Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 19/11/2018 dans toutes les zones

  1. 8 points
    J'avoue avoir eu des larmes aux yeux devant mon poste de télévision en voyant cela samedi dernier. Bonjour à toutes et bonjour à tous , Samedi dernier (1er décembre 2018) je regardais durant la matinée la chaîne d'informations continues BFMTV (canal n° 15 de la Télévision Numérique Terrestre) sur le troisième samedi où les “Gilets Jaunes” manifestaient pour obtenir l'abrogation de toutes les hausses de taxes qui auront lieu dès le 1er janvier 2019 et les mois suivants (revendication que je partage totalement). Et puis, j'ai été effaré de voir soudainement que l'Arc de Triomphe de la place de l'Étoile était profané par des individus qui taguaient le bas de ce monument emblématique de la ville de Paris (et de la France) depuis son inauguration par le roi des Français Louis Philippe en 1836. Et j'avoue avoir eu des larmes aux yeux devant mon poste de télévision en voyant que les casseurs voulaient profaner la tombe du soldat inconnu qui représente toutes les victimes (tués, disparus, blessés) lors de la “Grande Guerre” de 1914 à 1918 . Je remercie chaleureusement certains “Gilets Jaunes” d'avoir protégé ce symbole sacré en s'étant systématiquement assis autour de cette tombe et de la flamme du souvenir des tués de la Première Guerre Mondiale pour les préserver de la stupidité de certains casseurs. Voir : https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/j-ai-decide-de-rester-en-statique-dans-les-gaz-ce-gilet-jaune-explique-comment-il-a-protege-la-tombe-du-soldat-inconnu-samedi-1122478.html. Pourquoi ai-je pleuré en voyant ces bien tristes images samedi matin sur BFMTV ? Eh bien, tout simplement en pensant d'abord au grand-père de mon épouse tué en Argonne le 13 juillet 1915 et dont le cadavre n'a jamais été retrouvé et à mon grand-père paternel qui a perdu un bras lors de la bataille de Verdun en 1916. Voir mon sujet “L'horrible "Der des ders" a enfin pris fin aujourd'hui…” (https://www.webastro.net/forums/topic/29069-lhorrible-quotder-des-dersquot-a-enfin-pris-fin-aujourdhui%E2%80%A6/). Et puis, j'ai pensé à un très vieux souvenir (que je n'ai évoqué jusque-là qu'une fois sur Webastro à l'occasion d'une énigme du QAC : https://www.webastro.net/forums/topic/57434-quizz-alternatif-convivial/?do=findComment&comment=2159298) lorsque j'avais 8 ans (donc vers 1957) qui concernait Auguste Martin. A cette époque ma maman, devenue veuve le 13 avril 1956, m'envoyait parfois chercher une douzaine d'œufs frais chez une paysanne d'Antony, Berthe Matin, une très grande femme (du moins pour le petit garçon que j'étais alors) qui mesurait 1,75 mètre, qui habitait une ferme (eh oui, il y avait alors encore des fermes dans ma commune natale) située rue de Châtenay (ferme aujourd'hui disparue) au croisement de la rue du “Clos Joli”. J'arrivais donc devant la ferme de Berthe Martin et frappais à la porte ; elle arrivait au bout de trente secondes et me disait : « Ah !... bonjour Roger. Ta maman t'envoie chercher des œufs. Une douzaine comme d'habitude ? » Je répondais affirmativement. Elle me disait alors : « Eh bien, je vais aller te les chercher. En attendant, entre dire bonjour à Auguste. » J'entrais alors dans leur salle à manger, très sombre car il n'y avait qu'une toute petite fenêtre ne laissant passer qu'une toute petite partie de la luminosité extérieure. J'allais au fond de la pièce, où le pauvre Auguste Martin passait toutes ses journées sur un fauteuil à côté d'un lampadaire éclairant très faiblement. Auguste Martin était toujours accompagné de “Tobby”, un très gentil chien à poil blanc lui recouvrant les yeux. A chaque fois qu'il me voyait il me disait : « Bonjour Roger. Je suis bien content de te voir. Sais-tu que je m'ennuie car personne ne vient jamais me parler… Comment se passent tes études ? Qu'as-tu appris à l'école récemment ? » Je discutais alors environ cinq à dix minutes avec lui, jusqu'à ce que son épouse, Berthe, revienne avec sa douzaine d'œufs. Je sentais qu'elle était très contente que son mari ait pu discuter avec quelqu'un… Lors de mon cheminement pour revenir à la maison, j'étais pris d'un double sentiment : celui d'avoir pendant quelques minutes pu égayer la solitude ce pauvre mutilé de la “Grande Guerre” de 1914 à 1918, et celui d'être très mal à l'aise en l'entendant parler très faiblement avec une toute petite voix fluette, car il avait été gazé à l'ypérite (le mortel “gaz moutarde”) dès de début des combats. Il ne pouvait après cela ni marcher sans béquilles (et encore seulement de quelques mètres entre son fauteuil et son lit) ni s'exprimer normalement comme les personnes valides… C'est dès cette époque que le petit garçon que j'étais s'est mis à penser que la guerre c'était une chose cruellement terrible et que j'espérais que jamais plus il n'y aurait de guerre mondiale dans le monde… Roger le Cantalien.
  2. 6 points
    Ma vue vaut ce qu'elle vaut et ne s'améliore pas (je porte cependant des lunettes parfaitement adaptées) mais clairement n'est pas en cause dans cette appréciation... je pense que dans ma génération on est assez nombreux à le constater, de même qu'on perçoit, sur le temps d'une vie, l'érosion des sols et de la biodiversité, l'usure du milieu naturel ou l'appauvrissement des fonds marins quand on palme avec un masque le long des côtes, voir simplement la disparition de cette profusion de crabes, d'araignées de mer et de coquillages sur les plages Bretonnes de mon enfance qui, aujourd'hui, sont devenues désertiques! ... La Pol Lum a très visiblement augmenté partout (mitage des espaces naturels par l'habitat individuel, mauvaises pratiques en matière d'éclairage, augmentation du trafic routier, multiplication des infrastructures) , en particulier depuis une 15aine d'années, les particules fines ou moins fines, à part Trump, tout le monde sait qu'elles ont drastiquement augmenté aussi... bref... plus on sature l'atmosphère de poussières illuminées moins on peut voir à travers dirait La Palisse. J'ai toujours, depuis l'enfance, été attentif au ciel qui était un émerveillement sans cesse renouvelé et je n'ai aucun doute là dessus. Alors j'imagine, les temps anciens au début de nos civilisations humaines, la transparence devait être spectaculaire et donner accès à des objets faibles aujourd'hui difficiles à attraper dans nos T250. Ce n'est pas pour rien que la loi tente timidement de protéger les zones autour des observatoires. En 1962, depuis (par exemple) le grand Luberon, on ne percevait pas ou si peu que pas, la cloche orangée de Martigues à Marseille et la Ciotat, on avait un ciel noir d'encre fourmillant d'étoiles. j'y suis retourné récemment...ça fait mal au cul! L'orange côtier au sud, les boules à paillette et les allées illuminées dans les villas bourgeoises qui ont envahi la vallée au nord, faut se trouver un coin "à l'ombre" pour déballer le Strock.
