Jump to content

Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 09/30/2020 in all areas

  1. 13 points
    Bonjour à tous, Voilà un moment que je n'avais pas posté mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais. Je vous présente donc une image de M31 fait avec un RC250mm, un bon vieux capteur KAF8300 le tout sur ma GM1000HPS. Il s'agit d'une mosaic de 9 panneaux que j'ai assemblé avec APP puis traité avec Pix pour finir le tout sur PS. Les temps de poses: Luminance: 9x 48x 300secondes (4h par panneau) RGB1 (50%): Une vielle photo que j'avais fait à l'APN (EOS350D) à L'époque RGB2 (50%): Une image magnifique de @CCD1024 faites en 2013 (lien ci-dessous) qu'il ma généreusement permis d'utiliser (merci à lui) Ma couche RGB à l'APN était trop bruité dans les basses lumières, c'est pourquoi j'ai fait un mix 50% / 50% avec l'image JPG de CCD1024 en 4000X4000 afin de pouvoir doper ma chrominance. Voilà la photos: la full: https://i.ibb.co/mvnDpTy/M31-LRVB-Final-v2.jpg
  2. 13 points
    Bonjour, Après de nombreux essais pour arriver à obtenir une animation homogène avec les contraintes d'une monture azimutale (j'ai réalisé de nombreux tests avec la derotation video de Winjupos...), voici le résultat du traitement de mes acquisitions au Dobson OrionXX16g 400mm pour la soirée du 4 Septembre 2020. Le seeing était meilleur que d'habitude et j'ai pu en profiter pour capturer environ 1 million d'images brutes avec l'ASI224MC pour réaliser cette animation avec le transit d'Europe. Voici les différentes étapes: Capture 180fps avec ASI224MC + ADC ZWO avec une barlow APM 2.7 (ce soir là je commençais à préparer mon passage à la QHY462MC avec cette barlow et un faible tirage: du coup avec l'ASI224 j'étais sous échantillonné à 0.11" / pixel) Split des SER avec PIPP en vidéos de 60 secondes avec les 3000 meilleurs images pour chacune Stack avec Autostakkert de 20% des 3000 meilleures images pour chaque minute Traitement des 85 images avec Pixinsight: process PixInsight en batch avec ColorCalibration, Histogram, Restoration filter / Wiener, LocalHistogram equalization et ColorSaturation. Ces 85 images de sortie ont ensuite été mesurées dans WinJupos et derotatées 3 par 3 avec un pas de 30 secondes pour chaque image en sortie: Au delà de 3 images (= 3 minutes) pour la derotation avec la présence du satellite Europe devant le disque j'obtenais rapidement des artefacts donc pour cette animation je me suis restreint à 3 minutes max de derotation par image finale de l'animation. Cela permet d'obtenir environ 175 images en sortie de Winjupos et de réaliser l'animation suivante au format GIF et APNG: PNG animé ci dessous (moins d'artefacts que le GIF animé mais pas reconnu par tous les navigateurs), cliquer sur l'image si elle ne s'anime pas: Il me reste encore des améliorations à réaliser au niveau du traitement pour obtenir je pense une ou plusieurs images moins bruitée et plus détaillées en exploitant plus de 3 minutes de données par image finale (et plus que 20% de 3000 images sur 10000 dans la vidéo avant tri par PIPP) mais je voulais vraiment partager d'abord l'animation avec vous Bon ciel et au plaisir de vous lire, Fabrice
  3. 11 points
    Bonjour Et voilà. On voit ce que peut donner le 625 si le ciel est de la partie. La meilleure du film : la planche à 100% et 60% pour ceux qui aime les "petites". Pour moi c'est la version inversée sud en haut qui est la plus "lisible". J'ai essayé de repérer des cratères mais pas sûr pour certains. Rappel film de 4 mn 30000 images sharpCap 6ms gain 30 125 img/s. Pas de dérotation. Bonne journée. Je retourne voir ce que j'ai en rayon. Luc
  4. 9 points
    Mars, la nuit du samedi 3 octobre 2020 Bonjour à tous, Il était temps que l'atmosphère réunionnaise se calme un peu,...Faudrait pas qu'elle nous fasse un coup tordu en pleine opposition martienne !! Il est bien tard sur le littoral saint leucine, près de minuit et demi, mais la vue de cette fascinante planète à l'oculaire est de plus en plus spectaculaire. Je m'adonne à un long travail de griffonnage. Je parviens à grossir jusqu'à 400x mais en vérité la plus belle image est obtenue à 230X. Je présente deux mises en ligne légèrement différentes du même dessin, le second quelque peu plus travaillé sur l'ordi et légèrement réduit. Le premier est à l'état brut on va dire. Puis je décide de la fixer à l'aide de la Webcam, mais bien plus tard en fait, vers les deux heures du matin, d'où ce classique décalage avec le dessin et oserai même mettre (enfin) la Barlow X3, soit une focale de près 9000mm tout de même ! J'ai vite compris que le résultat allait être pas mal du tout... J'ai achevé mon survol martien vers les 3h du matin tout de même ! Un beau voyage donc, cette nuit ! Je pense me reposer ce soir j'avoue, de toute façon les jours à venir promettent d'être fort intéressants pour l'observation de notre voisine. Bon ciel et bon week end ! Gildas
  5. 8 points
    Observations depuis le jardin en zone résidentielle AVEX orange. J'utilise un C8 sur monture équatoriale motorisée sans go to. Le goto est aisément remplacé par carte et un chercheur assez lumineux et grand angle. j’utilise l’atlas très bien fait que j’avais trouvé chez un bouquiniste il y a 15 ans a une époque où j’étudiais à bordeaux, je n’avais ni temps, ni ciel, ni telescope mais ce bouquin m’avais semblé très bien, ce que je confirme aujourd’hui. Plein de références Messier et ngc avec descriptifs visuels avec des instruments de 60, 114 et 200mm »astronomie du ciel profond » de Serge brunier https://www.decitre.fr/livres/astronomie-du-ciel-profond-9782040186968.html Le but de la soirée était de chercher de nouveaux objets du ciel d'automne, que je ne connais pas : galaxies M77, M74, NGC 7331, NGC 253 ; amas M36, M37, M38 et M35 (que j'avais observé aux jumelles) J'en profite pour tester mon Pentax xw40mm qui replace mon Q70 de 38mm. Avant de commencé je me suis bricolé un magnifique pare buée pour mon chercheur de 50mm avec un carton de belvita et du scotch. Ca m'a évité d'être privé de chercheur comme la dernière fois...Faudra optimiser cà plus tard, ou plutôt avec une résistance chauffante car ce fut juste malgré une longueur conséquente. Je profite deja des planètes avec les enfants ; passage de Io devant Jupiter au dessus de la gtr très basse sur l’horizon turbulences +++ peu de contraste. Saturne est basse aussi, mais bien ciselée, ombres franches, Cassini très bien délimité et les bandes nuageuses jolies. Plus tard on observera Mars qui est moins contrastée en ce moment, avec effectivement une belle "moustache" Quelques objets que je veux quand meme regarder rapidement et que je sais vite pointer pour ne pas entamer la patience des enfants : Double amas de Persée rentre bien dans le 40mm superbe devient riche en étoiles en montant vers le zenith M13 toujours aussi splendide et sur lequel je n'hésite pas monter à 225x. M31 m32 m110 qui tiennent pas ensemble au chausse pied dans le 40mm. On distingue la bande d’absorption en vision décalée. M57 sur laquelle on ne s'attarde pas ce soir. Les enfant veulent voir des étoiles doubles, on revoit Albireo qui est splendide!!!! Je me dit que j'ai de la chance d'avoir des enfants qui à 4, 6 et 8 ans savent apprécier cela! Puis je cherche à leur montrer Uranus, et tombe sur une autre étoile double, que je ne connais pas, sous le belier si mes souvenirs sont bons. Uranus apparait sous l'aspect d'un disque très net gris vert. On se dirige ensuite vers M27 (les dessins sont fait plus tard dans la nuit quand les enfants sont partis se coucher) : J'essaie de voir la Dentelle autour de 52cygne, que je ne distingue pas. L'autre voile serait en fait plus visible...la prochaine fois. Ngc 7331 très belle même à 225x vue sur la tranche noyau individualisé en vision directe, plus exactement on distingue 2 zones très lumineuses dans le noyau ( mon fils m'a dit : regarde papa, on dirait 2 étoiles au milieu de la galaxie! Je poursuis seul, les enfants sont rentrer dormir, il est deja minuit. Je retourne observer avec une feuille et un crayon cette fois. M33 est d'abord introuvable, je la verrai plus tard lorsqu'elle s'approche du zenith. J'ai eu du mal à la repérer, ce fait plusieurs nuits que je la cherche. Finalement je balaie la zone où elle doit se trouver avec le 40mm, et d'un coup je la vois passer, elle semble majestueuse!!! en fait c'est vraiment une tache floue ténue, un vague noyau à peine plus dense que le reste qui est flou, je distingue une ébauche de 2 bras ténus. Le dessin n'est pas très fidèle, en fait c'est beaucoup moins lumineux que ca. M36, m37, m38 (avec très beau ngc 1907). M35 magnifique aussi. Ces amas d'étoiles sont vraiment superbes, pourtant je ne suis pas équipé au mieux pour en profiter. M15 très dense brillant et bien défini au centre juste au dessus du petit cheval à l’est du dauphin avec M2 plus petit, moins brillant et moins défini, mais plus bas sur l'horizon. Normalement il est plus brillant que M15. M77 assez brillante et très petite avec un petit noyau plus discernable au 12mm extension pas tout a fait ronde. Elle est accompagnée par une étoile toute proche. M 74 a un peu la meme forme, moins brillante mais plus grande, j'ai mis longtemps à la trouver, pourtant le chemin est simple, mais elle n'est pas facilement visible pourtant elle est très belle quand on s'y attarde. Elle est plus diffuse, le noyau moins franc que M77. M82 81!!!!! Ce sont mes préférée avec M51! Avantage du pentax sur le orion, la bande sombre apparait des ce grossissement et les galaxies sont plus nettes (moins de courbure de champs). Ngc 253 Galaxie du sculpteur est bien vue mais elle est basse au sud (PL++ dans cette direction, qui m'a beaucoup limité pour le sagittaire cet été) très allongée grande noyau peu dense. Elle pert beaucoup en luminosité dès 80X. Elle est très belle néanmoins. M1 prend la forme d'un losange, un côté est mieux défini. Évidemment aucun detail de texture. Orion que j'avais aperçu avec l'ETX il y a 20 ans, dans un plots de 26mm....et M43 une foule de details des nuances très tranchées appréciées de 50x à 225x! Trapèze à b c d et e bien nettes, f par intermittence. Je savais que ce serait beau mais je n'imaginais pas à ce point! M78 est visible aussi, petite nébulosité entourant une étoile au nord de la ceinture. Les Pléiades montrent une nébulosité légèrement bleutées. Elles rentrent en entier dans le 40mm, c'est superbe!!! Il est deja 4h, il faudra poursuivre une autre nuit...
  6. 7 points
    Bonjour, Pour ceux qui ont prévu d'observer ce dimanche soir (imagerie, visuel...) et qui auront un ciel découvert les jours à venir, une supernova est (bien) visible dans NGC 514 (constellation des Poissons). Cette SN a été découverte le 5 octobre dernier par Koichi Itagaki à magnitude 16 et maintenant plus brillante que magnitude 14. A regarder après ou avant Mars puisque NGC 514 est située près de Eta Psc. Bonnes observations ! (BAA / Ade Ashford) (Yasuo Sano)
  7. 7 points
    Bonsoir à toutes et tousses, Petite parenthèse entre les nuages et ciel d'enfer hier soir, malgré la Lune presque pleine, 🤩 Mars à 98,7%, diamètre apparent 22,4" - 13 jours avant l'opposition. Pas de turbulence et faible humidité. Bon ciel, Francis Observation au Dobson 400, Ethos 13 sans filtre, +Powermate 2.5. Dessin aux pastels sur canson blanc, reformatage numérique.
