Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu le plus aimé depuis le 19/05/2018 dans toutes les zones

  1. 8 points
    Ha les amis, ké périple !!!! De retour hier vers minuit à la maison, la tête ce matin bien dans l’cul, la tête bouillonnante de souvenirs encore bien frais. Un seul mot : sublime ! Sublime malgré quelques micros bémols qui auraient magnifié davantage ce séjour s’ils avaient pu être évités, à savoir : - Cette date décalée pour cause de tarif aérien excessif qui nous fit perdre 1 à 2 jours précieux à La Palma, - Et donc un planning perfectible de notre semaine où aurait pu être mis à profit une journée « découverte » du sud de l’ile. Mais pour le reste, je trouve qu’on a fait carton plein : - Un lieu d’hébergement quasi parfait, à 40mn des coupoles, et surtout à 20mn d’un nouveau spot dont il sera question ensuite. Seul manquait une cuisine et un coin salon, histoire de se poser la fesse et de se faire la popote. Cela étant, de la popote n’en eûmes que rarement l’occasion, occupé que nous étions soit à honorer un resto local pour le midi, soit à casse-crouter au sommet en attendant la nuit, soit au p’tit dej-midi après une nuit bien tardive. - L’immense plaisir de retrouver le Fabrice, l’un des coauteurs du bouquin astrodessin, avec qui nous partageâmes de bien beaux moments. Avec sa dame, il est désormais installé dans une bien coquette maison à flanc de montagne, avec vue imprenable sur l’Océan ouest, dans une nature assez exubérante. Il y a installé son T600 qui bénéficie ainsi d’un emplacement remarquable, généralement au-dessus de la couche d’inversion et avec une visibilité intéressante au sud. Si l’envie vous en prenait, il fait gite astro, et je le recommande chaudement ! - Les visites de 3 observatoires au sommet : le Mercator, « petit » télescope bien sympa dédié à de la belle spectro, le SST guidé par une charmante suédoise dont le Cyrillounet ne resta point insensible. Elle nous fit découvrir cette tour solaire avec sa salle des commandes où besognaient 2 astrophysiciens patibulaires, son labo obscur où la lumière était analysée sous de multiples aspects, et surtout cette montée vertigineuse sur la plateforme sommitale avec un héliostat de belle facture et une vue imprenable sur la Roque de Muchachos. Mais que dire de la visite du GranTeCan si ce n’est qu’on a touché au merveilleux, à la démesure ! Une visite bien détaillée du plus grand télescope européen sur les travaux étonnants en cours du fait de l’incroyable puissance des 10 mètres d’ouverture et sur le gigantisme de la structure elle-même. Une esthétique de ferraille triangulée remarquable pour cette étrange surface optique segmentée desservant pas moins de 6 foyers distincts sous un dôme métallique monumental. - Des nuits d’observation au sommet aux caractères variés. La p’tite plateforme que jadis nous occupions au bord de la route est désormais inaccessible et il y a fallu faire avec les rares autres possibilités du site. La première sur une mini terrasse en travaux avec pelleteuse et container au pied du Herschel, ma foi pas trop mal, la suivante sur une micro aire de stationnement où stationnait pour une durée indéterminée un semi-remorque huileux, la troisième assez pénible sur le chantier de ce qui deviendra un truc touristique astronomique, pénible à cause d’un vent autant présent que perpétuel que donc pénible. La quatrième fut la révélation de la semaine, spot révélé par l’ami Fabrice. De là où nous créchions à Puntagorda, une petite route taille droit dans la pente et grimpe ainsi jusqu’au sommet en ligne quasi droite dont un théorème chinois dit avec justesse que c’est le plus court chemin pour se rendre à destination et que l’on y vomit d’autant moins. Ainsi, autant dire que ça grimpe fort, voir très fort. Une erreur de parcours à travers les vignes en terrasse nous mit dans l’impossibilité d’aller plus loin, les roues refusant d’adhérer sur l’étroite piste scabreuse. Ce point dur contourné nous permit d’accéder à un point de vue remarquable, bien que n’étant pas arrivés tout à fait au sommet, avec le confort inégalable de l’absence totale de vent. Par bonheur, nous eûmes le privilège de deux nuits exceptionnelles où les observations de haut vol s’enchainaient guillerettement dans la joie et l’allégresse. Le dossier de dessin s’en trouva subitement bien gonflé avec de la galaxie à foison et du Jupiter honorable. Seule la dernière nuit sur la route du retour ne nous enthousiasma point, peut-être un brin de fatigue ou de lassitude, mais aussi et surtout à cause de ce satané vent qui rendait l’observation vraiment pénible, voire impossible. Dommage car on avait trouvé un spot sur un escarpement dominant la Caldera Taburiente vraiment exceptionnel. Lors de la sieste vautré sur un rocher plat, j’entendais les sifflement des martinets fendant l’air lors de leurs acrobaties en raz motte. Mais le soir venu, le vent s’y installa au point de nous en faire déguerpir et de nous obliger à nous retrancher sur le bord de la route en contrebas. Ce vent et les visites matinales des couples nous fit écourter la majorité des nuits d’observations – toutefois bien au-delà de minuit. Cependant, je retiendrais 2 nuits quasi pleines exceptionnelles, enchainant plus de huit heures d’affilées ininterrompues d’observations poussées. - On a noté des SQM de 22.25 au zénith !!! avec une Voie Lactée superbement structurée, un airglow bien présent sur l’horizon nord et une lumière zodiacale affirmée à l’ouest. Mais ce chiffre phénoménal est à analyser plus finement, la transparence étant un chouya perfectible, attestée par la présence d’un très discret mini halo solaire arc-en-ciel, d’un bleu de ciel pas si profond que ça, et d’une zone très légèrement brumeuse au-dessus de la couche d’inversion. Tout cela conforte l’idée qu’un SQM parfait se situe vers les 21.7, 21.8, les chiffres supérieurs témoignant d’un zeste d’opacité. En tout cas, ces conditions exceptionnelles et quasi parfaites nous offrirent un festival galactique de haut vol et le cul du Lion fut copieusement labouré. Bien que pas dessiné, j’ai vraiment apprécié l’observation des piliers de la création sur M16, dont la structure complexe par instant se dévoilait discrètement, mais cependant de façon certaine. - Pour l’anecdote, après la visite du SST, l’on imaginait vivre LA nuit de rêve, la charmante guide évoquant la possibilité d’observer au pied de l’observatoire au beau milieu des coupoles et au bord des remparts vertigineux de la caldera. On imaginait déjà les prises de vue nocturnes magnifiées par ce paysage fantastique. C’est ainsi que confiant, l’on s’y installa, déballant le matériel, se reposant pour une sieste réparatrice, puis se gargarisant d’un mémorable apéro dans la lumière rosée du couchant. C’est alors que débarqua un Pépito un peu nerveux – quoique sympathique – nous intimant gentiment l’ordre de déguerpir de la zone de l’observatoire de la Roque. Caramba et consternation, c’est ainsi que l’on se retrouva sur l’esplanade du chantier susmentionné, à mille lieues du paradis que nous escomptions vivre. - N’oublions surtout pas ces apéros au sommet, l’un des moments les plus fameux du périple avec une vue imprenable sur le couchant, bien au-dessus de la couche nuageuse. Dans la douceur de la fin de journée, nous remplissons les godets d’un bon rhum –et de jus de pomme pour Alexandre. C’est alors que les boites de calamars à l’encre ou à l’escabèche sont décapsulées, que le contenu goûtu est tartiné généreusement sur le pain, que le fromage local est tranché, le jamon iberico religieusement dégusté. La caisse du télescope désormais témoigne par ces traces indélébiles de ces agapes huileux. C’est- alors que majestueuse tombe la nuit, c’est alors qu’un à un brillent les astres de ladite nuit, c’est alors le moment venu de nous emmitoufler dans nos douillettes doudounes, c’est désormais le moment de se jeter goulûment sur l’oculaire pour de l’observation hors norme. - Ya eu de l’image avec des time-lapse prometteurs et de la vidéo dont on attend avec impatience la sortie d’un moyen métrage évocateur de cette mémorable semaine. - Ya eu quelques authentiques restos, l’un sur le port où l’on ressortait la bedaine joliment rebondie et les doigts encore graisseux des poulpes, calamars et éperlans frits engloutis, l’autre repu de la paella ou du poisson du jour, des moules tigres arrosées d’une bière locale bien agréable, ou ce tout premier à Ténérife où l’on ne s’entendait plus brailler tant la tablée voisine d’un groupe de copines fêtait joyeusement l’anniversaire de l’une d’entre elles alors qu’on dégustait du cochon à la sauce aux champignons et du fromage poêlé arrosé de pesto. - Pi ya eu l’opportunité de grimper sur