation sur une étoile, mais j'ai un peu peur que les conditions atmosphérique parfois/souvent mauvaises n’empêchent de réaliser correctement la collimation... et est-ce que les méthodes de collimation des SC ne sont pas trop pénalisantes par rapport au Newton par exemple, dont la collimation au laser est presque un jeu d'enfant ?)
  5. Si vous pouviez échanger (gratuitement) votre modèle contre celui au-dessus (en diamètre), le feriez-vous ?
  6. Ressentez vous des lacunes de ces instruments dans un domaine en particulier ? Etes vous bridé par votre instrument sur une application en particulier ?
  7. Quelles raisons vous ont amené à acquérir ce type d'instrument ?
  8. Quels sont selon vous leurs avantages et inconvénients ?

 

Voilà pour ce que j'avais en tête actuellement. Si vous avez d'autres choses à raconter je suis bien évidemment preneur :be:

L'idée est vraiment d'avoir vos avis et vos critiques sur ces instruments, en positif et en négatif.

 

Merci d'avance à celles et ceux qui prendront un peu de temps pour répondre :)

 

A bientôt

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon ben vous m'avez convaincu... c'est tellement de bons tubes que vous passez vos journées et vos nuits à l’oculaire, donc pas le temps de répondre ! :laughing:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:D

je dispose d'un 11 mais rêve d'un 9,25.

monture eq6.

utilisation animation publique. Pour le reste, je préfère des instruments spécialisés (ou optimisés comme tu voudras). Je dispose donc de plusieurs instruments.

la collim ? Un rêve (que ceux qui ont un doute fassent joujou avec un Schiefspigler ...). Quand tu as compris, tu délaisses les forums et tu y vas.

note sur les forums : indispensables à mes yeux mais prudence ; on y lit tout et son contraire.

Au plaisir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un Celestar 8 en 1998, pour du visuel uniquement. Un rêve de gosse malgré le noir à la place de l'orange. Je garde un excellent souvenir de la facilité d'usage de la monture à fourche (et de son installation) pour du visuel, moins de l'optique .  Il faut une bonne mise en température, et la collim changeait selon l'inclinaison du tube (peut-être secondaire mal verrouillé?). Le pare-buée ne faisait que retarder la fin des jeux... Une image toujours un peu pâteuse.

Le sc est super sensible à la collimation. J'ai dû tomber sur un cul de bouteille, c'était la mauvaise période chez les ricains. My two cents...

 

Bon ciel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 J'ai eu un C8 et un C11, montés sur une EQ6

J'étais sur un dobson, mais à cause de problèmes de dos, j'ai du abandonner ce type d'instrument au profit d'un télescope me permettant de garder une position droite pour l'observation.

N'ayant pas supporté la baisse de diamètre :)  je suis passé ensuite au C11

Je me suis amusé sur le c8 en CP avec un EOS, pour des résultats de débutants que j'étais, vu la focale il faut une bonne monture et surtout un bon ciel.

 

-Il me fallait bien 1h30 de préparation en incluant la MES précise sur PC, et la colim tenait très bien, il faut dire que je n'allais pas plus loin que mon jardin... ( je parle pour la photo),

- A propos des problèmes de colim cités, j'en reviens à la nécessité d'avoir un ciel correct+, pour ce type d'instrument, si tu veux une colim "parfaite", la tache d'airy  n'est pas exploitable sinon.

-Moi qui suis dans une région ou l'humidité est fréquente et importante, ce type de télescope (moyennant une résistance chauffante autour de la lame) te permet de t'affranchir totalement de ce problème, le primaire étant protégé (bon il faut du jus, mais avec un goto de toute façon ....)

-La mise en température, je laissais une heure avec le C8, le double avec le c11 (dans mon jardin ce n'étais pas un problème).

-Passer au C11, la on n'est plus du tout sur le même gabarit, je dirai que c'est limite pour du nomade, dans le froid, l'humidité,et la nuit, la fatigue, il faut faire attention vraiment lors du montage/démontage, c'est quand même un gros bestiau, le mien avait une poignée et c'est pas du luxe. Il m'est arrivé souvent de m'y reprendre à 2 fois pour le fixer sur l'EQ6.

-Pour du planétaire c'est vraiment bon, en visuel/photos lunaires au C8 et surtout au C11 ça envoie du bois.

