Jump to content

installer un observatoire ans un pigeonnier


Recommended Posts

2035711059_20200522_1130391.thumb.jpg.f5039b35e5dce2926ebf7924e6974654.jpgBonjour à Toutes et à Tous,

 

j'ai chez moi un pigeonnier qui culmine à 7m50 du sol et j'envisage depuis quelques temps d'y installer mon observatoire.

Problème sur lequel j'ai besoin de vos conseils: sur quel support fixer le pied du télescope (esprit 100ED) sachant que je fais essentiellement de l'astrophoto.

Un pilier partant du sol n'est techniquement pas possible à réaliser, une poutre en lamellé-collé d'un mur à l'autre (3m) pourrait-elle faire l'affaire (amortissement des vibrations)?

Toutes vos remarques et suggestions sont les bienvenues.

Merci

Henri

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites

Si j'ai bien compris, il faut fabriquer un plancher, sur lequel le télescope sera posé.
A mon avis, ce n'est pas forcement un problème de ne pas pouvoir faire de pillier "tradtionnel" au milieu de la structure.

Je ne suis pas un spécialiste de la construction, mais faire reposer un télescope sur des poutres en bois me semble assez moyen. J'aurais plutôt tendance à utiliser des gros IPN. A ce niveau là, on est jamais trop raide...

Edited by Patrick Sogorb
Link to post
Share on other sites

Merci pour vos réponses,

Norma: la plateforme où sera installé la lunette est à la hauteur du bas de la petite fenêtre,

le poste de conduite sera installé au sur un plancher existant au niveau de la porte du milieu.

Patrick: Lamellé-collé ou IPN voici une bonne question, qui vibre le moins?

Link to post
Share on other sites

Question peut-être bête, mais il faudra demander une autorisation à la mairie ? Ce ne sera peut-être pas possible de remplacer le toit par une coupole vu le bâtiment qui a l'air assez ancien, à cause de la conservation du patrimoine.

Edited by lancelaflotte
Link to post
Share on other sites

J'habite une vieille maison de village de trois étage avec un toit terrasse.

Tout le matos solaire est sur une EM200 sur trépied bois, le tout juste posé sur le carrelage. En dessous, couche d'étanchéité, planches de bois reconstitué hydrofuge, des poutres de moyenne section et une grande poutre centrale qui fait toute la longueur.

 

Patrick Sogorb est même passé dessus hier avec ses bottes de motard, j'avais l'oeil à l'oculaire et on sentait à peine les pas à l'oculaire.😀

Donc si on envisage une utilisation photo avec pourquoi pas contrôle sur un autre niveau, il n'y a pas de raison que ça ne marche pas.

Et si on est seul à observer et qu'on ne saute pas comme un cabris, ça devrait bien se passer...

 

Link to post
Share on other sites

C'est une histoire de masse / inertie les vibrations et aussi de matériaux.

L'amortissement des vibrations: quand on ne connait pas "à priori" les fréquences à tuer, le mieux est d'avoir un complexe de différentes densités et fréquences propres.

 

Bois, pierre, béton, sable, graviers... bien mieux que le métal qui chante!

 

Moi vu ta config, je ferais:

De grosses poutres (surdimensionnées par rapport à la portée et pourquoi pas en lamellé collé) bien serrées (espacées de 50cm max) prises en appui simple (glissement) dans les murs massifs.

par dessus  ça une couche bon contreplaqué de 15mm, solidement ancrée aux poutres.

de gros clous dans le CTBX (répartis sur la surface et croisés deux à deux, sans les enfoncer entièrement)

et pour finir couler 6cm de béton là dessus: insonore, ne vibre pas, solide et si c'est bien réalisé tu pourras tourner autour de ta monture sans que ça bouge.

les clous (ou tire fonds) servent à solidariser le béton et le bois (poutres incluses) , c'est un plancher collaborant. pas mal de maçons connaissent le principe normalement.

 

J'oubliais: le CTP et le béton ne doivent pas toucher les murs, laisser au pourtour 1 gros cm de vide ou de mousse. Sinon, ça vibrera pas plus mais ta mise en station va bouger au grès des saisons, de la température etc... cf. dilatation.

Link to post
Share on other sites

JMD: je n'avais pas lu ta réponse quand j'ai envoyé mon dernier message.

En fait je n'ai prévu qu'un plancher léger autour du télescope, qui ne reposera pas sur les poutres du pied mais qui sera fixé sur des muralières.

Je n'accèderai à ce plancher que pour préparer le télescope, sauf incident en cours de prise de vue je serai à l'étage en dessous (ou au lit).

je retiens l'idée de ne pas sceller les poutres mais les laisser en appui  simple

Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, treets31 a dit :

JMD: je n'avais pas lu ta réponse quand j'ai envoyé mon dernier message.

En fait je n'ai prévu qu'un plancher léger autour du télescope, qui ne reposera pas sur les poutres du pied mais qui sera fixé sur des muralières.

Je n'accèderai à ce plancher que pour préparer le télescope, sauf incident en cours de prise de vue je serai à l'étage en dessous (ou au lit).

je retiens l'idée de ne pas sceller les poutres mais les laisser en appui  simple

Dans ce cas: lamellé collé impératif: du bois massif aura tendance à travailler et tu auras ta MES à refaire souvent..

Oui pour appuis glissants mais aussi liaison parfaitement rigide entre les deux poutres (encastrement strict).

Que fais tu pour le toit? Il est bien joli ce pigeonnier avec ses tuiles anciennes !

Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, JMDSomme a dit :

Que fais tu pour le toit? Il est bien joli ce pigeonnier avec ses tuiles anciennes !

