patrick60

Dramatique disparition des insectes : constat en Picardie - juin 2018

Messages recommandés

Pas de souci ! ;)

 

Ce matin, chez moi dans les Monts du Lyonnais en pleine campagne, au-dessus des vergers, pas un nuage, pas un souffle.

La matinée est magnifique, 06 h et des brouettes, avant de partir bosser me prend l'envie de passer le seuil de la porte pour déjeûner sur ma dalle d'observation quand soudain ...Broooooommmmm !! Eh oui, le sinistre bruit des sulfateuses tournant à plein régime dans les vergers en contre-bas !! :mad:

Dégoûté, j'ai refermé la porte et j'ai déjeûné dedans !!

ah les sal..... !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vais me faire l'avocat du diable mais bon...

 

Tout le monde pleure sur les 80% d'insectes disparus mais pas sur les moustiques qui eux aussi ont disparus et à mon avis ils font une très très très grosse part des 80% disparus!

D'ailleurs, je n'ai eu qu'une seule piqure de moustique cette année... et la dernière fois que j'ai roulé en voiture la nuit, ma voiture a fini toute propre et pas salie de moustiques écrasés sur la carrosserie comme dans l'ancien temps!

 

Bref, les gens s'en foutent des insectes tant qu'il n'y  a pas de moustique et on ne peut pas faire d'omelette sans casser des oeufs!

 

Ceci dit, je suis pour l'extinction des lumières la nuit, et pour laisser les moustiques tranquille (sinon, que vont manger les larves de libellules s'il n'y as plus de larve de moustique???)

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 31 minutes, etoilesdesecrins a dit :

Dégoûté, j'ai refermé la porte et j'ai déjeûné dedans !!


Tu as bien eu raison. J'ai déjà développé sur les pesticides et leur extrême dangerosité surtout à des doses comme celles ci. meme une simple bouffé peu etre néfaste.

Ne jamais respirer. Les symptômes qui doivent vous alerter : picotements de la gorge ; yeux qui pleurent ; irritations ; nausée, étourdissements etc. Attention : si vous ressentez cela, c'est déjà trop tard...c'est à dire que vous avec inhalé du pesticide. Fuir au plus vite en zone d'air pur. Si cela ne cesse pas sous 1/2h : consulter + centre anti-poison.

Rappellons que l'inhalation des traitements chimiques peuvent également provoquer des lésions bien après coup.

 

Ce type d'épandage est une honte car bien entendu, le gars n'en a que faire du sens du vent...

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De toute façon le problème à la base n'est pas la disparition des insectes, mais la prolifération des êtres humains.

Vous pensez quand même pas quadrupler la population mondiale en une centaine d'année, pratiquement doubler l'espérance de vie et que la planète et l'humanité s'en tire indemne ?

Malheureusement le problème est insoluble et on ne peut que continuer à foncer de plus en plus vite dans le mur.

On devrait même accélérer encore un peu et avec un peu de chance, il restera peut-être de quoi reconstituer un biotope une fois que l'homme aura disparu  :be:

 

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 16 minutes, Rdlm a dit :

je suis pour l'extinction des lumières la nuit, et pour laisser les moustiques tranquille

 

Bien sur qu'il n'y a pas que les abeilles mais leur role est prépondérant car se sont des pollinisateurs. Beaucoup d'autres insectes sont effectivement décimés dans la plus grande indifférence par les défoliants mais aussi par la pollution lumineuse (PL) qui perturbent leur rythme circadien (jour/nuit)

 

La ville de Berlin a réfléchit à ce problème intelligemment : non seulement ils ont réduit la P.L en modifiant leurs éclairages urbains mais ils ont aussi laissés des zones dans le noir, précisément pour que les insectes nocturnes puisse vivre normalement. En effet, la PL génère des concentrations d'insectes anormales attirés par la lumière ce qui modifient leur répartition avec ce qui s'en suit...

 

Comme d'habitude, ici on est en retard de deux trains...

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 13 minutes, den a dit :

mais la prolifération des êtres humains.

