Rick_husband

Actualités Des Mars Exploration Rover

Recommended Posts

Allez, une petite update de ce qui se passe à Meridiani, au cratère Endeavour. Certes ce cratère est moins impressionnant que Gale, son "piton" central ne mesure pas 6000 km de haut, mais bon :D.

 

Donc où en est Opportunity ? Quelques part par là :

 

index.php?act=attach&type=post&id=30108

 

On voit qu'il a passé énormément de temps sur Matijeivic Hill. Ce qui est normal à la fois, car on y a découvert des argiles, de nature assez proches de celles analysées en ce moment même par Curiosity (John Klein). Je vais citer notre ami Vaufrèges qui nous fait l'honneur de traduire la dernière press release de la NASA :

 

La roche fracturée appelée "Espérance" fournit les preuves d'un milieu humide ancien peut-être favorable à la vie. Selon Steve Squyres, "Espérance" était très importante, nous nous y sommes engagés plusieurs semaines pour obtenir des mesures de celle–ci, même si nous savions que le temps passait."

 

Les ingénieurs de la mission au J.P.L. avaient fixé cette semaine comme une date limite pour le démarrage vers "Solander Point" où l'équipe espère conserver Opportunity actif lors du prochain hiver martien.

 

"Ce qui est si spécial au sujet "d'Espérance" est qu'il y avait assez d'eau, non seulement pour les réactions qui produisent des minéraux argileux, mais également assez pour débusquer les ions émis par ces réactions, de sorte qu'Opportunity a pu voir clairement l'altération", a déclaré Scott McLennan. "La composition de cette roche ne ressemble à aucune autre étudiée pendant neuf ans sur Mars – elle est plus élevée en aluminium et en silice, faible en calcium et en fer."

 

La distance du parcours prévu jusqu'à "Solander Point" est d'environ 2,2 km. Cape York a été la maison d'Opportunity depuis que le rover est arrivé à l'extrémité ouest du cratère Endeavour mi-2011, après un périple de deux ans à partir d'un autre petit cratère.

 

"Sur la base de nos modèles actuels d'ensoleillement, nous avons l'intention d'atteindre une pente de 15 degrés d'inclinaison vers le nord avant le sixième hiver martien d'Opportunity», a déclaré Scott Lever, chef de mission au JPL. "Solander Point" nous donne cette inclinaison et peut nous permettre de se déplacer un peu pour des observations scientifiques pendant l'hiver."

 

Au cours de l'hiver, dans l'hémisphère Sud, l'inclinaison vers le Nord augmente le rendement des panneaux solaires du rover. L'ensoleillement quotidien pour Opportunity en hiver atteindra le minimum en Février 2014. Le rover doit être placé dans les conditions les plus favorables bien avant. (x)

 

Les argiles se forment généralement dans des environnements humides qui ne sont pas trop acides. Pendant des années, Opportunity a trouvé des preuves d'environnements humides anciens qui étaient très acides. Les résultats de "CRISM" (spectro de MRO) nous ont incité à examiner la zone où l'argile a été détecté depuis l'orbite. Là, nous avons trouvé un affleurement appelé "Lac Whitewater," contenant une petite quantité d'argile dû à altération par exposition à l'eau.

 

"Espérance" a subi une altération intense le long de fractures qui ont permis le passage pour l'écoulement du fluide. L'eau qui se déplaçait à travers les fractures au cours de l'histoire de cette roche aurait fourni des conditions plus favorables pour la biologie que n'importe quel autre milieu humide enregistré dans les roches qu'Opportunity a pu étudier."

 

 

(x)Il semble que l'objectif soit de rejoindre "Solander Point" courant août 2013 ce qui, si tout va bien et que le rover ne s'attarde pas trop en chemin, semble très réalisable..

Sources :

http://marsrovers.jpl.nasa.gov/newsroom/pressreleases/20130517a.html

http://www.astrosurf.com/ubb/Forum1/HTML/003540-5.html#6

 

Le temps passé à Matijeivic fut très enrichissant donc d'un point de vue scientifique.

 

… mais pour ce qui est de l'imagerie, bof bof :D Je dis ça parce que mon job c'est quand même un peu ça ;).

 

Et cette nouvelle destination fixée, ce trajet qui va durer des mois, c'est l'occasion de reprendre la main sur quelques images fraîches qui montrent du paysage.

 

Allons-y donc. Panorama Navcam effectué au Sol 3308, peu avant la reprise de la route :

 

Sol3308_pano_b.jpg

 

Et sur le chemin, au Sol 3312 :

Sol3312_pano_b.jpg

 

(J'en profite aussi pour signaler que les images d'Opportunity sont disposées selon une timeline, exactement comme chez Curiosity : http://www.db-prods.net/marsroversimages/opportunity-2013.html )

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça y est, Opportunity est parti à Cap Canaveral le 7 juillet 2003, il fête donc ses 10 ans !

 

Bon anniversaire Oppy ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Pioneer :)

 

Quelques images fraiches.

 

Sol 3362, le rover arrive à grands tours de roue sur Solander Point :

 

Sol3362_pano_b.jpg

 

Mais à la pancam, au Sol 3363, de nombreux détails se dessinent sur Solander :

Sol3363_pancam_b.jpg

 

Et vue sur Endeavour au Sol 3364 :

 

Sol3364_pano_b.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Coucou !

