Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 16/01/2019 dans toutes les zones

  1. 10 points
    Un grand champs sur Orion faite au 200mm f/2.8 @ f/3.2 Mount: Avalon Linear Cam: QHY163M Lens: Canon 200mm f/2.8L@f/3.2 Guiding: QHY5LII + Canon 70-200 f/4 L IS @ 200mm f/4 60x15" Ha 60x15" OIII 60x15" SII => 45 min pour les zones très lumineuses 60x180" Ha 60x180" OIII 60x180" SII => 9h pour les zones faibles Composition HDR avec un total de 9h45. Cliquez sur les images pour accéder aux full. Version Ha pure : Orion stars Version HSOO "réaliste": Orion Stars - HSOO Version HSO sous LSD: Orion Stars - HSO
  2. 9 points
    Cette année , j'ai été audité par le Ministère du développement Durable pour leur parler de pollution lumineuse ça été un echange passionnant et j'ai pu pousser quasiment l'ensemble des sujets. le rapport vient d'etre (enfin) publié c'est rigolo non seulement j'y retrouve mes idées mais dans certains cas , carrement des phrases entières de nos discutions a distribuer au maires et collectivité en guise d'avertissement : il va y avoir une réglementation et elle s'appuieront sur ce document. autant se mettre en norme en avance de phase pour toute nouvelles installations le document : http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/012301-01_rapport_cle28a49f.pdf attention c'est un sacré sujet (106 page) mais c'est passionnant 012301-01_rapport_cle28a49f rapport poullution lumineuse avex frederic tapissier.pdf
  3. 8 points
    Toooouuuccchhhhhddddooooowwwnnnnnnn 🤣 "Alia" ED80/480 est une tueuse de chez tueuse 🤩 Après l'unique Occultation filmé d'Uranus par l'ISS, la belle me sort mon premier impact http://www.aapodx2.com/2017/20170316.html Je rêvais d'avoir un impact sur Jupiter et j'ai snipé un impact sur la Lune au moment de l'Eclipse 🤣 Je ferais des planches plus nice mais pour le moment, je partage avec vous mon new biiiiiiiigggggggg frisson 🤩 A+ David https://www.astrobin.com/full/387502/0/?nc=collection&nce=1078&real=&mod= Origin full : https://www.astrobin.com/full/387638/0/?real=&mod= Animation Origin courte : https://www.astrobin.com/full/387638/C/?real=&mod= Animation Origin longue : https://www.astrobin.com/full/387638/F/?real=&mod=
  4. 7 points
    Bonjour à tous, Je vous présente ma mosaïque de l'éclipse de Lune du 21.01.2019. Complétement néophyte, je suis bien conscient qu'il y a plein de défauts. Mais j'ai tellement adoré cette expérience que je voulais partager. Sans compter que je me suis rendu compte au moment de l'éclipse que ma MES n'était pas bonne (position Zéro éronnée) et que je devais corriger régulièrement 🤦‍♂️ Triplet 127 / TSRED279 / CEM60 / Canon 1100D Ps: merci a @martial_julian pour ses conseils
  5. 4 points
    Salut à tous, Je vous présente deux images prises fin 2018. J'aurais aimé les faire en SHO, malheureusement la météo en a décidé autrement donc ce sera des images Ha. Ces images ont été faites avec un Newton 12" F4 de chez Mirrosphere et la CCD une Moravian G4 16803 (filtre Astrodon Ha 5nm). VdB142 alias la "La trompe d'Elephant" a été prise au mois d'Octobre avec 28x900s soit 7h de poses cumulés La full en cliquant sur l'image. La région du canasson a été prise au mois de décembre avec 32x1200s soit 10h40min de poses. La full en cliquant sur l'image. Voilà, j'espère qu'elles vous plairont. Amicalement, Alexandre
  6. 4 points
    Les objectifs que l'on employait en photographie argentique offrent des f/d assez faibles particulièrement attractifs pour le visuel assisté. Les problèmes à résoudre pour les adapter aux caméras sont: 1) passage d'un filetage M42 (par exemple) à un diamètre 1,25" soit 31,75mm pour utiliser une caméra 'bâton' 2)positionnement du capteur de la caméra dans le plan focal de l'objectif, avec si possible une marge de mise au point. PREMIERE PARTIE Version "low cost" by pejive Il est possible de résoudre ces problèmes à peu de frais en détournant divers accessoires de plomberie et un peu de bricolage. Le matériel : Deux objectifs : un 55mm ouvert à 1,8 et un 135mm ouvert à 2,8 Un bouchon M42 Manchons pvc réduction 40/32 et 50/40 (Hé oui 32mm ce n'est pas loin de 31,75 mais ces 0,25mm d'écart sont un peu délicats à combler) Colliers de serrage 32/52 et 77/97(à choisir en fonction de l'objectif utilisé) Réalisation de l'adaptateur: Percer un trou bien centré et assez grand (20 mm) dans le bouchon d'objectif M42. Coller ce bouchon ( colle cyano-acrylate) sur l'extrêmité de la réduction 50/40 après avoir agrandi légèrement la partie en creux si nécessaire. Positionner provisoirement le manchon 40/32 dans le 50/40 en rattrapant le jeu avec du ruban adhésif . Le laisser dépasser d'environ 10mm; Réalisation du support Les 2 colliers sont fixés à environ 5 cm l'un