Jump to content

Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 03/16/2018 in all areas

  1. 9 points
    Bonjour, bonjour, Ca faisait longtemps que j'avais envie de faire une représetation des planètes du système solaire, tel que je pouvais le photographier avec mon matériel. C'était destiné à un copain qui n'y connais, rien, mais vraiment rien à l'astro Une version classique : Et une version avec les satellites, du moins ceux que j'ai pu voir Clic clic pour y voir un peu mieux Pardon, les deux là bas au fond, que dites vous ? hein, Pluton ? Quoi Pluton ? ce n'est plus une planète ???? Et bien ceux qui l'ont rétrogradée, commence à s'en mordre les doigts depuis que la sonde New Horizon a montré que ce n'était pas un vulgaire caillou glacé, mais bel et bien une planète active. Non mais !
  2. 9 points
    Des nuages de matière "sombre" passent devant les étoiles de notre galaxie, dans la constellation du Taureau. A l'intérieur, des étoiles vont bientôt se former.. et puis des planètes... et qui sait des gens? 🤫 Full : https://www.astrobin.com/vczsrl/
  3. 9 points
    Je suis tellement content d'avoir pu finir enfin ma mallette après tant d'années de test, d'économie, de patience, que j'ai trop envie de la partager. Il m'a fallu plusieurs années pour tester beaucoup d'oculaires et trouver la configuration parfaite à mes yeux. J'ai dû racheter une mousse pour refaire proprement le découpage, car pas mal de chose ont changé à l'intérieur. J'ai testé le plastazote que beaucoup prônent, et je trouve que c'est trop dur pour l'usage que j'en voulais. Je désirai une sensation que les oculaires s'enfoncent légèrement dans la mousse. Et le plastazote demande trop de précision au vu de sa dureté. Donc j'ai racheté un fond de mousse de valise qui m'a coûté 15 balles. Et j'ai taillé dedans. J'ai taillé les trous dans la mousse 10mm de moins en moyenne que la taille de l'oculaire sur la largeur, et l'impression qu'ils fondent dans la mousse est plutôt réussi je trouve. Je voulais toujours qu'une seule valise à transporter avec tous le matos dedans. Donc il y a toujours le double fond hyper pratique, je ne m'en lasse pas ! Avec les poignées de cuisine 😜 de chaque côté pour porter la partie supérieure. Les filtres sont repassé sur le dessus, car dans le double fond c'est galère pour les manip en pleine nuit. J'ai laissé les bandes chauffantes, divers outils/ accessoires. Je ne changerai plus c'est définitif ! J'avais peur d'être jugé en posant ces photos, mais tant pis ! La sensation de bonheur m'emporte trop pour ne pas la partager 😅
  4. 9 points
    Bonsoir Je l'ai gardée quelques jours que pour mes yeux maintenant je la partage avec vous. C'est la plus belle des 20 mn de calme que j'ai eu. Je ferai un post avec les quelques autres images plus tard. Profitez de cette image, je l'ai envoyée pour l'Apod on sait jamais. Bonne soirée. Luc
  5. 8 points
    Bonjour, Une image de M51 qui trainait sur mon disque dur depuis un paquet de temps, mais vlaams m'a secoué dernièrement pour que je l'a traite, Il est arrivé à ces fins le bougre Je ne sais plus combien d'image j'ai compilé, peut-être 5 heures avec des poses unitaire de 4' , je pense avoir les brutes sur un autre disque Le setup: Newton Orion 200/1000 Atlas EQG APN Canon 1200D astrodon pré & post traitement: Pixinsight en plus gros: http://www.noelshack.com/2019-28-5-1562931301-1562912286-news-2-pix-cs-px-cs-px-cs-px-3-1.jpg Amicalement, Aurélien
  6. 7 points
    b'jour en mars, j'allai chercher un tas de ferraille sans intérêt vers Toulouse un machin d'au moins 150 kg pour 50 € repéré sur le coincoin un truc à jeter avec dedans...un pt'it miroir Mosser 200/1200 de 1990 au bulletin de contrôle délirant: lambda 41 une fois récupéré les miroirs, l'araignée, quelques pièces d'alu et autres vis moletés, j'ai jeté le reste quand au miroir, son aluminure évoquant la surface lunaire après le grand bombardement, il est parti à l'aluminure (il devrait revenir la semaine prochaine) depuis je n'ai pas chaumé, je lui ai fabriqué une structure "de voyage" tout en gardant à l'esprit un certain confort d'utilisation je ne voulais pas être obligé de me pencher pour observer, des fois que quelqu'un se pointe derrière, vous savez les gens ils paraissent "normaux" et à la moindre occasion trop tard! de 150 kg, il est passé à 10 verroterie comprise l'idée est de le monter démonter que lors de voyages avion ou randonnée montagne en l'état actuel, il faut compter une demi-heure ce qui est peu sur une durée de voyage il rentre facilement dans une valise ou un sac à dos avec les vêtements autour vous remarquerez à gauche de l'image ci-dessus une greffe particulièrement réussie d'aloès sur un cerisier le PO rotatif avec deux trains de roulements inclinés et un ressort et l'araignée de récupération rotation sur roulements, tiges carbone, tubes alu et une plaque de dibond (trouvée par l'astro-copain agent de sécurité sur l'autoroute ) barillet 9 points il me tarde de recevoir le miroir
  7. 7 points
    Salut, Le 21 mai j'avais mis mon réveil pour un lever à 3h00 du matin, rien que pour Mars et Saturne...du coup j'ai bien dormi,mais pas ma femme ... C'est le soleil qui ma réveillé... vite , je me leva , je scruta l'horizon pour voir quelques points brillant du coté du sud sud-ouest mais c’était trop tard! Donc, les bras ballants je me dirigea vers mon scope pour tout plier mais une petite idée me traversa l'esprit , Vénus ? ha non , elle est du soir... Et Mercure? cela faisait longtemps ... Ce qui est intéressant dans la capture de cette planète en plein jour, c'est plutôt le coté technique , du moins sa maitrise (en apparence évidement ) pour la photographier. Elle est petite , peu brillante et assez proche du soleil. Ces 3 paramètres compliquent énormément le centrage de Mercure derrière une focale élevée.Du moins avec mon matos. Car je suis obligé de refaire la mise au point à chaque palier d'agrandissement. A force on sait que la cible est là ,dans l'oculaire , on remarque une ombre entouré d'un gris plus clair, et on sait dans quel sens tourner la molette pour que la tache devienne moins dilué... Et Mercure apparait! Il y a un autre souci ,c'est la chaleur du soleil qui se trouve à coté,elle rentre dans le tube et malaxe bien la cible. Pour ameliorer ce point essentiel , voir primordial il faut ce cacher du soleil, et c'est à ce moment que l'arbre du champ en face entre en jeu! il va cacher le soleil pendant une bonne vingtaine de minutes. Et c'est à ce moment là qu'il faut arroser( dans le sens cartonner;sulfater,envoyer du bois). Un autre point important pour la capture de Mercure c'est l'anticipation , il faut bien exposer avec un gain raisonnable , juste de quoi différencier la cible du fond pour que votre logiciel de stacking puisse accrocher la planète. Comment anticiper , comment savoir si votre cible est assez distinct du fond? en utilisant le mode auto-centrage de FireCapture. Si FC arrive à suivre votre planète , alors votre logiciel le fera aussi et va pouvoir différencier les mauvaises des bonnes brutes. Pour atténuer le ciel et rehausser le contraste de la cible pour améliorer le suivi/stacking , j'utilise un filtre infrarouge l'IR742 . De toute façon sur Mercure , à part quelques formations et de différence d’albédo , il n'y a pas grand chose à voir. Ce qui est bien avec Mercure c'est sa lente rotation , donc on peut utiliser une longue durée de capture sans derotation ! Après il faut que le seeing suive... J'ai gardé qu'une seule session de 600s, à 0.63ms soit pas loin des 300im/s j'ai eu 162406 images ! Je suis passé par PIPP pour transformer mon SER , d'abord j'ai supprimé la couche Bleue, ensuite j'ai centré la cible, puis j'ai fait un tri à la Ninox sur 16000 images. un exemple en GIF, les 100 premieres: Ensuite je passe par AS! il refais un tri . Et pour finir je joue avec la barre espace pour supprimer les subtiles fantomes. à la fin j'ai 500 images! gloups! Mais à coup d'ondelettes, de flous, de contrastes, on arrive à faire parler Mercure! Pas facile cette planète pour un résultat peu photogénique . Mais je l'ai eu! une comparaison avec une simulation de winjupos: et grâce au logiciel Atlas virtuel des planètes , j'ai pu placer quelques noms sur les taches : une erreur Stephane
  8. 6 points
    Bonjour, Hier fin d'après midi, c'était beaucoup de nuages et brumes, mais connaissant bien la région, une inversion de vent pointait son nez (de NO à SE) ce qui en principe dégage le ciel au dessus de chez moi (pas chez les voisins ). Pointage en un temps record et le temps de faire un film et demi ! C'était un peu trop tard et j'ai dû arrêter en raison de la turbu qui commençait à devenir délirante. En IR 742, ser de 29000 images, 5% retenues. Je n'ai pas tiré du tout sur les curseurs, car le limbe surex devenrait trop moche et je doutais de la réelle existence des" détails" qui apparaissaient. Alors esthétiquement, je la préfère toute en douceur. Pour une déesse de l'amour, c'est mieux !