  8. 6 points
    Une fois n'est pas coutume, j'essaie de poster mes dessins quand le sujet n'est pas passé d'actualité! Comme j'ai pu mettre au propre la plupart de mes dessins martiens de cette opposition, en avance de phase sur la recopie des autres objets des mêmes nuits, je leur consacre ce topic dédié, que j'enrichirai au fur et à mesure. -------------------------------------------------------------------- Nuit du 10 au 11 juillet 2020 en Seine et Marne. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin Observation 9225 : Mars Diamètre 12,3". Méridien central 2°. 480x, filtre rouge W23A. Turbulence 5 sur 5. Forte turbulence. Le filtre rouge aide à la lisibilité de l'image. La calotte polaire sud est large. Une zone plus floue moins contrastée sur la moitié du globe. Phase sensible. Forte turbulence. -------------------------------------------------------------------- After des Nuits du Causse Noir : matin du 12 août 2020. Observation 9250 : Mars. Diamètre 16,0". Méridien central 54°. 631x, filtre rouge W23A. Turbulence 5 sur 5. Images pourries, forte turbulence. La calotte polaire sud est évidente. Phase encore sensible. Une zone plus sombre sur la moitié du disque, mieux vue avec le filtre rouge. Mais trop flou pour plus de détails. -------------------------------------------------------------------- After des Nuits du Causse Noir : nuit du 12 au 13 août 2020. Dobson 508/1920 Observation 9257 : Mars. Diamètre 16,1". Méridien central 75°. 402x, sans puis avec filtre rouge W23A. Turbulence 3 à 4 sur 5. Difficile de détailler la zone sombre de l'hémisphère sud, peu contrastée, plus facile avec le filtre rouge. -------------------------------------------------------------------- After des Nuits du Causse Noir : matin du 18 août 2020. Dobson 508/1920 Observation 9282 : Mars. Diamètre 16,8". Méridien central 32°. 631x, sans puis avec filtre rouge W23A. Turbulence 4 sur 5. Turbulence trop gênante, le filtre rouge est encore salvateur. La même zone que la dernière fois et une autre vers le pôle Nord. Contrastes faibles sur cette partie du globe. Un golfe dirigé vers la calotte polaire sud. Aube civile à la fin et nuages revenus depuis la moitié du dessin. -------------------------------------------------------------------- After des Nuits du Causse Noir : nuit du 22 au 23 août 2020. Dobson 508/1920 Observation 9341 : Mars. Diamètre 17,6". Méridien central 338°. 631x, avec puis sans filtre rouge W23A. Turbulence 4 sur 5. Zone de Sinus Meridiani reconnue avec Sinus Sabaeus. Zone polaire Sud plus foncée aussi. Encore une phase visible. Fatigué. Limbe dédoublé par la turbulence par moments. Encore des passages de voiles. -------------------------------------------------------------------- Nuit du 11 au 12 septembre 2020 en Seine et Marne. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin Observation 9351 : Mars. Diamètre 20,5". Méridien central 79°. 480x, sans puis avec filtre rouge W23A. Turbulence 3 à 4 sur 5. Vent chiant, l'image tremblote. Chromatisme atmosphérique aussi car encore basse. Zone Aurorae Sinus, Coprates, Argyre, Mare Erythraeum. Frustrant, sans le vent ça pourrait être pas mal. Impact de l'absorption atmosphérique sensible (particules des feux de Californie dans la couche d'altitude des jets stream). Le filtre rouge améliore. Sans filtre, nuages au limbe Est. Observation 9357 : Mars. Diamètre 20,5". Méridien central 146°. 480x, sans puis avec filtre rouge W23A. Turbulence 2 sur 5. Plein de détails dans l'hémisphère Sud mais subtils à part Mare Sirenum, en forme d'intégrale. Liseré plus sombre sur une partie de la calotte polaire. Bien mieux qu'en début de nuit. Le filtre rouge rehausse le contraste. Il reste un peu de phase, bord plus flou de ce côté. -------------------------------------------------------------------- Nuit du 12 au 13 septembre 2020 en Seine et Marne. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin Observation 9362 : Mars. Diamètre 20,6". Méridien central 88°. 480x, sans puis avec filtre rouge W23A. Turbulence 3 sur 5. Vision centrée sur Aurorae Sinus, Coprates et Mare Erythraeum. Solis Lacus à l'Est. Le filtre rouge aide bien. Plus de turbulence qu'hier mais meilleure transparence. Encore légère phase. -------------------------------------------------------------------- Nuit du 14 au 15 septembre 2020 en Seine et Marne. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin Observation 9372 : Mars. Diamètre 20,9". Méridien central 48°. 480x, avec filtre rouge W23A. Turbulence 5 sur 5. J'utilise le filtre car les images sont trop turbulentes. Entre cette forte turbulence et le petit vent qui fait tressaillir l'image, c'est dur de la décrypter. Zone d'Aurorae Sinus et Mare Erythraeum. Coprates se lève. -------------------------------------------------------------------- Soirée astro-balcon du 23 octobre 2020 Dobson Strock 254/1200 Sur mon balcon à Fontenay-sous-bois (Val de Marne). Observation 9381 : Mars. Diamètre 21,3". Méridien central 40°. 480x, avec filtre rouge W23A. Turbulence 5 à 4 sur 5. A cause de la turbulence et d'abord des feuilles de l'arbre à l'Est dont Mars émerge à peine, et d'un tiers de balustrade du balcon dans le champ, elle est peu détaillée, mais le filtre aide. Puis les images sont meilleures quand il n'y a plus d'obstacles sur le chemin optique après qu'elle soit montée un peu. Très turbulente et peu lisible sans le filtre, elle est alors éblouissante. La calotte polaire Sud est minuscule et elliptique. J'observe la zone de Sinus Meridiani, Margaratifer Sinus, Aurorae Sinus et Coprates. Je vois une boucle au niveau d'Oxia Palus au nord de Margaratifer Sinus. --------------------------------------------------------------------
  9. 6 points
    Bonjour ! Je voulais vous partager mes premières photos planétaires du mois de septembre et d'octobre 2020, pour avoir des avis et des conseils ! Je les ai prises avec mon Dobson SkyWatcher 200/1200 (sans suivi, c'était sportif !), une caméra T7C (merci à pagpatrice pour ses nombreux conseils sur cette caméra), une barlow 3x TV, et sans ADC. Les photos du 13 septembre : Saturne : Jupiter : Mars : Photo de Mars du 18/10/2020 : (Si vous pouvez me confirmer que la tache plus claire est Olympus Mons !) C'est tout pour l'instant, si vous avez des conseils de retouche à me donner, pour faire ressortir la couleur blanche des anneaux de saturne, pour améliorer la netteté de Jupiter (Peut-être que ma vidéo durait trop longtemps avec le suivi manuel ?), ou pour tout autre chose, je suis preneur ! C'est mes premières photos, et j'ai encore plein de choses à apprendre. En espérant que ces photos vous plairont, n'hésitez pas à donner votre avis. Jules
  10. 6 points
    MARS DANS TOUTE SA SPLENDEUR Bonjour/Bonsoir, Juste le temps de poster cette photo toute fraîchement prise de ma belle soirée...Il est tard, je vais me coucher, mais que c'était beau....Ma plus belle Mars 2020...
  11. 6 points
    DU CÔTE DU CYGNE, DU SCULPTEUR ET DE MARS... Bonjour à tous, Une belle envolée hier soir du côté du volcan qui m'est, en dépit de son décor intimidant, austère, lunaire, si familier. Il fait encore bien frais malgré la chaleur trompeuse des bas annonciatrice de l'été. Le mercure grimpe péniblement à 8°. La nuit tombe, les étoiles apparaissent une à une et le croissant de lune illumine à peine le ciel du côté du soleil couchant. La lunette est fin prête à se livrer à de belles observations : toujours aussi simple à mettre en oeuvre, elle délivrera de suite des images splendides, stables et piquées à souhait. Je commence alors ma soirée par une star du Cygne : Albiréo. Rien de bien original mais elle demeure toujours extraordinaire à observer par la contraste saisissant des couleurs entre elle et sa compagne. Albiréo, lunette FC100, 18X La nuit se fait de plus en plus noire, la Voie lactée s'illumine mais demeure assez pâle en raison de notre satellite. Je pointe alors un joli amas situé au coeur de cet oiseau céleste : NGC 6910. Vous l'aurez compris, ces cibles ne sont là qu'en guise d'échauffement, car l'essentiel de la soirée se situera ailleurs : la fameuse nébuleuse North América. Mais patience, il faut attendre que les cieux soient aussi sombres que possible. C'est donc un joli amas que je me suis amusé à griffonner quelques minutes. NGCC 6910, FC100, 40X Je dirige alors dans le silence nocturne, la lunette vers la sublime mais discrète, farouche même, nébuleuse North América qui sait se mériter. La preuve : sans filtre, c'est bien simple, on ne voit rien, et, par la magie du UHC, c'est une splendide silhouette continentale, tel un hommage à tout le continent américain, au Mexique, qui se dessine alors dans le grand champ du Nagler 31mm...Splendide, mais difficile, vraiment difficile à crayonner, tant la subtilité des nuées nous induit comme en erreur. NGC 7000, FC100, Nagler 31mm + UHC (24x) Je quitterai alors le Cygne pour contempler une autre beauté du ciel mais tellement plus lointaine : la galaxie du Sculpteur. Au C11, c'est une splendeur, mais l'intérêt de la lunette est d'offrir dans le même champ, un amas globulaire situé non loin : NGC 288. NGC 253 et NGC 288, FC 100, Nagler 31mm (24x) Enfin, je me permets d'ajouter une petite Mars photographiée avec la lunette munie de deux Barlow (X2 + X3 !!). Résultat, une focale de 4440. Eh bien cette lunette s'en tire pas mal du tout...Elle ne peut rivaliser avec le C11, mais tout de même, elle n'a vraiment pas à rougir ! L'essentiel est là, visible, tant à l'oculaire qu'à la webcam... Voilà, chers astram du forum...C'est sur ces quelques dessins que je vous souhaite de bien belles observations ! Portez-vous bien, Gildas
  12. 6 points
    Pas évident de cumuler les temps de pose en cette période de disette...Un peu plus de 10h cumulées sur les Pléiades sur trois sessions, dont une très bonne hier, jusqu'à l'arrivée de la brume pile au moment du retournement au méridien. Bon ciel.
  13. 6 points
    Celle de cette nuit est meilleure, j'en suis heureux Merci à @jldauvergne pour la "sorcellerie" de la psf sur une étoile, et à vos encouragements de photo en photo !
  14. 6 points
    Bonjour, Une mars de ce soir au c8. Bonne nuit
  15. 6 points
    Salut NGC7822 en grand champ avec le canon 200 et la 1600 https://www.astrobin.com/gywrcn/?nc=all Bon ciel à tous Axel
  16. 5 points
    Comme j'en avais assez de faire 4 allers-retours du garage à la terrasse, je me suis fabriqué un diable pour tout transporter d'un coup: télescope et accessoires (non, je le fais pas de pub pour Unterlinden 😄) Voici le principe: une fourche qui vient lever la base en passant juste entre le dessous et les pieds. Les tubes sont en 30x30x2, les cornières en 35x35x3. Les emplacements pour les accessoires ne sont pas encore tous en place, il faut notamment que je réfléchisse à ma valise, qui a une dimension idéale, mais pour laquelle je vois prévoir un rack vraiment sécurisé... Le déplacement est facile malgré le poids, il suffit de trouver le point d'équilibre et c'est parti! Aucun mouvement inquiétant, c'est du solide. Le télescope tient bien, même en secouant le diable, et on le repose sans qu'il bascule car il est vraiment cramponné par la cornière. Parfait pour le champ de patates qui me sert de pelouse! Je dois encore lui faire passer des tests de solidité, finir les supports pour les derniers accessoires, checker les soudures et vernir.
  17. 5 points
    Premières photos de cette belle Vintage dans le fond du garage, enfin récupérée, depuis la Bretagne à la Lorraine... plus de photos et un test quand le ciel le permettra...
  18. 5 points
    Excellent ! C'est vrai qu'à force de tester tout et n'importe quoi, on finit toujours par revenir à des choses simples et efficaces. Tellement je joue la simplicité, je suis passé à une version filaire et je mettrais pas la sonde de température sur le focuser car lors des relevés de temp, elle est bloquante dans la boucle principale. Son seul rôle sera de faire tourner le bitoniau ! Par contre, j'ai bien envie d'utiliser une sonde de température/humidité mais dans un autre module histoire d'asservir les darks, résistances chauffantes etc... (mais ça fera partie d'un autre bricolage de geek plus tard ^^) J'ai terminé mon bricolage ! C'est nickel, je pense pas pouvoir faire mieux pour le coté méca ? c'est fluide, rapide et précis. Reste à pouvoir sortir le matos un jour ...