de l'autre sur deux cales . Le plus petit est destiné à tenir l'adaptateur, le plus grand à sécuriser le téléobjectif. Assemblage La camera bâton doit pouvoir coulisser à frottement doux dans le manchon de 32. On peut utiliser du ruban adhésif enroulé sur le tube de la caméra, mais il faut l'enlever si on veut utiliser la caméra avec une lunette ou un télescope. J'ai réalisé un anneau avec du plastique d'emballage alimentaire. Montage final Si l'objectif est court et pas trop lourd on peut se contenter de maintenir l'ensemble avec le petit collier (sous réserve de la bonne qualité du collage du bouchon M42) Les positions des manchons et de la caméra correspondent à une mise au point à l'infini. Lors de l'utilisation d'un téléobjectif il est prudent de renforcer la fixation avec le second collier (quelques tampons de feutre éviteront d'abîmer le téléobjectif); on essaiera si possible de ne pas bloquer la bague des diaphragmes ou celle de mise au point. Réglages Les objectifs sont réglés sur l'infini et on règle la mise au point en faisant coulisser légèrement la caméra dans le manchon. Mais l'expérience montre que la mise au point peut être aussi être faite avec la bague de l'objectif lorsque la caméra est un peu trop enfoncée. Une fois les bons réglages trouvés on pourra procéder au collage définitif des 2 manchons pvc avec la colle adhoc Exemple d'image Obtenue avec le 135mm et un montage provisoire: Encore avec le 135mm f/2,8 (45 poses de 1s, image retravaillée avec Fits Liberator et PaintShop ) Avec le 55mm f 1,8 (30 x1s de stack; image retravaillée avec Fits Liberator et PaintShop ) DEUXIEME PARTIE version Deluxe by @ouki de droite à gauche: objectif M42- bague d'adaptation M42/T2 - bague porte oculaire low profile T2 (31,75) et la gpcam avec tube allonge et réducteur focal Exemple d'adaptation d'un 50mm f/2 Helios Autre exemple avec un gros calibre: Un support universel pour la fixation Pour résoudre les difficultés de pointage il est recommandé d'associer un viseur, par exemple un Telrad Mais on peut imaginer d'autres combinaisons; rien de mieux qu'une bonne monture équatoriale
  7. 4 points
    Salut à tous ! À l'occasion de l'éclipse de Lune, je suis de passage à l'observatoire Sirene. Arrivé dimanche soir, j'ai pu admirer — depuis l'autoroute — un magnifique lever de Lune au-dessus des dentelles de Montmirail. Plongée dans les couleurs violacées de l'arc anti-crépusculaire suivant le coucher du Soleil — lorsque le ciel est encore suffisamment lumineux pour ne pas être ébloui par l'intensité de la Pleine Lune — la composition était superbe. Très proche de l'horizon, elle paraissait énorme ! Quelques heures plus tard, elle sera éclipsée. Je ne l'ai pas lâchée, jusqu'à son coucher. J'avais pour ambition de remonter l'ordinateur de contrôle du télescope contrôlable à distance, Pollux, afin de pouvoir imager l'éclipse après plusieurs mois d'arrêt. Mais comme toujours, plusieurs mois d'arrêt, ça signifie d'autres problèmes à résoudre. J'y passe une bonne partie de la nuit, tandis que la Lune commence à s'assombrir. Je lance donc une série d'images grand champ, dans l'espoir de réaliser mon premier chapelet lunaire. Finalement, Pollux sera prêt à imager, in extremis, au beau milieu de la courte heure de totalité. La nuit a été fraîche mais sans vent, le ciel d'une transparence exemplaire, le sol et les coupoles recouverts d'une fine et scintillante couche de givre. La coupole du T635 récemment repeinte, est éclatante. Alors que la Lune terminait de sortir de l'ombre de la Terre à l'ouest, l'aube se levait à l'est, entraînant avec elle un très joli et lumineux rapprochement entre Vénus et Jupiter. Une nuit magnifique, qui a paru bien courte ! Une éclipse de Lune compte parmi mes évènements astronomiques préférés. La lune éclipsée, rouge brique, sombre, semble flotter dans le ciel au milieu d'une myriade d'étoiles, habituellement très rares car noyées par notre éblouissant satellite. C'est un véritable plaisir à observer à l'œil nu, ainsi qu'aux jumelles. Et avec un Mont d'Or fondu dans les braises du poêle à bois dans le ventre, c'est encore plus beau 😀 Vous trouverez en pièce jointe le résultat de mes acquisitions grand champ, sous forme d'un chapelet lunaire dont je ne suis pas peu fier ! Date : 21 janvier 2019 Appareil : Canon EOS 600D Objectif : Canon 10-22 mm, à 13 mm f/7,1 Vitesse d'obturation : entre 1/400e de sec. et 6 sec. Sensibilité : 100 ISO Qualité : Raw Lieu : Observatoire Sirene Traitement sous Darktable et Gimp. Page web : https://www.cypouz.com/imagerie/190121/chapelet-eclipse-totale-lune
  8. 4 points
