Jump to content

Le télescope spatial James Webb se déploie


Discret68
 Share

Recommended Posts

il y a 14 minutes, Pyrene a dit :

Tous les détails dans le numéro d'aujourd'hui de Futura !!!!

A la fin de l'article: "La prudence s'impose, car comme on l'expliquait, le réglage du télescope n'est pas terminé et il pourrait s'agir d'un artefact d'un des instruments mal calibré."    :ninja:

 

à l’instant, 22Ney44 a dit :

Bonjour les gens,


Ben tient ! Juste un premier avril ?

 

Ney

Ah ben non @22Ney44... t'as vendu la mèche trop tôt :cry:

 

;) 

Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, polorider a dit :

A la fin de l'article: "La prudence s'impose, car comme on l'expliquait, le réglage du télescope n'est pas terminé et il pourrait s'agir d'un artefact d'un des instruments mal calibré."    :ninja:

 

Ah ben non @22Ney44... t'as vendu la mèche trop tôt :cry:

 

;) 

Ben c'est écrit dans tous les calendriers du monde que nous sommes le 1er Avril aujourd'hui, ce n'est un secret pour personne !  :cheesy:

Y'avait pas de mèche à vendre là.

 

Ney

  • J'aime 1
  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, polorider a dit :

Ah ben non @22Ney44... t'as vendu la mèche trop tôt :cry:

 

Bonsoir les gens,

 

En réalité l'article de Futura reprend sans le citer vraiment le paradoxe de Fermi que le physicien avait explicité en 1950. Cependant, si quelqu'un a étudié le travail de Constantin Tsiolkovski, c'est bien à ce dernier qu'il faut attribuer la génèse des connaissances sur toutes les exo-biologies. Freeman DYSON n'a fait que concaténer les théories naissantes pour formaliser une hypothèse tout à fait crédible d'une exoplanète enveloppante totalement artificielle. En cela le JWSP est l'outil idéal pour détecter les émissions faibles d'infrarouge, signatures possibles d'une forme de vie évoluée.

 

Mais ne nous emballons pas, de la coupe aux lèvres il reste du chemin à parcourir.

 

Ney

Link to comment
Share on other sites

Bonjour tout le monde :be:

 

Il y a 8 heures, 22Ney44 a dit :

Mais ne nous emballons pas, de la coupe aux lèvres il reste du chemin à parcourir.

Ney

Des années lumière, pour ne pas dire des millions d'années lumière !

La probabilité de l'existence de sphère de Dyson m'apparaît plus comme de la science fiction que de la science ! N'est-il pas ! :s

 

Bon ciel

Pat

Link to comment
Share on other sites

Le 01/04/2022 à 18:55, 22Ney44 a dit :

Ben tient ! Juste un premier avril ?

 

C'est vrai, d'ailleurs voici, en exclusivité, la photo, faite par Webb qui le prouve :

 

dyson-cinetic-big-ball-absolute-2_003.jpg.cb0ae7e99941e0427c8dee8c38c4d355.jpg

  • Haha 9
Link to comment
Share on other sites

La suite des opérations:

 

image.thumb.png.876a82bdbba692b98adeb4d42536053d.png

 

image.png.b7d009431648510014472c1cd782ab8c.png

 

La caméra MIRI du JWST est en phase finale de refroidissement, qui est une condition préalable à l’alignement du miroir, phase 7

 

MIRI transporte des détecteurs qui doivent être à une température de - 7° kelvin pour fonctionner correctement. Atteindre cette température n’est pas possible avec les seuls systèmes passif du JWST, alors le JWST emporte un cryo refroidisseur innovant, dédié au refroidissement des détecteurs de MIRI.

 

Ce refroidisseur utilise de l’hélium pour emporter la chaleur des optiques de MIRI et des détecteurs en dehors du côté chaud du pare-soleil. Pour piloter le processus de refroidissement, MIRI a donc des chaufferettes embarquées pour protéger ses composants sensibles de la formation de glace.

