Jump to content

hibou

Membre
  • Posts

    2,320
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    11

3 Followers

A propos

  • Résidence
    40 Landes
  • Matériel
    Dobson SW Flextube 250/1200
    Lunette TS 80/560 ED_SW Az4
    Lunette Vixen 80/910_Bresser EQ3
    Lunette Skylux 70/700_SW Az Pronto
    Jumelles Nikon AE 10x50_trépied Vanguard Mg3
    Jumelles Nikon AE 8x40

Recent Profile Visitors

5,070 profile views

hibou's Achievements

  1. Bof. Pourquoi pas si tu es prêt à sacrifier quelques performances optiques pour un peu plus de compacité et quelques dizaines de grammes en moins. Mais ça peut être un critère en effet important. Tant qu'à aller sur de la production asiatique d'entrée de gamme en toit tu as les svbony sv202 dont la série est plébiscitée. (J'ai les 8x32 qui sont d'un rapport qualité/prix incroyable).
  2. Salut, Pour te conseiller au mieux des modèles il faudrait en savoir un peu plus sur ce que tu comptes faire avec ces jumelles: astronomie, terrestre, usage à mains levées ou utilisation d'un trépied, qualité de ton ciel... Sinon je rejoins totalement l'avis de @Skywatcher707pour les Nikon Action EX 10x50. Pour une paire de jumelles astro polyvalentes et pragmatiques c'est le meilleur rapport qualité/prix dans ton budget. Mais quelques autres choix possibles, à toi de préciser ton cahier des charges. Bon ciel.
  3. Merci! Oui bien sûr, je te prépare ça.
  4. Salut, Simeis 147. Bon ciel
  5. Salut, Oui effectivement je prends quasi systématiquement des notes. Il est très rare que je n'en prenne pas mais ça m'arrive aussi, quand j'observe totalement en dilettante sans objectif précis. Sinon j'ai toujours un bout de papier et un stylo, que je remets au propre par la suite dans un journal d'observations que je tiens depuis 2016, doublé d'un fichier excel regroupant tous les objets que j'ai déjà observé. J'ai aussi un petit carnet répertoire par constellations avec toutes les cibles qui me restent à voir. Pour un bon nombre d'objets que j'ai vu de nombreuses fois j'ai bien leur aspect en mémoire, comme M1 ou NGC2392, pour NGC 1513 par contre j'ai dû me replonger dans mes notes. Bon ciel! Pat
  6. Salut, Très sympathique CR merci! Je trouve également qu'une paire de jumelle sous un ciel sympa a ce pouvoir de nous happer et de nous faire nous évader. Je n'ai pas idée de la qualité de ton ciel donc mes remarques ne seront peut-être pas très à propos, mais: Sous un ciel Bortle 4 (voire un bon 4 pas loin d'un mauvais 3) , aux 10x50, NGC 1513 est bien visible mais effectivement le plus faible des 3 amas de ce superbe champ. M1 est parfaitement visible et pas si difficile, mais la transparence du ciel est cruciale (dans de bonnes conditions elle est même facile aux 8x40). NGC 2392 nécessite de bien stabiliser les jumelles et est visible comme une étoile faible mal résolue, "empâtée", auréolée d'un minuscule halo. Belles découvertes ou redécouvertes futures, et bon ciel!
  7. Salut, belle moisson félicitations! J'aime particulièrement le rendu sur M15, très représentatif de ce qu'il est possible d'observer avec un 250mm, et à montrer sans retenue à ceux qui se posent la question. Bon ciel!
  8. Ah d'accord, merci pour les nouvelles! C'est une bonne idée, si tu es patient, ce qui est toujours une vertu intéressante dans notre discipline. Il y a souvent des offres intéressantes sur les jumelles à cette occasion, si tu utilises un comparateur de prix ça vaut le coup de surveiller quelques modèles. Bonne chance et bon ciel.
  9. Yes! Content pour toi. Caroline Herschel, sœur de l'astronome britannique Sir William Herschel découvreur de milliers d'objets du ciel profond (plus de 2400 il me semble). Madame Herschel fut une des premières femmes rémunérée pour des activités scientifiques, et la première astronome professionnelle. Belles découvertes et bon ciel.
  10. Ngc 7789? Quel instrument, quel grossissement, quelle position relative avec Beta Caph...?? Sans plus de précisions difficile de supputer. Bon ciel