  19. 5 points
    Salut, Après plusieurs jours de plafond complètement bouché, la soirée du jeudi 08/10 s'annonce meilleure. Pas un ciel parfait certes, quelques nuages résiduels de traînes par ci par là. Et la météo prévoit que ça se referme assez vite au cours de la nuit. J'étais plein d'ambition pour cette soirée ayant programmé mon agenda depuis quelques temps déjà et scrutant la moindre belle fenêtre météo pour le réaliser. J'avais prévu de me déplacer sur un spot dans l'Est Lyonnais à environ 20 minutes de chez moi pour ce faire, un coin à champignons pour les astrams quoi 😉. Mais une fin un peu tardive du boulot et les contraintes familiales ont fait que mon temps imparti a fondu comme neige au soleil (ou brûlé comme du papier au soleil derrière une lentille de Fresnel en langage astro si vous préférez). Plutôt que de tout annuler je décide néanmoins de profiter de cette soirée dans mon jardin à Satolas et Bonce (38). J'ai à peu près tous les horizons bien accessibles depuis chez moi, même si la PL est bien présente. Entre ne rien observer du tout ou regarder quelques cibles même dans des conditions qui ne sont pas optimales, mon choix est vite fait... Je décide donc de dérouler le programme prévu, mais afin de ne pas gâcher la surprise de ce que je pourrais potentiellement observer de nouveau plus tard depuis le spot évoqué plus haut avec mes jumelles géantes, je décide d'utiliser mes « modestes » jumelles 15x70 (Bresser Spezial Astro SF étanches). Et aussi il faut l'avouer parce que c'est encore bien plus rapide à sortir, pas de changement d'oculaires, etc... et que je n'ai pas encore eu vraiment l'occasion de les éprouver jusqu'à maintenant à cause de la météo capricieuse. Il est donc environ 21h30 quand je me prépare mon petit coin d'observation : un transat (plutôt une chilienne en fait), le monopode et les jumelles fixées dessus, ma fiche d'observation manuscrite sous une pochette plastique, mon téléphone avec Stellarium et ma lampe rouge. J'ai aussi prévu une paire de gants légers car même s'il fait doux (autour de 14°C avec un vent de SE quasi nul), l'humidité relative (autour de 75%) est bien présente et nul doute que la température risque de baisser assez vite. Je m'installe confortablement face à l'Ecu de Sobieski et je coince le monopode entre les jambes. Il est déjà un peu tard pour ce que j'ai envie de voir dans cette direction d'autant plus que c'est vers où la PL est la plus présente (Lyon), mais encore plus tard ça ne sera plus possible du tout, la constellation aura basculé sous l'horizon. D'un bout de l'Aigle (Lambda) que je vois à peine à l'oeil nu (quelle merde cette PL!) mais parfaitement dans les jujus je descends un peu à droite en direction de l'Ecu passant par la 12 (toujours dans l'Aigle) puis Eta (dans l'Ecu) avant d'arriver facilement sur ma première cible : - M11 l'amas du Canard Sauvage. Il est immanquable. Avec mon instrument de la séance on ne dirait pas du tout un amas ouvert, plutôt un globulaire, voire une nb planétaire. Quand on sait justement que c'est un amas ouvert ça a l'air très dense et je savoure déjà l'image que j'aurai avec les grosses... Mais dans l'état je suis déjà bien satisfait, comme si j'avais justement regardé l'une de ces vidéos satisfaisantes où un Youtubeur s'amuse à couper de la mousse ou du savon (vous voyez de quoi je parle n'est ce pas 😉?). J'ai donc le smile 😁 et je suis près pour continuer le voyage. Le reste de l'Ecu est noyé dans la PL mais je m'y engouffre à la recherche de Epsilon et Delta car c'est par là que se trouve ma deuxième cible. Depuis M11 je descends donc un peu à la verticale et je tombe bien vite sur les deux étoiles recherchées. La suite est facile car il suffit de former un triangle isocèle avec l'objet recherché et Epsilon et Delta (l'objet de ma recherche étant à gauche de Delta) pour tomber sur : - M26. De magnitude beaucoup plus élevée que son voisin M11, cela en fait une cible secondaire. C'est sûr c'est très ténu. Pour autant il reste bien visible en vision directe et je trouve peut-être même finalement un avantage à l'observer à partir d'un petit instrument car un matériel plus performant pourrait potentiellement faire « trop » ressortir l'environnement stellaire environnant (on est dans la zone d'évitement de la Voie Lactée même si ce n'est pas la densité du Sagittaire) et le noyer dans la masse. Je quitte l'Ecu pour le laisser se coucher tranquillement et je remonte plus haut sans trop changer d'azimut entre la Flèche et le Petit Renard (S'il y a le Petit Renard pourquoi il n'y a pas la Maman et le Papa Renard d'ailleurs 😜?). Je vois à peine les constellations à l'oeil nu. Donc je me déplace un peu au hasard dans la zone et il me faut un peu de temps pour toucher ma cible suivante, pourtant supposée immanquable : - Cr399 l'amas du Cintre. Oui évident mais uniquement sous un bon ciel où on peut même à priori le voir à l'oeil nu sous la forme d'un point un peu diffus. C'est curieux cet alignement parfait d'étoiles presque tiré à la règle. Après renseignement il ne s'agit pas d'un vrai amas à proprement parlé mais uniquement d'un alignement chanceux d'étoiles (on ne le sait que depuis 1998). Sympa en tous cas cet astérisme dont j'ai souvent entendu parler ici sur WA mais jamais observé jusqu'alors. Puisque je suis dans le bon secteur je décide de faire une digression dans mon programme vers deux cibles que je connais déjà. Maintenant que je sais où je suis avec le Cintre dans les oculaires c'est beaucoup plus simple de retrouver la Flèche. Je remonte donc de l'empennage de la Flèche (Alpha et Beta) jusqu'à sa pointe (Eta) pour tomber vers le milieu entre Delta et Gamma sur M71 et comparer avec ce que je connais de la vision dans les grosses jujus que j'ai eue un mois auparavant. Il m'apparaît ici comme une tachouille très légère d'un intérêt limité. Pour les globulaires il faut vraiment de la puissance pour avoir au moins un début de résolution et un pétillement de bulles gazeuses sur les bords. De la pointe de la Flèche je remonte de deux fois la distance Eta - Gamma en formant un angle de 90° par rapport à l'alignement de la Flèche jusqu'à M27 la Nb de l'Haltère. Là pour le coup la digression valait vraiment la peine. C'est très net. Alors la forme en trognon de pomme n'apparaît pas, il ne faut pas rêver non plus, mais c'est presque autant visible que le Canard Sauvage. Je suis surpris car je m'attendais encore à une tachouille quasi invisible. La différence de performance entre mes deux instruments n'est ici pas si importante je trouve. Je reprends le fil normal de mon parcours programmé toujours plus vers le zénith dans le Cygne. A la croisée du corps et des ailes du bel oiseau pour être plus précis, Sadr. Il y a par là le petit Messier secondaire que je cherche, vers la droite en regardant en direction la tête du Cygne (Albireo) et à moins de 2° de Sadr : - M29 Amas de La Tour de Refroidissement. Drôle de nom hein ? C'est qu'il est supposé avoir la forme d'une tour aéroréfrigérante de centrale thermique (un tuyau pincé quoi). Je ne distingue pas la forme vue en photo, il faudrait grossir bien plus pour cela. Mais au moins, même s'il est tout petit dans mes oculaires, il est à peu près entièrement résolu car c'est un amas ouvert peu dense. La cible suivante est un peu plus difficile à pointer car assez éloignée des formes primaires des deux constellations environnantes les plus proches, le Cygne et le Lézard. J'ai un peu réajusté mon siège dans la bonne direction me préparant à une rude bagarre qui risque de me donner du fil à retordre. J'ai noté sur ma fiche « depuis Deneb prolonger 1,5x la distance Sadr - Deneb sous un angle de 160 à 170° par rapport à l'axe Deneb - Sadr ». Je me balade dans le secteur et je ne trouve rien d'évident, peut-être je suis passé dessus et que ça ne m'a pas interpellé. Je reprends Stellarium pour essayer d'y trouver un chemin d'étoiles plus précis. Un coup d'oeil dans les oculaires, un coup d'oeil à Stellarium. Implacablement je me rapproche. Je suis transformé en l'espace d'un instant en un GoTo ou PushTo qui ne peut pas manquer sa cible. Ce qui confirmera définitivement l'emplacement c'est une petite ligne d'étoiles entre V2163 Cygni et 71 Cygni. En prolongeant cette ligne un peu sur la droite on tombe effectivement sur l'objet de toutes les attentions : - M39. Parfait dans mes jumelles de cette soirée. Pas besoin d'instrument plus gros. C'est un amas ouvert bien large, environ 20' d'arc dans lequel je pourrais presque compter tous les membres. Encore un Messier secondaire mais pas dénué d'intérêt aux jumelles. L'observation aussi haute est super confortable à demi couché dans la chilienne (@obsédés : n'y voyez surtout rien de sexuel hein 😜!). La tête complètement en arrière reposant sur le bout de la toile du siège, une main sur les jumelles ou la poignée de la tête rotative, l'autre pour stabiliser le monopode, c'est ma respiration qui cause alors des tremblements et non des mouvements musculaires parasites. Mais ça reste acceptable et je peux rester quelques secondes en apnée si j'ai vraiment besoin de figer la scène pour distinguer un détail en particulier. Pour la suite du programme je vais me redresser un peu sur mon siège avant de m'endormir complètement. Je redescends en effet vers la Lyre pour cibler un autre objet secondaire très facile : - Stephenson 1. Autour de Delta Lyrae il s'agit encore d'un amas très ouvert et peu peuplé mais je ne distingue vraiment pas beaucoup d'étoiles. En fait certaines des étoiles les plus brillantes sont très (trop) proches de Delta 2 mais mon grossissement n'a pas un pouvoir séparateur suffisant. D'autres, après renseignement, sont de magnitude 14, alors juste impossible dans l'état. Au moins Delta 1 et Delta 2 sont parfaitement distinctes (double optique) et la différence de couleur et de grosseur est frappante (un peu comme avec Albireo mais avec une distance plus importante entre les 2 composantes) entre Delta 2 qui apparaît rouge orangée plus grosse et Delta 1 blanche bleutée plus petite. Peu ou prou à la même altitude que Steph. 1 je continue mon voyage spatial et pile-poil entre Gamma Lyrea et Albireo dans le Cygne il y a mon prochain arrêt très facile à pointer : - M56. C'est un amas globulaire qui n'apparaît que très diffus (visibilité encore moins bonne que M71 vu un peu plus tôt même si la délimitation semble un peu plus nette). Je suis finalement plus frappé par l'astérisme qui se trouve juste à côté et qui forme un « 7 » à l'anglo-saxonne (sans la barre du milieu). Après cette soirée je retrouve mon « 7 » dans Stellarium formé par les étoiles s'étalant entre HD 181119 et HD 180450. Je n'imagine pas un seul instant que je suis le découvreur, celui-ci a été sans nul doute référencé depuis bien longtemps dans un catalogue non officiel des astérismes, mais c'est quand même cool d'être tombé dessus par hasard sans le chercher spécifiquement. Je retourne complètement mon siège vers Andromède et j'enfile ma paire de gants car je commence à avoir un peu froid. De la buée a commencé aussi à se former depuis quelques minutes sur les oculaires (moins sur les objectifs). Le fait d'avoir débourser 100+ € par rapport au même modèle non étanche pour disposer de la version waterproof prend toute sa valeur ici, je ne regrette pas. Pour la prochaine cible je ne sais pas trop quoi à m'attendre ou tout du moins je sais que ça ne sera pas spectaculaire du tout, mais l'idée est avant tout de trouver l'objet pour pouvoir le repointer facilement avec les grosses un jour futur. Je pointe M31 (jolie comme d'hab. mais ce n'est pas ce que je suis venu chercher), je descends jusqu'à Mirach dans Andromède et continue de la même distance parcourue toujours vers le bas et je trouve... [Roulement de tambours 🥁...] Rien. Je tente et retente mais rien. M111 La Gx invisible 😕... Mais j'ai de la suite dans les idées. Je reprends Stellarium et je pars cette fois du bas, de Alpha dans le Triangle et similaire à la recherche précédente de M39, je fais preuve de méthode pour trouver lové au sein de 4 étoiles en forme de parallélogramme : - M33 la Gx du Triangle. Il paraît qu'elle serait potentiellement visible à l'oeil nu sous un très bon ciel. Je confirme en tous cas que sous un ciel pourri avec des jumelles qui, je pense, tiennent quand même un peu la route, et bien elle est à peine visible. Je dois vraiment me concentrer et utiliser la vision décalée pour voir un nuage de lait très léger entre les 4 étoiles qui l'enveloppent. Ca ne fait aucun doute sur sa présence maintenant que je sais où elle est, mais sans Stellarium je n'aurais jamais pu la trouver. A revoir absolument avec les grosses sous un meilleur ciel pour apprécier la différence. Dans le programme d'observation établi pour les grosses jumelles j'avais deux autre cibles dans Persée et puis un peu de planétaire avec Mars, mais que j'ai finalement laissées tomber pour passer directement à la dernière. C'est qu'il commence à se faire tard et Mars ne présente de toutes façons aucun intérêt à 15x. Je pointe donc directement les jujus vers le Taureau pour viser : - M45 l'amas des Pléiades. Archi connu certes, mais c'est juste pour terminer avec le smile 😁 comme j'ai commencé de la même façon avec le Canard Sauvage. En passant y avez-vous remarqué ce joli petit astérisme qu'on appelle la Tresse D'Alcyone ? L'alignement de 6 ou 7 petites étoiles enfilées comme des perles qui semblent tomber en cascade depuis Alcyone (Eta Tauri). C'est bien zoli tout ça 😍. La Lune émerge de l'horizon Est depuis quelques minutes, elle en est presque au dernier quartier 🌗 et il aurait été dommage de ne pas y jeter un œil. Debout je pose le monopode au sol et je me précipite aux oculaires. C'est splendide : elle est entourée de nuages et on dirait qu'il y a un juste une trouée pour qu'elle puisse diffuser sa lumière... ou que la Lune se trouverait en avant plan devant les nuages. Dans les faits c'est juste que la couche de nuages est très peu dense et que la luminosité de la Lune s'avère suffisante pour transpercer la nébulosité. Fin de partie il est un peu plus de 23h30. J'ai adoré cette soirée, simple sans chichi d'un point de vue matériel. Une bonne préparation en vue d'une séance à venir plus ambitieuse. J'en ressors aussi quelques enseignements : Ca peut paraître évident aux amstrams poilus et/ou tatoués, mais une petite bâche pour poser tout son petit matos au sol (téléphone, lampe, fiches...), c'est quand même bien utile pour éviter de le retrouver trempé 😜... J'avais malgré l'étanchéité des jujus un peu de buée se formant essentiellement sur les oculaires (qui finissait par partir toute seule en posant les jumelles quelques secondes). Je ne sais pas trop ce que valent les résistances chauffantes. S'il faut encore une batterie de 12 V à proximité ça va à l'encontre de mes besoins de mobilité. Mais si certains ont des conseils avisés sur le sujet je suis preneur, sinon je m'accommoderais de ce problème. La visée n'est pas toujours aisée. Avec des jumelles 15x70 on est je pense à la limite pour pointer sans assistance facilement. Ca reste encore faisable dans un temps acceptable mais j'envisage peut-être d'y ajouter un laser de classe II pour rester dans la légalité. L'objectif est juste de me donner le bon angle de visée en altitude quand je suis collé derrière les oculaires. Et oui une paire de jumelles c'est quand même bien plus court qu'un tube de longue focale et on a bien vite fait de dévier de 5° en haut ou en bas suite à un mauvais placement. A+ et bon ciel, Hervé
  20. 5 points
    Bonsoir, Une mars toute fraiche grâce à une eclaircie inespérée, au c8, de 23h30 à 1h (après, le tilleuls des voisins passe devant Mars) Et en plus gros. Je vous souhaite une bonne nuit.