Très juste.  C'est LE facteur clé mais aussi le facteur qui dérange et dont on ne veut pas parler alors qu'on connait le problème démographique depuis plus de soixante ans. L'etre humain est la seule espèce à ne pas d’auto-réguler exception faites de quelques "bonnes petites guerres" comme il en a le secret. Quand bien même il modifierait ses habitudes - surtout dans nos sociétés - on aurait peut-etre une chance de nous en sortir mais non ! il persiste égoïstement dans sa logique de consommation à outrance..."après moi, le déluge".

aller...combien de personne sur nos autoroutes aujourd'hui ? hummmm ?

 

il y a 13 minutes, den a dit :

Malheureusement le problème est insoluble

 

il y a des solutions mais elles ne cadre plus avec la morale. A chacun de réfléchir au sujet...

 

il y a 13 minutes, den a dit :

On devrait même accélérer encore un peu et avec un peu de chance, il restera peut-être de quoi reconstituer un biotope une fois que l'homme aura disparu  :be:

 

c'est ce que je me dis....et encore...

partout ou l'etre humain est passé, - y compris sur la lune - il a laissé déchets et désolation et on veut aller encore plus loin ?

merdalors !

 

 

Capture.JPG

Modifié par patrick60
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites


Le mardi 10 juillet 2018 à 23:58, patrick60 a dit :




 Bonjour Den, Pas mal le coup de la pince de bricolage ...je n'y avais pas pensé. Combien de fois ai-je pesté sur le brin d'herbe qui n'en finissait plus de bouger ! :)   coté "zinc", ça c'est bon : pile dans l'axe : http://www.reto.fr/meeting/imagepages/image14.html   Le thunderbold ? on ne se rends pas compte du bruit des "moulins" tant qu'on est pas devant http://www.reto.fr/meeting/imagepages/image7.html  j'ai eu le plaisir de voir un f4U Corsair : ~1200 CV...impressionnant ainsi qu'un P51 en vol...une fleche. Le Yak n'est pas mal non plus...surtout en voltige, comme Brigitte Delassale en chandelle...moulin est plein gaz dans les tours :) Un régal...   J'en ai d'autre....comme ce superbe Stamp (?) Il faut venir à Margny pres de Compiegne : l'association restaure et faire venir de superbe machines ;)            






Hum, la puissance d'un F4U Corsair était plutôt entre 2000 et 2300 CV suivant les versions (puissance au sol). De quoi décoiffer! Mais revenons à nos insectes.


Modifié par Fredjel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, Fredjel a dit :

Hum, la puissance d'un F4U Corsair était plutôt entre 2000 et 2300 CV suivant les versions (puissance au sol). De quoi décoiffer!

 

Tant que ça  ? je ne pensais pas ! Les types étaient assis sur un moteur...d'ailleurs je crois qu'il faut un licence spécifique aujourd'hui pour piloter ces coucous (?)

 

Pour l'anecdote : en plus les gars ne voyaient rien devant au départ tant que le coucou n'avait pas atteint suffisamment de vitesse pour que la roulette de queue se leve et que l'avion se place à l'horizontale juste avant "la rotation" pour décoller. En plus, le couple-moteur était tellement puissant qu'il ne faillait pas se rater...

 

Enjoy warbirds !

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pendant la seconde guerre mondiale, les mécanos étaient assis sur les ailes des avions pour guider les pilotes au sol car la plupart des avions était équipée d'une roulette de queue. Du coup au sol, le pilote ne voyait que le moteur devant lui et se guidait en regardant sur les côtés. Les trains tricycle (train à l'avant) ont commencé à venir avec des avions comme par exemple le P39 Airacobra ou le Me262. Mais nous digressons...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, 

 

La dernière fois, j'avais soulevé le problème de la disparition des chardons pour l'alimentation des bourdons mâles. 

Peu après, combien je fus heureux d'en voir tout le long de certaines routes où l'on n'avait pas encore fauché ainsi que sur un terrain vague. J'en ai fait des photos ! 

 

Actuellement, la sécheresse et la chaleur qui sévissent en Europe même du nord n'est pas pour aider non plus les insectes tels les pollinisateurs.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut,

 

je reviens d'une semaine dans les Alpes du sud avec sortie tous les jours sur le terrain (randos avec thème d'observations et photos naturalistes ).

Certaines ont eu lieu près de mon pied-à-terre entre Sisteron et Gap, d'autres en montagne vers Chorges et Réallon et dans le Valgaudemar.