  3. 6 points
    Salut, je reviens d'un voyage inoubliable au Népal (trek et alpinisme) dans la région transhimalayenne du Dolpo (célèbre depuis le film "Himalaya, enfance d'un chef). Au programme, quinze jours de marche en bivouac, un sommet peu connu et trois cols d'altitude (5700, 5200 et 5500m), non loin du massif du Dhaulagiri (8167m). J'en ai profité pour faire quelques astro-paysages (même si en novembre la VL décline vite). Poses de 30" avec Pentax K-1 mode astrotracer empilées avec Sequator, objectifs Pentax 24-70 ou Samyang 12 fisheye à f/2.8. J'ai choisi un traitement "light" global, pas de traitement séparé sur le ciel et le paysage pour plus de naturel. La première du village de Terang à 3600m d'altitude Les trois suivantes prises du village de Mukot à 4000m d'altitude pas de "light painting" de ma part sur celle-ci, mais un habitant qui se baladait avec une lampe de poche 😉 La dernière prise depuis un camp à 4900m, la "petite" montagne est le Dhaulagiri II à 7751m d'altitude. J'ai hésité à faire un traitement plus musclé sur le ciel, dites-moi ce que vous en pensez 🙂 Pour finir, deux images non-astro (parmi des centaines d'autres...), le panoramique à 360 degrés depuis le sommet du Mukot HImal (6087m) Un autre pano depuis le col du Mu La à 5700m Dan
  4. 5 points
    Salut a tous! Cela faisait un moment que je n'avais shooté et pas partagé une petite image, Chose faite avec Orion et son running man et quelques nébulosités en fond. J'ai utilisé deux masques de fusion : - 1 classique pour éviter de saturer le cœur - Le second pour éviter de noyer les nébulosités proche du cœur Le second masque a bien fonctionné et a permis de récupérer des details sympathiques! Matériel utilisé : Lunette 80ed & réducteur 0.85 skywatcher Monture Eq6 , guidage en parallèle avec une lulu 80/400 achro , asi224 Boitier Canon 5D Mark II défiltré/reflitré Plus ou moins 04h00 de pose / 180s unitaire Empilement DSS et Siril pour le 2nd masque Traitement Photoshop CS 2 Voila Manu
  5. 4 points
    Salut à tous, Je vous propose un nouveau tuto Photoshop pour améliorer la couleur de vos images CP à l'aide du mode Lab. Je tiens à remercier Bernard (Litobrit) pour cette manip' super efficace et rapide ! J'espère que cette vidéo vous plaira et qu'elle vous sera utile ! Valentin
  6. 4 points
    Pas d'image depuis 3 mois. ☹️ Alors on essaie de nouveaux traitements. Une image de cette belle nébuleuse du Scorpion réalisée avec le ASA20 de Chilescope. 3 heures de Ha et une heure de SII et OIII. La full est ici. Quelques jolis détails.
  7. 4 points
    Tu sais pertinemment Roger en ouvrant ce sujet que ce sujet est politique et n'a rien à faire ici . Et ce n'est pas avec tes anecdotes personnelles tire-larmes que tu le justifieras. Ce qui m'indigne moi , c'est la boucherie qu' a été cette guerre . Et que sont toutes les guerres. Tu connais la phrase de Paul Valéry : « La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. » A chacun ses indignations. Sur ce qui se passe en ce moment, je ne dirais rien parce que ça n'a pas sa place ici. Pour l'instant... Ce sujet finira par être fermé. Il aurait dû l'être dès le début.
  8. 4 points
    Beau temps mais il fait quand même un peu frisquet
  9. 3 points
    Salut, je respecte bien sur la tristesse de Roger dont je comprends et partage parfaitement l'origine. J'attendais avant d'intervenir que vienne, inévitablement, le débat sur l'aspect symbolique de toutes ces choses et là... évidemment il y a du grain à moudre. Arc de triomphe érigé à la gloire d'un dictateur comptable d'un nombre incalculable de morts et de misères, et voila que les bouchers de la grande guerre décide d'y abriter, dans le plus grand cynisme, la dépouille d'une des innombrables victimes de cette guerre provoquée, déjà, par la folie des banquiers d'Europe et du monde... et ne servant que leurs seuls intérêts. (en 2007, la guerre, pour les mêmes causes, n'a été que financière et technique, mais elle a, d'une autre manière, touché les peuples dans leur chair par la misère semée dans ce monde). J'ai un grand respect pour nos anciens qui se sont fait trucider massivement pour nous rendre la liberté et la dignité, je suis par contre, et de façon constante horrifié par la récupération ignoble que des Etats brutaux infligent à notre mémoire. En 1917, à Paris, pendant que la viande de nos gars était lacérée, et bien dans les salons on dansait, on buvait de bons alcools et on s'occupait de politique et de carrière. Il serait temps que les peuples se réapproprient leur mémoire et crée ses propres célébrations.... loin des palais et des ors du pouvoir. Pour autant: oui il faut punir ceux qui ont commis ces actes car je doute que leur élévation de pensée soit à l'origine de ce désastre... Ils sont doublement coupables: ils saccagent nos biens, mais ils saccagent aussi le mouvement citoyen et responsable des gars en jaune qui luttent pour leur dignité. L'Etat lui aussi est coupable , et très lourdement: les charges policières sur des défilés pacifiques sont documentées et innombrables, au fond l'Etat adore les casseurs car ils cachent ses propres forfaits. C'est la merde... mais on est à un moment historique, la fin d'un monde, le vent de l'histoire nous frôle...
  10. 3 points
    Hello, le télescope était de sortie ce soir…. Tout d'abord chose promise chose du, demandé par@oukima première M42 en VA! téléscope 150/750mm avec touptek G3M 385C et réducteur de focale x0,5 5min de pose, 4sec de pose unitaire gain 910. Ensuite ptit test sur le Mak 127.... Eh bah j'en ai chiez….. Compliqué le VA avec un MAK et Surtout sans Go to! Je suis rester sur le double Amas de Persée que j'avais stacker la dernière fois et ça donne: Et La mise au point était beaucoup plus nette qu'avec mon 150/750mm de la dernière fois mais vu la grande focale du Mak ça rentrait pas tout dans le champs même avec un réducteur de focale x0,5, j'ai donc du faire 2 prises différentes. On constate aussi un apport lumineux à droite des 2 images alors que ça ne le fait pas avec le 150/750mm. Voili voilou….
