Jump to content

telescope evscope unistellar


lolodelapampa
 Share

Recommended Posts

Il y a 2 heures, Algenib a dit :

A titre d'info, je n'ai utilisé le visuel assisté qu'une fois à l'acquisition. Pas besoin de l'avoir sauf à montrer à un groupe. C'est l'image finale qui m'intéresse, enlever cet oculaire électronique ferait diminuer le prix sensiblement en neuf (acquis d'occasion).

 

Cela existe déjà chez Unistellar, c'est l'Equinox. L'Equinox c'est l'eVscope1 sans l'oculaire électronique (donc avec un coût moindre)

L'Equinox possède le même capteur IMX 224 que l'eVscope1. L'eVscope2 possède un capteur un peu plus grand, un IMX 437 (l'eVscope1 n'est plus commercialisé)

 

Personnellement, j'utilise beaucoup l'oculaire électronique. Je trouve que le visuel a plus de "peps". Il montre plus de brillance et des couleurs un peu plus vives que l'image de contrôle visible sur la tablette. Je paramètre avec la tablette et quand le moment de l'observation est atteint, c'est surtout l'oculaire qui me procurera le plus de satisfaction. En plus c'est plus immersif, même s'il s'agit d'un oculaire électronique (nous ne voyons pas directement ce que voit le miroir, mais ce que voit le capteur, en direct ou en synthèse).

 

-----

  

il y a une heure, 'Bruno a dit :

Pourquoi M66 est-elle appelée SN 1989 B ? Tu as pris cette image en 1989 ? ;)

 

Bonjour Bruno,

Notre camarade l'a observée le 25 avril 2022 (l'info est ajoutée en bordure basse de l'image).

L'eVscope permet aussi de pointer directement une supernova, si bien sûr elle existe dans sa base de donnée. Dans ce cas le nom de cette SN figurera dans le cartouche informatif comme nom d'objet observé. Sinon il faut pointer la supernova aux coordonnées équatoriales J2000 et dans ce cas ce seront les coordonnées équatoriales J2000 qui figureront comme nom d'objet observé.

 

Cette supernova SN 1989B est actuellement encore visible dans M66, même si elle a perdu en magnitude:

https://www.messier.seds.org/more/m066_sn89b.html

 

J'ai encore observée récemment cette supernova, le 26 avril 2022, mais là j'avais pointé M66 pour l'observer, raison pour laquelle M66 figure dans le cartouche informatif :

(Ce cartouche informatif est ajouté automatiquement par l'application si on demande à sauvegarder le visuel de l'oculaire, sinon si on sauvegarde au plein format du capteur, il n'y a pas de cartouche informatif. Je trouve utile ce cartouche informatif : nom de l'objet observé / durée de la vision amplifié / coordonnées arrondies du site d'observation / date de l'observation)

 

M66_et_sa_SN1989B.jpg

Edited by Goofy
Link to comment
Share on other sites

Merci pouu les précisions ! Effectivement, il y a un truc à la place de la supernova. Mais on est sûr que c'est la supernova et pas une région HII ? J'ai un gros doute car si c'est la supernova, donc une étoile, c'est de loin l'étoile la plus brillante de la galaxie (la seule visible sur l'image !), presque aussi brillante qu'une supernova. Et depuis plus de trente ans...

 

Le cartouche informatif, oui, c'est une réussite et c'est très utile. De façon générale, j'aime bien la présentation des images. Toutes les images prises avec cet instrument sont orientées le nord en haut, je crois (ou le sud ?) et ont le même champ, ça permet d'avoir une base de comparaison pour les objets. (C'est combien le champ ?)

Link to comment
Share on other sites

Pas plus de 40min d'arc. 

Quant aux SN, celle-là déjà est une proposition unistellar donnée dans la base de données du site chargée sur la tablette à chaque séance d'obs.

Il y a possibilité de sursaut...assez souvent, donc à suivre.

Pour les info d'acquisition il faut clicker sur le folder et on aura l'heure exacte et plus.

Link to comment
Share on other sites

Un sursaut de supernova ? Elle était de type Ia (v. lien donné par Goofy) : une naine blanche qui a été désintégrée. Elle n'existe plus, la naine blanche, elle est en charpie, donc elle ne risque pas d'avoir un sursaut. :)

 

Bref, il y a la position d'anciennes supernovae dans la base de données, donc le télescope peut pointer dans cette position, ce faisant il pointe vers le galaxie qui a abrité la supernova, OK.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, 'Bruno a dit :

Effectivement, il y a un truc à la place de la supernova. Mais on est sûr que c'est la supernova et pas une région HII ? J'ai un gros doute car si c'est la supernova, donc une étoile, c'est de loin l'étoile la plus brillante de la galaxie (la seule visible sur l'image !), presque aussi brillante qu'une supernova. Et depuis plus de trente ans...