L’équipe du JWST a commencé à ajuster ensembles le refroidisseur et les chaufferettes, pour assurer un lent, contrôlé et stable refroidissement pour les instruments.

Bientôt, l’équipe du JWST va arrêter les chaufferettes de MIRI complètement, pour garder les instruments à leur température de fonctionnement, à moins de 7 °kelvin (- 447 °F ou – 266 ° C)

 

  • J'aime 2
  • Merci / Quelle qualité! 2
Link to comment
Share on other sites

Le 05/04/2022 à 22:30, Messier31 a dit :

La suite des opérations:

(...)

MIRI transporte des détecteurs qui doivent être à une température de - 7° kelvin pour fonctionner correctement.
(...)

Je me permets de corriger une petite coquille. Il faut lire "... à une température de moins de 7° kelvin ..." car bien sûr tout le monde sait que des températures exprimées en kelvin ne peuvent être négative.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, 0zzy a dit :

Je me permets de corriger une petite coquille. Il faut lire "... à une température de moins de 7° kelvin ..." car bien sûr tout le monde sait que des températures exprimées en kelvin ne peuvent être négative.

 

Merci pour la correction ...

Ma traduction n'est pas toujours sans erreur !

Link to comment
Share on other sites

La suite du refroidissement des instruments:

 

image.png.1544bcdcd16bccdc7297301112659ddb.png

 

Refroidissement final – MIRI

Avant l’étape 7 d’alignement des miroirs

Début nominal de l’événement: lancement +3.5 mois.

 

Status: en cours

 

La caméra MIRI du JWST est en phase finale de refroidissement, qui est une condition préalable à l’alignement du miroir, phase 7

 

Les instruments travaillant dans le proche infra-rouge (NIRCam, NIRSpec, FGS-NIRISS) ont atteint la cible de température de 34 à 39 kelvin avec le refroidissement passif. MIRI transporte des détecteurs qui demandent à être à une température de moins de 7 kelvin pour être capable de détecter des photons d’une longueur d’onde plus grande. Cette température ne peut être atteinte avec les seuls systèmes passifs du JWST, alors WEBB embarque un refroidisseur innovant dédié pour refroidir les détecteurs de MIRI.

 

  • J'aime 1
  • Merci / Quelle qualité! 2
Link to comment
Share on other sites

Des nouvelles de la mise en route du JWST

 

image.png.aea666191ed8f7fdc3a327ff6fb6e46e.png

 

 

Alignement itératif pour correction finale

Après avoir corrigé le champ de vision, les points cruciaux qu’il reste à corriger sont les toutes petites erreurs de positionnement des segments du miroir.

Nous mesurons et corrigeront en utilisant la méthode « Fine Phasing » (utilisée à l’étape 5).

Nous devons faire un contrôle final de la qualité de l’image au travers de chaque instrument scientifique, une fois vérifié, la détection et le contrôle du front d’onde sera terminé.

Au fur et à mesure que nous passons par les 7 étapes, nous pouvons constater que nous devons également itérer les étapes précédentes. La méthode est flexible et modulaire pour supporter l’itération.

Après plus de 3 mois d’alignement du télescope, nous sommes prêts pour commencer à la mise en service des instruments.

 

 

  • J'aime 2
  • Merci / Quelle qualité! 2
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
Posted (edited)

 

Traduction automatique :

https://blogs.nasa.gov/webb/

 

L’alignement du télescope spatial James Webb de la NASA est maintenant terminé. Après un examen complet, il a été confirmé que l’observatoire était capable de capturer des images nettes et bien focalisées avec chacun de ses quatre puissants instruments scientifiques embarqués. Après avoir terminé la septième et dernière étape de l’alignement du télescope, l’équipe a tenu une série de réunions de décision clés et a convenu à l’unanimité que Webb est prêt à aller de l’avant dans sa prochaine et dernière série de préparatifs, connue sous le nom de mise en service d’instruments scientifiques. Ce processus prendra environ deux mois avant le début des opérations scientifiques en été.