  21. 5 points
    Voici un recap des 36 pages, plutôt orienté ASIAir Pro, mais valable aussi pour les fonctionnalités présentes sur l'ASIAir V1. Ce document est un draft, comme mentionné en page de garde, ceux qui ne veulent pas que leur nom y figure, vous pouvez le dire (dans ce sujet ou MP). Si vous avez eu un point bloquant, ou une illumination durant l'utilisation de l'ASIAir, et qu'il a été raté dans ce recap, mentionnez le ainsi que ca résolution (ou son intérêt primordial) et la meilleur place où l'inserer. On a essayé de rester consistant avec l'organisation des infos, mais il y a pas mal de matière dans les 36 pages, il resterai des sections à approfondir, signalez le, mieux meme si vous avez de bon screenshot qu'on pourrait utiliser... Inconsistance de format ou typo... pareil, tirez à vue... Merci, ASIAIR PRO Webastro.pdf
  22. 4 points
    Bonjour a vous, Cela faisait un moment que je lorgnais sur cette lunette et j’attendais d'avoir une bonne occasion pour en récupérer une. Ce fut le cas avec un exemplaire complet sans monture car elle ne présente que peu d’intérêt pour nous dû a sa configuration. La lunette a surement était produite dans les années 1970. Présentation de la bête et de ses accessoires: Le "kit de base" se compose de: - Boite de transport en bois. - Chercheur 5X25 un peu similaire au petit Tak - Adaptateur photo argentique - Adaptateur 43.8mm vers 24.5mm - Renvoi coudé prisme - Kit solaire - Lot d'oculaires 24.5mm Nikon H-25( kit de base) , Kelnner 25, Nikon H 12.5mm ( kit de base), Nikon O-7mm ( kit de base), Nikon O-5mm - Un oculaire "Grand champ" vissant Nikon H-40mm Des options sont disponibles dans le catalogue de la lunette, l'ancien propriétaire ayant acheté le Nikon O-5mm, Kelnner 25 et le grand AH 40mm. Le temps normand étant exécrable depuis pas mal de semaines, je n'ai pas pu beaucoup la sortir malheureusement. De premier abord voila ce que l'on peut en dire la lunette est très très bien finie dans le haut de gamme de l'achromat. Considérée comme cela au Japon du moins. La partie mécanique est assurée par un PO complètement démesuré impossible d'évaluer la capacité de charge mais assurément élevée aucun problème de tilt avec RC+Barlow+Bino et oculaires, la précision de celui-ci est excellente bien meilleur que mes PO modernes Taiwanais/chinois alors que ce n'est qu'une simple crémaillère un bonne exemple du niveau de connaissances/réalisation de l'époque, la sortie du PO est au format propriétaire de 43.2mm/1mm. Le tube est en acier, la cellule du doublet, le PO et le support chercheur sont en Duralium noirci intégralement pour la cellule et l’intérieur du tube. L'ensemble donne un sentiment de solidité, le tube seul est vraiment lourd ( environ 5/6kg) et du coup de loin l'achromat la plus lourde de mon set. Il faut une monture solide pour la poser, avec le bras levier engendré une EQ5 est surement un peu léger. Ici la Trex est parfaite pour ce tube. La scopetech 1200 qui me sert de référence fait office de jouet a côté même si la philosophie de conception de la scopetech est différente, ce n'est clairement pas le même monde. Côté optique, le doublet est vissé au tube les deux lentilles sont fixées par six vis, trois vis pour le maintien de la bague et trois vis pour le tilt des lentilles. Un mot concernant la conception "Nikon" dans le passé des échanges ont eu lieu entre Nikon et Zeiss peux être pendant/juste après la seconde guerre mondiale et dans le conception nikon, il n'est pas rare de retrouver des éléments de chez ZEISS ainsi la sortie du PO en 43.2 et l'oculaire AH qui permet de s'affranchir de la limitation du standard 36.4mm et gagner quelques pouillèmes pour la taille du champ en sont un bon exemple. Je souhaitais aussi vérifier/confirmer une autre idée concernant le niveau de qualité de chez Nikon et si leur niveau de qualité globale était une légende ou une rumeur. J'ai donc envoyé la cellule chez Wellenform pour un test sur les même principes que ceux de la scopetech pour avoir une base comparative. Je vous joins les courbes de sorties dans le vert, Ptv value is 0,12 lambda @589nm -> lambda/8,3. Après analyse des courbes, l'objectif est calé sur la méthode ZEISS pas de miracle voila pourquoi nikon est taxé de petit "ZEISS" du Japon et les résultats sont excellents. Malheureusement l'ancien propriétaire a trop serré les vis de collim et quand Joerg a démonté le bloc un éclat sur le Flint s'est détaché 😭, heureusement/malheureusement l'éclat est sur l’extérieur du bloc et inférieur a 10% ce qui n'empêche pas l'utilisation et après avoir fait quelques essais cela ne gêne pas énormément comme quoi... Pour l'interféro, j'ai demandé a Joerg de retirer l'éclat du Flint pour avoir une valeur proche de celle d'origine. Je vais essayer d'enrichir la partie observation quand le temps le permettra. Merci d'avoir lu Damien
  23. 4 points
    monsieurdebutant : je crains que tu ne fasses fausse route. Les difficultés à observer Mars ne seront pas résolues par un achat, mais par l'expérience de l'observation. J'ai une certaine expérience (ma première opposition martienne date de 1984) et j'utilise aujourd'hui un 300 mm. Ce que j'ai constaté, c'est que je préfère l'observer sans filtre et qu'elle supporte bien les forts grossissements. Pour moi il n'y a rien à dire d'autre. Mars n'a pas la couleur des photos ? Ce n'est révélateur d'aucun problème car c'est normal. En observation diurne, on n'est pas sensible aux mêmes couleurs qu'en observation nocturne. C'est pour ça, par exemple, que la nébuleuse d'Orion, au télescope, a une couleur toute autre qu'en photo (je ne sais pas si tu as déjà eu l'occasion de la voir ?) De plus on n'a pas tous la même sensibilité aux couleurs en observation nocturne. On le voit bien dans le dessin présenté par Sixela (moi je vois Mars comme sur le dessin de Jeff Young : les formations claires en jaune-vert, les formations sombres bleutées). Si tu veux améliorer les images de Mars, il faut être sûr de la collimation (par exemple en inspectant une étoile double serrée), l'observer quand elle est haute, depuis un site favorable (pas une terrasse en béton, pas Mars au-dessus d'une maison chauffée...) et il faut être patient : mise en température, mais aussi attente d'un court moment où la turbulence va se calmer. Il y a des soirs où ça ne veut pas, et des soirs qui nous réservent de belles images. En tout cas, un 300 mm est un excellent instrument pour Mars. Mais Mars n'est pas un excellent astre pour débuter...
  24. 4 points
    Bonjour à tous, Cela fait quelques temps que je n'ai rien poster faute de... temps. 😐 Voici ma version de la galaxie de Barnard (NGC 6822) qui a été assez difficile à traiter mais dont on peut voir de jolies régions HII. La full sur Astrobin ou FlickR. Imagée en HaLRGB :en août dernier. L 16 x 1200 sec R 14 x 1200 sec G 14 x 1200 sec B 19 x 1200 sec Ha 23 x 1800 sec Optics: Planewave 17“ CDK @ F6.8 Mount: Paramount ME CCD: SBIG STXL-11002 (AOX) Pre Processing: CCDstack & Pixinsight Post Processing: Photoshop CC
  25. 4 points
    Bonjour à tous, Attention ce n’est pas 1 mais 2 comètes accessibles aux petites optiques le matin : - Il y a en effet C/2020 M3 ATLAS qui tranquillement monte en brillance, mesurée à mag m1 = 9,9 le 16 oct et mag m1 = 9,2 ce matin du 28 octobre. Elle est maintenant pas difficile avec une L 90, bien diffuse et assez grosse (4’ d’arc), mieux vue avec filtre C2. - il y a aussi C/2020 S3 Erasmus qui a rapidement évolué en brillance : Vue le matin du 16 oct vers mag 14,5 avec un TN 560, elle est maintenant déjà visible dans une L 90, gagnant plus de 4 magnitudes en 2 semaines !!! Mesurée à mag m1 = 10,2 ce matin, dc = 2, dia = 3’ d’arc. Il reste un dernier créneau demain matin avant que la Lune arrive, juste avant le début des premières lueurs de l’aurore. Bonne chasse !
  26. 4 points
    Salut, quand les prévisions de 3 sites météo convergeant enfin vers un ciel clair ne se réalisent pas, que fait-on ? On observe Mars bien sûr ! Ce samedi 24/10 dès le matin j'ai vite compris qu'il serait difficile d'admirer un ciel tout étoilé, comme l'annonçaient nos prévisionnistes : gros nuages gris sur fond de ciel blanchâtre, brumasse, etc ... Au crépuscule, pas mieux, je décide donc de laisser tomber le programme de ciel profond tant attendu et de me consacrer à une vie plus sociale, mais les voiles nuageux de plus en plus épais laissent quand même passer la Lune, Mars et quelques étoiles de première grandeur. Pendant que le repas cuit, que faire ? Sortir la lunette, of course ! Toute montée, elle n'attend que le franchissement de la porte vitrée pour pouvoir être pointée vers la planète rouge, star du moment ! Rapidement, la turbulence s'impose. Dommage, mais je discerne toutefois de vagues plages grises à 148 X, je commence un croquis ...Puis, au bout de quelques minutes, miracle, la turbulence s'arrête et tout se fige tout d'un coup ! En 2 secondes je passe d'une image fort moyenne, bouillonnante, à un disque figé, quasi immobile, et des formations évidentes malgré leur manque de contraste, certes. J'ai rarement vu telle transformation, trop brutale pour être uniquement expliquée par la rapide mise en température de l'instrument ...Non, on dirait plus que la planète tout d'un coup a émergé d'une couche atmosphérique. Bref, je chausse la plus courte focale, Delos 3.5 pour partir à la chasse aux détails à 211 X. L'image est encore fort lisible et magnifique, le contraste entre le disque jaune orangé et les formations d'un gris pâle doux est superbe. Bien entendu à ce diamètre les détails restent modérés, mais voici ce que l'on peut noter : - diamètre apparent de la planète en assez net retrait - calotte S très visible et blanche, presque brillante et entourée d'un liseré sombre comme d'habitude. En outre (et c'est la première fois que je le constate cette année) la calotte est quasi tangente au disque, apparaissant ainsi en entier et montrant l'orientation de la planète par rapport au Soleil (calotte bien exposée) - à l'opposé au N, grande zone blanche nuageuse bien vue (parfois non vue à ce diamètre cette année) - formations d'un gris cendré +/- contrasté, tirant sur le vert un peu à 211 X (filtre jaune non utilisé, hélas ...) - les formations les plus évidentes sont la sorte de barre à gauche puis le triangle juste à sa droite - ensuite viennent le complexe au N de ce triangle, puis la ligne transverse quasi équatoriale, renforcée des 2 côtés - le reste est plus diffus, un peu moins pour tout ce qui apparaît à droite sur le dessin, les zones juste au N de la calotte étant les plus ténues et complexes à saisir (bandeau descendant en diagonale et renforcement horizontal juste au N de la calotte) Pour les spécialistes de Mars, reconnaissez-vous les formations ? La barre à gauche n'est-elle pas S. Sabaeus, suivie à droite de Margaritifer sinus ?
