Jump to content

Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 02/19/2020 in all areas

  1. 5 points
    Bonjour, bonjour, Ca faisait longtemps que j'avais envie de faire une représetation des planètes du système solaire, tel que je pouvais le photographier avec mon matériel. C'était destiné à un copain qui n'y connais, rien, mais vraiment rien à l'astro Une version classique : Et une version avec les satellites, du moins ceux que j'ai pu voir Clic clic pour y voir un peu mieux Pardon, les deux là bas au fond, que dites vous ? hein, Pluton ? Quoi Pluton ? ce n'est plus une planète ???? Et bien ceux qui l'ont rétrogradée, commence à s'en mordre les doigts depuis que la sonde New Horizon a montré que ce n'était pas un vulgaire caillou glacé, mais bel et bien une planète active. Non mais !
  2. 2 points
    TUTORIAL pour le traitement complet d'une image APN avec les scripts SIRIL et PHOTOSHOP Mise à jour du 6 juin 2019 : refonte complète du tuto prenant en compte les améliorations de SiriL 0.9.11. Ce tuto est utile à tout possesseur d'Appareil Photo Numérique (avec un focus sur le Sony A7S). Je ne prétends pas que ce tuto est le meilleur, je ne prétends pas être un cador en traitement, c'est ma petite cuisine, qui me permet d'être satisfait du résultat après moult tâtonnements Cette cuisine c'est pas de la gastronomie 3 étoiles, mais c'est pas non plus le Kebab ou le Big Mac du coin. On va dire que c'est ma cuisine au beurre de Normandie à moi ! Bien évidemment ya mieux, bien évidemment certains vont y trouver à redire, n'hésitez pas, si ya plus simple et plus efficace, je suis preneur. Ce tutoriel vous permettra : de pré-traiter vos images APN avec retrait des darks, flats et offsets sous SiriL de façon automatique à l'aide des scripts de réaliser un premier traitement sous SiriL (étalonnage des couleurs, ajustement de l'histogramme, retrait du gradient, etc..) de réaliser un second traitement un peu plus poussé sous Photoshop afin de faire sortir les tripes à votre image finale, ceci grâce aux scripts Astronomy Tools et Troy's Astro Logiciels nécessaires : SiriL 0.9.11-64 bits pour Windows à télécharger ici : https://free-astro.org/download/Install_SiriL_0_9_11_64bits_EN-FR.exe Un Photoshop quelconque, valable depuis CS2 (qu'on peut trouver gratuitement et légalement sur le web) jusqu'aux dernières versions CC en date. Ici j'utilise CS5 qui n'est plus tout récent mais qui fait bien le boulot. les scripts Astr0n0my T00ls pour Photoshop : https://www.prodigitalsoftware.com/Astronomy_Tools_For_Full_Version.html (oui je sais c'est payant, donc soit vous payez 20$ pour l'avoir légalement, soit vous êtes débrouillards et au-dessus des lois et vous saurez le trouver ) les scripts Troy's Astro Actions pour Photoshop : http://troypiggo.blogspot.com/2010/11/troys-astro-actions.html Adresses et tutos utiles : Siril : https://www.siril.org/fr/ Les cours et tutos sur Siril : https://siril.linux-astro.fr/ Liste des commandes utilisables dans les scripts SiriL : https://free-astro.org/siril_doc-fr/#Available_commands Très bon tutos vidéo sur Siril : https://www.youtube.com/channel/UCL6_FyoBsia3FlnfdSDA0CA IMPORTANT AVANT DE COMMENCER : Si vous aviez une ancienne version de SiriL, il vous faut impérativement la désinstaller avant d'installer la 0.9.11, puis suivre à la lettre les recommandations du message d'avertissement qui s'affiche à la fin de l'installation de SiriL 0.9.11. Si vous ne voyez pas de menu Scripts dans SiriL, la réponse se trouve au point 1. Pour installer les 2 scripts Photoshop ci-dessus, téléchargez les fichiers .ATN correspondants et double-cliquez dessus. Si vous avez changé le dossier de travail de SiriL (par défaut après installation dans \IMAGES ou \MES IMAGES selon votre version de Windows, ce qui correspond en réalité au dossier C:\USERS\VOTRE_NOM_D_UTILISATEUR\PICTURES), vérifiez bien que les 4 sous-dossiers BRUTES, DARKS, FLATS et OFFSETS se trouvent dedans. Si vous êtes sous Linux... ben vous êtes sous Linux et vous savez déjà vous débrouiller non ? Donc logiquement ce tuto ne va pas vous apprendre grand-chose Allez, vous êtes prêts ? Attendez, tout d'abord, parlons de notre séance de prise de vue. Avant de continuer à lire ce tuto, vous devriez avoir obtenu : un certain nombre d'images BRUTES, et donc ce qu'on appelle des RAW (fichiers .ARW sur Sony, .CR2 sur Canon, etc...), un nombre certain (entre 20 et 100) d'images de DARK (toujours des RAW, toujours prises dans le noir absolu mais cette fois au même temps de pose que les brutes, par exemple 30s, et au même ISO que les brutes), quelques (une vingtaine me suffit amplement) images de FLAT (toujours des RAW, cette fois prises sous une lumière uniforme, par exemple à l'aide d'un écran à flat, ou de jour sur le fond de ciel tamisé par un T-shirt blanc, etc..., à l'ISO le plus faible possible idéalement), L'histogramme de ces images doit se situer environ aux 2/3 du maximum, à vérifier directement en visualisant l'histogramme de l'image après la prise de vue, un certain nombre (entre 30 et 100) d'images d'OFFSET (toujours des RAW, cette fois prises dans le noir absolu et d'un temps de pose le plus court possible, par exemple 1/8000s au même ISO que les FLATS), Attention, si vous lancez le script sans flat ni dark, assurez-vous alors de faire vos Offsets au même ISO que les brutes. Dans mon exemple ci-dessous j'ai utilisé : une lunette de 106mm de diamètre et 530mm de focale (F/5) une monture équatoriale motorisée sur les 2 axes une lunette-guide de 60mm munie d'un autoguideur autonome un APN Sony A7S, réglé sur 3200 ISO et 30 secondes de pose unitaire et obtenu : 62 images brutes des nébuleuses M8 et M20 (avec Saturne à gauche, le tout sous une assez forte pollution lumineuse) 21 darks de 30s à 3200 ISO 25 flats à 3200 ISO (je les ai faites au même ISO que les brutes mais c'est pas forcément le mieux) 28 offsets à 3200 ISO (au même ISO que les FLATS) Voici pour information une image brute de 30s à 3200 ISO, comme ça vous voyez de quoi on part... et à quoi on arrivera Alors on commence... par déposer ses images au bon endroit... Déposez vos images dans les dossiers correspondants : Copiez vos images brutes dans le sous-dossier brutes du répertoire de travail de Siril (donc par défaut dans \IMAGES\BRUTES) Copiez vos darks dans le sous-dossier darks du répertoire de travail de Siril (donc par défaut dans \IMAGES\DARKS) Copiez vos offsets dans le sous-dossier offsets du répertoire de travail de Siril (donc par défaut dans \IMAGES\OFFSETS) Copiez vos flats dans le sous-dossier flats du répertoire de travail de Siril (donc par défaut dans \IMAGES\FLATS) Puis on va lancer le script de pré-traitement des images avec SiriL (calibration, alignement, empilement)... Démarrez SiriL (normalement une