-Pour le CP visuel, la il faut prendre en compte la qualité de ton ciel vu la focale j'ai eu pas mal de soirée ou le C11 n'apportait rien de plus que le C8 d'un point de vue qualitatif, par contre quand le ciel est bon la oui c'est flagrant, la différence de diamètre s'impose.

- La photo CP au C11, bon oublie si tu n'as pas une monture adaptée, et un ciel le permettant, tu peux obtenir un résultat 'plaisir', mais faut pas être trop exigeant.

 

Voila pour mon expérience

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 17/4/2018 à 20:35, Tibow a dit :

Bonsoir à tous !

 

...

 

J'ai donc plusieurs questions (aucune obligations de répondre à toutes les questions évidemment, c'est juste ce que j'ai en tête) : 

 

Quel modèle possédez-vous ? Sur quel type de monture (AZ, EQ, avec ou sans GoTo, ...) ? Et avez-vous d'autres instruments en compléments ?

Un C9,25HD en// avec une  Apo de 100mm  sur une EQ8 GT . J'ai aussi un SC12 Meade et une AZEQ6.

 

Quelle(s) utilisation(s) en faite vous ? (Visuel planétaire et/ou CP, astrophoto planétaire et/ou CP, observation solaire, spectrométrie......)

Visuel et photo planétaire .

 

Que pensez-vous de l'aspect pratique, à savoir : transporter le matériel sur le lieu d'observation, l'installation, les réglages, mise en température ... Combien de temps en moyenne entre le début de l'installation et le début de l'observation ?

En poste fixe sous abris.

 

Est-ce que la collimation est réalisable facilement, en combien de temps, et est-elle relativement stable dans le temps (le temps d'une nuit d'observation et suite au transport) ? (J'ai lu un peu les méthodes de collimation sur une étoile, mais j'ai un peu peur que les conditions atmosphérique parfois/souvent mauvaises n’empêchent de réaliser correctement la collimation... et est-ce que les méthodes de collimation des SC ne sont pas trop pénalisantes par rapport au Newton par exemple, dont la collimation au laser est presque un jeu d'enfant ?)

La collimation d'un SC est plus simple que celle d'un Newton  avec seulement trois vis à ajuster. Elle est contrôlée lors de chaque séance observation/photo. Mes deux SC ont un blocage du miroir, la MAP est faite au Crayford. Pas de shitfting  , le miroir étant bloqué la collim ne bouge pas lors des changements de pointage .

 

Si vous pouviez échanger (gratuitement) votre modèle contre celui au-dessus (en diamètre), le feriez-vous ?

Etant en poste fixe oui pour un C14 ou un SC16.

 

Ressentez vous des lacunes de ces instruments dans un domaine en particulier ? Etes vous bridé par votre instrument sur une application en particulier ?

Diamètre en CP , on en veut toujours plus ...

 

Quelles raisons vous ont amené à acquérir ce type d'instrument ?

Polyvalence visuel/photo , les accessoires , le confort de regarder par l'arrière du tube assis sur un tabouret , encombrement , le poids des tubes Celestron (Les Meade sont très lourds , mon SC305 est aussi lourd qu'un C14), la bonne qualité optique depuis quelques années...

 

Quels sont selon vous leurs avantages et inconvénients ?

Plus cher qu'un Newton à diamètre égal , sensible à la buée(pare buée et/ou résistance chauffante ), mise en température plus longue qu'un Newton même en refroidissant  , shifting plus ou moins important selon les modèles ( La mécanique des HD est semble meilleure ) à éliminer avec un Crayford mais cela n'est pas grave pour faire du visuel , Tilt plus ou moins important selon les modèles(Applicable aussi aux Newtons) du miroir lors des changements de pointage pour les tubes sans blocage de l'optique .

 

Voilà pour ce que j'avais en tête actuellement. Si vous avez d'autres choses à raconter je suis bien évidemment preneur :be:

L'idée est vraiment d'avoir vos avis et vos critiques sur ces instruments, en positif et en négatif.

 

Merci d'avance à celles et ceux qui prendront un peu de temps pour répondre :)

 

A bientôt

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci beaucoup pour vos retours ! ;)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 17/04/2018 à 20:35, Tibow a dit :

Bonsoir à tous !

 

Afin de m'aider dans ma réflexion quand à mon choix de télescope, je souhaiterais obtenir le retour d'expérience des possesseurs de Celestron C8, C9 et C11.

