Jump to content

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation since 08/27/2021 in all areas

  1. Salut les astrams 😀 Un objet hors saison cette fois-ci : NGC2359, le casque de Thor. Toujours shooté depuis Deep Sky Chile, nous avons réalisé les acquisitions sur deux années, et on a du retard sur les traitements ! La cible n’est pas très étendue par rapport au capteur et à la focale utilisée, aussi nous avons choisi de réaliser un crop sur la zone d’intérêt. Il s’agit d’un assemblage HOO pour les nébulosités et RVB pour les étoiles. Nous avons hésité un moment à réduire plus les étoiles, car c’est une zone chargée, mais finalement celles-ci apportent une dynamique intéressante à l’image. Les détails d’acquisition sont dans le tableau ci-dessous. On vous conseille évidemment d’aller voir la full sur Astrobin : https://www.astrobin.com/full/odausj/B/?mod=&real= Quelques infos sur la cible : Le Casque de Thor (NGC 2359) est une nébuleuse en émission située dans la constellation du Grand Chien, à une distance d’environ 15 000 années-lumière de la Terre. Elle a été découverte par William Herschel en 1785. NGC 2359 est un nuage cosmique en forme de casque ailé, évocateur du casque du dieu de la mythologie nordique. Il s’agit d’une bulle interstellaire d’une trentaine d’années-lumière, soufflée par les vents violents de l'étoile géante et chaude HD 56925. C’est une étoile de type Wolf-Rayet (WR7), de magnitude 11.7. Par rapport au Soleil elle est environ 16 fois plus massive, 280 000 fois plus brillante, et sa température de surface atteint les 112 000 K. Son destin est de finir en supernova. Les étoiles Wolf-Rayet (nommées ainsi en 1867 par Charles Wolf et Georges Rayet, de l’Observatoire de Paris) sont d’anciennes géantes bleues qui ont quitté la séquence principale. Elles présentent deux caractéristiques principales : · Elles ont consommé tout l’hydrogène présent dans leur cœur. Pour maintenir leur équilibre, elles sont donc obligées de faire fusionner des noyaux plus lourds, hélium tout d’abord, puis carbone et oxygène ensuite. Cette phase peut durer environ un million d’années. · Elles éjectent beaucoup de matière, par le biais de vents stellaires puissants et violents, dont la vitesse atteint les 2 000 km/s. Ce vent rapide constitué matière opaque explique le profil spectroscopique particulier de ces étoiles, sous forme de larges raies en émission, sans visibilité du continuum de l’étoile. Si les raies dominantes proviennent de l'azote, on parle d'étoile WN ; pour le carbone d'étoiles WC et pour l'oxygène d'étoiles WO. En espérant qu’elle vous plaise ! Ciel clair à tous Marian, Jean-Mi, Dave, Gégé et Lolo
    12 points
  2. Bonjour à tous! Voici le lien vers un contenu que je viens de finaliser sur mon site internet et que j'ai eu grand plaisir à réaliser ces derniers mois ou la météo n'a pas été clémente pour la pratique! Il s'agit d'un modeste article descriptif des 110 objets célestes du catalogue de Messier, illustrés par 135 astrophotographes différents que j'ai sollicité afin de partager le travail de la communauté des astrophotographes amateurs. Une description simple est donnée pour chacun des 110 objets, sans ambition mais plutôt dans une optique de simplicité et de partage. Les plus néophytes trouveront également une nouvelle section "cosmologie" sur le site qui explique succinctement la nature des différents objets célestes du ciel profond que les amateurs photographient, et qui viendra éventuellement étayer ce catalogue de Messier en images. Les plus expérimentés pourront quant à eux peut être se remémorer les objets de Messier les moins connus et leurs caractéristiques, et peut être y trouver des cibles à ajouter à leur liste de shoot! 😉 Je tiens à remercier une nouvelle fois tous les participants qui ont bien voulu mettre à disposition leurs images, et à repréciser qu'il n'y avait pas de critère de qualité dans la sélection des photos. L'idée était simplement d'avoir un ou deux astrophotographes amateurs à créditer pour chaque objet, et d'obtenir des images montrant la morphologie et les couleurs de l'objet, sans notion de niveau technique. Aussi, je suis navré de ne pas avoir pu intégrer toutes les photos que j'avais récolté, faute de place car le catalogue ne contient que 110 objets et que la communauté d'astrophotographes est bien plus grande!! A noter que la navigation sur le site est optimisée pour ordinateur et qu'il peut donc y avoir des incohérences de présentation sur téléphone ou tablette. https://guinotmathieu.wixsite.com/astrophotographies/catalogue-de-messier?fbclid=IwAR2gkNm_JIDzC8wy6vLkadWWW6bT-cAyC8rMtTubA2GdlIQFwVB6_Ipyn5M
    10 points
  3. Bravo @j-christophe pour cette protubérance. Je l'ai aussi photographié et j'en ai fait une animation sur une demi-heure (entre 11h23 et 12h05). C'est ma première animation. Je suis preneur de conseil. (Setup: Lunette Sw black diamond 80ED + Daystar Quark + QHY5III-174M )
    10 points
  4. **** edit : version 2 finale avec le coeur de la nébuleuse retravaillé ***** salut à tous, Voici la célèbre M27, la nébuleuse de l'Haltère, qui est une nébuleuse planétaire située dans la constellation du Petit Renard à environ 1227 années-lumière et âgée de 3000 à 4000 ans. Le cœur de cet objet est particulièrement brillant et possède un diamètre apparent qui atteint 1/5 de celui de la Lune. Les extensions beaucoup moins brillantes nécessitent de longues heures de poses et se déploient autour de l'haltère centrale. L'étoile centrale (à l'origine de la nébuleuse) est devenu une naine blanche (de couleur bleue) très chaude (85 000 K). Pas moins de 21h40 d'expositions réalisées fin aout et début septembre pour cette version où les extensions les plus lointaines et ténues de la nébuleuse sont révélées par les nombreuses poses au travers des filtres H2 (rouge) et O3 (bleu-vert). Des poses RVB ont été réalisées pour obtenir la couleur naturelle des étoiles. Newton 250mm f/3.8 sur monture CEM120 Camera ZWO Asi 2600mm +filtres Antlia Hii : 117x300s Oiii : 107x300s RVB : 30x120s chacun Traitement HOO-RVB Pixinsight & Photoshop Lien vers l'image en pleine résolution : https://www.astrobin.com/full/ccoovs/0/
    8 points
  5. Sauf que cette citation n'existe pas. La traduction est erronée, et on lui fait dire aujourd'hui exactement l'inverse des propos tenus par les auteurs de la lettre, dont Benjamin Franklin (et pas Thomas Jefferson). Those who would give up essential Safety, to purchase a little temporary Liberty, deserve neither Liberty nor Safety. Dans la citation originale les auteurs de la lettre opposent Liberté et Sécurité à la liberté individuelle ( temporary Liberté ). C'est à dire ceux qui privilégient leurs petites libertés individuelles au détriment de la Liberté collective. La lettre était destinée à un sénateur qui , au nom de sa liberté individuelle, refusait de payer une taxe. Ce qui est marrant c'est que cette taxe avait été mise en place à l'occasion d'une situation exceptionnelle (guerre). Dans le contexte actuel cette lettre serait destinée à ceux qui mettent leurs libertés individuelles au au-dessus de la Liberté de tous. Le mot purchase (acheter) n'est pas anodin. On ne parle pas de sacrifice, mais bien d'acheter un peu de liberté individuelle. L'opposition entre Liberty et temporary Liberty est aussi importante. C'est beaucoup plus flatteur de traduire cette citation en omettant les 2 mots mots-clés : temporary et purchase. Cela permet de se positionner en résistant défendant les Libertés fondamentales, et pas juste comme défenseur de sa petite liberté individuelle. https://www.washingtonpost.com/news/volokh-conspiracy/wp/2014/11/11/liberty-safety-and-benjamin-franklin/
    8 points
  6. Bonjour, Voici une petite Orion faite le 11.09 avec ma fs60 et l'asi2600mc. J'ai fait ces quelques poses pour la tester sur Orion. Il y a 25 x 180s + 30 x 10s :
    8 points
  7. Bonjour, La période que nous venons de traverser a modifié ma façon de faire de l'astronomie. La Lune n'avait jamais été vraiment un sujet d'observation auparavant. Mais depuis un an, les astres accessibles depuis mon balcon sont rares et c'est donc vers notre satellite que je me suis peu à peu tourné. Pour améliorer mes observations j'ai acheté le livre de @norma "Manuel d'observation lunaire". La 3e partie du livre est consacrée à la technique du dessin lunaire. J'ai donc acheté du canson noir, une craie blanche , une craie grise et une craie noire. Je vous propose sur ce fil mes débuts et plus tard peut-être l'évolution de ma technique. J'ai dessiné mes trois premiers cratères sur la même planche même s'ils n'ont pas été réalisés le même jour. Débutant dans la pratique, je n'ai pas voulu faire de gros dessins donc ils font environ 2cm*3cm. Je réitère plus tard sur Platon toujours au Mak 127 : (dimension 13cm*14cm) Le 25 Août 2021 entre 1h et 2h du matin toujours au Mak 127, Petavius (ainsi que le petit Wrottesley) : (dimension 18cm*18cm)
    8 points