Je fréquente ces lieux en m'intéressant aux fleurs et insectes (notamment papillons) depuis environ 30 ans.

 

Constats :

 

- de la famille sur place fin juin m'informait d'une absence anormale de papillons. Difficile de comparer car je vais plutôt là-bas mi juillet habituellement, mais cela pourrait être lié au printemps particulièrement pluvieux et orageux

- globalement tout confondu, la présence des papillons la semaine dernière était assez conséquente mais sans atteindre l'abondance de mi juillet les autres années. Il me semble d'autre part que certaines années, fin juillet -début août la quantité de papillons était moindre que cette année. Cela pourrait confirmer le décalage des éclosions cette année ? (à vérifier)

- par rapport aux années précédentes, je n'ai pas constaté 80% en moins d'individus ou d'espèces

- les sites de plaine vers Sisteron - Gap en pleine nature semblent les plus frappés par la moindre fréquentation de papillons. C'est aussi les plus proches des pommiers intensifs dans lesquels le sulfatage est monnaie courante. Nous avons été témoins de sulfatages 1 h env le samedi soir 04/08 et au moins 2 h le dimanche matin 05/08, et ce à 200 m env de notre maison. Sur l'un des sites prospectés à env 2 km de ces empoisonnements, mais protégés par des collines, les zygènes étaient très largement moins nombreuses que certaines années précédentes, mais mi-juillet.

- sur ce même dernier site, la plaie la plus importante est le lâcher des brebis par le paysan local : tout est brouté, acidifié par leur pisse, comme désolé et les papillons y sont bien plus rares que jadis, ou qu'au printemps avant passage des bestioles

- les fins d'après-midi orageuses, peu d'insectes volent en ces lieux, alors que 1 km plus loin le lendemain matin très ensoleillé, les papillons étaient quand même nombreux dans un champ non apparemment brouté, extrêmement sauvage.

- les pins infestés de chenilles processionnaires les 2-3 années précédentes ne présentent presque plus de cocons !

- dans ces collines sèches, quelques rares zones humides restreintes jouent le rôle de bijou écologique mais l'une d'elle est malheureusement piétinée par les brebis, avec fort impact ou probable disparition d'une station d'Epipactis palustris (!)

- l'an dernier par un jour parfait de mi-juillet, les papillons étaient de plus en plus nombreux en s'éloignant des zones de traitement de plaine (650 m) et en montant sur une montagne (à partir de 1000 m), et d'autant plus (très net) sur les stations légèrement humides et plus luxuriantes en fleurs. Je n'avais alors pas trouvé de grosse différence de quantité par rapport à il y a 20 ou 30 ans

 

Bilan :

 

difficile à vue d'oeil comme cela d'établir des conclusions précises, même si les observations cette année ont effectivement pu montrer une impression de légère baisse d'effectif de papillons. Comme toujours, il faudrait chiffrer cela sur plusieurs années, par espèces, par type de lieux (plaine près des vergers traités, moyenne montagne sauvage, montagne > 2000 m ...)

Surtout il faudrait pouvoir différencier les impacts des différents paramètres : pesticides, rayon de leur impact, réchauffement climatique, impact agricole direct (troupeaux, assurément très fort), autre impact humain, mais aussi variation normale d'abondance de certaines espèces certaines années  ...

 

Modifié par etoilesdesecrins

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Envoyons tous nos moustiques en Picardie :) 

  • Comme je me gausse! 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Picardie ...je suis originaire de Picardie, au nord de St Quentin, j'ai mes parents qui y habitent encore, depuis 17 ans que je vis dans la Nièvre et que je reviens une ou deux fois par an dans L'Aisne, j'ai vu avancer le désert " vert " ou plutôt "jaune ", j'ai vu le remembrement, c'est à dire, on arrache les haies , on nivèle les trous, les bosses, pour faire des champs de plus de 200 hectares, j'ai vu les enfants des vieux cultivateurs reprendre leur ferme, participer à tout cela avec de monstrueux tracteurs, achetés à crédit. Petites pâtures entourant mon village, transformées en immenses champs de blé, c'est étrange , mon village étant sur une petite bute, mon souvenir d'un petit mont boisé, au clochet dépassant fébrilement, se confronte toujours à ce village fièrement exposé au milieu de ce désert jaune que forme les champs de blés qui l'enseveli.