(Je me permet d'ouvrir un sujet car cela pourra certainement resservir à d'autres personnes dans le futur...)

https://www.webastro.net/forums/topic/162397-recherche-du-meilleur-compromis-premier-achat/

 

Si vous jetez un petit coup d'oeil au sujet ci-dessus, vous verrez rapidement que j'ai était bien conquis (sur le papier) par les SC et en particulier les C8 à C11.

J'ai lu pas mal de topic sur le sujet, mais je souhaiterais obtenir un avis, un retour, et les critiques de ceux qui utilisent ou ont utilisé ces télescopes.

 

J'ai donc plusieurs questions (aucune obligations de répondre à toutes les questions évidemment, c'est juste ce que j'ai en tête) : 

  1. Quel modèle possédez-vous ? Sur quel type de monture (AZ, EQ, avec ou sans GoTo, ...) ? Et avez-vous d'autres instruments en compléments ?
  2.  
  3. c9 carbone sur gpdx avec pic astro et mérop en complément ioptron minitower pour les vacances.
  4.  
  5. Quelle(s) utilisation(s) en faite vous ? (Visuel planétaire et/ou CP, astrophoto planétaire et/ou CP, observation solaire, spectrométrie......)
  6.  
  7. visuel un peu de photo
  8.  
  9. Que pensez-vous de l'aspect pratique, à savoir : transporter le matériel sur le lieu d'observation, l'installation, les réglages, mise en température ... Combien de temps en moyenne entre le début de l'installation et le début de l'observation ?
  10.  
  11. 30 minutes c était le but chaque élément est inférieur à 10 kilos se transporte facilement
  12.  
  13. Est-ce que la collimation est réalisable facilement, en combien de temps, et est-elle relativement stable dans le temps (le temps d'une nuit d'observation et suite au transport) ? (J'ai lu un peu les méthodes de collimation sur une étoile, mais j'ai un peu peur que les conditions atmosphérique parfois/souvent mauvaises n’empêchent de réaliser correctement la collimation... et est-ce que les méthodes de collimation des SC ne sont pas trop pénalisantes par rapport au Newton par exemple, dont la collimation au laser est presque un jeu d'enfant ?)
  14.  
  15. non bob Knob ça bouge pas si c est bien fait on peut même la faire l œil à l oculaire avec des grands bras 
  16.  
  17. Si vous pouviez échanger (gratuitement) votre modèle contre celui au-dessus (en diamètre), le feriez-vous ?
  18.  
  19. c14 la je vais sûrement acheter un xx16g d orion mais j avoue que j hésite encore avec un c14 le confort d observation derrière c est vraiment le pied
  20.  
  21. Ressentez vous des lacunes de ces instruments dans un domaine en particulier ? Etes vous bridé par votre instrument sur une application en particulier ?
  22.  
  23. non sauf le diamètre bien sûr
  24.  
  25. Quelles raisons vous ont amené à acquérir ce type d'instrument ?
  26.  
  27. compact grand diamètre j en rêvais dans les années 80 f/d 2,5 plus tolérant que les autres
  28.  
  29. Quels sont selon vous leurs avantages et inconvénients ?
  30.  
  31. avantage compact pour le diamètre inconvénient perte de contraste mais bon on s habitue
  32. j ai même acheté un meade en 6 acf pour le champ et je confirme ménade construit lourd très lourd

 

Voilà pour ce que j'avais en tête actuellement. Si vous avez d'autres choses à raconter je suis bien évidemment preneur :be:

L'idée est vraiment d'avoir vos avis et vos critiques sur ces instruments, en positif et en négatif.

 

Merci d'avance à celles et ceux qui prendront un peu de temps pour répondre :)

 

A bientôt

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 17/04/2018 à 20:35, Tibow a dit :

 

  1. Ressentez vous des lacunes de ces instruments dans un domaine en particulier ? Etes vous bridé par votre instrument sur une application en particulier 

 

 

 

En visuel 2 limites embetantes

 

- l'obstruction importante : provoque un manque de contraste, en planétaire principalement

- le F/D de 10 en natif : très long, on ne peut pas atteindre une pupille de sortie suffisament large pour les objets les plus faibles. On est limité à 4mm typiquement avec les oculaires grand champ. le 40mm 70°. Alors qu'avec un Newton F/D 5, on atteindra la pupille max de 6.5mm avec un oculaire 

 

