pioneer6014

Rosetta

Votre avis sur les chances de succès de Rosetta ?  

255 members have voted

  1. 1. Votre avis sur les chances de succès de Rosetta ?

    • Ca va marcher, c'est sûr.
    • L'atterrisseur va probablement s'écraser sur la comète.
    • Les chances de succès sont très minces.
    • Ca n'a aucune chance de march
      0


Recommended Posts

C'est rien, juste notre astram a confondu odyssée II et odyssée III. Cela n'enlève rien à la comparaison.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si j'ai bien compris, Philae, étant sur le côté sombre de l'astéroïde, doit attendre que ce dernier soit face à une étoile (l'étoile, plutôt :p) pour voir ses batteries se recharger, et ainsi poursuivre son travail ? :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Si j'ai bien compris, Philae, étant sur le côté sombre de l'astéroïde, doit attendre que ce dernier soit face à une étoile (l'étoile, plutôt :p) pour voir ses batteries se recharger, et ainsi poursuivre son travail ? :)

D'abord, à ma connaissance 67P n'a pas de côté sombre.

 

Je crois savoir que l'étoile en question est le soleil et que l’astéroïde est un noyau cométaire. Ce noyau est en rotation autour du centre massique de son axe majeur (si j'ose dire) et Philae est périodiquement au soleil. Selon les mesures avant épuisement, ce faible d’ensoleillement fournit le minimum pour permettre sa survie en attendant de s'approcher davantage du périhélie, ce qui devra fournir l'énergie nécessaire pour que les batteries se rechargent.

 

Cependant, et si quelqu'un veut bien confirmer, on peut dire qu'il est possible qu'on trouvera un jour des corps qui répondent à la fois à la définition d’astéroïde et de comète.

 

Et, du point de vue de 67P, le soleil pourrait être une étoile quelconque. Ma question est ceci: Si le soleil est né dans une fratrie aujourd'hui dispersée, qui dit que 67P n'est pas la fille rejetée du disque préplanétaire d'une autre étoile, et adoptée par la nôtre ?

(la relation mère-fille est parfois compliquée)

 

Cela donnerait une nouvelle lecture du taux d'isotopes d'hydrogène.

Edited by Paul_Wi11iams

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai lu sur le forum (mais je ne sais plus où) un truc du genre que la définition entre astéroïde et comète n'était pas très claire et que cette mission pourrait peut-être donner des précisions à ce sujet. Encore pas sûr, mais aussi parce que l'on soupçonne (observation ?) de la glace sur certains astéroïdes (comme pour les comètes, donc).

 

Sinon je trouve ta théorie tout à fait pertinente, Paul_Wi11ams. Beaucoup de choses sont en effet possibles, avant ce disque proto-planétaire...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Alléluia !! Une image d’OSIRIS ! Certes elle date du 22 novembre, mais elle est spectaculaire et nous montre l’activité de 67P :

 

http://www.esa.int/spaceinimages/Images/2015/01/Comet_activity_22_November_2014

 

entre l'exclamation et Avatar, il y a une similitude.

De même entre la photo que tu proposes et l'image du film

 

james-camerons-avatar.wikia.com/wiki/Hallelujah_Mountains

 

C'est la courbure des jets vers la gauche, due à la pression solaire, qui donne toute sa force au spectacle.

Et même si toute la surface dégaze peut-être, Il est évident qu'il y a bien des jets sortant des évents ponctuels, avec l'implication, ou au moins suggestion, des volumes évidés à l'intérieur de la comète.

 

Autre remarque. Chaque photo sous un angle différent, révèle un autre aspect de l'organisation de la surface. Ici nous voyons quatre excroissances comme des créneaux de château fort. D'autres de ces vues rappellent des roches ruiniformes de la Drôme provençale.

Edited by Paul_Wi11iams

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avez-vous une idée de la vitesse d'éjection ou de la 'force' de ces jets?