  8. Salut la compagnie Jeudi soir, le temps semble propice. Malgré la lune, je sors armé de mon filtre H-alpha et de la cam refroidie pour diriger LUDO vers la bulle. Clairement, la soirée s'annonce bonne. L'image est bien piquée, même en poses de 2s ; le H-alpha aide bien et la hauteur de la cible aussi. Donc sans plus de blabla, voici NGC7635 prise dans la nuit du 23 au 24 septembre. 6h de pose totale, j'ai conservé 6283x2s pour le fond ( FWHM = 1.30" ) et 1945x2s pour le piqué ( FWHM = 1.10" ) T560 altaz à F 2.9 ( réducteur ASA ) , QHY290M, filtre H-alpha baader 7nm Image à 200% de la taille d'acquisition, soit 0.185"/pixel Bon ya toujours 2 ou 3 trucs à améliorer, à optimiser... la cam un peu de traviol du coup les étoiles pas nickel nickel... mais je suis très très content du résultat Peut être que j'aurais pu profiter de la turbu faible pour faire une cible plus lumineuse et diminuer le temps de pose pour gagner en piqué ( et descendre sous les 1.0" de FWHM ) mais j'avais envie de cette cible depuis longtemps, et elle était idéalement placée pour que je puisse rester dessus toute la nuit et suffisamment haut. je voulais aussi tester des poses de 2s, plus long qu'à mon habitude... ben c'est pas mal du tout, très très peu de déchet malgré un passage méridien à 77° de hauteur. J'ai aussi réussi à gagner un peu de champ grâce à un petit "truc" avec Siril. Je ne rentre pas dans les détails, mais en gros ça me permet d'utiliser les zones ou je n'ai pas 100% des images après l'empilement sans que ça se voie sur l'image finale. J'ai également tourné régulièrement la cam pour garder la cible orientée à peu près de la même manière ( environ 4 ou 5 fois au total ) J'y reviendrai pour ajouter de la couleur je pense bons cieux Romain
    7 points
  9. Bonjour Le Jour Du Flash un Gif interrompu trop tôt pour cause de rdv médecin le lendemain pour un évènement qu'on a beaucoup tous loupé bonne soirée et bon ciel Sauveur
    7 points
  10. Salut Super ciel la nuit du 11 au 12/09 : j'ai bien fait de sortir le C8... Du coup, malgré la buée sur la lame, les images obtenues sont ce que j'ai eu de mieux à date. C'était aussi l'occasion de tester le mélange entre une luminance faite à la 290 mono, et une couche couleur issue de la 224. On commence par les images prises à la 224 seule : Puis on passe à la capture finale issue de la 290 mono : échantillonnage plus généreux surtout avec la barlow 2X, mais le C8 encaisse ! Et enfin, mix entre la mono et une capture couleur (calée sur la même heure via Winjupos) : EDIT : couche couleur retravaillée et meilleure maintenant Merci pour votre passage et bon ciel ! Julien
    7 points
  11. Bonjour, Je vous partage un retour d’expérience long et détaillé sur ces jumelles et ses accessoires après 4 mois d’utilisation. On en parle beaucoup plus ces derniers temps et ça interpelle les astrams donc je me suis décidé à faire ce post qui pourra peut-être répondre à pas mal d’interrogations. Sommaire : Intro 1) Pourquoi ? 2) Les accessoires 3) Oculaires 4) Les jumelles 5) Bon, et on voit quoi là-dedans ??? 6) Conclusion Intro : Malgré un emploi du temps personnel chargé, j’ai pu faire plusieurs sorties sous différents cieux : depuis chez moi dans une petite ville mais aussi dans des coins plus isolés en altitude vers chez moi avec par exemple M31 bien visible à l’œil nu. J’ai observé pas mal de cibles différentes (sachant que je me cantonne aux Messier ou NGC les plus brillants) mais aussi du planétaire / lunaire afin de pouvoir donner mon avis de manière transparente et objective …enfin je l’espère. Pour me situer dans ma pratique astro car cela a une influence sur ce test ; sachez qu’à l’heure où j’écris ces lignes je suis loin d’être un vétéran comme certains ici. Je n’ai que 3 ou 4 ans de pratique mais je me documente beaucoup. Je préfère apprendre le ciel donc pas de goto ou autre gadget. Pas de photo ou de VA juste du visuel avec pour objectif de me mettre à l’astro-dessin. Et comme comparaison, j’ai eu différents tubes du mak150 à la FC100 et j’ai accès à de plus gros diamètre au club. 1)Pourquoi ? Je me rappelle avoir lu le test d’AstroSylv1 qui disait que ce qui l’avait décidé à acheter les jumelles pouvait se résumer en un mot : Néowise. Je pourrai faire exactement pareil pour moi en un mot : Subwoof !!! Je vendais du matériel astro et il est venu me parler pour un trepied berlebach que je vendais. C’est là que je lui dis que de toute façon mon trépied sera assez costaud pour des jumelles car on ne grossit pas beaucoup. Grave erreur ! car c’est à ce moment-là qu’il a commencé à me parler des supers pouvoirs de ses jumelles dont je ne connaissais pas l’existence jusqu’alors…Du coup, comme un c** je me suis renseigné un peu sur CN, WA et sur d’autres fofos -> j’ai tout de suite compris que c’était un truc de dingue. Bon ensuite j’ai continué à échanger avec Subwoof mais plus sérieusement il ne m’a jamais incité à l’achat c’est moi qui le relançais mais bon c’était trop tard le mal était fait. Au début mon choix se portait plus sur les APM100SD pour le prix et aussi car j’avais un peu peur d’avoir des vibrations avec les 120. Bon pas de suspense le titre l’indique je me décidé sur les APM120SD pour avoir le must et ne pas regretter plus tard. Niveau tarif, avec la collimation on est dans les prix d’une TSA 120 Acheté chez APM directement, contact en anglais par mail avec Markus … Je ne vais pas trop m’étaler sur ça mais disons qu’il est plutôt froid comme personnage. Niveau emballage, délais et réception c’est du tout bon par contre. 2) Les accessoires -Trepied neq5 + adaptateur vis 3/8 que j’avais déjà en ma possession et qui fait très bien le job pour un tarif attractif. Je n’ai pas de colonne réglable comme sur l’UNI 19C berlebach mais je m’en passe bien. Cela dit ce n’est pas dit que je n’y viendrai pas un jour pour encore plus de confort. Je cale le trepied dans un sac géoptik pour le transport, comme ça il me reste de la place pour un casse-dalle et un blouson -Fourche APM pour apm 100 et 120 -> monture azimutale fluide et bien adapté pour les jumelles. Les mouvements sont doux et sans saccades de quoi se balader aisément dans le ciel. Quelques vibrations à fort grossissement j’y reviendrai plus tard. -Point rouge apm -> très efficace. Je l’ai laissé à l’emplacement initial. Il semble bien costaud il est en métal. Il est prévu de le mettre sur la poignée des jumelles et au début je pensais le changer de place mais au final j’arrive bien à viser entre les oculaires. Le viseur n’a été réglé qu’une fois il ne bouge pas. Plusieurs niveaux de luminosité et différentes formes de pointeur. Du très bon. -Valise pelicase Peli AIR 1615 pour un transport facile et sécurisant. Cette valise est légère et ultra-résistante Pareil ça n’est pas donné et pas indispensable mais il n’y a pas mieux pour ces jumelles selon moi. -Chaise astro géoptik Nadira que je possédais aussi -> une chaise astro c’est pour moi indispensable. 3) Oculaires : -J’ai dû revoir complètement ma gamme. J’ai revendu des pentax XW pour des ES82. Oui j’avoue que ça m’a fait un peu mal tant j’aimais les pentax mais pas le choix pour financer mon projet. -24 mm APM uff 65° : G 27,5 X Je les ai échangés avec les 18mm vendus d’origine avec les jumelles. J’en suis pluôt content, ils sont confortables et ont un grand relief d’œil. Ils font un peu cheap comme ça mais la qualité est bonne. Ce sont donc mes oculaires grand champ -14mm ES 82° : G 47X . La focale la plus utile sur ces jujus. -8,8mm ES82° : G 75 X très utilisés pour les AG par exemple -4,7mm ES 82° : G 140X. Mon plus fort grossissement. Sur le lunaire/ planétaire, NP… Placement plus difficile de l’œil avec quelques ombres volantes notamment sur la Lune mais une fois qu’on y arrive on est plus embêté. Selon moi la gamme ES82° est bien adapté aux jumelles car ils sont légers, ne sont pas trop large et laissent de la place pour passer le nez entre les oculaires. Pourtant j’ai un écartement inter pupillaire serré de 58mm. Pour les forts grossissements sur le planétaire et les objets bas sur l’horizon principalement, il faut faire attention à ne pas trop toucher les oculaires avec le nez sous peine d’avoir des vibrations. J’ai enfin pris le coup et je n’ai plus du tout de vibrations. Ceci dit ça n’est vraiment pas évident au début. Ma technique : je cale mon nez entre les 2 oculaires et je n’appuie pas mes arcades sur ces derniers. Nul besoin de retoucher à l’équilibrage entres les 4 différents grossissements les poids varient très peu. Je retrouve un tout petit peu de jaune sur le bord de la lune très discret qui ne vient pas gêner l’observation. Je pense que ça vient des oculaires et non des jumelles. J’avais le même résultat sur la fc100 avec les ES82 alors que je ne l’avais pas avec les Pentax XW. Sinon je ne suis pas assez expert mais j’ai envie de dire que c’est du tout bon. Sinon les 82° sont immersifs et tout le champ est accessible. Je n’ai pas spécialement remarqué de déformation en bord de champ mais à vrai dire je ne me suis pas spécialement intéressé à ça, d’autant plus que j’ai plutôt tendance à recentrer l’objet. Je les trouve de bonne qualité et le rapport qualité prix est intéressant. Je trouve ma gamme de focales bien adaptées tout en ayant des grossissements pas trop rapprochés les uns des autres pour voir une vraie différence lorsqu’on passe d’un oculaire à l’autre. Sans oublier les filtres … -OIII et UHC astronomik et filtres neutre 0,25 le tout en double bien entendu ! 