icône SiriL s'est installée sur le bureau Windows) : Pour le A7S : Cliquez sur le menu Scripts puis choisissez le script Pre-traitement_APN_AvecDrizzle_AvecCorrectionCosmetique. Nota : pour le A7S j'utilise systématiquement l'option Drizzle qui va artificiellement augmenter la taille de l'image d'un facteur 4 (l'image sera 2x plus grande en largeur et 2x en hauteur). Cette option est bien utile pour les petites focales car les pixels du A7S sont très gros (presque 9µ) et on obtiendra alors une meilleure résolution. Cette option est néanmoins très gourmande en ressources et bien plus lente que le pré-traitement classique. Pour les autres APN : vous pouvez tester avec et sans Drizzle pour vous faire une idée de son apport. Nota : La correction cosmétique permet de supprimer les pixels défectueux dans l'image. Commentaire de Cyril à ce sujet : "Cette correction cosmétique là, celle rajoutée dans certains scripts, n'utilise pas le master dark pour trouver les pixels déviants. Elle fait une détection automatique à partir des statistiques de l'image." Le script est lancé... On peut alors au choix : moins de 100 brutes : rester devant l'écran, ouvrir son navigateur préféré, et mater quelques vidéos de Jackie & Michel avec un rouleau de Sopalin à portée de main de 100 à 300 brutes : aller manger un morceau et boire un coup, regarder un épisode de Battlestar Galactica, ou honorer Madame (si pas de migraine) plus de 300 brutes : aller se coucher, et attendre le lendemain matin pour la suite Nan je déconne !!! En réalité, tout va dépendre de : la puissance de votre ordi, de la taille de sa RAM, du type de disque dur (SSD fortement recommandé), etc.., mais aussi de la taille des fichiers de vos images brutes (traiter des images de 12Mpixels c'est bien plus rapide que de 42Mpixels !), bien évidemment du nombre d'images à empiler, et encore de l'option drizzle ou pas (compter 2x plus de temps avec drizzle). Pour mon exemple précis : sur un PC portable Gamer Asus ROG de 2015, i7 2.5Ghz, 32Go de RAM, CG GTX980 et SSD Samsung 1To, pour un script de pré-traitement APN Sony A7S de 12Mpixels avec Drizzle et correction cosmétique, pour pré-traiter, aligner et empiler les 62 images avec 21 darks, 25 flats et 28 offsets, il aura fallu très exactement 11 minutes et 46 secondes au total pour que le script se termine. On va maintenant récupérer l'image résultante de l'empilement... Cliquez sur le menu Fichier puis Ouvrir : Double-cliquez sur le fichier Resultat.fit : L'image devrait s'afficher dans les 2 fenêtres de visualisation (N&B à gauche et couleur RVB à droite). Bah quoi ???? Je vois rien, c'est quoi c'te binz ???? Calme, calme, pas taper... C'est normal car le mode d'affichage est en linéaire Dans la fenêtre de visualisation N&B, en bas de l'écran, sélectionnez Auto-ajustement : C'est mieux là non ? Si l'image est toute verte comme ci-dessus, ne vous inquiétez pas, c'est normal ! je vous laisse ingurgiter cette première partie, la suite arrive avec le traitement proprement dit Ah j'oubliais, pour toi là, le petit au fond à droite, oui toi là qui a lâché le tuto au niveau de Jackie & Michel... Bah tu peux arrêter hein, ya plus de Sopalin
  3. 1 point
    La reprise semble bel et bien amorcée, après un plancher historique à plus de M1,6. Elle n'explosera donc pas tout de suite mais en extrapolant l'évolution de ces dernières années, la chute est clairement exponentielle. La prochaine fois devrait être encore plus spectaculaire. A vos jumelles / appareils photos!
  4. 1 point
    Comme tu es très Mamazon, j'ai recherché le programmateur. Je pense que l'arrière de ton modèle correspond à cette image. A confirmer : Il y a un contact sec (Normalement Ouvert) qui permet d'effectuer la commutation. Le schéma final est celui-ci : Il n'y a pas de sens particulier pour la connexion des 2 fils au niveau du programmateur (partie switch) ni pour la bobine d'alimentation du relais auxiliaire. Par contre, il faut bien respecter les contacts NO et NF (ou NC) au niveau du relais et des fins de course. Si à l'issue du câblage, le moteur tourne dans le mauvais sens par rapport aux fins de course, il suffit d'intervertir les 2 fils au niveau du moteur. Bon, y'a plus qu'à !!
  5. 1 point
    On attend le Tableau de Bord de Bonney M.
  6. 1 point
    Le tublug permet d'avoir le retour du laser en dehors de la cage du secondaire. Top si tube plein, pas utile sur cage secondaire ouverte. Le 2" assure un alignement pile avec le PO, pas de réducteur 1"25 qui pourrait ajouter de l'erreur. J'ai le 1"25, mais j'ai dû prendre le parallizer pour m'assurer que tout soit propre.
  7. 1 point
    Bonjour, PI, le câble droit rj11 fourni avec ma T7M provoque une inversion dans 3 directions lors du guidage depuis l'ordinateur en le connectant sur ma raquette Skywatcher rouge pilotant mon NEQ5. Seul le RA+ (droite) était bon. Pour corriger ce problème, j'ai du croiser les câble 4,5,6 (vert, jaune et bleu). Attention le câble ne fonctionne que dans un sens par la suite: Brochage côté caméra: red green yellow blue right RA+ up DEC+ down DEC- left RA- Brochage côté raquette: red blue green yellow right RA+ left RA- up DEC+ down DEC-
  8. 1 point
    Bonjour Bienvenu petit nouveau.😏 JM
  9. 1 point
    IC443, The Jellyfish Nebula à la 61EDPH. 120 poses de 60 secondes, filtre IDAS NB1, Hypercam 294C, traitement des couleurs avec Photoshop. Bon ciel.
  10. 1 point
    Désolé mais par pure précaution (excessive peut-être mais comme je me suis déjà fais piraté mon adresse mail, je suis très réticent) je ne donne pas mon adresse mail. Le mieux est de charger les photos sur un site de transferts de fichiers, ex : https://www.transfernow.net ou http://dl.free.fr/index_nojs.pl puis de mettre le lien de téléchargement dans cette discussion. Pour l'inversion du sens de rotation, un relais à 2 séries de contacts sera probablement nécessaire. J'ai déjà plusieurs systèmes qui fonctionnent selon ce principe. Voilà ce que ça donne avec un contact sec coté programmateur, 2 fins de course et un relais à 2 séries de contacts (qui permet d'inverser la tension sur le moteur, nécessaire pour ouvrir ou fermer la porte). On utilise les contacts NF des fins de course (le courant passe lorsque le fin de course n'est pas activé, ce qui permet d'alimenter le moteur), qui ont pour objectif de couper le courant lorsque le fin de course est activé (en fin de ouverture et en fin de fermeture). Si besoin, je peux détailler toutes les phases de fonctionnement du circuit. Exemple de relais nécessaire : https://www.ebay.fr/itm/Relais-monostable-a-souder-RT2-RT-12V-6-1393243-3-RT424012-2x-NO-NC-8A-DPDT/153363544906?hash=item23b52dfb4a:g:CUIAAOSwmMNcVyoC A confirmer en fonction du matériel disponible. Jean-Pierre
  11. 1 point
    Trés joli premier pas,bravo !