le pic du Teide et découvrir ce paysage volcanique stupéfiant, en imaginant le Fred installé avec son télescope derrière le Parador lors de son dernier séjour ici-même. - Pi vraiment, on a passé un bien bon moment partagé ensemble à la mode MAGNITUDE 78. De tout cela, il est assuré qu’on y reviendra, fort de ce nouveau point d’observation de grande qualité rapidement accessible, avec des possibilités d’hébergement et de restauration au plus près, de profiter de la présence de Fabrice, en gérant mieux le planning de la semaine des vols et des visites des observatoires pour y intégrer quelques virées au bord de mer ou au sud de l’ile. Dediou, que ce fut bon !!!! mais sans tarder, série Jupiter avec quelques transit : et voila le suivant, Grand classique, M57, mais dont la perception des teintes m'ont comblées de joie, au point de prendre le crayon en toute fin de nuit, après un copieux safari galactique. Juste de la vision directe, sans filtre, et dessiné en négatif couleur. Ensuite la magie du passage en négatif, je ne m'en lasse jamais : Et pi un p'tit bidule tordu, cette nébuleuse planétaire qui montre que c’est probablement complexe : Plus délicat, Abel 39 sorti récemment de son trou où elle sommeillait grâce à l’article d’Alexandre Renou, avec l'aide inestimable du "doudou" de Pierre, truc qui accessoirement sert de téléphone mais qui dispose aussi d'une carte du ciel redoutablement précise et précieuse - au risque d'y être encore à la chercher. Un truc bien rond apparait avec l'OIII et l'UHC, avec un bord ourlé irrégulier. Passons maintenant qu vif du sujet, le festival galactique, principal objet de ce périple. Disons-le tout net, le cul du Lion, celui de la grande Ourse, sans omettre ceux des Chien de chasse, ont été copieusement besognés. Je ne sais trop dans quel ordre présenter la chose. Ainsi en vrac des p"tits Messiers oubliés de mes classeurs, comme M58 avec 2 départs de bras évidents dans un halo discret : et bien plus couillu et texturé, M108. Pas si facile que ça à mettre les bonnes nodosités au bons endroits et les zones sombres là où il faut. Ça ressemble à peu près à ça : Pour compléter la série des Messier, en voici un dont j'suis vachte content, M102. Trèèèèèèèèès content car outre la forme générale et les extensions lointaines, c’est surtout cette perception fugace par instant de distinguer une fine bande noire passant par le centre. Difficile à affirmer, mais avec les encouragements du Fabrice, j'ai mis ce détail, et immense joie, à la maison, des images confirment la chose. C'est vraiment ça que j'aime dans la discipline du dessin astro !!!! Enfin, le dernier du catalogue, mon devoir de vacances imposé, bizarrement pas encore dessiné, et pourtant. Voici M81 décortiquée 2 nuits d'affilées à divers grossissements. C'est marrant de remarquer combine il est délicat de placer correctement des rehauts discrets dès lors que les étoiles se font rares comme ici dans la partie gauche : Bon, maintenant on entre dans le vrac, la bonne besogne amusante qui n'amusera que les intimes. En les classant plutôt par aspect, les trucs allongés. A noter des cœurs quasi stellaires sur 4264 et 4762, et comme une torsion dans les parties extrêmes sur certaines : les bidules vu de 3/4. A noter l’extension ténue très lointaine à droite de 4559 : Ceux vu quasi de face. Là, on est dans le sexe des anges avec des départs vraiment, vraiment hypothétiques, notamment le départ vers le bas de 4731 : enfin, les machins irréguliers : Une autre, un autre !!! bon d'accord, mais c’est la dernière. Ou plutôt les dernières avec les siamoises, et un bidule en prime dans le champ : Voila l'boulot, arrrffff, ça fait plaisir car ça faisait longtemps. j'espère ne pas vous avoir trop saoulé et merci pour votre attention.
  2. 7 points
    Salut, Le 21 mai j'avais mis mon réveil pour un lever à 3h00 du matin, rien que pour Mars et Saturne...du coup j'ai bien dormi,mais pas ma femme ... C'est le soleil qui ma réveillé... vite , je me leva , je scruta l'horizon pour voir quelques points brillant du coté du sud sud-ouest mais c’était trop tard! Donc, les bras ballants je me dirigea vers mon scope pour tout plier mais une petite idée me traversa l'esprit , Vénus ? ha non , elle est du soir... Et Mercure? cela faisait longtemps ... Ce qui est intéressant dans la capture de cette planète en plein jour, c'est plutôt le coté technique , du moins sa maitrise (en apparence évidement ) pour la photographier. Elle est petite , peu brillante et assez proche du soleil. Ces 3 paramètres compliquent énormément le centrage de Mercure derrière une focale élevée.Du moins avec mon matos. Car je suis obligé de refaire la mise au point à chaque palier d'agrandissement. A force on sait que la cible est là ,dans l'oculaire , on remarque une ombre entouré d'un gris plus clair, et on sait dans quel sens tourner la molette pour que la tache devienne moins dilué... Et Mercure apparait! Il y a un autre souci ,c'est la chaleur du soleil qui se trouve à coté,elle rentre dans le tube et malaxe bien la cible. Pour ameliorer ce point essentiel , voir primordial il faut ce cacher du soleil, et c'est à ce moment que l'arbre du champ en face entre en jeu! il va cacher le soleil pendant une bonne vingtaine de minutes. Et c'est à ce moment là qu'il faut arroser( dans le sens cartonner;sulfater,envoyer du bois). Un autre point important pour la capture de Mercure c'est l'anticipation , il faut bien exposer avec un gain raisonnable , juste de quoi différencier la cible du fond pour que votre logiciel de stacking puisse accrocher la planète. Comment anticiper , comment savoir si votre cible est assez distinct du fond? en utilisant le mode auto-centrage de FireCapture. Si FC arrive à suivre votre planète , alors votre logiciel le fera aussi et va pouvoir différencier les mauvaises des bonnes brutes. Pour atténuer le ciel et rehausser le contraste de la cible pour améliorer le suivi/stacking , j'utilise un filtre infrarouge l'IR742 . De toute façon sur Mercure , à part quelques formations et de différence d’albédo , il n'y a pas grand chose à voir. Ce qui est bien avec Mercure c'est sa lente rotation , donc on peut utiliser une longue durée de capture sans derotation ! Après il faut que le seeing suive... J'ai gardé qu'une seule session de 600s, à 0.63ms soit pas loin des 300im/s j'ai eu 162406 images ! Je suis passé par PIPP pour transformer mon SER , d'abord j'ai supprimé la couche Bleue, ensuite j'ai centré la cible, puis j'ai fait un tri à la Ninox sur 16000 images. un exemple en GIF, les 100 premieres: Ensuite je passe par AS! il refais un tri . Et pour finir je joue avec la barre espace pour supprimer les subtiles fantomes. à la fin j'ai 500 images! gloups! Mais à coup d'ondelettes, de flous, de contrastes, on arrive à faire parler Mercure! Pas facile cette planète pour un résultat peu photogénique . Mais je l'ai eu! une comparaison avec une simulation de winjupos: et grâce au logiciel Atlas virtuel des planètes , j'ai pu placer quelques noms sur les taches : une erreur Stephane
  3. 6 points
    IMPORTANT : cliquer sur l'image pour l'afficher à sa taille normale. Hello les planéteux, Enfin un peu de chance après toutes ces nuits si décevantes et ces captures qui ont directement fini dans la corbeille ! Quelque chose de décent à venir présenter sur le forum... Décidément le planétaire n'est pas à la mode cette année, il faut vraiment s'acharner pour espérer sortir un résultat correct à moins de 27° de déclinaison ! Et le pire c'est Saturne et Mars à moins de 21° de hauteur, pfff ! Bon, restons positifs, j'ai au moins quelque chose à présenter pour le futur concours photo Jupiter 2018... SETUP : -------- Newton Orion Optics 300 mm F/D 5.3, sur EQ-6 ------------------------------------------------------ ZWO ASI 385 avec filtre Ir/Uv Cut + barlow 3x + ADC. Acquisition avec Firecapture. Gain = 434. Temps expo : 8 à 9 ms. Cadence : environ 110 images/sec Capture de 26000 + 19000 brutes. Un peu plus de 15300 retenues. Découpage en 6 images registrées intermédiaires puis dérotation avec WinJupos. Tri manuel. Registration avec AS!3. Derotation de 6 images avec WinJupos. Traitement et finition avec Iris + Photoshop pour le cosmétique. Image finale RVB "bio". Version finale légèrement réduite à 90 % : Albéric
  4. 6 points
    hello, une nuit meilleure que d'habitude au niveau du seeing, surtout pour les couches couleur. Dans ces cas-là, j'ai les pointillés de mes aigrettes dus à mon araignée double qui claquent bien environ 6 heures de pose LRVB. Plein de choses dans le fond de ciel. Full : https://www.astrobin.com/full/342926/0/?real=&mod=
  5. 6 points