    Salut, ça fait un moment que je n'ai rien posté, et que je ne suis plus très actif. Mais avec les 2-3 belles nuits des congés de noel (avec quelques petits voiles d'altitude malgré tout), j'ai enfin pu faire quelques images hivernales ! Mais plutôt qu'un long discours, voici quelques images. Une petite ambiance du spot au dessus de chez moi. Ma pomme, appréciant cette cible tant attendue. Un petite M45 : 73 x 2 min à 800 avec mon bon vieux nex 3 et le nikon 300. C'est la première fois que je la fais, et elle n'est pas si simple à traiter. j'ai été soft, car ça pixellise vite avec seulement 2 heures et cet APN. Il faudrait au moins doubler le temps pour faire ressortit les nuages faibles. Ou que je mette mon second A7s non défiltré, ça passera sur cette cible. Et enfin, cette petite mosaïque que je n'ai pas pu faire la saison dernière : 3 tuiles de 250 x 30 sec à 3200 ISO avec l'A7S, le Samy, et filtre IDAS D1 (qui était mal positionné et qui a généré un peu de tilt sur la droite, tant pis). Pour cette image : prétraitement et empilement sur Pix, APP pour le traitement des gradients (parce qu'ils étaient plutôt prononcés), et assemblage de la mosaïque (vraiment top ce soft), et retour sur Pix pour le traitement de l'image finale. L'image parait plus fade que ce que l'on voit habituellement sur AB, mais j'essaie toujours d'avoir un rendu équilibré, et "naturel", du moins selon mon interprétation. Mais je dois dire que je suis assez satisfait. Si la météo le permet, je poursuivrai sur la rosette et le cone avec de nouvelle tuiles.
  9. 4 points
    Prise le matin de l'éclipse, vers 9H, très difficile à voir avec le chercheur, plus facile avec le C8. Avec filtre IR742, traitement AS3 et AstraImage. Autre traitement: Et un peu en dessous, Vénus, bien plus facile à localiser : Bonne journée
  10. 4 points
    Bonjour à Toutes et à Tous, Comme beaucoup d'entre nous, j'ai observé cette galaxie à de nombreuses reprises, et dans des diamètres très variés. Voici comment je l'ai vue, y compris le champ environnant, avec LC 80mm, TX200/254mm, TN 635mm dobson Obsession, et en fin au TN 1.20m de l'Observatoire de Haute Provence. Compte rendus détaillés ici: http://www.deepsky-drawings.com/ngc-4562-4565/dsdlang/fr http://www.deepsky-drawings.com/ngc-4565-t254-vs-t635-vs-t1-20m/dsdlang/fr Bon ciel à Tous Bertrand http://www.deepsky-drawings.com
  11. 4 points
    La Voie Lactée est devenue un incontournable des images du ciel nocturne; mais à quoi ressemble t-elle plus en détail, surtout au niveau de son centre galactique, depuis l'Europe ? Cette image, prise en août 2018 depuis le Col de Restefond dans les Hautes Alpes (France) à plus de 2800m d'altitude, présente sa portion entre la constellation de l'Aigle (à gauche) et du Scorpion (à droite); les 2 constellations sont à peine visibles pour des raisons techniques et de position : le Scorpion plongeait sous l'horizon et l'Aigle était hors "hors de portée" au moment de la prise de vue... j'y reviens un peu plus bas. Une multitude d'objets y sont présents : nébuleuses de la Lagune, Trifide, Omega, de l'Aigle (les 4 formes colorées vers le centre-droite) des structures sombres comme le "E de Bernard" (en bas à gauche, au-dessus de l'étoile bleue, qui est Altaïr), des amas globulaires... et même Saturne, à côté de la Lagune ! Ce qui frappe ici, c'est la différence de couleur entre le fond très coloré et lumineux de la Voie Lactée, composé de dizaines de millions d'étoiles à cet endroit (au TRES bas mot) et toutes ces zones noires, tentaculaires, comme des taches d'encres déversées sur le fond du ciel. La Voie Lactée regorge de gaz et de poussières : ce sont ces éléments qui opacifient notre galaxie depuis notre point de vue. Côté technique, cette image est assez complexe. Elle est composée de plus de 60 photos prises dans un angle différent pour recomposer ce champ extrêmement large, mais néanmoins particulièrement défini : j'ai utilisé le Samyang 135mm f/2 pour avoir le compromis idéal entre définition d'image et côté pratique. Vous pouvez zoomer dans l'image, je vous y invite fortement à le faire ! L’image pleine résolution est ici (plus de 10000 pixels de côté ) : https://www.astrobin.com/386059/ La prise de vue s'est déroulée en une seule nuit, juste après le crépuscule astronomique, et s'est terminée peu avant les premières lueurs du jour. Plus de 5h passé à déplacer légèrement l'appareil sur la tête panoramique montée sur l'Astrotrac toutes les 3 minutes, sans aucune interruption ! Je n'ai pas pu capturer la Voie Lactée jusqu'au Cygne (et les nébuleuses présentes dans cette zone) à cause du soleil qui se levait. Dommage ! Aucune empilement, aucun dark, flat ou offset ici. Seulement 3 minutes de poses suffisent... mais avec un ciel de "haute altitude", un Nikon D750 défiltré, un Samyang 135mmf/2, un matériel stable (trépied, monture