4) Les jumelles ->Doublets FLP53 donc la version SD. ->F/D 5,5 avec une focale de 660 pour 120 mm d’ouverture par tube. ->Version 90° adaptées à l’astro et pour profiter du zenith sans se casser le cou. ->Collimation poussée à 180 X -> à peu près 10 kg ->dimensions mesurées : -longueur 690mm et 770mm avec pare buées dépliés. -largeur au plus large 280mm -> Je rappelle qu’il n’y a pas de réglages et pas de vues inversées haut/bas ni gauche/droite Dès qu’on touche aux jumelles on comprend que c’est du sérieux. Pourtant je venais de vendre une taka FC100 donc je m’étais habitué à du haut de gamme. Elles sont faites avec un alliage de magnésium si je ne dis pas de bêtises. Les pares buées se dévissent aisément et les PO sont à serrage annulaire. La MAP est douce et précise. On sent qu’on est sur un produit bien finit et solide. La mise en place de l’instrument se fait rapidement et facilement. La poignée où l’on vient fixer le viseur est pratique pour porter les apm120. J’ai juste à fixer les jumelles sur la monture et serrer 2 vis. Pour finir, la mise en température est très rapide. Je pose et j’observe dans la foulée surtout que je commence par le plus faible grossissement. Il faudrait que je teste en hiver pour avoir des écarts de température plus important. Ici les pares buées sont rétractés 5) Bon, et on voit quoi là-dedans ??? Il est difficile de quantifier l’apport en lumière qu’apporte ces 2 tubes en 1. J’ai lu qu’il fallait multiplier par 1,4 le diamètre pour voir ce qu’on pourra voir dans un tube simple ce qui donnerai la vision dans un tube monoculaire de 168 mm…C’est très subjectif tout ça et je pense que ça varie vraiment d’une personne à une autre. Quoiqu’il en soit, les deux tubes m’apportent vraiment plus de lumière. J’ai souvent fait le test en fermant un œil et la différence est sans appel. Pour imager disons que c’est un peu comme si on regardait constamment en vision décalée et encore… J’essaierai à l’avenir de comparer avec d’autres tubes pour voir à peu près quel diamètre mono cela donnerait dans mon cas. Niveau de la fusion pas de problème même à 140X. Il m’est arrivé 2 fois de voir double à 140x sur la lune ou Saturne. Dans ce cas je choisissais un grossissement plus faible avant de revenir à140x et le tour était joué. Schématisons en 4 points : - primo ce qui frappe le plus c’est l’immersion que procure ces APM . On a l’impression de voyager dans le cosmos. - Deuxièmement : on a une impression de relief et de 3 dimensions qui je pense est propre à chacun mais qui rend l’expérience unique - Ensuite, ce qui se ressent, c’est le confort de regarder les 2 yeux ouverts. Je reste beaucoup plus longtemps sans bouger qu’en mono c ‘est indéniable. - Pour finir, on voit plus de détails avec 2 yeux et on a l’impression de grossir plus ! À 140X sur Jupiter on a l’impression d’être à 200x. Mes tous premiers « wahou » furent : A peine reçu les jumelles il fallait que je les teste, mais bon entre le mauvais temps qui arrive à chaque fois qu’on achète un instrument et la naissance de mon 1er enfant je me suis principalement posé depuis mon balcon… ->M44 dans le Cancer depuis mon balcon sous un ciel de petite ville. Grossissement de 27,5X. J’ai compris le potentiel des jumelles sur les AO à partir de ce moment-là. Je suis resté une bonne heure dessus. ->Double amas de Persée sous un ciel moyen de campagne. Grossissement de 47X. Quel fourmillement d’étoiles. On distingue bien les différences de couleur au sein des 2 amas, avec le bleu prédominant et quelques étoiles plus orange. ->M5 depuis mon balcon. Quelle claque surtout car je ne pensais pas en voir autant sur les AG ! Vivement un bon ciel et M13 voilà ce que je m’étais dit. Ensuite j’ai enchainé les cibles sous de bons cieux… et mes plus grosses claques ont été : ->balade dans la voie lactée : Oui tout simplement. Et c’est le grand plongeon dans l’espace… Émouvant. Il faut souligner le fait que la version SD est bien corrigée. Les étoiles sont des têtes d’épingle et les couleurs sont belles. À noter qu’avec la monture à fourche APM qui est très douce, se balader est d’une facilité déconcertante. ->M13 : sous un bon ciel : holala le voilà ! Avec un grossissement de 75X et 140X quel régal. Une impression de feu d’artifice avec les étoiles résolus sur les extérieurs. Très lumineux. Pour les novices avec qui j’ai fait des soirées ils étaient en général sur le c** devant cette splendeur du ciel. En comparaison, un peu plus haut dans la même constellation M92 est brillant également mais plus compact et plus petit. Par rapport au mak 150 que j’ai eu, j’ai plus de lumière dans les jumelles. ->M31 et ses galaxies satelites sous un bon ciel. Magnifique ! En grand champ bien sûr avec les apm uff 24 mm. ->M8 sous un ciel de campagne Un nuage blanchâtre discret mais bien visible et son amas ouvert bien distinctif. Oculaire ES82° 14 mm pour un grossissement de 47X. Avec filtres UHC, on voit nettement plus ce nuage. -> Albiréo : oui oui c’est tellement beau et diffèrent avec un champ énorme en pleine voie lactée. Ce bleu et orange contraste tellement avec le reste que ça en est magnifique. Oculaire 24 mm ou 14mm. -> la Lune dans ses premiers quatiers. Oculaires 4,7mm, 8.8mm et 14mm. Quelle claque je survole notre satellite et surtout les 2 yeux sont diablement efficaces pour percevoir chaque petit détail. -> Jupiter cette semaine depuis mon balcon. Grossissement de 140X. J’ai dû attendre avant d’avoir une belle Jupiter. Je ne m’attendais pas à être surpris mais ce fût le cas. GTR bien visible avec en prime l’ombre de Io plutôt propre. Des nuances de formes et de couleur dans ses bandes. Je suis surpris de la luminosité et des différentes teintes de la géante gazeuse ! -> M11 : sous différents cieux. Encore un AO mais qui ressemblerait presque à un AG. Tous les grossissements sont utile pour celui-ci. On plonge dans cet amas. ->M45 : sous un bon ciel. Le plus grand champ donc 27,5X de grossissement pour cet AO. Les étoiles les + brillante bien mise en avant comme si elles n’étaient pas sur le même plan que le reste. Un classique. Sinon de manière plus générale voici ce que j’ai vu : Galaxies : J’ai fait aussi pas mal de galaxies qui sont vraiment agréables à regarder comme le trio du Lion , M81 et M82 ou encore M104 par exemple. On distingue bien leur forme sans pour autant voir de spirales. Je n’inclus pas M31 qui est un peu à part. Selon moi ; les galaxies il faut beaucoup de diamètre pour les apprécier . Par contre je prends plaisir à les chercher. AG : Ils sont franchement beaux et lumineux suivant leur magnitude mais on n’atteint pas la puissance d’un plus gros diamètre. Mention spéciale pour la vue en grand champ. Voir cette « boule » au milieu d’étoiles perdues et très joli. C’est vraiment sympa ! AO : Inutile d’en faire la promotion il y a guère mieux pour les contempler. Celui qui dit ne pas trop aimer les AO devrait en regarder à travers ces jumelles. Nébuleuses : voir M8 plus haut. À vrai dire je manque d’expérience pour les nébuleuses je n’ai pas assez de point de comparaison avec d’autres instruments. J’ai fait aussi M16 , M17et M20 mais on manque un peu de diamètre pour s’exploser la rétine enfin je pense. J’attends Orion pour prendre ma claque et j’espère que ça sera magnifique. NP : Je n’ai pas encore trop visé de NP j’ai juste fait 2 classiques : M27 qui est bien lumineuse à 75x. M57 où l’on distingue bien l’anneau de façon nette avec les UHC sans pour autant voir son étoile au centre. Supernova : Les dentelles du cygne sous un bon ciel avec filtres OIII et les 24mm.Parties Est et Ouest bien visibles mais rien au centre. Pas testé M1. Étoiles doubles : Ce n’est pas trop ma tasse de thé mais à part Mizar et Albiréo je n’en ai pas pointé d’autres. Je m’y pencherai un peu plus à l’avenir. Désolé mais ne sais pas dire si les jumelles sont adaptées ou non pour les doubles serrées. Lunaire : Comme je l’ai dit honnêtement ça claque. Beaucoup de détails, très fin et très propre. Du bonheur. Toujours cette impression de 3D. Planétaire : C’est joli aussi mais je n’ai jamais eu d’images aussi fine et contrasté que dans ma fc100. Cela dit ça reste très propre quand le seeing le permet. En revanche plus de couleur et de détails grâce à l’apport de lumière comparé à mon ancienne 100 mm. Sur Saturne, la division de Cassini clairement visible. Sur Jupiter la GTR et des détails dans les bandes comme décrit plus haut. La vision que j’ai eu sur Jupiter dernièrement serait selon moi comparable à ce que j’avais pu voir dans un mak180. Sur Venus rien de fou c’est comparable à d’autres instruments. J e n’ai pas fait Mars. Comètes : Pas de Néowise cette année certes mais j’espère avoir l’occasion d’avoir de belles comètes à contempler dans ces jujus car le spectacle doit être magnifique. Terrestre : J’en ai fait un peu mais ça n’est que pour le fun. Et bien c’est quand même sympa. C’est lumineux même si le ciel est couvert et les images sont très propre. En revanche la version 45 degrés serait vraiment plus adaptée. 