    Salut les Amis Voila étant sortie avant hier bredouille je me suis mis en tête de recommencer hier soir et donc j'ai sortie les deux tubes mais bof au C11 c'était assez beau a l'écran mais au traitement rapide pendant la session cela ne ma pas convaincu et il est possible que je revienne vers vous pour des conseils dans la section debutant Donc toutes les images qui vont suivre sont issus d'un C8 Celestron noir assez ancien et acheter d'occasion a manu33 avec une asi 224Mc pour les images couleurs et la 178MM collector de Gerard pour venus, un Adc Zwo a été utiliser pour toutes les captures y compris en mono en réglant au préalable avec la cam couleur, comme filtre ir cut et des barlows 1,8x et 3 x televue le pc a mouliné depuis ce matin jusqu'à maintenant pour avaler les 133 ser du gif et des autres session qui non pas été du même gabarie . question ciel c'etait assez calme mais humide et des passage de sirus que je n'est remarquer qu'au matin et au traitement avec des images bien moins lumineuse aléatoirement ce qui m'a demander un peu plus de traitement. Place au images Venus C11 barlow1.8x ir cut pas de detail si j'avais su j'aurais mis mon ir pass 850 car cyril (lock42) a reussit a avoir des details avec un newton 200 bon il est vrai que je ne sait pas la traiter pour faire ressortir les nuages ( bon venus est un peu caca mais cela tanguais moins cas mes precedent essais) Donc a la suite j'ai fais des ser de 90 sec sans coupure un peu plus de 133 j'ai commencer avant le passage au méridien et la rotation a été un peu compliquer a gère dans R6 Le Gif de 133 images j'ai un peu agrandie le gif histoire de faire comme si j'avais shooter au C11 ( snif ...) bon le gif ha tant de travail Quelque images a la taille d'acquisition ( faite pas attention au heures avec tant de fichier normal que je me fasse des chaussette d'autant plus que j'ai changer les non pour l'organisation du gif) j'ai quand même dormit un peu entre Saturne et Mars pendant que cela tournais tous seul grace a l'autoguidage par firecapture. Une saturne C8 asi 224Mc adc ircut barlow1,8x la meme avec la 3x televue car cela me semblais assez calme par contre c'est bruité j'ai du merder dans un reglage Au petit matin j'ai fini par Mars mais l'autoguidage a merder avec le crepuscule ou la detection de la planète ne sait pas bien fais, un seul ser bien détaillé par contre j'ai pas trop l'habitude de traiter Mars (j'ai poussé un peu plus les curseur) je n'est commencé qu'il y a deux ans et a l'époque je shootais avec un 127 Voila Bon ciel et espérons que la prochaine fois cela sera avec le C11 et pour des details plus fin Merci de la visite
  6. 5 points
    Salut, Les 4°, plus exactement 4,3°, c'est l’élongation , c'est à dire la distance apparente qu'il y a entre Mercure et le Soleil. Avec ce genre d'exercice il faut faire attention un minimum. Donc pas de gamin qui jouent au ballon, pas de chien qui joue au ballon,pas de copines dans la piscine qui jouent au ballon. Rien. Il faut etre concentré. Les rayons du soleil rentre un peu dans le tube, vous pouvez le voir sur cette ancienne video que j'ai faites pour Mercure à 3,9°: une idée du seeing cette fois ci: Mon matériel habituel, c'est à dire un 300mmF4 OO, la powermate 5x, le filtre ir685 et ma préférée : l'asi224mc mes données de capture: Gain 238, expo: 0,7ms, 360s, Hight speed off. l'exposition était très courte car la lumière ambiante du soleil masquée rapidement Mercure. J'ai utilisé Pipp pour recentrer et cropper la planète , apres avec SERplayer j'ai trié à l’œil les 45000 images, en 4 jours , 1h, avant d'embaucher . c'est interessant à faire en plus! Pour ensuite récolter le suc , l’essence même des brutes , rien que 368 images qui sont juste détachées de l’arrière plan! Avec AS!3 en mode planète, j'ai empilé 100% avec le drizzle activé, ce n'était pas une bonne idée ! pour que le drizzle fonctionne correctement il faut de la matière et de la matière qui bouge! Donc je suis passé par Fitswork pour un agrandissement plus cohérent à 150%. Ensuite un coup d'ondelette avec R6, de niveau 4 à 150 , le le blur du niveau 2 à 25. Je sais ,je suis un peu brutal mais c'est comme Vénus , il faut taper dans le gras pour voir quelque chose. une autre avec la nomenclature tirée du logiciel Atlas Virtuel des planetes : une dernier pour la coherence des détails avec une simulation Winjupos floutée pour une meilleure visibilité C'est un autre truc pour ameliorer ses images, flouter les references ! non je deconne! A+ Stephane
  7. 5 points
    Une petite capture au c8 dérotation de plusieurs image issue d'un ser de 300 secondes seeing bof bof mais j'ai compris comment faire une dérotation d'images Bon ciel
  8. 5 points
    Hello Je continue à dépoussiérer mon Mewlon que je redécouvre. Dès le crépuscule alors que Spica n'était pas encore visible, l'image était superbe. La GTR ressort encore mieux sur fond de ciel bleu. Très belle vision à 270x (Jupiter était encore basse quand même Il y a eu par moment hier de superbes images à 380x dans le télescope. A 600x ça se laissait encore regarder mais c'était clairement moins bon qu'à 380x. Il faudrait que j'essaye un grossissement intermédiaire entre le 6,4 et le 4 mm la prochaine fois. J'ai un 4,7 qui traine quelque par, non dépoussiéré encore Voilà le résultat : Les images brutes donnent une relativement donne idée de ce que l'on pouvoir voir à l'oculaire. C'est chouette de voir autant de détails dans la GTR avec un si petit télescope. J'ai dérotationné 13 images, les vidéos faisaient 75s à 40 images par seconde. Je ne peux pas monter plus haut avec cette caméra, c'est la première génération avec imx224 chez Altair, elle va pas mal, mais ne permet pas d'avoyer des 100 fps par exemple. J'ai bientôt une ASI290 qui arrive. Elle aurait dû être la vendredi mais GLS n'a pas livré, grrrr. C'est gâché avec un ciel comme ça. J'aurais pu faire de belles choses en UV. Voilà, c'est tout pour cette fois je pense. J'ai attendu Saturne un peu, mais ce n'étais pas folichon, le seeing s'est dégradé je pense. @+ JLuc
  9. 5 points
    onsoir à tous ! Le 24/05/2018, voilà une nuit qui a calmé mon manque d'astrophotographie, bon ça ne sera pas une année Juju pour moi, mes résultats sont très très moches, flous etc. Heureusement la lune est plus conciliante et plus haute surtout ! Bon seeing, je commence par les images les plus stables. Pano de 2 images de la région de Clavius à l'IMX 174MM et un filtre Astronomik R ! Région de Clavius : Full : http://www.astrosurf.com/astromak/vierge64.html Pitatus (à gauche) Deslandres. Full : http://www.astrosurf.com/astromak/images/pitatus-223329.jpg Tycho (à gauche) à Stöfler (en haut à droite) Full : http://www.astrosurf.com/astromak/images/tycho-224436.jpg Mur droit Full : http://www.astrosurf.com/astromak/images/mur-droit-224900.jpg Et enfin, par curiosité le trio en pleine lumière : Bon ciel à tous !
  10. 5 points
    Hello ciel assez stable sur Paris hier soir. J'ai pu collimater mon télescope avec un filtre bleu. ADC réglé aux petits oignons, et focale de bûcheron des fois que ça passe à f/28. Avec les miracles faits par Winjupos, ... ça passe. J'ai même des détails sur Ganymède et ça ça m'épate. Il en revient pas mon Mewlon. Des détails sur un machin de 1,6" avec 210 mm de diamètre ! Dans winjupos ça correspond bien. Il a même un aspect un peu carré en raison d'une région sombre en bas à droite. Il m'en reste à traiter, on verra si il y a mieux avec la caméra n&b, mais je ne suis pas certain. JLuc
  11. 5 points
    Bonjour tout le monde. Que ca fait du bien, mais que ca fait du bien. J'ai enfin pu imager après un an de disette !!!! Je suis juste sortie dans mon jardin et ai installé mon matos assez rapidement. J'ai donc commencé par Venus, avant le coucher du soleil car celle-ci disparaît assez rapidement derrière l'immeuble à côté de chez moi. A ma grande surprise bien qu'ayant fais une MES très approximative j'ai pu pointer Venus en moins de 5min alors qu'elle n'était toujours pas visible. De plus, mon suivi était largement suffisant. Pour l'acquisition j'ai utilisé mon filtre IR850 dans le but de révéler les nuages de la Belle. Le résultat ici est une image à 300% : Ensuite, je suis passé à Jupiter. J'ai cependant refais une vraie MES, et mis un IR-CUT ainsi que mon ADC : la planète n'était qu'à 19degrés de hauteur. Le résultat est plus que satisfaisant si on tient compte des conditions !!! Il s'agit d'une composition de 6 images résultantes du stack de 6 vidéos de 2minutes. Voici un résumé de mon matos : Setup: ASI 224MC Newton 200/1000 iOptron Zeq25 Pour Jupiter: Filtre IR-cut astronomik ADC ZWO Barlow Kepler 2.5 AS!3 - Siril - Winjupos - Gimp 2.9 : Combinaison de 6 films de 2min Pour Venus: Filtre IR 850nm Barlow Kepler 2.5 AS!3 - Siril - Gimp 2.9 Bonne journée !!!