  27. 4 points
    merci jorris 👍. Je pose les images du bafflage avec le lien sur CN pour ceux qui en ont besoin. Lien CN => https://www.cloudynights.com/topic/391092-astro-royal-761200-refractor/
  28. 4 points
    Et bien week end pluvieux = retraitement anciennes sessions! Alors j'ai recommencé de zéro mon traitement d'IC1396 et je suis pas deçu!
  29. 4 points
    Bonjour à tous, Voici une nouvelle version de la nébuleuse de la Bulle avec 2h25min de pose, à laquelle je voulais rajouter encore une autre série de poses le lendemain, mais la météo n'a pas été d'accord avec cela... La nébuleuse de la Bulle (NGC7635, Caldwell C11) est située dans la constellation de Cassiopée. Elle est distante de 9000 années-lumière et a un diamètre de 10 années-lumière. Cette nébuleuse diffuse est une nébuleuse en émission HII illuminée par l'étoile BD602522, 44 fois plus massive et 400 000 fois plus lumineuse que le Soleil. Sur l'image, BD602522 est l'étoile la plus brillante à l'intérieur de la bulle et on distingue la forme caractéristique de cette nébuleuse qui porte bien son nom avec sa ressemblance avec une bulle en volume. MO Cas, MP Cas sont deux étoiles variables à longue période de type Mira Ceti visibles près de la nébuleuse. - MO Cas : variation de magnitude de 16.5 à 19.0 sur une période de 252.25 jours. - MP Cas : variation de magnitude de 17.8 à 19.0 sur une période de 338.00 jours. Un gif animé avec ma précédente image du 29/08 montre la variation de magnitude de ces étoiles variables à 48 jours d'intervalle. * Acquisitions : - Caméra ASI533, refroidissement activé (capteur à -15°C), gain 100. 33 images de 5min, tri de 29 images retenues (soit 2h25min de pose), nuit du 17 au 18 octobre. Logiciel d'acquisition : Sharpcap * Optique : - Télescope Celestron C11 avec réducteur à 1902 mm de focale (mesure astrométrique). Pare-buée et résistance chauffante. Filtre Explore Scientific UHC * Monture : - AZ-EQ6, Autoguidage par diviseur optique ZWO, caméra GPCAM2 IMX224. Logiciel : PHD2 Guiding * Prétraitements : - Alignement et empilement (moyenne additive + mise à l'échelle) de 29 images (88% des images) avec masters dark, offset, flat (11 darks, 100 offsets, 100 flats). Logiciel : Siril * Traitements : - Extraction du gradient. Étalonnage des couleurs par photométrie. Transformation de l'histogramme. - Réglage des tons foncés / tons clairs. Contraste auto. Réduction du bruit chromatique. - Filtre passe-haut. Couleur auto. Saturation. Réduction du bruit par médiane. Ajustement des niveaux. - Logiciels : Siril, Iris, CS2, plugin HLVG * Lieu : - Vauréal (Cergy-Pontoise, 95) Plus d'informations et image plus résolue sur mon site personnel à la page : http://encelade18.free.fr/photos/NGC7635.html
  30. 4 points
    Salut yayou56, j'ai aussi un T406, avec ce diamètre tu as de quoi écumer le ciel pendant de longues années et en effet les filtres sont précieux sur la majorité des nébuleuses et des NP. Sur mon site j'ai classé mes dessins en précisant clairement le filtre utilisé pour chacun d'eux. Ca te donnera une idée de la fréquence à laquelle chaque filtre est utilisé, et sur quelles cibles. Une fois sur la page d'accueil, à gauche dans le bandeau "dessins" tu cliques sur la section "nébuleuses" ou "nébuleuses planétaires" pour accéder au tableau des dessins. Le site : http://fredburgeot.fr/ Un bout de capture d'écran de la page des NP Abell pour voir de quoi il en retourne : Amuse-toi bien ! Fred.
  31. 4 points
    On se réuni d'habitude avec l'asso (AG33) dans un coin noir près du point triple Gironde-Landes-Lot et Garonne en mars. Cette année à cause du coco ça a été reporté au WE dernier. Cette fois avec les cèpes récoltés dans les environs au menu et aussi une ambiance magique: imaginez observer les reliefs de mars avec comme bruit de fond le brâme du cerf. Il y avait celui au nord, tout seul d'abord, puis celui de l'ouest au lointain enfin celui du sud qui s'approchait si près que ca en devenait vraiment inquiétant! En plus on a bénéficié de trois nuits d'observation durant cette période automnale assez pluvieuse. Voici donc quelques images de l'opposition de mars 2020. Images peu contrastées en raison de conditions atmosphériques moyennes, mais les formations restent discernables. Le 14 octobre, quelques nuages brumeux, transparence très faible, mais bon seeing. Observation au Dobson 400, Ethos 13 + Powermate 2.5 - Esquisse à l'oculaire, reprise au pastel sec sur canson blanc, puis formatage numérique. Le 16 octobre à 1 heure, seeing d'abord mauvais puis devenant moyen, transparence moyenne. Observation au Dobson 400, Pentax 5mm - Esquisse à l'oculaire, reprise au pastel sec sur canson blanc, puis formatage numérique. La troisième nuit a été la meilleure. L'utilisation en alternance avec la vision directe de filtres gris et rouge permet d'appréhender un peu mieux les détails, tout de même assez voilés dans une grande clarté. Le seeing est bon et la transparence moyenne, les détails sont là, mais il faut aller les chercher et là ça laisse une part d'interprétation. Le résultat semble se rapprocher un peu plus encore que pour les précédents de la vision à l'oculaire. Bon ciel à toutes et tous, Francis Observation au Dobson 400, Pentax 5mm - Esquisse à l'oculaire, reprise au pastel sec sur canson blanc, puis formatage numérique.
  32. 4 points
    Bonsoir, Je continue l'apprentissage du nouveau tube Meade 10" (254/2500mm). Avec asi224mc, asi290mm + roue à filtres. Problème de buée vite résolu, collimation pas mal. Et des Mars en veux-tu en voilà... Avec la 224mc pour commencer: Puis apprentissages de la caméra mono + filtres L R G B. J'aime bien cet exercice. Sur Mars ça va super bien. Hâte d'essayer l'année prochaine sur les gazeuses Comme d'habitude, différents traitements, différents résultats: Et la planche finale avec les 4 couches L R G B: Je m'amuse bien A la prochaine
  33. 4 points
    Excusez-moi messieurs mais là les discussions deviennent un brouhaha sans nom, ça part dans tous les sens, on a une info intéressante pour 6 réponses inutiles. Désolé mais s'il vous plaît, quand une question est posée, donnez une réponse claire. Pour faire avancer le sujet : personnellement je n'alimente pas mon setup avec une alim 220V mais avec une batterie 12V. Pourquoi ? Parce que ces alimentations d'origine chinoise sont de piètre qualité, souvent mal filtrées, dans l'idéal il faudrait une bonne alim stabilisée et filtrée correctement. Avec ces alim vous prenez le risque d'avoir des parasites ou du bruit supplémentaire sur vos images (et encore plus avec des CMOS). Donc même quand je suis en poste fixe, j'alimente mon setup avec une bonne batterie 12V. Évitez les batteries de voiture ou de moto, privilégiez la décharge lente au gel ou mieux la LiFePo4 (voir mon autre post sur le contrepoids batterie). Avec un batterie GEL ou LiFePo4 de 35Ah, je tiens toute la nuit avec le setup ci-dessous. Ceci étant dit, si vraiment vous préférez une alim, privilégiez les alim stabilisées de labo (on en trouve sur Mamazon pour une centaine d'euros), et au pire si vous prenez une alim chinoise, alors prenez la surdimensionnée. Par exemple, si vous avez besoin de 5A pour tout le setup, alors dimensionnez l'alim à 10A. Autre point : le fusible. Un fusible de 5A, notamment les petits fusibles en verre qui se trouvent dans les prises allume-cigare, ne claquera pas que sur un unique court-circuit, mais il claquera bien si vous dépassez une conso de 5A. Moi j'ai mis précisément un 5A dans la prise qui alimente mon Asiair, jamais encore il n'a sauté, alors que le précédent fusible de 2A avait sauté 2 fois de suite quand j'ai changé le setup. Preuve qu'avec tout mon setup je ne consomme pas plus de 5A en pointe (mais plus de 2A oui !). Donc avec 5A j'alimente : - la monture EM200 Temma2 - la caméra principale ASI6200 et son Peltier - la caméra de guidage ASI290 - la résistance chauffante que je mets toujours à 100% - le moteur EAF Et surtout, tout ce beau monde je l'alimente directement depuis les sorties 12V de l'ASiair. La batterie quant à elle alimente directement l'ASiair, avec un fusible de 5A à l'entrée (le seul câble qui descend de la monture) : Maintenant il y a plusieurs sons de cloches, qui disent notamment qu'il ne faut pas alimenter la monture ni les ASI2600/6200 depuis l'ASiair. J'ai lu exactement le contraire sur le forum ZWO de la part d'un salarié de ZWO : Yes, the EQ6R Pro draws DC 15V@2A, it's ok. And for the ASI2600, no prob. ZWO | ASIAIR Support Location:lon=120.6 lat=31.3 Suzhou China On a effectivement des Shottky sur les 4 sorties 12V, ils encaissent chacun 3A. Ca ne veut pas dire que chaque sortie va bouffer 3A. - Le Peltier de la caméra est rarement à 100% et bouffe autour de 1.5A à 100% - la résistance chauffante de 5W sous 12V ça fait 0.4A à 100% - l'EAF ne tourne pas en permanence et il ne bouffe rien - la monture n'est pas en Goto en permanence (et oui en Goto ça peut monter à 2/3A selon la monture), en mode suivi/autoguidage ça bouffe que dalle Je dis pas que ce que je fais est bien, je verrai avec le temps si ça tient ou pas. Mais en attendant, moi j'alimente tout le setup depuis l'ASiair pro et ça tient et ne chauffe pas. Si vous voulez être tranquilles, alors n'alimentez pas la caméra ni la monture depuis l'ASiair pro, sachez juste que moi je le fais depuis 6 mois et que tout va bien pour le moment Mais je vous invite à monter un fusible de 5A à l'entrée, comme ça vous êtes tranquilles.
  34. 4 points
    Ciel très moyen. Je psychote un peu sur la qualité optique du C8 mais finalement il montre un peu de détails.... Ciel très médiocre hier soir.