 

Je suis d'accord avec toi, nous pouvons avoir un doute légitime :  trente années se sont écoulées depuis. Toutefois (simple coïncidence ? ) c'est pile à l'endroit où la supernova est apparue, c'est vraiment brillant (plus brillant que les autres zones HII visibles) et concentré. Donc supernova ?... Echo lumineux rémanent de la supernova ?... ou région HII ? Il faudrait chercher la réponse sur internet pour lever ce doute. En brève recherche, personne n'évoque cette supernova depuis longtemps. En revanche diverses photos montrent une grosse concentration HII dans ce secteur.

Une piste peut-être : en 2003 il se disait ceci sur les échos lumineux rémanents des SN et notamment de la SN 1989B :

 https://iopscience.iop.org/article/10.1086/345516/fulltext/

Citation traduite de ce texte:

"3. DÉTECTION DE L'ÉMISSION APRÈS 5 ANS
     Bien qu'il ne soit pas surveillé en permanence, SN 1989B a été observé à une occasion depuis les observations de Wells et al. Des observations dans les bandes B, V et R ont été faites par Boffi et al. (1999) dans le cadre d'une étude des candidats potentiels à l'écho lumineux. Les observations de Boffi et al. ont détecté une émission à l'emplacement de SN 1989B, avec V = 19.93, B-V = -0.03, et V-R = 0.02 mag (Fig. 4). Le SN a été considéré comme un candidat à l'écho lumineux, car il répondait à leurs trois critères : (1) l'émission était située assez près des emplacements rapportés du SN (maintenant éteint), (2) l'émission semblait provenir d'une tache compacte plutôt que d'une source ponctuelle ou d'une tache largement étendue, et (3) l'émission était plus bleue que celle attendue des amas d'étoiles de fond. Nous notons que les indices de couleur sont cohérents avec les valeurs dérivées des observations de +307 et +351 jours.

.../...

 

5. DISCUSSION
     Les courbes de lumière décroissantes, les images tardives et le spectre à 1 an de SN 1989B semblent tous cohérents avec l'existence d'un excès d'émission à l'emplacement du SN. Si un écho lumineux de ce SN est le contributeur dominant de cet excès d'émission, il est plus efficace (par un facteur de 7 environ) pour réfléchir la lumière que les deux précédentes détections d'écho lumineux de SN Ia, SN 1991T et SN 1998bu. Cependant, la collection actuelle d'observations suggère que l'émission d'échos lumineux n'est pas la source dominante de cet excès d'émission, favorisant plutôt une contamination par le fond. En gardant à l'esprit qu'il a été suggéré que les échos lumineux pourraient être détectables pendant des décennies, l'opportunité demeure d'étudier davantage cette région."

 

 

-------

Une supernova peut être vraiment très lumineuse, quasi comparable à la brillance apparente du bulbe galactique de la galaxie hôte. Un exemple récent en avril 2022 avec la SN 2022hrs de type Ia dans la galaxie NGC 4647, près de M60.

https://www.rochesterastronomy.org/sn2022/sn2022hrs.html

 

J'ai observé cette supernova 2022hrs. Sa magnitude apparente est vraiment étonnante comparée au bulbe galactique de la galaxie hôte. Nous sommes quand même à un peu plus de 64 millions d'années lumières !...

 

NGC4647_et_SuperNova2022hrs.jpg

Edited by Goofy
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, 'Bruno a dit :

Le cartouche informatif, oui, c'est une réussite et c'est très utile. De façon générale, j'aime bien la présentation des images. Toutes les images prises avec cet instrument sont orientées le nord en haut, je crois (ou le sud ?) et ont le même champ, ça permet d'avoir une base de comparaison pour les objets. (C'est combien le champ ?)

- Oui, le "nord" est toujours en haut à l'oculaire électronique (et donc de facto sur les captures présentées ici), quelque soit l'orientation de l'optique de l'eVscope (monture à fourche mono-bras alt-azimutale, le capteur est toujours horizontal). C'est très pratique. C'est toujours conforme aux représentations que nous avons dans les atlas du ciel (papier ou informatique). Pas besoin de gymnastique visuelle pour s'y retrouver.