  12. 4 points
    Salut je continu mes shoot au c8 et c11 j'ai collimaté le c11 pendant que le c8 shootais mais l'autoguidage est partie en sucette m'empêchant de fair une animation sc8 ser de 90s non deroté sc8 drizzle1,5 Sc11 réduite a 600x600 as3 siril pour le satellite(registration sur le satellite) dérotation video winjupos d'une video de 300 s (merci pour le tuto Christophe) r6 ondelette (pour l'instant c'est toujours en dessous du c8 ) sc11 taille reel pour les details du satellite Voila pour ce soir bon ciel a la prochaine Ca tourne mais c'est pas top surtout que je l'ai sortie a la dernière minute comme ca devait être couvert
  13. 4 points
    Bonsoir à tous ! bon seeing ce soir là, surtout en visuel. Voilà, c'est intéressant de faire un petit comparatif mais je suis certain que j'aurais été moins pénalisé avec le mak 250 où j'aurais pu effectuer un collimation au petits oignons, il fallait faire un choix, je l'ai fait C'est là que je me rend-compte que notre ami JL a fait très très fort ! Pour ce rendre compte de la soirée : https://www.youtube.com/watch?v=kMrCGJ8Eacs&feature=youtu.be Renseignements techniques : C14 Xlt, Mid (UT) 211624.617, Filtre ir-cut, ADC PA, Barcon, échantillonnage 0.0930, Zwo IMX 224C. FPS 134, 7.422 ms, gain 326. Il faut vraiment que je trouve une solution à ce déréglage intempestif de la collimation, au bout de 10-15 minutes elle part en coui..e ! J'ai l'impression que c'est la bague prévue pour le Fastar qui se desserre ! bon ciel ! Will
  14. 4 points
    Bonjour à tous, Je me disais que ça serait plus simple de créer un topic unique pour montrer mes dernières prises. Je mettrai à jour continuellement ce post de mes derniers shoots. Voici donc du plus récent au plus anciens : Vous pouvez retrouver mes photos en full sur mon astrobin : https://www.astrobin.com/users/jdurand/ Le poulet qui court - IC2944 : Nikon 180mm f2.8 EQ3-2 QHY163M - SHO 15h de poses Walk on the moon : TS130/910 G42 Barlow 3x televue IDS3060 IMX174M 200 images NGC6188 Nikon 180mm f2.8 EQ3-2 QHY163M - SHO 18h de poses NGC3372 - La carène Nikon 180mm f2.8 EQ3-2 QHY163M - SHO 25h de poses Moon colors TS130/910 G42 QHY163M Nébuleuse de l'Hélice TS130/910 G42 QHY163M+SHO baader 60heures de poses M16 TS130/910 G42 QHY163M +SHO 33 heures de poses Nébuleuse de la Tarentule TS130/910 G42 QHY163M +SHO 25 heures de poses M8 TS130/910 G42 QHY163M +SHO 30 heures de poses Soleil en Ha Lunt 50 EQ3-2 Voila En espérant que cela vous plaise. Si vous avez des questions... Clear skies ! Jonathan
  15. 4 points
    Bon comme ça s'est passé ici l'histoire je continue un peu le hors sujet et poste 2/3 photos. Je la trouve superbe, dommage pour le tube, il est pas mal abîmé mais pour le coup j'ai peur d'y toucher. Tous les morceaux en métal ont été poncé puis peint. Il y avait beaucoup de rouille à divers endroits... La lentille est plutôt clean c'est un bon point. Les oculaires étaient cradles même entre les lentilles. J'ai réussi à les avoir aussi. J'ai du dégraisser les engrenages, graisse dure par endroit, regraissage à la lithium, réglage des axes et hop, ça refonctionne parfaitement. Bref content Merci les gars pour m'avoir aiguillé sur la JPM !
  16. 4 points
    Bonjour à tous, il y a quelques jours avait lieu le workshop Juno à Londres, ça m'a redonné la motivation de sortir mon télescope. Un petit souvenir ce se workshop. En fait je n'avais pas encore eu le temps, ni le courage, ni l'occasion depuis que j'ai déménagé il y a 2 ans. J'ai maintenant un balcon sur un 10e étage orienté E-NE avec un angle au sud. Je suis un peu en phase de test pour le moment. J'ai pas mal lutté contre le vent puisqu'il est au nord ces jours ci, c'est tout pour ma pomme. La première image obtenue est traitée un peu dur. J'ai utilisé une vielle barlow meade serie 4000. Elle donne un échantillonnage idéal en théorie. J'ai une Jupiter de 256 pixels. En réduisant son tirage elle fonctionne à 1,8x Le traitement est trop dur mais j'ai la flemme de reprendre. En même temps je me refais la main à traiter des images issue d'un petit télescope. J'ai tenté ensuite de pousser le bouchon avec une Powermate 2,5x. En fait sur les images issues des vidéos c'est un peu plat mais avec la dérotation dans Winjupos ça paye. Le lendemain, donc la nuit dernière rebelote. J'ai aussi commencé avec la barlow Meade car Jupiter était basse. Et de nouveau le passage à la Powermate 2,5x est plutôt payant. Ca fait tellement 1000 ans que je n'ai pas utilisé ce télescope en imagerie qu'entre l'ADC, AS3!, Winjupos, et les capteurs actuels, je n'ai jamais fait mieux avec ce télescope. On peut encore aller plus loin je pense. La stabilité était convenable, mais j'ai eu ces problèmes avec le vent donc je perd au moins en dynamique mais sans doute aussi en résolution. J'ai essayé de faire des choses en n&b, mais c'est plus long à traiter. Si ça sort un truc intéressant je vous dirai. J'ai testé une DMK avec un capteur Aptina et des pixels de 2,2µm, ça fait exactement la même échelle qu'avec la caméra Altair et la Barlow Meade, sauf que je peux tirer en direct sans Barlow. A première vue le fait de se passer de Barlow n'a pas l'air de faire une différence déterminante. Et vu que ce n'est pas un capteur de toute dernière génération, il ne me permet pas d'aller beaucoup plus vite qu'avec l'IMX224. Sur celui-ci en fait je suis limité à 35 fps environ car c'est une version USB2. En USB3 il y aurait assez de jus pour monter à 50 fps à mon avis. Voilà pour ce petit retour d'experience. Il ne me reste plus qu'à partager le résultat avec les bases de données Pour finir une pensée très émue pour Wilepex -mon quasi voisin- qui était d'astreinte ses deux derniers soirs et qui a donc loupé ces bonnes conditions de seeing. Bon moi ça m'arrange, ça m'évite de me faire écrabouiller par un gros orange On remet ça ce soir avec sur le ring d'un côté une lunette de 380 mm et de l'autre son C14. Le suspens est à son comble A bientôt JLuc
  17. 3 points
    Pour rappel, j'ai fait de l'astro il y a un vingtaine d'années en tant qu'animateur à l’observatoire de Puimichel (93/94) Il y a quelques mois, je regardais le ciel avec envie, mais sans avoir un instrument digne de ce nom la motivation n"tait pas au rendez-vous. Après avoir regarder les tarifs des instrument sur le web je me suis vite rendu compte que les tarif était quelque peut prohibitif pour mon budget actuel. En regardant du coté de l'occasion j'ai cherché une annonce contenant certes un télescope, mais surtout une monture. Mon choix c'est porté sur une T250 Skywatcher avec une monture EQ6 pro. Après le retour à la maison, j'ai vu qu'il y avait pas mal de choses à revoir. Les pieds télescopiques sont complètement bloqués Il manque 2 embouts Le plateau à oculaires tien avec un écrou de 10 Les contre-poids sont bien rouillés Sinon la monture est propre et à l'air de fonctionner J'ai également démonter le miroir primaire pour voir son état Il est salle mais pas abîmé, les vis du barillet bien grippées. J'ai également démonter le réticule du chercheur polaire qui semblait avoir séjourné dans une friteuse J'ai malheureusement oublier de repairer son orientation Il s'avère qu'il est impossible de faire une collimation, car les trois vis de réglage du secondaire ont laissé des marque profonde dans le support. -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Début de la réfection ... Quelques heures de démontage des pieds(complètement grippés, nettoyage des tubes, remplacement des cale métalliques de blocage, tournage de nouveaux embouts,petit coup de peinture à la bombe (pas terrible la bombe) La peinture sera à refaire mais bon on verra ça plus tard, car je n'exclus pas le fait de le remplacer par une colonne. Réfection des filetages du barillet Solution de dépannage pour la collimation en intercalant une rondelle en acier entre l'araignée et le support du secondaire. Achat d'un collimateur laser Achat de produit pour le nettoyage des miroirs Conception d'un système d'orientation du secondaire vis à vis du porte oculaire, car il est difficile de régler. Il reste encore beaucoup de travail pour rendre cet instrument vraiment performant, mais bon vos avis seront les bienvenue Cordialement Eric
  18. 3 points
    Bonsoir Voilà un GIF issu d'une vidéo réalisée à 18h06 tout à l'heure, au Canon 1200D sur dobson SW 250mm. Il y a beaucoup de défauts mais c'est un premier essai ! Merci @den pour les conseils Merci d'avance pour vos avis
  19. 3 points
    Bonjour, cela fait un petit moment que je n'étais pas passé par ici... alors pour me faire pardonner, voici quelques images de Jupiter & Saturne que j'ai réalisées dernièrement avec mon fidèle VMC260 lien direct vers l'image : http://www.naturepixel.com/view/2018_05_31_2248_jupiter_ganymede_io_vixen_vmc_260_asi290_r610_rvb_copyright.jpg lien direct vers l'image : http://www.naturepixel.com/view/2018_05_21_2138_jupiter_europe_vixen_vmc_260_asi290_r642_rvb_copyright.jpg lien direct vers l'image : http://www.naturepixel.com/view/2018_05_21_2312_jupiter_vixen_vmc_260_asi290_r642_rvb_copyright.jpg lien direct vers l'image : http://www.naturepixel.com/view/2018_05_20_2255_jupiter_vixen_vmc_260_asi290_r642_rvb_copyright.jpg lien direct vers l'image : http://www.naturepixel.com/view/2018_04_21_0028_jupiter_vixen_vmc_260_asi290_r610_rvb_copyright.jpg lien direct vers l'image : http://www.naturepixel.com/view/2018_04_20_0429_saturne_vixen_vmc_260_asi290_r610_rvb_copyright.jpg Et pour finir, une petite animation (qui n'en est pas vraiment une, car non prévue à la base) qui rassemble quelques images sympas de la session du 21 mai 2018 lien direct vers l'animation : http://www.naturepixel.com/view/2018_05_21_anim_jupiter_vmc260_asi290_copyright.gif Voilà pour ces quelques images planétaires du moment A suivre... enfin, je l'espère mais ce n'est pas moi qui décide !!!