  11. 3 points
    Bonsoir à tous, ça fait un petit moment que je le promets, donc ça y est, je m'y mets enfin... Voici donc mon : TUTORIAL pour le traitement complet d'une image APN avec les scripts SIRIL et PHOTOSHOP Idéalement ce tuto est optimisé pour les possesseurs de Sony A7S, mais peut également servir à tout possesseur d'Appareil Photo Numérique. Je ne prétends pas que ce tuto est le meilleur, je ne prétends pas être un cador en traitement, c'est ma petite cuisine, qui me permet d'être satisfait du résultat après moult tâtonnements Cette cuisine c'est pas de la gastronomie 3 étoiles, mais c'est pas non plus le Kebab ou le Big Mac du coin. On va dire que c'est ma cuisine au beurre de Normandie à moi ! Et comme dirait mon humoriste préféré "Si dieu a créé des vaches en Normandie, c'est parce que là-bas les gens cuisinent tout au beurre" Bien évidemment ya mieux, bien évidemment certains vont y trouver à redire, n'hésitez pas, si ya plus simple et plus efficace, je suis preneur. Ce tutorial vous permettra : de pré-traiter vos images APN avec retrait des darks, flats et offsets sous SiriL de façon automatique à l'aide des scripts de réaliser un premier traitement sous SiriL (étalonnage des couleurs, ajustement de l'histogramme, retrait du gradient, etc..) de réaliser un second traitement un peu plus poussé sous Photoshop afin de faire sortir les tripes à votre image finale, ceci grâce aux scripts Astronomy Tools et Troy's Astro Logiciels nécessaires : SiriL 0.9.9-64 bits pour Windows à télécharger ici : https://free-astro.org/download/Install_SiriL_0_9_9_64bits_EN-FR.exe Un Photoshop quelconque, valable depuis CS2 (qu'on peut trouver gratuitement et légalement sur le web) jusqu'aux dernières versions CC en date. Ici j'utilise CS5 qui n'est plus tout récent mais qui fait bien le boulot. les scripts Astr0n0my T00ls pour Photoshop : https://www.prodigitalsoftware.com/Astronomy_Tools_For_Full_Version.html (oui je sais c'est payant, donc soit vous payez 20$ pour l'avoir légalement, soit vous êtes débrouillards et au-dessus des lois et vous saurez le trouver ) les scripts Troy's Astro Actions pour Photoshop : http://troypiggo.blogspot.com/2010/11/troys-astro-actions.html Adresses et tutos utiles : Siril : https://www.siril.org/fr/ Les cours et tutos sur Siril : https://siril.linux-astro.fr/ Très bon tutos vidéo sur Siril : https://www.youtube.com/channel/UCL6_FyoBsia3FlnfdSDA0CA IMPORTANT AVANT DE COMMENCER : Si vous aviez une ancienne version de SiriL, il vous faut impérativement la désinstaller avant d'installer la 0.9.9, puis suivre à la lettre les recommandations du message d'avertissement qui s'affiche à la fin de l'installation de SiriL 0.9.9. Si SiriL 0.9.9 ne démarre pas une fois l'installation effectuée, essayez de fermer votre actuelle session Windows et d'en ouvrir une nouvelle (clic droit sur le menu Démarrer, puis Arrêter/Déconnecter puis Déconnecter) Si vous ne voyez pas de menu Scripts dans SiriL, la réponse se trouve au point 1. Pour installer les 2 scripts Photoshop ci-dessus, téléchargez les fichiers .ATN correspondants et double-cliquez dessus. Si vous avez changé le dossier de travail de SiriL (par défaut après installation dans \IMAGES ou \MES IMAGES selon votre version de Windows, ce qui correspond en réalité au dossier C:\USERS\VOTRE_NOM_D_UTILISATEUR\PICTURES), vérifiez bien que les 4 sous-dossiers BRUTES, DARKS, FLATS et OFFSETS se trouvent dedans. Si vous êtes sous Linux... ben vous êtes sous Linux et vous savez déjà vous débrouiller non ? Donc logiquement ce tuto ne va pas vous apprendre grand-chose Parce que j'aime bien le chiffre 7 Allez, vous êtes prêts ? Attendez, tout d'abord, parlons de notre séance de prise de vue. Avant de continuer à lire ce tuto, vous devriez avoir obtenu : un certain nombre d'images BRUTES, et donc ce qu'on appelle des RAW (fichiers .ARW sur Sony, .CR2 sur Canon, etc...) un certain nombre (entre 30 et 100, si possible un nombre impair) d'images d'OFFSET (toujours des RAW, cette fois prises dans le noir absolu et d'un temps de pose le plus court possible, par exemple 1/8000s au même ISO que les brutes) un nombre certain (entre 20 et 100, si possible un nombre impair) d'images de DARK (toujours des RAW, toujours prises dans le noir absolu mais cette fois au même temps de pose que les brutes, par exemple 30s, et au même ISO que les brutes) quelques (une trentaine me suffit amplement) images de FLAT (toujours des RAW, cette fois prises sous une lumière uniforme, par exemple à l'aide d'un écran à flat, ou de jour sur le fond de ciel, etc..., et au même ISO que les brutes). L'histogramme de ces images doit se situer environ aux 2/3 du maximum, à vérifier directement en visualisant l'histogramme de l'image après la prise de vue. Certains vont dire "oui mais on peut très bien faire des flats à un ISO différent des brutes". Je réponds "Mes scripts ne sont pas prévus pour gérer en supplément des offsets spécifiques aux flats avec un ISO différent". Dans ce cas, prévoir de modifier mes scripts ou d'utiliser des flats avec un ISO différent en étant conscient que ça peut foutre la grouille au niveau des résultats. Dans mon exemple ci-dessous j'ai utilisé : une lunette de 106mm de diamètre et 530mm de focale (F/5) une monture équatoriale motorisée sur les 2 axes une lunette-guide de 60mm munie d'un autoguideur autonome un APN Sony A7S, réglé sur 3200 ISO et 30 secondes de pose unitaire et obtenu : 189 images brutes des nébuleuses Pelican et North America (personnellement je trouve que 180 c'est le minimum de poses à faire sur les nébuleuses avec un A7S, à F/5, 300 étant un idéal) 13 darks de 30s à 3200 ISO (oui je sais, pâââââ bien, faites pas ce que je fais !!) 35 flats à 3200 ISO (bien !) 27 offsets à 3200 ISO (pâââââââ bien, sachant que des offsets c'est vraiment pas compliqué à faire !) (Bon en fait, pour le A7S on s'en fout un peu, il m'est arrivé de ne faire que 3 darks et 3 offsets et ça marche aussi !!) Voici pour information une image brute de 30s à 3200 ISO, comme ça vous voyez de quoi on part... et à quoi on arrivera Mise à disposition des fichiers bruts : Pour vous faire la main avec ce tuto, je vous ai mis en partage les fichiers RAW utilisés pour ce tuto (j'ai mis 40 brutes au lieu de 180, faut pas déconner quand même !! Ainsi que 13 darks, 13 flats et 13 offsets) Vous pouvez y accéder en les téléchargeant ici : http://www.astrosurf.com/colmic/Traitement_SiriL/ Téléchargez le fichier images_brutes.zip et dézippez-le dans votre dossier \Images J'ai également mis en partage le fichier Resultat.fit (issu du pré-traitement et de l'empilement cette fois des 189 brutes). Alors on commence... par déposer ses images au bon endroit... Déposez vos images dans les dossiers correspondants : Copiez vos images brutes dans le sous-dossier brutes du répertoire de travail de Siril (donc par défaut dans \IMAGES\BRUTES) Copiez vos darks dans le sous-dossier darks du répertoire de travail de Siril (donc par défaut dans \IMAGES\DARKS) Copiez vos offsets dans le sous-dossier offsets du répertoire de travail de Siril (donc par défaut dans \IMAGES\OFFSETS) Copiez vos flats dans le sous-dossier flats du répertoire de travail de Siril (donc par défaut dans \IMAGES\FLATS) Puis on va lancer le script de pré-traitement des images avec SiriL (calibration, alignement, empilement)... Démarrez SiriL (normalement une icône SiriL s'est installée sur le bureau Windows) : Pour le A7S : Cliquez sur le menu Scripts puis choisissez le script Pre-traitement_APN_AvecDrizzle_AvecCorrectionCosmetique. Nota : pour le A7S j'utilise systématiquement l'option Drizzle qui va artificiellement augmenter la taille de l'image d'un facteur 4 (l'image sera 2x plus grande en largeur et 2x en hauteur). Cette option est bien utile pour les petites focales car les pixels du A7S sont très gros (presque 9µ) et on obtiendra alors une meilleure résolution. Cette option est néanmoins très gourmande en ressources et bien plus lente que le pré-traitement classique. Pour les autres APN : vous pouvez tester avec et sans Drizzle pour vous faire une idée de son apport. Nota : La correction cosmétique permet de supprimer les pixels défectueux dans l'image. Commentaire de Cyril à ce sujet : "Cette correction cosmétique là, celle rajoutée dans certains scripts, n'utilise pas le master dark pour trouver les pixels déviants. Elle fait une détection automatique à partir des statistiques de l'image." En gros, c'est