6) Conclusion Bien : - Plaisir immense : on voyage dans le cosmos ! - On gagne beaucoup en lumière et en détails par rapport à un tube mono de 120mm et on a l’impression de grossir plus. -Confort d’utilisation : très reposant de regarder avec les 2 yeux -Rapidité d’installation Pas bien : -Le tarif, d’autant plus qu’il faut tout doubler les filtres et oculaires. -Il faut prendre le coup pour les vibrations à fort grossissement. -Lourd et encombrant pour des jumelles Inutile de préciser que je suis ravi de cette acquisition. Difficile de revenir en mode cyclope après y avoir goûté. À chaque sortie je suis comme un gosse avec son jouet. Je vais essayer de les emmener le plus souvent sous un bon ciel pour en profiter pleinement. Du fait de la possibilité de grossir cela en fait un instrument assez polyvalent mais il trouvera toute sa place à côté d’un gros dobson aussi. Si ça vous dit, je viendrai alimenter de temps en temps ce post avec d’autres CROA ou des remarques diverses. Pour finir un grand merci à @Subwoofpour m’avoir fait connaître ce bijou, @AstroSylv1 pour ses infos et à @Rikhpour les cailloux. Bon Ciel à vous tous Unospe 288DC4A9-3AF2-4A83-88F8-1199BC80D547.heic 96EB4902-46C1-48FF-BA77-5E9F5786FA69.heic 15ADA969-8209-425A-8508-F1DBFA206605.heic 95941DED-0318-4A22-AA0B-AEE6E194C2A4.heic B1CD5C57-A998-4EB4-85B5-2542A525E4F3.heic B5EC608A-EB37-4152-8E6B-1E5CDDD499BC.heic FE257713-DF5B-4DDD-85F3-48097003DE6D.heic D15A9831-AD33-4BE6-83AF-B6A3AB94CB18.heic 36C01F4B-3A2F-4345-BC78-915999D60542.heic CE6BFB80-60E9-48C0-99C6-B7753654B8FC.heic 778BEE31-3434-4784-997E-04D7B8D90DBE.heic CC13D36A-6549-4361-844F-556127635373.heic 15358647-04FA-473E-9A2C-1A257F33F814.heic 881D907E-D72E-4B9D-8146-A6889A2E9252.heic 5CF73F05-583D-476B-A789-1A416759DA2D.heic C4E49302-32CD-41BA-BE68-4C10CD098995.heic A94E94FC-21F7-4574-BCF8-6B8E0C646CAE.heic E359B651-9F13-4243-BB5B-4CD6D002F15D.heic
    7 points
  12. Hello, Les deux dernières nuits furent propices à l'astronomie et j’ai pu continuer mes essais avec ma nouvelle caméra 2600MC. J’ai donc pu faire 2 nébuleuses avec la caméra ainsi qu’une mosaïque de 4 tuiles dans le cygne (au Canon 6D). Voilà le résultat : La nébuleuse de la trompe d’éléphant (IC1396) sur laquelle j’ai testé des poses de 600 secondes. 32x600s (27 poses retenues) + DOF Lunette Evostar 72ED + réducteur0.85x Filtre L-extreme Monture Sirius EQ-G Caméra ASI2600MC Lunette guide de 200mm et caméra guide ASI224MC Pilotage via ASIair Pro Je suis content du résultat mais je ne suis pas convaincu par les poses de 10mn. Malgré un suivi qui m’avait l’air impeccable j’ai du jeter 7 poses avec des étoiles complètement filé, voir double. Il y avait un peu de vent cette nuit là, c’est peut être pour ça. En tous cas j’ai le sentiment d’avoir beaucoup moins de déchet avec des poses de 300s. Ensuite la nébuleuse du cœur (IC1805): 50x300s + DOF Lunette Evostar 72ED + réducteur0.85x Filtre L-extreme Monture Sirius EQ-G Caméra ASI2600MC Lunette guide de 200mm et caméra guide ASI224MC Pilotage via ASIair Pro J’avais fait un tentative il y a 8 jours sur cette cible alors que la lune était pleine et je voulais refaire la même photo une nuit sans lune. J’en parle ici : Et enfin j’ai réalisé sur les 2 nuits une mosaïque de 4 tuiles dans la région du Cygne avec ma star adventurer, mon Canon 6D et mon Samyang 135mm. Cela fait plusieurs fois que je tente cette mosaique et j’ai eu pas mal de problème de toute sorte (notamment avec mon nouveau Canon 6D que je met un peu de temps à apprivoiser!). Mais bon je suis enfin content du résultat. 4 x 60 x 90s + DOF Canon 6D défiltré partiel Samyang 135mm ouvert à f2.8 Filtre UHC Star Adventurer Guidage avec une lunette de 120mm Pilotage via Asiair V1 Assemblé avec Pixinsight (script PhotometricMosaic) Nico
    7 points
  13. la nébuleuse planétaire Abell 39 m'a toujours fait rêver, surtout pour les galaxies que l'on voit en transparence, et son quasar, à z : 3.13, soit 11.8 milliards d'années-lumière... C'est ma toute première cible entièrement en remote control, avec le télescope de 1 mètre Omicron C2PU de l'Observatoire de la Côte d'Azur, utilisé dans le cadre d'enregistrements d'alertes Gaia. Merci à JP Rivet et David Vernet pour leur confiance. Télescope de 1,05 mètre à F/3,17, soit 3300 mm de focale. Caméra QHY600 à -5°C. 6 heures de luminance, 2 heures par couches RVB. Prétraitement Siril, traitement, magistral, @jeffbax, qui nous emmène quelque part vers la magnitude 24.5, et permet d'apprécier un fond de ciel saturé de galaxies... Parmi les galaxies vues en transparence, se détache le quasar SDSS J162+27, de magnitude 21.5, redshift z = 3.13, soit 11.8 milliards d'années-lumière, un monstre de magnitude absolue -27... S
    7 points
  14. Bonsoir les astram 😉 Voilà une deuxième image RC-400mm Officina Stellare. Le matériel: - RC 400mm Officina Stellare à F8 (3200mm de focal) - GM2000HPS - ASI2600MM J'ai accumulé 8h de pose en L et 1h30 par couche RGB. Les prises de vues ont été fait sous un seeing compris entre 1,4" et 2.3" ce qui m'a donnée après empilement une FWHM de 2". La transparences n'était cependant pas des meilleurs. Place à la photo. Cordialement, Sébastien Le lien vers la full astrobin (enfin un compte 😉 ) : https://www.astrobin.com/full/hjge73/0/
    6 points
  15. Salut la compagnie Été plutôt maigre en ce qui concerne l'astronomie pour moi, mais je compte bien me rattraper rapidement Donc voici la deuxième image que je publie avec mon nouveau T560 ; pour ceux qui auraient loupé la présentation du télescope, c'est ici : Sur 40.000 poses de 250ms, j' en ai sélectionné environ 20.000 pour le fond ( soit 50 % ou 1h30 de pose totale ) et 8.000 pour la partie lumineuse de la nébuleuse ( soit environ 20% ou 0h35 de pose totale ) ; la fwhm après l'empilement de ces 20% meilleures images est de 1.2" environ. Donc l'image, présentée ici à 200% soit 0.125"/pixel : Du point de vue logistique, la chaine d'acquisition commence à ressembler à quelque chose, même si j'ai encore des progrès à faire pour que tout ça se fasse plus rapidement et efficacement. Dans l'idée j'aimerais bien imager sur plusieurs nuits par cible comme @exaxe17 mais il faut que je rende certaines étapes moins chronophages... c'est en cours Je suis notamment en train de tester le recentrage automatique pour m'éviter de devoir sortir toutes les 10 minutes pour recadrer, sous peine de me contenter d'un champ ridicule à cause de la dérive ; c'est prometteur mais pas encore tout à fait au point. Point de vue traitement, je fais un énorme MERCI à toute l'équipe de SIRIL et notamment @Cyril Richard pour avoir tenu compte de mes remarques et implémenté le système d'alignement avec deux ou trois étoiles ; sans ça il m'aurait été tout simplement impossible de traiter cette image. Là c'est passé sans aucun problème en un temps record. Point de vue de l'image elle même, je suis très content mais il y a encore matière à amélioration, on n'est pas encore sous la seconde d'arc de FWHM ce qui est un peu mon objectif ultime. Les meilleures brutes descendent à 0.8" de FWHM, mais elles ne sont pas en nombre suffisant pour garantir un beau résultat final. Mais comme je le disais, lors de mes tests j'ai déjà eu de meilleures soirées... plus qu'à attendre le bon moment Ceci dit, à ma connaissance, il n'existe aucune autre image aussi détaillée de cette nébuleuse. Hubble y est passé mais avec un temps d'exposition très restreint du coup le résultat n'est pas très beau et plutôt bruité, ce qui rend la lecture des détails difficile ( en tout cas s'il n'existe pas de meilleure version que celle trouvée sur la page wiki : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/90/NGC_40_-_HST_-_R814GB555.png ) Pour les autres observatoires terrestres, la plupart des gros étant situés beaucoup plus au sud que moi, ce n'est pas vraiment une cible de choix puisqu'elle est relativement proche du pôle nord céleste avec une déclinaison de +72°. Si vous voulez une idée de l'échelle, la nébuleuse mesure environ 35 secondes d'arc de hauteur, soit un peu moins grand que la taille apparente de la planète jupiter. Voilà ! A bientôt pour de nouvelles aventures Romain
    6 points
  16. Bonjour, Suite de l'apprentissage avec deux petites animations sur les satellites de Jupiter dans la soirée du 5 septembre. Même si c'est du boulot, on prends vite goût à ces petit ballets jupitérien. Dans l' ordre , l'occultation de Io et le début du transit d' Europe. C8 Celestar Deluxe / barlow Celestron Ultima x2 / RisingCam 224 ( usb2) / Ir Cut. Bon après-midi.