 

- Le champ fourni par le capteur de l'eVscope2 c'est 47' x 34' (capteur Sony IMX 347: 2122 x 1535 pixels utilisés de 2.9 x 2.9 µm à 450 mm de focale). Grossissement équivalent: environ 50x, mais on peut zoomer numériquement jusqu'à 8x depuis l'application (visible aussi dans l'oculaire électronique). En pratique, ne pas dépasser 1.5x à 3x maximum pour que cela reste agréable à voir.

Le champ est un peu plus petit pour l'eVscope1 : il utilise un capteur IMX 224. Ce capteur est un peu plus petit il me semble et il possède des pixels un peu plus gros de 3.7 x 3.7 µm. Et toujours la même focale de 450 mm.

Avec l'eVscope nous pouvons sauvegarder le champ complet vu par le capteur, donc 47' x 34' (eVscope2) ou alors le champ vu à l'oculaire électronique, donc dans ce cas un champ tronqué en un cercle de 34' de diamètre (eVscope2). Grosso modo la taille de la lune. Je préfère sauvegarder au format du champ oculaire, même si j'en vois un peu moins. Ce format permet d'avoir un cartouche informatif bien utile et en plus c'est plus représentatif de ce que je vois à l'oculaire électronique. L'eVscope est fait pour faire du visuel amplifié et non des photos, donc le format restreint au champ visuel de l'oculaire me convient bien et restitue bien la vision que j'ai eu à l'oculaire   😉

Edited by Goofy
Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, 'Bruno a dit :

Pourquoi M66 est-elle appelée SN 1989 B ? Tu as pris cette image en 1989 ? ;)

Il semblerait que l'evscope pourrait nous faire revivre des évènements du passé :lol:

Link to comment
Share on other sites

Il semble que goofy ait donné quelques raisons pour faire "revivre" le passé.

C'est comme tout, il est recherché la belle image ou celle exploitable pour faire de la photométrie, ce n'est pas similaire.

Faire du mesurage en butte à un problème fait progresser techniquement et en connaissance du sujet.

Comme déjà dit, chacun fait son truc.

1989B n'est que le nom attribué par la communauté internationale, et l'objet reste sujet à suivi d'activité.

Chacun peut y participer, avec unistellar ou non.

Link to comment
Share on other sites

Merci Goofy pour les infos !

 

Il y a 12 heures, Goofy a dit :

Je préfère sauvegarder au format du champ oculaire, même si j'en vois un peu moins. Ce format permet d'avoir un cartouche informatif bien utile et en plus c'est plus représentatif de ce que je vois à l'oculaire électronique. L'eVscope est fait pour faire du visuel amplifié et non des photos, donc le format restreint au champ visuel de l'oculaire me convient bien et restitue bien la vision que j'ai eu à l'oculaire   😉

 

En tant que regardeur d'images, j'approuve ! :) 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Algenib a dit :

1989B n'est que le nom attribué par la communauté internationale, et l'objet reste sujet à suivi d'activité.

Chacun peut y participer, avec unistellar ou non.

 

Oui c'est vrai les restes de supernovas sont des objets étudiés par les scientifiques après j'adhère beaucoup moins à l'argument pure marketing qui dit que l'on fait progresser la science avec un evscope. Je n'ai pas lu que des scientifiques basent leur recherches de SN ou des publications sur des photos sorties d'evscope ou je me trompe ?  Pour moi cela reste un instrument d'apprentissage avec toutes les aides qui vont avec mais aussi avec des possibilités très limitées pour un publique bien ciblé, je pense que les astrophotographes amateurs qui jalonnent ces forums sont plus dans ce créneaux là avec leurs images en haute résolution prisent au travers différents filtres à différentes époques. Je vois aussi qu'ils cherchent à atteindre plus de bourse en sortant l'equinox un version light de l'evscope en faisant économiser 1700€ mais à 2800€ pour cette version "allégée" c'est aussi un budget.

Edited by LH44
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, LH44 a dit :

j'adhère beaucoup moins à l'argument pure marketing qui dit que l'on fait progresser la science avec un evscope. Je n'ai pas lu que des scientifiques basent leur recherches de SN ou des publications sur des photos sorties d'evscope ou je me trompe ? 

 

Tout astronome amateur peut participer en apportant sa pierre à l'édifice et participer collectivement au progrès de la science (certes limité). Quels que soient les instruments utilisés. Le progrès n'est pas toujours lié au type et à la taille de l'instrument. L'œil nu et même une simple paire de jumelles peuvent suffire (voir l'activité des variabilistes).