 

Waouh ! Les images :wub:

 

Le sol semble très surprenant, comme du sable martelé de grosses gouttes de pluie...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Cela faisait un trop long moment que plus personne ne parlait, ici, d’Opportunity.

Résumé traduit du lien :

http://www.planetary.org/explore/space-topics/space-missions/mer-updates/2013/08-mer-update-opportunity-begins-science-at-base-of-solander.html

Il n'y a pas eu un instant d'ennui pour l’équipe du Rover Opportunity, au mois d’Août. Ce dernier s’est déplacé jusqu'à Solander Point, partie de la caldeira érodée du cratère Endeavour. Il a lors de son parcours, traversé une frontière géologique d’époques anciennes, manœuvré dans un champ de blocs rocheux, sortit indemne d'une quasi-collision avec un rocher (ce qui aurait pu très mal se terminer) et, à la fin du mois, livré à son équipe ce qui semble être une nouvelle pierre « précieuse » (selon les critères scientifiques) sur la planète rouge.

Alors que la NASA et les médias du monde entier ont célébré la première année d'exploitation du plus grand des rovers martiens, Curiosity, dans son ombre, neuf ans et demi après s’être posé sur Mars, à l'intérieur du petit cratère Eagle, Opportunity observait quelque chose de nouveau, une fois de plus.

Cette chose nouvelle est une petit escarpement qui s'étend sur environ 80 mètres le long du versant oriental de Solander Point, juste au sud de la pointe nord. « C'est vraiment spectaculaire », a déclaré Ray Arvidson, vice- investigateur principal de MER, « Il est haut d’environ 40 centimètres, possède des roches incluses et une couverture rocheuse sur le dessus. Nous n’avions jamais rien vu de tel », a-t-il précisé.

Larry Crumpler, membre de l'équipe scientifique MER, a décrit cette formation comme « bizarre. »

Cela pourrait être une partie érodée de l'ancien terrain qui forme la surface, ou encore, un banc de Solander Point, strate du tablier (appelé Bench) qui semble entourer chacun des segments des vestiges du bord d'Endeavour. Ou peut- être même autre chose. « Il est trop tôt pour dire quoi que ce soit de définitif », a déclaré Arvidson, qui supervise la sixième campagne scientifique d'hiver d'Opportunity. « C'est une vraie exploration, riche en découvertes. »

Pendant les sept premières années, le robot géologue a trouvé beaucoup de preuves d’une eau ayant existée dans un ancien environnement martien, objectif qui lui avait été assigné avant son lancement. Mais cette eau était très acide. Le milieu observé près d’endeavour a changé la donne. La découverte récente, in situ, de minéraux argileux sur Matijevic Hill au Cape York a révélé un paléo-environnement avec une eau qui était plus alcaline voir neutre, comme l'eau courante que nous connaissons sur Terre.

Après avoir effectué en deux mois et demi un voyage de 2,2 kilomètres depuis le CapeYork, Opportunity est arrivé jusqu'à Solander point pendant les premiers jours d'Août.

Comme Cape York, Solander Point est une partie du bord ouest du cratère Endeavour qui est large d’ environ 22 kilomètres de diamètre. Mais là où Cape York expose quelques mètres de section verticale des couches géologiques, Solander point en dévoile environ 10 fois plus, selon Arvidson . Comme les cernes à l'intérieur d’un arbre, chaque couche marque une époque différente et raconte l’histoire de cet endroit.

« Il nous est donné pour la première fois de prendre tout cela en gros plan. L'équipe scientifique est « un peu comme à Disneyland », a déclaré John Callas, chef du projet MER au JPL.

Il y a beaucoup à voir à Solander Point. Pour commencer, il y a une zone de contact, une sorte de frontière entre d’anciennes périodes géologiques. Celle-ci semble séparer les plaines de grès de Meridiani, avec ses roches sédimentaires que le rover a étudié jusqu'à son arrivée à Endeavour et qui se sont probablement formé dans des conditions acides il y a longtemps, des couches plus anciennes constituées de roches stratifiées inclinées et brisées à la base de Solander point, qui ont été soulevé par l' impact ayant formé le cratère Endeavour et qui date d'une époque où la région est soupçonnée d'avoir présenté un environnement hydrique au PH plus neutre.

Les roches sombres inhabituelles qui semblent avoir dévalé la pente de Solander Point sont dispersés autour de cette zone frontière, certains sur le banc et quelques-unes à l'extérieur. En regardant vers le haut de la pente, un champ de blocs s'étend sur le flanc de la colline, émanant de ce qui semble être un endroit proche du sommet. Et puis il y a l'escarpement bizarre, objectif principal d’études actuellement assigné à Opportunity.

Le robot géologue a documenté visuellement la zone frontière et observé de nombreuses cibles possibles, allant même s'aventurer sur une côte à la pente ascendante dans un champ de blocs rocheux et de strates comme celles que le rover avait trouvé au Cape York. " Nous avons fait une série de courts déplacements, en étudiant les différentes couches de roches, nous arrêtant fréquemment pour les photographier, et recueillir beaucoup de données très intéressantes ", a déclaré Ashley Stroupe, l'un des les planificateurs du rover qui pilote Opportunity.