Puis, sont apparues les éoliennes, j'aime bien l'idée de produire de l'energie " propre", le souci , c'est qu'apparemment, il faut énormément d'énergie, il ne faut pas une vingtaine d'éolienne, il en faut partout , dans tout les champs. On pourrait se dire, ok, on a de l'energie on va faire un truc bien avec, fini les fermetures des compteurs pour les familles endettées par exemple, euh, non, n'importe quoi, non, la nuit, on éclaire la basilic de st quentin, le parking de la chambre de commerce, le pont de la gare etc …alors les insectes ?! un petit coup de mou on dirait ? ! ;-((  

Modifié par Fr.g

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben oui, la température est tombée de 15° depuis ton passage précédent :be:

 

L'activité du forum est pas mal ralentie en ces périodes estivales...

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sinon pour illustrer tes propos, le lien d'un site que l'on a de la chance d'avoir en Bretagne pour se rendre compte de ce que l'on a perdu depuis 1950 : https://geobretagne.fr/sviewer/dual.html

 

Allez vous promener dans la campagne et voyez la densité d'arbres aux deux époques...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis zéro comme naturaliste. Ma seule observation est que vivant en rase campagne je n'ai pas vu de grenouille depuis quatre ans et de libellule depuis plusieurs décennies. Je ne cherche guère non plus, mais jadis je n'avais pas besoin de chercher. 

 

Pour les fourmis, ça va, pas d'extinction en vue. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 15 heures, Albuquerque a dit :

Je suis zéro comme naturaliste. Ma seule observation est que vivant en rase campagne je n'ai pas vu de grenouille depuis quatre ans et de libellule depuis plusieurs décennies. Je ne cherche guère non plus, mais jadis je n'avais pas besoin de chercher. 

 

Pour les fourmis, ça va, pas d'extinction en vue. 

 

Le problème, c'est l'assèchement des mares et ruisseaux. Dans le village où j'ai grandi, certains fossés grouillaient de petits poissons voici 30 - 35 ans. Et puis, très vite, plus rien. Les fossés ont été asséchés.

La faute à la pollution aussi: dans les fossés, le filet d'eau restant est souvent trouble et nauséabond.

 

Par contre, il suffit de créer chez toi un petit coin d'eau, un étang, et tu verras assez rapidement des grenouilles, des demoiselles et des libellules revenir. J'en ai creusé un en 2000 dans le jardin de la maison où j'habitais. En deux ans, la biodiversité dans ce biotope était incroyable. Mais je ne traitais rien non plus.

 

Daniel 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, gros souci avec l'assèchement des zones humides. Ces zones abritent quelques espèces devenues de vraies raretés ...Heureusement que les promoteurs n'ont pas pu monter jusqu'en montagne où se trouvent encore (et j'espère pour longtemps) quelques tourbières et zones humides d'altitudes, véritables écrins à trésors botaniques et entomologiques.

 

Non Franck pas de souci avec votre intervention, d'ailleurs j'ai lu il y a quelques temps une préface sympa signée Fr. G concernant la pollution lumineuse. Je ne sais pas si c'était le même Fr. G ....

Par chez nous dans le lyonnais faut quand même reconnaitre que de plus en plus de villages passent à l'extinction des feux de 23 h / 24 h à 05 h.

Perso, je suis peut-être (égoïstement) moins concerné par cela car mon hameau n'a pas d'éclairage public autre que celui temporaire des voisins oubliant leur spot de palier.

Modifié par etoilesdesecrins
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

" Fait marquant de cet été 2018 en haute-montagne, la chaleur diurne et la grande douceur nocturne sont quasi-permanents. Nous avons commencé le gardiennage estival du refuge le 7 juin. Depuis 70 jours à 3100m, nous n'avons eu qu'un seul relevé de température matinale à zéro degré ou moins. Soit 69 relevés sur 70 (entre 6h et 8h en moyenne) avec des températures positives, de 1 à 9° ! De mon expérience ici à 3100m, c'est de façon certaine du jamais vu.... Partout en haute montagne, avec l'inertie thermique emmagasinée dans les sols et les roches, il faudra sans doute être vigilant pendant plusieurs mois (même quand la fraîcheur d'altitude sera enfin de retour, à l'automne) ! "

 

Fredi Meignan, gardien du refuge du Promontoire dans l'Oisans

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎20‎/‎08‎/‎2018 à 13:08, etoilesdesecrins a dit :

Non Franck pas de souci avec votre intervention, d'ailleurs j'ai lu il y a quelques temps une préface sympa signée Fr. G concernant la pollution lumineuse. Je ne sais pas si c'était le même Fr. G ....