  9. 6 points
    J'ai été contacté récemment par un monsieur âgé qui voulait se séparer d'une lunette ancienne. Avant de la mettre en vente il tenait à me la montrer pour voir si elle était fonctionnelle. Il comptait aussi sur moi pour la dater et estimer son prix. La description qu'il m'en faisait au téléphone attisait ma curiosité tant l'objet semblait atypique. Rendez vous fut pris. Chemin faisant j'essayais d'imaginer le mystérieux objet. Peut-être une belle lunette Sécrétan ou Manent avec son tripode en bois noble, rangée dans son vieux coffre avec ses oculaires. Arrivé sur place, le propriétaire m'attendait, assis sur un banc en pierre, le canne à la main. L'accueil fut très chaleureux. Maurice, c'est son prénom, me fit entrer chez lui pour boire un café. Par politesse j'acceptais mais cela ne faisait qu'augmenter mon impatience. Cet intermède me sembla une éternité mais je n'osais interrompre Maurice. Vint enfin le moment où il me proposa d'aller dans le cagibi. D'un geste sûr il fit sauter le crochet de la porte avec sa canne. Un cagibi, pour ceux qui l'ignorent, est un fourre tout où l'on conserve des objets que l'on n'utilise plus. Le cagibi de Maurice en était l'illustration parfaite. Tous les objets, vieux outils, bombonnes en verre, vieilles boîtes à biscuits etc, étaient recouverts d'un manteau poussiéreux. A la vue de cela je craignais le pire pour notre lunette. Maurice m'indiqua à l'aide de sa canne une cantine en fer, entreposée en hauteur et en partie rongée par la rouille. "Descends la et fais attention ça pèse." me dit-il. A bout de bras je fis glisser la cantine pour bien la saisir, mais une inclinaison trop importante me fit vieillir de dix ans en une seconde. Ma toison, enfin ce qui l'en reste, fut Blanchie de poussière. Maurice saisit un chiffon, non moins poussiéreux, pour épousseter la cantine. Résultat l'air devint vite irrespirable. "Allons dans la cuisine" dit-il en toussant. Enfin vint le moment d'ouvrir la cantine. J'étais envahis d'une étrange sensation, j'éprouvais à la fois de l'excitation, de la curiosité mais aussi de la crainte d'être déçu par l'objet ou par son état de conservation. Le couvercle de la cantine couina à son ouverture et laissa apparaître une vieille couverture de laquelle monter une odeur de renfermé, d'humidité. Cela n'augurait rien de bon. Délicatement je saisis la couverture pour dévoiler le précieux objet. Alors qu'est-ce que tu en penses ?" me demanda Maurice. J'en restais bouche bée. La lunette toute en laiton terni, en partie démontée, était dans un état plutôt bon. Pas de casse apparente, pas de pièce manquante à priori. Il s'agissait d'une lunette terrestre et astronomique dite de table. J'évaluais le diamètre du tube à 80mm et sa longueur à 1m. Donc une belle lunette qui reposait sur un pied en laiton court et massif. Je fis part de mon enthousiasme à Maurice mais il fallait encore contrôler l'état des optiques. L'objectif était protégé par un capuchon en laiton un peu récalcitrant à ôter. Par chance les lentilles n'étaient pas cassées, par contre la présence de champignons m'inquiétait beaucoup car situés au mieux sur la face interne et au pire entre le doublet. Je fis part de mon constat à Maurice, qui était embêté car cette lunette appartenait à son grand père. Lui même ne l'avait jamais utilisée. Photo montrant les Champignons sur l'objectif J'expliquais à Maurice que la lunette était invendable en l'état et que lui faire peau neuve serait une plus-value. Je lui proposais d'emporter la lunette chez moi pour la démonter, la nettoyer. Maurice semblait rassuré par ma proposition.Étant en congés je me mis à l'ouvrage sans tarder. Mon premier réflexe fut d'inspecter la lunette sous tous les angles pour trouver le nom d'un fabricant. Mais pas la moindre indication. Pour le plaisir Je ne résistais pas à l'envie de remonter l'instrument. Et c'est vrai qu'elle est belle cette lunette, elle a du cachet. Photo de la lunette remontée Mon attention fut attirée par un système de rappel fin en latitude très ingénieux.Je constatais avec soulagement le bon fonctionnement de tous les mécanismes : crémaillère de mise au point, crémaillère du rappel en latitude, coulissement des différents tubes allonge. Petit bémol : il manquait une des quatre vis du barillet, une des deux molettes de fixation du tube et deux vis de réglage sur trois du chercheur. Fâcheux mais pas trop grave. Photo du rappel fin en latitude par crémaillère Ma tâche était assez simple et consisterait dans le démontage et le nettoyage des optiques, nettoyage doux du laiton et des parties coulissantes. Faire quelques recherches sur Internet pour dater et trouver l'origine possible de l'instrument. Et je terminerais par un essai sur paysage et sur ciel avant de rapporter la lunette à son propriétaire.Les optiques ont été nettoyées au Purosol excepté l'oculaire du chercheur qui présentait comme un dépôt calcaire qu'il m'a fallu traiter au vinaigre blanc. Le barillet s'est démonté sans trop de difficulté et par chance les champignons se situaient sur la face interne. L'objectif est en très bon état. Précision importante, avant le démontage du barillet j'avais pris soin d'apposer des repères pour le fixer à l'identique. L'objectif après nettoyage au Purosol Pour rafraîchir le laiton le vinaigre blanc a été utilisé. Ce procédé nettoie en douceur sans supprimer la patine. En tous cas il faut beaucoup insister si on veut le lustrer. Le laiton n'était pas trop terni, la différence après nettoyage ne se note presque pas. Photo après nettoyage Les caractéristiques exactes de la lunette sont : 80mm /1100mm pour un poids de 10 kg. L'oculaire redresseur est contenu dans ce qu'on a coutume d'appeler le véhicule, c'est à dire un tube assez long dans lequel sont disposées quatre lentilles plan convexe. Le véhicule est constitué de deux tubes coulissant l'un dans l'autre et chacun contient deux lentilles. Le coulissement des tubes change le grossissement. Inconvénient du système, pour changer le grossissement il faut sortir entièrement le véhicule du tube allonge, procéder au changement et remettre le véhicule. Pas très pratique mais c'était un oculaire zoom avant l'heure. Tubes coulissants séparés Système oculaire démonté Schéma du système optique Malheureusement cette belle lunette de table n'est pas signée. Après l'avoir scrutée sous tous la angles j'ai découvert à l'intérieur de l’œilleton une mystérieuse signature apposée au crayon à papier. Est-ce la griffe du fabriquant ou du propriétaire. Je pencherais plus pour la première possibilité. Hélas le mystère reste entier. La fameuse signature. On peut y lire un "L" majuscule marqué au crayon et un "VIII" gravé. En observation cette lunette délivre de très bonnes images terrestres mais reste très peu pratique pour l'observation du ciel en l'absence d'une vraie monture sur trépied. Les tests sur ciel n'ont pas été encore effectués pour cause de mauvais temps. Mais il est à parier que cette lunette, installée sur une monture équatoriale et équipée de bons oculaires, devrait donner de très bonnes images, dans la limite de ses caractéristiques. Dans sa conception d'origine on peut regretter l'absence d'un système de rappel en azimut qui aurait grandement amélioré le suivi des astres. Il n'en reste pas moins que cette lunette, que je date de la moitié du XIXème siècle, constitue un bel ensemble qui témoigne du grand savoir faire de cette époque. Instrument qu'il faut conserver, montrer et pourquoi pas utiliser. Quant à Maurice, il est ravi du résultat et a été heureux d'observer pour la première fois dans la lunette de son grand père. N'ayant pas de descendants il va la mettre à la vente et m'a chargé de cette mission.
  10. 6 points
    Loin de moi l'envie d'ouvrir une polémique stérile, mais je suis un peu surpris par le ton du premier message d'un débutant sous Siril. Déjà, les scripts avec une cmos mono, ça marche bien évidemment sous siril. J'ai une zwo 1600 mono, c'est bien pratique. Si je ne m'abuse, le scriptage est apparu il y a moins d'un an dans Siril. Au début, j'ai pris un des scripts apn existants (c'est un fichier texte) et j'ai viré toutes les fonctions spécifiques aux apn (convertraw, debayer, cfa...). J'ai testé jusqu'à ce que ça marche, jusqu'à ce que je comprenne ce que j'avais fait. Et puis j'ai découvert Sirilic qui simplifie encore plus la tâche, plus besoin de mettre les mains dans le cambouis. Depuis, je fais des traitements en trois clics et 5 minutes chrono. De plus cet outil, développé indépendamment de l'équipe de développeurs de Siril est hautement configurable. Après, quand on maîtrise un peu le traitement, on peut très bien le faire en manuel. Maintenant, quand on est habitué à un logiciel et qu'on en est satisfait, pourquoi en changer ? Je vois pas trop le but de découvrir un logiciel en y allant à reculons, en s'arrêtant à la moindre prétendue difficulté. Iris est un très bon logiciel, mais il n'est plus maintenu depuis 2010. Il n'est pas optimisé pour les nouvelles caméras ni pour les ordinateurs récents. Quant à le qualifier de simple, il l'est très certainement... pour ceux qui maîtrisent Iris. Ça n'a jamais été mon cas... Et puis surtout, Siril est développé par des astronomes passionnés pour des astronomes passionnés. C'est un travail collaboratif, c'est l'esprit même du logiciel open source. La relation à avoir avec les développeurs du projet n'est pas celle d'un consommateur qui se plaint qu'il manque tel ou tel truc, mais plutôt d'un acteur, en rapportant des bugs, en soumettant des idées d'améliorations, en participant à l'élaboration du code si on est suffisamment calé, en faisant des dons aussi. Car il ne faut pas l'oublier, Siril et un logiciel libre et gratuit. On a en plus la chance d'avoir deux développeurs, Cyril et Vincent, extrêmement disponibles et réactifs, ils le font sur leur temps libre. (Je sais pas comment ils font d'ailleurs) Le résultat de tout ça, c'est qu'avec Siril, on a un logiciel "vivant", qui évolue et s'améliore à vitesse grand V, qui dialogue avec ses utilisateurs. Vous avez besoin d'une nouvelle fonctionnalité, c'est pertinent ? On va travailler dessus et hop, quelques temps après, c'est implémenté. C'est génial de voir cette évolution, d'avoir l'impression d'y participer, même modestement. Mais ce n'est pas fini, il y a encore à faire... Maintenant quelques conseils pour celles et ceux qui souhaiteraient découvrir Siril : - Déshabituez vous des logiciels précédents. Chaque logiciel a sa propre ergonomie, est plus ou moins intuitif (Siril dans ce domaine est plutôt ++). Les fonctionnalités de l'un ne se retrouveront pas à la même place dans un autre. - Comme vous visitez un appartement, commencez par farfouiller dans tous les recoins du logiciel. - RTFM ! Siril a la chance de bénéficier d'une pléthore de fichiers d'aide sous toutes ses formes. Et c'est gratuit. Déjà dans le logiciel, chaque bouton, case, boîte, fonction a son fichier d'aide contextuel trèèèès complet. Ensuite, grâce notamment au travail de Laurent on a la doc en ligne, en pdf, sous forme de cours en ligne, de tutoriel et de vidéo youtube. Sans compter les différents forums. Réussir tant bien que mal à faire que la doc soit à peu près à jour face aux évolutions rapides du logiciel, chapeau... - Enfin, si ça ne suffit pas, utilisez les forums pour poser des questions (et commencez pas par dire c'est nul ça marche pas c'était mieux avant avec untel. Ça donne moyennement envie de vous répondre et d'apporter une solution...) Voilà, désolé si à mon tour mon ton a parfois paru un peu véhément, mais si dans la société, dans l'associatif, le bénévolat ou comme ici dans le logiciel libre, on pouvait être moins consommateur et plus acteur, le monde se porterait mieux.