  12. 1 point
  13. 1 point
    Jolie première, il promet ce C11 tout neuf
  14. 1 point
    Bonjour Ju57, Personnellement, je suis sur Youtube, et je suis énormément de chaînes... on a tous nos préférées : Chaînes générales : - Astronogeek : une fois passé outre la forme (car c’est un jeu de sa part, il faut le comprendre), je trouve le travail d’Arnaud Thierry très intéressant. Débunk (c.à.d démonter des pensées fausses), pensée critique, science, esprit geek, et progressivement, de plus en plus d’astronomie… il va chercher les jeunes là où il sont (réseaux sociaux, en particulier Youtube donc), et son travail de « refondation » de la pensée vis-à-vis de toutes les chaînes conspi est excellent. Après, il a ses côtés « chiants », avec les pubs Optique Unterlinden, ses Teepee, et autres Spreadshirts, etc. Mais cela peut se comprendre car il a choisi d’en vivre (et Youtube est particulièrement radin). C’est un choix de vie hyper courageux de sa part. Personnellement, j’ai du mal à croire à un « business model » à vie que d’être youtubeur. Çà reste quand même très risqué. Dans la vraie vie, le gars est très sympa (je l’ai rencontré aux RCE). Après 2 ans de travail, son fameux "projet H" vient de débuter, il consiste à visiter le système solaire dans une "navette Hermès fictive", et à nous parler de chacun des astres du système solaire. On comprends alors pourquoi il a tant fait appel aux dons : ce projet lui a coûté 35 000 euros! - Stardust : Vincent Heisenberg, qui travaillait au planétarium de Vaux en Velin, fait un travail exceptionnel de retrouvailles d’archives, d’anecdotes sur la conquête spatiale et l’aéronautique. Ses épisodes sont magnifiquement bien écrits, tant sur le plan technique qu’artistique. La bande son, le rythme, etc sont savamment maîtrisées, et il n’est pas rare de verser sa petite larme, même pour un zinc qui a terminé sa vie à la casse… et là tu te dis « merde, il m’a encore eu ». Franchement, il mériterait largement d’avoir son émission à lui sur une chaîne de télé comme Discovery Channel, ou RMC Découverte… Vincent fait des lives à chaque lancement / arrivée de sonde intéressant. - Hugo Lisoir : Les 2 frères Lisoir (Hugo en facecam, et Maxime au montage) nous tiennent informés de l’actu de la conquête spatiale et des découvertes astronomiques. Un bol d’air, et un gain de temps considérable, car il n’existe pas tant de sources aussi bien informées dans le monde francophone… - Eratosphère : de très nombreuses expériences, démonstration et débunk pour démontrer que la terre est bien ronde. Avec des images de synthèse, etc. Totalement bluffante parfois. Une chaîne incontournable sur le sujet. - La Tronche en Biais : pensée critique / zététique. Animée par une association, et notamment Acermendax qui est médecin (si j’ai bien compris). Excellent travail, par exemple, par rapport à l’homéopathie (qui a pris cher… ). - Officiel Defekator : du débunk sur plein de sujets. Vraiment bien construit, avec une dose d’humour un peu particulière (faut rentrer dedans). Mais le travail de fond est juste une référence… Le style « super héros (mal fait) masqué » est totalement assumé, l’objectif étant de rester totalement incognito pour éviter tout risque de pression de la part de ce qu’il dénnonce. - e-penser : chaîne de vulgarisation scientifique, avec un talent certain de présentation, et un vrai travail de recherche. 1 million d’abonnés, une des plus grosses chaînes francophones. - DeBunKer des Etoiles : des débunks, en particulier un travail de référence sur les chemtrails. - Monsieur Bidouille : excellent physicien. Chaîne passionnante. Débunk sur l’énergie gratuite, tutoriels, etc. Une référence pour réviser vos cours de physique… en beaucoup mieux. - La Chaîne Spatiale : conquête spatiale passée et actuelle. - Techniques spatiales : une chaîne de référence. Par exemple ses 2 épisodes sur « comprendre les flammes de fusées ». A lancé une souscription pour aller en Russie numériser toutes les archives sur la tentative d’aller sur la Lune avec la fusée N1 (et probablement plus), et les offrir gratuitement au monde entier. - Heliox : excellents tutoriels présentés par une talentueuse électronicienne et informaticienne. électronique et impression 3d. Photo non astro : - RaphaelBentv : excellente chaîne bourrée de conseils techniques etc. Un pro Sony qui maîtrise son domaine (intéressant donc pour bien connaître nos boîtiers si vous avez un A7s). Malheureusement, il ne sort plus beaucoup de vidéos. - Mon Petit Reflex. Photographe pro. Tutos / conseils. - Le Studio de Poche. Ancienne chaîne d’Arnaud Thierry (aujourd’hui sa chaîne bis) qui est à la base photographe pro, peu de nouvelles vidéos, mais les anciennes sont très intéressantes. - Victor Bodar. Photographe pro. Tutos / conseils. Sur la pratique de l’astronomie amateur : - AstroNOTE : Guillaume est un astrophotographe talentueux qui maîtrise incontestablement son sujet. APN, caméra CCD, photo SHO… Malheureusement, sa vie de famille (pour son plus grand bonheur, et nous le comprenons), l’empêche de nous sortir plus d’un épisode tous les 15 jours… Tutoriels, unboxing, etc. ses épisodes sont toujours impeccables. - Pause Longue : Ludo est aussi un astrophotographe talentueux, et il va clairement monter en puissance avec, nous lui souhaitons, une caméra qui va enfin marcher ! même chose que Guillaume, 1 épisode tous les 15 jours (pour les mêmes raisons). Cerise sur le gâteau, Ludo a un sens de l’humour décapant, et se renouvelle à chaque épisode. En regardant son épisode qui sort le vendredi soir, tu es certain de bien commencer ton we ! - 70/900 – Astronomie à la lunette : Laurent Oumar est astronome amateur depuis plus de 30ans. Une solide expérience et une solide connaissance du matériel d’entrée de gamme. De nombreuses pépites dans une chaîne trop méconnue. Passé outre la « modestie technique » de la réalisation de ses épisodes (tournés avec les moyens du bord), ses épisodes sont très bien documentés, etc. Laurent sera présent aux RAP 2020. - La chaîne Astro : no comment ! ;-). (c'est ma chaîne) Bon, plus sérieusement, j’essaye de faire des tutoriels « comment … de A à Z ». C.à.d conseils matériels, prises de vues, traitement, etc. J’ai donc déjà abordé les sujets suivants : comment photographier l’ISS (+ traitement AS3 + ondelettes), comment photographier la Lune (dont éclipses), comment photographier une comète (+ traitements Pixinsight), comment observer Jupiter/Saturne/Uranus/Neptune (série en cours), comment choisir vos oculaires, Le Marathon de Messier, présentations de télescopes « home made » comme le slim250 carbone de Laurent Bourasseau, le Binoscope d’Eric Royer, le carbone 350 de José Rodrigues, mon slimStrock 400, mon photoStrock 200, etc. Séries en cours : comment faire votre Strock, la photo planétaire (dont 2 gros épisodes sur le fonctionnement des caméras), etc. Je sors aussi des épisodes d’éphémérides, des CROA d’observation (par exemple, mon aventure à Saint-Véran), des lives tournés depuis les RAP, et des lives d’observation… - Jordane Malière : tutoriels sur PixInsight, entre autres. - L’Astrophotographie à l’APN : Mathieu est un bon astrophotographe que j’ai rencontré à Saint-Véran. tutoriels sur Photoshop et Siril. - astro pixaaa : d’excellents tutoriels sur PixInsight. - Cyril Cavadore : tutoriels sur PRISM Software (Cyril est président de Alcor Systems, et un des auteurs de ce logiciel). Partage d’observations astro : - Thierry Legault : celui qui me dit qu’il ne connaît pas aura droit un coup de règle sur les mains ! - Jean-Luc Dauvergne : là encore, coup de règle sur les mains pour celui qui ne connaît pas ! - Guillaume Cannat : pour achever vos mains avec ma règle ! - Astro Lio Guy (ancien nom : Domen J) : Les observations de Lionel Guyonnet. Astrophotographe lyonnais. Un des meilleurs que je connaisse en photo planétaire au Mak 180. - Shaihulud : la chaîne de David Dominé. Astrophotographe de la région de Reims. Spécialiste de la photo à la caméra planétaire (ciel profond et planétaire). plusieurs passages à l’APOD. - Guillaume Doyen : astrophotographe très talentueux lui aussi. Il aborde de nombreux sujets de fond sur l’astronomie en général. - Aziz Ettahar : probablement le meilleur astrophotographe amateur au Maroc. Plusieurs prix pour ses photos, plusieurs passages à l’APOD. Vous pouvez le retrouver sous le nom de « Aziz Astro » sur Facebook. - Franck Seguin : fondateur du festival « NightScapades » et des « Photo NightScape Awards », vous trouverez les timelapes des gagnants de ce concours sur cette chaîne… stupéfiants ! - Night Lights Films : de superbes timelapes. - Valere Leroy : de bien belles observations. - Alexis Charles : de bien belles observations. Autres chaînes d’astro intéressantes : - Le petit astronome : vulgarisation scientifique sur l’astronomie et la cosmologie. Excellente chaîne. - Association Française d’Astronomie (AFA) : des conférences passionnantes, genre celles qui ont été données lors des RCE… - La fille dans la lune : l’histoire de l’astronomie, l’actu de l’astronomie. Bien présentée, et surtout, très bon travail de recherche. - La Taverne à Santé : une chaîne qui débute, avec un astronome amateur qui a de très beaux projets, et un vrai talent pour les interviews. A surveiller. Julien sera présent aux RAP 2020. - Mr Orion : Mathieu est un jeune adolescent très prometteur. Il écoute « les anciens », il se pose les bonnes questions, et son setup (récent) est en train de devenir un truc bien fiable et réfléchi. Ses premières photos sont superbes pour un débutant. Il progresse vite, grandit en maturité. A suivre donc. Autres chaînes d’astro (j’ai pas eu le temps de regarder en détails 😞 - ASTROPASSION, - Big Universe – Chaîne Espace et Astronomie. - Denis Bergeron : plein de tutoriels sur pleins de sujets divers (matos / logiciels). - Cigarillos prod. - Passion Astronomie. - Chasseur Galactique. - Cosmonaute fantôme. - Nébuleuses et Cacao. En anglais : - Everyday Astronaut : actu de la conquête spatiale. Chaîne très bien informée. Tim fait des lives à chaque lancement intéressant. - BPS.space : à voir absolument : celui que je surnomme « mini Musk » est un talentueux électronicien qui fabrique des fusées avec propulseurs à poudre ET contrôle de trajectoire. Il a embarqué des cerveaux dans sa fusée qui mesurent les accélérations et commandent l’orientation du propulseur à poudre. Son objectif est la construction d’une Falcon Heavy avec toutes les phases d’un vol, dont l’atterrissage vertical en rétro-propulsion ! - Forrest Tanaka : un hawaïen qui a fait quelques vidéos de tuto sur « comment faire de l’astrophotographie ». Il m’a beaucoup aidé à mes débuts, et m’a surtout beaucoup inspiré pour mes tutoriels « comme faire ceci de A à Z ». Il n’a plus sorti de nouvelles vidéos… dommage. - AstroBackyard : beaucoup d’excellents tutoriels. - Dr. Becky : astrophysicienne anglaise. Elle traite de l’actualité astronomique, et débunke aussi les papiers de presse trop « putaclic » (comme l’histoire de Betelgeuse qui va exploser). Il y a du très très haut niveau… bref, de quoi vous achever s’il vous reste des neurones après avoir parcouru toutes les chaînes que je viens de vous citer ! Voilà, je pense qu’avec tout çà, vous avez un peu de matière pour les soirées au coin du feu… Christophe
  15. 1 point
    1. Introduction Utiliser un ordinateur portable pour l'astrophotographie peut parfois être pénible et compliqué. Sur le terrain, vous devez vous soucier de la durée de vie de la batterie, des longs câbles reliant tous les accessoires (caméra, focuser, monture, roue à filtres, autoguidage...), des pilotes et de la compatibilité, etc. Cela peut rapidement devenir difficile. Une bonne alternative consiste à utiliser un Hub USB attaché à la monture, mais cela ne résout qu'un tiers des problèmes mentionnés ci-dessus. Afin de me sortir du pétrin, j'ai trouvé une solution légère, portable, fonctionnelle et bon marché pour tout équipement d'astrophotographie. Notes : J'ai attaché le Raspberry Pi au télescope en utilisant du velcro, ça fonctionne plutôt bien ! Comme vous pouvez le constater, il me reste encore de longs câbles sur cette photo. Depuis, je les ai remplacés par des câbles plus courts. 2. Équipement nécessaire Tout d'abord, nous supposerons que vous avez un tube optique, une monture GoTo, une caméra et une caméra de guidage. C'est tout ce dont nous avons besoin pour configurer un mini-ordinateur capable de gérer tous ces périphériques. Il est possible d’ajouter plus d’accessoires, notamment une roue à filtre, un focuser électronique, etc. Pour notre système, nous utiliserons : Raspberry Pi 3 avec boitier, dissipateurs thermiques et carte Micro SD (minimum 32Go) Batterie externe USB ayant une capacité d'au moins 10,000mAh et une sortie 2.1-2.5A. Câble spécifique pour connecter la monture à la Raspberry Pi 3. GPS USB pour obtenir la localisation précise du lieu où le télescope se trouve (j'utilise un Vk-172, mais le Vk-162 est doté d'une meilleure antenne et est également compatible). Comme vous pouvez le constater, cela coûte environ 100€, bien moins cher qu’un ordinateur astro dédié fonctionnant sous Windows avec des logiciels commerciaux et nécessitant une alimentation 12V. Note : Vous pouvez économiser un peu d'argent si vous possédez des résistances chauffantes USB pour vos tubes optiques comme celles-ci. En effet, l’achat d’une batterie externe USB d’une capacité supérieure à 10 000 mAh (disons +20 000 mAh) vous permet d’alimenter le Raspberry Pi et vos résistances chauffantes USB pendant une nuit. Et c'est plus pratique que d'avoir de longs câbles partant de votre batterie AGM 12V jusqu'au télescope en mouvement. Voir Consommation d'énergie mesurée du Raspberry Pi 3 pour plus d'informations. 3. Logiciel On va mettre Ubuntu Mate 16.04 sur le Raspberry Pi 3. Il s'agit d'un OS open-source basé sur Linux. Nous installerons des logiciels d’astronomie, notamment Kstars et Ekos (bibliothèque INDI), que nous utiliserons principalement. Note : Je n'utilise pas la version la plus récente 18.04 pour l'instant, car celle-ci n'est pas aussi stable et performante que la 16.04. 3.1 Installation d'Ubuntu Mate 16.04 Premièrement, vous pouvez obtenir l'image d'Ubuntu Mate 16.04 sur ce lien : https://ubuntu-pi-flavour-maker.org/download/. Ensuite, si vous êtes sous Windows, téléchargez la dernière version de Etcher à partir de ce lien : https://www.balena.io/etcher/. Enfin, obtenez la version gratuite de Winrar pour décompresser le fichier image : https://www.win-rar.com/start.html?&L=0. Maintenant que nous avons terminé l’installation des logiciels, voyons comment installer Ubuntu Mate 16.04 sur le Raspberry Pi 3. Décompressez le fichier d’extension .xz téléchargé ci-dessus avec WinRar. Insérez simplement votre carte Micro SD (à l'intérieur de l'adaptateur pour le format SD) dans la fente pour carte SD de votre ordinateur. Lancez Etcher, sélectionnez le fichier d’extension .img précédemment décompressé, sélectionnez le lecteur de votre carte SD et cliquez sur Flash! Attendez la fin du processus ... La vitesse d'écriture dépend de votre carte Micro SD (classe 10 ou supérieure est un bon choix pour une utilisation avec Raspberry Pi). Une fois le process terminé, éjectez votre carte SD de votre ordinateur et insérez-la dans le Raspberry Pi 3. Note : Certains des logiciels cités ci-dessus existent également pour les distributions MacOS et Linux. 3.2 Installation des logiciels INDI, Ekos et Kstars Pour installer INDI, Ekos et Kstars, assurez-vous que votre Raspberry Pi est bien connecté à Internet et suivez les étapes : Ouvrez un terminal de commande en appuyant sur CTRL + ALT + T ou en faisant un clic-droit sur le Bureau puis en sélectionnant "Ouvrir dans un terminal". Entrez la commande suivante : sudo apt-add-repository ppa:mutlaqja/ppa. Ensuite, entrez : sudo apt-get update. Une fois la MAJ finie, vous pouvez installer INDI avec la commande sudo apt-get install indi-full gsc. Enfin, pour installer Ekos et Kstars : sudo apt-get install indi-full kstars-bleeding. Tous les logiciels principaux ont été téléchargés et installés ! Source : https://www.indilib.org/download/ubuntu.html Astrometry.net pour le Platesolving Afin d’obtenir le contrôle total de votre équipement astrophotographique, vous souhaiterez peut-être effectuer ce qu'on appelle Platesolving. Si vous ne savez pas ce que c'est, voici une courte définition : Platesolving est une technique qui mesure avec précision le point de visée du télescope en prenant une image, puis en utilisant diverses techniques de correspondance de motifs, fait correspondre les étoiles de l'image à un catalogue d'étoiles donné. En sachant approximativement où le télescope est dirigé et la focale de l'image capturée, les algorithmes de platesolving peuvent calculer le centre de l’image avec une précision inférieure à la seconde d'arc. Si vous