En photo

- mécanique approximative qui rend difficile le réglage précis de l'optique hors axe. Sur l'axe  heureusement les différents défauts se compensent à peu près juste par le réglage de l'inclinaison du secondaire (les 3 vis de collimation). C'est une plaie à régler quand c'est déréglé, il y a du jeu partout

- basculement du miroir dans le jeu. En photo ciel profond, il faut guider au diviseur optique pour éviter ça, ou faire des poses suffisamment courtes, mais difficile avec le long F/D

- backlash de la mise au point : difficilement utilisable en photo planétaire. Il faut ajouter un porte oculaire externe, un crayford par ex

- très longue focale, difficle à utiliser avec les capteurs à petits pixels actuels. Il faut un réducteur. 

- qualité de l'image assez mauvaise en bord de champ (coma, courbure de champ), à part sur les série edgeHD. 

 

-> pour toutes ces raison, je recommanderais plutôt la série edge, même si elle est plus chère, car on a une optique bien réglée d'origine, un blocage possible du primaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 17/04/2018 à 22:35, Tibow a dit :
  • Quel modèle possédez-vous ? Sur quel type de monture (AZ, EQ, avec ou sans GoTo, ...) ? Et avez-vous d'autres instruments en compléments ?
  • Quelle(s) utilisation(s) en faite vous ? (Visuel planétaire et/ou CP, astrophoto planétaire et/ou CP, observation solaire, spectrométrie......)
  • Que pensez-vous de l'aspect pratique, à savoir : transporter le matériel sur le lieu d'observation, l'installation, les réglages, mise en température ... Combien de temps en moyenne entre le début de l'installation et le début de l'observation ?
  • Est-ce que la collimation est réalisable facilement, en combien de temps, et est-elle relativement stable dans le temps (le temps d'une nuit d'observation et suite au transport) ? (J'ai lu un peu les méthodes de collimation sur une étoile, mais j'ai un peu peur que les conditions atmosphérique parfois/souvent mauvaises n’empêchent de réaliser correctement la collimation... et est-ce que les méthodes de collimation des SC ne sont pas trop pénalisantes par rapport au Newton par exemple, dont la collimation au laser est presque un jeu d'enfant ?)
  • Si vous pouviez échanger (gratuitement) votre modèle contre celui au-dessus (en diamètre), le feriez-vous ?
  • Ressentez vous des lacunes de ces instruments dans un domaine en particulier ? Etes vous bridé par votre instrument sur une application en particulier ?
  • Quelles raisons vous ont amené à acquérir ce type d'instrument ?
  • Quels sont selon vous leurs avantages et inconvénients ?

 

Salut Tibow,

 

Je possède un C11 depuis à présent 2 ans. Il est venu accompagner un autre instrument : une lunette fluorite de 100mm. 

Le modèle que je possède est  monté désormais sur une monture CEM60 Ioptron. Pour le moment cette dernière fait le travail parfaitement. 

Le C11 est à usage très plyvalent : visuel et photographie planétaire. 

 Cet instrument pèse 12kg. Le tube est compact et se transporte aisément sur la banquette arrière d'une voiture citadine,  le tout bien confortablement posé sur des oreillers et avec ceinture obligatoire ! Il occupe  la moitié de la banquette.  Sa fixation sur la monture est celle que je redoutais le plus avec l'ancienne queue d'aronde vixen. Cette dernière est fine et s'avère dangereusement propice au basculement du tube sur le côté ! Ca n'est jamais arrivé, mais ce fut au prix de quelques gouttes de sueur au front  vite arrivées sous les tropiques !  Avec la queue d'aronde Losmandy, c'est un jeu d'enfant : tu soulève le tube et tu le poses sur la monture et tu serres en tenant le C11 bien sûr par l'arrière surtout car il est solidement "arrimé"  de par  la largeur de la queue d'aronde.  

 

Ce télescope est dans mon usage quotidien en mode nomade à 50% : il s'envole à 2300/2500m d'altitude. Il est tout autant utilisé au bord de la mer où il ne subit aucune mise en température. Il fait aussi bon dehors qu'à l'intérieur de l'appartement !  Il est donc opérationnel immédiatement.  Au volcan, en revanche, la mise en température durant l'hiver austral est importante (on passe de 22/25° dans les bas à 0/5° dans les hauts !).  Mais je n'ai jamais attendu la mise en température pour commencer à observer :  tu évites tout simplement de vouloir résoudre Sirius B en début de soirée ou pointer Jupiter ! Je commence souvent par des objets qui n'exige que des grossissement moyens :  nébuleuse étendues par exemple ou même galaxies...