  11. 6 points
    Hello !!!!!! Alors après presque 2 ans de gestation, j'ai le plaisir de vous annoncer la venue au monde de mon strock 200 !!!!!! Alors le petit roman photo qui va bien 🙃 Alors pour la couleur, désolé Chtit Bilou, mais ce n'est pas bleu nuit, il est bleu métal, c'est un bleu qui tire un peu sur le vert, avec des reflets métal 😉 Une fois que tout est remonté ça donne ça 🤪 Alors désolé pour les photos, j'ai une tremblote, elles sont légèrement floues... 😪 Mais bon... La surface n'est pas de l'ébony star mais une dalle adhésive trouvée au rayon revêtement de sol chez Leroy l’enchanteur 🙂 Pour les patins en teflon, bah pas de teflon non plus... Mais des charnières en plastique. Sur la dalle, ça glisse nickel !!! La cage du secondaire. La caisse du primaire avec les z'haches, je ne vous présente plus 😉 Avec les tubes carbone. Le tout monté avec bibi en prime !!!! Donc voilà, ne reste qu'à mettre de la feutrine par-ci, par là, ajuster les tubes en carbone et faire une jupe... Pour le télescope, pas pour bibi hein !!!! 🤣 Encore désolé pour les photos pourries mais c'est promis, j'essayerai de faire des photos sexy dans un beau jardin... Du télescope, pas de bibi hein !!!!!!!!! 😂 @ bientôt les amis et encore merci pour vos précieux conseils et vos encouragements ! 🙂😍
  12. 5 points
    Bonjour, Voici une modeste contribution à ce rémanent de supernova appelé la nébuleuse du Crabe. l'équipe en place le 19 novembre Newton SW 254/F4 _ AZEQ6GT_ camera ASI183MM _ filtres Astronomik _Ha /CLSCCD _R B_roue EFW 8 _ guidage DO ZWO avec miniASI290MM et focuser 1.25" Le détail avec SharpCap _bin1 zoom numérique : cadrage 2744 x 1836 CLSCCD : 20x180s_gain 120 _ offset 0 Ha : 23x180s _ gain 120 _ offset 0 R : 7x180s _ gain 120 _ offset 0 B : 9x180s_gain 120_offset 0 V : B -15°C (Dark,) pas de PLU donc pas de bias Prétraitement _assemblage SIRIL _ Astrosurface type L(H/CLS CCD )_ (HR) B B Finition PS et Astronomy Tools et tutos @osteoval Ce post fait suite à un précédent concernant une interrogation perso Bin1 ou Bin 2 pour la couleur : Finalement tout a été assemblé en Bin 1 j'attends maintenant des jours meilleurs pour m'attaquer à Orion grand champ Très bonnes fêtes de fin d'année avec (me concernant) non pas du crabe mais un peu de langouste Alain
  13. 5 points
    Grosse fierté personnelle, Siril est utilisé par des professionnels !! Alors ce n'est pas en astro, mais c'est vraiment cool :). Vous vous en foutez probablement, mais j'avais envie de le dire ;).
  14. 5 points
    Franchement, les DF haters, vous êtes lamentables. Il suffit qu'un gars publie un témoignage plutôt positif sur son expérience avec DF (sans cacher quelques points négatifs) pour que vous débarquiez en meute sur le topic pour défourailler à tout va. Vos témoignages, on les connaît, difficile de passer à côté, que ce soit sur ce forum, sur les réseaux sociaux, dans les rencontres astro... Est-ce si insupportable pour vous qu'il existe de temps en temps des clients satisfaits? Vous ne vous rendez même pas compte de la violence du truc. Il faut croire que c'est dans l'air du temps...
  15. 5 points
    Session du 30 mars...dernière session à l'heure d'hiver, alors on en profite Mon fils c'est pointé à l'improviste chez moi avec des potes, alors que j'était entrain de faire ma collimation. Mon setup les à fait halluciner, du coup toute la clique, plus d'autres personnes qui nous on rejoint en cours de soirée, sont restés à la maison jusqu'a 5h du mat! mon stock de bière, de pâtes et de gâteau est à sec Aller, on commence avec une série d'amas globulaire, pour que tout ce beau monde puisse jouer avec le joystick, le focuser et taquiner de l'histogramme (1min d'empilement) M3 M13 M29 M56 M92 M5 On passe sur des cibles qui font toujours leur effet! (24 min d'intégration pour chaque...sauf M51 mais je sais plus combien!) M65 & M66 en mode Schtroumpf, ça change des Necromanger... @alpine M101, toujours en mode Schtroumpf M51 qui a remporté le suffrage de tous mes invités...garçons comme filles, tout le monde est reparti avec sa photo souvenir sur son smartphone. NGC2537 20 minutes d'intégration NGC2683 15 minutes d'intégration NGC3738, une galaxie naine 15 minutes d'intégration NGC4725 24 minutes d'intégration
  16. 5 points
    Session du 02/03/2019 On commence avec un petit canasson, juste pour s’assurer que tout fonctionne normalement…et de toute façon c’est la seule partie du ciel qui soit exempte de nuages. 2 min d’intégration, avec des poses de 15s Comme je suis dans la région, je me dit que je vais faire un petit détour par Le Grand Chien, pour un petit défi perso : NGC 2207 (mag 11), car basse sur l’horizon, mais surtout entre un arbre et un lampadaire. J’ai pu la suivre 7 minutes avant que le lampadaire ne gagne la partie ! 18 X 15s…et je commence à m’apercevoir que mes darks sont pourris et ce n’est que le début !!! M97, nébuleuse du Hibou, ou NGC 3587 est une nébuleuse planétaire située dans la constellation de la Grande Ourse. (96 x 15s) Arp 188, La galaxie du Têtard, est une galaxie spirale barrée disloquée située dans la constellation du Dragon à environ 400 millions d'années-lumière (125 Mpc) de la Voie lactée. Elle est remarquable par sa queue de marée longue de plus de 280 000 années-lumière (86 kpc) contenant de nombreux amas stellaires riches en jeunes étoiles bleues. Il s'agit d'une galaxie en interaction résultant probablement du passage d'un compagnon plus petit, visible à travers les bras à l'opposé de la queue, celle-ci étant sans doute un bras de la spirale littéralement « déroulé » par les forces de marée galactique produites par le compagnon incident. Elle est 2,8 fois plus grande que la Voie lactée, elle contiendrait plus de 300 milliards d'étoiles. C’est pas moi qui le dis..c’est Wiki ! c’est une cible que je n’ai pas l’habitude de voir, encore moins en VA…je me suis dit "en avant Guingamp" Le têtard, mag 15 (96 x 15s)…et ma première supernova !!! M91 (mag 11) et NGC 4921 (mag 11.3) deux galaxies spirales située dans la constellation de la Chevelure de Bérénice. Et mon premier Quasar🤘…merci à @pejive pour le virus de l’astrométrie ! 96 x 15s Les galaxies des Antennes, mag 11 (également appelée NGC 4038 / NGC 4039) sont une paire de galaxies en interaction situées dans la constellation du Corbeau. 96 X15s NGC 5905 et 5908 sont un couple de galaxies dans la constellation du Dragon. NGC 5905 est une galaxie spirale barrée vue de face avec une barre d'étoiles bien visible traversant le noyau. Sa compagne NGC 5908 est une spirale vue par la tranche ressemblant étrangement à la galaxie du sombrero M104 en réduction. Ces deux galaxies sont de magnitude 12. Content de cette soirée improvisée, vu les nuages en début de session c'était pas gagné. Seule ombre au tableau, j'ai eu pas mal de bending vertical du à mes Darks, donc obligé de tirer sur l'histo pour qu'il n'apparaissent pas trop, mais j'ai bouffé du détail. @+ les amis!
  17. 5 points
    Plus de 27 heures de poses L Ha RGB avec les deux ASA20' mises à disposition des clients par Chilescope. Un traitement d'assemblage entre ces couches pas facile pour préserver les jolies couleurs, les drapés des nuages et la finesse des détails.
  18. 5 points
    Faudrait peut-être moins se la ramener alors...