Parmi les cibles étudiées on peut en citer quelque unes :

Un rocher, Red Poker ( le 5 août), s’est avéré sans surprises, dans la couche la plus arpentée par Opportunity, connu sous le nom Formation Burns. Un autre rocher, Tick Bush, de nature basaltique, typique de ce que le rover avait vu dans Meridiani Planum. Mais un rocher plat, de couleur claire surnommé Platypus, dans la partie plus ancienne de la couche Grasberg, s’est révélé plus intriguant.

C'est un aperçu de ce que devrait observer Opportunity dans les mois à venir, et il y aura encore des surprises, certaines d'entre elles ne seront probablement grandes.

Pendant la navigation dans le champ de blocs à la mi- Août, Opportunity a été près de heurter un rocher appelé Mulla Mulla . « Nous aurions pu facilement entrer en collision avec ce rocher et ainsi endommagé sérieusement le rover. Grâce à la chance, ce n’est pas arrivé.» a indiqué Bill Nelson.

En fait, Opportunity n'a même pas eu à souffrir une égratignure mais cela aurait pu être une catastrophique fin de mission. Cette dangereuse situation s’est produite à cause d'une erreur humaine. « Il s'agit d'une erreur opérationnelle et c'est un important problème», a déclaré Callas. En conséquence, l'incident a engendré un rapport d'incident (ISA). « Nous voulons comprendre pourquoi nos procédures n'ont pas fonctionné comme elles auraient dû. Nous voulons nous assurer que nous travaillons toujours en sécurité ".

De Platypus, Opportunity s’est dirigé vers le nord en direction de la pointe nord de Solander Point, s'arrêtant sur l'escarpement pour travailler tout le week-end du Labor Day.

En parlant de travail, il en faut beaucoup pour réaliser une mission sur Mars.

En Août, par exemple, les ingénieurs du JPL ont passé pas mal de temps à effectuer des réglages sur les paramètres d'élévation de l' épaule du bras robotique d'Opportunity. Cette articulation est responsable des mouvements de haut en bas du bras de déploiement de l'instrument (IDD), il a commencé à caler en juillet. « Nous croyons que nous pouvons éviter ces problèmes en faisant quelques ajustements», a déclaré Nelson.

Les ingénieurs étudient également s’ils auraient la possibilité de réactiver l'articulation qui contrôle l’azimut et les mouvements de droite à gauche du bras. Bien qu'elle ait été déclaré cassée et mise hors service il y a quelques années, certains pensent que peut-être elle pourrait à nouveau un peu se mouvoir, ce qui qui aiderait le rover à positionner plus efficacement son bras au-dessus de ses objectifs. Actuellement, à cause du blocage du bras, le rover doit souvent se déplacer pour ajuster les instruments sur une cible choisie.

L'équipe de gestion du projet MER est toujours en quête d’améliorations pour l’année àvenir. Une chose qu'elle envisage actuellement est de savoir comment adapter les retours de transmissions de donnéesvers la Terre en cas de changement d'orbite de Mars Odyssey. L'orbite de ce satellite a légèrement dérivé, comme le font habituellement les orbites des engins spatiaux, et l’on devra nécessairement se soumettre à une manœuvre pour arrêter cette dérive. Lorsque ce sera le moment, l'équipe de Mars Oddyssey veut changer l'orbite de l'engin spatial afin qu'il passe au-dessus des pôles au niveau du terminateur, en début de matinée, vers 7 heures, parce que les scientifiques veulent étudier les nuages​​, la sublimation et l'évaporation qui se produit en début de matinée dans l’atmosphère, des choses qui n'ont pas été étudiés depuis les observations de la sonde Viking. Cela signifie qu’Odyssey passerait en orbite au-dessus d’Opportunity à 19:00 heure locale Martienne, lorsque le rover se met en DeepSleep (mode sommeil), un état dans lequel il doit s’inscrire chaque nuit à cause d'un échauffement lié à son système de production d’énergie.

Même après près de 10 années de travail il y a une sorte d'excitation retrouvée parmi les ingénieurs ainsi que des scientifiques de la mission. "Et c’est contagieux" a déclaré Stroupe. Nous nous rendons compte que nous sommes dans un nouveau lieu, que nous allons faire de nouvelles choses ainsi que des observations complémentaires.

« Le rover se porte à merveille », a convenu Nelson. « Nous n'avons pas eu de problèmes de matériel dans le dernier mois, et nous n'avons pas eu de récurrence des anomalies de la mémoire Flash depuis un certain temps. C'était la première chose qui nous préoccupait. »

Étant donné que sur ​​Mars la poussière en suspension persiste constamment, la clarté atmosphérique est aussi bonne que possible. C’est un élément capital pour que la lumière du Soleil puisse, par le biais des panneaux solaires, alimenter le rover en énergie.

Le printemps et l’été martien ont été calmes, et, tandis que l'hiver commence à approcher « En dépit du dépôt de poussière sur ses panneaux, ce n'est pas aussi mauvais que nous l’avions initialement prévu », a déclaré Nelson.