  20. 3 points
    Bonjour à tous, je n'interviens pas souvent sur les forums, mais là, les interventions et les allusions de Jgricourt me fatiguent un peu. Je vous donne un scoop qui devrais recadrer les choses, ne vous fatigué pas à discuter avec M Gricourt, il travaille depuis des années ''en sous-marin comme Bisness Angel'' avec Pierre (DF), donc il défend ses intérêt en tapant sur Skyvision, Stellarzac, Sud Dobson etc.. Mais cela est tellement gros, que cela commence à se voir. Pour une des interrogations sur les revendeurs de Skyvision en France, depuis plusieurs mois nous avons refait le site internet et mis en place un point de vente adossé à l'atelier, donc, nous travaillons en direct avec les clients en France, cela nous permet d'avoir plus de souplesses sur la gestion des demandes clients et la réalisation d'instruments sur mesure, je vous invite tous à nous rendre visite sur site ou sur notre nouvelle page Web. Thierry
  21. 3 points
    Note : Cliquer 3 fois sur les images pour accéder au format pleine résolution !! Après la précédente session avec le Meadator plastique, je suis revenu à un diamètre un peu plus important et j'ai fait le bon choix cette nuit-là, avec un bon seeing en début de nuit. C'est cette fois avec le 300 Orion Optics. J'aurais peut-être dû choisir le 400 au final, dommage... Par contre j'ai gardé la caméra couleur utilisée en RVB, la QHY5III 178 C. Le grand capteur est si pratique ! L'occasion en plus de baptiser ma nouvelle barlow 3x, une Célestron X-cel LX. J'ai mis un temps fou à traiter ces images ! Une purge sans nom sur les régions de "mers" sombres et avec très peu de relief que les softs n'arrivaient pas à aligner correctement, y compris avec le pré-alignement PIPP. Je me suis retrouvé à faire du patchwork" sous Photoshop avec plusieurs images traitées avec des paramètres et softs différents. Mais ça y est c'est fait et le résultat est correct ! La prochaine fois il faudra que je fasse plus attention aux durées d'exposition. Et je ferais aussi des captures plus longues afin de mieux lisser le bruit sur les zones sombres. Mais le disque dur va vite se remplir... Je vous propose au menu : le Pôle Nord et le Pôle Sud, Catherine/Cyrille/Théophyle et la région de Rima Hadley/Archimède. SETUP : -------- Newton Orion Optics 300 mm F/D 5.3, sur EQ-6 ------------------------------------------------------ Caméra QHY5III 178 C avec filtre Ir/Uv Cut + barlow 3x Celestron. Acquisition avec SharpCap. Captures de 5000 brutes environ. Gain = 30. Temps expo : 4 ms Tri manuel de chaque capture. Pré-alignement PIPP. Registration avec AS!3, Registax 6 et Registax 5 selon les plans. Traitement et finition avec Iris + Photoshop. Les images sont réduites à 80 % pour plus de piquant : Albéric
  22. 3 points
    Bonsoir à tous ! Voici 3 Jupiter imagées avec mon set up habituel : Télescope SC Célestron de 150mm ,barlow X2 ,ADC ZWO , Cam QHYL2c (focale résultante ,environ 4700 mm) Les conditions , pour une fois , étaient très bonnes. Vidéos de 180 sec à 50 fps Traitement AS!2 (35% conservées) Ondelettes R6 Finitions CS3 Laurent Le 7 juin Nouveau traitement (images plus claires et contrastées) 23h55 0h02 0h11 J'ai fait une anime avec 7images entre 23h22 et0h11
  23. 3 points
    Je viens seulement d'ouvrir mes mails haha... Cool ! Ça fait bien plaisir ! http://www.aapodx2.com/2018/20180529.html
  24. 3 points
    Bonsoir, Je pense que ce soir était LE soir pour Jupiter. En visuel un régal, super net, la tache rouge bien visible, bref il était plus que temps d'immortaliser tout ça. J'ai commencé par la 80ED, barlow 2.5x, ADC, et la 224mc. Puis ce fut au tour du C8 d'envoyer du photon: Bon là je peux sans rougir vous dire que c'est à ce jour ma plus belle Jupiter depuis que je fais de l'astro (2007) D'autres films à traiter de cette superbe soirée. A plus sur ce fil
  25. 3 points
    Histoire de l'astronomie : à la recherche des véritables occultations mutuelles des planètes. Bonjour à toutes et bonjour à tous , Figurez-vous qu'il y a un phénomène astronomique spectaculaire qui peut se produire très rarement : c'est lorsqu'une planète passe exactement, par effet de perspective, devant une autre planète et la cache totalement, annulairement, ou encore partiellement. Cela s'appelle une occultation mutuelle d'une planète par une autre planète. Ce sujet vise à vous expliquer l'historique de la recherche de ces phénomènes rarissimes. Tout d'abord une précision indispensable : de tout temps les astrologues de l'Antiquité ont cherché à prédire à l'avance l'époque (et même si c'était possible le jour précis) où deux planètes (c'était alors les cinq planètes visibles à l'œil nu depuis la Terre : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, et enfin Saturne) seraient exactement en conjonction (conjonction en Ascension Droite, plus concrètement : rapprochement plus ou moins serré sur la voûte céleste) afin d'en avertir leurs souverains (empereur, roi, prince, duc, etc.) pour qu'ils puissent se préparer à l'avance à entamer victorieusement une guerre ou à résister victorieusement à une invasion d'un pays voisin. C'était surtout les conjonctions visant les trois planètes extérieures à la Terre (Mars, Jupiter, et Saturne) qui étaient les plus recherchées. Et pour améliorer les tables astronomiques ces astrologues de l'Antiquité ont observé à l'œil nu si leurs prévisions se vérifiaient bien par les observations, dans le cas contraire ils rectifiaient leurs tables astronomiques. Parfois, ces astrologues de l'Antiquité ont remarqué que deux planètes étaient si proches dans le ciel l'une de l'autre, au point de ne former qu'un seul point lumineux très brillant (cas d'une conjonction très serrée entre Vénus et Jupiter, ou encore entre Mars et Jupiter) que sans doute l'une des deux planètes passait juste devant l'autre. Mais pendant des millénaires il était impossible de le savoir avec précision… Le premier qui a osé s'attaquer à ce problème fut le très grand calculateur astrologue/astronome allemand Johannes Kepler. Voir mon ancien sujet sur Webastro : “Des occultations remarquables signalées par Kepler (et leur éventuelle confirmation - ou infirmation - par les logiciels astronomiques modernes)” [https://www.webastro.net/forums/topic/103675-des-occultations-remarquables-signal%C3%A9es-par-k%C3%A9pler/]. Mais, même le très grand Kepler a hélas annoncé au début du 17ème siècle trois occultations qui n'en étaient en réalité pas, mais des rapprochement très serrés entre deux planètes. La première occultation mutuelle réellement observée (et qui reste à ce jour la seule !…) fut l'occultation de Mercure par Vénus le mardi 28 mai 1737 (calendrier grégorien, soit le mardi 17 mai 1737 pour le calendrier julien alors en vigueur en Angleterre) observée à l'Observatoire de Greenwich par le médecin-astronome John Bevis (voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Bevis). Gilbert Javaux a reproduit le compte-rendu [rédigé en latin en 1741 ; il en avait fait un premier compte-rendu, rédigé en anglais, publié dans les “Philosophical Transactions” dès octobre-novembre 1738] que John Bevis a fait de cette exceptionnelle occultation mutuelle dans son excellent site “PGJ – L'Astronomie une passion à partager” : http://pgj.pagesperso-orange.fr/occultations-mutuelles.htm. L'excellent logiciel astronomique “Guide 9” de l'Américain Bill Gray (https://www.projectpluto.com/), logiciel basé sur les algorithmes du calculateur belge Jean Meeus, indique que cette occultation mutuelle de Mercure par Vénus s'est produite à exactement 21h 50m 51s (Temps Universel). Mais il faut noter que c'est tout à fait par hasard que John Bevis a pu observer cette occultation mutuelle de Mercure par Vénus, personne à l'époque n'aurait pu la prédire avec certitude à l'avance. Depuis lors, certains ont essayé d'indiquer la date d'une occultation mutuelle dans le passé. L'illustre Camille Flammarion s'y est risqué dans sa très célèbre “Astronomie Populaire”, publiée en 1880, en indiquant tout en bas de la page 480 que « Mars est passé juste devant Jupiter le 9 janvier 1591. » En fait, il s'agit d'une date en calendrier julien, donc ce passage de Mars devant Jupiter aurait eu lieu 10 jours plus tard, le samedi 19 janvier 1591, en calendrier grégorien. Ce phénomène n'a été observé qu'à l'œil nu (puisque les premières lunettes astronomiques ne feront leur apparition qu'à l'automne 1609) à Tübingen, en Allemagne, par Joannes Kepler et son “Maître” en astronomie Michael Mæstlin. L'ennui, c'est qu'à l'époque, faute d'instrument d'observation qui grossissait la taille des deux planètes, il était impossible de savoir s'il y avait réellement eu une occultation de Jupiter par Mars ou seulement un rapprochement très serré entre ces deux planètes. En réalité il n'y a point eu ce jour-là d'occultation, mais seulement un rapprochement très serré entre Mars et Jupiter. Le logiciel astronomique “Guide 9” indique que le samedi 19 janvier 1591 à 05h 13m 00s (Temps Universel) le bord Sud de Mars est passé à seulement 11,15 secondes d'angle du bord Nord de Jupiter (pour un observateur géocentrique). Alors, depuis