généralement mieux avec que sans... mais parfois c'est pire Donc là aussi c'est à tester avec et sans pour se faire une idée. Le script est lancé... On peut alors au choix : moins de 100 brutes : rester devant l'écran, ouvrir son navigateur préféré, et mater quelques vidéos de Jackie & Michel avec un rouleau de Sopalin à portée de main de 100 à 300 brutes : aller manger un morceau et boire un coup, regarder un épisode de Battlestar Galactica, ou honorer Madame (si pas de migraine) plus de 300 brutes : aller se coucher, et attendre le lendemain matin pour la suite Nan je déconne !!! En réalité, tout va dépendre de : la puissance de votre ordi, de la taille de sa RAM, du type de disque dur (SSD fortement recommandé), etc.., mais aussi de la taille des fichiers de vos images brutes (traiter des images de 12Mpixels c'est bien plus rapide que de 42Mpixels !), bien évidemment du nombre d'images à empiler, et encore de l'option drizzle ou pas (compter 2x plus de temps avec drizzle). Pour mon exemple précis : sur un PC portable Gamer Asus ROG de 2015, i7 2.5Ghz, 32Go de RAM, CG GTX980 et SSD Samsung 1To, pour un script de pré-traitement APN Sony A7S de 12Mpixels avec Drizzle et correction cosmétique, pour pré-traiter, aligner et empiler les 189 images avec 13 darks, 35 flats et 27 offsets, il aura fallu très exactement 50 minutes et 37 secondes au total pour que le script se termine, soit effectivement un épisode entier de Battlestar Galactica (punaise c'est bien foutu quand même SiriL !!). On va maintenant récupérer l'image résultante de l'empilement... Cliquez sur le menu Fichier puis Ouvrir : Double-cliquez sur le fichier Resultat.fit : L'image devrait s'afficher dans les 2 fenêtres de visualisation (N&B à gauche et couleur RVB à droite). Bah quoi ???? Je vois rien, c'est quoi c'te binz ???? Calme, calme, pas taper... C'est normal car le mode d'affichage est en linéaire Dans la fenêtre de visualisation N&B, en bas de l'écran, sélectionnez Auto-ajustement : C'est mieux là non ? Bon il est l'heure d'aller dormir, je vous laisse ingurgiter cette première partie, et je continue dès demain soir Ah j'oubliais, pour toi là, le petit au fond à droite, oui toi là qui a lâché le tuto au niveau de Jackie & Michel... Bah tu peux arrêter hein, ya plus de Sopalin Dans cette partie, nous allons voir les différentes actions de traitement à réaliser sous SiriL. On commence par redécouper l'image... Ceci est très important pour la suite, car si l'on conserve les bords noirs, certains traitements ne se feront pas correctement sous SiriL. Tracez une zone dans l'image N&B à l'aide de la souris afin de conserver la partie intéressante de l'image. Effectuez un clic-droit dans la zone tracée puis sélectionnez Recadrer : L'image n'a alors plus de bord disgracieux : On va maintenant ajuster le fond de ciel et la balance des couleurs... Cliquez sur Traitement de l'image, puis sélectionnez Étalonnage des couleurs... : Tracez une zone dans le fond de ciel. Il est important de choisir une zone noire (donc pas dans une nébuleuse) et sans trop d'étoiles. Dans ce cas précis de la région de NGC7000, il n'est pas très simple de trouver une zone de fond de ciel véritable, on a des nébulosités sombres un peu partout à ne pas confondre avec le vrai fond de ciel... On va dire que cette zone est pas mal. Inutile de choisir une zone trop grande, ce qui compte c'est d'avoir un vrai fond de ciel uniforme : Dans la fenêtre d'étalonnage des couleurs, cliquez une première fois sur le bouton Utiliser la sélection courante, puis cliquez sur Neutralisation du fond de ciel. Observez maintenant le changement au niveau de la fenêtre de visualisation de l'image couleur. A gauche, avant la neutralisation, à droite, après la neutralisation. Ça commence à ressembler à quelque chose non ? Nota : à tout moment vous pouvez annuler la dernière commande en cliquant sur Edition puis Annuler ou bien en tapant CTRL+Z au clavier. N'hésitez pas à utiliser cette fonction plusieurs fois si vous pensez que le résultat ne vous satisfait pas. On va tenter cette fois d'ajuster la balance des couleurs. Dans notre cas précis, toujours de la région NGC7000, cela ne va pas être simple car on a de la nébuleuse un peu partout. Il faut dire que je ne suis pas gâté par la nature, car je suis daltonien (ah vous pensiez quoi ? Bande de pervers ), et pour moi cette partie de travail est généralement un vrai supplice Perso je n'hésite pas à aller chercher quelques exemples d'images de référence sur Internet (si possible des images LRVB issues de vraies CCD) pour avoir une idée de ce que sont les bonnes couleurs. Par exemple, cette image de Steve Cannistra me paraît cohérente. On a du rouge et du rose, ces nébuleuses sont sensées avoir beaucoup de halpha et de OIII : Après divers tâtonnements (et donc plusieurs CTRL+Z plus tard !!), je pense avoir trouvé une zone comprenant quelques étoiles qui permettront à SiriL de trouver une balance qui me paraît correcte. Tracez une zone autour de quelques étoiles, sans trop de nébulosités pour ne pas fausser le calcul. Cliquez sur Utiliser la sélection courante. Cliquez sur Appliquer : Observez maintenant le changement au niveau de la fenêtre de visualisation de l'image couleur. A gauche, avant la balance des blancs, à droite, après l'application de la balance. Je m'en remets à vous, est-ce que c'est mieux ? On règle l'histogramme de l'image... Pour cela il va nous falloir repasser l'image en mode linéaire. Normalement vous devriez savoir le faire Pour rappel, cliquez sur le menu déroulant ou vous lisez Auto-ajustement et sélectionnez Linéaire : Cliquez sur le menu Traitement de l'image puis sélectionnez Transformation de l'histogramme : Important : positionnez le curseur du haut au maximum (valeur 65535) Dans la fenêtre Histogrammes, cliquez sur les engrenages puis vérifiez que la valeur de perte ne dépasse pas 0.1% en bas à droite. Commentaire de Cyril à ce sujet : "L'engrenage faut faire attention. Il peut y avoir plus de 10% de pixels clippés parfois avec cet outil. Il peut te calculer un truc ou tu auras une perte terrible. Et ça, c'est balo." Commentaire de Cyril à ce sujet : "C'est pour ça que moi je le fais à la main. Je joue avec les curseurs et je zoom (le bouton +), puis je rejoue avec les curseurs de façon plus précise et je rezoom, etc .... " Puis cliquez sur Appliquer. Vous devriez maintenant visualiser une image identique à celle obtenue en auto-ajustement : Maintenant il s'agit de jouer sur les curseurs Basses lumières et Tons moyens (ne jamais toucher au curseur Hautes lumières). Commencez par tirer légèrement le curseur Basses lumières vers la droite, de façon à ramener la courbe vers la gauche de l'écran. Observez attentivement le pourcentage de perte de signal en bas à droite de la fenêtre, il doit rester inférieur à 0.1% : Cliquez sur Appliquer et observez le résultat (là encore n'oubliez pas que vous pouvez revenir en arrière par CTRL+Z) : Tirez sur le curseur Tons moyens (en forme de triangle) cette fois vers la gauche pour bien faire ressortir les nébulosités : Cliquez sur Appliquer et observez encore le résultat : Quand vous serez satisfait du résultat, vous pouvez refermer la fenêtre de l'histogramme. On va supprimer le gradient de l'image... Bien que cette image ait été réalisée dans la Drôme sous un excellent ciel et au zénith, et que je pense pas qu'elle en ait besoin, je vais quand même vous montrer comment supprimer le gradient de l'image. Cliquez sur menu Traitement de l'image puis sur Extraction du gradient... Il est important de réaliser cette action uniquement après avoir passé l'image en linéaire puis ajusté l'histogramme, sans quoi le résultat pourrait être désastreux. Dans la fenêtre d'extraction de gradient, cliquez sur la coche Automatique. Cliquez sur Calculer. Cliquez sur Appliquer. Observez le résultat au niveau de la fenêtre de visualisation couleur. A gauche, avant l'extraction du gradient, à droite après l'extraction : MESSAGE IMPORTANT : Personnellement j'utilise les valeurs automatiques et ça me donne généralement de bons résultats. Mais dans ce cas précis, nous avons vraiment beaucoup de nébulosités un peu partout, difficile de faire la part des choses. Je pense d'ailleurs que dans mon cas, le retrait de gradient a dénaturé l'image, on le voit au niveau du bas et de la droite du Pélican. Commentaire de Cyril à ce sujet : "Je ne conseille vraiment pas d'utiliser le mode auto pour le retrait de