Les professionnels apprécient l'aide que peuvent apporter les astronomes amateurs, quels que soient les instruments utilisés. Les grands télescopes des observatoires sont trop peu nombreux, géographiquement figés et leurs créneaux d'utilisation très limités. Il y a des domaines où ils ne souhaitent pas gaspiller l'usage de ces télescopes (surdimensionnés) et ils n'ont pas forcément le temps et la possibilité de le faire. Un autre atout de la communauté des astronomes amateurs est sa répartition mondiale, c'est une données importantes qui permet de faire des relevés géographiquement incompatibles avec la position figée des grands observatoires. C'est là que la communauté des astronomes amateurs peut être invitée à contribuer (occultations d'étoile par des astéroïdes permettant d'affiner les paramètres de leur orbite, voire d'évaluer leur taille et dans certains cas leurs formes grossières: ils faut de nombreux relevés effectués à des positions géographiques différentes)

Nous travaillons sur un Slack dédié. Des représentants du SETI expriment des besoins. Ceux qui sont géographiquement bien placés sur la planète procèdent aux acquisitions et upload les data à l'issue (souvent plusieurs 10aine de Go). Toutes ces données sont exploitées avec parfois des retours si c'est positif, comme par exemple les courbes de lumières qui en découlent (exoplanètes).

Ils ne recherchent pas les belles photos pour en faire des posters, ce qui les intéresse ce sont les données brutes d'acquisition.

Edited by Goofy
  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Tous ça je savais mais en réalité, sans excès de romantisme ? Ok les variabilistes amateurs sont indispensable et on comprend pourquoi, la découverte de SN ou de comètes souvent le fait d'amateurs amis combien de contribution pour l'evscope ?, Un crash sur Jupiter déjà c'est plus rare, de nouveaux astéroïdes pourquoi pas mais c'est rare aussi vue tous les géocroiseurs que l'on surveille maintenant.

 

Ensuite je ne parle pas de ce qui n'est clairement pas à la portée d'un evscope comme la découverte de nouvelles nébuleuses ou d'exo-planète par exemple. 

 

Pourquoi Unistellar ne liste pas sur son site les différentes découvertes réalisées par le réseaux communautaire des utilisateurs ? Ce serait une formidable publicité pour leur produit je trouve. 

 

il y a une heure, Goofy a dit :

Des représentants du SETI expriment des besoins

 

Oui les petits hommes verts peut être le domaine de prédilection de l'evscope car son créateur vient de SETI il me semble ;) 

Link to comment
Share on other sites

Pas besoin de dépenser 10-20000€ pour un machin qui fera aussi bien en précision photométrique.

Par contre avec l'ouverture il reste quelque part la mag 20...sous un bon ciel.

Affaire de capabilité respective.

Quant aux observations spéciales, impact de corps sur jupiter ou autre un 15-20cm suffira même en visuel, tout comme ces "plumes" sur mars bien visible en visuel avec un C8 en 2015. Faut être présent au bon moment avec un ciel parisien dégagé.

Ce n'est plus une affaire de vieux le soir qui se rencontrent une fois par semaine avec un bon coup...au club.

Si vous avez consulté le site unistellar il y a de quoi faire sur plusieurs sujets, pas de quoi s'ennuyer pour faire le quintet de stéphan ou autre objet pour l'album. Il y a possibilité de demander les data collectés et les résultats, juste faire la demande, en étant inscrit avec le scope.

Avec la densité de tubes ici et là en france qui font la sieste, il serait bien facile de fédérer des groupes sur un sujet et de mobiliser.

Jusqu'à présent, les occasions relevées semblent rares...

A quoi servent les forums?

Le seti c'est comme l'alpo japonaise qui collecte les données et images des planètes pour une couverture 24/24H par les observateurs du monde entier. Faut juste y participer en restant pertinent, et/ou publier une étude sur un point particulier, comme uranus et son système de bandes.

Le réseau constitué avait été initié par des astronomes pro US, CF Capen entre autres, puis repris par Dragesco pour la france en son temps.

Seti c'est la même idée. Il n'est pas exclu après d'échanger directement avec certains (pour ma part les japonais pour mars, les japonais restent des spécialistes de cette planète).

C'est aussi comme la radiocommunication, CB /amateur. Les radioamateurs forment un réseau international, le CBiste s'amuse en local pour la causette. Le RA pour certains encore teste et pratique des moyens de transmission, numérique notamment en impulsionnel, en vu d'améliorer la lisibilité, les transmissions sat, avec leurs sat amateur, etc...

Chez nous c'est devenu radiocommunication de loisirs (pour la baguette de pain à aller chercher style CB), cela n'empêche pas d'expérimenter encore avec un statut défini et protégé par la loi, encore.

Vous voyez le parallèle avec la perception sur cet unistellar et la pratique du CP...