 

L’alignement du télescope sur tous les instruments de Webb peut être vu dans une série d’images qui capturent le champ de vision complet de l’observatoire.

« Ces images de test remarquables d’un télescope aligné avec succès démontrent ce que les gens à travers les pays et les continents peuvent réaliser lorsqu’il existe une vision scientifique audacieuse pour explorer l’univers », a déclaré Lee Feinberg, responsable des éléments du télescope optique Webb au Goddard Space Flight Center de la NASA.

Les performances optiques du télescope continuent d’être meilleures que les prédictions les plus optimistes de l’équipe d’ingénierie. Les miroirs de Webb dirigent maintenant la lumière entièrement focalisée collectée de l’espace vers le bas dans chaque instrument, et chaque instrument capture avec succès des images avec la lumière qui leur est livrée. La qualité d’image fournie à tous les instruments est « limitée par diffraction », ce qui signifie que la finesse des détails qui peuvent être vus est aussi bonne que physiquement possible compte tenu de la taille du télescope. À partir de ce moment, les seules modifications apportées aux miroirs seront de très petits ajustements périodiques des segments de miroir primaires.

« Avec l’achèvement de l’alignement du télescope et la moitié de la vie d’efforts, mon rôle dans la mission du télescope spatial James Webb a pris fin », a déclaré Scott Acton, scientifique de la détection et des contrôles du front d’onde Webb, Ball Aerospace. « Ces images ont profondément changé ma façon de voir l’univers. Nous sommes entourés d’une symphonie de création; il y a des galaxies partout ! J’espère que tout le monde dans le monde pourra les voir. »


Maintenant, l’équipe Webb va se concentrer sur la mise en service d’instruments scientifiques. Chaque instrument est un ensemble très sophistiqué de détecteurs équipés de lentilles, de masques, de filtres et d’équipements personnalisés uniques qui l’aident à réaliser la science pour laquelle il a été conçu. Les caractéristiques spécialisées de ces instruments seront configurées et exploitées dans diverses combinaisons pendant la phase de mise en service de l’instrument afin de confirmer pleinement leur préparation à la science. Avec la conclusion officielle de l’alignement du télescope, le personnel clé impliqué dans la mise en service de chaque instrument est arrivé au Centre des opérations de mission du Space Telescope Science Institute à Baltimore, et certains membres du personnel impliqués dans l’alignement du télescope ont terminé leurs tâches.


Bien que l’alignement du télescope soit terminé, certaines activités d’étalonnage du télescope demeurent: Dans le cadre de la mise en service de l’instrument scientifique, le télescope sera commandé pour pointer vers différentes zones du ciel où la quantité totale de rayonnement solaire frappant l’observatoire variera pour confirmer la stabilité thermique lors du changement de cible. De plus, des observations de maintenance continue tous les deux jours surveilleront l’alignement du miroir et, au besoin, appliqueront des corrections pour maintenir les miroirs à leur emplacement aligné.

 

Par Thaddeus Cesari, NASA Goddard

 

 

 

 

Les images techniques d’étoiles nettement focalisées dans le champ de vision de chaque instrument démontrent que le télescope est entièrement aligné et mis au point. Pour ce test, Webb a pointé du doigt une partie du Grand Nuage de Magellan, une petite galaxie satellite de la Voie lactée, fournissant un champ dense de centaines de milliers d’étoiles à travers tous les capteurs de l’observatoire. Les tailles et les positions des images montrées ici représentent la disposition relative de chacun des instruments de Webb dans le plan focal du télescope, chacun pointant vers une partie légèrement décalée du ciel les uns par rapport aux autres. Les trois instruments d’imagerie de Webb sont NIRCam (images montrées ici à une longueur d’onde de 2 microns), NIRISS (image montrée ici à 1,5 micron) et MIRI (montré à 7,7 microns, une longueur d’onde plus longue révélant l’émission des nuages interstellaires ainsi que la lumière des étoiles). NIRSpec est un spectrographe plutôt qu’un imageur, mais peut prendre des images, telles que l’image de 1,1 micron montrée ici, pour les étalonnages et l’acquisition de cibles. Les régions sombres visibles dans certaines parties des données NIRSpec sont dues aux structures de son réseau de microshutters, qui comporte plusieurs centaines de milliers d’obturateurs contrôlables qui peuvent être ouverts ou fermés pour sélectionner la lumière envoyée dans le spectrographe. Enfin, le capteur de guidage fin de Webb suit les étoiles guides pour pointer l’observatoire avec précision et précision; ses deux capteurs ne sont généralement pas utilisés pour l’imagerie scientifique mais peuvent prendre des images d’étalonnage comme celles montrées ici. Ces données d’image sont utilisées non seulement pour évaluer la netteté de l’image, mais aussi pour mesurer et calibrer avec précision les distorsions subtiles de l’image et les alignements entre les capteurs dans le cadre du processus global d’étalonnage de l’instrument de Webb. Crédit : NASA/STScI