et tête), et du temps passé sur les logiciels pour tout traiter, assembler et retoucher (environ 6h, temps de calcul pour la génération des TIFF et du panoramique inclus sur la station de travail). Ceci étant dit, le ciel avait beaucoup d’airglow, c’est pour cela que certaines zones du ciel sont plus « opaques » que d’autres. Pour une fois que l’airglow n’est pas du tout le bienvenu… ! Cette image est une première partie d'un projet beaucoup plus gros et ambitieux, qui va prendre du temps, mais il va finir par sortir un jour, j'espère. //Données techniques et matérielles : Nikon D750 Astrodon Samyang 135mm f/2 AS UMC Filtre NiSi Natural Night Tête panoramique Nodal Ninja IV RD-16 Monture Astrotrac TT320X AG Trépied Berlebach UNI 4 Astro Custom Panoramique de 60 images (environ), projection Mercator Pour chaque image, 180s de pose à 1600ISO, f/3.5, 135mm Traitement des RAW sur DxO Optics Pro 11 Elite Assemblage du panoramique sur AutoPano Giga 4.4 Retouches et calibration finale sur Photoshop CC 2017 Image traitée sur un moniteur Samsung F2380M calibré
  12. 3 points
    Bonjour tout le monde. C'est avec un grand plaisir et une grande fierté que nous pouvons vous annoncer la sortie de Siril en version 0.9.10. Cette version est le fruit de 6 mois intenses de travail et comporte de nombreuses nouveautés ainsi que des corrections de bugs. Cette version fournie une nouvelle méthode d’alignement pour les comètes ou astéroïdes , un outil d’astrométrie, la prévisualisation pour les fonctions de traitement, et des nouvelles commandes disponibles pour les scripts. Le support Windows a été amélioré, en particulier pour les caractères spéciaux dans les noms de fichiers. Nous sommes également passés à un système de contrôle des sources et des bugs gitlab pour faciliter l’interaction avec les utilisateurs et les développeurs. Enfin, l’icône principale a complètement été redessinée pour être plus moderne et plus jolie. Siril est comme d'habitude, disponible sous toutes les plateformes. Pour le téléchargement c'est ici : https://www.siril.org/fr/telechargement/
  13. 3 points
    Hello hello 😉 Après l'essai que j'avais fait en septembre http://www.astrosurf.com/topic/121627-horsehead-nebula-barnard-33-nebula-ic434-ngc2023-essai/ je suis passé en mode grosse session 🤩 Je suis super déçu car j'avais prévu de faire le double voir le triple de pose mais le mauvais temps depuis mi novembre a eu raison de moi 🤨 Je l'imagerais l'année prochaine maintenant et j'essayerai avec le 300 pour avoir plus de résol 🤪 Merci merci merci Serge pour sa couleur pour coloriser mon snipe ☺️ A+ David Color Full : https://www.astrobin.com/full/365956/F/?real=&mod= Origin : https://www.astrobin.com/full/365956/E/?real=&mod= 200% Banard33 : https://www.astrobin.com/full/365956/G/?real=&mod= 200% NGC2023 C'est ma zone préférée. Je trouve excellent de voir le voile passer devant la nébuleuse 🤩 https://www.astrobin.com/full/365956/H/https://www.astrobin.com/full/365956/H/
  14. 3 points
    Salut ! Avec l'arrivée de ma petite Ariane, je n'ai plus le temps d'approfondir mes captures... Mais quand même un peu de visuel assisté cela fait du bien et de respirer l'air du cosmos. Le télescope est un 300mm f4 et une asi224mc, l'exposition est de 200ms gain 450. Choisissez HD, c'est mieux. Je n'ai pas su trouver le nom du satellite qui passe, trop de différence entre les logiciels de cartographie. À+
  15. 3 points
    Dobson Strock 254/1200. 9 dessins : 8453 à 8461. Je me suis un peu reposé avant de venir, n'ayant pas récupéré totalement de la nuit d'hier donc je suis arrivé à 22h45. Je commence par d'autres galaxies du Verseau comme la nuit précédente. Observation 8453 : NGC7723. Cette galaxie est évidente à 75X et je la détaille à 109X, 150X et 218X. Elle est intéressante, faible à très faible, car je la soupçonne spirale mais ça reste dur à analyser. J'ai mis juste la veste mais pas le pull, la température étant moyennement fraîche. Le silence de la nuit est troublé un moment par un groupe de camions bruyants qui passe sur la route départementale pas très loin. Observation 8454 : NGC7727. Cette galaxie condensée est considérablement faible à faible avec un centre net. Elle pourrait ressembler à une étoile floue à faible grossissement, mais à 150X le doute n'est plus permis. J'ai fini par mettre le pull et carrément le manteau car le froid devient vif alors qu'il est quasiment minuit. Observation 8455 : NGC7717. Je détaille une autre galaxie du Verseau. Elle est petite, faible et condensée à 150X, à proximité d'une étoile jaunâtre qui egaie un peu le champ. Je subis un petit coup de barre. Comme souvent dans ce cas, je dors une demi-heure dans la voiture avant de m'attaquer à un groupe de galaxies