Les petits homme verts ont été aperçu récemment pendant le dernier scrutin, vu les résultats, on doute.

Il serait aussi osé de parler de découverte dans cet univers amateur, mais il reste bien des sujets à entreprendre avec des méthodes autre que l'imagerie simple et gratuite, sujets qui peuvent contribuer à les faire avancer.

On n'a pas la grosse tête.

Edited by Algenib
  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Voilà un débat nettement plus constructif et ouvert. Il incite au dialogue. Merci   👍

-----

Dans le domaine de la science participative, le point faible de l'eVscope c'est son petit diamètre de 114 mm (toutefois dans de bonnes conditions, une magnitude stellaire de +18 peut être atteinte), mais son point fort est la standardisation des données délivrées et transférables par l'ensemble des eVscope et des Equinox. Cela veut dire que les données issues d'un seul eVscope/Equinox auront moins de chance d'être exploitables que l'union des données issues de plusieurs eVscope ayant procédé à la même observation au même moment. Le SETI peut alors fusionner les données reçues de plusieurs eVscope/Equinox pour une même observation et là ils obtiennent des courbes bien propres avec un signal utile qui se détache bien du bruit de fond des données. C'est pour cela que nous parlons d'un réseau Unistellar utile (eVscope1/2 + Equinox).

Les eVscope/Equinox il y en près de 15 000 répartis sur la planète (essentiellement en Amérique, en Europe et au Japon). Malheureusement il y a trop peu d'utilisateurs qui participes au travail communautaire dans le domaine de la science participative. Ont-ils peur de mal faire ? Ou de ne pas savoir comment procéder ? Ou autre ? C'est bien dommage car il y a un réel potentiel dans ce réseau selon le principe "l'union fait la force".

Pourtant avec un peu de méthode c'est facile et gratifiant   🙂

Edited by Goofy
Link to comment
Share on other sites

Je pense que c'est surtout une question de cible, il y a l'amateur occasionnel qui cherchent à "voir" rapidement un objet sans faire trop d'effort et qui est quand même un peu fortuné il faut le dire, les clubs qui l'utilisent certainement pour des démonstration publique, et puis l'asto-amateur féru de science qui a envie de faire partie de cette communauté pour se dire que son evscope va peut être contribuer à des découvertes (le saura t-il vraiment d'ailleurs ?) mais là je pense qu'ils sont nettement moins nombreux car il faut au départ avoir quelques convictions sur le sujet.

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 18 heures, Goofy a dit :

Malheureusement il y a trop peu d'utilisateurs qui participes au travail communautaire dans le domaine de la science participative. Ont-ils peur de mal faire ? Ou de ne pas savoir comment procéder ? Ou autre ? C'est bien dommage car il y a un réel potentiel dans ce réseau selon le principe "l'union fait la force".

 

C'est bien pour ça que je dis qu'il manque la notion de "maître de jeu".

Pour les gamers, dans un MMORPG (massively multi-players online rôle-playing game) il y a toujours une notion de maître de jeu, celui qui anime en direct, tous les jours, afin justement de fédérer les joueurs autour d'événements réguliers.

 

Dans le cas des EVSCope (mais aussi des concurrents), il manque cet aspect, un gars de Unistellar, payé par Unistellar, pour animer chaque soir (ou à intervalles réguliers dans le mois) des sessions d'observation à thème.

Il y a tout pour le faire, la connexion internet en direct, un grand nombre de joueurs, une base de données centrale pour remonter les datas.

Avec tout le pognon qu'ils ont récolté pendant le crowd-funding, ils pourraient le mettre en place, là oui il y aurait cette dimension communauté.

Je vous invite à émettre la suggestion auprès des responsables...

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

- Parcourez l'onglet "Citizen Sciences" du lien ci-dessous, choisissez dans le menu du haut une catégorie, choisissez votre région (Europe de l'ouest pour moi) et vous avez au travers des éphémérides les besoins quotidiens:

https://unistellaroptics.com/citizen-science/

 

- Nous avons aussi un Slack international Unistellar très actif. Il est constitué de canaux spécifiques par branche de la science participative. Dans chacune de ces branches un leader scientifique (souvent un professionnel) anime ce canal. Sont exprimés les besoins et les conseils au cas par cas selon les particularités. Le collationnement des données et éventuellement les résultats également. C'est quotidiennement très actif, mais en anglais (sauf le canal de l'AFA en français). Pour y accéder, il suffit de demander à Unistellar d'être invité sur le Slack Unistellar. Nous recevons alors un mail d'invitation nous permettant d'avoir un accès permanent à ce Slack.