êtes loin de chez vous ou que vous ne pouvez pas utiliser Internet pour votre séance d'imagerie, vous devrez télécharger localement le catalogue d'étoiles sur votre appareil pour que le Platesolving fonctionne en hors-connexion : Ouvrez un terminal de commande en appuyant sur CTRL + ALT + T ou en faisant un clic-droit sur le Bureau puis en sélectionnant "Ouvrir dans un terminal". Entrez cette commande : sudo apt-get install astrometry.net Ensuite, récupérez les fichiers d’index à partir de cette page: https://indilib.org/about/ekos/alignment-module.html. Je vous suggère de les télécharger à partir de votre ordinateur de bureau et de transférer les packages ultérieurement sur votre Raspberry via une clé USB ou tout autre support de média externe. Copier les fichiers sur le bureau de votre Raspberry Pi dans un dossier appelé "Platesolving_files". Cliquez avec le bouton droit sur Bureau et sélectionnez "Ouvrir dans le terminal". Exécutez cd Platesolving_Files etls. Les noms des fichiers d'index doivent apparaître. Exécutez sudo dpkg -i name_of_index_files.deb pour chaque fichier d’index que vous avez. Cela prendra pas mal de temps... Tous les fichiers requis pour platesolve en hors connexion sont maintenant installés ! Par défaut, Ekos envoie une image sur le serveur astrometry.net. Veillez à bien modifier les paramètres en sélectionnant "offline". Sources : https://www.ccdware.com/help/ccdap5/hs670.htm ; https://indilib.org/about/ekos/alignment-module.html Appareil photo réflexe Cette sous-section vise à installer les pilotes requis si vous souhaitez utiliser un reflex numérique non reconnu directement par Ekos. Dans mon cas, je n’ai pas pu contrôler mon Nikon D3300 sous Windows malgré toutes les tentatives effectuées avec de nombreux logiciels (Sequence Generator Pro, BackyardNikon, APT Astrophotography Tool, etc). J'ai trouvé un pilote appelé gPhoto pour Linux disponible ici dans lequel vous pouvez trouver tous les appareils photo reflex numériques compatibles. J'ai également pu trouver un bon tutoriel qui m'a permis de l'installer sur le Raspberry Pi 3. Vous avez juste à suivre ces instructions : Install libgphoto2 and gphoto2 from source on Raspberry Pi GPS Si vous utilisez le Vk-162 ou le Vk-172, procédez comme suit : Branchez le GPS sur le port USB du Raspberry Pi. Ouvrez un terminal de commande en appuyant sur CTRL + ALT + T ou faites un clic droit sur le bureau et sélectionnez "Ouvrir dans le terminal". Installer le package gpsd : sudo apt-get install gpsd. Pour voir sur quel port le GPS est connecté, tapez : ls /dev/tty*. Lors du branchement / débranchement du GPS, certaines adresses telles que /dev/ttyACM0 or /dev/ttyACM1 devraient apparaître et disparaître . Notez-les. Maintenant, vous devez configurer le fichier GPS par défaut. Tapez sudo pico /etc/default/gpsd and replacez le champ DEVICES="port obtenu à l'étape 4" tel quel. Appuyez sur CTRL + X pour quitter et enregistrer les modifications en appuyant sur Y lorsque vous y êtes invité. Toujours dans le terminal de commande, tapez : service gpsd restart. Enfin, pour savoir si le GPS fonctionne, regardez si le voyant vert clignote et tapez : cgps -s, vous devriez voir les informations actuellement reçues par le GPS. Le GPS doit maintenant fonctionner ! Vous pouvez également regarder cette vidéo où l'auteur procède de manière similaire: https://www.youtube.com/watch?v=tQz8Fo5u7Lc&t=820s Note 1: À l'intérieur, le GPS peut ne pas trouver le signal. Je vous recommande de faire ça dehors. Note 2: Je branche toujours le GPS sur le même port USB afin de conserver le même fichier par défaut. Sinon, je devrais probablement répéter les étapes 3 et 4 chaque fois que je le branche sur un autre port USB. 3.3 Mise en place Kstars et Ekos Je ne vais pas expliquer en détail comment configurer Ekos pour une utilisation générale avec votre équipement, car il existe de nombreux bons tutoriels en ligne. Voici une liste : Daté mais excellent tutoriel pour utilisation et configuration générale : https://www.youtube.com/watch?v=wNpj9mNc0RE (seule l'interface a été modifiée) Cette liste de lecture explique chaque module et son utilisation: https://www.youtube.com/playlist?list=PLn_g58xBkqHuPUUOnqd6TzqabHQYDKfK1 Une courte session live qui explore quelques modules et fonctionnalités: https://www.youtube.com/watch?v=3uwyRp8lKt0 La documentation officielle propose des tutoriels: https://www.indilib.org/about/ekos.html Note : Pour des sujets spécifiques, vous pouvez rechercher sur le forum officiel INDI, ou demander de l'aide sur les groupes Facebook... GPS Pour utiliser le GPS Vk-162 ou Vk-172 dans Ekos, procédez comme suit (à l'issue de l'étape 2.2): Assurez-vous que le GPS est correctement connecté au Raspberry Pi (voir l’étape 2.2). Lancez Kstars, accédez à Settings > Configure Kstars > INDI et sélectionnez GPS Updates Kstars sous Time & Location updates. Assurez-vous que Time et Location sont également cochés. Cliquez sur Apply et OK. Maintenant, afin de l'ajouter à votre profil Ekos, vous devez modifier votre profil Ekos et, dans Auxiliary, ajoutez GPSD. Lorsque vous démarrez INDI, vous devriez voir quelque chose comme ceci dans la section GPSD: Note : Si vous cliquez sur GPS dans la section Refresh, les coordonnées seront mises à jour. 3.4 Configurer le Raspberry Pi pour une utilisation "bureau à distance" VNC Sur le terrain, vous ne pourrez peut-être pas disposer d'un moniteur de bureau, d'un clavier, d'une souris, etc. Mais vous pouvez utiliser votre ordinateur portable ou votre smartphone pour contrôler le Raspberry Pi avec Connexion réseau virtuelle. Bien pratique en hiver, de rester dans la voiture à l'abri du froid et de pouvoir contrôler son matos durant la session d'acquisition en mode, le tout sans-fil ! Nous utiliserons RealVNC, qui est gratuit et facile à configurer. Vous pouvez obtenir l'application RealVNC Viewer pour n'importe quelle plateforme ici: https://www.realvnc.com/fr/connect/download/viewer/ Voyons comment installer RealVNC Server sur le Raspberry Pi: Accédez à cette page et téléchargez le fichier: https://www.realvnc.com/en/connect/download/vnc/raspberrypi/. Déplacez-le sur le bureau de votre Raspberry Pi, ouvrez un terminal et exécutez sudo dpkg -i name_of_package.deb. Une fois terminé, si vous exécutez vncserver, une connexion VNC sera établie à partir du Raspberry et vous donnera l’adresse IP. Avec votre autre appareil (smartphone, ordinateur portable ...), accédez à l'application VNC Viewer, puis ajoutez la connexion Raspberry Pi avec l'adresse IP ci-dessus et le mot de passe de session. Vous devriez pouvoir contrôler le Raspberry à partir de votre autre appareil sans aucun fil ! Remarque : pour vous connecter au VNC, assurez-vous que les deux appareils sont connectés au même réseau. Hotspot Si vous ne disposez pas d'une connexion Internet, le Raspberry peut créer son propre point d'accès WiFi. Vous pouvez procéder de la sorte pour créer le Hotspot : http://ubuntuhandbook.org/index.php/2016/04/create-wifi-hotspot-ubuntu-16-04-android-supported/. Vous pouvez également définir la connexion en mode automatique. Désormais, lorsque le Raspberry démarrera, il créera automatiquement un réseau sans fil personnel. En connectant votre smartphone ou votre ordinateur portable à ce point d'accès WiFi, vous pouvez utiliser le VNC et contrôler facilement le Raspberry. Vous remarquerez que même si vous êtes connecté au Hotspot, vous ne pouvez pas utiliser VNC car le service doit être démarré à partir du Raspberry Pi lui-même. Ce que je recommande, c’est d’abord de vous connecter à votre Raspberry en SSH, puis de démarrer le service VNC. Installez PuTTY si votre deuxième appareil est un ordinateur portable Windows ou JuiceSSH s'il s'agit d'un Android. Connectez-vous au hotspot Raspberry Pi et obtenez son adresse IP. Entrez l'adresse IP dans PuTTY. Une fois connecté, entrez votre identifiant et votre mot de passe. Ensuite, lancez vncserver. Vous pouvez maintenant ouvrir VNC Viewer et contrôler votre Raspberry Pi! 4. Workflow habituel Connectez tous vos équipements au Raspberry Pi (DSLR, caméra de guidage, GPS, support ...). Démarrez le Raspberry Pi. Il créera automatiquement son propre Hotspot. Connectez votre PC ou votre smartphone au Hotspot. Lancez le client SSH sur votre appareil et connectez-vous au Raspberry Pi. Démarrez le serveur VNC à partir de SSH. Connectez votre appareil au VNC. Lancez Kstars et démarrez votre session d'imagerie !