mais cette fois-ci dans Pégase. Observation 8456 : groupe NGC7383 à 7390. Je compte cinq galaxies dans ce groupe : d'abord une première ligne composée de NGC7387 qui est vue VI2 et de NGC7389 vue VI1. La seconde ligne presque parallèle à la première est constituée de NGC7383 qui est vue VI1 à 2 puis de NGC7385 qui est faible et enfin de la très faible NGC7386. Observation 8457 : NGC7432. Cette galaxie est observée à 150X et 218X. Il y a besoin de beaucoup la grossir car elle est petite et reste très faible à VI1, repérée à 150X et diffuse. Décidément, j'entends encore des camions, il y en a beaucoup qui passent par ici cette nuit, est-ce un transport de moisson? Observation 8458 : NGC7611. Cet univers-île montre son centre facile et faible, mais son enveloppe externe n'est vue qu'en vision indirecte 75% du temps donc VI2 à 150X. Une étoile là aussi jaunâtre traîne à proximité dans le champ. Les bruits de la nuit deviennent plus naturels avec un hibou petit-duc mais aussi une vache qui fait du bruit dans l'étable. Je suis de nouveau un peu fatigué, du coup je m'offre une autre sieste courte. Au réveil, je change de constellation mais pas de type d'objet puisque je vais aller voir d'autres galaxies mais côté Baleine. Observation 8459 : NGC151. Cette galaxie est très faible, diffuse et assez allongée à 150X, avec une zone plus brillante assez large. Je virevolte vers une autre constellation qui est l'Éridan, dans sa partie nord, pour aller regarder 2 galaxies après avoir mis les gants tellement le froid s'intensifie. Observation 8460 : NGC1140. Celle-là, elle ressemble plus à une étoile floue faible, et à 150X sa nature galactique ressort mieux alors qu'à 109x ce n'était pas si évident. Je suis encore fatigué mais je résiste, on arrive à la fin de la nuit à 4h du matin. Observation 8461 : NGC1084. Je termine la nuit, alors que la Lune s'est levée vers 4h15 en croissant dans le Lion, sur cette galaxie considérablement faible à faible dont la structure spirale se dévoile à 150X et surtout à 218X. Ses spires vues uniquement en vision décalée sont respectivement VI3 et VI5, ce qui signifie vues 50% du temps dans le premier cas et moins de 10% pour l'autre. Il est 4h40 du matin. Je suis trop fatigué pour continuer, du coup je range le télescope et dors dans l'auto quelques heures avant de rentrer. En remballant, je constate beaucoup d'humidité sur les affaires.
  16. 3 points
    Bonjour, Pour faire un peu plus original, voici un rapide montage de quelques photos faites de chez moi avec un simple bridge Lumix fz 200. Beaucoup de chance car il a fait beau pendant toute l'éclipse (et froid aussi givre et -5°c)
  17. 3 points
    Il est tout a fait possible d'envisager d'utiliser un dobson motorisé en visuel assisté. En parcourant les archives de cloudynight dès 2007 nos amis avaient déjà simplement posé leurs caméras sur le porte oculaire. Le plus dur en visuel assisté en fait c'est de passer le pas. En respectant quelques règles relativement simple vous pouvez utiliser votre dobson motorisé . En premier lieu la monture doit être positionné bien a plat, l'heure correctement réglée, le choix des cibles important pas trop haut en alt et si possible en secteur Est ou OUEST Affin de gérer au mieux la dérotation. Voir Astrophotographie et rotation de champ (1).pdf Minimiser le plus possible les temps de poses unitaires. Aux alentours de 3 a 10 secondes. Il faudra jouer avec plusieurs paramètres Pour trouver le bon équilibre Entre gain rapidité et bruit. l'histogramme bien serré pour avoir un peu de puissance en +. L'utilisation et la maîtrise de la réduction de focale est primordial. Dis moi M51 dans ton dobson ça donne quoi? Et M42? l'utilisation d'un Adaptateur négatif favorisera Les réductions de focale extrêmes Et vous savez quoi avec la réduction extrême on peux utiliser un Dobson Manuel Avec une bonne maîtrise de tout les éléments c'est envisageable. Que ce soit au dobson ou tout autre type de montures motorisées ou manuelles tout est faisable en visuel assisté attention cependant aux grandes focales
  18. 3 points