    6 points
  17. Salut, NGC 6826 est une petite nébuleuse planétaire (24x27'' dimension du coeur)qui se trouve bien haut dans le ciel en ce moment. On la trouve dans la constellation du Cygne. Elle est assez brillante , parfaite pour les poses courtes! Et pour la détailler , il faut pas avoir peur d'utiliser un échantillonnage serré! Mais elle possède aussi une bulle de matière du au premier vent ,conséquence de sa fin de vie d’étoile et pour l'extraire du fond galactique des temps de pose plus longs sont nécessaires. Pour le cœur je suis à 0,22''/photosite pour une expo de 500ms (300 cela passe aussi mais je perd en détails sur les petits jets rouges à l’intérieur de la NP , pour un résultat en drizzle à 0,11'' ce qui apporte un plus pour le traitement poussé de la déconvolution. Apres pour la bulle qui entoure cette petite nebuleuse, je suis passé à 0,32'' asoocié avec des expos de 4s. Un exemple de brute en 500ms: le résultat final : pour la full: https://www.astrobin.com/full/vtan2l/0/ Matériels utilisés: 300mmF4 , monture eq6, Playerone neptune II, barlow 2.7x et 1.7x Temps d'expo: 4 nuits pour le coeur avec la barlow 2.7x: 40000x500ms 3 nuits pour la bulle avec la barlow 1.7x: 5000x4s --12000 x1s Logiciels: Sharcap, pipp,Siril (drizzle),astrosurface Stephane
    6 points
  18. Hello, dans la foulée de ma M101 récemment postée, j'ai refait la même manoeuvre sur M51 début juin, profitant d'une nouvelle période de ciel clair en Sud Picardie s'étalant sur plusieurs nuits (il faut avoir un peu de chance bien sur) Newton 250/1000, CCD Atik One, monture AZEQ6. Filtre IDAS-LPS-P2 pour les nuits avec Lune. Cette image totalise 49 heures de pose dont 30 heures de luminance, 9 de RVB et 4 de Ha, toutes en unitaires de 300s. 6 heures de poses courtes de 1’’ ont été mixées avec les poses longues pour gagner en résolution sur la galaxie. Nombreuses galaxies visibles dans le fond, notamment vers le bas-droit de l’image. Comme pour M101, il faut évidemment aller voir la full (lien ci-dessous) Full : https://www.astrobin.com/full/npbiuh/B/?mod=&real=
    6 points
  19. Bonjour, comme les années précédentes, la moisson 2021 (en partie le ciel d'Arcachon et aussi le ciel d'Andalousie). Des cibles classiques, d'autres moins et comme toujours le choix des couleurs de nébuleuse est matière de choix. Bonne promenade. Retour sur du grand classique, inutile de la presenter. https://www.astrobin.com/eh391e/ Une de mes cibles favorites, SH2-129, uniquement possible grace au ciel d'Andalousie. https://www.astrobin.com/3zmzz7/ On continue avec LBN 576. Le traitement est vraiment pas facile. https://www.astrobin.com/vuz7lj/ La nébuleuse de l'Iris https://www.astrobin.com/9tr7mp/ Le homard et la bulle - des couleurs un peu différentes ... https://www.astrobin.com/w6z4fi/ NGC 6894, une nébuleuse planétaire https://www.astrobin.com/41sjwo/ Et pour conclure, NGGC 7331 https://www.astrobin.com/olevu8/ On commence avec SH2-91 le résultat d'une mosaïque de 5 photos. Les Ha ont été principalement prises sous pleine Lune. https://www.astrobin.com/x27ohw/
    5 points
  20. Donc j'ai trouvé et j'ai lu la publication de l'IHU Marseille. Je ne sais pas quel effet de manche et de communication a pu être fait autour de cette publication pouvant te laisser penser que le Remdivisir à boosté à fond la production de variants . J'essaye de retourner au source de l'information : 1. A aucun moment il n'est dit dans la publication que le Remdivisir a boosté à fond la production de variants. 2. L'étude porte sur des cas de patients très particulier de patients immunodéprimés 3. Les patients ont été traités soit avec du Remdivisir, du plasma convalescent, d'autres molécules : Hydroxychloroquine, tocilizumab, etc.... Selon les patients un cocktail d'un peu tout ça. Je vous laisse lire l'étude en détail. A la lecture de la Table 1, quand on voit tout ce qui a été administré aux patients bien malin celui qui pourra dire que ce qui pourrait provoquer des résistances du virus. Traitement du premier patient du tableau : Remdivisir, plasma convalescent, Cyclophosphamide, eculizumab, rituximab,ruxolitinib, prednisone,hydroxychloroquine,antiviral antibody cocktail En conclusion ils formulent différentes hypothèses sur l'influence des traitements expérimentaux sur la persistance possible de variants. Ils précisent bien : "While waiting to learn more" - En attendant d'en savoir plus. Le Remdivisir, l'utilisation de plasma convalescent, et plus généralement, les traitements expérimentaux font parties des hypothèses pouvant expliquer la sélection de certains variants. On serait dans le cas de malades immunodéprimés qui garderaient un reste de charge virale après leur traitement. On est vraiment dans des cas de patients très particuliers et très loin de la conclusion : le Remdivisir a boosté à fond la production de variants. La conclusion va même à l'encontre de tes propos sur le fait de laisser les médecins expérimenter des molécules connues. Ils expliquent que pour cette maladie, et pour les maladies virales en général, il faut manipuler les traitements expérimentaux avec précaution. On est vraiment dans des cas de traitements très particuliers. De toutes manières les essais cliniques ont démontré que le Remdivisir n'avait pas prouvé son efficacité. Je trouve qu'il y a un gap immense entre : le Remdivisir à boosté à fond la production de variants et la lecture de la publication. Maintenant si tu as d'autres publi qui vont dans ce sens je suis preneur.
    5 points
  21. Bonjour, J'ai profité de ces beaux transits d' Europe et de Ganymède Le 29 pour m'essayer à une animation. Comme c'était une première, je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait autant de boulot ! Mais je suis quand même content d'être allé au bout. Matériel : C8 Celestar Deluxe / RisingCam 224 Usb 2 / Barlow Ultima x2 / Ir Cut. AS3 / Astra image / Astrosurface / PIPP . Europe et son ombre à droite, Ganymède au dessus de la Tache Rouge et son ombre qui apparaît et Io à gauche. Bonne journée.
    5 points
  22. Quelle vue depuis ce point qui porte bien son nom ! Situé en plein dans les Gorges du Tarn, le Point Sublime est un promontoire où nous pouvons admirer les falaises plongeant dans les eaux du Tarn. Situé à 870m d'altitude, il offre également de bonnes conditions pour observer les étoiles et la Voie Lactée. Version en "HD" (très réduite vue la full...) sur Flickr : https://www.flickr.com/photos/desiridescence/51405049960 J'ai attendu le bon moment pour photographier, sans tricher, l'alignement du coeur de notre galaxie avec la gorge. A ce moment-là, des nuages ont traversé le champ photographié. Quelques minutes à peine après avoir saisi l'instant, le ciel s'est bouché... je n'ai pas pu faire toutes les prises de vues que j'avais prévu, mais l'émotion du moment reste encore, même pour une seule image (et faire 2 heures de routes dans les Gorges de nuit). La pollution lumineuse, très présente, ajoute une atmosphère très particulière à la scène. Nous pouvons y voir comme une sorte d'explosion ou de collision d'un gros astéroïde - matérialisé par la Voie Lactée - dans les gorges. L'ensemble m'a donné envie de placer cette image dans ma série d'image de paysage nocturne "Rêveries", même si cette pollution ne fait absolument pas rêver dans l'absolu, au contraire... mais il y a un truc dans cette image ! Matériel, réglages et détails complets : Nikon D750 Astrodon Tokina 50mm f/1.4 Opera (j'ai effectué un test de cet objectif sur mon site : https://maximeoudouxphotographie.fr/test-du-tokina-opera-50mm-f-1-4-en-astrophotographie-et-paysage-nocturne/ ) tête panoramique Nodal Ninja VI RD-16 Panoramique de 16 images Ciel : 6s, f/2.8, 50mm, 4000ISO Sol : 30s, f/2.8, 50mm, 4000ISO Traitement des RAW sur DxO Photolab 3 Assemblage sur AutoPano Giga 4.4.2 Retouches sur Photoshop CC 2020 Image développée sur moniteur Eizo CS2420 calibré. Toutes les images sont prises depuis le même endroit, au même moment, avec le même matériel, en 25 minutes chrono de la 1ère à la dernière photo. Pas de montage farfelu ou de technique pour enjoliver l'image avec de fausses étoiles ou autre, tel qu'on le voit malheureusement de plus en plus... il faut attendre le bon moment pour shooter, même si on est malade comme un chien (c'était mon cas lors de la prise de vue, je vous passe les détails...) Cours en ligne sur le paysage nocturne et tirages disponibles pour cette image (prochainement, le temps de calibrer l'image pour le papier fine art, ça se prépare un minimum...) sur mon site : https://maximeoudouxphotographie.fr/
    5 points
  23. une petite anim pour comparer Halpha et lumière blanche a+ stéphane
    4 points
  24. Salut et bienvenue 1/ trouver un ciel correctement noir, pas forcément dans un désert mais un peu mieux que ce qu'on a en centre ville. Avec l'horizon à peu près dégagé à 360°. Apprendre les constellations c'est pas possible si on ne voit pas la moitié des étoiles. Là juste aujourd'hui avec la pleine lune c'est pas le meilleur moment. Par contre jupiter brille tellement qu'on ne la rate pas, saturne c'est bon aussi mais un peu plus dur. 2/ prendre ton temps, te poser, voir même te coucher (genre chaise longue) pour se familiariser avec les astérismes que tu verras dans le ciel, les différences de luminosité des étoiles, leurs couleurs, ... Bref, se mettre au calme et sans stress. C'est aussi utile de savoir estimer les écarts angulaires, cf l'image ci dessous. 3/ là tu peux commencer à essayer d'identifier les constellations. En premier il te faut une carte qui te donne le ciel en temps réel, quel constellations sont visibles à quel endroit. Ca peut etre une carte tournante (on y règle le ciel suivant la date et l'heure) ou une appli (qui te calcule tout ça automatiquement) selon ton feeling. Commence par les constellation faciles de cette saison, en début de soirée : cygne/lyre/aigle vers le zénith ; l'étoile polaire pile au nord à mi hauteur (si t'es en france métropolitaine), la grande ourse au nord ouest, cassiopée au nord est, l'alignement persée/andromède/pegase vers l'est, hercule (un peu plus compliqué) vers l'ouest. Au sud c'est un peu plus difficile en ce moment, y'a beaucoup d'étoiles mais pas de constellations aussi marquées que dans les autres directions. 