  16. 1 point
    Oui ou LedZep différent de kiss au niveau accoutrement etc. d’ailleurs j'ai pensé à eux dans la vidéo précédente ,on voit un Zeppelin sur un des instrument de percussion. J'adorais LedZeppelin Souvenir souvenir
  17. 1 point
    Bonsoir à tous, nous revoici pour la suite de notre traitement d'image ! Cette fois-ci nous allons voir comment peaufiner notre image pour en tirer la substantifique moelle On ouvre notre image dans Photoshop... Lancez votre Photoshop favori et ouvrez l'image TIF précédemment enregistrée (dans le dossier \Images) : Passons tout de suite aux scripts Astronomy Tools... Pour afficher les scripts, selon votre version de Photoshop, ça doit se passer dans Fenêtre, puis soit Scripts, soit Actions : Sélectionnez le script Increase Star Color (Augmenter la couleur des étoiles) puis cliquez sur le bouton Play pour exécuter le script : Le script va s'exécuter (ça prend un peu de temps selon le script) et vous rendre la main : Vous avez compris le principe des scripts ? Alors j'enchaîne cette fois avec Make Stars smaller (réduction d'étoiles) : J'enchaîne ensuite avec Local Contrast Enhancement (amélioration du contraste) : Notez cette fois une subtilité : je trouve personnellement que ce script donne généralement des résultats un peu trop forts (de même que le script suivant). Dans ce cas il est possible d'annuler le script précédemment joué en lançant le script : ...As Layer Underneath : On se retrouve alors avec 2 calques : l'image avant le script de Contraste et l'image après le script. Et il est possible alors de jouer sur la puissance du script Local Contrast Enhancement, comme ceci : sélectionnez le calque Before Action Ajustez le curseur d'opacité (dans mon cas 30% me donne une bonne valeur) : cliquez ensuite sur Calque puis sur Aplatir l'image : On réalise la même opération pour le script suivant : Lighten Only DSO and Dimmer Stars : Lancez le script Lighten Only DSO and Dimmer Stars Lancez le script ...As Layer Underneath Jouez sur le curseur d'opacité, cette fois vers 70% Cliquez sur Calque puis sur Aplatir l'image : Exécutez maintenant les scripts suivants : Fade Sharpen To Mostly Lighten Space Noise Reduction Passons cette fois au script Troy's Astro Action Tools... Ici je trouve qu'un seul script est utile, mais bien utile : Separate Stars and Sky Ce script va séparer en 2 calques disctincts les étoiles et les nébulosités, ce qui va nous permettre un traitement sur ces dernières sans affecter la tronche des étoiles Exécutez donc ce fameux script Separate Stars and Sky : Attention ce script a un petit bug au lancement, il affiche un message d'erreur sans incidence sur la suite. Cliquez sur Continuer et le script devrait se dérouler ensuite correctement : Vous allez alors vous retrouver avec 3 calques : Stars (les étoiles) Starless (les nébulosités) Base (le calque d'origine) Sélectionnez le calque Starless et décochez (en cliquant sur l’œil) les 2 autres calques : Observez l'image. Il ne reste que les nébuleuses et c'est sur elles qu'on va appliquer un filtre de netteté : On a le choix entre plusieurs filtre de renforcement, mais personnellement je n'aime pas trop le Netteté optimisée qui a tendance à rajouter du bruit. Cliquez sur Filtre, puis Renforcement, puis sur Plus net : Et une seconde fois sur Plus net : Recochez le calque Stars : Et cliquez sur le menu Calque puis Aplatir l'image. Le calque Base sera alors supprimé puisqu'il ne sert plus à rien. On va maintenant redimensionner l'image à sa taille finale... Souvenez-vous, au tout début de notre tuto, on a coché le fameux Drizzle qui a augmenté la taille de l'image. Il est temps enfin de réduire l'image, et c'est là que nous allons bénéficier des améliorations que nous avons fait dessus. En réduisant l'image, on verra moins le bruit et les imperfections qui étaient visibles sur l'image Drizzlée (j'invente des mots ). Cliquez sur Image puis sur Taille de l'image... : Personnellement avec le A7S je repasse l'image en format 4k, soit 3840 pixels de largeur : On va terminer avec une petite saturation... Cliquez sur Image, Réglages, puis Vibrance... : Déplacez les curseurs vers +20 en vibrance et +15 en saturation :
  18. 1 point
    Nous revoilà pour la suite de notre Tuto... Dans cette partie, nous allons voir les différentes actions de traitement à réaliser sous SiriL. On commence par redécouper l'image... Ceci est très important pour la suite, car si l'on conserve les bords noirs, certains traitements ne se feront pas correctement sous SiriL. Tracez une zone dans l'image N&B à l'aide de la souris afin de conserver la partie intéressante de l'image. Effectuez un clic-droit dans la zone tracée puis sélectionnez Recadrer : L'image n'a alors plus de bord disgracieux : On va supprimer le gradient de l'image... Bien que cette image ait été réalisée dans la Drôme sous un excellent ciel, M8 et M20 étaient très bas sur l'horizon sud, dans la pollution lumineuse de la Côte d'Azur. Cliquez sur menu Traitement de l'image puis sur Extraction du gradient... Cliquez sur Générer. SiriL va alors générer des petits carrés un peu partout dans l'image, qui serviront à calculer l'extraction du gradient. Vous allez devoir maintenant cliquer-droit sur certains carrés se trouvant sur les vraies nébulosités pour les retirer du calcul : Cliquez maintenant sur Appliquer : A gauche l'image avant l'extraction du gradient, à droite, après : On va maintenant ajuster le fond de ciel et la balance des couleurs... SiriL 0.9.11 apporte une grosse amélioration à ce niveau : l'étalonnage des couleur par photométrie Cliquez sur Traitement de l'image, puis sur Étalonnage des couleurs, puis sur Étalonnage des couleurs par photométrie... : Dans la zone de recherche, tapez le nom de l'objet photographié (ici M8) puis cliquez sur Rechercher : Attention : vous devez être connecté à Internet pour effectuer cette opération. SiriL va alors interroger les bases de données astro et afficher le résultat comme ci-dessous. Cliquez sur l'objet trouvé dans la base Simbad (ou Vizier), ici Lagoon Nebula. Entrez la valeur de la focale (attention, si vous avez pré-traité l'image avec l'option Drizzle, il faut alors doubler la focale). Entrez la taille des pixels de votre APN (on peut le trouver ici : https://www.digicamdb.com/). Cliquez sur Valider : SiriL va alors faire un calcul astrométrique (qui peut prendre quelques minutes) afin de repérer les étoiles présentes dans l'image puis un calcul photométrique à partir de ces étoiles pour ajuster les couleurs : A gauche, avant l'ajustement des couleurs, à droite après : C'est déjà mieux là, non ? On règle l'histogramme de l'image... Pour cela il va nous falloir repasser l'image en mode linéaire. Normalement vous devriez savoir le faire Pour rappel, cliquez sur le menu déroulant où vous lisez Auto-ajustement et sélectionnez Linéaire. Cliquez sur l'icône Histogramme comme ci-dessous : Important : positionnez le curseur du haut au maximum (valeur 65535) Dans la fenêtre Histogrammes, cliquez sur l'engrenage puis vérifiez que la valeur de perte ne dépasse pas 0.1% en bas à droite. Si la perte est beaucoup plus élevée que 0.1%, vérifiez que vous avez bien recadré l'image et qu'il ne subsiste plus de bord noir. Commentaire de Cyril à ce sujet : "L'engrenage faut faire attention. Il peut y avoir plus de 10% de pixels clippés parfois avec cet outil. Il peut te calculer un truc ou tu auras une perte terrible. Et ça, c'est balo." Commentaire de Cyril à ce sujet : "C'est pour ça que moi je le fais à la main. Je joue avec les curseurs et je zoom (le bouton +), puis je rejoue avec les curseurs de façon plus précise et je rezoom, etc .... " Vous devriez maintenant visualiser une image identique à celle obtenue en auto-ajustement. Maintenant vous pouvez jouer sur les curseurs Basses lumières (le cercle) et Tons moyens (le triangle) pour ajuster au mieux votre image. Ne jamais toucher au curseur Hautes lumières. Vous pouvez zoomer sur le graphe avec les icônes + et - : Cliquez sur Appliquer quand vous serez satisfait du résultat, et refermez la fenêtre de l'histogramme. On va supprimer le bruit vert... Cette fonction est équivalente au fameux filtre HLVG qu'on trouve sous forme de plugin Photoshop. cliquez sur le menu Traitement de l'image, puis sélectionnez Suppression du bruit vert (SCNR)... : Conservez les valeurs par défaut, puis cliquez sur Appliquer : Observez le résultat au niveau de la fenêtre d'affichage couleur de l'image. A gauche, avant, à droite, après : Refermez la fenêtre de réduction du bruit vert. On va monter un peu la saturation... Dans le menu Traitement de l'image, cliquez sur Saturation des couleurs... : Et choisissez une valeur entre 0.20 et 0.50, selon les goûts de chacun Observez le changement dans la fenêtre de visualisation couleur. A gauche, avant, à droite, après : Cliquez sur Appliquer quand vous êtes satisfait du résultat et refermez la fenêtre de saturation. Une petite déconvolution pour finir... La déconvolution va améliorer la tronche de vos étoiles, améliorer le "piqué" de l'image en général et les détails dans les nébulosités. Cette fonction, associée au Drizzle, me donne de très bons résultats, enfin je trouve Cliquez sur le menu Traitement de l'image, puis sur Déconvolution... : Dans la fenêtre de déconvolution, réglez le curseur autour de 0.8 (j'ai bêtement appliqué les tutos et ils disent que c'est une bonne valeur ça vous va comme explication ?) : Cliquez sur Appliquer et observez le résultat (le traitement peut prendre une petite minute). A gauche, avant, à droite, après : Fermez la fenêtre de déconvolution. Et enfin on va sauvegarder notre image en TIF... Cliquez sur Fichier puis sur Enregistrer sous... : Choisissez TIFF et donnez un nom à votre image : Gardez les valeurs par défaut (16 bits-entier non signé, aucune compression), puis cliquez sur Enregistrer : Voilà, le traitement sous Siril est terminé, on a déjà une première image TIF sympa à regarder qui satisfera sans doute nombre d'entre vous. La suite consistera maintenant à lui sortir les tripes Dans la suite du tuto, on passera à la finalisation sous Photoshop
  19. 0 points
    First Light Optics UK tu peux y aller les yeux fermés c'est un site de référence dans son domaine, le service avant et après vente est excellent, ne pas hésiter à demander si les frais de ports son trop élevés ils feront un tarif plus intéressant.