  19. 4 points
    Bonjour, Voici une prise sur la galaxie NGC 660 dans les poissons, une belle "torturée" Les couleurs proviennent d'une image réalisé par Florian Signoret, un célèbre astrophotographe de mon club, merci à lui. Il y a 75 poses de 3 minutes en L binning 1 x 1, le cœur de la galaxie est constitué des 10 meilleures poses pour gagner en définition. l'ECH en 1 x1 est de 0.63"/px. Astrosib 360 + caméra STL 11000 , traitement pixinsight + php. Acquisitions en auto avec Maxpilote, refocus toutes les 40 minutes . J'ai un énorme problème de trame, j'ai du mal à définir définir d'où cela provient, bien sûr il ,faudra investiguer mais pour l'instant je ne vois pas, cela ne semble pas provenir des DOF, reste donc les brutes qui avaient étés acquises avec du dithering, je pense peut être à un conflit logiciel entre mes 2 caméra SBIG ( celle d'acquisition STL 11000 et celle de guidage ST 2000) j'ai déjà eu des soucis de cet ordre: si elle tourment avec le même logiciel d'acquisition j'ai de grosses bandes noires dans la partie haute de l'image, si elles sont sous 2 softs différent, je n'ai plus le problème. Pour en revenir au problème de trame, la cause est difficile à déceler car elles ne sont vraiment visible qu'en sortie de stacking, sur une brute pré-traitée, à part le gradient tout semble correct. Tous les avis sont bon à prendre. Image réduite et croppée sur la galaxie: La trame qui me pourri le fond de ciel: Version full à la taille d'acquisition: http://astro.equinoxe.free.fr/images/images_constelations/poissons/NGC_660_full.jpg Jean-Claude Mario.
  20. 4 points
    Bonne et heureuse année à tous ! J'ai profité de vacances dans le Queyras pour faire quelques photos en mode "touriste" depuis le parking de la location. J'avais emmené mon Pentax K-1 Mark II avec le Samyang 135 f/2 sur pied photo, donc sans monture équatoriale 😉 Heureusement le boîtier a une fonction "astro-tracer" qui permet un suivi (limité) par déplacement du capteur Pour la nouvelle année j'ai tenté d'imager les IFN autour des Pleïades, je n'étais pas sur d'y parvenir sans monture mais finalement ça donne quelque chose 142 poses de 30 sec à 800 ISO, f/2, 30 darks, 15 flats et 15 bias, prétraitement Siril, traitement basique Rawtherapee et essai de réduction d'étoiles avec Gimp astronomy plugin Dan
  21. 4 points
    Salut, vu la météo calamiteuse de ces derniers mois j'ai cherché au fin fond de mes cartes SD s'il restaient des images à traiter... J'ai trouvé ça : Lever de lune sur la Meije depuis le rivage du Lac Lerié sur le plateau d'Emparis, en juin dernier
  22. 4 points
    Quand l’ISS va à la rencontre de Saturne… « ou presque » ! 2 Juillet 2019 - 4h58min12sDenis HUBER, Georges ATTARD, Jean Marc MARI, Alain MAURY Club GAPRA - AntibesVidéo complète : https://www.youtube.com/watch?v=2Nezipbd9TYTout commence un Samedi 22 juin, où après un transit de l’ISS devant le Soleil réalisé à Fréjus, deux amis Gapristes lancent un challenge sur le forum du club… un transit devant Saturne le 2 juillet ? Bon, ça ne va pas être facile. Ça se passera à 13° au-dessus de l'horizon et dans les vallées alpines, quasiment impossible me lance Jean Marc MARI…Puis, relayé quelques instants plus tard dans la soirée par Alain MAURY avec le message suivant : Pour l'ISS devant Saturne, à mon avis ce n’est pas gagné, il faut d'une part que la trajectoire coïncide (ça c'est faisable) et que les images soient prises à une cadence bien élevée, pour ne pas avoir une image où l'ISS est "avant" Saturne, puis la suivante "après" Saturne. Si ça marche par contre c'est l'apod tout de suite (apodus subitus ). C'est vraiment un truc d'astronome amateur, toute une préparation, balader des dizaines de kg de matériel, pour 0.56 secondes de bonheur Un truc « impossible à faire » à 300km d’Antibes à 3h de route et à 5h du matin ? Après une longue réflexion d’une seconde et 3 dixièmes…. Je me dits : « Trop Cool // Action », décision d’autant plus facile que j’avais rendez-vous dans la foulée sur Annecy pour le boulot à 10h30. Planning au top, optimisation du temps et des efforts. Bref, un contexte idéal !Il me faut donc un équipier pour m’aider à trouver le/les meilleur(s) spot(s),« au bon endroit & au bon moment… ».3 clicks plus tard et hop Georges ATTARD se déclare volontaire, sans trop savoir lui non plus dans quelle aventure il allait s’engager !Très rapidement nous comprenons que cela ne sera pas facile, mais pas facile du tout ! - Pour fixer les idées : on cherche à aligner Saturne distante de 1,3 milliard de kilomètres avec l’ISS qui était à 1200 km et qui se déplace à 27 800 km/h… tout ça à travers les Alpes de Hautes Provence entre Sisteron et le col de Lus la Croix Haute ! avec une hauteur sur l’horizon de +18° SSW juste avant le lever du jour- Trouver « le » lieu d’observation et être capable de se déplacer en cas de mauvais temps ou de léger changement de trajectoire de l’ISS…- Eviter les montagnes- Eviter les champs cultivés et les arrosages automatiques- Être au calme pour ne pas se faire virer la veille au soir par les propriétaires…- Le logiciel Prism a été utilisé avec mise à jour des fichiers TLE pour les prévisions de passage de la station ISSJ’ai aussi rapidement compris qu’il me faudrait dormir dans la voiture pour :- Idéalement : tout régler la veille au soir le télescope (Collimation & l’ADC)- Me réveiller 1h avant l’heure « H » pour affiner la MAP et tout vérifier- Shooter l’ISS- Tout replier et aller à mon rendez-vous à Annecy. Jamais fait, mais bon… ok ! & Action… Test de matelas gonflable le weekend précédent, sac de couchage, chargement des batteries du télescope, une batterie externe, lampes, 2 ordinateurs, convertisseur de tension, appareil photo, trépied… « tout est nickel » Je vais essayer malgré tout d’aller à l’essentiel car sur 48h autour du transit je n’ai dormi que 4h (et encore… à moitié) et donc il s’en est passé des choses pendant ces heures, ces minutes et ces secondes… partage de stress, de rire, de peur, de rire, de joie, bref, une belle aventure humaine comme nous les aimons tous.Après une dizaine d’heures passées avec Georges à trouver le site idéal, la vallée de la Durance a été arrêtée, aux alentours de Serres / Montclus… (j’aurais tant aimé y faire mon transit… à Montclus…. Et bien non... la dernière trajectoire affinée de l’ISS rend impossible cette option). Donc arrivée aux alentours du village d’Aspremont (05) vers 19h, repérage des premiers champs séparés par quelque beaux et bons chemins carrossables. J’avais repéré sous Google Streetview un petit resto dans le village mais raté : « fermé le lundi soir ». Direction donc le village de Serres pour manger un bout. Après une bière et un plat de pâte, je demande à Georges de recalculer la trajectoire prévue pour 21h et donc affiner le point d’observation. Et zut… tout bouge encore de près de 1000m d’impact au sol direction SE… Bon, il fait encore jour pas de soucis pour vérifier la qualité du site et me permettre de m’installer mais nous comprenons que 1000m d’écart à H=-8heures… cela nous imposeraient de recalculer au plus juste avant l’heure « H », sinon c’est foutu pour nous : aucune chance d’avoir l’ISS sur le capteur.« Catastrophe », de gros nuages arrivent et les éclairs arrivent vers 22h / 22h30… je range tout le matériel sans même l’avoir utilisé, ni même réglé. Par chance, les vents sont orientés vers le Nord Est et m’épargnent. Bilan des courses : 23h, rien fait, rien réglé. Le temps de tout ranger, il faisait nuit donc les papillons de nuit et les moustiques sont arrivés… dans la voiture puisqu’elle était ouverte. Youpi…. Heureusement j’avais des restes de pschitt-pschitt de retour de Guyane donc action… pschitt-pschitt dans la voiture (j’ai dû perdre 1 ou 2 jours d’espérances de vie à respirer ces produits…). Bref, je me couche et là…. Waou, le ciel se découvre au Sud en direction de Jupiter : je réinstalle mon télescope, ordi batterie pour faire les réglages sur mon ADC, mise au point etc…. Et là : grosse déception : Jupiter est dans une turbulence énorme, forme de patate, de ballon de rugby, tout y passe… impossible de faire la mise au point mais je règle les défauts chromatiques avec mon ADC ! De gros nuages arrivent à nouveau et les éclairs arrivent vers 23h30… je range tout le matériel une deuxième fois dans la voiture et donc … avec les papillons de nuit aussi ! Je me couche, dodo… Réveil fixé à 3h45.Nouvel évènement pour égayer la soirée : des éclairs de tous les côtés, il est minuit… je ne dors pas et je commence à me dire que si saturne sera aussi pourrie que Jupiter, ce transit allait être ridiculement raté… je décide donc de regarder la fenêtre de la voiture et je me sens l’âme d’un Storm Chaser… (en plus de la bière j’avais pris un génépi… ça aide !). Opération photo d’éclairs dans le champ ! Je récupère mon APN et mon trépied et je profite d’une belle éclaircie qui semble s’installer… la voie lactée est magique, les éclairs en arrière-plan rendent la nuit magique. 