    Bonjour, J'ai à cœur de réaliser un micro-observatoire en remote. N'arrivant pas à arrêter tous les choix technique pour la structure, j'ai donc changé de chantier et attaqué la boite à relais Ethernet. Le code a été prévu pour être facilement modulable. Je vais vous présenter une version a 8 relais et expliquer comment l'adapter a vos besoins. Je suis parti d'un Arduino Uno. Pour la connexion Ethernet, je lui ai ajouté un module ENC28J60 (HR911105A) en 5V. La version 5V se différencie de la version 3.3V par le nombre de broches sur son connecteur. 10 pour la version 3.3V et 12 pour la version 5V. Pour les relais, j'ai choisi une carte 16 relais en 5V . Avec le code que j'ai écris et les 2Ko de mémoire de l'Arduino Uno, je ne peux piloter que 10 relais. Si on souhaite piloter plus de relais il faut choisir un Arduino Mega. Ces module relais existent en différentes version, de 1 à 16 relais (et peut être plus?). J'ai tout choisi en 5V de manière à n'avoir qu'une seule alimentation. La boite se pilote à partir d'une interface Web générée par l'Arduino et se présente ainsi: Le nombre de bouton ainsi que leurs noms sont paramétrable facilement dans le code, comme on le verra un peu plus bas. Sur chaque bouton se trouve le nom du périphérique contrôlé ainsi que son état. Réalisation: Je n'ai pour l'instant pas réaliser la mise en boitier. Je pense l’intégrer dans l'armoire électrique de l'observatoire. Le plus simple est de fixer tous les modules dans le fond d'un boitier et relier les différentes cartes entre elles, soit par des câbles dupont, soit en soudant directement les fils sur les broches. Voici le schéma de câblage: Installation/configuration de l'IDE, des drivers et bibliothèques: Pour programmer l’Arduino, il faut télécharger et installer l'IDE. IDE se traduit en français par Environnement de Développement Intégré. C'est le logiciel où l'on crée le code et avec lequel on programme l'Arduino (téléverser). Il se trouve ICI. Il suffit de sélectionner son système d'exploitation et d'installer le fichier téléchargé. Durant l'installation de l'IDE, sous Windows, le système demande a plusieurs reprises des autorisations pour installer des drivers non certifié, c'est tout a fait normal et il suffit d'accepter. Pour les Arduino d'origine chinoise, il faut installer le driver du CH340 (convertisseur USB/série). Le driver se trouve ICI. Il est maintenant temps de brancher l’Arduino. Si tout c'est bien déroulé, l'Arduino devrai s'installer sans problèmes. Allons faire un tour dans le gestionnaire de périphérique pour voir si l'installation s'est bien déroulée et noter le numéro du port série attribué a l'Arduino. Pour cela appuyez sur les touches Windows + R et taper "devmgmt.msc" dans le fenêtre qui s'ouvre et appuyer sur Entrée. Vous devriez obtenir une fenêtre qui ressemble à ça: J'ai connecté deux Arduino, un officiel, sur le port 31, et un chinois , sur le port 30. Nous pouvons maintenant ouvrir l'IDE Arduino. Nous allons maintenant indiquer a l'IDE le type de carte Arduino que nous allons programmer ainsi que le port série sur le quel il se trouve. Cela se passe dans le menu "Outils": Maintenant que l'IDE sait a quelle carte il a a faire et ou la trouver, il ne reste plus qu'a installer la librairie etherCard. Ça se passe dans le menu: Croquis -> Inclure une bibliothèque -> Gérer les bibliothèques (Ctrl + Maj + i): Nous sommes maintenant dans le gestionnaire de bibliothèque. Dans le champ de recherche en haut a droite entrez "ethercard". Normalement le gestionnaire n'en trouve qu'une, celle de Jean-Claude Wippler en version 1.1.0. Il ne reste plus qu'a cliquer sur installer pour terminer l'installation de la bibliothèque: Modification du code et téléversement: Pour nous y retrouver plus facilement nous allons commencer par afficher les numerus de lignes dans l'IDE. Pour ce faire il faut se rendre dans le menu Fichier -> Préférences (Ctrl + Virgule). Là il suffit de cocher la case: Afficher les numéros de ligne: Entrons maintenant dans le vif du sujet: le code. Vous pouvez le télécharger ICI . Une fois le fichier ouvert dans l'IDE vous devriez avoir quelque chose qui ressemble à ça: 1/ La première ligne intéressante se trouve ligne 3. #define Nb 8 Elle définit le nombre de boutons qui seront générés par le serveur Web. Il suffit de remplacer le 8 par le nombre de relais que vous souhaitez utiliser. 2/ Ligne 4 se trouve la ligne ou l'on configure le mode de paramétrage IP. Soit par DHCP, soit manuel. #define STATIC 0 Par défaut (0), c'est la configuration par DHCP qui est activée, vous n'avez rien a faire, c'est votre BOX qui se chargera d'attribuer une adresse IP a votre interface. Si vous souhaitez paramétrer vous même l'adresse IP, il suffit de passer le 0 à 1. 3/ Si vous avez choisi de configurer manuellement votre adresse IP, les ligne 7 et 8 vont vous intéresser. Si vous avez laisser STATIC à 0 vous pouvez passer directement point 4. static byte myip[] = { 192,168,1,222 }; static byte gwip[] = { 192,168,1,254 }; Ligne 7 vous pourrez entrer votre adresse IP et ligne 8 l'adresse de votre passerelle par défaut. 