quand a-t-on eu enfin une certitude sur la réalité d'une occultation mutuelle ? Eh bien, il a fallu attendre l'année 1970 pour que le célèbre calculateur belge Jean Meeus ose publier (grâce à l'emploi des premiers ordinateurs personnels, avec l'aide du calculateur français Michel Walch) une première liste de quatre occultations mutuelles dans le “Journal of the British Astronomical Association” de Juin 1970, pages 282 à 287 (voir : http://articles.adsabs.harvard.edu/cgi-bin/nph-iarticle_query?1970JBAA...80..282M&data_type=PDF_HIGH&whole_paper=YES&type=PRINTER&filetype=.pdf) ; cette première liste comprenait les quatre occultations mutuelles suivantes : ◊ 1°) occultation de Saturne par Mars le 28 janvier 1522 ; ◊ 2°) occultation de Jupiter par Vénus le 5 février 1570 ; ◊ 3°) occultation de Mars par Vénus le 13 octobre 1590 ; ◊ 4°) occultation de Mercure par Vénus le 28 mai 1737. En mars 1979 le calculateur américain Steven C. Albers a publié dans “Sky and Telescope” aux pages 220 à 222 un article intitulé “Mutual Occultations of Planets : 1557 to 2230” qui recensait pas moins de 21 occultations mutuelles entre ces deux dates. Hélas, tout ceci était réservé aux anglo-saxons et aux anglophones. Heureusement que l'astronome amateur de l'Oise Cédric Bemer (alias “Mister Comets” sur Webastro) a publié dans l'excellente revue astronomique française (hélas trop vite disparue…) “Éclipse” n° 14 de juillet-août 1999, page 55 un article intitulé “Les occultations mutuelles de planètes” qui indiquait aux lecteurs francophones la listes des 21 occultations mutuelles entre 1570 et 2223 telles que les avait calculées Steven C. Albers. J'ai à l'époque été emballé par cet article de Cédric Bemer , je tiens ici à le remercier une nouvelle fois. Et Jean Meeus dans tout ça ? eh bien, dans son “Morsels II” (“More Mathematical Astronomy Morsels”), publié en 2002 [voir : https://www.willbell.com/MATH/moremorsels.htm], il indique aux pages 177 à 181 qu'en 1998 il a recalculé toutes les occultations mutuelles de planètes ayant eu lieu entre -500 et + 2500 ; il en a trouvé pas moins de 79 !!!… Pour terminer, voici deux liens Youtube qui reproduisent une occultation mutuelle : ◊ l'occultation de Jupiter par Mars le samedi 12 septembre 1170 (qui a été observée par le très célèbre abbé Gervais de Canterbury [https://fr.wikipedia.org/wiki/Gervais_de_Canterbury]) : https://youtu.be/lqYj_hQIZDA ; ◊ la prochaine occultation mutuelle depuis celle du samedi 3 janvier 1818 (où Vénus a occulté Jupiter, occultation non calculée à l'époque et donc non observée, même par hasard…) : l'occultation de Jupiter par Vénus le lundi 22 novembre 2065 [https://youtu.be/blo62ixIGk4]. Merci de m'avoir lu. Roger le Cantalien.
  26. 3 points
    Hola ! Je vous présente les résultats d'une observation simple et rapide, permettant avec un peu d'algèbre, de géométrie et quelques approximations de s'amuser à faire de la mécanique céleste à partir de photos. Deux photographies d’une planète proche de l’opposition réalisées à quelques jours d’intervalle permettent d’observer son mouvement apparent sur la voute céleste, à un moment où le déplacement des planètes peut être ramené à deux segments parallèles. La mesure de l’angle de déplacement apparent permet alors d’estimer la distance de cette planète au Soleil, en ne connaissant préalablement que la distance Terre-Soleil, la durée de l’année, et la valeur de la constante gravitationnelle. J’ai profité de l’opposition de Neptune du 5 septembre 2017 pour faire cette mesure à l’Observatoire du Planétarium de Vaulx-en-Velin. J’ai observé Neptune les soirs des 4 et 6 septembre 2017, en utilisant le télescope AstroSib RC360 (2880mm de focale théorique) et une caméra CCD Atik 460ex. Les 610 pixels de déplacement apparent correspondent à 193 secondes d'arc ; le calcul complet est à retrouver sur mon site perso, il me permet d'estimer la distance Soleil-Neptune à 4.526 milliards de kilomètres ; 0.5% de la bonne valeur ! Tous les détails : https://www.sendell.com/blog/estimation-de-la-distance-au-soleil-de-neptune/ J'ai mis l'étiquette "photometrie" qui n'a aucun rapport seulement car le forum m'obligeait à choisir... s'il n'y a pas "astrometrie", "autres" serait-il envisageable ?
  27. 3 points
    Salut à tous, Par une transparence changeante, et un seeing par moments correct, Jupiter avec comme seul réel intérêt le transit d'Io et de son ombre. On voit quand même en bas à gauche les ovales blancs A5 et A4 dans la SSTB, et la bande équatoriale Nord plutôt perturbée, avec sur son bord Nord un spot clair presque au méridien, suivi par une zone brunâtre. L'infrarouge, légèrement plus détaillée: Et dans la bande d'absorption du méthane, en plus de A5 et A4, on voit un spot brillant vers le pôle Nord, spot résolu sur l'image couleur: Bons ciels,
  28. 3 points
    Bonjour, Je vous présente l'ISS prise le 1 juin 2018 à 22h00 TU. Matériel : C14 + filtre uv/ir cut + Asi 224 MC
  29. 3 points
  30. 3 points
    Bonjour à tous, Voici un gif animé du passage d'Europe et de Io à proximité de Jupiter le 18/04/2018 (Europe en haut, Io en bas) : A cette occasion, j'ai testé ma nouvelle acquisition : le correcteur de dispersion atmosphérique ADC PA . Je pense que je n'en ai pas tiré tout le potentiel, à voir dans une prochaine utilisation. - Le gif a une durée de 5 secondes, à 20 images/s (97 images en tout). - Il représente 2h09 de durée réelle, entre 02:34 et 04:43. - Chaque image est réalisée toutes les 1 min 10 sec à partir de vidéos d'une minute à environ 18 images/s. - Flat réalisé, mais il reste des taches résiduelles sur certaines images - Acquisition des vidéos avec AltairCapture v3.7.8794 - 10% des images ont été retenus par vidéo = 109 images brutes en moyenne. - Empilement des images des vidéos avec AutoStakkert 2.6.8 - Traitement des photos avec Iris 5.59. Ondelettes avec coefficients modérés car assez peu de turbulences pendant la nuit. - Création du gif avec Photoshop. - Matériel utilisé : Celestron C11, AZ-EQ6, barlow x2, ADC PA, GPCAM2 (exposition 20ms, gain 5) - Lieu : Vauréal (Cergy-Pontoise, Val-d'Oise) Mise à jour sur mon site perso : http://encelade18.free.fr/photos/Jupiter_2018_04_18_03h11_vid60s10pcGlo_Stack122ims_O_flip_nivAuto_GA_Soft.html et voici quelques images principales : 03h11: 03h40: 04h09: 04h40:
  31. 3 points
    Bonjour à tous, Voici une petite image de Mars, prise le 25 mai dernier, à 2h54TU, depuis ma terrasse : L'image est en taille réelle, le nord est en haut. Matériel : C9.25EdgeHd, Barlow 2x, Zwo 224 avec Adc Pierro-Astro, échantillonnage 0.12'', acquisition Firecapture, traitement Autostakkert et Pixinsight. J'ai une question sur la balance des blancs. En ciel profond à la CCD, une méthode fiable consiste à imager une étoile G2V pour trouver les bons coefficients entre les filtres RGB. J'ai naïvement tenté la même chose avec la Zwo, avec une étoile G2V à la même hauteur que Mars. Ca ne marche pas du tout ! J'aimerais bien savoir pourquoi... ici j'ai profité d'une calotte polaire bien marquée pour équilibrer, néanmoins j'aimerais trouver une façon de faire un peu plus reproductible. Est-ce un rêve ? A bientôt, Philippe
  32. 3 points
    Hello j'ai fini de traiter mes images d'hier, c'était bon dans la longueur. J'ai pu faire un gif animé sur 1h pour voir Ganymède sortir de l'ombre. Et puis pas mal d'autres images qui font plaisir pour le diamètre
  33. 3 points
    Bonjour à tous, Alors hier au soir encore une fois, j'avais les conditions rêvées surtout que je venais de mettre l'œil à l'oculaire et que se soit la Lune qui piquait de partout sans bouger et Jupiter qui était resplendissante de beauté, j'ai de suite mis ma vieille DMK pourrie et aller hop Donc voici la belle Jupi sans la tache mais mieux définie qu'hier : Voici la série :
  34. 3 points