  35. 4 points
    nouvelle image du Chili... NGC – 6164 : Le système NGC6164-65 autour de l’étoile HD148937 fait encore l’objet d’études et tout ne semble encore pas fixé… NGC-6164 : NGC 6164 et NGC 6165 sont les deux plus brillants renflements de la nébuleuse bipolaire associé à hd 148937. La nébuleuse est très probablement liée à de faibles arcs de nébuleuse concentriques avec des rayons de 13' et 45'-65' autour de cette étoile. Superficiellement semblable à une nébuleuse planétaire, NGC 6164-5 est dans un objet inhabituel associé à une étoile inhabituelle. L’étonnante étoile centrale bleue, connue sous le nom de HD 148937, est le membre le plus brillant d’un triple système d’étoiles en orbite les unes autour des autres. Cette étoile extrêmement chaude perd continuellement de sa masse de ses couches extérieures, mais parfois des explosions plus puissantes donnent naissance à la nébuleuse symétrique éjectée en forme de coquille. L’âge réel de l’étoile n’est pas connu bien que les estimations de son âge varient d’un âge de séquence pré-principal de 350 000 ans à un âge plus évolué d’un à deux millions d’années. HD 148937 est un type particulier d’étoile avec des lignes d’émission exotiques (lignes d’émission de carbone (CIII) égales en force à l’azote (NIII)) et d’autres spectres particuliers indicatifs d’une perte de masse significative. Seules cinq étoiles de ce type sont connues pour exister, trois dans notre galaxie et deux dans le petit nuage de Magellan. Les deux numéros de catalogue, NGC 6164 et NGC 6165, désignent les coquilles nébuleuses comme des objets distincts. La nébuleuse se trouve à une distance d’environ 4 200 années-lumière. L’étoile magnétique HD 148937 est la seule étoile de type Of?p entouré d’une nébuleuse. La structure de cette nébuleuse est particulièrement complexe et se compose, à partir du centre vers l’extérieur, d’une nébuleuse d’éjecta bipolaire proche (NGC 6164/5), d’une coquille ellipsoïdale soufflée par le vent et d’une sphère sphérique symétrique de Strömgren. Le processus exact de formation de cette nébuleuse et sa relation précise avec l’évolution de l’étoile restent inconnus. L’image Hα affiche une nébuleuse ionisée bipolaire ou en forme de « 8 », tandis que les images infrarouges montrent que la poussière est plus concentrée autour de l’objet central. Les analyses combinées de la cinématique connue et des nouvelles abondances de la nébuleuse suggèrent soit une morphologie hélicoïdale pour la nébuleuse, éventuellement liée à la géométrie magnétique, soit l’apparition d’une fusion binaire. Trois étoiles de type O galactique appartiennent à la classe rare d’objets Of?p : HD 108, HD 191612 et HD 148937. HD 148937 est probablement un binaire spectroscopique à haute masse et double ligne. En combinant l’orbite spectroscopique avec une mesure interférométrique archivistique de la séparation apparente des composants de luminosité égale, nous concluons provisoirement que HD 148937 se compose de deux étoiles de type O avec des masses d’environ 34 et 49 M. Des spectres optiques ont été obtenus pour le halo filamentaire faible récemment découvert qui entoure à la fois l’étoile extrêmement jeune HD 148937 et la nébuleuse particulière en forme de S NGC 6164-65. Ce halo, interprété comme une bulle interstellaire générée par le vent, a un spectre qui semble résulter à la fois du chauffage par ondes de choc et de la photoionisation. Full et détails sur Astrobin : https://astrob.in/full/1ghoo5/0/ · FaceBook : https://www.facebook.com/Los-Calvos-Observatory-383526525524141 · Instagram : https://www.instagram.com/loscalvos.elsauce/ · Website :https://loscalvos-astrophotography.com/
  36. 4 points
    Bonjour, Hier, il y a eu un événement imprévu, le ciel était dégagé J'ai donc sorti le C8, pour du visuel, c'était superbe, à environs 350x, j'ai tenté un dessin mais pas terrible. Je suis donc allé chercher la caméra, une barlow et l'adc. D'après firecapture, je suis à 5,5m de focale. Voici un premier traitement rapide d'une des videos prises (23h45 heure locale): edit: Une un peu meilleure : Edit: Une dernière version:
  37. 3 points
    Hello, Les reworks se poursuivent au gré du rythme de la pluie sur la verrière.... ce coup-là c'est NGC7380 dans son bain cosmique de Ha. https://www.astrobin.com/0b0cj9/?nc=user CS Axel
  38. 3 points
    Si bien sur, pour certains d'entre nous, passer la nuit à l'Observatoire sera une possibilité. Y arriver en tout début de soirée, repartir après 6heures du matin. Mais il faut être un peu certain que le ciel sera dégagé durant une bonne partie de la nuit, sinon, se retrouver à 22h avec des nuages ne sera pas très sympa. Ensuite cette possibilité ne peut concerner que les personnes pouvant rentrer le matin, et dormir ensuite, ou celle qui sont prêtes à passer la nuit à observer... On sait que ne n'est pas la majorité des membres du club et que beaucoup viennent observer mais souhaitent rentrer autour de minuit, parce qu'ils travaillent, qu'ils sont fatigués, qu'ils ont d'autres responsabilités ou simplement ne sont pas fous d'astro au point d'y passer la nuit.... Ceux là ne seront pas en mesure de rejoindre l'Observatoire en ce moment... En outre se pose aussi la question du regroupement à l'Observatoire de plus de six personnes.... De même seront impossibles toutes les veillées liées aux interventions scolaires, qu'elles aient lieu dans l'établissement scolaire ou à l'Observatoire... Donc une période un peu triste qui n'est qu'une petite parcelle de ce que va vivre l'ensemble de la population...
  39. 3 points
    Merci Alhajoth En effet l'UHC prend souvent le pas sur l'OIII dans les avis qu'on peut lire en provenance d'outre-Atlantique. Ca dépend de ce qu'on recherche : esthétisme ou détails. L'UHC étant moins sélectif que l'OIII ou le H Beta il donne une image plus lumineuse et avec plus d'étoiles dans le champ. Pour moi qui dessine le critère n°1 est la quantité de détails et à ce jeu l'OIII est efficace. Parfois c'est plutôt l'UHC qui offre le plus de détails, soit parce qu'en étant moins sélectif il donne la possibilité de grossir plus l'image, soit que les détails dans l'hydrogène apportent un "plus" d'infos. Il faut vraiment essayer sur chaque objet. Parfois même, c'est sans filtre que l'image est la plus détaillée mais pour s'en rendre compte il faut dépasser la première impression. Par exemple, M27 est spectaculaire avec l'OIII dans le sens où elle sort très fortement du fond de ciel et elle prend un aspect très massif. On a alors tendance à considérer que M27 rend mieux avec l'OIII. Mais c'est sans filtre qu'elle montre le plus de filandres nuancés sur le "trognon", ils sont subtils et disparaissent avec un filtre. Comme quoi il faut tout essayer et prendre le temps d'observer en détail et pas se fier aux seules impressions immédiates.
  40. 3 points
    http://www.astrosurf.com/mad-mak/pages/observations.htm
  41. 3 points
    Salut, @m27trognondepommeavec pySiril, c'est carrément faisable...c'est attaché a ce post. Qu'est ce qu'il est pratique ce module 😉! Bon, y a aussi un peu du truandage de fichier .seq pour forcer a changer de référence a chaque nouveau stack individuel. J'ai pas trouvé comment faire sans. Utilisation: SoS.py (pour Stack of Stack) prend un .seq d'images non alignées en entrée et génère autant de stacks individuels qu'il y a d'images dans la séquence. Tous les stacks sont rangés dans un sousfolder SoS et le log est sauvé avec des fois qu'on veuille y jeter un oeil ensuite. Il ne reste plus qu'a faire l'alignement et le "stack de stack" a la fin. Avec quelle normalisation, quelle image de référence, j'ai pas encore réussi a trancher, c'est pour ça que c'est pas implémenté. Alors, j'ai tenté...c'est évidemment très long. Mais j'ai pas réussi a conclure quant a une quelconque amélioration. Pas que ça m’étonne franchement, mais bon, sans faire le test, c’était dur d’être sure du résultat. D'ailleurs, je suis pas encore sure non plus d'avoir donné toutes ses chances a la méthode. Avant de me lancer, j'ai quand même fait un alignement pour ne garder que les frames avec bonne FWHM/rondeur (<3",>0.9). J'ai stocké ces bons frames (97 tout de même!) dans un nouveau dossier, ouvert une fois avec Siril pour qu'il crée un .seq, lancé le script et suis allée me coucher. J'ai ensuite empilé ces stacks pour avoir un super stack et comparer au stack que j'avais eu la première fois (empilement une seule fois avec l'image de meilleure FWHM comme référence). Le bgnoise est meilleur sur le superstack mais j'ai pas l'impression que les niveaux soient identiques. J'ai aussi extrait les 100 etoiles les plus brillantes et trace leur A/B pour avoir une estimation du SNR et la, le super stack est moins bon qu'un stack individuel. Mais est-ce que c'est la bonne métrique? Faut-il faire de la réjection pour faire le super stack (les pixels déviants ont déjà été rejetés une fois a priori)? Quelle normalisation? Quelle est l'influence des paramètres d'empilement des stacks individuels (addnorm, rejection avec sigma a 3, normalisation du stack dans le script)? En plus, j'ai fait ça sur des images très particulières (avec le Optolong L-Extreme). Enfin bref, si d'autres ont envie de tester, cogiter et faire un retour... C. PS: C'est une version du script pas très aboutie ni très commentée. Il est très vivement recommandé de le lancer sur des copies de vos lights calibrés et pas non plus dans le folder de travail, même si a priori, ça ne doit rien casser. Et aussi, je force un chemin vers l'exe de Siril (la version dev dans mon cas) au début. Il faudra changer ça pour refléter votre set-up perso. SoS.zip
  42. 3 points
    Mon setup habituel : SW 200/1000 sur NEQ5 Goto, caméra ASI385 et barlow x2 :
  43. 3 points
    Hello, Je vous présente surement ma meilleure mosaïque lunaire depuis que je fais de l'astrophoto. Au C8 / asi290mm / IR642nm 35 tuiles assemblées avec ICE. Chaque tuile est un film SER de 1000 images, 30% conservées avec AS3. Traitement Astrosurface_NOVA Données d'acquisition: Camera=ZWO ASI290MM Filter=IR_642nm Profile=Moon Duration=12.313s Frames captured=1000 File type=SER ROI=1936x1096 FPS (avg.)=81 Shutter=1.253ms Gain=180 (30%) Histogramm=49% Sensor temperature=21.5°C Réglages dans Astrosurface_NOVA: Assez de technique, place à l'image: Double clic-clic pour se balader sur la full
  44. 3 points
    Un coucher de soleil sur Clavius (10/10/2020 avec le Meade 10") Beaucoup de buée sur la lame de fermeture...
  45. 3 points
    message reçu de vaonis. Bonjour Gaëtan, Merci d'avoir contacté Vaonis. Je vous confirme que ce site est une arnarque et nous l'avons déjà reporté. Merci pour votre bienveillance! Agnes Dailly Technical & Customer Support FR: +33 5 32 18 35 43 US: +1 855-399-0947 Our Kickstarter campaign for Vespera is now live! Click here for more info.
  46. 3 points
    Bonjour, voici 3 dessins de Jupiter faits à la FC-100 DF, par turbulence faible à très faible chaque fois, bonne transparence sans plus et avec la lune de plus en plus présente selon les dessins. Monts du Lyonnais 25/08/2020, FC-100 DF X 92 / X 148. Dessin laissé brut, très peu retouché informatiquement. Image relativement fine et ciselée malgré le vent (mais turbulence faible), disque blanc cassé et bandes gris chocolat. C'est toujours un régal de voir ce que nous réserve la Géante quand on s'y délecte à l'improviste, ici un satellite à l'ouest projetant son ombre sur le disque, et un autre juste à l'est (peut-être Io, teinte orange détectée et exagérée sur le dessin) Quel spectacle ! Deux jours plus tard, le 27/08/2020, même instrument et même grossissement. Le vent a laissé la place à plein de nuages, et la lune est gibbeuse. Je note l'image extrêmement fine et ciselée à 92 X, encore à 148 X mais alors un peu pâle. Les bandes sont brun clair plutôt que grise olive comme c'est parfois le cas. Même orientation que ci-dessus, je note en vision décalée de légères irrégularités dans les 2 petites bandes Nord. Les bandes équatoriales sont couvertes de nodosités dont ce gros ovale creux sur la NEB, et la présence des festons partant de la NEB ne fait aucun doute. il semblent rejoindre une ligne pâle inter-bandes. Je note une petite encoche à l'O sur la SEB. Et enfin, plus récemment, le 30/09 dernier, je me heurte à la difficulté d'observer le disque en somme peu contrasté dans des conditions nocturnes bien complètes, donc avec un disque très lumineux dans lequel se noient un peu les détails. Grâce à la turbu encore (très) faible, ces derniers sont bien là mais ardus à extraire. C'est pâle et peu contrasté. Au lieu d'avoir un disque beige très clair et des bandes brun - gris bien contrastées comme au crépuscule, voilà que le disque est bien jaune et que les bandes sont à peine bistre - olive pâle. Toutefois, l'image figée par fréquentes intermittences incite à prendre le crayon quand même. Les bandes sont encore bien détaillées et irrégulières, 3 festons pas difficiles partent de la NEB mais aussi 2 autres excroissances émergent de la SEB. Cette dernière est séparée tout du long par un bandeau quasi blanc. Et la bande sud est comme cassée en deux, avec une discontinuité. Les belles conditions ont ensuite montré une Saturne quasi photographique, ainsi que Mars telle que détaillée comme jamais à ce diamètre !