4/ La 11 ligne définit l'adresse MAC de l'interface réseau. static byte mymac[] = { 0x74,0x69,0x69,0x2D,0x30,0x31 }; L'adresse MAC doit être unique sur votre réseau local. Si vous souhaitez la modifier il suffit de remplacer les nombre après chaque 0x. Si vous ne savez pas a quoi cela correspond, laissez l'adresse tel quel, ça serai vraiment pas chance que se trouve sur votre réseau un autre appareil ayant cet adresse MAC. 5/ Ligne 15 à 30, c'est a cet endroit que l'on change le nom des boutons. "Relais 1", "Relais 2", "Relais 3", "Relais 4", "Relais 5", "Relais 6", "Relais 7", "Relais 8", "Relais 9", "Relais 10", "Relais 11", "Relais 12", "Relais 13", "Relais 14", "Relais 15", "Relais 16" Il suffit de modifier les noms entre les guillemets. 6/ Enfin ligne 33, si vous souhaitez utiliser plus de 8 relais c'est ici qu'il faut indiquer sur quelles broches de l’Arduino sont connectés les relais. int RelaisPin[] = {9,8,7,6,5,4,3,2}; Il suffit d'ajouter les numéros de broches à la suite du 2 et de les séparer par des virgules. Maintenant que le code est adapté a vos besoins, il ne reste plus qu'à le téléverser vers l'Arduino. Pour ce faire appuyez sur le bouton téléverser en haut à gauche (bouton rond avec une flèche pointant à droite). Une fois appuyé sur le bouton "téléverser", l'IDE va compiler le code et ensuite le téléverser. Vous pouvez suivre l'avancement de ces étapes dans la fenêtre noire en bas de l'IDE. A la fin du téléversement, si tout s'est bien passer vous devriez avoir le message: "Téléversement terminé" en bas a gauche dans le bandeau vert. Dans la fenêtre noire un avertissement s'affiche concernant la quantité de mémoire restante. Cela ne pose pas de problèmes sur un Arduino Uno jusqu'a 10 relais. Le miens est connecté depuis deux mois, je m'y connecte régulièrement pour vérifier le fonctionnement et il ne m'a pour l'instant jamais fait défaut. Si vous avez choisi la méthode DHCP pour configurer votre adresse IP, il faut ouvrir le moniteur série pour voir quelle adresse IP votre serveur vous à attribué. C'est un bouton en forme de loupe en haut à droite de la fenêtre. On arrive sur cette fenêtre: Il faut vérifier en bas à droite que la vitesse de communication est bien réglée a 9600 baud. Si rien ne s'affiche dans le moniteur série, il faut appuyer sur le bouton Reset de l’Arduino. Maintenant que vous avez l'adresse IP de la boite à relais, lancez votre navigateur Internet préféré et tapez l'IP dans la barre d'adresse puis entrer et vous devriez arriver sur une page semblable a celle ci: J’espère que cela pourra vous être utile. Voici un petit récapitulatif des liens: - IDE Arduino. - Driver CH340. - Code Arduino.
  19. 3 points
    Oui bravo Great gig in the sky. 10 Ursae Majoris est effectivement une étoile de la constellation du Lynx, comme son nom ne l'indique pas! Elle appartenait bien à la constellation de la Grande Ourse lorsque Sir John Flamsteed, natif de Derby, la catalogua. Il ne porte donc aucune responsabilité dans cette bizarrerie, puisque le tracé de la constellation du Lynx a été modifié bien plus tard, venant subtiliser cette étoile au plantigrade céleste. Cela aurait pu être tout à fait anecdotique s'il ne s'agissait pas d'une étoile de magnitude 3,9, la troisième plus brillante du Lynx, visible à l'oeil nu! Pour la petite anecdote, j'ai découvert cet état de fait un soir en observant le ciel entre la Grande Ourse et le Lynx. Soudain, la mention d'une étoile "10 Uma" sur le tracé même du Lynx à la page 33 de mon fidèle Pocket Sky Atlas m'a attiré l'oeil. Serait-il possible qu'une erreur se soit glissée? J'étais dans le plus profond désarroi, si le PSA s'est trompé, en quoi, en qui puis-je alors avoir confiance? Toutes ces années d'observations enduites d'erreurs, la nébuleuse d'Orion serait en fait la galaxie d'Andromède? Ou l'inverse?? Pas un moment il ne m'est venu à l'esprit que c'était simplement une originalité avec une explication rationnelle. J'ai donc mené des recherches pour comprendre cette bizarrerie qui m'ont aussi bien rassuré que fasciné en me plongeant dans un monde d'illustre astronomes et d'histoires de tracé des constellations.
  20. 3 points
    Un petit comparatif avec l'aide de fonctions de la nouvelle version. A ma gauche, une montée d’histogramme classique, faite avec Siril. A ma droite, une monté faite en deux temps : - Tout d'abord avec la transformation asinh - Ensuite avec la transformation de l'histogramme classique. On voit qu'on a de plus jolies couleurs et que le cœur de M42 est bien moins cramé sur la version de droite. Aucune saturation des couleurs n'a été appliquée. Il s'agit juste d'une monté d'histogramme.
  21. 3 points
    Coucou, c'est le livreur ! Le colis du jour, un pano de 2 tuiles sur Platon...toujours au newton 158 et barlow x2. Les conditions n'étaient pas au top du top malgré une lune haute, mais en regardant bien de très très très près, on distingue vaguement la faille au fond de la vallée et 6 petits cratères dans Platon (si, j'vous jure !)