    Allez je me lance (même si je trouve que cette question/réponse n'a rien à faire sur un forum astro), je vais le faire simple en version pour les nuls donc je ne rentrerais pas dans les détails: Avant de démarrer je vais faire juste un rappel: ON NE LAISSE JAMAIS TOURNER UNE IMPRIMANTE SANS SURVEILLANCE, les risques sont énorme, donc pour les grosses impression veuillez bien calculer votre pièce. Il existe 2 types d'imprimantes (hors modèles exotique), les Cartésiennes et les Deltas, chacune avec des avantages et des inconvénients, un peu comme les lunettes vs telescopes... Les Carteziennes, certainement le modèle le plus répandu, utilisent 3 axes (2 sur la tête, 1 sur le plateaux), ces imprimantes sont simple à régler, "bonne résolution" égale en tous points et ce veulent évolutive par contre elles ne sont pas de foudre de guerre question vitesse ceci et notamment dû au poids des pièces mobile, pour la plupart des machine le plateau entier ce déplace avec la pièces. Les Deltas, moins répandu que les carteziennes , elle offrent des vitesses d'impressions Hallucinante et de ce cotés là les cartésiennes ne peuvent pas rivaliser par contre le réglage est un peu plus délicat mais c'est comme la collim il faut apprendre donc pas réservé aux experts. 3 Bras tiennent la tête qui est la seule pièces en mouvements donc moins de pièces mobile mais moins de place pour les options et résolution supérieure sur les bords du plateau par rapport au centre. La structure est l'élément le plus important d'une imprimante, si elle n'est pas rigide, les torsions iront directement sur la tête d'impression donc une "finition de la pièce moyenne", il faut donc éviter les modèles en acrylique et privilégier les structures alu ou bois (attention avec ce dernier aux reprises d'humidité), vous avez un modèle acrylique? tout n'est pas perdu en renforçant celle-ci ont peut améliorer les résultats. Je ne vais pas m'aventurer sur les marques car il en existe tellement et à des prix si varié qu'il est impossible de toutes les avoir vu, par contre dans le cas ou vous voulez franchir le pas il vous faudra avoir quelques bases que je vais tenter d'éclaircir. La tête (hotend) existe avec de différente forme mais le principe reste identique, une résistance fait chauffer le filament avant de le faire sortir par la buse, cette dernière existe en diffèrent diamètre d'extrusion comme les gicleurs de carbu, plus il est gros plus on avance mais moins on est précis; en parlant de précision, il faut s'avoir que la buse ne fait pas tout comme dis plus haut il y a la structure qui joue un grand rôle mais aussi vos réglage, une machine bien réglée, sans jeu sera capable d'imprimer de fin détails mais une buse de 0.2 sur une printeuse qui a un jeu de 0.5mm sur un axe ne sert à rien. Les options: le plateau chauffant (heatbed), accessoire indispensable si votre machine est livré sans, il va permettre une meilleure accroche de la première couche, si celle-ci n'est pas correctement collée la pièce ne sera pas stable et risque de ce déplacer (surtout sur une cartezienne) donc l'impression risque de finir à la corbeille. Pour le PLA on peu éventuellement s'en passer mais si on veut faire une impression avec un minimum de sérieux, de l'ABS.... pas le choix. Multi Hotend, intéressant surtout pour avoir 2 type de filament comme les solubles pour faire les supports sinon offre la possibilité d'imprimer en plusieurs couleur mais là il faut déjà avoir passé un certain cap d'apprentissage. Le caisson clos, il permet de garder une certaine température dans le volume d'impression, si vous êtes adepte des grosses et grandes pièces, il faudra y passer sans cette option il y a des risques de décollement de couche; à mes début, mon neveu voulait une figurine DarkVador, pour lui faire la surprise j'ai lancé une impression 2 fois d'affilé arrivé aux épaules la Hotend accrochait et me décollait la pièce, sur une petite c'est pas grave mais là le machin faisait 28 cm de haut (13 h de print), après réflexion j'ai enfermé la machine pour garder une température autour d'elle de 45° et bien c'est passé sans accro, maintenant dès que je fait du grand et bien je chauffe. Fan duct, c'est le ventilateur qui refroidie directement le filament à sa sortie, nécessaire pour les ponts (morceaux en suspend), et améliore grandement la finition surtout pour les petites pièces, il en existe de toute forme, le top est de refroidir autour de la buse (un cercle de 360°) sans refroidir la buse. Cet accessoire s'imprime dès le départ, c'est un bon apprentissage et une bonne amélioration de vos résultats. Fraisage (généralement réservé au cartésiennes), enfin plus grattage, c'est la possibilité de remplacer la Hotend par une petite fraise ou laser, cela permet de fabriquer vos C.I, faire du mini fraisage (matière pas trop dure) ou avec un laser faire de la gravure. Le nivellement automatique (Autoleveling), la grande question, si la machine est bien construite et les réglage bien fait il n'y en a pas besoin sauf peut être sur une Delta pour corriger "les zones extérieure au triangle", perso j'en ai monté un, je n'ai pas réussi à le régler (j'ai pas cherché bien longtemps) donc je l'ai aussitôt supprimé et cela ne me gêne pas puisque je connais ma machine. Voilà je pense avoir posé la base, pour plus de détails posez les questions et/ou j'ajouterais au fur et à mesure. Pour répondre à @gehelem , les pièges à éviter ? y en a pas, il faut mettre les pieds dans le plat! enfin si, ne pas croire que c'est comme une imprimante de bureau ou on met une feuille et on clique sur imprimer. Il n'y a aucune connaissance particulière à avoir (j'ai construit la mienne avec comme seule notion d'en avoir vu à la télé et sur le net) mais il ne faut pas brûler les étapes et ne pas croire qu'on va dès le premier coup sortir un filetage au pas de 0.50. Mon conseil, acheter une machine en kit ou la fabriquer soit même (une delta peut être construite pour 3 francs 6 sous) au moins vous connaitrez la machine et le rôle de chaque vis et ça occupe les soirs de pluie . Une machine bien réglé sera capable de faire de belle impression mais pour ça il faut y passer un peu de temps au début. Je me rabâche, une imprimante ne doit jamais tourner sans surveillance, les pièces mobile sont à plus de 200°C donc gros risque d'incendie, lors d'un test d'impression à 700mm/sec mon support de hotend c'est carrément envolé et à cette vitesse elle était dans le 270°C, je vous laisse imaginer si je n'était pas sur place... Edit, les bons sites internet: Pour continuer dans ma synthèse du "pour les nuls", quelques site à mettre en favoris: https://reprap.org/forum/list.php?110, bien qu'il soit indigeste pour la navigation ce forum international est ultra complet avec des sous sections dans chaque langue. https://www.lesimprimantes3d.fr/forum/, un forum français avec une bonne équipe prêt à aider les bleus . https://grabcad.com/library, librairie de modèles pas uniquement pour l'impression, on trouve vraiment de tous https://www.thingiverse.com/, librairie de modèles, assez complet on trouve quelques trucs Astro http://www.yeggi.com/, même chose que thingiverse https://www.traceparts.com/en/search/traceparts-classification?CatalogPath=TRACEPARTS%3ATRACEPARTS, souvent oublié car basé entreprise et pourtant une vrai mine d'Or, si vous cherchez des cotes pour vos conceptions et assemblage c'est ici qu'il faut aller, on trouve des composants de différent corps d'état sous plusieurs formats de fichier.
  35. 3 points
    Bonjour, Lors d'une dernière nuit qui m'a permis d'ouvrir un post lunaire, j'ai continué sur Jupiter pour finir la soirée. Toujours avec le C8+DMK21+Barl 2 . Je vous propose quelques "juju" rassemblées sur des planches. J'espère que cela vous conviendra, personnellement cela vient conclure une tres bonne soirée planétaire. Voili voilou je vous souhaite une bonne soirée! Bons cieux alain
  36. 3 points
    Hier soir MeteoBlue annonçait une grosse éclaircie de 23 heure à 4 heure. Mais vers 20 heure, le ciel ressemblait plutôt à ça : Je me suis donc dit que cela n'était pas gagné ! Vers 23 heure, vu l'état du ciel, je décide de laisser tomber. Vers minuit, en fermant les volets je vois Jupiter, le ciel semble dégagé. J'embarque le portable astro (oui, j'ai un portable qui ne me sers que pour l'astro (2 en réalité)) et la valise spéciale caméras et je sors. Là, je déchante vite. La vue de Jupiter par la fenêtre et à travers les bambous été trompeuse, la moitié du ciel est couverte de nuages et cette moitié se rapproche fortement de Jupiter. Comme il me faut environ 1 heure pour mettre en place le matériel, je sais que je n'aurais pas le temps de faire quoi que ce soit. D'où une grande idée, fait avec le matériel le plus léger et rapide possible ! Je sors donc la Porta II et l'Orion 80ED, mais l'utilisation de la 178 avec RAF demandait du courant, pas le temps, je vais tester la RisingCam IMX224 et l'ADC Pierro-Astro MK3 (cela doit faire au moins six mois que je les ai acheté et je n'avais pas encore eu l'occasion de les tester). Bien sûr, tester dans ces conditions un nouveau matériel n'est pas forcément une bonne idée, mais je n'avais pas trop le choix. Mais voilà, les nuages sont déjà devant Jupiter et c'est partie pendant plus d'une heure à essayer de faire la MAP entre deux nuages. À ce sujet, l'ADC génère un shifting très important lorsque l'on fait pivoter les prismes. Vers 1 heure 20, le ciel c'est enfin dégagé (au point de me faire regretter de ne pas avoir sorti l'artillerie lourde) et j'ai pu faire quelques captures. Autant dire tout de suite que les mouvements lent de la Porta II sont efficaces avec les 600 millimètres de la lunette et l'IMX224, que cela passe encore avec une Barlow 2x, mais cela commence à être musclé avec 2 Barlow 2x. Enfin, je vous livre ici le résultat : - au foyer (désolé un peu surexposée) : - Barlow2x : - 2 Barlow 2x : Pas de miracles, ce n'est qu'une 80 millimètres et l'azimutale manuelle n'aide pas. On notera quand même que l'avantage est nettement à la Barlow 2x + Barlow 2x, probablement parce que j'ai réussi à faire une meilleure MAP. L'image brute de la 224 est très jaune et récupérer des couleurs correcte est assez délicat, je n'y pas réussi avec celle au foyer. Que l'option de dérotaion de champ d'AS3 prend énormément de temps (genre 10x plus) que le même traitement sans et que, chez moi, le résultat était inexploitable; en voilà un exemple : Jolie non !?