gradient. Mais alors, vraiment pas. Des fois je suis à deux doigts de l'enlever ..." Dans ce cas, au lieu de prendre les valeurs automatiques, il faut : sélectionner uniquement des zones dans le fond de ciel sans nébulosités un peu partout dans l'image, en cliquant dans la fenêtre de visualisation N&B, cliquer sur la coche Manuelle au lieu de Automatique, cliquer sur Calculer et Appliquer. Commentaire de Cyril à ce sujet : "Je dirais pas qu'il faut un nombre précis (de carrés), car serait erroné. Mais il faut bien remplir le FDC. S'il y en a pas assez alors on prend des échantillons plus petits." On va supprimer le bruit vert... Cette fonction est équivalente au fameux filtre HLVG qu'on trouve sous forme de plugin Photoshop. cliquez sur le menu Traitement de l'image, puis sélectionnez Suppression du bruit vert (SCNR)... : Conservez les valeurs par défaut, puis cliquez sur Appliquer : Observez le résultat au niveau de la fenêtre d'affichage couleur de l'image. A gauche, avant, à droite, après : Refermez la fenêtre de réduction du bruit vert. On va monter un peu la saturation... Dans le menu Traitement de l'image, cliquez sur Saturation des couleurs... : Et choisissez une valeur entre 0.20 et 0.30, selon les goûts de chacun Ici j'ai pris 0.25 : Observez le changement dans la fenêtre de visualisation couleur. A gauche, avant, à droite, après : Vous pouvez refermer la fenêtre de saturation. Une petite déconvolution pour finir... La déconvolution va améliorer la tronche de vos étoiles, améliorer le "piqué" de l'image en général et les détails dans les nébulosités. Cette fonction, associée au Drizzle, me donne de très bons résultats, enfin je trouve Cliquez sur le menu Traitement de l'image, puis sur Déconvolution... : Dans la fenêtre de déconvolution, réglez le curseur autour de 0.8 (j'ai bêtement appliqué les tutos et ils disent que c'est une bonne valeur ça vous va comme explication ?) : Cliquez sur Appliquer et observez le résultat (le traitement peut prendre une petite minute). A gauche, avant, à droite, après : Fermez la fenêtre de déconvolution. Et enfin on va sauvegarder notre image en TIF... Cliquez sur Fichier puis sur Enregistrer sous... : Choisissez TIFF et donnez un nom à votre image : Gardez les valeurs par défaut (16 bits-entier non signé, aucune compression), puis cliquez sur Enregistrer : Voilà, le traitement sous Siril est terminé, on a déjà une première image TIF sympa à regarder qui satisfera sans doute nombre d'entre vous. La suite consistera maintenant à lui sortir les tripes Cette fois-ci nous allons voir comment peaufiner notre image pour en tirer la substantifique moelle On ouvre notre image dans Photoshop... Lancez votre Photoshop favori et ouvrez l'image TIF précédemment enregistrée (dans le dossier \Images) : Commencez par afficher l'histogramme (sur mon CS5 il se situe sous forme d'onglet près des calques etc..) : Le but de la manœuvre va être de commencer par aligner nos 3 couches R, V et B correctement, car on voit ici que la couche rouge est décalée par rapport aux verte et bleue : Cliquez sur Image, puis Réglages, puis Niveaux : Commencez par sélectionner la couche bleue et tirez le curseur Basses lumières vers la droite pour supprimer la partie vide de la courbe à gauche : Idem pour la couche verte en surveillant cette fois l'alignement de la couche verte avec la couche bleue sur l'histogramme : Idem pour la couche rouge, mais cette fois en recalant la courbe en jouant sur les basses lumières mais aussi les tons moyens : Cliquez sur OK, et observez le résultat au niveau de l'image elle-même : Relancez l'ajustement des niveaux une seconde fois (Image/Réglages/Niveaux...) et tirez cette fois le curseur des tons moyens vers la gauche au niveau de la couche RVB. Tirez le curseur jusqu'à obtenir une belle image avec un fond de ciel pas trop noir : On peut passer beaucoup de temps sur cette étape, par ajustements successifs des niveaux. Personnellement je ne joue pas trop avec l'outil Courbes, mais je sais que certains d'entre vous en usent beaucoup. Disons que l'outil Courbes est remplacé dans mes exemples par un script Astronomy Tools qui fait bien le boulot. Passons maintenant aux scripts Astronomy Tools... Pour afficher les scripts, selon votre version de Photoshop, ça doit se passer dans Fenêtre, puis soit Scripts, soit Actions : Sélectionnez le script Increase Star Color (Augmenter la couleur des étoiles) puis cliquez sur le bouton Play pour exécuter le script : Le script va s'exécuter (ça prend un peu de temps selon le script) et vous rendre la main : Vous avez compris le principe des scripts ? Alors j'enchaîne cette fois avec Make Stars smaller (réduction d'étoiles) : J'enchaîne ensuite avec Local Contrast Enhancement (amélioration du contraste) : Notez cette fois une subtilité : je trouve personnellement que ce script donne généralement des résultats un peu trop forts (de même que le script suivant). Dans ce cas il est possible d'annuler le script précédemment joué en lançant le script : ...As Layer Underneath : On se retrouve alors avec 2 calques : l'image avant le script de Contraste et l'image après le script. Et il est possible alors de jouer sur la puissance du script Local Contrast Enhancement, comme ceci : sélectionnez le calque Before Action Ajustez le curseur d'opacité (dans mon cas 30% me donne une bonne valeur) : cliquez ensuite sur Calque puis sur Aplatir l'image : On réalise la même opération pour le script suivant : Lighten Only DSO and Dimmer Stars : Lancez le script Lighten Only DSO and Dimmer Stars Lancez le script ...As Layer Underneath Jouez sur le curseur d'opacité, cette fois vers 70% Cliquez sur Calque puis sur Aplatir l'image : Exécutez maintenant les scripts suivants : Fade Sharpen To Mostly Lighten Space Noise Reduction Passons cette fois au script Troy's Astro Action Tools... Ici je trouve qu'un seul script est utile, mais bien utile : Separate Stars and Sky Ce script va séparer en 2 calques disctincts les étoiles et les nébulosités, ce qui va nous permettre un traitement sur ces dernières sans affecter la tronche des étoiles Exécutez donc ce fameux script Separate Stars and Sky : Attention ce script a un petit bug au lancement, il affiche un message d'erreur sans incidence sur la suite. Cliquez sur Continuer et le script devrait se dérouler ensuite correctement : Vous allez alors vous retrouver avec 3 calques : Stars (les étoiles) Starless (les nébulosités) Base (le calque d'origine) Sélectionnez le calque Starless et décochez (en cliquant sur l’œil) les 2 autres calques : Observez l'image. Il ne reste que les nébuleuses et c'est sur elles qu'on va appliquer un filtre de netteté : On a le choix entre plusieurs filtre de renforcement, mais personnellement je n'aime pas trop le Netteté optimisée qui a tendance à rajouter du bruit. Cliquez sur Filtre, puis Renforcement, puis sur Plus net : Et une seconde fois sur Plus net : Recochez le calque Stars : Et cliquez sur le menu Calque puis Aplatir l'image. Le calque Base sera alors supprimé puisqu'il ne sert plus à rien. On va maintenant redimensionner l'image à sa taille finale... Souvenez-vous, au tout début de notre tuto, on a coché le fameux Drizzle qui a augmenté la taille de l'image. Il est temps enfin de réduire l'image, et c'est là que nous allons bénéficier des améliorations que nous avons fait dessus. En réduisant l'image, on verra moins le bruit et les imperfections qui étaient visibles sur l'image Drizzlée (j'invente des mots ). Cliquez sur Image puis sur Taille de l'image... : Personnellement avec le A7S je repasse l'image en format 4k, soit 3840 pixels de largeur : Je vais terminer avec une petite saturation. Cliquez sur Image, Réglages, puis Vibrance... : Déplacez les curseurs vers +20 en vibrance et +15 en saturation : C'est fini !!! Voilà, je crois que j'ai fait le tour. Il resterait bien des choses à faire, mais je vais m'arrêter là, pour le reste il existe énormément de tutos sur le web pour aller encore plus loin dans le traitement... Il vous reste à sauvegarder votre image en jpg pour la publier éventuellement. Sinon gardez-là en TIF. Pour finir, je vous montre quand même l'image finale ? Tout d'abord pour rappel la brute : Et l'image finale, empilement de 189 brutes. Vous pouvez cliquer dans l'image pour obtenir la full : Voilà, c'est fini, j'espère que ce tuto vous servira N'hésitez pas à commenter, critiquer, je suis ouvert ! On en parle ici sur le forum : Par Colmic !