  22. 3 points
    Bonjour à tous, Comme nous le savons tous, la réduction de focale pour le VA est indispensable!!! Une bonne réduction de focale et c'est un temps de pose divisé par 2,4,8 fois et j'en passe. Entre un telescope à F/D 6 et un F/D 2, le temps de pose est divisé par 9 avec un champ 3 fois plus grand. J'ai donc voulu faire cet article pour: - Mettre un peu de théorie sur la table et savoir comment fonctionne un réducteur de focale (RdF). - Énumérer les différents produits qui se trouvent sur le marché. Théorie: Un RdF est simplement une lentille convergente. Elle permet de diminuer la taille du faisceau qui arrive du télescope (de focale F). Le faisceau étant plus concentré on a donc l'impression, avec le même diamètre de capteur, d'avoir un champ plus grand. Voila pour le principe. Les RdF ont comme toute lentille, une certaine focale qu'on appellera f et qui est fonction de la courbure de la lentille. Donc forcément qui dit focale réduite, dit aussi lentille plus travaillée et donc plus chère (si de bonne qualité). Quelques formules: - Le RdF sera donc placé à une certaine distance (d) du capteur de la caméra et le coefficient de réduction K sera donc: K= 1 - d/f - Pour calculer la nouvelle focale du télescope on aura donc F'= K * F - Placer un RdF a aussi pour effet de rentrer le point focal du télescope, c'est à dire que la mise au point ne se fera plus au même point. La différence entre le point focal normal (sans réduction) et le nouveau point est appelé Backfocus (B). Il arrive (assez souvent) que lors de l'ajout d'un réducteur il faille aller chercher le point focal à l'intérieur du PO. On a donc B = d*f/(f-d) - d Les différents RdF: - SVbony ou équivalent chinois: f=70mm, 11€, mais je trouve d'une qualité pas terrible... et en plus monté à l'envers - TS Optics: f=85mm, 45€ , j'imagine de très bonne qualité - Kepler/GSO de PA: f=102mm, 25€ Une petite simulation du backfocus pour un telescope avec F=1200mm en essayant d'obtenir un K d'environ 0,4 (donc un F' d'environ 480mm): On voit que plus la focale du RdF est grande, plus il faut rajouter de l'espace (d) entre le RdF et le capteur, plus il faudra chercher loin le nouveau point focal (B croit). Donc ce que l'on peut économiser en achetant un RdF moins cher et de plus longue focale, on peut le perdre en ayant à rajouter des spacers entre le RdF et le capteur sans ajouter les complication d'aller chercher un point focal plus loin dans le PO et il faudra alors un adaptateur négatif... Sinon, pour le montage, @ouki a fait un très bon post avec des images: Et pour les adaptateurs négatifs:
  23. 3 points
    @ouki Nickel les tutos sur Noctua Tu peux évidemment piocher dans mes photos (mais vu qu'il y a mieux ailleurs ) Je vais quand même faire mon relou sur la VA Classique Je sais que tu adores le N/B mais je ne suis pas trop d'accord sur le "-Le noir et blanc est beaucoup plus sensible . " plus sensible doit suffire (de l'ordre de 20%) tu peux rajouter plus de piqué en faveur du N/B (encore que je n'en suis pas persuadé car après stacking toutes les images sont lissé) Je ne voudrais pas qu'on entretienne ce mythe du N/B = 3x plus sensible Mythe que j'ai cru pendant longtemps (à force de le voir partout) Ce mythe partant du fait qu'il faudrait des photocites 4x plus petit (4 par pixel couleurs) pour obtenir le même résultat qu'une cam mono + tous les filtres couleurs Ce qui est bien sur fantaisiste, car en pratique on achète un modèle bien précis on choisi entre une version mono et couleur une version couleur qui est en gros la mono avec une matrice de bayer (c'est elle qui va faire perdre les 20% de sensibilité) les deux auront le même nombre de photocites la couleur est obtenue par un algo qui fait un mixe de toutes les infos (c'est ici qu'on perd en piqué) pour moi le gros avantage du mono, c'est le dé filtrage complet qui te permet d'avoir tout le spectre lumineux et ça c'est impossible sur une cam couleur avec des possibilités de filtres à l'infini mon avis c'est qu'en VA on ne va pas aussi loin (le jeu de mot à 2 balles ) sinon c'est de l'astrophoto (et même en astrophoto beaucoup passe sur A7S pour la simplicité) Attention je n'ai rien contre le N/B mais j'aime bien être précis Bien sur je suis ouvert aux remarques par rapport à ce que j'ai dis (vu que je ne prétend pas tout savoir, j'en suis vraiment loin) Désolé pour le pavé, je me suis un peu emballé
  24. 3 points
    M101, 17 min d'empilement en variant les poses unitaires durant le stack de 4 à 30 secondes: La mes étant perfectible, je pense que les poses de 30 secondes ont fait plus de mal que de bien.
  25. 3 points
    ...encore du ARP avec d'autres compagnons inconnus! ARP214:
Ce classement est défini par rapport à Paris/GMT+01:00