Une fois qu’Opportunity aura terminé son enquête sur l'escarpement, le robot contournera le cap nord de Solander Point pour se rendre sur ses pentes occidentales. Sur la base des détections effectuées par CRISM ( Reconnaissance Imaging Spectrometer Compact for Mars), instrument à bord Mars Reconnaissance Orbiter qui recherche des signes passés d'eau , pouvant ainsi démontrer que certaines des roches et des couches sur ces pentes remontent à la période du Noachien, quand l'eau était apparemment relativement abondante dans ces régions, et la planète dans son ensemble plus chaude et plus favorable à la vie.

Il y a un an, Arvidson avait réussi à créer une carte qui localisait la Colline Matijevic comme un site important pour les minéraux argileux initialement détecté au Cap York en 2008 en traitant les données acquises par le spectromètre orbital . Ce travail avait conduit l'équipe et le rover à Matijevic Hill en Août 2012. Là, Opportunity avait touché le jackpot avec une roche plate de couleur claire, baptisée par l'équipe Whitewater Lake. Finalement, les scientifiques avaient conclu que Whitewater Lake appartenait à une très ancienne couche géologique, la plus ancienne que le rover n'avait jamais trouvé.

http://www.nasa.gov/mission_pages/mer/multimedia/pia16445.html

Arvidson est actuellement en train de traiter les nouvelles données de Solander point par CRISM qui ont été prises à sa demande le 5 Août. Comme pour l’investigation du Cape York, cela devrait permettre sans doute de repérer des faits intéressants sur l'eau passée qui se cache sur les pentes du sixième refuge d'hiver d'Opportunity . La prochaine mise à jour rendra compte de ce qui aura été trouvé.

Les scientifiques ont pour la plupart une véritable impatience en attendant de contourner la pointe de Solander Point, afin qu'ils puissent revenir observer des rochers datant du Noachien, des roches anciennes comme Whitewater Lake du cap York.

En raison du beau temps et de la bonne santé du vieux mais robuste rover, les projections indiquent qu’Opportunity devrait être capable de rouler et de travailler tout au long de son sixième hiver martien. Les versants occidentaux de Solander Point sont doux et facilement navigable, de plus il y a de nombreux emplacements aux pentes bien orientées qui permettraient à Oppy de se positionner idéalement pour recharger ses batteries grâce à la lumière solaire.

« Il y a une vaste zone sur cette colline qui répond à nos exigences d’ inclinaisons, même pour le pire des hivers » a souligné Stroupe. « Opportunity devrait être en mesure de faire sur cette colline, faisant face au nord, ce que nous avions fait avec Spirit lors de sonpremier hiver sur Husband hill , à savoir d'explorer les alentours par de courtes étapes et de passer d'une cible à l'autre. » a ajouté Callas: « La seule question est de savoir quelle étendue le rover pourra effectivement explorer pendant cette période hivernale ? »

La mission MER se rapproche de son 10e anniversaire d’opérations, ceci est d'autant plus remarquable que les retours scientifiques en matière de géologie du robot sont qualifiés par certains scientifiques « de meilleurs résultats scientifiques sur la totalité de la mission. » Mais peut-être le plus remarquable et le plus révélateur est que de mois en mois les réalisations de ce vétéran sont le plus souvent effectuées sans préavis, bien en dehors de ce que l’on croyait Oppy capable de réaliser.

Pour en venir à tous les enseignements tirés de la mission des Mars Exploration Rover :

« Nous avons appris toutes sortes de choses grâce à MER, a déclaré Allen Chen, chef de vol de l'équipe EDL de Curiosity. " Nous avons bénéficié notamment de ses simulations que nous avons utilisé pour confirmer qu'en effet, nous pourrions faire atterrir sans danger les versions de la prochaine génération de rover (dont Curiosity). En fait, une grande partie du matériel a été inspiré par MER, a-t-il dit, y compris, croyez-le ou non, la manœuvre skycrane qui a déposé Curiosity à la surface de Mars. (!!!)

« Le système d'atterrissage MER avait beaucoup d’éléments reliés par des structures souples, essentiellement des cordes - parachutes connectés à la coiffe supérieure, connectés au lander, et l’ensemble de ce système de câbles multi-corps », a expliqué Chen. « Cela nous a été utile pour envisager la manœuvre du skycrane. »

« Il y a tellement de leçons apprises », a déclaré John Grotzinger, du Caltech. » « Certaines d'entre elles en relation avec la science, mais la plupart sont d’ordre opérationnels », a-t-il dit. « Cela nous a permis de comprendre avec un simple rover, car pour nous Curiosity est complexe et MER est plutôt simple, comment cette mission a pu réussir, et la façon dont le rover fonctionne tactiquement. C'est aussi une expérience sur la formation de l'équipe scientifique, la façond’élaborer une stratégie, comment diriger une équipe. MER est une parfaite étude sur la manière d'exécuter une mission sur Mars. C'est une expérience extrêmement précieuse pour nous. "

En fait, Grotzinger avait d'abord été membre de l'équipe scientifique de MER et est devenu complètement passionné après avoir vu les premières images d'Opportunity. « Même si je suis actuellement impliqué à 150% avec Curiosity, je trouve encore du temps chaque jour pour regarder les images d'Opportunity, pour voir à quoi le terrain ressemble, pour chercher certaines des choses qui me fascinent, et de voir comment le rover est en train de procéder. »

« Il est difficile de ne pas prêter attention à une mission qui continue à multiplier les découvertes pendant des années», dit Chen . « Les gens parlent du fait que nous avons atterri dans un nouveau lieu avec Curiosity, mais Opportunity nous a permis de voir de nouveaux lieux tout au long de ces années. Chaque fois qu'il se déplace ou presque, c'est un nouvel endroit à explorer, un nouveau milieu, et c'est génial. »

En Août, le ciel au-dessus du cratère Endeavour situé dans Meridiani Planum est resté un peu voilé, l'équipe a calculé un tau de 0,80. Opportunity continue à produire une quantité respectable de puissance électrique, 395 watts / heure, bien que son facteur poussière se soit détérioré un peu à 0,5.