 

J'ai imagé Lovejoy dernièrement et on voit bien que la coma est faite de jets distincts. Ceux-ci forment un panache divergent, une sorte de triangle partant de la comète.

 

Or, si la pression solaire provient d'un point précis (le soleil), est-ce qu'elle ne devrait pas emporter les particules en ligne droite?

 

Finalement, les particules qui forment la coma sont-elles éjectées avec force par la comète (ce qui sous-entendrait des poches de gaz sous forte pression?) ou emportées par la pression du soleil? Ou les deux?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Avez-vous une idée de la vitesse d'éjection ou de la 'force' de ces jets?

 

J'ai imagé Lovejoy dernièrement et on voit bien que la coma est faite de jets distincts. Ceux-ci forment un panache divergent, une sorte de triangle partant de la comète.

 

Or, si la pression solaire provient d'un point précis (le soleil), est-ce qu'elle ne devrait pas emporter les particules en ligne droite?

 

Finalement, les particules qui forment la coma sont-elles éjectées avec force par la comète (ce qui sous-entendrait des poches de gaz sous forte pression?) ou emportées par la pression du soleil? Ou les deux?

 

AMHA, il n'y a pas nécessairement besoin de poches sous forte pression, car ce qui compte c'est la différence de pression avec le milieu extérieur. Or, puisque dans le cas d'une comète, le milieu extérieur est à pression quasi-nulle ("vide"), la moindre quantité de gaz créée s'échappe brutalement.

 

N'oublions pas non plus qu'une queue de comète a le plus souvent deux composantes : la poussière qui poursuit sa course dans le sillage du noyau, et le gaz qui est repoussé par le vent solaire. Mais j'ignore à quelle distance du noyau le "découplage" a lieu...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour les explications. :)

 

Voici ma 'théorie':

La forme du panache en différents 'filaments' divergents semble indiquer qu'il y a plusieurs 'évents' localisés qui 'crachent' dans des directions différentes.

Quand les particules sont emportées par la pression solaire, celles qui ont été éjectées sur les côtés conservent leur inertie et s'éloignent peu à peu de l'axe soleil-comète, ce qui cause la forme triangulaire de la coma.

Plausible, non? ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci pour les explications. :)

 

Voici ma 'théorie':

La forme du panache en différents 'filaments' divergents semble indiquer qu'il y a plusieurs 'évents' localisés qui 'crachent' dans des directions différentes.

Quand les particules sont emportées par la pression solaire, celles qui ont été éjectées sur les côtés conservent leur inertie et s'éloignent peu à peu de l'axe soleil-comète, ce qui cause la forme triangulaire de la coma.

Plausible, non? ;)

 

Oui, sauf que pour moi les particules de poussière ne sont pas emportées par le vent solaire mais subissent un effet de trainée (provoqué par la chevelure ???). Mais je suis du même avis pour les multiples évents. :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

N'oublions pas non plus qu'une queue de comète a le plus souvent deux composantes : la poussière qui poursuit sa course dans le sillage du noyau, et le gaz qui est repoussé par le vent solaire. Mais j'ignore à quelle distance du noyau le "découplage" a lieu...

Je ne veux pas jouer les profs, mais si j'ai bien compris, il n'y a pas de sillage.

Il y a

  • le vent solaire qui pousse la poussière vers l'extérieur.
  • le champ magnétique solaire qui aligne les particules chargées dit ions

 

et comme le vent solaire et le champ magnétique ne coïncident pas, on voit deux queues.

et grâce au magnétomètre de Rosetta, nous avons la chance de pouvoir en écouter l'une d'elles, l' deuxième.

enregistrement ici désolé pour le piano à la fin qui n'a rien à voir avec !

 

La "musique" a été clairement entendu par le magnétomètre (RPC-Mag) pour la première fois au mois d'Août. Les scientifiques pensent qu'il doit être produit par l'activité cométaire pendant qu'il émet des particules neutres dans l'espace qui se trouvent ionisées ensuite. Mais le mécanisme exact qui produit les oscillations reste un mystère.