Une fois en température, soit en hiver, avec un tel écart de température, je dirais une heure trente  (je n'ai jamais vérifié pour tout dire), les images peuvent être extraordinaires....

 

La collimation est simple à faire : plusieurs sites t'expliquent comment faire. Perso, je tâtonne le plus souvent : je regarde de quel côté c'est décentré et manipule juste un peu la vis concernée et je vois ce que ça donne : si ça empire, je refais la manip au sens inverse. Bref, je teste ainsi et arrive toujours très vite à un très bon résultat. 

J'ai remarqué cependant une certaine tendance à une décollimation selon que tu observes à l'horizon et au zénith. 

La collimation est-elle stable ? Je dirais qu'après un transport (une heure trente tout de même pour aller au volcan), pour faire du bon boulot à fort grossissement, il faut vérifier. Mais je t'avouerai que je ne le fais pas toujours et que l'émerveillement est toujours au rendez-vous à la fin de mes séances d'observation ! Si la cible de la soirée est très exigeante, style une nébuleuse planétaire, alors je m'y attarde.  

Combien de temps pour une bonne collimation ? Si tu ne fais pas n'importe quoi avec les trois vis, c'est du vite fait. Quand je la retouche, ça se réduit souvent à deux coups de vis et c'est tout...

Le recours à l'écran d'ordi (+caméra) est fort pratique :  tu vois le déplacement en "live". 

 

L'installation du matériel :  je prends mon temps et c'est toujours la même procédure :

  • le trépied bois mis à niveau et préorienté vers le pôle ( sortie du coffre etc ça doit faire du 2mn)
  • l'installation de la monture. (elle est facile à porter et il y a deux vis à serrer : 1 mn)
  • les deux contrepoids ( c'est ultra rapide évidemment, allez disons 1mn)
  • mise en place du tube. ( le retirer de la voiture,  le poser sur la monture et serrer : 3 mn je dirais
  • la raquette de commande (30 secondes)
  • allumage et alignement sur trois étoiles.  ( L'alignement est sans doute le plus long : allez disons 4 mn)

Donc au total, le télescope est opérationnel en une dizaine de minutes. 

 

 

Est-ce que je l'échangerais contre un modèle au-dessus, c'est-à-dire le C14 ? Honnêtement ce dernier me fait rêver. Mais il est super lourd, et franchement, 12kg déjà, c'est pas mal et ça me suffit. Je crois qu'installer seul le C14 sur sa monture, faut prendre une assurance tous risques pour l'instrument ! 

Par ailleurs, au C11, tu peux descendre à 70X. Cela t'autorise encore un champ franchement pas mal pour les nébuleuses ou autres objets étendus. Le C14  lui sera plus contraignant. Pour le gain de lumière, bien sûr que j'aimerais le tester mais pour un usage nomade, il faut savoir aussi préserver son dos et ne pas rendre chaque installation éprouvante. 

 

 

Le C11 n'est pas adapté pour l'observation des amas ouverts. Enfin je m'explique : si tu veux résoudre à fond un amas ouvert, bien sûr qu'il est génial, mais pour moi le caractère esthétique de l'objet à travers l'oculaire est essentiel. Or un amas ouvert, j'aime le voir encore dans toute sa compacité, et là, rien ne remplace une bonne lunette ou tout instrument permettant de grossir une vingtaine de fois...

 

Le C11 est vite une bête de course pour les amas globulaire et les nébuleuses planétaires, ou certains objets comme sirius B, E et F  du trapèze qui ne sont qu'un jeu d'enfant pour ce téléscope. 

 

 

La Lune à 800x (collimation précise) est un spectacle. Les planètes dévoilent un nombre impressionnant de détails ! Mais ici, les planètes vont au zénith.... Cela facilité grandement le travail car Jupiter par exemple à faible hauteur, ben c'est très moche...

Voici une petite vue de Jupiter que j'ai réussi à travailler pour illustrer ce que l'on voit à l'oculaire dans de bonnes conditions. 

 

 5adcbfb3c34c1_simulationjupiterauC11.thumb.jpeg.0423832537ade5514e57084376b9ee45.jpeg

 

 

Côté nébuleuses comme  M42 ou la Trifide ou autre, que dire : c'est somptueux. Un dessin sera plus parlant. 