Paolo Bellutta , rover planificateur de MER a complété une deuxième série d'images Pancam de Solander Point, une partie de la campagne d' image stéréo de base débutée depuis longtemps, qu’il va utiliser pour produire un petit "film" retraçant l'arrivée du rover à Solander Point en Août .

les 6 Août et 7 Août 2013 (Sols 3390 et 3391) Opportunity a effectué 2 opérations sur le rocher Red pocker, premièrement en braquant son imageur microscopique (MI) pour prendre des photos afin de réaliser une mosaïque de la surface de cette roche, puis le lendemain, entreprit avec son Spectromètre (APXS) une intégration (série de mesures) pour faire son analyse chimique.

Ensuite, le 8 Août 2013, après un déplacement de 4,7 mètres, Opportunity a encore pris avec son MI des photos d’une nouvelle roche baptisée Tick Bush, pour une mosaïque en gros plan. Le rover a repositionné son APXS jusqu’au Sol 3396 (12 Août 2013).

Ce même sol, Opportunity a profité de l'alignement céleste pour photographier le transit des deux lunes martiennes, Phobos et Deimos. Elle a photographié un second transit de Phobos le sol suivant, 3397 (13 Août 2013), tout en poursuivant l'intégration APXS sur Tick Bush.

Comme les données diffusées sur Terre, les scientifiques ont rapidement confirmé que Tick Bush est un rocher basaltique, comme ils le pensaient . Ils voulaient avoir l'occasion de vérifier rapidement sur ​​un autre rocher pour s'assurer que les mesures sur Tick Bush étaient représentatives des rochers basaltiques", a déclaré Arvidson, mais ce n'était pas le cas.

Au Sol 3398 (15 Août 2013), Opportunity s’est déplacé de 22,8 mètres sur une pente ascendante dans un champ de rochers. Il était en approche d’un rocher surnommé Mulla Mulla. Les pilotes du rover s’attendaient à un certain patinage tandis qu’Opportunity montait la pente, mais comme cela s'est avéré, il y en eut beaucoup moins que prévu et le rover s'est approché dangereusement de Mulla Mulla .

Cela a été défini comme un « presque-accident » causé par une erreur humaine. Si le rover avait heurté Mulla Mulla, cela aurait pu être vraiment très mauvais, voire catastrophique. Cette quasi-collision a immédiatement provoqué une enquête d’incidents (ISA ).

Le problème résulte d'une erreur de positionnement dans la zone dangereuse à proximité de la roche. « Avec le recul, il est facile de le constater mais, sur le moment, personne ne l’avait remarqué », déclare Callas.

Une explication pourrait être que l’interprétation des images est complexe quand elles sont considérées sous certains angles, alors peuvent se produire des distorsions.

« Cet évènement n'a provoqué aucun changement dans le calendrier du rover, » dit Nelson, mais il est susceptible d'avoir un certain impact une fois que le rapport sera finalisé. Des modifications dans la planification des déplacements du rover seront peut-être à envisager.

Par la suite le robot a consacré son temps à des mesures de routine et une mesure de l’argon atmosphérique avec l’APXS. Cette observation vient compléter un ensemble de données que le rover a recueilli depuis le début de sa mission, et sert essentiellement à déterminer l’impact que ce gaz peut avoir sur l'atmosphère martienne.

Plus tard en Août, Opportunity a perdu un peu d'énergie. Avec l'hiver martien qui s’approche, cela était prévu. Au milieu du mois, Oppy tournait autour de 376 watt -heures d'énergie solaire. Le tau, quant à lui, avait diminué à 0.695, et en conséquence, par la chute de poussières atmosphériques, le facteur de poussière des panneaux solaires du rover s'est encore détérioré à 0,532 .

Au Sol 3400 (17 Août 2013), Opportunity roulant sur 0,4 mètres s’est positionné devant un rocher que l'équipe a appelé Platypus. Il a ensuite passé le reste du week-end, jusqu'au lundi (19 Août 2013), pour prendre des images et effectuer d'autres observations de télédétection.

Pendant le Sol 3403 (20 Août 2013), Oppy a utilisé son outil d'abrasion (RAT) pour brosser la surface de Platypus , puis a pris les habituelles images MI en mosaïque et positionna son APXS vers le bas de la cible pour une intégration multi-Sol . Quand la dernière semaine d'Août a commencé Sol 3405 (22 Août2013), Opportunity s'est éloigné de Platypus afin d'obtenir une image en couleur de la roche entière avec sa caméra panoramique stéréo (Pancam ). Platypus est une roche stratifiée semblable aux matériaux de Grasberg ", a déclaré Arvidson.