  37. 3 points
    le gif En prévisualisation c'est ok des qu'on valide cela plante ?
  38. 2 points
    Salut à tous, Quelques images planétaire d'une très bonne nuit, au cours de laquelle malheureusement j'ai du sacrifier Saturne. Très bon seeing malgré une transparence médiocre et des planètes bien jaunes à l'acquisition en couleurs... Les détails sont sur les images. A noter pour ceux qui ne sont pas au courant qu'il y a une tempête de poussière majeure sur Mars en ce moment, mais les latitudes visibles sur l'image sont épargnées, à l'exception d'un tout petit nuage dans Daedalia au sud-est! Bonnes obs,
  39. 2 points
    C'est là : http://www.doctelescope.com Quand je vois tous les défauts des télescopes Dobson Factory, je me dis que pour 1500€ (hors TVA) pour une structure de 400, je veux bien être plus tolérant qu'une structure à plusieurs milliers d'euros.....
  40. 2 points
    Session matinale rapide entre 5 h 15 et 5 h 30, pas le temps de faire une Ir car la maison d'en face me laisse un mini créneau de visée. Fait au dob 400, à 10 mètres de focale avec Barlow televue *3 avec tirage , ADC, QHYIII 224C avec filtre Baader Uv/Ircut. 700 poses de 6.7 ms. On peut voir Olympus Mons en haut à droite, une tempête de sable dans Daedelia Planum tache blanche en bas à droite et au dessus de cette tâche en limite du limbe on distingue deux tâches (Oti fossae et Tharsis Montes). La masse rocheuse qui traverse en bas est Mare Sirenum. Le pôle Nord est en bas ( inversé ).
  41. 2 points
    bonjour, un "survol " en temps " réel " pour les astam isolés qui se demandent ce que l'on voit en Ha et en plein minimas solaires. Pas mal de trainées d'avion ont tendance à faire varier la luminosité , mais ça donne une idée des nuisances (sonores , visuelles et la pollution par les carburants brulés). attention 7mn de vidéo , aucuns effets ou accentuation directement le fichier SER (28Go) transformé en AVI compressé (372Mo) réduction de format pour le mettre sur youtibe Paul pleine résolution lien dessous https://www.webastro.net/uploads/monthly_2018_06/soleil-a-8juin18.jpg.f7c900652ca722811deb976d681ebcb8.jpg
  42. 2 points
    Un petit hommage aux 50 ans cette année du chef d'oeuvre de Space Opera, à savoir 2001, l'odyssée de l'espace. Système solaire 2018_web by sebseacteam, sur Flickr Bonne journée
  43. 2 points
    Et bien voilà, c'est prêt : SiriL en version Install.exe avec choix de la langue anglais ou français avec sélection du dossier d'install, création du raccourci sur le bureau, etc.. création des 4 sous-dossiers darks, flats, offsets et brutes dans le dossier \Images ou \Mes images selon votre version de Windows 8 scripts détaillés en français et anglais pour les APN Le tout accessible ici : http://www.astrosurf.com/colmic/SiriL0.9.9-1_64_bits/Install_SiriL_0_9_9_64bits_EN-FR.exe Une fois installé, vérifiez qu'une ancienne version de SiriL ne foute pas la grouille : - Cliquez sur Fichier/Paramètres puis onglet Divers - Supprimez tous les répertoires des scripts déjà présents cliquez sur appliquer - fermez et relancez SiriL Comme ça fait bien 2 ans que je n'ai plus utilisé ma CCD planétaire, je laisse ça aux plus dégourdis qui se feront un plaisir de partager leurs scripts Là je vais me coucher... A vous les studios...
  44. 2 points
    N'empêche que je me rappelle il y a à peu près 10 ans, quand j'ai découvert l'astro. Ça a duré qu'un été Mon frère avait acheté un skywatcher 250 1200, un dobson Et comme j'avais plus mon permis momentanément et que lui ne l'avais pas. Et, ... qu'on a découvert la pollution lumineuse par la même occasion. Il a fallu trimballer le dobson... On C'est pas trop posé de question, on a été chercher un cadi, sur le parking d'intermarché, en mettant une petite pièce d'un euros bien sûr Et on a trimballé le dobson dans le cadi...pour arrivé à proximité de notre lieu d'observation Ça vibrait sévère, mais bizarrement je me rappelle que se truc nous donnait vraiment de superbe image, bien entendu on c pas posé la question de la collimation. Au bout d'un moment on c'était quand même dit que ça vibrait un peu trop dans le cadi, et qu'à la longue ça risquait de pas lui faire du bien. On avait trouvé un meilleur système. On enlevait la base, on mettait le tube dans une poussette. L'un poussait la poussette, l'autre portait la base d'un bras, et gardait l'autre bras pour l'équilibre du tube, dans la poussette Il tenait bien la collimation ce télescope
  45. 2 points
    Voilà l'héliographe de Campbell, modèle Casella, 199 euros sur le coincoin. Sert à mesurer par brulage sur bande cartonnée métalisée la durée de l'ensoleillement quotidien et en partie son intensité. Précision en utilisant l'ancienne procédure normalisée par l'ancêtre de l'Orstom, environ 2 m de temps et 10 % de nébulosité. Traînait sur tous les aéroports jusqu'en 1998, au niveau des centres meteo, certains observatoires aussi.
  46. 2 points
    Et voilà le travail Et n'oubliez pas de vous faire plaisir !!!!!
  47. 2 points
    Bonjour, Je vous présente Jupiter et Io (en transit) pris le 1er juin 2018 à 21H32 TU. Matériel : C14 + ADC+ filtre uv/ir cut + barlow x2 +Asi 224MC
  48. 2 points
    Bonjour suis a mon poste sur l'animation de M81-M82 qui a servit sur facebook pour essayer de convaincre une platiste (mort de rire) je vous propose l'image qui en découle donc pour faire les INF autour de ces deux galaxies, il faut poser plus et surtout avoir un ciel de montagne je me suis résolut de minimiser la "montée" des nuages sombre pour éviter l'explosion du bruit je travaille sur cette image depuis lundi (essais erreur) https://www.astrobin.com/full/348482/0/ 400 images de 30s fsq106 sony a7s DOF 111 de chaques piginside et photoshop il y a des centaines et des centaines de galaxies dans cette images) d’après leur taille angulaire on plonge entre 1 et 2 milliard d'Année lumière :))))))))))) si vous voulez jouer : https://goo.gl/dXVGMZ (258 mo!!!) il s'agit de la brute de registration en .fit en 64/192bit Merci pour vos critiques l'image ci dessous est recadrée . cliquez ici pour la full pour tous les pixels en grande taille https://www.astrobin.com/full/348482/0/
  49. 2 points
    Bonjour à vous tous, Ma dernière prise Nébuleuse en émission NGC6188 accompagnée de NGC6164 (entourée de sa corolle) en 18h d'exposition. Monture : EQ3-2 avec controller "maison" Onstep Imageur : Objectif Nikon 180mm f2.8 ouvert à f4 Caméra : QHY163M Filtres : Baader Ha, OIII, SII Bon ciel ! Jonathan PS: pourquoi j'ai un cadre blanc qui entoure mon post ?
  50. 2 points
    Bonjour à tous! Hier dans la région un bel orage s'est abattu,je me suis dis pourquoi pas essayer de capturer cette puissance de la nature. J'ai pas de vue dégagée et je ne suis pas non plus chasseur d'orage mais bon après tout pourquoi pas tenter le coup de capturer un éclair. Je suis donc parti du principe de centrer mon travail sur l'éclair en lui même et non sur le paysage. Bref je me lance..en mode manuel avec le doigt vissé au déclencheur en mode rafale dés que je sentais la chose arriver. Et là coup de bol après moults ratages un éclair propre et en plus calé sur la rafale du coup j'ai tenté le gif. Il est tard (ou tôt) donc je met juste le lien astrobin. Le lien vers le gif: https://astrob.in/full/348469/0/ Edit:Quelques clichés glanés durant l'orage:(version compressée constellia) un autre: et celui du gif:
Ce classement est défini par rapport à Paris/GMT+02:00