 

- Nous avons aussi le Discord de C&E et de l'AFA. Il est très actif aussi. Il possède également des canaux dédiés à la science participative. Des utilisateurs d'eVscope sont présents : https://discord.gg/XVgvsvK9uY

 

- Parfois des Webinaire sont organisés autour de certains besoins. Là il y a un réel leadership de la part soit de Unistellar, soit de l'AFA/C&E en association avec des astrophysiciens. Le prochain Webinaire est prévu vendredi 1er juillet à 19h00. Le thème sera: "Observer un astéroïde pour la mission Lucy". Ce webinaire sera dirigé par Franck Marchis, astrophysicien au SETI, co-fondateur et directeur scientifique d’Unistellar. Il sera accompagné par Josselin Desmars, chercheur en astronomie à l’Institut de Mécanique Céleste et de Calcul des Éphémérides (IMCCE) à l’Observatoire de Paris et chasseur d’occultations à travers le monde, également responsable du programme Lucky Star.

 

Ainsi il existe déjà de quoi faire dans le domaine de la science participative et nous sommes fédérés (cela concerne tous les instruments, y compris les eVscope/Equinox). Le soucis est que nous ne savons pas d'office que tout cela existe déjà. Si nous sommes attirés par la science participative, il nous faut faire l'effort de chercher ce qui existe dans ce domaine, de s'inscrire, puis de participer, quels que soient les instruments dont nous disposons ils seront utiles   😉

Tout cela montre que la notion de "maitre du jeu" (nous ne sommes pas dans un jeu de gamers) existe bien, mais ce n'est assurément pas soi. Il faut pour cela avoir de solides connaissances et compétences. Ce n'est pas à la portée du premier venu.

Edited by Goofy
  • J'aime 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Goofy a dit :

Tout cela montre que la notion de "maitre du jeu" (nous ne sommes pas dans un jeu de gamers) existe bien, mais ce n'est assurément pas soi. Il faut pour cela avoir de solides connaissances et compétences. Ce n'est pas à la portée du premier venu.

Ce n'est pas absolument nécessaire, le fait d'y être et de pratiquer fait venir au fur et à mesure des interrogations qui trouvent réponses par soi-même et par l'apport des autres. Cela suscite une curiosité puis une action. Chacun a sa vitesse de changement. 

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Je me pose quand même une question de fond, est ce que investir plus de 4500€ dans un appareil tout automatisé qui finalement envoi des données scientifiques voir personnelles (identité, geoloc etc ...) et cela sans trop de manipulations de sa part pour alimenter des banques de données centralisées qui seront éventuellement exploitées plus tard par de vrais scientifiques fait que l'on fait soit même de la science ?

 

Tout ça me fait penser au réseau de sondes météo fédérées par Infoclimat via le réseau SatiC par exemple où chacun peut acheter le kit et l'installer dans son jardin afin de transmettre des données sur la météo local en temps réel, il y a aussi FlightRadar où l'on peut également acheter son kit radio récepteur ADS-B pour capter les données des transpondeur des aéronefs en vol au dessus de nos têtes et les envoyer sur le site pour visualiser la course des avions en temps réel sur un vaste territoire.

 

Pour moi on est aussi dans une forme de science participative mais on ne fait pas de la science directement soit même d'ailleurs on peut très bien y participer sans aucune connaissance préalable car c'est conçu avant tout pour toucher un public très large afin de récolter un maximum de données et dans le cas d'Uninstellar de vendre plus de evscope car il ne faut pas se le cacher non plus (ce qui n'est pas un mal en soit !), il y a des investisseurs qui ont mis leur bille dans l'affaire.

 

Sinon je trouve la suggestion de Colmic très pertinente :) 

Edited by LH44
Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, LH44 a dit :

Je me pose quand même une question de fond, est ce que investir plus de 4500€ dans un appareil tout automatisé qui finalement envoi des données scientifiques voir personnelles (identité, geoloc etc ...) et cela sans trop de manipulations de sa part pour alimenter des banques de données centralisées qui seront éventuellement exploitées plus tard par de vrais scientifiques fait que l'on fait soit même de la science ?

Pourquoi vouloir systématiquement faire de la science? Perso j'ai investi des sommes d'argent conséquentes dans du matériel d'astro et je ne fais pas de science, je ne suis absolument pas scientifique pour un sou. Et si je devais me procurer un eVscope je ne pense pas que ça serait pour faire de la science   !orbite! 

Il y a 8 heures, LH44 a dit :

un appareil tout automatisé qui finalement envoi des données scientifiques voir personnelles (identité, geoloc etc ...)