 

Avec la vue, l'odeur et le son de la comète, nous avons déjà trois des cinq sens !

 

 

 

AMHA, il n'y a pas nécessairement besoin de poches sous forte pression, car ce qui compte c'est la différence de pression avec le milieu extérieur. Or, puisque dans le cas d'une comète, le milieu extérieur est à pression quasi-nulle ("vide"), la moindre quantité de gaz créée s'échappe brutalement.

C'est quoi une forte pression ?

En attendant, et en réchauffant à +0,01°C il suffit de 611 Pa (soit 0,006 atm) pour que l'eau liquide puisse exister dans la comète. Et pour une hydrocarbure liquide, encore moins ! Je n'ai pas encore vu cette remarque et l'idée ne me semble pas extravagante. Évidemment, ce n'est pas une mer intérieure, mais même, cela a quelque chose d'excitant.

Edited by Paul_Wi11iams

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir.

 

S'il est prévu que Rosetta frôle la comète en Février, AMHA aussi "les vents" globalement actifs sur la comète démontrés sur l’image du post #4748 ne devraient pas être si violents que ça.

 

Bien sûr le contraste entre les cratères et les "cloques magmatiques" avec les belles gerbes de dégazage très hautes, plus que 6 km est saisissant.

Dans les profondeurs des pages de ce fil,on a imaginé des jets de pierres ou de blocs dans l'espace dus à un dégazage potentiellement dangereux pour Rosetta.

 

Le premier rebond du lander, a permis des mesures sur une hauteur possible à atteindre d’un tel projectile. Providentiellement Philae a joué à minima le rôle de projectile.

 

On n’a pas encore trop de distinction sur les gaz, leurs origines internes et/ ou de surface, sublimation.

 

Moins soumis à la gravitation que Philae ils s’élèveraient plus vites et largement bien plus haut selon leurs hypothétiques origines.

 

Si Rosetta descend très bas, faudra jouer avec les vents favorables toutes voiles dehors.

 

Ceci n'est que pure spéculation ;)

 

 

EDIT

 

Je n'ai pas encore vu cette remarque et l'idée ne me semble pas extravagante. Évidemment, ce n'est pas une mer intérieure, mais même, cela a quelque chose d'excitant.

Séduisant.:)

 

J’y ai pensé :p

 

J'ai imaginé aussi , CG 67 P comme une balle anti- stress pleine de glace pilée avec des trous d’évacuation.

 

Une alternance jour /nuit, ombre /soleil , crée une température alternée d’où un mouvement de malaxage. Ce mélange amplifie à l’approche du soleil les mouvements.

 

Ces écarts de température irréguliers notamment entre l’ombre et l’ensoleillement s’ils ne sont pas dignes de provoquer globalement un " effet de marée", les molécules à l’intérieur pour le moins ne restent pas figées.

Edited by bang*gib

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelqu'un sait si Tchouri va bientôt être visible pour l'amateur que je suis ? Genre quelle magnitude aux environs du 13 août ? Quel parcours ? Quand je vois les merveilles que certains mecs du forum ont fait pour nous aider à trouver Lovejoy... Chapeau...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quelqu'un sait si Tchouri va bientôt être visible pour l'amateur que je suis ? Genre quelle magnitude aux environs du 13 août ? Quel parcours ? Quand je vois les merveilles que certains mecs du forum ont fait pour nous aider à trouver Lovejoy... Chapeau...

Deux liens qui peuvent répondre partiellement à ta question :

>> http://www.cometography.com/pcomets/067p.html

>> http://blogs.esa.int/rosetta/2014/06/13/the-role-of-amateur-astronomers-in-rosettas-mission/

 

Magnitude 12-13 au mieux lors des précédents passages au périhélie. On est donc très très loin du cas Lovejoy...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.