 

P.S : le montage fait 5 MB, on peut zoomer pour admirer les étoiles du GN de Magellan !

webb_img_sharpness_details_v2.png

 

 

Comparaison du même champs avec d' anciens telescopes spatiaux en IF :

 

 

FRjH4MvXMAIBzwP.jpg

Edited by jackbauer
  • Merci / Quelle qualité! 5
Link to comment
Share on other sites

L'avancée en imagerie IF est assez fabuleuse.

Question a 2 balles: Pourquoi y a t'il 8 aigrettes ? le secondaire du JWST est soutenue par 3 bras... Donc 6 aigrettes non ? 

Link to comment
Share on other sites

il y a 25 minutes, Mahou a dit :

Question a 2 balles: Pourquoi y a t'il 8 aigrettes ? le secondaire du JWST est soutenue par 3 bras... Donc 6 aigrettes non ? 

Bonjour @Mahou

Lorsque nous observons les aigrettes, il y en bien six disposées chacune à 60° de ses deux voisines. Est-on en droit de supposer que ce sont les aigrettes générées par les trois bras de support du miroir secondaire ? Sans doute.

Et puis il y a les deux aigrettes horizontales qui semblent correspondre aux bissectrices des aigrettes non verticales et bien perpendiculaires aux deux aigrettes verticales. S'agirait-il d'un éventuel support de filtres placé sur le chemin optique avant les instruments ?

 

Les fins connaisseurs de cet observatoire ont sans doute la réponse.

 

Ney

Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, 22Ney44 a dit :

Bonjour @Mahou

Lorsque nous observons les aigrettes, il y en bien six disposées chacune à 60° de ses deux voisines. Est-on en droit de supposer que ce sont les aigrettes générées par les trois bras de support du miroir secondaire ? Sans doute.

Et puis il y a les deux aigrettes horizontales qui semblent correspondre aux bissectrices des aigrettes non verticales et bien perpendiculaires aux deux aigrettes verticales. S'agirait-il d'un éventuel support de filtres placé sur le chemin optique avant les instruments ?

 

Les fins connaisseurs de cet observatoire ont sans doute la réponse.

 

Ney

Les aigrettes sont surtout provoquées par la forme hexagonale des miroirs, qui se superposent à celles provoquées par deux des trois bras de support du secondaire.

Les deux dernières sont dues au troisième bras de support (celui "du dessus")

  • J'aime 1
  • Merci / Quelle qualité! 1
Link to comment
Share on other sites

Des nouvelles du JWST:

 

image.thumb.png.e435398dc57bc52a6b99d20f8be45624.png

 

Mise en service des instruments

 

Avec l’alignement des miroirs terminé, l’équipe du JWST porte son attention sur la mise en service des instruments scinetifiques.