  47. 3 points
    dentelles cygne sur 3 nuits, 12,13 et14 septembre 15h de poses au total TS61/274 + asi1600 + filtre astrodon 3mm SHO : HOO :
  48. 3 points
    C'est à l'occasion de la résurection de l'hélioscope à miroir (cf.Astronomie solaire, éditions Axilone), une technologie des années trente, que nous avons tourné l'instrument vers a Lune. Quelle surprise ! Aussi, plus simplement, le banal hélioscope à prisme offre les mêmes avantages. Cette technique excelle dans l'exporation de la surface lunaire à la recherche des cratères à halo brillants (BHC) et des points brillants (BS). Elle reste également efficiente, quoiqu'à mon goût dans une moindre mesure, sur les points sombres (DS) et les cratères à halo sombres (DHC). Une autre piste, encore balbutiante, consiste à explorer les différentes nuances dans les couches de lave et peut être les dépressions ... Actuellement à la poursuite de ces détails, je n'hésite pas à mettre en oeuvre cette technique dès le cinquième jour. C'est stupéfient, la facilité avec laquelle on trouve alors même que les détails sont souvent absents des listes spécialisées : un véritable régal ! J'insiste , si notre satellite nous offre un accès aisé ce n'est pas une raison pour bâcler l'observation
  49. 3 points
    Bonjour à tous, Pour faire suite au Quintette de Stephan, voici le Groupe de Deer Lick (Groupe NGC7331, Caldwell C30) un groupe de galaxies situé également dans la constellation de Pégase. La galaxie principale NGC7331 est distante de 42 millions d'années-lumière et a un diamètre de 100 000 années-lumière. Les autres galaxies du groupe sont NGC7335, NGC7336, NGC7337, NGC7340. Ces galaxies sont situées à des distances respectives de 332, 365, 348, 294 millions d'années-lumière et sont donc beaucoup plus éloignées. Comme pour le Quintette, une cible qui nécessiterait plus de temps de pose... et un petit recadrage à 25% de pixels pour annotations : * Acquisitions : - Caméra ASI533, refroidissement activé (capteur à -15°C), gain 100. 40 images de 5min, toutes les images retenues (soit 3h20min de pose). Nuit du 13 au 14 septembre. Logiciel d'acquisition : Sharpcap * Optique : - Télescope Celestron C11 avec réducteur à 1900 mm de focale (mesure astrométrique). Pare-buée et résistance chauffante. Filtre Baader Neodymium. * Monture : - AZ-EQ6, Autoguidage par diviseur optique ZWO, caméra GPCAM2 IMX224. Logiciel : PHD2 Guiding * Prétraitements : - Alignement et empilement (moyenne additive + mise à l'échelle + rejet Winsorized sigma clipping) de 40 images (100% des images) avec masters dark, offset, flat (11 darks, 100 offsets, 100 flats). Logiciel : Siril * Traitements : - Extraction du gradient. Étalonnage des couleurs par photométrie. Transformation de l'histogramme. - Masque de fusion : transformation de l'histogramme avec plus de basses lumières. - Réglage des tons foncés / tons clairs. - Réduction du bruit chromatique. - Masque de fusion : traitement par ondelettes. - Ajustement des niveaux. Correction gamma. Saturation. - Masque de fusion : contraste. - Logiciels : Siril, CS2 * Lieu : - Vauréal (Cergy-Pontoise, 95) Plus d'informations et image plus résolue sur mon site personnel à la page : http://encelade18.free.fr/photos/NGC7331.html
  50. 3 points
    Voici un post de mise à jour, le 21.11.2019, après presque 2 ans d'utilisation. Dieu que le temps passe vite. 1.Retour et ajouts de confort / améliorations suite aux deux années passées avec cet UL14 2. Le Goto 3. Le visuel assisté 4. L'alimentation 5. 2ème bilan 1. Retour et ajouts de confort / améliorations suite aux deux années passées avec cet UL14 Le premier ajout effectué se situe au niveau de la boîte du primaire. J'ai décidé d'isoler le primaire de la lumière. Mon site de montagne étant bien noir, pas de problème de côté là, mais parfois je fais aussi des observations depuis mon balcon et j'avais remarqué une perte significative de contraste en visuel que je n'arrivai pas à imputer à la pollution lumineuse du ciel seule. J'ai donc isolé complètement la boîte du primaire à l'aide de plaques (Plastique Polychlorure de Vinyle 3mm d'épaisseur, c'est rigide et super léger je les utilise pour fabriquer des pièces en modélisme), sur les côtés et aussi le fond: Côtés: Fond: J'ai très peu d'outils sous la main malheureusement, alors j'ai fait avec les moyens du bords, c'est souvent pas très joli, mais c'est parfaitement fonctionnel. J'ai découpé les panneaux au scalpel et fixé le tout avec de la colle à chaud. Puis finalement recouvert avec du gros scotch "tressé". La manipulation m'a apporté un gain en contraste visible à l'oculaire sur mon balcon. Aucune différence en montagne. Le deuxième ajout a été de corriger un poil la position du secondaire afin que celui-ci repose mieux sur le rebord de son support. J'ai ajouté des rondelles entre la partie cylindrique et le support à chaque point de fixation pour élargir légèrement le diamètre de la partie cylindrique : Afin que le secondaire repose mieux sur le rebord intérieur: Je n'ai vu absolument aucune différence en visuelle avant et après cette manipulation. Le fait que le secondaire ne repose pas exactement sur son rebord me dérangeait, je me demandais aussi si cela impactait les performances en visuel. Visiblement ce fut une modification inutile. Au niveau des mouvements de la monture je n'ai quasi rien eu a faire. Les mouvements sont toujours "souple", rien ne "colle" après bien des sorties, rien ne s'est dévissé ou n'est tombé. J'ai juste remarqué que du côté droit, en fonction de l'inclinaison du télescope, le cerceau (hache?) frottait un peu contre la parois de la boîte du primaire. Rien de grave, mais la pensée du métal frottant contre du métal me turlupinait. Ce fut réglé en 30s avec un petit morceau de téflon: et pour @yannick78 voici 2 photos du "tourillon est en 2 morceaux " Vue du dessous: J'ai dévissé les 2 vis que tu vois sur la photo, avec la courbure du téflon les 2 pièces se sont parfaitement positionnées et ensuite j'ai revissé le tout. Le mouvement est absolument sans à-coup à la jonction. Je confirme ce que j'avais dit dans mon premier post, la qualité des mouvements, le fait que lors de la collimation c'est tout la boîte du primaire qui s'aligne, la tenue de la collimation, la qualité du métal tout cela fait que c'est vraiment de la bonne mécanique pour le prix. Je suis entièrement satisfait sur ce point là. Dans mon premier post, je parlais d'un soucis de vibrations que je devais résoudre. L'ajout suivant y remédia. 2. Le Goto J'ai décidé de faire l'upgrade pour plusieurs raisons: -Le système push-to que j'utilisais m'a vraiment ouvert les yeux sur le confort d'utilisation de ce genre de système. -Je n'étais pas complètement satisfait de ma table équatoriale "entrée de gamme" , son bruit lors de l'utilisation, la durée du suivi et le fait d'avoir un gros élément en plus à transporter. -Je me suis débarrassé, grâce à mon push-to, d'une philosophie qui au final n'était pas la mienne et que j'avais tenté d’appliquer avec mon ES 300, celle du Dob qui "se doit" d'être manuel pour en tirer la quintessence de sa facilité d'utilisation. Au final le seul ajout dans les étapes d'utilisation, comme nous allons le voir, c'est de brancher 2 câbles et de pointer le nord céleste. C'est tout. J'ai passé commande et une semaine plus tard je recevais le kit Goto pour mon UL14 (c'est le kit de Hubble Optics). Il comprend: -Les deux moteurs ainsi que leurs encodeurs -Un Sitech servo contrôleur I (sideral technology) -Un 2ème jeu d'encodeurs (pour ne pas perdre la position du télescope lorsque l'on débraye en manuel et aussi pour Skysafari) -Des kilomètres de câbles divers... -diverses pièces de fixations -Une raquette de commande -Un transfo 24V -J'ai demandé un upgrade des encodeurs, 10'000 pas d'origine, par des 40'000 pas, directement sur le site de Hubble Optics. Voici des photos du système une fois installé: Le moteur Alt (encodeurs intégrés) et son système de débrayage: Surtout bien faire attention à enrouler le câble correctement: Le moteur Az (encodeurs intégrés): Et son système de débrayage: Les deux axes sont donc débrayables. Cela permet de passer à volonté du suivi manuel et de récupérer le suivi et le Goto en embrayant à nouveau. Très confortable à l'utilisation. Ce mode nécessite la configuration du contrôleur en mode "Drag 'n' Track" via le PC et un programme dédié (ServoConfig livré avec le système). IMPORTANT Le tout rajoute 2.5 kg à la structure et le télescope doit être parfaitement équilibré avant l'installation et la mise en oeuvre du Goto. J'ai fait passer tous les câbles à l'intérieur de la structure, colle à chaud pour les maintenir au fond, et scotch "tressé" par dessus pour que rien ne dépasse. J'ai aussi fait passer les câbles pour la caméra et l'EAF (autofocus) le long d'un des tubes serruriers avec la connectique en bout de course pour facilité le démontage. Les câbles restent à demeure sur le tube et se connectent à chaque extrémités en fonctions des besoins. Cela ne change donc pas mes habitudes de montage et c'étais le but. Un aperçu: Comme je n'utilise plus la table équatoriale en dessous, j'ai surélevé les pieds de quelques cm pour avoir l’œil qui tombe pile poile sur le P.O au zénith. La jupe s’installe sans problèmes par dessus le tout, rien ne dépasse ni n’empiète sur le primaire, c'est nickel. Voici une photo du contrôleur (le boitier noir avec les câbles) avant que je finalise l'installation. On y voit aussi la raquette de commande sur le couvercle du primaire: L'installation en elle-même fut facile, la structure de base de l'UL14 étant déjà percée afin de recevoir un futur Goto (sur la dernière générations uniquement) . Le manuel d'installation (seul l'anglais est disponible) http://www.hubbleoptics.com/systems_documentation/Hubble GOTO Installation Instruction-10-04-2017.pdf Ainsi que le manuel (démarrage rapide) du servo contrôleur (en anglais): http://www.hubbleoptics.com/systems_documentation/UL-SitechManual-04-11-2017.pdf Et pour bien démarrer, le manuel complet de servo contrôleur (toujours en anglais): http://siderealtechnology.com/OperationsManual.pdf La partie software m'a posé un peu plus de problème. Il fallait configurer le contrôleur via un logiciel sur PC lors de la toute première initialisation, en connectant ce dernier via un câble serial rs232 / USB. Je ne sais pas si cela vient de mon Windows 10 ou d'autre chose, mais il s'est avéré que ce dernier ne disposait pas de base des pilotes pour reconnaître le rs232/USB... Au cas où, ces pilotes m'ont permis de résoudre le problème: pl2303 driver http://www.prolific.com.tw/US/ShowProduct.aspx?p_id=225&pcid=41 Le logiciel de configuration demande de rentrer des voltages, des infos concernant le nombre de pas et le type d'encodeurs utilisé, un outil afin de connaitre le nombre de pas exact des encodeurs, la mesure et gestion du backlash, longitude, latitude, et encore beaucoup d'autres infos lors de la toute première utilisation, connexion à un PC obligatoire. Le première fois demande aussi de mémoriser la position du télescope au Zénith dans la mémoire flash du contrôleur à l'aide de la raquette de commande. Un niveau à bulle digital m'a grandement facilité la tâche. J'y ai passé quelques soirées pour me documenter et comprendre le tout. Par forcément facile pour un néophyte. J'ai donc découvert un outil vraiment très puissant au niveau des scriptes de déplacement, pour par ex suivre le terminateur lunaire au Goto. À la bino les mains dans les poches c'est super chouette. Je ne vais pas m'étendre plus que cela là dessus, même s'il y a beaucoup à dire. Je me suis fait facile dans les 400-500 pages de documentation sur ce contrôleur, pas pour comprendre une utilisation de base entendons-nous bien, mais pour découvrir un pan entier du hobby qui m'était inconnu. Je ne saurais comparer à d'autre systèmes (Argo Navis, Sky Commander me viennent en tête) que je n'ai pas eu l'occasion d'essayer, mais voici ce que le SiTech controller I permet de faire facilement une fois le NCP pointé et le système enclenché: À choix: - Contrôlé avec un PC et logiciel propriétaire (SiTech) dédié fournis avec le système (Ascom est supporté pour les logiciels tiers) Ou - Contrôlé via la raquette de commande, une fois le NCP initialisé Et/Ou - Contrôlé nativement via Skysafari 6.0 sur Android ou IOS via Bluetooth ou wifi, une fois le NCP initialisé Utilisations: - Passer à volonté d'un mouvement manuel sur les 2 axes au suivi + Goto - Il y a un port pour gérer l'autoguidage Un truc que j'ai trouvé sympa dans la doc, apparemment il est possible d'ajouter une paire d'encodeurs afin de mesurer les différences entre les pas de chaque encodeur relativement à la première paire. Ceci aurait pour effet de multiplier virtuellement le nombre de pas à plusieurs millions. Sur le papier l'idée m'a parue bien vue. Sur le terrain: J'installe mon télescope comme d'habitude (cf. mon premier post), je vise manuellement le NCP, j'actionne les 2 clutch du Goto, je branche 2 câbles (12V et 24V) sur ma batterie et voilà. Le système est initialisé pour la nuit, le suivi est fonctionnel. J'ai fait le choix d'une tablette avec Skysafari via Bluetooth (j'avais besoin du Wifi pour l'ASIair) comme moyen de contrôle. Skysafari et la raquette permettent le déplacement de la monture à des vitesses différentes et paramétrables (recherche, Goto, affinage) et le Goto directement via la carte sur Skysafari. C'est super simple à utiliser et me permet de faire tout ce que je souhaite (en fonction mes humbles besoins d'aujourd'hui). Planification de soirée, petite ballade au Goto à la carte. Contrôle