  20. 0 points
    Bonjour, j'ai commencé à construire une porte de poulailler automatique tout est prêt à être installée mais je suis nulle en électricité ! J'ai un petit panneau solaire branché à un contrôleur de charge, ainsi qu'une batterie voiture. Il me reste à brancher les 2 fins de course pour la porte le moteur 12v et le programmateur mais comment ? Pouvez-vous m'aider ? https://youtu.be/QizhHpRBlFY Sylvia
  21. 0 points
    Si votre télescope manque de focale, voici de la focale additionnelle :
  22. 0 points
    Pour se donner une idée de la taille de cette lunette, je poste ces photos, avec un copain du club qui est aussi sur le forum... je préserve son anonymat... Dans quelques jours elle part chez son propriétaire, à quelques dizaines de km.
  23. 0 points
    Je veux parler du coté gauche qui est légèrement masqué. Pour la Lune, on dirait gibbeuse croissante. J'ai fait quelques recherches sur le net et effectivement, ce phénomène se présente aussi d'une façon atténuée pour Mars.
  24. 0 points
    Salut, je viens de publié une vidéo de ma dernière soirée astro. https://youtu.be/pZhJ4TF6S9E Au programme: installation en accéléré timelapse de la voute céleste. Photo circompolaire et une de ngc2244 avec ma 80ed et mon reflex Voilà ! Astrototho
  25. 0 points
    Je t'ai répondu sur Astrouf. ^^
  26. 0 points
    Ca dépend de la prétention que le réalisateur (et les équipes de communication des producteurs) a voulu donner à son film. Star wars ne s'est jamais voulu comme réaliste, ça rend les libertés prises acceptables. Que l'on aime ou pas le style, quand on va en regarder un on sait d'avance qu'on va se prendre des bruits d'explosion dans l'espace. Avec interstellar on s'est quand même fait rabâcher des trucs du genre "le trou noir le plus réaliste jamais modélisé" ou "le film le plus proche des théories actuelles", le tout appuyé par la caution de scientifiques. C'est donc normal après de s'exposer plus sévèrement à la critique. Faut pas oublier ce qu'est la science fiction : une histoire qui se base sur les sciences et techniques mais se permet plus ou moins d "erreurs" pour les besoins de l'histoire (exemple type : retour vers le futur) ou plus ou moins d "interprétations" sur les domaines dont on n'a pas encore de certitudes (en cela j'ai bien aimé les voyages sur d'autres planètes dans interstellar, forcément inventées puisqu'on ne connait pas encore l'environnement des planètes extrasolaires). Avec interstellar j'ai juste eu du mal à suivre le délire dans la bibliothèque, rendu obligatoire pour boucler l'histoire mais s'éloignant un peu trop à mon gout du plus ou moins réaliste/possible qu'on avait jusque là.
  27. 0 points
    Bonjour, Super ces catalogues ... Une version PDF serait top pour avoir ces catalogues sous la main et sur le terrain .... Mais c'est juste une sugestion 🙄
  28. 0 points
    c'est pô grave mieux vaut deux fois qu'une
  29. 0 points
    je viens de l'écrire plus haut
  30. 0 points
    Salut Sylvia ! Pour ta peine va au moins falloir que tu nous dises aimer les étoiles ;) . Comme t'es là maintenant, tu peux faire un saut dans les rubriques des photo et des dessins, peut être que ça te donnera la fibre et que tu voudras aussi faire de l'astro une fois que tes poules seront bien à l'abris la nuit ! Par contre cette rubrique c'est pour les bricolages astro, ne t'en vexe pas car je vais demander à la modération de te déplacer dans une autre rubrique fourre tout (surement vers "on fait une pause"). Tu sais je suis animateur ici, on essaye d'avoir de l'ordre dans notre propre poulailler Si tes images ne sont pas trop lourdes et trop nombreuses, tu peux les inclure direct dans ton message. Cf le petit cadre " Glisser ici les fichiers à joindre, ou choisir les fichiers… "Cliquer pour choisir les fichiers (si t'es sur mobile la fonction existe aussi mais le bouton s'appelle autrement je crois) juste en dessous de là tu écris tes messages. Si les fichiers sont trop lourds, alors faut faire comme suggéré par Discret : passer par une plateforme d'hébergement d'images.
  31. 0 points
  32. 0 points
    Je pense que c'est à dessein qu'il est vendu, ce tableau de bord... 😀
  33. 0 points
    Bonjour Sylvia En astronomie, on a bien la nébuleuse "Chicken Run", littéralement, la nébuleuse du poulet qui court, mais lui, n'a pas besoin de trappe 😀 https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-eso-poursuit-nebuleuse-poulet-court-33579/ Concrètement, quel est le signal qui sort du programmateur ? Un contact sec (contacts d'un relais), une tension (12V en l’occurrence) ? Qu'est-ce qui crée l'inversion de tension pour faire tourner le moteur dans les 2 sens ? Les fins de course disposent de combien de contacts (2 ou 3). Généralement, il y un contact "commun" (COM), un contact "Normalement ouvert" (NO) ou un contact "Normalement Fermé" (NF) voire les 2 (1 NO et 1 NF). Le schéma peut être relativement simple mais il faut ces informations !
  34. 0 points
    A voir éventuellement sur Webagro 🤣
  35. 0 points
    Salut et bienvenue ! Si je peux me permettre un commentaire, pour une meilleure visibilité les questions techniques sur le matos tu devrais plutôt les poser dans les sous forums correspondants. Peut être en support débutant afin de rester assez généraliste. Le critère qui fera la différence dans ton projet sera la photo, et de quel type. Car débuter avec un C8 est assez spécialisé et complexe, en longues poses c'est pas vraiment un cadeau. A te lire j'ai l'impression que tu t'es bien imprégné des arguments commerciaux de cet instrument, à voir maintenant si la réalité du terrain répondrait à tes attentes
  36. 0 points
    Rien de bien fou: Tube carbone TS Optics optimisé pour mon AsA 0.73, miroirs chinois, secondaire de 100 mm, 876 mm de focale, f/2.9 (après réduction) PO Moonlite, motorisation PA Imageur Hypercam 294c refroidie (filtre IDAS lps d2 et NB1) Systeme anti buée sur les deux miroirs, le point rouge (qui me sert à rien...) et la lunette de guidage, une Evoguide 50ed + hypercam 183c La monture, une EQ8, j'ai juste changé le coupleur d'axe de dec, et essayer de la régler le mieux possible. Pour le remote, deux serveurs usb et 50m de cable rj45... TheSkyX Pro pour le planétarium / acquisition, SharpCap pour l'acquisition en live et phd2 pour le guidage.
  37. 0 points
    Un tableau de bord avec airbag en somme 🤣
  38. 0 points
  39. 0 points
    On va terminer cette série de gros plans par le pied du bébé, qui ne donne pas envie de se laisser capturer par la bestiole en question.