Pour chaque instrument, l’équipe du JWST doit maintenant mener une suite de calibration et de caractérisation des instruments en utilisant des sources astronomiques variées. Nous devons mesurer le débit (ou gain ?), la quantité de lumiére qui entre dans le télescope et atteint chaque détecteur et est enregistrée., Nous devons faire une calibration astrométrique pour chaque instrument, mesurer les petites distortions optiques dans l’instrument pour cartographier chaque pixel du détecteur pour avoir la localisation précise dans le ciel de ce que nous voyons. Nous devons mesurer la netteté des étoiles à chaque point des instruments pour permettre une extraction optimale des informations scinetifiques. Nous devons désigner des cibles pour le coronographe et le spectroscope, et tester quelques types scpéciaux d’observation, en incluant des cibles dans notre systéme solaire et du temps d’observation pour des transit d’exoplanétes.

 

 

  • Merci / Quelle qualité! 5
Link to comment
Share on other sites

Des nouvelles fraiches du JWST:

 

image.thumb.png.7eb27334f1869e7405398578f1fde3ad.png

 

Vérification des modes des instruments

 

Chaque instrument dispose de plusieurs modes de fonctionnement. Pendant la mise en service, nous testons, étalonnons, vérifions chaque mode, ce qui signifie qu’ils sont prêts pour les activités scientifiques. L’image de droite sera mise à jour pour faire le suivi des réglages finaux au cours des deux prochains mois de mise en service.

 

REMARQUE : la vérification et l’approbation du mode ne se font PAS dans l’ordre indiqué. La liste suivante des modes d’instruments sera détaillée dans un prochain blog.

 

NIRCAM : Imagerie | Spectroscopie à large champ sans fente | Coronagraphie | Observations en séries chronologiques – imagerie | Observations en séries chronologiques – réseau de prisme

NIRSPEC : Spectroscopie multi-objet | Spectroscopie à fente fixe | Spectroscopie à unité intégrale | Séries chronologiques d’objets brillants

NIRISS : Spectroscopie sans fente à un seul objet | Spectroscopie sans fente à grand champ | Interférométrie à masquage d’ouverture | Imagerie (en parallèle seulement)

MIRI : Imagerie | Spectroscopie basse résolution | Spectroscopie moyenne résolution | Imagerie coronagraphique

 

 

 

 

 

  • J'aime 1
  • Merci / Quelle qualité! 1
Link to comment
Share on other sites

Un "grism", c'est un prisme accolé à un réseau de diffraction (mot-valise fait à-partir de grating et prism).

Bref, c'est un élément optique disperseur, généralement placé pour opérer sur le champ d'une image (chaque point sera remplacé par un spectre ; c'est pratique pour obtenir simultanément les spectres -à basse résolution- de toutes les étoiles d'un champ) et en champ normal (le télescope pointe le même endroit avec ou sans le "grism" dans la chaîne optique).

  • Merci / Quelle qualité! 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, Moot a dit :

Un "grism", c'est un prisme accolé à un réseau de diffraction (mot-valise fait à-partir de grating et prism).

Bref, c'est un élément optique disperseur, généralement placé pour opérer sur le champ d'une image (chaque point sera remplacé par un spectre ; c'est pratique pour obtenir simultanément les spectres -à basse résolution- de toutes les étoiles d'un champ) et en champ normal (le télescope pointe le même endroit avec ou sans le "grism" dans la chaîne optique).

Merci, effectivement avec mon modeste niveau d'anglais, je ne pouvais pas deviner

Link to comment
Share on other sites

Les instruments du JWST, ont 17 modes de fonctionnement, voici les 5 premiers:

 

With the telescope optics and instruments aligned, the Webb team is now commissioning the observatory’s four powerful science instruments. There are 17 different instrument “modes” to check out on our way to getting ready for the start of science this summer. Once we have approved all 17 of these modes, NASA’s James Webb Space Telescope will be ready to begin scientific operations!

Avec les optiques du télescope et des instruments alignés, l’équipe du JWST est maintenant en train de mettre en service les quatre instruments scientifiques d’observation. Il y a 17 modes de test différents sur notre feuille de route pour être prêt à démarrer nos observations cet été. Une fois que nous aurons validé ces 17 modes, le JWST de la NASA sera prêt à commencer les travaux scientifiques.