Après,le rover a évolué environ sur 4 mètres, pour une recherche de cibles dans lechamp de blocs, prendre des photos des futures routes possibles avec sa NavCam,et examiner les points de contacts géologiques visibles le long du chemin.Pendant le Sol 3407 (24 Août 2013), Opportunity a roulé 10,7 mètres, s’enfonçant plus profond dans le champde rochers, en l’imageant et en esquivant en toute sécurité quelques grossesroches.

Le sol suivant, le rover a rechargé ses batteries, pris une mesure de routine de l'argon atmosphérique avec son APXS, ensuite l'équipe scientifique MER a décidé de le diriger au nord, vers la pointe de Solander Point. « La conduite sur des pistes de 10 à 13 degrés d’inclinaisons dans un champ rocheux est assez difficile mais nous n’avons pas eu trop de dérapages », a déclaré Arvidson .

Sol 3410 (27 Août 2013): Opportunity a roulé environ 36 mètres versl'escarpement « étrange » .

À la fin du mois, Opportunity était en face de Coal Island et de l'escarpement Bench, sur le côté oriental de Solander Point, au sud de la pointe nord.« Nous sommes sur l'escarpement du côté nord-est, en regardant ce qui semble être de nombreux débris tombés des flancs de Solander Point et qui sesont déposé à sa base », explique Arvidson . « C'est comme quand vous êtes en montagne et que vous voyez tous les sédiments provenant des collines. Il y a beaucoup de gros rochers maintenant exposé à l'érosion éolienne, échantillonnant les roches constituantl’escarpement.»

L'escarpement est fondamentalement comme « un conglomérat de grosses roches, de dizaines de centimètres, coincées dans un matériau plus fin » dit Arvidson. « Ce sera intéressant à explorer. »

Dans les premiers jours de Septembre, les membres de l'équipe scientifique vont se réunir téléphoniquement pour ce qu' Arvidson appelle un « fandango d'hypothèses ». « Toutes les idées sur l'escarpement et autres trouvailles intéressantes, ainsi que des études ou des expériences proposées nécessaires pour répondre aux nouvelles théories, seront mises sur la table pour examen. Puisque nous entrons dans la campagne de science hivernale, je veux m'assurer que nous testons les hypothèses que nous avons, plutôt que de simplement faire encore des mesures sur ce que nous voyons », explique Arvidson .

Bien que l'hiver se profile, l'avenir s'annonce toujours prometteur pour Opportunity. Si le tau est tombé à 0,646 c'est parce qu’il a plu davantage de poussière sur le rover, ce qui a contribué à amener son facteur de poussière des panneaux solaires à 0,525. Néanmoins, le rover parvient à produire des niveaux de puissance maximum de 370 watts -heures à la fin du mois d’août alors qu’il n'était pas encore sur le versant nord, c’est-à-dire en position d’exposition optimale pour ses panneaux solaires.

Le plan actuel pour l’exploration de ce secteur est de continuer à rouler dans le sens antihoraire en suivant les quelques 80 mètres de l'escarpement exposé. De là, il tounera autour de la pointe nord de Solander Point et poursuivra sur son côté ouest.

« La pente intérieure de Solander Point, où nous sommes maintenant, est raide et parsemée de grands rochers ce qui l’a rend très dangereuse, nous n'allons donc probablement pas essayer de monter de ce côté », explique Arvidson . La géologie sur le côté ouest est distinctement différente de celle du côté oriental. Les pentes sont douces, offrant un certain nombre de refuges pour le sixième hiver martien de notre vieux rover.

Il y aura des panoramas à couper le souffle. « Nous sommes impatients de pouvoir grimper au sommet de cette colline et d’obtenir des vues spectaculaires de l’intérieur du cratère et des plaines d’où nous sommes venus », a déclaré Ashley Stroupe . « Avec devant nous une belle et grande région, avec des pistes aisément franchissables, la plupart de nous s’attendent à être en mesure de faire une enquête approfondie sur l'ensemble de la colline, et de pouvoir la sillonner tout au long de l'hiver », a-t-elle ajouté .

« La richesse géologique de cette zone est fantastique », déclare Arvidson . « Il y a un très grand nombre d'affleurements du Noachien auxquels nous pourrons accéder facilement. »

La prévision actuelle faite par Arvidson et Stroupe , est qu' Opportunity va probablement commencer la montée des pentes occidentales en Octobre. Au moment où Opportunity arrivera à ce stade, le programme scientifique sera déterminé précisément, ce d'autant plus qu’Arvidson et son équipe auront terminé les travaux cartographiques sur les zones où nous serons pendant l'hiver, à partir des nouvelles données de CRISM.

Edited by quetzalcoatl

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci et respect, Quetzy, pour cette traduction de l'excellent blog de Rayl :god:

 

Les aventures d'Oppy sur le cratère d'Endeavour sont passionnantes et

je n'ose imaginer la vue lorsque le rover parviendra au sommet du rempart qui fait face à Solander Point.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci beaucoup Quetzy c'est un plaisir de lire ça :)

 

Oppy est un peu un vieux tracteur, certains trucs ne marchent plus très bien, il est sale, poussiereux mais il fonctionne encore et est increvable...