0h45 enfin dodo, mort d’épuisement.« Tic tac », 3h45 le réveil sonne… Georges était déjà réveillé à reprendre les calculs de trajectoire et d’impact au sol, il est 4h du matin, j’ai le nouveau point de passage, je dois tout déplacer de 150m… je dois tout remettre dans la voiture et réinstaller en contrebas du champ, reste 58 minutes… je plie la table, je m’écrabouille un doigt, la rosée était déjà là, tout ce que j’avais laissé dehors était trempé, zou, je file, je m’arrête rupture de pente, je contourne, je remonte, je redescends : zut, un champ cultivé… je trouve un juste compromis et je m’installe dans un champ de luzerne en jachère. Le sol est meuble, c’est trempé par terre, j’ai froids : il fait 13°C, j’ai mal au doigt & j’ai du sang de partout sur mes affaires… pas le temps de me plaindre « action »…. Le trépied est posé avec le télescope, l’ordi est branché. J’avais pour idée de faire un triple suivi : - Meade Lx90 à 2 000 mm de focale + zwo 290mc + zwo ADC + mon PC perso en usb3- Lunette en parallèle mini-Guidescope QHY + QHY5L2C + mon PC pro en usb2- Canon 700D + tokina 11-16 en Timelapse Je branche tout : la batterie lâche… les ordinateurs s’arrêtent car ils n’ont plus de batterie de la veille & ils mettent très longtemps à redémarrer (checkdisk). Il est 4h30 du matin // j’utilise la prise allume cigare 12V de la voiture, la voiture cale… les ordinateurs redémarrent à nouveau, il est 4h40 du matin // je décide de laisser tomber l’option miniguide scope / je lance le timelapse avec l’APN et mon intervallomètre il est 4h45, il reste 13 minutes. Je recale mon télescope car un pied s’est enfoncé dans le sol… impossible de suivre saturne plus de 30 secondes sur le capteur, bon « ok », je joue avec la raquette en live…. Je reconnecte la caméra, il est 4h50 : non reconnue / je relance l’application 2 fois… 4h55 ouf…. C’est ok. Réglages rapides à 1,7ms puis modifié à 1,3ms gain à 530/600 pour figer au mieux l’ISS par rapport à Saturne. Une rapide surexposition pour vérifier l’ADC : tout est ok de la veille ! incroyable… vérification de la mise au point : Réglages « ok » / reste 1 minute !…. Georges est inquiet, je ne lui réponds plus… je suis inquiet aussi 4h58’00 : l’ISS arrive dans le ciel, éclairée par le soleil ! L’acquisition est en cours… ok tout est nickel…4h58’12s : je la vois traverser le capteur en direct sur l’écran de l’ordi ! Yippeee… « in the box » - 0,56s de bonheur comme diraient certains Mais cela dure une éternitéJ’appelle Georges, « heureux », transfert de quelques images sans plus attendre par Whattsap . Ouf….Le seul problème : c’est que l’on veut déjà recommencer pour faire mieux !... « Incorrigibles » Timelapse_TRansit_complet_vdef.mp4 ISS & Saturne.pdf
  23. 4 points
    Voici une contribution intéressante à plus d'un titre : D'abord, je relève que notre ami semble avoir abandonné sa négation du réchauffement, et même, si j'en juge par ses points 2 et 4, les fadaises à la François Gervais sur les doutes quant à notre responsabilité. Cela nous fait déjà une base de départ plus saine (il faut dire que les faits sont têtus...). On passe donc à une argumentation sur les supposés bienfaits du réchauffement. Il y a là une double illusion, basée d'une part sur une méconnaissance des phénomènes impliqués, et d'autre part sur une incompréhension de la notion de moyenne. Sur ce dernier point, le GIEC a une part de responsabilité. Quand on parle de réchauffement moyen de deux ou trois degrés, une bonne part de la population comprend que les températures vont augmenter régulièrement et uniformément de cette valeur. Il n'en est évidemment rien, le climat est une machine complexe dont les réponses ne sont pas linéaires, l'augmentation n'est en aucun cas uniforme en surface, ni surtout en valeur : une des conséquences les plus claires est l'intensification des variations extrêmes, du type de celles que nous avons vécu avec les canicules. Il y aussi le fait que dans nos pays, de simples variations diurnes dépassent largement les valeurs annoncées comme critiques : la notion de moyenne échappe au commun des mortels. Largement propagée par les lobbies, il règne aussi en Occident l'illusion que la chaleur est bénéfique : ne doit-on pas chauffer en hiver ? Le froid n'est-il pas désagréable ? C'est oublier qu'on se défend bien plus aisément contre le froid que contre la chaleur, et ignorer que tous les réchauffements connus dans le registre fossile se sont traduits par des extinctions massives, l'exemple le plus clair étant celui de la base de l'Eocène. A contrario, les eaux les plus fertiles sont (étaient...) les zones circumpolaires, et non, comme on le croit souvent, les zones tropicales. C'est oublier aussi que l'homme ne survit pas à une température supérieure à 43° sur le long terme. Et encore, pour les jeunes en bonne santé.... Enfin, la méconnaissance des phénomènes est claire dans les exemples fournis. Le point 1 ignore superbement les conséquences dramatiques d'une fonte massive des glaces, depuis la montée des océans jusqu'aux modifications de la circulation océanique, le point 2 ignore que l'exploitation de l'Arctique n'est aucunement freiné par le climat (les compagnie pétrolières forent allègrement en Sibérie, et depuis des années...), le point 3 ignore les conséquences catastrophiques de la fonte du pergélisol, depuis la libération des hydrates à celles des virus et bactéries, en passant par la solifluxion qui rendra des régions entières inaccessibles. Le point 4 dévoile l'ethnocentrisme de la démarche, à usage exclusif de notre Occident. Le point 5 est particulièrement naïf en liant grippe et températures, les seules conséquences prévisibles constatées étant la propagation des vecteurs de maladies tropicales, dont je puis témoigner que la liste en est inépuisable. Enfin, le dernier point semble oublier -ce qui semble curieux pour un astram- que la température n'est pas, et de loin, la limite principale à l'extension végétale : les végétaux ont un besoin vital de lumière, et les zones polaires ne vont pas bénéficier de plus d'éclairement. Au-delà, il y a aussi et surtout une incompréhension de la réalité du phénomène : un changement brutal s'appelle une catastrophe, qu'il aille dans un sens bénéfique ou maléfique. Et nous ne nous dirigeons nullement vers un nouvel état d'équilibre, juste un peu plus chaud, mais vers une instabilité dont nos descendants nous subirons les conséquences sans plus pouvoir les combattre.
  24. 4 points
    Bonjour, Voila un petit accessoire qui fait mon bonheur. J'observe le plus souvent dans des environnements ou la pollution lumineuse est directe (lampadaire, lumière du salon, fenêtre du voisin, etc.). Et en ciel profond je suis souvent obligé de coller mes mains sur le côté du visage pour éviter une gène. Je cherchais depuis quelque temps une solution simple et amovible pouvant être adaptée d'un instrument à l'autre. Je l'ai trouvée ! C'est une bonnette tissu, relativement élastique, qui s'adapte sur jumelles ou tête bino. Je ne l'ai pas encore essayé de nuit, mais de jour c'est déjà convainquant. je n'ai plus aucune lumière latérale. Il reste un tout petit espace non couvert sous le nez. Disons qu'on est à 95% d'obstruction. Voilà à quoi ça ressemble : C'est une marque américaine (Alpine - Bino bandit), pas vraiment distribuée en Europe. J'ai du l'acheter sur ebay. A la base c'est un accessoire de chasse je crois. Ça marche aussi sur tête bino. 2 remarques tout de même : - J'ignore la durée de vie. J'espère ne pas agrandir les trous trop vite. Auquel cas ça ne tiendrait plus. - C'est assez cher pour ce que c'est (24€). M'enfin vu le service rendu ... Et le prix des filtres pour attaquer les dentelles ... Je ne me sens pas floué.
  25. 4 points
    Hello, Quelques belles nuits depuis quelques semaine ont permis de retourner sur ces objets incontournables de cette période de l'année. Helix est vraiment basse depuis les hauts-de-france, pas évident de cumuler les poses avec un tube proche de l'horizontal 😉 1h de luminance et 1h30 de Ha pour celle-ci. Pas le temps pour la couleur... Beaucoup plus haut, la belle bulle NGC7635, bien plus facile du coup en comparaison. Une couche de luminance, une de Ha et un peu de RVB pour coloré tout cela. Pas de Ha dans le rouge pour éviter que toute l'image vire au rouge. Tout cela avec le setup habituel: Newton 250 f/4 sur G11, QHY22 derrière un paracorr donne 0.8"/pix. Romain.