 

5adcc0359f6a6_lanbuleusetrifide131.thumb.jpg.47352a8dbb8481e234593ae5b6bfc243.jpg

 

 

Les galaxies :  Je crois que pour entrer confortablement dans cet univers, un 400mm est nécessaire. Mais je me régale dans la mesure où l'altitude aide beaucoup à voir ou deviner des détails : les plus brillantes sont superbes. Je te montre comme exemple la galaxie du Sculpteur : 

 

NGC253166.jpg.b4456d66e5d82cbe5dc884b36d3015ac.jpg

 

 

M51 dévoile ses spirales, M83 est superbe aussi mais pour ce qui est des galaxies plus faibles, on sent qu'il faudrait plus de diamètres. Disons que le C11 est un peu comme le premier pas dans la cour des grands mais voilà, il y a justement plus grand et généreux comme diamètre. Honnêtement, galaxies en toute quiétude : 400mm

 

 

J'ai choisi cet instrument pour son diamètre généreux et sa polyvalence. Pouvoir aussi s'adonner à la photo notamment planétaire avec une focale de plus de 6000mm, il y a de quoi faire.  Voici quelques exemples...

 

5adcc2bd7f2d3_cratrelunaire27112017.thumb.jpeg.3690ffdf7774a0f833074e79c2c6c69e.jpeg

 

 

 

Saturnedu16juin2017.thumb.jpeg.c0d467ece7dd018a88a8b3475524dee6.jpeg

 

 

jupiterdu10avril2018.thumb.jpeg.35daf72ad6b61a5373e0cae5cbda0299.jpeg

 

 

J'ai choisi aussi cet instrument pour sa bonne transportabilité et son usage au fond similaire à celui d'une lunette. Je suis conscient qu'un dobson m'aurait permis à moindre prix d'avoir un diamètre bien plus important. Mais voilà, ce fut un choix et je ne le regrette absolument pas.

Voilà j'espère t'avoir aidé à y voir plus clair !

 

Bonne fin de week end !

 

gildas

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Merci pour tes remarques olivdeso !

Et merci Gildas974 pour ce partage d'expérience très étoffé ! :D

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 22/04/2018 à 17:57, olivdeso a dit :

 

En visuel 2 limites embetantes

 

...

- le F/D de 10 en natif : très long, on ne peut pas atteindre une pupille de sortie suffisamment large pour les objets les plus faibles. On est limité à 4mm typiquement avec les oculaires grand champ. le 40mm 70°. Alors qu'avec un Newton F/D 5, on atteindra la pupille max de 6.5mm avec un oculaire 

 

...

 

Avec l'age ce n'est plus un inconvénient ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
Le 17/04/2018 à 20:35, Tibow a dit :
  • Quel modèle possédez-vous ? Sur quel type de monture (AZ, EQ, avec ou sans GoTo, ...) ? Et avez-vous d'autres instruments en compléments ?
  • Quelle(s) utilisation(s) en faite vous ? (Visuel planétaire et/ou CP, astrophoto planétaire et/ou CP, observation solaire, spectrométrie......)
  • Que pensez-vous de l'aspect pratique, à savoir : transporter le matériel sur le lieu d'observation, l'installation, les réglages, mise en température ... Combien de temps en moyenne entre le début de l'installation et le début de l'observation ?
  • Est-ce que la collimation est réalisable facilement, en combien de temps, et est-elle relativement stable dans le temps (le temps d'une nuit d'observation et suite au transport) ? (J'ai lu un peu les méthodes de collimation sur une étoile, mais j'ai un peu peur que les conditions atmosphérique parfois/souvent mauvaises n’empêchent de réaliser correctement la collimation... et est-ce que les méthodes de collimation des SC ne sont pas trop pénalisantes par rapport au Newton par exemple, dont la collimation au laser est presque un jeu d'enfant ?)
  • Si vous pouviez échanger (gratuitement) votre modèle contre celui au-dessus (en diamètre), le feriez-vous ?
  • Ressentez vous des lacunes de ces instruments dans un domaine en particulier ? Etes vous bridé par votre instrument sur une application en particulier ?
  • Quelles raisons vous ont amené à acquérir ce type d'instrument ?
  • Quels sont selon vous leurs avantages et inconvénients ?