Par contre je ne comprend pas en quoi une collision avec le rocher Mulla Mulla aurait été catastrophique. Oppy roule très lentement donc le choc aurait été minime, à moins qu'il ne continue de rouler et de s'écraser sur le rocher ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir à vous tous, aficionados martiens, :)

 

 

Alfredo : « Par contre je ne comprend pas en quoi une collision avec le rocher Mulla Mulla aurait été catastrophique. Oppy roule très lentement donc le choc aurait été minime, à moins qu'il ne continue de rouler et de s'écraser sur le rocher ? »

Bravo à Pzaw’ pour sa Top-réponse ! ;) Effectivement les panneaux solaires peuvent être considérés comme le talon d’Achille d’Oppy.

On pouvait aussi pensé au bras robotique et aux instruments qu’il porte car, comme on se le rappelle, ce bras est bloqué et ne peut être replié. Toute manœuvre non contrôlée pourrait exposer l’APXS, le Micro-Imageur ou le RAT (outil d’abrasion) à des dommages irréversibles.

Dans notre cas de figure, le rocher Mulla Mulla, par sa masse, représentait un obstacle dangereux.

Astro0 sur UMSF a réalisé cette mosaïque qui montre l’imposante présence de Mulla Mulla tout près d’Oppy :

http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=30757

On pourrait aussi imaginer que le rover se renverse, se trouve bloqué ou toutes autres situations mettant un terme à l’aventure. Et pour cela, nul besoin d’une vitesse importante telle que celle mise en œuvre dans un crash-test… ;)

Pour clore ce post, je vous livre un dernier lien, dont vous me ferez grâce de ne pas vous traduire le contenu, mais qui permettra quand même à ceux qui ne pigent pas l’anglish de voir de belles images et surtout une carte prévisionnelle montrant (grosso-modo) les futurs déplacements d’Oppy, pour les deux mois qui viennent.

Du Blog de Larry Crumpler :

http://www.planetary.org/blogs/guest-blogs/2013/crumpler-sol3397.html

Edited by quetzalcoatl

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai gagné quelque chose ? ;)

 

Merci encore, Quetzy, pour la traduction et pour le complément :)

J'en profite pour mettre le lien du blog de Larry Crumpler (c'est pour le moment le blog scientifique plus actif sur Oppy)

http://www.nmnaturalhistory.org/rover-field-reports-from-mars.html

 

Et puis j'en profite également pour me corriger: Solander Point est la colline (voir les images de Fourmi103 plus haut) qui fait face jusqu’à Oppy en ce moment.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Merci Quetzy pour cette traduction très intéressante et les autres pour leur interventions, je lis toujours attentivement les infos , même si je poste moins pour le moment ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut Pzaw',

 

Oui; Une place dans le premier vaisseau en partance pour Mars. Encore un peu de patience. ;)

 

oulalala il m'en faudra de la patience ! ;)

 

Salut Charles :)

Ravi de te lire. J'ai le même problème que toi, aussi j'ai décidé de poster uniquement sur des missions dont tout le monde s'en fout (LADEE, DAWN, URANUS etc) :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut

 

En route vers le sommet de Solander Point ! Il est prévu qu'Opportunity entamera un superbe panorama des lieux.

 

Le rover présente de plus en plus des signes de vieillissement, mais il est encore bien capable de mener à bien des expériences sur le sol martien. Concernant le bilan de santé de l’astromobile : il y a eut en premier lieu le problème rencontré par la roue avant droite en avril 2005 (Sol 433), avec un actuateur défectueux qui à coincer l’alignement de la roue de 7 degrés vers l’intérieur. La même année au mois de novembre (Sol 654), l’astromobile éprouve des difficultés dans l’exécution de certain mouvement lors du déploiement du bras robotique, et qui a été causé par bris d’un fil d’embobinage qui se trouve dans le premier moteur de l’articulation du bras au niveau du joint azimutal de l’épaule, qui contrôle les mouvements latérale de gauche à droite. Ce bris a obligé le rover à ne plus replier le bras robotique sur lui-même, et de lui trouver une nouvelle position de rangement lors des déplacements sur le sol martien. Ensuite, il y a eut la perte du spectromètre infrarouge Mini-TES lors de la tempête globale de juillet 2007, suivit par la fatigue du moteur du joint azimutal de l’articulation de l’épaule qui revient de nouveau en avril 2008 (Sol 1491), obligeant cette fois-ci le rover a laisser son bras robotique déverrouillé et déployé devant lui pour le reste de la mission. En février 2009 (Sol 1797), la roue avant droite surchauffe de nouveau et offre une résistance électrique de plus en plus élevé, obligeant le rover à conduire en marche arrière afin de mieux distribuer le lubrifiant pour économiser l’usure prématurée du moteur de la roue. Il y a aussi la perte du spectromètre Mössbauer en janvier 2012 (Sol 2947), qui a épuisé sa source de rayonnement. Puis finalement en juillet 2013, un deuxième moteur se trouvant au niveau de l’articulation de l’épaule, celui qui contrôle les paramètres d’élévation de haut en bas du bras robotique, a commencé à présenter des signes d’usures et de fatigues.