  11. Si tu me permets j'ai un doute pour M40 et M44. 😉 Edit, houla M24 aussi. Quelques autres aussi, comme 82 84 106...mais ceux-là sans remettre en cause l'utilité de ton tableau. Cela dépend des sources et des dimensions visuelles ou photographiques selon l'instrument, sinon selon moi la référence absolue c'est Simbad. Sinon +1 pour la petite 70ed. Bon ciel
  12. Bonjour, Tu devrais faire breveter l'idée si ce n'est pas déjà fait. 😉 Et sinon du coup tu as choisi quoi comme jumelles ? ?
  13. Salut Etoiles merci pour ton passage. En effet la stabilisation apportée par le trépied augmente spectaculairement les observations. Je me demande si tu as eu l'occasion d'essayer avec tes Nikon 8x42 (monarch 5 si je me souviens ? ). Bon ciel à toi et au plaisir.
  14. Salut Vianney, merci à toi. Je n'ai jamais eu de problème jusqu'ici avec l'air marin, je suis tout de même à une dizaine de kilomètres de l'Océan. Surtout que les conditions favorables sont très générales associées à un flux d'est qui est un vent de terre. Parfois je vais observer très près du rivage, le ciel est un tout petit peu meilleur, mais je fais attention qu'il y ait un petit vent de secteur Est bien établi pour éviter les embruns et dissiper la brume côtière. Clear skies
  15. Bonjour à toutes et tous, Comme prévu lors du récit de mon "triathlon" du mois d'avril, il me restait à effectuer la deuxième partie consacrée aux objets du ciel d'été. Ce fut chose faite la soirée du 30 septembre dernier, j'ai donc le plaisir de vous relater cette dernière longueur qui vient achever mon Marathon Messier en deux temps. DEUXIÈME PARTIE C'est donc près de 6 mois plus tard que je me décide à terminer l'exercice débuté au printemps dernier, en guise de repérage et de préparation à l'épreuve du Marathon. Ayant acquis un peu d'expérience et de méthode, j'ai abordé plus sereinement cette deuxième partie, d'autant que le nombre d'objets restants (45 pour cette session contre 65 pour la première) et leur plus grande facilité m'encouragent à partir la fleur au fusil avec pour seul instrument mes 10x50 sur leur trépied. Je m'installe à nouveau dans mon jardin, les dernières lueurs du crépuscule s'estompent et je démarre à 20h45 dans un ciel encore légèrement clair à l'Ouest. Je me jette sur les objets qui sont en train de se coucher au Sud-Ouest et j'observe très rapidement M7, M6, M62, M19, M4, M80, M107, M69. M70, un modeste amas globulaire du Sagittaire de magnitude 9, sans me poser de difficulté, a été le plus discret de cette série, vu seulement en VI2. M54 quant à lui me frappe par sa compacité et sa brillance, il est quasiment stellaire, tandis que je me fais la remarque que M55 mériterait d'être visité un peu plus souvent, perdu dans un champ pauvre à l'écart de la constellation, il est tout de même gros et évident. Derrière mes jumelles 10x50 je trouve que son aspect est comparable à des amas globulaires beaucoup plus notables, notamment M22 avec lequel je fais des va-et-vient. Cette impression sera totalement infirmée quelques jours plus tard lors d'une observation à la lunette 80ED, où M22 est fortement granuleux et partiellement résolu en périphérie à 50x, là où M55 reste diffus tout en paraissant moins lumineux et moins étendu, comme quoi les perceptions visuelles varient nettement selon l'instrument. Revenant à mon semi-Marathon, j'observe sans me presser M28, M8, M20 et M21. Lors de l'observation de ces deux derniers, une petite nébulosité de 8e magnitude s'invite dans le champ en VD2, et j'identifie pour sa première observation aux 10x50 l'amas globulaire NGC 6546, comme quoi j'ai bien fait de ne pas me précipiter. Toujours d'un pas décidé mais sans me hâter, je passe en revue quelques uns des plus beaux objets du ciel estival, M24, M25, M23, M17, M18, M16, M9, M10, M12, M14, M26 et M11. Je suis parfaitement dans les temps, si tant est que je devais surveiller l'heure, ce qui n'est pas le cas, alors j'apprécie simplement de contempler ces objets en grand champ avant qu'ils ne tirent leur révérence jusqu'au printemps prochain. Je me paye à nouveau le luxe