4/ savoir te choisir tes objets à observer. Il faut donc des listes ou des suggestions d'objets pour la zone du ciel que tu veux explorer, en commençant pas les plus faciles bien sûr. Certains messier sont ardus et certains non messier sont à ne pas manquer (l'amas double de persée par exemple) 5/ ensuite on rentre dans les constellations avec des cartes détaillées, on cherche tel alignement d'étoile, tel angle, tel report de distances. C'est ce qu'il te faudra faire pour repérer les emplacements des objets ciel profond non visibles à l'oeil nu 6/ tu peux alors essayer de voir certains de ces objets aux jumelles, c'est un bon entrainement pour le repérage et c'est très beau aussi. Par exemple localiser la galaxie d'andromède ou l'amas d'hercule. Bien sûr avec les juju on peut aussi se balader au pif. 7/ et ensuite tu passes au telescope. Tu refais ce pointage avec ton chercheur (qu'il te faut avoir préalablement aligné, cf tutos si besoin) et tu passes à l'oculaire 25mm. Si c'est dedans c'est bien et si c'est pas dedans faut un peu zoner dans le coin. Si tu commences pas la lune ou jupiter tu comprendras vite le principe, par contre avec les objets ciel profond on se fait parfois avoir car ils ne sautent pas tous aux yeux (l'anneau de la lyre est petite, andromède te paraitra d'abord être comme un nuage qui rend un coin du ciel un peu moins sombre, ... et pourtant ceux là sont assez faciles...) A titre perso je suis sur des cartes papier, un peu vieux jeu mais je trouve plus agréable à utiliser et ça tombe jamais en panne. Y'a des astram qui préfèrent les cartes sur leur mobile (faire attention de bien diminuer la luminosité). et l'épaisseur d'un pouce c'est 2° environ. c'est pas vraiment la qualité optique qui pose problème mais surtout le confort sur le 10mm. Et si on a pas le confort ça peut etre plus dur de bien voir les choses. En général on essaye de le remplacer par quelque chose avec plus de champ et de dégagement oculaire. Deux oculaires c'est un peu juste pour couvrir tous les besoins, je te suggèrerai de voir pour un 10 à 14mm et un 5 à 7mm. Avec 60 à 70° de champ par exemple, ou plus si t'as l'argent pour. Pour les modèles précis faut savoir ton budget. Après on pourra regarder ce qui colle suivant les gammes que proposent ta boutique (il vient de où le telescope ? Ou bien tu t'en fiches de la boutique ?). Pour ta question sur les barlow, c'est une solution possible à la condition que la barlow soit de qualité équivalente à tes oculaires (exit donc les premiers prix si tu viens d'améliorer les oculaires). Y'a aussi un peu plus de manip à faire notamment sur la map mais ça peut faire économiser sur certains achats. Il faut simplement calculer les équivalents de focales que te donnera la barlow pour éviter les doublons ou les grossissements trop extrèmes. Par exemple oculaires 25 + 12 + barlow 3x donneront un étagement de 25 + 12 + 8.3 + 4 mm. Là c'est très bon. Si tu avais un oculaire de 25mm + 8mm + barlow 3x, la barlow sur le 25 te ferai un doublon et la barlow sur le 8 te donnera un truc inutilisable. Planètes et lune pas besoin de filtres. C'est pas que ça n'existe pas mais c'est assez spécifique à exploiter et dans l'immédiat y'a d'autres postes plus urgent pour utiliser ton budget. Si la lune t'es trop brillante il suffit que tu laisses une lumière allumée à coté de toi (terrasse, ...), tes yeux resteront en vision diurne et moins de lumière pourra y entrer. En montant en grossissement ça te paraitra également moins lumineux. Pour le soleil il faudra un filtre spécifique genre astrosolar ND5, ça permet de voir les taches notamment. Mais pas les protubérances, ton matos n'est pas fait pour ça. Quand tu voudras creuser la question ouvre peut etre une discut dédiée à cela, j'imagine que c'est pas ta priorité pour le moment. Sinon y'a une autre catégorie de filtres qui fonctionnent bien sur certains types d'objets du ciel profond genre nébuleuses en émission ou nébuleuses planétaires. On appelle ça des filtres interférentiels (OIII, UHC, ...). A voir si t'as une attirance particulière pour ce type d'objets car il faudra lacher une bonne centaine d'euro. Là aussi on pourra revoir ça plus tard (mais si tu fouilles sur le forum y'a déjà des tonnes de discut à ce sujet, ça te donnera de la lecture...) Y'a deux grandes familles : les cheshire qui sont une sorte d'oculaire avec un petit trou où regarder et un réticule. Avantage : pas de pile, très fiable et très précis, permet aussi de vérifier le centrage du miroir secondaire. Inconvénients : pas évident à utiliser dans le noir quand on débute, faut faire des aller retour entre le porte oculaire et le barillet (l'arrière du tube, là où on règle le miroir primaire) et avancer par petites touches, un peu plus dur de comprendre la logique et bien analyser ce qu'on voit. L'autre solution est le collimateur laser. Les avantages/inconvénients sont un peu l'inverse du cheshire. Ne pas pouvoir vérifier le centrage du secondaire n'est pas très important, sur ton instrument meme après un démontage complet c'est compliqué d'être totalement à coté de la plaque. Avec le laser on comprend plus facilement y compris en pleine nuit sur quelle vis jouer pour faire les bons alignements (cf tutos). Par contre certains lasers d'entrée de gamme ne sont pas parfaitement réglés car pour que ça fonctionne faut que le faisceau sorte exactement dans l'axe et c'est pas toujours le cas. Il est là le gros risque. Donc si tu pars sur le laser essaye de prévoir plus de 50 euro pour être sûr d'en avoir un bon (là où le cheshire n'en coute que 30...), par exemple le baader autour de 80 euro a généralement de bons avis. Pour ce qu'il vaut oui il est très bon, faudra allonger pas mal de tunes (+200 euro) pour avoir un vraiment meilleur chercheur optique droit. La question qui se pose ici est de savoir si c'est avec un chercheur optique droit que tu seras le plus à l'aise. La plupart des utilisateur dont tous les débutants tombent généralement dans le piège d'essayer de l'utiliser en fermant un oeil (celui qui n'est pas au chercheur). Mais c'est justement ce qu'il ne faut pas faire, faut garder les deux yeux ouverts pour que le regard puisse bien pointer vers la zone du ciel que tu veux atteindre. Ensuite seulement on va se concentrer sur l'oeil au chercheur pour profiter de son gain de lumière et de son grossissement. Reste que sur un newton ça t'obligera à pas mal de contorsion pour tout ce qui se rapproche du zénith, c'est surtout là que ça coince. Un grand nombre d'astrams préfèrent utiliser un chercheur point rouge type quickfinder ou telrad. C'est une petite vitre sur laquelle se projette un point ou des cercles lumineux, on bouge alors le scope pour aligner sur la zone du ciel qui reste visible en arrière plan. T'as pas le grossissement du chercheur optique mais c'est plus intuitif à utiliser. Si je peux te suggérer, essaye une fois avec ton chercheur. Si avec le temps t'as l'impression que tu rames trop tu pourras encore changer par après. Bonne chance pour tes débuts
    4 points
  25. Salut, voici une image du Quintette de Stephan et du groupe de Deer Lick (NGC7331 et ses voisines) dans la constellation de Pégase, depuis mon ciel de banlieue parisienne, à 20km de la Tour Eiffel. Beaucoup de déboires pour aboutir à cette image 😉 Ça m'a pris 6 nuits, car j'ai dû jeter plus de 18h de poses pour diverses raisons (tilt dans le train d'imagerie, buée sur la vitre de la camera, mauvaises conditions,poussièresbaladeuses ,....). Au final j'ai conservé : 319*60sec à gain 76 pour la luminance 45*60 sec à gain 76 par couche pour la chrominance Darks, flats, darks de flats Équipement : 200/800 carbone optique Zen + Wynne 2.5" sur AZ-EQ6, ASI1600MM+OAG (avec ASI120MM mini)+ EFW (filtres LRGB ZWO)+ASIAIR v1 Prétraitement et empilement Siril, traitement PI, finitions Rawtherapee Recadrage sur la partie centrale : La full : Dan
    4 points
  26. Encore une fois un grand classique : M17. M17, située dans la Sagittaire et visible des 2 hémisphères, est aussi appelée Nébuleuse Omega ou du Cygne. C’est une nébuleuse en émission, sa forte luminosité provient des étoiles jeunes de type B qui irradient le gaz alentour HII. La barre centrale de la nébuleuse masque en fait un amas ouvert constitué d’une trentaine d’étoiles jeunes qui ont pû être observées en IR, ainsi qu’une forte densité de poussières favorables à leur formation. Cette barre, partie la plus brillante tire réellement vers le blanc et non surexposée comme on pourrait le penser. Ce phénomène est apparemment le résultat du mélange de la lumière d'émission du gaz très chaud avec celle des étoiles brillantes réfléchie par la poussière environnante. La nébuleuse contient une grande quantité de matière sombre dont la présence est rendue évidente par les formes remarquables qu'elle fait apparaître. Cette matière a été chauffée par les jeunes étoiles cachées et brille fortement en lumière infrarouge. Elle se trouve à environ 5500 Années-Lumière pour une taille d’environ 40 Années-Lumière (la barre centrale ne représente que 15 Années-Lumières). Nous vous la proposons en mode SHORGB ainsi qu’en version classique LRGB (version B sous Astrobin) Full & Details sous Astrobin : https://astrob.in/full/q5w196/0/?real=
    4 points
  27. L' impact enregistré avec le T62 d'Astroqueyras pas des membres de la SLA ( Société Lorraine d' Astronomie ) . La vidéo de José Luis Pereira ( Brésil ) :
    4 points
  28. Salut à tous ! Nuit pas trop mal le 10, SW 200/1000 sorti en configuration habituelle (asi 385, barlow 2x et ADC Zwo) : Une jolie Saturne peu avant : J'ai tenté également Uranus et Neptune mais elles sont bien lointaines pour mon setup LOL. A l'échelle en parallèle de Juju et Saturne : Merci d'être passés pour un ptit coup d'oeil 🙂
    4 points
  29. Hello Voila une autre Session au Taka 250 barlow 2x Meade raf zwo adc pierro et filtres astronomik Bon Chris etait sur le pont il a répondu a mes texto Elie etait a Bigorno ou c'était mauvais apparemment Le RGB filtre avec la 290 mm presentation sud ca ma plus car il a fallu que je reset WJ il merdait Couches déroté par deux Bonne soirée et bon ciel Sauveur
    4 points
  30. @John.Yeah @LucaR @Tyler @Siolan Déluge sur Champs sur Marne. Donc on travaille! Vos conseils et réflexions m'ont mené à une nouvelle version avec un traitement manuel donc extraction du gradient sur chaque brute avant d'empiler. Je n'ai gardé que 35 prises sur les 40 pour des questions de netteté après analyse de Siril. Outils Ashin utilisé à minima, curseur à 100, curseur des noirs à zéro. Passage dans Photoshop avec correction niveaux, très très légère retouche de courbe. Un petit peu de réduction du bruit quand même. Et cerise sur le gâteau, je n'ai pas résisté à récupérer la couche L en mode LAB pour en faire un calque et le poser sur la version RVB en mode luminosité, mais avec une opacité réduite (il ne faut pas abuser....). Cela redonne un peu de peps sans toucher à la saturation ni à la colorimétrie. Mais c'est assez piégeux car on est tenté d'en abuser! L'extraction du gradient brute par brute n'est pas très longue, et donne plus de douceur et de nuances dans les valeurs sombres me semble t il. En tous cas, rien à voir par rapport à ma première version. Merci tout le monde! En espérant que le ciel soit plus clément les prochains jours!
    4 points
  31. Voilà mon image de hier ! Malgré la galère avec ma monture j'en suis satisfait. 2h54 d'exposition en tout sur 80ED et 70D Astrodon.