Pour ma part, je possède un C925 de 2014 sur une monture Advanced VX de Celestron (nouvelle version de la CG5).

Je n'ai pas d'autre instrument mais je pense à terme m'acheter une petite lunette 80ED pour photographier les galaxies étendues.

J'ai choisi ce télescope (qui est mon premier) pour son caractère polyvalent. Je fais du planétaire (un peu moins en ce moment vu que les planètes ne sont pas très hautes), du ciel profond (j'adore les amas globulaires), de l'astrophotographie avec un réducteur Celestron.

J'observe surtout depuis mon jardin car j'ai la chance d'habiter au milieu du vignoble Nantais dans une ville qui éteint ses lumières à partir de 22h30. Il m'arrive également de mettre le télescope dans la voiture et de faire une trentaine de km pour avoir un ciel encore plus noir.

Le montage du matériel prend une quinzaine de minutes et en général (comme je suis dans mon jardin), je fais l'installation 2h avant d'observer pour que le télescope soit bien à température. Pour la mise en station, en général, j'oriente le scope vers le Nord, je fais un alignement sur 4 étoiles puis je fais un all-star align (équivalent d'une visée polaire) et je refais un alignement  4 étoiles.  En général, ça me permet de faire des photos avec mon D3100 de 30s sans autoguidage. Je suis loin d'être un expert en photo donc pour moi c'est déjà un beau résultat.

Si je ne fais que du visuel, en général je fais juste un alignement 4 étoiles et là en 5 minutes c'est prêt.

Je n'ai jamais fait de collimation depuis que j'ai le télescope et je vois qu'elle est mauvaise. J'ai commandé cette semaine une caméra astro (la datyson T7) et je vais tenter ma première collimation grâce à elle (avec collimaid je pense). J'ai lu pas mal de chose sur la collimation et ça n'a pas l'air compliqué, j'ai l'impression qu'il faut surtout être méthodique.

Je ne souhaite pas changer mon télescope contre un modèle plus gros car je trouve que la focale du C925 est vraiment bien et l'ouverture de 235mm est déjà assez grande pour voir de nombreuses choses (et tenir des années !).  J'ai longuement hésité entre le C925 et le C8 edgeHD et je suis content de mon achat même si je préfèrerais avoir un C925 edgeHD... De plus, les modèles plus gros, genre le C11, sont plus lourds, plus encombrants, avec une plus grosse monture, donc plus chers. Pour moi le C925 est la bonne formule si on veut bouger un peu, mais ça n'engage que moi.

 Par contre je pense que dans quelques temps, je vais changer de monture car autant la advanced VX est suffisante pour du visuel autant je sens qu'elle n'est pas conçue pour supporter un tel poids en astrophoto. Je changerai peut-être d'avis quand j'aurais mis l'autoguidage (certainement via la lunette guide pour commencer) mais dans l'état actuel, j'adorerai un CGX (le matos Celestron a ma préférence)

Je l'ai acquis parce qu'il est vraiment polyvalent et après avoir mis les yeux dans pas mal de télescope, c'est celui qui m'a donné le plus envie. Il n'est excellent nulle part mais il est bon partout ;-)

J'ai quand même acheté un certain nombre d'accessoires :

- pare buée chauffant astrozap

- porte oculaire clickstop 2"

- une malette d'oculaires celestron

- un booster Norauto

- un quickfinder

- la bague et l'extension t2 pour mettre mon APN

- une caméra planétaire qui me servira pour l'autoguidage également.

Je ne regrette pas mon achat, pas du tout même. Il faut juste avoir conscience que démarrer avec un tel instrument, c'est pas mal d'apprentissage car la focale est très longue et les réglages sont je pense plus complexes que pour une petite lunette de 80mm.

A ta dispo pour échanger

 

Pour info, voici quelques images montrables que j'ai réalisé avec le C925 (et mon petit niveau d'expérience) :

24682-1510932511.jpg

 

24682-1508155547.jpg

 

24682-1508155415.jpg

Modifié par Saint-Jey

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour. Je possède un vieux C8 + red  et une Orion 80ED + red.

Je pense que ce sont des instruments complémentaires qui ne demandent pas une monture trop onéreuse (GPDX et EQ6).

Choix du C8 pour sa polyvalence.  Les inconvénients ont été cités plus haut. Je les utilise en astrophoto avec un Sony A7Sa. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.