Oui, mon petit laïus sur la PL avait eu un peu de succès à l'époque ;-)

Pour les zones humides, on a creusé une marre avec mon gamin, il y a 7 ans, cette année il y a une énorme grenouille qui squatte la marre, et pourtant on est loin de toutes autres marres, des crapauds plaqué sous une grosse pierre,  différents insects etc ... il faudrait peu de chose pour que la nature reprennent ses droits, juste arrêter de la faire chier ;-) 

 

Modifié par Fr.g

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hélas, je ne sais pas si vous avez vu, mais après l'éboulement près du glacier carré à la Meige vient celui de l'arrête des Cosmiques. Je voulais en parler dans l'ancien post de Trump et des accords de Paris mais pas envie de relancer la polémique. Car c'est pas moi qui le dit, mais il semble bien que cette belle montagne qui nous dégringole sur la tronche c'est un peu une conséquence de la canicule de cet été ...de là à extrapoler la faute au réchauffement sur une plus grande échelle, chacun concluera ce qu'il veut.

Y a quand même du positif, moi aussi dans mon jardin  depuis 2 ans y a une nouvelle espèce de petite libellule, arrivée en même temps que de mini travaux ayant mis de l'eau en évidence. Je dis pas non plus que c'est lié. D'aucuns disent aussi que les paysans proches traitent moins ...

Et autre bonne nouvelle : l'un des paysans du cru les plus agressifs en matière de traitements et de conservatisme, va d'après ce que j'ai entendu s'orienter vers une reconversion bio ! Connaissant le gars j'ai encore du mal à y croire, mais paraît que l'idée vient de ses enfants. Attention ne voyez pas ici une propagande masquée du bio, mais une satisfaction d'une limitation de pulvérisation de pesticides.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 12 heures, Fr.g a dit :

Pour les zones humides, on a creusé une marre avec mon gamin, il y a 7 ans, cette année il y a une énorme grenouille qui squatte la marre, et pourtant on est loin de toutes autres marres, des crapauds plaqué sous une grosse pierre,  différents insects etc ... il faudrait peu de chose pour que la nature reprennent ses droits, juste arrêter de la faire chier ;-)

 

 

Les mares et étangs sont des endroits privilégiés, indispensables même, pour la reproduction et le développement de nombreuses espèces (insectes divers, mollusques, amphibiens, oiseaux, ...), qui, lorsqu'elles n'en ont pas, se contentent de passer leur chemin sans qu'on les remarque. Du moment que l'on crée un espace humide, ces espèces s'y arrêtent et s'y reproduisent. S'en suit un apport progressif d'autres espèces venant se nourrir des algues et larves diverses. Les canards sauvages, les hérons, peuvent aussi y passer et y déposer inconsciemment des oeufs de poissons ou amphibiens accrochés à leurs pattes. Certaines larves sont véhiculées par des insectes également. Et c'est ainsi qu'un véritable écosystème est créé en l'espace d'à peine quelques petites années seulement.

 

Un exemple de crustacés qui peuplaient abondamment mon étang souvent recouvert d'un tapis de feuilles mortes :

 

http://micromegas.over-blog.com/article-34468911.html

 

Autre exemple, les limnées (gastéropodes) étaient indénombrables sur les parois de mon étang :

 

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Lymnaea

 

Cette larve aussi déambulait à la surface de l'eau :

 

https://www.alamyimages.fr/photo-image-a-queue-de-rat-mouche-de-la-larve-de-drone-eristalis-tenax-80838057.html

 

En fait, mon étang était... comment dire... très riche en matière organique 😀

 

Ps : les moustiques aussi apprécient les étangs... 😁

Modifié par Daniel Rosier
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je dois faire partie de ceux qui achètent des appareils à plus de 2000 € sans rien sortir de potable et qui se dit écolo sans l'être vraiment. En tout cas que de jugements hâtifs ! En effet s'extasier devant des avions, arroser tous les jours les fleurs ?!! (on peut pailler) et avoir des thuyas (bonjour la bio diversité), il y a quelques contradictions.