Et oui c'est malheureusement comme ça dans bien des domaines :ninja:. Mais là chez Unistellar c'est "avec l'accord du propriétaire" :pou:

  • J'aime 2
Link to comment
Share on other sites

Avec l'eVscope2 je me fais plaisir aussi bien en pratiquant le visuel amplifié (visuels sympa à l'oculaire électronique en peu de temps, bien contrastés et en couleurs) qu'en participant à la science participative en fonction des demandes exprimées sur diverses listes. Contribuer à la science participative, ce n'est pas obligatoirement en aveugle: si nos data transmis sont positifs, nous avons éventuellement sur le Slack dédié les retours sur nos interventions: courbes de lumière pour les exoplanètes ou les transits, animations pour les astéroïdes, voir des informations textuelles par le leader du canal concerné. Ils ont des pipelines qui permettent d'automatiser le traitement des flux transmis et de fournir les résultats.

 

J'ai acquis initialement l'eVscope2 pour pratiquer le visuel amplifié de façon simple, rapide et efficace avec un équipement compact "tout en un". La contribution à la science participative est venue ensuite. C'est très intéressant aussi. Je pratique donc les deux possibilités offertes avec autant de plaisir   🙂

La contrainte pour participer à la science participative en fonction des cibles demandées, c'est d'être là au bon endroit, au bon moment... et que la météo permette de faire les acquisitions demandées. Il y a du challenge pour réussir.

 

Maintenant quant au coût d'un eVsocpe2 ou d'un Equinox, ce n'est qu'un aspect personnel. Il y a d'autres loisirs qui sont bien plus onéreux   😉

Nous avons donc le choix: moins cher avec un assemblage à constituer, moins simple à mettre en œuvre et plus encombrant, ou alors plus cher, mais c'est vraiment du nomade "no soucis", compact et autonome.

Je ne raisonne pas en me disant: "j'ai un budget de xxxx € : qu'est ce que je peux financer avec  dans ce domaine ?...", je raisonne plutôt en me disant: "je voudrais tel équipement, puis-je le financer actuellement ? Sinon dans le cas contraire, combien de mois devrais-je économiser pour atteindre cet objectif ?...". Je ne me pose pas la question de savoir si je peux avoir l'équivalent pour un budget moindre ou mieux pour le même budget. C'est un choix personnel.

 

-----

A côté de cela, je me fais plaisir avec un C11 Hedge HD, une Taka TSA-120 et des jumelles APM 100 SD APO 90°  (également du H-Alpha solaire sur une lunette de 100 mm modifiée avec un Coronado Solarmax II 90 mm / BF15, mais là c'est hors sujet)

Un constat: c'est l'eVscope2 qui sort le plus souvent. Il est tellement vite mis en œuvre et prêt pour enchainer des observations offrant des visuels seulement devinés en vision décalée avec le C11 (voire pas du tout). Il est vrai que la vision derrière un vrai oculaire montrant directement ce que voit le miroir, cela offre des sensations magiques que ne peux offrir un eVscope, même si on devine plus qu'on ne voit en ciel profond. En planétaire, là il n'y a pas débat: l'eVscope est complètement à la ramasse, il n'est pas conçu pour cela (hormis la lune et le soleil avec filtrage à l'ouverture, mais même là ce n'est pas terrible: petit diamètre, petite focale et grossissement unique équivalent à environ 50x).

Edited by Goofy
  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Le 23/06/2022 à 16:57, LH44 a dit :

Tous ça je savais mais en réalité, sans excès de romantisme ? Ok les variabilistes amateurs sont indispensable et on comprend pourquoi, la découverte de SN ou de comètes souvent le fait d'amateurs amis combien de contribution pour l'evscope ?

Faut rester modeste en tout. Ces découvertes sont surtout le résultat de télescopes automatiques professionnels avec 1m d'ouverture.

Tous ces 115mm automatiques peuvent venir en appui sur des propositions de ces exploitants pro.

Même s'il y a quelques personnes qui donnent encore leur nom à un objet, c'est assez rare en fait aujourd'hui et de moins en moins. 

Aussi pour constater la "découverte" préalable par ces scopes auto de ces mêmes objets, il faut du monde derrière pour débusquer tout ce qu'il a photographié.

 

Appelle-t'on cela de la recherche? Et en fait qui fait de la recherche aujourd'hui, le secteur pro bien sur, mais pas tout le monde qui y est.

Les chercheurs, c'est la tête pour monter hypothèses et procédures pour tester ce qui est espéré. Les autres, les bras pour manipuler les scopes et mettre en oeuvre ces procédures échafaudées. 