 

In this post we’ll describe the 17 modes, and readers are encouraged to follow along as the Webb team checks them off one by one on the Where is Webb tracker. Each mode has a set of observations and analysis that need to be verified, and it is important to note that the team does not plan to complete them in the order listed below. Some of the modes won’t be verified until the very end of commissioning.

Dans ce texte, nous décrirons ces 17 modes, et les lecteurs sont encouragés à les suivre au fur et à mesure sur le site « Where is Webb » Chaque mode a une série d’observation et d’annalyse qui doivent être vérifiées, et il est important de noter que l’équipe ne prévoit pas de les terminer dans l’ordre listé ci-dessous. Quelques modes ne seront pas vérifiés avant la toute fin de la mise en route.

 

For each mode we have also selected a representative example science target that will be observed in the first year of Webb science. These are just examples; each mode will be used for many targets, and most of Webb’s science targets will be observed with more than one instrument and/or mode. The detailed list of peer-reviewed observations planned for the first year of science with Webb ranges from our solar system to the most distant galaxies.

Pour chaque mode nous avons donc sélectionner des exemples de cible représentatives qui devrons être observées dans la première année d’observation du JWST. Ce sont justes des exemples, chaque mode sera utilisé pour de nombreuses cibles, et plusieurs cibles du JWST seront observées avec plus d’un instrument et / ou plus d’un mode. La liste détaillée des observations planifiées pour la première année de science avec Webb s’étend de notre système solaire à la galaxie la plus éloignée.

 

1.  Near-Infrared Camera (NIRCam) imaging. Near-infrared imaging will take pictures in part of the visible to near-infrared light, 0.6 to 5.0 micrometers wavelength. This mode will be used for almost all aspects of Webb science, from deep fields to galaxies, star-forming regions to planets in our own solar system. An example target in a Webb cycle 1 program using this mode: the Hubble Ultra-Deep Field.

1. Capteur proche infrarouge (NIRCam imagerie). L’imagerie proche infra rouge prendra des photos en lumière visible jusqu’au proche infra rouge, 0,6 à 5 micromètre de longueur d’onde. Ce mode sera utilisé pour tous les domaines scientifiques du JWST, du ciel profond jusqu’aux galaxies, des pouponnières d’étoiles aux planètes de notre propre système solaire. Un exemple de cible du cycle 1 du JWST utilise ce mode : le champ ultra profond de Hubble.

 

2.  NIRCam wide field slitless spectroscopy. Spectroscopy separates the detected light into individual colors. Slitless spectroscopy spreads out the light in the whole instrument field of view so we see the colors of every object visible in the field. Slitless spectroscopy in NIRCam was originally an engineering mode for use in aligning the telescope, but scientists realized that it could be used for science as well. Example target: distant quasars.

2. NIRCam large champ spectroscopie sans fente. La spectroscopie sépare la lumière reçut en couleur individuelle. La spectroscopie sans fente envoie la lumière sur l’intégralité du champ de vue de l’instrument, ainsi nous voyons la couleur de chaque objet visible dans le champs. La spectroscopie sans fente de NIRCam était à l’origine un mode développé pour aligner le télescope, mais les scientifiques ont réalisé que cela pouvait être bien mieux utilisé de façon scientifique. Exemple de cible : les quasars distants.

 

3.  NIRCam coronagraphy. When a star has exoplanets or dust disks in orbit around it, the brightness from a star usually will outshine the light that is reflected or emitted by the much fainter objects around it. Coronagraphy uses a black disk in the instrument to block out the starlight in order to detect the light from its planets. Example target: the gas giant exoplanet HIP 65426 b.

3. NIRCam coronographie. Quand une étoile a des exoplanètes ou un disque de poussière en orbite, la luminosité d’une étoile est éclipsée par la lumière qui est réfléchie ou émise par le plus faible objet autour d’elle.La coronographie utilise un disque noir dans l’instrument pour occulter la lumière de l’étoile pour détecter la lumière venant de ses planètes. Exemple de cible: l'exoplanéte gazeuse géante HIP 65246b.