Bon allez je charrie un peu, moi aussi je suis effrayé par cette disparition des insectes, j'essaye de transformer ma maison (ancienne ferme) en ilot de biodiversité au milieu d'un désert (élevages, mono culture autour de chez moi).  Un truc facile à faire c'est de ne pas tondre sa pelouse entre juin et septembre ou alors laisser la plus grande longueur possible (je suis au max sur ma tondeuse). Comme j'ai un grand jardin, plus de la moitié n'est plus tondue : moins de travail, plus d'insectes et je trouve ça plutôt joli.

Une petite contribution de macro, prise il y a deux ans je crois.

42424364580_f5caff4cf7_c.jpg

_DSC0623 by stéphane gonzalez, sur Flickr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oui Stefg1971 pour la pelouse !

Et pour arroser les fleurs tous les jours, je (on) le fais(t) aussi, avec l'eau de récupération d'avant vaisselle par ex (le temps qu'elle arrive chaude), ou utilisée pour laver les légumes (bios !)

A moins de vivre au fond des bois sans rien, on est tous un peu contradictoires (ex : je vais en montagne en voiture, participant au réchauffement que je dénonce et qui fait tomber les rochers)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

concernant les alpes et gap ou j'ai grandi et ou je suis passé cet été j'ai trouvé que le temps était très étrange, frais et surtout humide. j'ai pas souvenir d'un été pareil dans la région (peut être 2004 qui a été bien pourri tout juillet).

les hautes alpes sont plus vertes que la charente maritime c'est assez inédit!

 

le manque de bestiolles vient probablement de la sécheresse de l'an dernier qui a du tapper sévèrement dans les adultes, les œufs et les effectifs de larves. la ou on voit que le mal est sérieux c'est qu'il y a un paquet d'arbres qui n'ont pas redémarré cette année ou qui sont moribonds, la zone d'alpage est conquise par la foret, les fronts de glacier remontent de plus en plus vite. j'ai souvenir du glacier blanc début 80's à qq mètres du dernier verrou avant de plonger sur le près de Mme carle. avec un pont entre 2 cailloux à passer au raz du précipice et des échelles à flanc de falaise pour contourner le glacier en montant au refuge. :(

et ça c'est pas de la variation saisonnière…

 

glacier-blanc-ecrins1.jpg

 

 

Modifié par charpy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui les Hautes-Alpes sont très vertes, notamment des vallées comme le Valgaudemar où j'ai eu la chance repasser cet été ! Quasi tous les soirs de la semaine où j'y étais (entre Sisteron et Gap) il y avait orage, c'était bien perturbé (après, les orages arrivent aussi d'autres années).

J'ai aussi constaté sur 2 photos prises à quelques années d'écart le recul du glacier au-dessus du pré de Madame Carle

 

Tiens ! j'étais il y a qques jours à la limite de ta photo en bas, au col de la Temple. Curieux, mais à 3200 on a eu l'impression qu'un névé était plus vaste qu'en 2010 par contre ???

Modifié par etoilesdesecrins

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

les névés ont été bien chargés et n'ont pas trop fondus cette année, mais ça suffira surement pas a recharger les glaciers qui perdent beaucoup de terrain depuis 40ans. et les névés évoluent de semaine en semaine. Faudrait connaitre la date de la photo dans l'année pour pouvoir comparer.

 

t'as fais la traversée des écrins par le col de la temple (une ballade qui me botte bien) ou un sommet?

Modifié par charpy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 24/08/2018 à 16:36, charpy a dit :

les névés ont été bien chargés et n'ont pas trop fondus cette année, mais ça suffira surement pas a recharger les glaciers qui perdent beaucoup de terrain depuis 40ans. et les névés évoluent de semaine en semaine. Faudrait connaitre la date de la photo dans l'année pour pouvoir comparer.

 

t'as fais la traversée des écrins par le col de la temple (une ballade qui me botte bien) ou un sommet?

 

Non, juste la montée au col de la Temple depuis le refuge de Temple-Ecrins.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.