  40. 0 points
    Bon, je viens de rentrer du boulot, et ai juste déballé la bête. Premières impressions : pas de surprises par rapport aux photos dispos sur le site d'Optique Unterlinden, si ce n'est : peinture franchement noire, et pas grise foncée aucune doc !!! faut aller voir chez Orion… ça peut aider, pour la collimation le bouchon avant tient à peine... deux bagues allonge, mais de même taille embase du chercheur située à 14h queue d'aronde à 9h Je complèterai par des photos quand j'aurai reçu la platine pour interfacer le tube et la monture (partie hier soir de Francfort-sur-le-Main). Normalement, observation prévue vendredi soir. Si vous avez des questions, évitez de me citer, car je vais sans doute pas mal modifier le texte. Je vous livre simplement mes impressions à chaud.
  41. 0 points
    Bon eh bien finalement, il paraîtrait que je n'ai pas tant marabouté que cela, fin de semaine s'annonce très bonne ! PS : EDIT DU 19/02/2020 En 1 jour la météo est passée de parfaite à merdique plein de nuages .... Pffff vive cette région
  42. 0 points
    Une nouvelle méthode de détection d'exoplanète est née !! Pour la première fois, il semble que le réseau à basse fréquence LOFAR soit parvenu à détecter l'interaction d'une étoile avec une de ses planètes. Il s'agit de la naine rouge GJ 1151 ; la planète aurait la taille de la Terre et sa période 1 à 5 jours https://www.nature.com/articles/s41550-020-1011-9 Coherent radio emission from a quiescent red dwarf indicative of star–planet interaction https://www.astron.nl/news-and-events/news/lofar-pioneers-new-way-study-exoplanet-environments LOFAR ouvre la voie à une nouvelle façon d'étudier les environnements d'exoplanètes En utilisant le radiotélescope à basse fréquence mené par les Néerlandais (LOFAR) , les astronomes ont découvert des ondes radio inhabituelles provenant de l'étoile naine rouge voisine GJ1151. Les ondes radio portent la signature révélatrice des aurores causées par une interaction entre une étoile et sa planète. L'émission radioélectrique d'une interaction étoile-planète est prévue depuis plus de trente ans, mais c'est la première fois que les astronomes ont pu discerner sa signature. Cette méthode, uniquement possible avec un radiotélescope sensible comme LOFAR, ouvre la porte à une nouvelle façon de découvrir des exoplanètes dans la zone habitable et d'étudier l'environnement dans lequel elles existent. Les naines rouges sont le type d'étoile le plus abondant dans notre voie lactée, mais beaucoup plus petit et plus frais que notre propre soleil. Cela signifie que pour qu'une planète soit habitable, elle doit être beaucoup plus proche de son étoile que la Terre ne l'est du Soleil. Les naines rouges ont également des champs magnétiques beaucoup plus puissants que le Soleil, ce qui signifie qu'une planète habitable autour d'une naine rouge est exposée à une intense activité magnétique. Cela peut chauffer la planète et même éroder son atmosphère. Les émissions radioélectriques associées à ce processus sont l'un des rares outils disponibles pour évaluer la puissance de cet effet. "Le mouvement de la planète à travers le puissant champ magnétique d'une naine rouge agit comme un moteur électrique à peu près de la même manière qu'une dynamo de vélo. Cela génère un énorme courant qui alimente les aurores et l'émission radio sur l'étoile." dit le Dr Harish Vedantham, auteur principal de l'étude et scientifique du personnel de l'Institut néerlandais de radioastronomie (ASTRON).Grâce au faible champ magnétique du Soleil et à la plus grande distance aux planètes, des courants similaires ne sont pas générés dans le système solaire. Cependant, l'interaction de la lune Io de Jupiter avec le champ magnétique de Jupiter génère une émission radio lumineuse similaire, éclipsant même le Soleil à des fréquences suffisamment basses. "Nous avons adapté les connaissances de décennies d'observation radio de Jupiter au cas de cette étoile", a déclaré le Dr Joe Callingham, boursier postdoctoral ASTRON et co-auteur de l'étude. "Une version à plus grande échelle de Jupiter-Io existe depuis longtemps sous la forme d'un système étoile-planète, et l'émission que nous avons observée correspond très bien à la théorie."Le groupe se concentre maintenant sur la recherche d'émissions similaires provenant d'autres étoiles. «Nous savons maintenant que presque toutes les naines rouges hébergent des planètes terrestres, il doit donc y avoir d'autres étoiles affichant des émissions similaires. Nous voulons savoir comment cela affecte notre recherche d'une autre Terre autour d'une autre étoile », explique le Dr Callingham. L'équipe utilise des images de l'enquête en cours sur le ciel du nord appelée LOFAR Two Meter Sky Survey (LoTSS), dont le Dr Tim Shimwell, scientifique du personnel ASTRON et co-auteur de l'étude, est le scientifique principal. «Avec la sensibilité de LOFAR, nous nous attendons à trouver environ 100 de ces systèmes dans le voisinage solaire. LOFAR sera le meilleur jeu en ville pour une telle science jusqu'à la mise en ligne du Square Kilometer Array. » dit le Dr Shimwell. Le groupe s'attend à ce que cette nouvelle méthode de détection des exoplanètes ouvre une nouvelle façon de comprendre l'environnement des exoplanètes. "Le but à long terme est de déterminer quel impact l'activité magnétique de l'étoile a sur l'habitabilité d'une exoplanète, et les émissions radio sont un gros morceau de ce puzzle." dit le Dr Vedantham. "Notre travail a montré que cela est viable avec la nouvelle génération de radiotélescopes, et nous a mis sur une voie passionnante."
  43. 0 points
    Du Slayer au Ukulélé... cé ti pas bon? Payback's a bitch motherfucker
  44. 0 points
    Bonjour bonjour, Je reprends quelques traitements de brutes prises l'été dernier. En attendant de ressortir le matos, on s'occupe comme on peut. Je vous présente une M31 un peu charcutée, parce que j'ai vraiment galéré à la traiter. Pour vos yeux, ne pas zoomer ni regarder de trop près sauf si vous aimez les pizzas... Mais bon, j'me dis que pourquoi pas la poster tout de même. 700 x 30 sec, 3200 iso, 50aine de DOF. a7s, samyang 135 à f/2, monture SW Star Adventurer, MES faite à la Polemaster. Pré-traitement : Siril Traitement : Siril (merci Colmic pour le tuto, que je suis au pied de la lettre à chaque fois) - vous avez le tif de sortie de Siril en dessous + PS (niveaux, saturation, réduction d'étoiles etc.) Et quelques finitions sur LR (pour équilibrer un peu les couleurs). Merci de m'avoir lu, vos remarques sont évidemment les bienvenues (vu la qualité de ma photo, y a beaucoup de choses à revoir je pense^^) ! Et vous avez un .tif pré-PS pour vous amuser si vous le souhaitez ! A bientôt de vous lire ! m31_tif_avant_PS.tif
  45. 0 points
    Quelle classe Je me demande bien où ils ont tourné ce clip
  46. 0 points
    Bonjour à tous, vous aimez les galaxies ? Vous allez être gâté par le Messier du jour... Direction la constellation de la Vierge et l'un des principaux maillons de la Chaîne de Markarian : M 86 ! https://www.asso-sterenn.fr/messier-86/
  47. 0 points
    Super toutes vos images... surtout n'arrêtez pas
  48. 0 points
  49. 0 points
    Bonsoir à toutes et bonsoir à tous , En hommage à Fred Mella (le dernier des Compagnon de la Chanson qui vient de nous quitter), voici “La chanson de Lara” (le thème du film “Le docteur Jivago”) : https://www.youtube.com/watch?v=aE8ddeqEF7A. Roger le Cantalien.
  50. 0 points
    Coucou depuis le Camping du Causse où nous faisons les prépréRAAGSO et il fait super beau Bon sinon, Denis a fait son premier barbecue Naannnnnnnnn je rigole... en fait, lors de notre arrivée hier après-midi, il y a eu un spectaculaire incendie sur les hauteurs de Cajarc. Du camping et du Cayrol, nous avions une vue imprenable... Une centaine d'hectare ont brûlé (d'après les infos presses) et les 2 trackers et 3 canadairs n'ont arrêté leurs rotations qu'à la tombée de la nuit. Si j'en crois le journal, les pompiers ont du lutter toute la nuit pour en venir à bout. Donc, bonne nouvelle, le camping est toujours intact !
This leaderboard is set to Paris/GMT+01:00
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.