  12. 3 points
    Suite à des posts d'ici et d'ailleurs où je demandais des conseils pour l'élaboration d'un catalogue d'objets observables, j'ai cumulé plusieurs sources de données pour réaliser un catalogue personnel évolutif, assorti de cartes adaptées. Je vous livre donc le fruit de mon travail, pour celles et ceux à qui cela pourrait être utile : j'ai mis le catalogue avec ses cartes en *.pdf [~2Mo] pour des raisons de poids de transfert, mais je tiens les documents bruts à disposition de qui le voudra : catalogue en *.odt [10Mo], catalogue *.xls total [160Ko] ou par page [~30Ko /page] correspondant aux cartes, cartes séparées en *.jpeg [~600Ko /carte]. Pour la méthode, voici ce que je me suis fixé : - compilation en un fichier *.xls des objets Messier, NGC, IC... mais aussi des étoiles et des astérismes intéressants : chaque objet est identifié par ses coordonnées, sa constellation, sa ou ses cartes de référence (voir ci-dessous), sa période d'observation, son type, sa magnitude, sa distance, le tout assorti d'évaluation d'intérêt, de facilité d'observation et de précisions sur l'objet lui-même (forme, particularités...) ; - tri personnel des objets par intérêt (donc subjectif... mais surtout évolutif !) et par régions du ciel correspondant aux excellentes cartes de l'Astro-Club de la Girafe, puis personnalisation de ces fameuses cartes par ajout des objets supplémentaires qui m'intéressent ; à noter : un petit défaut à corriger (pour amélioration plus tard) pour la lecture de certaines couleurs à la lumière rouge ; ce tri relève de mon entière subjectivité, aidé en cela par les données et évaluations d'autres astro-amateurs (Bruno Salque, Alain Gérard/Halebopp, Thierry Rémy, Albireo_oc, Astro_007, les sites de l'Astro-Club de la Girafe et de Dinastro, JR Gilis) ; - réalisation d'un fichier (traitement de texte) mettant en corrélation cartes et catalogue (sous forme de tableaux) trié par régions, que j'ai imprimé en paysage (ou plus exactement en 2 portraits affrontés = impression en 2 pages par feuille : voir photos jointes) avec carte et tableau en vis-à-vis, le tout relié en spirale afin de tenir sur le couvercle incliné de ma boîte d'accessoires pour une lecture facile lors des soirées d'observation. Le catalogue est imprimé recto-verso : sommaire + légende + test magnitude + cartes 1 à 7 d'un côté, visibilité constellations + cartes 8 à 14 de l'autre (cela permet de limiter l'épaisseur, l'ensemble est plastifié mais je ne suis pas gêné par des reflets parasites). J'ai prévu d'améliorer le catalogue dans le temps, en ajoutant des informations (par exemple les noms des étoiles... ce qui peut être long !) : le catalogue est assez fourni (près de 500 objets) mais comme on peut trier ce que l'on veut imprimer... c'est tout l'avantage d'un fichier *.xls ! Je n'ai cité nommément que les personnes dont j'ai utilisé les travaux, mais un grand merci à tous les autres contributeurs pour la disponibilité de leurs conseils ! Je mets quelques photos d'utilisation sur le terrain... et je suis preneur de vos remarques et suggestions !!! Gilles astro-cat-gklm-12-2018.pdf
  13. 3 points
    Je ne prends pas position, mais je voulais juste donner mon avis sur "les astrams". J'ai annulé la vente d'un objet, pourtant très bien réputé et dans un état proche du neuf avec un prix extrêmement intéressant tout simplement car les astrams sont casse bonbon. Ca chipote à mort, ça veut un produit mieux que neuf, garanti, re-colimaté par un pro + preuve sur facturation, avec tous les accessoires d'origines, l'emballage en parfait état, le carton d'origine en bon état lui aussi, tous les caches parfaitement propre et neuf, la facture original non froissé, un rapport complet de l'état de l'instrument réalisé par un tiers neutre, une possibilité de test durant 1 mois et plus si mauvais temps avec retour au frais du vendeur si non satisfaction. Bien entendu, avec l'augmentation du tarif du carburant, une réduction en fonction des kilomètres parcouru sera de rigueur. J'ai fais reprendre mon tube par un magasin. J'ai perdu 500€ sur un prix déjà très interessant mais qu'est ce que je suis tranquille. Des problemes, il y en a surement autant qu'il y a 10 ans. Sauf qu'aujourd'hui, on partage toute sa vie sur les reseaux sociaux, on peut bien partager ses problemes ici, non. Pour résumer, vous achetez dans le grenier, ça vous plait, c'est cool, ça vous plait pas, le forum n'est pas une cours de justice, démerdez-vous, la prochaine fois, vous achèterez du neuf. 🤣
  14. 3 points
    Une comète basse sur l’horizon Alors qu’une demi-lune était accrochée au firmament, le ciel semblait enfin vouloir se dévoiler aux observateurs et astrophotographes. Le week-end était propice aux comètes en cette mi-novembre. La fatigue, due au nettoyage d’automne, me poussa à installer mon setup dans le jardin de la maison au lieu d’aller sur notre site habituel. Les conditions n’étaient pas top : des maisons tout autour, des cheminées s’activant, des arbres… et cette clarté due à la Lune mais aussi aux lampadaires de la petite commune. Je décidais de mettre un filtre anti-pollution lumineuse. En cette fin de première partie de nuit, après avoir fait quelques poses sur la comète 64P, je poussais le vice jusqu’à aller trouver 46P/Wirtanen. Je rêvais en voyant les images faites depuis l’hémisphère sud où elle culminait haut dans le ciel. Mais ici, à ce moment-là, elle était basse… très basse… trop basse diraient certains. Mais cela ne m’arrêta pas. Je la cherchais d’abord aux jumelles… en vain. Alors je commençais les poses à l’endroit qu’indiquait Stellarium. Et bime, elle était là, dans ce ciel grisâtre à tendance orange. Mais qu’importe, je l’avais. Je lançais mes poses. Environ deux heures après, une revue rapide me fit jeter une dizaine de poses au début à cause de la cheminée de la maison voisine, et une autre dizaine à la fin à cause de l’arbre en bordure du portail. Je savais que mon image finale serait loin d’égaler mes plus beaux résultats sur d’autres comètes, mais au moins, je l’avais eu et je pourrais plus tard, la comparer à d’autres images que je ferais dans le courant du mois de décembre quand elle montera dans le ciel et qu’elle augmentera en luminosité… si la météo m’en laisse l’occasion ! Photos prises le 16 novembre 2018 à Ayguemorte-les-Graves (33) – Canon 350D défiltré (+ filtre CLS) au foyer d’une lunette 100/900 Skywatcher sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 114 poses d’1 mn – 15 DOF – ISO 800 – IRIS, Toshop et VirtualDub. Registration sur la comète Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Registration sur les étoiles Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Le film