d'en profiter pour identifier deux autres nouveaux objets, l'amas globulaire assez faible NGC 6366 ainsi que l'amas ouvert NGC 6664, assez accessible. J'avais prévu de faire une pause bien avant et n'ai pas vu passer cette première série d'objets. Avant de quitter mon poste d'observation je pointe Saturne, et je suis immédiatement surpris de pouvoir saisir Titan, oserai-je dire "facilement"? C'est la première fois que je l'observe aux 10x50, tout en sachant son observation possible mais délicate suivant son élongation, et bien ce soir par le plus grand hasard les conditions étaient parfaites et le grande lune de Saturne se révèle aisément. Il est 21h30 et je m'accorde une pause de 10 minutes. Je contemple quelques temps le ciel à l’œil nu, bien que de bonne qualité, la transparence n'est pas de premier ordre ce soir et je bute à la magnitude 5,8 alors que la veille je parvenais à 6,1 dans le Dragon et M33 était visible à l’œil nu. Je reprends le cours de mon programme et me dirige plein Sud, les objets convoités sont idéalement placés, proches du méridien. J'observe M75 et M30. M72 se montre un peu en retrait, vu uniquement en vision décalée (VI 1), tandis que M73 se montre comme prévu le plus délicat de cette série, vu en VI2 seulement et, j'imagine, surtout vu car je savais exactement à quoi m'attendre dans ce champ. M2 et M15, les deux gros amas globulaires quant à eux se montrent dans toute leur opulence. Je décroche les jumelles de leur trépied et je m'incline confortablement dans mon fauteuil pour entamer la série suivante à mains levée, les objets se trouvant plus proches du zénith. Je navigue de M71 à M27, M56, M57 (rappelons-le quasiment ponctuelle, encore une fois il me semble qu'il vaut mieux savoir parfaitement quoi chercher et où le chercher sans quoi il est difficile de l'identifier sûrement) jusqu'à M29 et enfin M39, le bel amas ouvert du Cygne. Appréciant leur liberté retrouvée, mes jumelles me conduisent instinctivement vers M33 puis M32 et M110. La boucle est quasiment bouclée puisque me voilà maintenant rendu aux objets par lesquels j'avais débuté ma première partie il y a 6 mois. Pourtant sur la dernière longueur une difficulté se présente, mes deux derniers objets sont encore trop bas sur l'horizon! Las, je patiente de 22h20 à 23h00 le temps qu'elles montent. J'en profite pour rendre visite à Neptune et Uranus, et également pour aller voir l'étoile double 41 Draconis, une belle paire à observer aux jumelles de magnitude 5,7 et 6 séparées de seulement 18,8". A 23h je parviens enfin à extirper d'un fond de ciel pas fameux la délicate M74 des Poissons, qui sera l'objet le plus faiblement vu ce soir (VI3), tandis que M77, bien qu'encore plus basse sur l'horizon, est sensiblement plus aisée à détecter et vient achever la deuxième partie de mon Marathon à 23h05. J'ai encore une fois pris un grand plaisir à observer autant d'objets à un rythme soutenu, et ai mis un point d'honneur à me laisser le loisir de traîner la patte par endroits. Le ciel estival est fabuleux, mais ça n'est peut être pas la révélation de l'année. Je médite à présent sur la faisabilité du Marathon en une seule soirée aux 10x50. Très clairement, quelques objets dont les dernières galaxies de ce soir seront hors de portée, tandis que le gain de temps sur les observations réalisées à mains levées permettrait de s'attarder plus longuement sur les cibles plus délicates. Exercice pas dénué d'intérêt, mais je me laisse le temps (disons 6 mois!) de décider si le jeu en vaut la chandelle, au-delà de la performance, et si une soirée complète du meilleur ciel de la période ne saurait pas être employée à meilleur escient. Quoi qu'il en soit ces deux séances d'entraînement au Marathon auront été fort profitables et globalement plaisantes, j'ai apprécié de pouvoir contempler à nouveau tous les objets de Messier de manière si rapprochée pour en avoir une perception plus globale et homogène. Merci pour votre lecture, je vous souhaite un excellent ciel!
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.