  26. 4 points
    Salut, Météo solaire du 22/07/19 , shooté avant l'arrivée des 42°:) Taka FS60, glasspath 1.7, SM40 type1,BF10, Asi178 Manu
  27. 4 points
    Hi, Très belle nuit aujourd'hui en Bourgogne nord 2 films de Jupiter au Newton 200/1000 + barlow + ADC (grandissement 3.6), caméra ZWO ASI 224, filtre UV/IR cut . (Echantillonnage 0.215) Logiciels : FireCapture, AS!3/AS!2, R6 (auto-balance), DStation, Gimp 1er film : 2600 images retenues sur env. 15300 (durée du film : 99s) 2 jupis : taille d'acquisition + zoom 120% 2er film : 5000 images retenues sur env. 11300 (durée du film : 101s), traitement un peu différent (normalisation DStation ....) 2 images : taille d'acquisition + zoom 110% Perso, je préfère le traitement 2. A+ GO
  28. 4 points
    UNE VEILLEE GALACTIQUE AU VOLCAN Bonsoir à tous, L'hiver approche enfin avec sa relative fraicheur. Il est grand temps. Au volcan, ce fut particulièrement sensible, le mercure ayant affiché hier soir un petit 9°. Ajoutez à cela un petit vent du sud bien vif par moments, et le ressenti s'avère encore plus délicat. C'est armé du C11 que j'ai arpenté une nouvelle fois la route du volcan. Les premiers kilomètres furent assez inquiétants : goudron humide témoignant de quelques chutes de pluie mais, fort heureusement, à quelques centaines de mètres de la plaine des Sables, un splendide ciel bleu me promettait une belle veillée. J'installe paisiblement le matériel. Pas la moindre présence humaine aux alentours, rien que le silence du lieu et le son du vent. C'est magique...Je me couvre rapidement, équipé entre autres de mon bonnet fétiche tout droit sorti d'une boutique de Chamonix... Je mets en station la monture et attends puis je décide de pointer, histoire d'attendre la nuit noire, l'amas du Cancer Messier 67. La Voie Lactée traverse le ciel de part en part, avec en prime la Croix du Sud et le Centaure. Au loin de sombres nuages défilent mais plus bas, ne représentant aucune menace pour ma veillée... Je pointe alors ma première galaxie de la soirée : NGC 4244 de la constellation des Chiens de Chasse. Le C11 se dirige lentement et silencieusement vers cette magnifique galaxie. Elle est vue de profil, et offre un noyau bien marqué et assez étendu. La galaxie n'en finit pas de s'étirer. C'est une merveille ! T280mm, X125-164 Je saisis alors ma raquette de commande pour diriger le télescope vers une autre galaxie célèbre : celle du Lion, et nommée NGC 2903. Moins étendue que la précédente, elle n'en est pas moins intéressante à observer et révèle comme deux courbures subtiles avec un noyau et une barre assez marqués. Je reste frappé par l'aspect si diffus et pourtant si riche en détails de ce genre d'objet sitôt que l'oeil scrute le moindre contraste... T280mm, X125-164 Je marque une pause dans mes dessins et aperçois alors le Corbeau au zénith. Difficile alors de résister à pointer même quelques instants la célèbre galaxie du Sombrero. Que dire...A 215x, la bande sombre frappe la rétine de l'observateur, le noyau, presque brillant, nous laisse imaginer la présence ténébreuse d'un énorme trou noir. Aucun dessin, simplement de longues (mais trop courtes) minutes de contemplation passive. J'emprunte alors à nouveau le chemin du Lion et m'attarde sur un autre joyau : Messier 66. C'est la seconde fois que je la visite et dessine au C11. Cette galaxie offre une étendue en vérité impressionnante, surtout en vision décalée. Sans la moindre ambiguité, des spirales se dessinent et traduisent l'enroulement global de l'objet. T280mm, X125-164 Je ne résiste pas alors à jeter un oeil sur NGC3628 faisant partie du trio. Quelle surprise d'observer avec une netteté incroyable la bande sombre qui divise en deux cette longue galaxie...Pas de dessin non plus pour celle-ci, mais une image gravée dans l'esprit et qui demeure comme une invitation à une prochaine nouvelle visite.... La soirée défile ainsi au fil de ces mondes lointains. Je finirai comme en apothéose par une vue hallucinante de beauté de l'amas des Bijoux de la Croix du Sud, au Nagler 31mm. L'amas. En toute honnêteté la photo qui suit reflète avec une fidélité étonnante la vue offerte à l'oculaire. Le dessin effectué il y a peu depuis les bas de l'île n'est alors qu'une piètre esquisse de ce qu'il m'aurait fallu dessiner hier... L'amas baignait, tels les Pléiades, dans une nébulosité sublime. Jugez plutôt : Et comme cela ne suffisait pas, c'est dans les méandres de l'Eta Carène que j'ai fini ma contemplation. Sublime, une nébuleuse qui donne tout son sens au mot cosmique. Le grand champ du Nagler n'a alors jamais autant mérité son surnom de hublot...Là aussi je vous offre une photo qui illustre à merveille la vue de cette région du ciel à l'aide du C11. Une photo ai-je dit ? Non, clairement ce que j'ai ressenti et vu à l'oculaire si l'on excepte les nuances rosées de la photo... C'est plein de belles images en tête comme vous pouvez l'imaginer que j'ai rejoint le littoral, roulant paisiblement et rêveusement une heure trente durant, voyant au passage le mercure grimper peu à peu... Bon ciel à vous tous ! gildas.
  29. 4 points
    Une reprise d'une image de 2017 avec 8 heures de Ha et de L en plus et un nouveau traitement. La full est ici https://www.astrobin.com/full/340800/C/?nc=
  30. 4 points
    Bonjour à tous, Après avoir tenté de titiller le coeur d'Orion en poses rapides,je lui ai tiré le portrait en grand champ et en poses "longues" à l'apn.Dans mon coin la nébuleuse est en pleine pl ce qui m'a donné pas mal de fil a retordre pour grapiller du signal.Je suis resté à 120" de poses unitaires pour ne pas trop faire monter le fdc malgré le filtre cls. J'ai donc fait deux sessions une le 23/02 et une autre Le 24/02.La session du 23 a été plus compliquée avec des nuages d'altitude qui m'ont bousillé pas mal de poses. On commence a deviner les nébulosités autour mais bon pas pu en tirer plus. Voici donc le résultat sur les deux nuits,le coeur est un peu cramé c'est de ma faute j'ai eu la flemme de faire des poses plus courtes😬... Setup: Skywatcher 80ed+Correcteur,heq5,Canon 1200d Défiltré Astrodon+filtre CLS, guidage T7c. En espérant que le résultat vous plaira. -La Full 155x120" à 800 isos: Bon ciel!
  31. 4 points
    Salut ! Le beau temps m’a laissé l’opportunité de capturer une sublime rencontre entre la comète du moment C/2018 Y1 et la petite galaxie NGC2903. La vidéo se compose de 300 images de 30 secondes chacune en bin2. La comète est assez lumineuse mais la queue d’ions se distingue assez peu. Il faudrait pouvoir poser plus longtemps mais le problème c’est qu’elle est très rapide ! Il fallait donc trouver un compromis afin de détecter le plus de détails possible et ne pas avoir un noyau cométaire allongé. Concernant le traitement, j’avoue en avoir bavé. Le principal souci ayant été la variation des niveaux du fond de ciel. En effet, la comète n’était pas bien loin de lune. Je me suis donc retrouvé avec un fond de ciel très clair en début de prise et très foncé en fin de prise. Autrement dit, j’ai du faire la montée d’histogramme image par image. Je vous raconte même pas la partie de plaisir… J’ai utilisé le matériel habituel (disponible dans la description de la vidéo). Je précise que je n’ai toujours pas de guidage. Vous noterez que le suivi est plutôt excellent sur 3 heures ! J’ai eu énormément de plaisir à suivre cette rencontre en live. Il faut dire que cette comète, découverte le 20 décembre 2018 par M.Iwamoto, est très esthétique. Petite détail intéressant, elle a un période de 1371 années. Autrement dit, rendez-vous en 3390 pour une autre vidéo ! Voilà, j’espère que ce petit timelapse vous plaira. Il y a passablement de bruit mais la lune a vraiment posé beaucoup de soucis. A bientôt !
  32. 4 points
    BonjourCela faisait longtemps que je ne m'étais pas attardé sur andromède alias M31. Cette année je m'y suis pris de bonne heure avec la moravian kaf 8300 et la WO star 71.Sur 2 nuits avec la lune , ce qui m'a fait perfectionner mon pré traitement , notamment l'importance d'avoir de bon flats avant de travailler le gradient. L 60 x 5min ( + 20x30sec ) , RGB 8(x3) 5 min , Ha 10 x 5minSGP, Pix , Ps Changement de version 5 octobre 19h30 astrobin s Bon ciel Ps ; les copier/coller font ressortir le texte du post étrangement
  33. 4 points
    Salut, Voilà enfin le résultat : image à 40%, et compressée Je suis mitigé : il reste quelque défauts liés à l'assemblage des tuiles (faut les chercher aussi), et la couleur est peut être à revoir. Mais les nébuleuses ressortent bien. C'est tout de même un sacré boulot les mosaïques en grand champ Aller, dites moi ce que vous en pensez. Ah oui, une petite question, qu'est ce c'est que cet "objet" près d'Albireo. J'ai fait une grosse réduction d'étoiles pour rendre les faibles filaments visibles. ça pourrait être sympa de cadrer cette cible.
  34. 4 points
    Bonsoir à tous, J'ai pu profiter d'une soirée pas trop agitée le 07 septembre mais rien obtenu en RVB ! Je suis quand même content des détails obtenus sur une planète aussi basse, elle monte mais ça ne fait toujours que 15°40 ! Puis suit la grosse rouge une série de mosaïques, j'espère que le format ne vous fera pas trop vous tordre le cou. J'étais parti pour faire un quartier complet mais il faut une certaine habitude est une stabilité constante, ce qui n'a pas été le cas puisque la turbulence n'a pas été la même pendant les captures, parfois même des zones étaient complètement. Pour couronner le tout, les nuages sont arrivés lorsque j'imageais le Golfe des Iris... Ce n'est que partie remise je l'espère On commence par Mars avec une version où j'ai volontairement booster les détails en traitent fort (IR 685), j'aime bien Mars dans ce sens mais j'ai également pris le soin de mettre l'orientation sur la deuxième image j'ai également triché sur le tour extérieur de Mars, avec ce halo disgracieux du côté gauche ! Petite comparaison, j'ai utilisé 3 filtres le RG610 (pour voir la différence entre le 685 il y aurait fallu un turbu à peine plus stable), le 685 et le 742 mais en fin de capture où c'est devenu très agité ! Partie lunaire du 03/09/2018 : Zwo IMX 174 et filtre RG610, pas assez bon pour le filtre vert. L'un de mes classiques préférés, Copernic : Le Golf de Iris... Tronqué, les nuages arrivaient en masse ! Aristarque et une partie des monts des Carpates : J'aime beaucoup ce coin là. Reiner Gamma (en au à gauche, j'adore cette formation) et le cratère Reiner, à droite le fameux Kepler ! Cratères Gassendi (à gauche) et Guerike (le plus grand complètement à droite). Le joli cratère du bas est Bullialdus : De Grimaldi à Lansberg : C'est toujours une sensation fantastique de voir le limbe lunaire éclairé, en bas au centre, le cratère Seleucus. En haut (sombre en forme de fer à cheval) Lavoisier : Bon là ce n'est pas une mosaïque (si en fait une petite de 2) mais j'avais envie de mettre ce plan, j'aime bien toutes ces ombres et Platon (pas facile à traiter d'ailleurs) : La difficile collim de cette nuit là.. En fait elle a toujours cette gueule là la figure d'Airy, c'est grave docteur ? Enfin en pleine action sur Mars presqu'au méridien et presque dans la rambarde (certains vont se demander mais qu'est-ce que c'est que tout ces fils... C'est pour faire croire que c'est compliqué) : Voilà, j'espère que ces images vous ont plu ! Bon ciel à tous. Will
  35. 4 points
    Bonsoir à tous ! Nouvelle Mars du 21 août, conditions en retrait par rapport à la dernière postée mais laisse entrevoir quelques détails. J'ai également traité plus fort, la transparence n'était pas géniale ! A bientôt je l'espère avec de nouvelles images. Bon ciel à vous !