    4 points
  32. @JMDSomme je compatis, mais j'ai l'impression qu'ils ont fait un peu nimporte quoi dans ton centre de vaccination. Tu avais déjà bien morflé en décembre avec la COVID. Déjà tu n'aurais dû avoir qu'une seule dose de vaccin. Ensuite après les premiers effets secondaires de la première dose, je trouve assez aberrant que la 2ème injection n'ait pas été annulée. Je te souhaite un bon rétablissement.
    4 points
  33. Bonjour à Toutes et Tous Trés agréable à suivre à l'écran cette dernière nuit du 29 au 30 aout plus difficile à traiter. J'ai pu faire un bon nombre d'acquisitions du passage et de l'ombre d'Europe suivi du passage par la suite de Ganymede et son ombre, Ganyméde au dessus de la GTR. Sur la gauche de l'image il s'agit de IO qui sortait lui de l'ombre de Jupiter. J'ai donc suivi la totale et c'est une première pour moi d'avoir tous ces événements en meme temps. Alain est trés content. Conditions de jeux peu de vent, belle transparence mais beaucoup d'humidité. Pourtant en journée pas mal de vent..me suis laissé avoir pas fait gaffe pour la lame...mais pas grave il n'y en avait pas temps que ça sur le devant du C8. Donc par la suite j'ai mis le protège. C8 barlow 2 Asi 224 "ser " de 8000 stacké 4000. Voici le premier traitement je retourne aux dépouillements ...Merci d'avoir ouvert ce post Bon ciel alain
    4 points
  34. le meilleur instrument est aussi celui qui nous laisse des étoiles pleins les yeux et qui nous pousse à vouloir ressortir le matériel au plus vite.
    3 points
  35. Salut les ami'e)s, petit rapport d'observation du soleil du 22 septembre 2021 Activité solaire du 22 septembre 2021 lunette 120 mm halpha + etalon PST prototype optimisé de 2004 + barlow 2 x + camerai Touptek couleur et camera DMK 41 monochrome pour la zone active et traitement astrosurface
    3 points
  36. Petite composition pour occuper ma soirée d'hier... montage de mes images de planètes au SW200/1000 et l'Asi385 + un soleil à la 72ED : Manque Mercure à la collection, et surtout plein de progrès à faire encore !!
    3 points
  37. Effectivement, il y a peu d'information concernant ce constructeur. Une hypothèse qui pourrait être "vraisemblable" et confirmé entre les lignes par un contact au Japon. Shimadzu ce serait positionner sur les marchés de l'éducation nationale du Japon, les fameux "MEXT" programme incluant tout une gamme de matériel telescope, microscope etc..ne fabriquant pas de doublet, les optiques de la shimadzu pourraient provenir de GOTO mais pas le haut du panier sûrement ceux qui n'ont pas passé les contrôles qualités assez strict de chez eux. Il est extrêmement difficile d'échanger avec les Japonais sur le sujet notamment le devenir des optiques ne passant pas le cahier des charges. L'entreprise GOTO est une fierté nationale là bas et son créateur un demi-dieu😁 de l'optique évidemment. Il y a une grande GOTO 6" en vente en Suède pour ceux qui pourraient être intéressé. Un bel instrument. http://www.goteborgsastronomiskaklubb.se/GOTOtelescope/
    3 points
  38. DANS LE QUATUOR DE LA CONSTELLATION DE LA GRUE Bonjour à tous, Voici le bilan d'une petite veillée consacrée à un bel ensemble galactique de la constellation de la Grue. Il s'agit du Quatuor. En fait, trois galaxies forment un splendide trio et une quatrième est un peu plus à l'écart. J'ai dessiné les trois plus proches. Je joins d'abord à ce nouveau post deux captures d'écran pour situer ce quatuor invisible depuis l'Hexagone. Une capture plus détaillée où l'on perçoit bien les trois galaxies que représente le dessin plus bas. De forme elliptique, elles offrent toutes un fuseau bien allongé avec un noyau bien marqué . On devine pour l'une d'entre elles une certaine courbure. Le dessin a été réalisé à l'aide du Nagler 31mm (90x). Pour finir, une petite photo de Jupiter. Des vents d'altitude ont rendu la tâche un peu difficile mais le résultat demeure recevable. Bon ciel d'automne à tous ! C'est la saison idéale pour plonger dans des mondes si lointains. Gildas
    3 points
  39. A la 36ième minute les nuages sont arrivés d'où la vidéo un peu réduite : 😉 Pas terrible la météo en ce moment en Alsace mais ça fait un entraînement pour la prochaine saison. 😀
    3 points
  40. Un historique de "Penser le réchauffement climatique" allant de la première "conception" du climat aux choix qui se posent à nous : https://www.encyclopedie-environnement.org/climat/penser-le-changement-climatique-16e-21e-siecles/ " Jusqu’au XVIIIe siècle, l’idée que le climat pouvait changer durablement dans le temps restait hors de la représentation des individus. Seules les « intempéries », les dérèglements violents, interpelaient les hommes qui leur donnaient des interprétations anthropocentriques de nature religieuse. Avec la naissance de la météorologie, les scientifiques cherchèrent à comprendre les « règles » des climats, tout comme Newton avait trouvé celles de l’attraction. A partir du milieu du XVIIIe siècle, les observations incitèrent à suggérer que l’action humaine pouvait avoir une influence sur le climat. Pour les uns, singulièrement dans le monde colonial, les déforestations favorisaient un réchauffement climatique et étaient favorables au développement agricole ; d’autres au contraire dénoncèrent à partir du début du XIXe siècle le caractère destructeur de cette intervention humaine. Au XIXe siècle, les physiciens commencèrent à lier de manières plus certaines les changements climatiques à l’action humaine, singulièrement l’augmentation du CO2 résultant de la combustion des combustibles fossiles et du développement industriel. Prix Nobel en 1902, Svante Arrhenius voit dans ce réchauffement la promesse d’un avenir radieux. Si dans les deux premiers tiers du XXe siècle, le développement des observations scientifiques permet des avancées considérables dans la connaissance du climat et de ses variations, définis statistiquement, la crainte d’un retour du grands froids reste largement présente dans les imaginaires collectifs. A partir des années 1970, des chercheurs (dont Bert Bollin) commencent à alerter sur les dangers potentiels des émanations de CO2. La création du GIEC en 1988, dont Bert Bollin devient le premier président, vient incarner la prise en compte internationale de cette menace. En 2015, lors de la COP 21, un premier accord universel est approuvé à l’unanimité par 196 délégations qui témoigne d’un consensus grandissant sur les origines anthropiques du réchauffement actuel. Cette prise de conscience toutefois va se heurter à des intérêts économiques, religieux ou politiques, comme en témoignent les difficultés des États à mettre en œuvre les dispositifs de la COP 21 et plus encore l’élection du président Donald Trump aux USA."
    3 points
  41. Je l'ai lu, l'article m'a été soumis pour avis à sa sortie vu que j'avais répondu à des questions sur cette optique classique à verres Hikari (Nikon). Au f/D donné : le défocus diffraction limited est de 4.13 * lambda * N2 soit en prenant la référence à 560nm : +/-0.55mm C'est d'excellente qualité mais il faudrait voir à afficher une courbe en fonction des longueurs d'onde à la mise au point visuelle et avec les longueurs d'onde courantes et pas afficher ça qui est trompeur. Il s'agit des strehls à la longueur d'onde de mise au point sur la longueur d'onde testée : ils ne peuvent être aux mêmes valeurs simultanément. Ce tableau a de l'intérêt pour utilisation en photo trichrome RVB. Voici la forme approximative des spots de la TS 65/1000 en visuel calé sur le jaune face à la Telementor C63/840 et l'AS 63/840 (en asphérisation Q1 parfaite) Elle est intermédiaire entre le Zeiss AS qui donne le "La" pour le terme semi-apo et l'objectif C (RC 2.4) déjà très équilibré par rapport au comportement de l’œil. La performance optique justifie son prix à la revente. Probablement que cela indique le point de départ de la démarcation de Takahashi vers le haut de gamme optique et l'astrophotographie. (et merci à @pancho61 pour la recherche historique )
    3 points
  42. Après la Lune ce Printemps c'est au tour de Jupiter. Les premières vidéos sont faites en équatorial au C11@f/20+ASI462MC+EQ6-R Pro (les prochaines en alt-azimutal au Nexstar4SE@f/27+ASI462MC) :
    3 points
  43. Plusieurs séries d'oculaire vintage rares sur Jauce : chercher à "Cameras & Audio-Visual " mot clef 24.5 En tête pour les choix : Nikon puis Pentax Mizar Astro/Royal Takahashi Vixen Mizar : Ortho 7mm, grand frère 9mm et petit frère 5mm Nikon 15x (16,7mm) (Abbe Mittenzwey "colo-eye" (en 23.2mm je pense) Nikon Huyghens 25mm Nikon K25 (flatfield + CVD , rare) Takahashi NP-12, oculaire de projection Solaire & projection lune/soleil Une paire aurait été un must en bino fort grossissement similaire pentax XP Nikon o-7, le Saint-Graal à f/15 comme le Nikon o-5 l'est pour Thomas Back à f/D 9, supérieur au Pentax o-7 Takahashi Abbe Ortho 25mm, la série n'est pas la plus réputée mais le 25mm est excellent en nébuleuse. Egalement et c'est assez rare pour le mentionner : des filtres en 24.5, un must pour pousser au maximum les instruments, en particulier en lunaire (Bleu clair et Jaune-Vert) Le bleu clair permet de centrer l'oeil dans la bande plus élevée et gagne sur la limite de diffraction. Sur Mars il permet de visualiser la couche nuageuse. Le jaune-vert est très utile pour les instruments médium type 80/900 ou 60/700 pour retirer les couleurs hors-focus en lunaire. Soyez surpris par le gain en contraste (et par conséquent piqué) entre x1.6 et x2.5D sur la Lune. Mais aussi en planétaire (Jupiter-Saturne et Mars pour le rouge) et pour les jours de turbu sur la Lune (jaune) ----------------------------------------------------- A propos des oculaires Vintage 0.965" Ces oculaires ont une ergonomie plus confortable que la version agrandie à 1"1/4 dans les années 80. N'hésitez pas à vous les procurer si vous avez les instruments adaptés (f/10+) : lisez ce qu'en dit Roland Christen (Astrophysics) https://groups.google.com/g/sci.astro.amateur/c/zahPPDK9kG0?pli=1 Une des deux designs orthos reconstitués, il en existe un à f/10 minimum pour les orthos "bronze", d'après Uwe Laux CZJ : ici le f/7.7 minimum, qui est la version en coulant 1"1/4 et 24.5 tube alu. Je recommande la version bronze pour les optiques réfracteurs achromats >=f/10 @Astro_007 a cette version qui est CVD et impressionnante en tête à tête à côté de l'ortho Baader "Classique" qui en fait ... ne l'est pas). cf http://www.astrosurf.com/topic/130147-starbase-80-et-origines/?do=findComment&comment=1719348 https://www.cloudynights.com/topic/682757-post-your-optical-design-this-is-a-no-discussion-thread/?p=11214530 Thomas Back utilisait le Nikon Ortho o-5 à f/9, => les o-7 à f/13-f/15 et o-9 à f/15 sont à recommander pour le planétaire. Pour l'histoire, le "bronze 24.5" O-8 de Zeiss, oiseau rare est un "perfect fit" à f/15, il se vend (vu sur e-Bay) a des sommes astronomiques n'ayant plus rien de raisonnable quand à la valeur technique. Orthoscopiques : Dans les commentaires, Takahashi fournit les mêmes que les Astro/Royal, avec un rigueur sur le contrôle qualité. Les Mizar 24.5 sont en général les mêmes que Vixen, avec des doutes sur le fait que ce soit des duplets pour les focales >6mm. (j'espère lever le doute très prochainement) Vixen, en effet industrialise fortement et préfère la régularité à la perfection. Sur les dernières années en 24.5 les orthos Vixen sont des duplets sauf le 4mm qui est un "colo-eye" similaire au Nikon. Autre façon de voir le sujet : oculaires circle-T (Tani) que l'on oppose souvent à circle-V et enfin Asahi Optical (Nikon) Conclusion : n'équipez pas vos réfracteurs vintage avec des oculaires modernes inadaptés, vous serez peut-être déçus à tort par le réfracteur tout simplement parce que l'oculaire n'est pas en phase avec l'optique de la lunette. Jusque dans les années 80 avec la réforme des accessoires initiées par Olympus et endurcie par Nikon, la conception des instruments était appairées avec celle des accessoires. A bon entendeur...