du Goto via Skysafari 6.0, les flèches sur les côtés de l'écran contrôlent le télescope à la manière de la raquette dont je ne me sert plus, en plus de la fonction Goto: J'utilise toujours le même genre de filtre sur l'écran, mentionné dans mon premier post, pour préserver ma vision nocturne. En utilisation purement visuelle le Goto est peut être un luxe un peu coûteux (pas loin de 1500 CHF, je n'avais pas encore mentionné le prix tiens...), mais quel confort. Lors du suivi je n'entends pas un bruit, le Goto à pleine vitesse lui s'entend légèrement, mais quand même moins que ma table équatoriale. Le suivi sur la nuit entière, l'observation les mains dans les poches, rester plus de 2h l’œil à l’oculaire sans se soucier d'autre chose, quitter ledit oculaire 20 min pour (parfois) fumer une clope et retrouver sa cible dans ce dernier à son retour, je découvre et j'apprécie grandement. À noter: Le fait de débrayer pour passer en manuel n'a aucun impact sur la fluidité des mouvements en Az. Mais en Alt le mouvement est un peu plus dur à cause du câble tendu du Goto. C'est l'équivalent du mouvement que j'avais avant le Goto mais avec l'utilisation du petit frein (cf. 1er post). Je passe de moins en moins de temps en manuel à vrai dire. Le fait d'avoir le choix manuel / Goto me plaisait au début, mais à l'utilisation je trouve le Goto vraiment top. À noter aussi: Mon problème de vibrations évoqué dans mon premier post dans les points négatifs a disparu avec l'installation du Goto. J'ai l'impression que le Goto a rigidifié un poil la structure du télescope, je ne saurai mieux l'expliquer. Ou alors c'est le fait que je ne touche plus du tout au télescope une fois l’oculaire installé... Important: Le manuel conseil de ne pas descendre en dessous de 19V pour alimenter le Goto, sinon des problèmes de suivi apparaissent, d'où le transfo 24V avec la batterie de 12V. 3. Le visuel assisté Tout les ajouts de confort ayant été pensés et réalisés jusqu'à ce stade il ne restait plus qu'à ajouter l'option "photo souvenir". Le choix de ce dobson était (et est toujours) pour moi une question de facilité, de transportabilité grâce à un volume et un poids réduit, le tout sans trop de sacrifice au niveau du diamètre. C'est maintenant un 355mm Goto de 26kg (batterie comprise), c'est loin d'être vilain et correspond à mes attentes et besoins pour du nomade sans prises de tête. Un vrai setup d'astrophoto ne me tentait pas car ne pouvant transporter ce dernier en plus du dobson, c'était soit l'un soit l'autre. Et ça je ne le souhaitais pas. Quoiqu'il arrive je voulais avoir mon setup visuel sous la main en toutes occasions. Mais j'aurais quand même souhaiter pouvoir faire quelque chose dans le style de photos souvenir de mes sessions. Et donc il y a de cela quelque mois je suis tombé sur une section de ce forum nommée visuel assisté: https://www.webastro.net/forums/forum/130-observation-en-visuel-assisté/ et après avoir bien lu les conseils prodigués, je me suis aperçu que cela pouvait remplir le rôle de "photos souvenir". Mon choix c'est donc porté sur le module ASIair de Zwo qui permet de centraliser le contrôle de la monture, d'une caméra Zwo 385MC, et du moteur de mise au point EAF. Le tout passe par le logiciel de Zwo tournant sur tablette via une connexion Wifi. Ce petit boitier colle parfaitement avec mon envie de simplicité et de confort. Toute la partie imagerie est gérée facilement par un seul et unique petit boitier, un seul et unique logiciel, le tout pilotable une fois de plus avec ma tablette . Un sujet dans le forum VA en parle très bien. Le boitier ASIair et le cache câble, fait maison, juste dessous (qui contient encore 2 câbles d'alim 12V pour un ajout de matos plus tard) sont fixés à l'aide de velcros: La caméra et le moteur de mise au point: Comme vous le voyez le tout est vraiment léger et peu encombrant. Voici la caméra utilisée ASI ZWO 385MC avec un réducteur de focal TS 0.5x, insérée tel quel dans le P.O.: L'EAF de ZWO, le troisième câble sur la droite c'est la sonde de température qui peut être remplacée par une raquette de commande (fournie) pour la mise au point (un peu du même style que j'utilisais avant cf. ma mallette sur le 1er post) si l'on veut juste faire du visuel: Le tout vu du dessous, à gauche du P.O c'est mon passe filtre: Le contrôle de tout ceci étant fait via le soft propriétaire de Zwo tournant aussi sur ma tablette en parallèle de Skysafari: Et voici un exemple de photos souvenir: M27 avant le Goto et mon tout premier essai en VA M22 avant le Goto: M27 après Goto et un peu plus d’expérience de ma part avec le matériel: NGC 7331 après le Goto et un peu plus d’expérience de ma part avec le matériel: Nous sommes bien d'accord, c'est très loin des belles photos astro vue ici même, ce n'est pas le même monde, ni dans les moyens employés, ni dans l'approche, mais cela illustre un peu ce que j'attendais d'une photo souvenir. Alors oui cela me donne envie d'aller plus loin, de pousser encore le tout, mais ce sera pour plus tard. Je suis déjà très content avec tout ceci. 4. L'alimentation Le dernier point qui m'a demandé réflexion. Comment alimenter le tout sans augmenter de manière significative le poids du matériel à transporter? Au final j'ai choisi ce type de batterie commandée sur Aliexpress pour 60 USD: https://www.aliexpress.com/item/33026311087.html?spm=2114.search0302.3.8.40492f25H61lrB&ws_ab_test=searchweb0_0,searchweb201602_0,searchweb201603_0,ppcSwitch_0&algo_pvid=c4c467e4-79d4-4ee9-8836-4c1bdfbac985&algo_expid=c4c467e4-79d4-4ee9-8836-4c1bdfbac985-1 C'est une batterie Li-on 12.6V à base de 36 accus de type 18650, BMS, d'une capacité de 30Ah et d'un poids de 1.8Kg. Les 30Ah me suffisent largement pour alimenter le Goto (en 24V), l'ASIair (en 12V), une 385MC sans refroidissement et l'EAF (en 12V) durant une nuit et plus. Il y aura surement un module pelletier sur une nouvelle caméra à alimenter un jour lorsque les finances et l'expérience le permettront et les 30Ah devraient, je l'espère, toujours suffire. Le vrai test se fera cet hiver et j'éditerai ce post pour vous parler de la tenue de la charge à basse température. Pour l'instant sur mon balcon cela tient bien la nuit (21h00-04h00) avec le matériel que j'utilise et du rab pour la nuit suivante. Un aperçu de la taille de la batterie, du transfo 24V (livré avec le Goto) et d'un petit Vu mètre que j'ai ajouté pour m’indiquer la charge restante: Une fois le tout fini et en place, on voit aussi le contrôleur (et son émetteur bluetooth, du même genre que Skyfi, à droite) et le transfo tous deux tenus par un velcro: La batterie et le Vu mètre: Vue d'ensemble: Je débranche la batterie et la sort du boitier pour la recharger. Niveau poids le tout fait maintenant 26 kg, pour un 355mm en Goto je crois que c'est plutôt correct. Enfin pour moi c'est parfait. Toujours le même volume réduit pour le transport, malgré tous les ajouts il reste plus léger que mon ancien ES 300 (32 kg). Le tout pilotable en manuel ou au chaud dans son lit à distance, au choix 🙂 5. 2ème bilan C'est un télescope vraiment versatile à ce point et facile d'installation / d'utilisation seul en nomade. Dont voici pour moi les avantages principaux aujourd'hui: - Un 355mm à F/D 4.6 dans un volume vraiment contenu - Utilisation Goto et/ou manuelle - Le Goto + skysafari c'est franchement top. Super simple d'utilisation et étourdissant de possibilités. En prenant en compte que j'ai remplacé le P.O d'origine par un Feathertouch ultra light et low profile (Cf mon 1er post) - Permet la mise au point en bino grâce à la distance de la cage du secondaire réglable. - Permet aussi la mise au point et l'utilisation d'une Zwo (caméra de style non bâton) avec réducteur de focal 0.5x Ts directement dans le P.O. pour la VA, grâce à la distance de la cage du secondaire réglable. - supporte sans broncher un ethos 21+ paracorr type II + passe filtre - Supporte sans broncher une bino Denk II + 2 occulaires Denk 14mm + passe filtre. - Mouvement de la monture, acquisition d'images et mise au point commandés directement sur ma tablette - ou mouvement uniquement commandés via la raquette ou tablette - Poids total (batterie comprise) = 26 kg. - Le fait de pouvoir sur un coup de tête changer d'avis en cour de soirée et passer du visuel en mono ou bino au VA et photo souvenir en un rien de temps et super simplement. On m'a demandé à plusieurs reprises des infos sur la qualité du miroir. Je vais développer un peu ce que j'ai dit dans mon premier post mais ma réponse va certainement vous décevoir. La seule chose que je peux vous dire c'est une fois de plus que le miroir que j'ai eu est supérieur à celui de mon ancien ES 300. Je ne saurai quantifier la différence due à la différence de diamètres 355mm Vs 300mm et ayant vendu mon ES 300 il y presque 2 ans, je ne saurais vous en dire plus là dessus. M51 est superbe dedans même en milieu urbain, 2 fois j'ai pu observer saturne à 700x et l'image était vraiment superbe, pas pâteuse, durant de brefs instants. Les plus grosses différences entre l'ES 300 et l'UL 14 dans mes souvenirs, je les ai vue dans les amas globulaires. M13, M22, M4, là c'était flagrant, plus d'étoiles, plus piquées , l'image, à couper au couteau, était vraiment un cran visible au dessus dans l'UL (mais de nouveau je ne saurais quantifier l'apport de 50mm sur le diamètre). En CP en montagne je suis régulièrement et confortablement entre 400x et 700x suivant les cibles. Le coeur de M42 à 500x et avec un filtre H-beta m'a laissé un beau souvenir. Je ne saurais vraiment vous quantifier la qualité du miroir, juste réaffirmer qu'il est meilleur que celui de mon ancien ES 300, et qu'il me permet de faire ce que j'ai décrit plus haut. Je vous laisse seul savoir si cela est mauvais/suffisant/étonnant pour de l'industriel. Personnellement j'en suis très satisfait. J'aime à croire que je suis bien tombé mais je ne saurais en aucun cas vous dire si la qualité est systématique... Pour la mise en température, je n'ai jamais vraiment mesuré quoique ce soit. Je n'utilise pas de ventilateur ou autre système. Je sort mon télescope toujours 1 heure avant et l'image est toujours belle à l'oculaire. Un truc étrange c'est passé une fois, entre 30 et 45min (vieux souvenir) après avoir mis le dobson sur mon balcon, j'ai jeté un coup d’œil à l'oculaire et l'image, sans être floue, n'était pas aussi claire que d'habitude. Puis au bout de quelques instants, j'ai cru voir comme une vague passer sur la totalité du champ, déformant la vue, puis comme si la vague disparaissait doucement, l'image c'est figée et est redevenue nette et précise comme ce que j'ai l'habitude de voir. C'était étrange et je n'ai plus jamais expérimenté ce phénomène depuis. Je suis satisfait de ce télescope au point d'avoir fait le choix "d'investir" temps et argent dedans car, de mon point de vue, sa qualité justifie le fait de vouloir en tirer le meilleur. Un UL16 (400mm) aurait été trop lourd pour moi et si c'était à refaire je ferais exactement le même choix. Aujourd'hui il répond à toutes mes attentes et ne me donne absolument pas le sentiment d'avoir besoin de plus ou de mieux. Et si un jour je me retrouve avec le budget et la place pour un post fixe (on peut rêver), je partirai sans hésiter sur un plus gros diamètre toujours chez Hubble Optics et toujours en Goto. J'insiste une dernière fois sur le fait que c'est un avis personnel, que je n'ai jamais regardé dans un miroir d’artisan et que je n'ai pour comparaison que mon ancien ES300 génération I. Que ce post ne concerne que mon propre télescope, que je n'ai jamais essayé d'autre Hubble Optics et donc que je n'ai pas la moindre idée si la qualité est systématique. Je noterai toutefois que lors de mes recherches pour l'achat, autant sur les forums francophone qu'anglophone les rares avis que j'ai trouvé sur la mécanique ou les miroirs avait tous 2 points communs: Ils étaient pour la plupart négatifs et aussi relativement datés (quelques années quand même).. Tous les défauts relevés à l'époque sur la partie mécanique, avec en tête, un à-coup à la jonction des 2 morceaux des haches, le mouvement en Az trop fluide, ont été résolus sur la dernière génération d'UL de mon point de vue (et apparemment c'est aussi le point de vue de la personne de la vidéo que j'ai postée un peu plus loin dans le sujet, un autre rare avis récent) . Peut être un indice sur le côté systématique de la qualité, et l'écoute des demandes des clients, tout du moins concernant la partie mécanique. J'ai conscience que je dis beaucoup de bien de ce produit au final mais croyez moi quand je vous dis que je le fais de manière la plus objective possible et sans aucune malveillance, intérêt ou arrières pensées quelconques, et comme il n'y a pas vraiment d'avis récent sur ce matériel pour le confirmer ou l'infirmer, bah ce sujet vaut ce qu'il vaut ...mais il a le mérite d'être là 🙂 En bonus revoici ma mallette qui n'a pas beaucoup changée en 2 ans Sous la raquette de l'EAF, j'a mis 3 jeux de piles de rechange pour mes lasers (colim et pointage), ainsi qu'un jeu de clé Allen au cas oû. En plein milieu j'y ai mis mon lenspen, et sous la powermate x5 j'ai un laser de rechange au cas ou... Voila je vais m’arrêter là, comme il y 2 ans, j'ai essayé d'être le plus complet possible dans le but de prévenir des futures questions. Et comme la dernière fois, s'il vous reste des questions auxquelles ce sujet ne réponds pas, n'hésitez pas à les poser ici même et je vous répondrai volontiers si je le peux. Cordialement, Fabien
This leaderboard is set to Paris/GMT+01:00
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.