Jump to content

Neve

Membre
  • Content Count

    1,140
  • Joined

  • Last visited

About Neve

  • Rank
    Stern arctique
  • Birthday 02/24/1980

A propos

  • Résidence
    Anjou
  • Intérêts
    Les bêtes, les plantes, la Loire...
  • Occupation
    3 millions d'amis
  • Matériel
    Mirettes & jumelles
  1. Merci ! Oh, je n'ai pas observé depuis bien longtemps ! Plus par absence de motivation que par temps peu propice. Cela dit, je constate effectivement beaucoup de variabilité (il y a au moins de très belles lumières en journée) !
  2. A un de ces jours ! Ah c'est super, merci ! Et félicitations pour Tibouchon III Déjà que je ne savais pas grand chose (certes, le chili, ça en jette mais ça ne témoigne en aucun cas d'un diplôme supérieur en astro !) ; après des mois et des mois, j'ai dû tout oublier ! Bon, je branche WA sur la boîte mail. See ya !
  3. Bonjour ! Après bien des mois sans un regard pour les étoiles, je fais un petit passage par ici pour manifester mon intérêt si une sortie doit avoir lieu, un de ces quatre. Encouragée par la convivialité, il me sera plus facile de remettre le pied à l'étrier ! J'habite dans le Maine-et-Loire et ne possède pas de voiture, aussi je m'en remets à de possibles covoiturages, ayant observé que Tours attirait des voisins ayant la Loire en commun. Au plaisir de revoir Takaya et de faire connaissance !
  4. Un drapeau imaginé pour le Coglais (http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/ff/Bretagne-peier2-fr.jpg -en haut à droite-), étymologiquement le Nord. http://www.geobreizh.com/breizh/fra/drapeaux-pays2.asp?code=pays-coglais
  5. @Tannhauser : les croquettes ont été humidifiées et il y a une coupelle d'eau. Du reste, je n'ai pas vu la mère. @Leimury : tu as raison, l'intervention est parfois pire et la discrétion de mise - j'en ai manqué en prenant la photo-. Et il est vrai qu'avant de lire ton message, je n'ai pas pensé à appeler une association, par exemple.
  6. Il y a trois jeunes qui semblent avoir faim, quittant leur nid en plein jour (à moins qu'ils aient simplement la bougeotte ?). J'ai mis quelques croquettes pour chat (et de l'eau) sans toutefois savoir si les mâchoires sont assez fortes ou s'ils ont les dents pour...
  7. J'imagine ce qu'on peut ressentir lors de pareille rencontre ! Tant pis pour les photos des grands ducs en vol, ces mots suffisent.
  8. @Bob : oui, ce sont les vers d'une poétesse japonaise qui marcha, littéralement, sur les pas de Bashô (le poème est plus qu'un souhait, le pèlerinage est déjà dans les vers). @Webslady : merci pour l'information ! @Tannhauser : merci pour le partage du lien. Avec ce temps sec qui perdure, il peut être précieux...
  9. Bonsoir, On m'avait raconté, un jour, que la présence de vers n'était pas forcément une mauvaise chose sur une petite plaie, ces derniers (certains ?) se nourrissant des tissus morts et accélérant la cicatrisation. Si quelqu'un peut confirmer ou infirmer la chose...
  10. Chose curieuse, les pièces jointes postées sur l'ancien serveur, avant la migration, ne paraissent plus. La Tasse de chocolat, Renoir
  11. Bonjour, Des rassemblements de solidarité se mettent en place un peu partout en France : http://groupes.sortirdunucleaire.org/alerte-japon/affichage-actions.php Si votre ville n'apparaît pas, sachez que la liste est régulièrement mise à jour.
  12. Neve

    Austrée

    Merci à tous !
  13. Neve

    Austrée

    Merci ! Notre ciel étendu à l'autre hémisphère... Oui, paradoxe d'une écriture nébuleuse pour le ciel le plus limpide jamais observé (le ciel chilien) ! Merci !
  14. Neve

    Austrée

    Squelettiques aurores célestes, boréaux étiques. Contours vénusiens, et sous l’horizon résurgent, les étoiles changent de regard et culminent en éclats. La montagne, la vieille, la désertée magnifique, desséchée, pique de ses épineux les passagers vivants. Nomades arrivant d’Orient, exténués d’Occident, plantent et couchent des arbres de verre pour voir plus que les murmures livresques. Les couleurs, des chants muets incantatoires, là, s’entendent. Comment les nommer, les répéter ? Glapissements des renards gris, sifflements de bolides ? En éclats d’hiver, il faut reprendre le sentier, traverser à gué clairières aqueuses ou landes gemmeuses, passer dans les sous-bois de nébuleuses obscures, aller de claires en sombres s’y remémorer le paysage primaire. Alors, entre Chien et Loup, observer ce sentier découvert sous l’ombre, suivre les empreintes d’étoiles et contempler les ciels d’inflorescences. Retrouver Borée, le ciel salique du Chien enfant, l’œil bleu, et reconnaître le Loup, l’aïeul blanc, paré de l’amas éventré, paru de l’autre hémisphère puisque le sauvage, sans contredit, hurle et chante. Et qu’affamée de naître à lui, tombée en météore, j’épouse maintenant en noces incestueuses le ciel de nuit. Les lièvres, fous d’une même course de vie et de mort, vivent de lunes gestantes en Orion poursuivant : ventre de roches enflé et gouttelettes stellaires lagophones sur le désert. Cycle jamais cessé, et bientôt, l’apparition de la Voie Lactée verte, la saulaie bruineuse où nait la rosée mortelle du Scorpion : Voie glauque, repère du jour ou de la Lune, flammes « faneuses » des bruissements irisés. C’est au tour de la terre… nichée sous Vénus. *** Chansons et berceuses : clapotements du désert Morena me llaman, yo blanca naci, de pasear, galana, mi color perdi. D’aquellas ventanicas, m’arronjan flechas. Si son de amores, Vengan derechas. Vestido de verde y de alteli. Qu’ansi dize la novia con el chelibi. Escalerica le hizo de oro y de marfil. Para que suba el novio a dar qiddushim. Dizime galana si queres venir? Los velos tengo fuertes, non puedo yo venir. Morena me llama, El hijo del rey. Si otra vez me llama Yo me voy con el. Morena me llaman los marineros. Si otra vez me llaman yo me voy con ellos. Morena me llaman, yo blanca nazi. El sol del enverano a mi me hizo ansi. (chanson traditionnelle sépharade) Le temps de la nuit, un navire ascendant, escales à la longue vue, maintient à l’écoute le Zénith sur la Voie Lactée : l’arche double ; l’un, les sillages noirs sur l’arc myriadaire. Echelles or et ivoire, aurores sur les écumes d’ Eta Carinae ou brocarts somaphoriques de la Maure des ports du Levant. * Draguer le fleuve aux instruments, tandis qu’il dépose ses limons d’argent au cours de la Nuit : ciel fertile à l’œil patient. Œil patient qui apprivoise l’Ara superbe de la Nébuleuse d’Orion, dos et manteau cérulés, rémiges et sourcils brûlés, à la moire du Colibri sensible à l’ondoiement nocturne. * Et affleuve l’Eridan nyctiphore, et l’Hydre, guide ophidien d’un marécage, ensommeille des étoiles amphibies. Entre autres Ophélies à la surface des eaux, Fantôme noyé de Jupiter et feux follets de feu Felis… * Etc…
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.