  36. 4 points
    Bonjour, Cela fait longtemps que je ne suis plus intervenu concernant les constructions de Pierre. Je constate que ses télescopes font toujours couler beaucoup d'encre et appellent toujours autant la polémique... C'est bien dommage et je vais vous donner mon retour d'expérience après 5 années passées avec un DF 600 ouvert à 3.2, miroirs FG. Commençons par les particularités de ma commande de l'époque: Barillet massif 27 points / tubes carbone 40 mm / base renforcée équipée de vis et écrous pour effectuer une mise à niveau précise / motorisation + GOTO/ Feathertouch avec course de 2.5". Le télescope m'a été livré fonctionnel avec une réponse complète au cahier des charges énuméré ( il est vrai que j'ai suivit et embêté Pierre tout le long de la construction), le barillet est notamment surdimensionné et parfaitement réalisé. En y regardant de plus près, quelques soucis de finitions ont été à déplorer ( vis dépareillées, quelques ajustements à reprendre, chemin de roulement en alu ( cela marque avec le temps..) axe de rotation central azimut trop faible à mon gout ( même modèle que obsession)). Cela n'a jamais nuit au bon fonctionnement du télescope, mais, comme certains d'entre vous, je me suis lancé dans une optimisation dans les règles: remplacement de l'axe azimut par un véritable palier lisse renforcé et surdimensionné, chemin de roulement en inox, reprise et uniformisation des visseries, plus d'autre joyeusetés de différents niveaux. Sortie de toutes ces interventions, je me suis retrouvé avec un engin correspondant à mes exigences assez élevées. Ce télescope a pas mal voyagé et a été manipulé par nombres d'autres personnes ayant pour la plupart des gros diamètres américains et Français... Les différents montages font ressortir une bonne reproductibilités des alignements et des reprise minimes pour effectuer la collimation. Ce qui ressort le plus sont la stabilité et la rigidité exceptionnelle de l'ensemble ainsi que la qualité très au dessus de la moyenne des images obtenues avec des grossissements appliqués de plus de 2000 fois sur les planétaires quand le ciel nous en laisse la possibilité. Le télescope est toujours dans un état proche du neuf, aucune dégradation n'est à déplorer. Il faut effectivement réviser l'engin de temps en temps et contrôler les différents serrage. Je reste toujours persuadé que la conception de base est excellente et fait partie des meilleures solutions que l'on peut adopter. La structure est posée avec un centre de gravité qui assoit littéralement le télescope au sol et contribue à cette rigidité que je n'ai jamais rencontré avec les télescopes des copains. Alors oui, il y a des soucis. Et c'est d'autant plus dommage que cela pourrait être résolut dès la construction par une meilleure écoute et une attention plus soutenue sur la finition de l'ensemble. Nous ne sommes pas au niveau des constructions SV, mais la comparaison des images finales ne prête pas a avoir des complexes, bien au contraire. Après utilisation , ce télescope est presque toujours convoité par les personnes l'ayant manipulé. Je reste dubitatif sur la plupart des réactions et j'espère que Pierre entende et réagisse en conséquence, il ne manque pas grand chose pour en faire des instruments d’exception...
  37. 4 points
    Ah, ça m'arrive aussi plus souvent qu'à mon tour De nuit, on repointe rapide, mais de jour une seule occasion sauf énorme coup de chance. Et ce transit solaire a effectivement eu lieu. Il a quand même fallu sortir de mon jardin et faire cinq kilomètres pour assurer le coup, car j'étais juste sur le bord de la zone de passage et de plus une manœuvre de l'ISS était prévue ce jour et les données ont changé trois fois en trois jours. Au final, j'étais super bien installé entre deux petits étangs au centre d'un petit lotissement, un Martin pêcheur m'observais d'une quinzaine de mètres à ma gauche et un héron se tenait plus précautionneusement à une trentaine de mètres à droite. On a maintenant plus de faune en ville que dans la campagne et bien moins farouche aussi Installation du matériel(équatobson de 250mm avec filtre astrosolar récemment confectionné), montage du smartphone derrière l'oculaire de 7mm pour avoir une ISS de taille respectable, lancement de la vidéo vingt secondes avant l'heure prévue et arrêt trente secondes plus tard. Avant de remballer, une petite initiation astro diurne pour les jardiniers de la ville qui passaient par là et étaient bien étonnés de voir Vénus en plein jour puis retour à la maison et développement du film. Vu le grossissement l'ISS n'apparait que sur huit images et dans le quart supérieur du champ vertical, mais cela valait bien un petit gif que voilà : Et la meilleure vue à 100 et 200 % : Le 7 juillet au matin, un transit lunaire depuis mon jardin si les nuages le veulent bien et après je vous fous la paix avec mes images daubées
  38. 4 points
    Salut, la nuit dernière, grosse insomnie qui m'a fait sortir du lit vers 1h. Tant qu'à ne pas dormir, autant tenter du Jupiter. Je chausse l'ADC dans le PO du T406, la bino vient ensuite, avec la barlow 3X montée dans le nez de l'ADC j'ai 500X environ avec une paire d'ortho 18mm. Et là je constate que les insomnies font bien les choses : le seeing est très bon. Comble du coup de bol, la GTR est idéalement placée, avec un Ganymède juste à côté du globe. Pas de temps à perdre, le bon seeing il faut le saisir sans tarder car il s'en va aussi vite qu'il arrive, alors j'attrape les crayons et c'est parti pour un croquis. Globalement, l'image est très douce, fine, nuancée, bourrée de détails. La perception des couleurs profite aussi de ces bonnes conditions, on identifie bien les teintes des fines bandes alors que dans des conditions médiocres tout se mélange un peu. La GTR est impressionnante, son contour est d’une netteté totale, la teinte est orange saturé (comme ces dernières années). Le cerne gris foncé du pourtour de la GTR est très tranché lui aussi, à bords nets, et il contraste fort sur le fond clair. Le sillage de l'anticyclone est très complexe, on se perd dans les méandres. Ganymède montre des nuances d'albédo. Finalement, quel bonheur, cette insomnie Après presque 1h30 de dessin, l'image se détériore progressivement au fur et à mesure que la planète descend vers l'horizon. Cette année il faut vraiment profiter du petit créneau pendant lequel Jupiter passe au méridien ; aux environs de 25° d'élévation, quasiment tous les degrés comptent, et 25° est déjà nettement mieux que 20°. Le croquis, avec les heures notées à gauche : La finalisation : Mise en scène : Fred.
  39. 4 points
    Bonjour à tous, une nuit pleine de lune mais ça ne m'a pas empêché de sortir le matos. je cherchais à la base du Ha à faire mais il faut se rendre a l'évidence c'est pas encore la saison. M51 donc histoire de s'éloigner de la lune et 3h30 de pose en luminance avec le newton f4 et l'atik 460, la couleur provient d'une image faite en 2015. Traitement PI. Je me suis amuser en DRIZZLE car le seeing était bon mais a vrais dire ça n'apporte rien. Bon ciel Guillaume
  40. 4 points
    34 poses de 300 s bin1 en L, plus les RVB pour la luminance 3x8 poses RVB de 300s bin1 pour la couleur. 10 poses de 1200s Ha bin 2 pour les jolis jets de M106 Il faudrait plus de poses mais temps pourri jusqu'à ? Il y a beaucoup de galaxies en arrière plan Edit: Une version plus claire annotée.
  41. 3 points
    Salut Guillaume, Attention de ne pas friser la mauvaise foi ! Si on ne peut+veut+sait pas faire des poses de quelques secondes à 400 de focale c'est que - sauf handicap - on ne veut pas faire d'astronomie. Reste le traitement mais quand on voit les progrès de l'autostack (cf exemples en rubrique VA, alors que la plupart des VAtistes ne prétendent même pas faire des vraies "photo astro" mais juste garder un souvenir de leur observations numériques) ce n'est pas non plus un point de blocage. La majorité des intervenants dans cette discut sont d'accord pour dire que le stellina ne s'adresse pas à un public d'astrams et ce n'est pas en contradiction avec l'affirmation que cet appareil ne permet pas de faire de l'astronomie pratique de manière active. Pas plus qu'un gamer pourrait se prétendre sportif parce qu'il passe son temps sur un jeu vidéo de sport. Je n'ai rien contre l'existence du stellina car je veux bien croire qu'il y a un public pour vouloir se faire servir des photo astro sans lever le petit doigt (à part pour aller lâcher les 4000 boules) que ce soit pour apprendre ou pour manipuler. Aucun soucis vis à vis du projet de vaonis et leur souhaite en tant que société de réussir. Mais pas d'accord pour lire que le stellina est la solution à une méchante astro trop compliquée et qui ne permet que de sortir des photo moches si on n'est pas un expert. Hey les gars faut pas pousser quand même… Qui va te sortir des photo plus ou moins moches ? : les débutants qui sont en train d'apprendre et/ou les astrams qui testent du nouveau matos ou techniques et/ou ceux qui ont fait des images dans des conditions non optimales (il fonctionne bien le stellina en centre ville ?) et/ou les astrams qui ont choisi un matos plus long à maitriser notamment en terme de focale. A quoi ça vous sert de vous payer leur tête en sous-entendant qu'il n'y arrivent pas parce que c'est trop compliqué pour eux ? Je trouve totalement insultant de leur expliquer qu'ils auraient mieux fait de s'abstenir ou de ne pas au moins avoir eu la décence de cacher leurs images (d'ailleurs on est con sur le forum, pourquoi on les aide à progresser ces incapables ?) et qu'il aurait mieux valu laisser faire le taf par une machine automatisée pour avoir une belle image à coup sûr. Coté didactique c'est pire que zéro pointé et plus encore quand ça vient de gens habituellement portés sur la vulgarisation.