J'ai 2 solutions: celle de la facilité un dome de 3m de diamètre, avantage facile à commander, surtout facile à automatiser, inconvénient le budget

sinon je fais une structure en acier qui reprend les 4 pentes du toit, chaque panneau pouvant pivoter vers l'extérieur, avantage le budget, inconvénients pas mal de boulot, difficile à automatiser.

Je vais proposer les 2 solutions au maire (avantage des petits villages). 

j'avais aussi envisagé un toit coulissant mais qui m'obligerait à prévoir une structure support à l'extérieur du pigeonnier et visuellement ce ne serait pas top

Link to post
Share on other sites

Surtout, avant d engager des frais dépose une autorisation de travaux. Je serais étonné que ce très beau pigeonnier ne soit pas protégé ou inclus dans un périmètre de protection. Tu dois pour ça consulter le services de l urbanisme ( communauté de communes ou agglomération)

Link to post
Share on other sites

en dehors de cas spéciaux justifiés par le patrimoine, pas besoin d'autorisation pour les panneaux solaires, l'isolation par l'extérieur et les constructions de moins de 5 m2 au sol jusqu'à 12 m de haut, le reste c'est à voir

alors effectivement c'est la 1ere question à régler avant tout

en principe est autorisé ce qui n'est pas interdit dans le plan local d'urbanisme qu'il faut se goinfrer mais c'est à la portée d'un astronome

 

autre idée à adapter, un appui du pied et le toit se soulève !pendu!

poubelle-ronde-a-pedale-en-metal-inox-miroir---03-litres.png.1b0a859604b6076efcb74d7400f7de2c.png

 

 

  • Haha 1
Link to post
Share on other sites

Dommage que tu ne disposes pas d'un espace herbeux suffisant (ce qui te pousse, je suppose, à retenir le pigeonnier), un classique observatoire en bois à toit roulant offrirait pleins d'avantages :

- absence d'une énorme masse en maçonnerie (équilibre thermique, turbulences).

- aucune atteinte esthétique.

- vibration sous contrôle à moindre frais.

- ...

 

Link to post
Share on other sites
il y a 34 minutes, norma a dit :

Dommage que tu ne disposes pas d'un espace herbeux suffisant (ce qui te pousse, je suppose, à retenir le pigeonnier), un classique observatoire en bois à toit roulant offrirait pleins d'avantages :

- absence d'une énorme masse en maçonnerie (équilibre thermique, turbulences).

- aucune atteinte esthétique.

- vibration sous contrôle à moindre frais.

Très juste.

Ce genre d'observatoire, c'est l'inverse de ce que souhaite ton télescope.

Mais ça nous fait rêver, tout comme l’aménagement de comble... Le télescope à la place de la table de chevet.

Les pro de l'astrophoto comme @christiand posent leurs montures dans la verdure pour minimiser les turbulences.

C'est moins pratique, mais plus efficace.

Edited by PIX-astro
Link to post
Share on other sites

Pour avoir été normand "herbeux" et vivant désormais entre 0 et 8m du sol naturel, les cotes sommitales ont quand même l'avantages d'éviter grandement la turbu générée par le sol... et ce même sans structure astro dédiée.

Autre intérêt, laisser tout le bazar astro DANS la maison, et se barrer faire les courses sans rien risquer, contrairement à l'observatoire au raz des pâquerettes.

A environnement égal, sol caillouteux pour être dans le pire, certains avec des SSM ont bien montré l'intérêt de se détacher du sol et de flirter avec des hauteurs pas plus extravagantes que cela...

 

Les murs l'été peuvent être arrosés, couverts de lierre ou de vigne, bref, faut comprendre son environnement et trouver des solutions astucieuses pour en tirer le meilleur parti.

Link to post
Share on other sites

Je dois préciser que les murs sont en terre crue, 30 cm épaisseur, excellent régulateur thermique.

La solution pigeonnier, si le problème de fixation du télescope est résolu, et dans mon cas, me semble être une solution intéressante.

Pour l'estéthique, parmi tous les matériaux existants je trouverais bien le moins pire (au moins)

 

Link to post
Share on other sites
  • 3 months later...

Bonsoir les Astram

 

j'ai mis à profit le mois d'août pour passer à l'acte.

La solution retenue est celle du toit coulissant sur charpente traditionnelle, voici quelques photos.

La charpente sera couverte avec des tuiles traditionnelles, le toit mobile sera couvert avec du bardeau

Début septembre démontage de la toiture existante et pose de la nouvelle coiffe.

Je profiterai de la grue pour poser les poutres de soutien du télescope

IMG20200811162554.jpg

IMG20200827185819.jpg

IMG20200827185918.jpg

  • J'aime 2
  • Merci / Quelle qualité! 3
Link to post
Share on other sites

Bonjour, je vois tardivement ce sujet. 

 

J'ai essayé dans mon chai (ferme viticole) de 1730 d'installer vers 7,5 m de haut un point d'observation (visu et non photo) et ce qui m'a arrêté avant la stabilité du support c'est la turbu générée par les vieilles tuiles du toit ayant chauffé au Soleil. Redoutable, on croirait voir tout onduler. C'est dommage car mon hameau est dépourvu de tout éclairage public 

Je n'ai pas trouvé de solution pour empêcher la chaleur de s'accumuler dans ces jolies tuiles de presque 300 ans moulées à la main sur les cuisses des ouvrières tuileuses. Bien sûr je peux peindre en blanc ou aluminium une partie du toit mais je suis dans le périmètre de protection d'un moulin classé (qui n'a pourtant que 200 ans ce petit joueur)

 

Cela pourra te poser une difficulté pour pouvoir atteindre l'équilibre thermique non pas dans ton pigeonnier mais sur la surface d'air brûlant devant ton ouverture sommitale.

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.