 

Le bilan de santé du rover ne serait pas complet sans y inclure les problèmes survenus avec la mémoire flash, et qui a été rencontré pour la première fois sur le Sol 3082 le 24 septembre 2012 près de l’affleurement rocheux « Whitewater Lake » à « Cape York ». Puis qui a été rencontré de nouveau 79 jours plus tard aux Sols 3161 (15 décembre 2012), 3178 (1 janvier 2013) et 3183 (6 janvier 2013), lorsque que le rover se trouvait près de la brèche d’impacte « Copper Cliff ». D’autres événements d’amnésies sont survenus près de l’affleurement « Boxwork » au Sol 3235 (28 février 2013), et près de « Esperance » au Sol 3286 (22 avril 2013) qui s’est produit vers la fin de la cinquième conjonction solaire entre les Sols 3273 et 3291.

 

Les problèmes avec la mémoire flash deviennent de plus en plus fréquents.

 

Gilles

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut

 

À partir du Sol 3407, le rover contourne la pointe nord de « Solander Point » dans le sens antihoraire, dans le but de se diriger vers des pentes plus douces qui se trouve sur le versant nord-ouest, et qui donne un accès plus sécuritaire vers le sommet de la colline. Sur le chemin, entre les Sols 3410 et 3425, le rebot Opportunity s’arrête quelque temps pour étudier plusieurs cibles situées dans un champ de roche sombre baptisé « Coal Islande » (l’île au charbon). Présentement Opportunity est stationné sur le Sol 3431 et le prochain objectif de la mission est de gravir les pentes pour se rendre au sommet de la colline.

 

La suite est ici :

http://www.planetary.org/blogs/guest-blogs/2013/crumpler-sol3431.html

 

Gilles

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je viens de ''temps en temps'' jeter un oeil sur ce poste, sans jamais y avoir posté un message... Aujourd'hui je post enfin, et cela pour remercier tous les participants qui l allimentent, nous transmettent les infos et l actualité Marsienne.

Encore une fois merci à vous ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

 

http://www.nmnaturalhistory.org/rover-field-reports-from-mars.html

 

Résumé traduit du lien :

 

Au sol 3451 Opportunity a commencé son ascension de SolanderPoint. Il s'agit du plus haut relief que le rover ait essayé de gravir jusqu’à maintenant. La chose positive à propos de cette ascension est le fait que cette pente est orientée vers le nord et qu’elle permet donc de positionner les panneaux solaires dans les meilleures conditions pour capter le rayonnement du Soleil.

 

Juste avant l'ascension, Opportunity nous a permis d’étudier la zone entre les anciennes roches Noachiennes de Solandar point et celles de la plaine adjacente. Il y a une unité lumineuse qui est située entre les plaines de grès de Meridiani, formées plus tardivement, et les roches beaucoup plus anciennes des restes de la caldeira du cratère Endeavour. C'est exactement ce que nous avions vu au cap York. Nous voulions effectuer les mêmes mesures sur cet affleurement que celles que nous avions réalisé sur les affleurements au nord du Cap York. De cette façon, nous pouvons déterminer si ce sont les mêmes matériaux qui les constituent. Il semble bien que ce soient le cas. Il y aurait donc une sorte d'unité régionale qui existerait, après que le bord du cratère ait été érodé, mais avant que les plaines roches Meridiani se soient formées. Ces constatations ont des implications importantes qui concernent la géologie globale de la planète.

 

 

Actuellement Opportunity se situe au sommet de la crête et continue de grimper. Sur un affleurement nommé « Kangaroo paw », nous avons fait des analyses MI et APXS .

Edited by quetzalcoatl

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Un grand remerciement à Quetzy pour les traductions très intéressantes

qu'il nous fait régulièrement ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui un très grand merci à QUETZ... pour toutes ses contributions

J'ai retrouvé mon mot de passe, donc je peux vous embêter avec mes questions :

depuis très longtemps, je me demande pourquoi OPPY ne descend pas dans ENDEAVOUR malgré les risques : une chance de trouver des terrains très profonds.

Qui a une bonne réponse.

Oui toujours pas encore passionné autant par CURIOSITY que par OPPORTUNITY

qui fêtera ses ans sur Mars le 25.

Share this post


Link to post
Share on other sites

... depuis très longtemps, je me demande pourquoi OPPY ne descend pas dans ENDEAVOUR malgré les risques : une chance de trouver des terrains très profonds...

 

 

Bonjour Prof', ;)

 

 

Les principales raisons sont en fait assez simples à comprendre.

 

 

L'intérieur des grands cratères a été très souvent rempli au cours des temps, par sables et poussières que l'on trouve un peu n'importe où sur la planète.

A moins de creuser plus ou moins profondément, les terrains les plus intéressant se trouvent sur les bords de la caldeira, cela d'autant que l'érosion éolienne agit d'avantage sur les reliefs que sur les zones planes.

 

 

Les sondes orbitales nous avaient livré par spectrométrie la nature des minéraux en surface, ce qui permettait aux scientifiques de déterminer les secteurs où le rover avait le plus de chance d'effectuer des observations scientifiques optimales. On ciblait particulièrement les argiles (qui sont en relations avec l'histoire de l'eau sur Mars) et celles-ci avaient été localisé sur les bords d'Endeavour.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.