  42. 3 points
    exactement c'est l'intérêt du montage. perso je préfère ça plutôt qui changer de batterie au milieu, car en passant d'une batterie vide à une batterie pleine, ca fait un gros changement de tension et impédance de la source de tension, qu'il faut amortir derrière. Bon ça se gère, mais il faut faire attention, c'est non trivial en fonction du régulateur qu'on utilise derrière et de la charge. Alors que le coup des diodes, tout le monde peut le faire sans soucis. Et pour les plus expérimentés, remplacer les diodes par des MOS qui ont encore moins de chute. De mon côté, j'utilise encore des batteries au plomb, donc j'irai plutôt sur les MOS pour limiter la chute... Sinon pour info j'avais testé la Maxoak 50000mAH 185Wh, ça restitue 173Whr à 1A 12V ce que je trouve excellent.
  43. 3 points
    Bonjour la Communauté, J’avais dit que je le ferais (https://www.webastro.net/forums/topic/169804-délai-structure-df/). Témoignage sur un Dobson Factory 300, fd 4,5 (monture, Pierre Desvaux – Saône-et-Loire), optique Mirro-sphère (Franck Grière – Nièvre) : L’instrument m’a été remis début juin 2019, 21 mois après avoir passé commande. Depuis, je l’ai utilisé à cinq reprises. Je dispose d’une boîte contenant le primaire dans sa cage, l’entretoise, l’anneau supérieur. Tourillons à part. La boîte pleine pèse environ 18,5 kg. Une fois séparées, les deux parties qui composent la boîte elle-même servent à asseoir le scope. Porte-oculaire type Crayford. Jupe de protection. Le tout est facilement transportable. Je peux mettre dans mon coffre cage primaire/tourillons/entretoise déjà assemblés sur la partie rocker de la boîte (j'ai un break, ça aide). C’est beau, sobre, fonctionnel, ça sent bon le bois et le vernis, ça bouge merveilleusement. Un petit contrepoids qui se fixe à la base en V de deux des tubes carbone assure un équilibrage optimal. L’optique est excellente. Bravo Franck. Je voulais un instrument plus costaud que la lunette Orion 90 avec laquelle j’ai débuté il y a bientôt 4 ans, me voilà servi. Pour l’instant, la collimation à l’œilleton ou au cheshire est assez… énigmatique pour moi dans la pratique, mais ça devrait venir. La période avant de disposer du Dobson a été éprouvante. Dans la relation avec Pierre Desvaux, j’ai privilégié empathie, courtoisie et persévérance. (A propos de M Desvaux, pour info, celui-ci a publié une annonce sur son blog hier). Au départ, le fait que Pierre D. et Franck G. soient des voisins (je suis en Côte d’Or) et la possibilité de facilement les rencontrer m’ont stimulé. En me tournant vers eux et au vu de l’expérience globale, j’ai appris beaucoup de choses, sur les plans technique, économique, humain. J’ai découvert des hommes et un milieu dont j’ignorais l’existence. Des liens se sont créés, renforcés, avec pas mal de monde, y compris certains d’entre vous par exemple. Maintenant, je continue d’explorer le ciel humblement, en ayant la chance de pouvoir utiliser un télescope hors du commun, made in Burgundy. Bons ciels à toutes et à tous. Arnaud Présentation rapide du 300 en images :
  44. 3 points
    L'Apod d'aujourd'hui sur la Carène imagée par Hubble en format original et un crop agrandi 2,5 fois de ma modeste image avec les ASA20 de Chilescope. Pas si mal la résolution du Chili ? 😇
  45. 3 points
    Bonsoir tout le monde, j'espère que vous êtes tous bien rentrés des différentes rencontres astro de ce long WE. Pour ma part, c'était les RAS (rassemblement solaire) en compagnie de 19 autres membres de WA. Voici une première image réalisée pendant le séjour, en mode super-faignasse grâce à l'ASiair FSQ106 + réducteur 0.73x (j'ai pas mal de tilt sur tout le bas de l'image avec le réducteur, faut que je trouve la cause) sur EM200 Temma2. ASI183MM pro sur l'ASiair, guidage avec ASI290 mini. Diviseur ZWO, roue ZWO-mini, filtres Astronomik 6nm. 20 poses de 180s en Ha et 30 poses de 180s en OIII. Traitement HOO avec SiriL 0.9.11. Finition CS5. Cliquez dans l'image pour la full : Version 2 avec ajustement des couleurs classique (cliquez dans l'image pour la full) : Et la couche Ha seule (cliquez dans l'image pour la full) :
  46. 3 points
    Coucou à tous, Je vous partage une image de jupiter qui date du 2 mai 2016 que je viens juste de retraiter. Pour le matos : C11 + Barlow x 3 et caméra ASI 120MC. J'aurais préferé une caméra monochrome avec de bons filtres, mais je n'avais qu'une caméra couleur et pas d'ADC! Voilà voilà Fayçal
  47. 3 points
    Je pense que j'ai fini avec M81 pour 2019. Avec un total de presque 13 heures de poses. La couche de Lum a repris un nouveau traitement pour accentuer les petits détails et une couche de Ha donne un petit plus a l'ensemble. Appuyer sur l'image pour le full. ASI 1600MM pro Lum 320 x 60 sec RGB 3 x 90 x 60 sec HAlpha 90 x 120 sec Newton CFF 200 F5 Avalon Linear & autoguiding Software APT, EQ mod, DSS, Regim & PS CS6.
  48. 3 points
    Malgré mon prénom, je ne suis pas baptisé ; cela ne m’empêche pas d'avoir eu les larmes aux yeux hier en voyant cet édifice central de notre histoire et de notre culture partir en fumée ! Ma fille de 6 ans était en pleurs en voyant la flèche en flamme s'effondrer... Car oui, les croyants n'ont pas le monopole de la spiritualité, et il est possible de ressentir une émotion au sein de certains édifices même si l'on est agnostique. Quand je vois certains propos ici (mais modérés depuis) ou pire encore sur Facebook de gens qui crient au "complot", franchement ça fait bien pitié (sans aucune connotation religieuse...). J'ai même lu sur FB certaines personnes dirent "qu'elle brûle !"... Au moins, ça confirme que tout le monde pourra contribuer à la reconstruction/restauration à la hauteur de ses capacités : soit par son talent, soit financièrement, soit par un soutien quelconque... et d'autres serviront juste de modèles pour les futures gargouilles ! Je passe tous les jours devant pour aller travailler, il y avait foule ce matin encore autour de l'île de la Cité : beaucoup de médias, de forces de l'ordre, de passants, de parisiens, de français et d'étrangers, la plupart l'air atterrés, en contemplant ce triste spectacle... Autant je suis passé des centaines de fois devant la Tour Eiffel sans jeter un coup d’œil, par habitude, autant pour Notre-Dame je pense ne jamais être passé devant sans la regarder, tellement sa perfection est sublime... Petite photo prise ce matin à 9h depuis le sud : Les vitraux de la rosace sud semblent avoir tenus... j'avoue qu'en voyant les images hier je pensais que l'intérieur serait intégralement détruit, mais il semble que non ! Certaines images qui circulent semblent rassurantes : Malheureusement, l'orgue semble avoir été touché... une grande perte si cela est confirmé... Vu du nord, c'est nettement plus moche, avec beaucoup de traces noires... Désolé j'avais juste mon téléphone donc pas de zoom très puissant : Il m'a semblé que la rosace nord a tenu également, mais pas de certitude... Comme on peut le voir, il y avait déjà pas mal de gens en haut de la tour nord pour évaluer les dégâts... en espérant que la structure tienne le coup après cette chaleur infernale et ces tonnes d'eau déversées ! La voûte surtout, qui maintient tout l'édifice... La toiture en elle-même était un véritable chef d'oeuvre, construite avec des arbres millénaires : plus de 1000 chênes issus de la forêt primaire d’Île de France... il n'existe plus d'arbres aussi grands aujourd’hui pour envisager une reconstruction à l'identique ! JB
  49. 3 points
    Hickson 44 est un groupe de galaxies de la constellation du Lion (48 X30s) ...et si on veut être précis... Resolution ........ 0.456 arcsec/px Focal ............. 1084.69 mm Pixel size ........ 2.40 um Field of view ..... 41' 3.6" x 27' 28.5" Image center ...... RA: 10 17 58.282 Dec: +21 47 44.36 NGC3185 Spiral Galaxy Magnitude : 12,17 NGC3187 Spiral Galaxy Magnitude : 12,9 NGC3189 Galaxy Magnitude : ??? NGC3190 Spiral Galaxy Magnitude : 11,1 NGC3193 Elliptical Galaxy Magnitude : 10,8 PGC1659211 Galaxy Magnitude : 18,32 PGC86788 Galaxy Magnitude : 17.30 PGC30059 Galaxy Magnitude : 12.89 PGC30068 Galaxy Magnitude : 13.67 PGC1657031 Galaxy Magnitude : 18.36 PGC30083 Galaxy Magnitude : 11.88 PGC30099 Galaxy Magnitude : 11.99 PGC1654235 Galaxy Magnitude : 18.34 PGC2806871 Galaxy Magnitude : 16.34
  50. 3 points
    Bonjour à tous, Je n'ai rien publié depuis un bon moment, mauvais temps, et obligation pro, donc reprise pour moi sur ma première tentative d'imager Uranus. Hé ben, j'ai bien galéré. Pas facile la belle, donc beaucoup de captures, beaucoup de déchets et voila le résultat. Coté setup, C9.25, caméra PLA-MX, roue à filtres avec IR-685, filtres RVB, Barlow, monture Altlas Orion az/eq-g pro. Du coup j'en ai profité pour faire quelques images de notre bonne vieille lune avec la ZWO-120 mono, ca fait du bien de reprendre. Bon ciel à tous.
This leaderboard is set to Paris/GMT+01:00
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.