Au niveau amateur, nous ne pourrions être que des bras pour caricaturer.

J'ai connu par le passé un amateur des années 70-80, Walbaum qui a observé jupiter sur plus d'une révolution autour du soleil, soit plus de douze ans.

Pour essayer de déterminer les grandes tendances de son atmosphère et de ses mouvements. Par méthodes visuelles.

2 douzaines de gars au début, 5-6 après 6mois, seul au bout de douze. 

Puis un 500 pour le 2eme révolution, une perte de vue et un projet stoppé.

Des milliers de data collectés manuellement (pas d'ordi), un rapport émis, réfuté d'un revers de main, etc...

Aujourd'hui, c'est repris par un rodgers, baa, pour refaire la même chose...

Sur uranus longtemps considéré comme une boule de billard, surtout après voyager 2, il était impossible rapporter quelque chose de cet objet sans être pris par bien des observateurs comme hors sujet.

Nous sommes 4 observateurs de part le monde effectuant un survey de ce corps avec des retours concordants.

La démonstration sur le papier d'une possibilité par voie visuelle a été effectuée, des recherches biblio sur le sujet à harvard, au baa, montraient plusieurs choses:

- des grands observateurs du passé rapportaient des aspects tout à fait conforme à ce que l'on image aujourd'hui,

- voyager 2 a rapporté certains documents montrant quelques disparités de surface (il n'y avait qu'un filtre rouge centré à 631nm en usage).

- des études en grand nombre pour l'étude des mouvements atmosphériques, depuis la mise en action du hst.

Le système de bandes maintenant bien observé se prolonge dans les interactions entre bandes elle-même, par la présence de tâches claires et sombre qui ne sont pas ces nuages de glace montrés ici et là.

Ces tâches claires notamment peuvent être des sites de formation de ces nuages de glace, c'est à dire le résultat d'un processus physique mettant en jeu le coeur de cette planète. Il est formulé que le noyau ne serait pas sphérique pur pour créer ces aspects, les vitesses différentielles entre bandes insuffisantes aussi pour l'effectuer.

IL y a aussi une circulation selon la latitude de telle sorte qu'un aspect jupiter avec filaments est du domaine possible, mais dans un aspect diffus.

Ces aspects peuvent être entrepris, cela devient de la science recherche amateur. Il y a suffisamment de matériels sensibles aujourd'hui, incluant l'oeil, pour l'entreprendre. Au point que la nasa va envoyer une sonde vers ces planètes en 2023 spécifiquement pour étudier ces dynamiques d'atmosphères gelées.

Pour vénus le transfert des atmosphères depuis le sol vers la croûte atmosphérique reste encore un mystère. Un autre programme de recherche...

Pour mars, des sujets sont encore mystérieux, comme la couche violette dont l'origine n'est pas fixée, les aurores se produisant dans l'atmosphère dont on suspecte l'origine, mais pas suffisamment établi.

Ce n'est pas de la recherche pure mais de la recherche contributive.

Ce qui semble perdu c'est une relation pro amateur. Un dolfuss ou un Capen se mettait au niveau de nos petites consciences pour vulgariser et proposer des thèmes. J'ai bien échangé avec Capen pour mars qui prenait de son temps pour répondre...par courrier (pas d'internet à l'époque).

Pour ce que cela vaut... ici. Le secteur pro est devenu un mamouth.

Ce ne sont pas les thèmes de recherche qui manquent.

  • J'aime 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, Algenib a dit :

Aujourd'hui, c'est repris par un rodgers, baa, pour refaire la même chose...

 

il y a 13 minutes, Algenib a dit :

au baa,

rodgers et baa  :?:   Google est mon ami, mais là: rien trouvé :refl:. Peux-tu éclairé ma lanterne et par la même occasion, celle des 14 membres qui suivent ce topic? Merci ;)

Link to comment
Share on other sites

Il y a quelques papier de recherche qui s'appuient sur des observations réalisées par l'eVescope. Par exemple :

https://iopscience.iop.org/article/10.3847/2041-8213/ac4f44/meta  The Aligned Orbit of WASP-148b, the Only Known Hot Jupiter with a nearby Warm Jupiter Companion, from NEID and HIRES 

 

Des chercheurs ont aussi montré l'utilité de tel instrument et de la participation d'amateur :

https://iopscience.iop.org/article/10.1088/1538-3873/ab7ee7 Utilizing Small Telescopes Operated by Citizen Scientists for Transiting Exoplanet Follow-up 

  • Merci / Quelle qualité! 2
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.