  15. 3 points
    Allez, une trouée (la première depuis des lustres), Orion qui me fait de l'oeil, je ressors le C925 du placard, je lui colle son réducteur x0.63, et je pointe M42. Comme je suis en plein centre ville, en zone blanche sur les cartes Avex, j'ai peu d'espoir de voir grand chose. A l'oculaire, c'est donc le classique petit nuage autour du trapèze et pas grand chose d'autre. Je fais une sommaire mise en station de l'Evolution avec 2 étoiles, car depuis mon balcon, je vois, en gros, Bételgeuse à gauche, Rigel à droite, et sinon des murs ! Apparemment, ça lui suffit pour suivre sans trop perdre la boule. Je branche la ZWO 183MC, je brandis mon Sharpcap, j'empile les poses de 10s et quelques (gain median, 225), je fais une MAP approximative car je ne sais plus où j'ai mis le Bathinov, je ne prends même pas le temps de binner (grosse erreur). Un coup d'histogramme, et voilà le résultat au bout de 7 minutes : flou mais sympa, en tout cas un peu plus que ce que je vois à l'oculaire. J'avais à peu près la même chose en 1 minute, mais je suis parti gérer un souci domestique et j'ai laissé tourner. J'ai complètement oublié les darks et les flats, donc c'est brut sorti du four. Pour moi, même si c'est très loin de ce que nos voisins astrophotographes obtiennent, ça suffit à valider l'intérêt du visuel assisté dans des conditions absolument pas idéales, et sans préparation autre que de traîner un trépied dehors. Aussi tenté le Dada, mais l'image est assez faible, trop de PL pour faire autre chose que deviner sa forme. J'ai monté la pose à 17s, stacké pendant 9 minutes et quelques, toujours au même gain. C'est là que je regrette d'avoir oublié mes darks et mes flats, (et surtout de passer un coup de bombe à air sur le capteur) car j'ai pas mal d'artefacts sombres, mon fond de ciel est dégueulasse. Pour ce genre d'objet, il faudra probablement que je ressorte l'Hyperstar et que j'aille ailleurs que sur ce foutu balcon. Bon je rentre, ça caille trop.
  16. 3 points
    Dans mon précédent sujet, les Pléiades, j'évoquais en introduction ne pas avoir fait mes classiques. Alors je poursuis avec ce qu'on trouve en dessous de la ceinture...d'Orion: M42, la grande nébuleuse d'Orion 😁 Une de mes dernières, si ce n'est la dernière photo avec mon vieux Canon EOS 30D. J'ai simplement fait des poses de 300s couleur ainsi que des plus courtes de 15s pour le coeur. Pas de H-alpha supplémentaire. L'ensemble du traitement a été fait sous Pixinsight (mis à part quelques points esthétiques finaux avec Photoshop). Assemblage des 2 temps de pose avec HDRComposition pour créer une image de grande dynamique 64bits. J'ai volontairement appliqué peu de correction sur le coeur pour le garder très lumineux mais sans le cramer. D'autres images étalent beaucoup plus la dynamique, option que je n'ai pas retenue. J'espère que vous apprécierez cliquer pour la version Flickr
  17. 3 points
    Bonjour à tous les CAM86, J'ai continué mes essais sur la capa C30 et je pense avoir trouvé une voie intéressante pour éliminer les barres verticales. J'ai utilisé une capa 120µF/20V low ESR (80 mohms) soudé à la place de C30 et c'est tout. La capa est un peu chère et encombrante mais ça passe : Mouser : 74-594D127X0020R2T Attention au montage, c'est une capa polarisée, la pointe sur la partie qui se soude est le + Voici mes résultats : Offset seul ( moitié gauche de l'image pour des questions de poids) : Et offset maitre résultat de la médiane de 17 offsets : Juste un soupçon de barre verticale sur le master, invisible sur les offset unitaires, je suis un peu content. Reste à virer la trame et je serai vraiment content. Vous en pensez quoi ? Pierre
  18. 3 points
    Voici une rapide description en images des principales aberrations optiques qu'on peut rencontrer sur nos objectifs, avec une illustration de ce qu'ils provoquent sur l'image. On se rend compte que l’on a deux familles de défauts : Ceux qui affectent uniformément l’ensemble de l’image, à savoir le chromatisme longitudinal et l’aberration de sphéricité, aussi appelés sphéro-chromatisme et la courbure de champ. Ceux-là sont globalement bien corrigés sur les optiques de milieu et haut de gamme, moins sur les objectifs bas de gamme. Ceux qui s’aggravent quand on s’éloigne du centre de l’image (chromatisme latéral, coma, astigmatismes). Ils sont bien plus difficiles à corriger que les autres et rares sont les objectifs qui en sont exempts. Les aberrations fonctionnent généralement de concert. On cumule très souvent la coma avec l'un des astigmatismes (voire les deux), ce qui produit les étoiles en forme de mouettes... Dans tous les cas, ces aberrations diminuent quand on ferme l’objectif. Par exemple l'objectif Sigma Art 20 mm f/1.4 ne commence à donner le meilleur de lui même qu'à f/2.2 environ. Mais il est dommage de posséder un entonnoir à photons très ouvert et de devoir le fermer drastiquement ! Malheureusement, les objectifs les mieux corrigés sont généralement aussi les plus chers (quoique). Il faut donc faire des compromis entre la qualité de l’image qu’on attend et les moyens dont on dispose. On peut aussi recadrer les images pour n'en conserver qu'une zone centrale "raisonnablement corrigée" et les assembler en panoramas pour reconstituer un plein champ non entaché d'aberrations : c'est fastidieux mais c'est possible. Aberration Description Partie affectée / traitement Exemple Chromatisme longitudinal Les rayons de lumière qui arrivent dans l’axe optique ne convergent pas au même endroit selon leur longueur d’onde. Si on fait la mise au point, par exemple sur une longueur d’onde moyenne dans le vert, les rayons rouges seront focalisés derrière le capteur et les bleus devant. Ensemble de l’image Les objectifs de hautes et moyennes gammes sont bien corrigés. Ce défaut peut aussi se corriger en post traitement. Chromatisme latéral Le phénomène est le même que le chromatisme longitudinal, rend compte de l’incidence du rayon, les lentilles auront un comportement différent selon l’épaisseur traversée par les rayons lumineux. Responsable des franges pourpres sur les objets contrastés en bord d’image. S’aggrave quand on s’éloigne du centre de l’image. Les objectifs de hautes et moyennes gammes sont bien corrigés. Ce défaut peut aussi se corriger en post traitement. Sphéricité Pour réduire les coûts, les fabricants privilégient les lentilles à surfaces sphériques. Mais ces surfaces ne sont pas idéales et ne focalisent pas les rayons de façon idéale. Les fabricants utilisent donc diverses lentilles convexes, concaves… pour pallier ce défaut, voire utilisent des lentilles asphériques bien plus couteuses à fabriquer. Ensemble