    3 points
  44. Hello, Comme promis je vais donner quelques idées pour se débarasser des étoiles magentas en SHO mais sans autre magenta dans l’image des étoiles magentas en SHO mais sans toucher à des teintes magentas dans la nébuleuses Vous allez voir que c’est simplissime…. Les outils nécessaires sous Pix: Pour le cas 1: scnr L’image de départ (Pacman de @Titophe) la premiere étape consiste à inverser l’image (ctrl-i) On voit que les halos magentas sont verts ( couleur complémentaires) et le vert ca tombe bien car on peu aisément le corriger avec l’outil SCNR (Subtractive Chromatic Noise Reduction) qui va corriger l’excès de vert Pour le dosage (Amount) ca va dépendre de l’effet recherché, ici on va tout neutraliser. On applique donc le process SNCR à l’image inversée Les halos vert ont disparu. Il suffit juste de réinverser l’image pour revenir avec une image de départ corrigée. Et voila. Mais notez que toutes teintes magentas dans l’image auraient été corrigées. Cette approche basique ne marche que sur les images sans magentas (sérieusement qui met du magenta sur ses nébuleuses:)) C’est pas si compliqué que ca Pix Cas 2 ((j'ai trouvé une image sur ABIN pour l’exemple) à on va vouloir corriger les étoiles mais sans toucher aux couleurs de la nébuleuse. Si on applique la même méthode que dans le cas précédent on obtient ça on a corrigé les étoiles mais aussi les teintes. Donc il faut aborder le problème différement. Outils necessaires: Starnet Scnr PixelMath D’abord on extrait les étoiles de l’image de départ avec l’option star mask On obtient une image starless d’un coté et les étoiles de l’autre. De la on inverse le star mask et on corrige le vert avec scnr on est de retour dans le cas 1 puis on réinverse l’image On remet les étoiles sur la Sraless avec PixelMath Ceci dit pas pu tout corriger mais c’est un cas extreme, les halos sont tellements marqués qu’il faudrait déployer d’autres techniques pour corriger les résidus Finalement après avoir trifouillé j'ai pu corriger les résidus Au final il reste les halos autour de des 2 grosses étoiles (surement à la capture des datas)> il faudrait encore faire d’autres modif pour corriger. Finalement Pix c’est pas si dur et ça dépanne A+ Axel
    3 points
  45. Bonjour à tous Je viens de finaliser un montage pour imager : Le système est prévu pour accueillir ma camera refroidie, en combinaison avec un objectif ou une petite lunette (ici une 180mm). L'anneau de fixation à l'avant est fait en 2 parties, une fixe, et une autre constituée de demi lunes interchangeables imprimées en filament souple. Ces demi lunes s'adaptent au diamètre de l'objectif. J'ai ajouté une aide à la MAP avec 2 vis tangentielles. Une pièce vient se serrer sur la bague de MAP avec une sangle velcro. Ici aussi chaque optique a sa pièce adaptée au diamètre. Je pensais imprimer la lunette (comme l'a fait Cissou), finalement je l'ai faite au tour. J'ai ajouté un focuser hélicoïdal chinois, que je gardais pour un autre projet que je n'ai pas fais. Tous les pas de vis sont fait avec des petits inserts en laiton que j'ai tourné, pour ne pas visser dans le plastique. L'ensemble est très rigide. Je n'ai plus qu'à aller tester ça, quand le ciel sera dégagé...
    3 points
  46. Salut à tous, moi aussi je vais pousser un coup de gueule... Désolé par avance. Je me rends compte de plus en plus qu'on retrouve toujours les mêmes prêts à dégainer sur les posts à polémique. Alors que ceux-là mêmes je ne les vois jamais commenter ou féliciter les petits nouveaux qui postent des images, ne viennent jamais donner le moindre conseil astro. J'ai les noms alors ne regardez pas vos godasses les mecs Un petit effort ne serait pas de trop, si vous voulez polémiquer ya d'autres supports bien plus rentables pour vous, vous pourrez vous en donner à cœur joie, genre Boubouk ou Teuteur
    3 points
  47. Suite directe de mon image de Sh2-119 avec le Mur et le Pélican https://www.astrobin.com/full/85g4mu/0/ C'est assez sharp au final avec un mix de data au 200mm et à la 80ED. A+ Axel
    3 points
  48. Ma technique est assez simple: Si je trouve un produit trop cher .... je ne l'achète pas Si je trouve un marchand trop cher j'achète ailleurs Sauf si j'ai un besoin ou une envie urgente, alors j'achète et... je ne râle pas. On appelle ça le libre arbitre et j'y tiens énormément.
    3 points
  49. En réalité aucun fabricant ne teste sur le ciel leurs télescopes pour déterminer cette fameuse magnitude limite car celle ci dépend de beaucoup de facteurs : - la qualité du ciel mesuré empiriquement avec l'échelle de Bortle ou bien avec un appareille sensible au fond du ciel comme le SQM-L. - le diamètre de l'instrument - L'obstruction éventuelle (miroir secondaire) qui vignette le champ - la dimension de la pupille de l'oeil, plus celle ci est dilatée plus il y a de lumière qui rentre - la vue de l'observateur plus où moins perçante. - l'expérience de l'observateur, un entrainement régulier permet de gagner un peu en magnitude - l'objet visé car la magnitude d'une étoile un point ponctuel n'est pas celle des objets étendus qui ont aussi une magnitude dite "surfacique" - le taux de transmission de l'objectif de la lunette ou du miroir dans le cas d'un télescope car il n'est pas de 100%, il y a forcement de la perte de lumière (par diffusion ou absorption) - les défauts des optiques : aberration sphérique, chromatisme etc ... - le grossissement utilisé, plus on grossi mieux on voit (assombrissement du fond du ciel notamment) - l'extinction atmosphérique pour les objets bas sur l'horizon On peut cependant calculer cette magnitude limite en considérant : - la magnitude limite à l'oeil nu : m_oeil - le diamètre D de l'instrument utilisé : D - le diamètre d de la pupille de l'oeil en vision nocturne : d m_limite = m_oeil + 5 x log(D/d) Les fabricants considèrent que la dimension de la pupille de l'oeil en vision nocturne est de 7mm donc pour un instrument de 300mm : m_limite = 7 + 5 x log (300/7) = 15.2 Et si l'on prend d = 6mm : m_limite = 6 + 5 x log (300/6) = 14.5 Il y a bien d'autres définitions de cette limite (Clark, Bower, Sheffen, ...) mais je ne vais pas les exposer ici car je crois que je répond déjà un peu à ta question
    3 points
  50. Bonjour à tous, En pleine saison et au milieu des plus belles photo planétaires regroupé ici.... Je jette ma toute petite bouteille à la mer avec ma toute petite Lulu . J'aime faire du planétaires mais je ne suis ni équipé, ni expérimenté. Mais qu'importe...la dernière photo que j'ai realisé m'enchante grandement et je n'imaginais pas pouvoir sortir ca avec ma petite 80ed, à vrai dire après mes essai de l'année dernière et cette photo: J'étais persuadé d'avoir éteint la limite possible de ma petite Lulu, mais non et.... De loin . J'étais donc moyennement motivé à réessayer... Mais Je me suis tout de même lancé vendredi soir : Juju du 28.08.2021 à 0h29 depuis l'IDF. 80ed + Barlow Kepler 2.5x et Qhy224mc. (Pas d'ADC). J'ai passé beaucoup de temps et réalisé beaucoup de SER, je ferais un gros post complet avec mes 4 sessions de plusieurs vidéo. Avec animation, photo unitaires.... ect ect une fois tous cela terminé. Voilà merci a ceux qui prendront le temps de commenter et de donner des conseils, un avis.... Ou autres . Loin des photos de folie avec vos diamètre énorme bien sûr. Mais ca peut-être intéressant de voir ce qu'il est possible avec de petit instruments. Bon ciel à tous.
    3 points
This leaderboard is set to Paris/GMT+02:00
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.