 

4.  NIRCam time series observations – imaging. Most astronomical objects change on timescales that are large compared to human lifetimes, but some things change fast enough for us to see them. Time series observations read out the instruments’ detectors rapidly to watch for those changes. Example target: a pulsing neutron star called a magnetar.

4. NIRCam observations régulières dans le temps - imagerie. La plupart des objets astronomiques change durant une échelle de temps bien plus grande que la durée d’une vie humaine, mais plusieurs objets changent si rapidement que nous pouvons le voir. Exemple de cible : une étoile à neutron pulsante, appelée magnetar.

 

5.  NIRCam time series observations – grism. When an exoplanet crosses the disk of its host star, light from the star can pass through the atmosphere of the planet, allowing scientists to determine the constituents of the atmosphere with this spectroscopic technique. Scientists can also study light that is reflected or emitted from an exoplanet, when an exoplanet passes behind its host star. Example target: lava rain on the super-Earth-size exoplanet 55 Cancri e.

5. NIRCAm observations régulières dans le temps – réseau de diffraction et prisme. Quand une exoplanète transite devant son étoile, la lumière de l’étoile traverse l’atmosphère de la planète, permettant aux scientifiques de déterminer la constitution de l’atmosphère grâce à la spectroscopie. Les scientifiques peuvent aussi étudier la lumière qui est réfléchi ou émise par l’exoplanète, quand l’exoplanète passe derrière son étoile. Exemple de cible : pluie de lave sur l’exoplanète super-Terre 55 Cancri e.

 

 

Les autres modes suivrons ...

 

  • Merci / Quelle qualité! 3
Link to comment
Share on other sites

Bonjour:

I

Malheureusement je n'arrive pas à trouver un article en Français, mais si j'ai bien compris  ce "grism" est plus efficace qu'un simple prisme?

Je ne suis pas sûr de quoi il consiste?

Bien que j'ai trouvé cette image:

 

l doit y avoir la même description en Français quelque part:

 

"Is a diffraction grating better than a prism?

Gratings are generally better than prisms - they are more efficient, they provide a linear dispersion of wavelengths and do not suffer from the absorption effects that prisms have which limits their useful wavelength range."

Screen Shot 2022-05-15 at 12.37.17 PM.png

Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)

Bonsoir (heure française ! 🙂)

 

"Il y a longtemps" les spectrographes dispersaient la lumière au moyen de prismes, et ceux-ci avaient des inconvénients : absorption variable selon la longueur d'onde, et dispersion non proportionnelle à la longueur d'onde.

Quand l'industrie a commencé à fournir facilement des réseaux de diffraction ("gratings"), ils ont vite supplanté les prismes (à la louche et de mémoire, dans les années 1950)

 

Plus récemment, (il faudra que je révise pour les dates 😕) les "spectrographes à échelle" ont été mis au point.

Leur intérêt est d'éviter que les différents ordres de diffraction ne se mélangent lorsqu'on veut obtenir à la fois une grande résolution et un large domaine spectral.

Pour cela, on utilise un "grism" qui est un dispositif qui combine (le plus souvent en un seul bloc) un réseau  ET un prisme :

d'où le néologisme : "grating" + "prism" = "grism" 😄

 

Il ne s'agit pas de savoir si c'est "plus" ou "moins" efficace : c'est un fonctionnement différent, le réseau et le prisme étant disposés pour que les directions de leurs dispersion soient perpendiculaires.

 

Mais je ne vais pas me lancer dans une explication plus détaillée à cette heure-ci...

 

A demain !

 

Il y a 1 heure, VNA a dit :

(...) si j'ai bien compris  ce "grism" est plus efficace qu'un simple prisme?
Je ne suis pas sûr de quoi il consiste?

(...)

 

"Is a diffraction grating better than a prism?

Gratings are generally better than prisms - they are more efficient, they provide a linear dispersion of wavelengths and do not suffer from the absorption effects that prisms have which limits their useful wavelength range."

 

 

 

Edited by Ygogo
fôte d'ortograf
  • Merci / Quelle qualité! 2
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.