de l’image Affecte surtout les objectifs de bas de gamme. Les objectifs de haute et moyenne gamme sont moins touchés. Se réduit quand on ferme l’ouverture. Coma La coma est causée par un écart de focalisation des rayons hors axe passant par les lentilles. Plus on s’éloigne du centre, plus l’image d’une source ponctuelle s’étale en forme de goutte d’eau. Ce défaut est difficile à corriger et touche donc même les objectifs de plus haute gamme. Les zooms en particulier ne sont vraiment corrigés que pour une petite gamme de leurs focales. S’aggrave quand on s’éloigne du centre de l’image. Affecte d’autant plus les objectifs qu’ils sont ouverts. Se réduit quand on ferme l’ouverture. Courbure de champ La zone où l’image focalisée se projette est rarement aussi plane que le plan du capteur. Ainsi, si la mise au point est effectuée correctement au centre du capteur, il est possible qu’elle ne soit plus correcte un peu au-delà. Le photographe doit donc faire la mise au point de façon à maximiser la plage de netteté, en trouvant un compromis. Affecte toute l’image, mais se concentre sur un anneau selon l’endroit où la focalisation est effectuée. Se réduit en fermant l’ouverture. Astigmatisme tangentiel Étale l’image d’une étoile dans un axe allant du centre de l’image vers les bords, d’autant plus que l’étoile est éloignée du centre de l’image. Très difficile à corriger, ce problème affecte même des objectifs de haute gamme. S’aggrave quand on s’éloigne du centre de l’image. Affecte d’autant plus les objectifs qu’ils sont ouverts. Se réduit quand on ferme l’ouverture. Astigmatisme radial ou sagital L’image de l’étoile s’étale sur le bord d’un cercle centré sur le centre de l’image. Les étoiles ont l’aspect d’une mouette. Très difficile à corriger, ce problème affecte même des objectifs de haute gamme. S’aggrave quand on s’éloigne du centre de l’image. Affecte d’autant plus les objectifs qu’ils sont ouverts. Se réduit quand on ferme l’ouverture. Illustrations tirées de https://www.handprint.com/ASTRO/ae4.html On trouve ensuite d'autres problèmes sur les objectifs d'occasion ou ceux qui ont du vécu. Ces objectifs ont souvent reçu des coups ou tout simplement l'usure du du temps et leurs lentilles ne sont plus toutes parfaitement centrées sur l'axe optique. Le groupe mobile peut aussi avoir un biais qui va perturber la mise au point et l'image sera nette, mais elle changera un poil quand on bougera l'objectif... On pourra aussi constater que la focalisation n'est pas homogène sur toute l'image, par exemple que les étoiles seront bien nettes à droite, mais floues à gauche. Ou encore que la coma ou les aigrettes d'astigmatisme ne seront pas orientées depuis le centre de l'image comme on s'y attendrait. Il n'y a alors pas d'autre choix que d'envoyer l'objectif en révision chez le fabricant, s'il le permet, sans garantie de résultat car les réglages des fabricants ont un cahier des charges "diurne" bien éloigné de l'exigence des photographes du ciel nocturne.
  19. 3 points
  20. 2 points
    Tests sur la lunette 80/400 L'utilisation d'un tube allonge est obligatoire pour éviter d'employer le renvoi coudé La mise au point est possible sans réducteur focal et avec réducteur focal (du temps où il se vissait sur les tubes ) Mon horizon est bouché de tous les côtés et donc il faudra pour le moment vous contenter de cette splendide antenne (La mise au point n'est pas parfaite mais je suis à 4m de l'écran le pc portable c'est pour 2019 ) à gauche au foyer 400mm -------> à droite avec le réducteur focal placé au bout de la rallonge 25mm (ce qui donne finalement à 40mm du capteur) Après mesure il s'avère que le facteur de réducteur obtenu est seulement de 0,6....on passe à F/D=3 bof Malgré tout çà sera peut-être une amélioration intéressante. Bien sûr j'ai voulu essayé d'augmenter la distance réducteur-capteur avec un tube allonge mais alors plus possible d'effectuer la mise au point
  21. 2 points
    Je vais peut être lui proposer le StarBlast en 6" le miroir est parabolique certes un peu plus cher.... https://www.astronome.fr/produit-ori10016-dobson-orion-starblast-6-astro-Prix-3799-euro-id-1913.html
  22. 2 points
    Pour @ouki Mais non puisque tu a toi même mentionné le 17/07/2018 dans ton sujet "vos recherches et découvertes insolites" l'Unitron Satellite 50/200 : - Le Tecnar-Swift Satellite 816 6,5 x30 : Son "mini manuel" (comme ses dimensions) se trouve dans le sujet "manuels et descriptifs techniques" et il est possible de comparer ses dimensions avec celle de l'Unitron sur cette vidéo (à partir de 4 mn 38 sec) : - L'Observer Satellite Tracker, dont la mise au point se fait en tirant/poussant l'oculaire de 34 mm Pour se faire une idée des dimensions : Il y avait également d'autres petits télescopes grand champ de faible puissance qui ont été notamment utilisés, suite au lancement de spoutnik 1 en 1957, dans le cadre du "Project Moonwatch" mis en place en divers endroit par les scientifiques américains ( avec l'aide d'équipes d'observateurs volontaires) qui devaient savoir ou` et quand le satellite traversait le ciel pour calculer son orbite. - des exemples de volontaires et de leurs instruments : en Amérique: au Japon : et ... probablement une suite à venir .
  23. 2 points
    idem pour M81, sans ajustement, bien brut... Durée d'exposition X2, à l'écran la différence ne saute pas aux yeux...à part cette p*tain de dérotation!:
  24. 2 points
    des bruts pour se rendre compte du champ supplémentaire "utile" obtenue...et de la compensation de la rotation de champs Sans réducteur: Et avec: environ 1,6 cm d’écart et il me reste 1,4 cm de course, mais je n'ai pas le PO d'origine.
  25. 2 points
    Certains "oui" (Sud ou régions de montagne). Mais ne pas oublier que bcp d'astrams ont aussi un grand diamètre (sup. ou égal à 500mm) en région parisienne. Certains sur ce forum sont quand même connus. Il y a aussi ceux qui ne s'expriment jamais sur les forums et qui observent dans leur coin. Alors niveau "ciel dégagé" ou encore "pollution lumineuse", on peut pas vraiment dire que ce soit le top... Faut vraiment te dire que l'instrument "idéal" pour toi est celui qui "t'emmerdera" le moins. Si c'est pour s'offrir un 20" du commerce, en se disant "super, j'ai un 500, ca crache, ca fait un demi-mètre" et le stocker dans la garage ou au sous-sol et s'en servir 1x/trimestre, cela n'a aucun intérêt. Mieux faut en effet investir la même somme dans un diamètre plus petit que tu sortiras dès que c'est découvert ou que tu en as la possibilité. Du moins, c'est comme ça que je vois les choses. Clear skies (sans doute pas ce soir !).
Ce classement est défini par rapport à Paris/GMT+01:00