hibou

Membre
  • Compteur de contenus

    1 854
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de hibou

  • Rang
    Membre

A propos

  • Résidence
    40 Landes
  • Matériel
    Dobson SW Flextube 250/1200
    Lunette TS 80/560 ED
    Lunette Vixen 80/910 Achro
    Lunette Bresser Skylux 70/700
    Lunette SW 70/500
    Jumelles NIKON 10x50
    Montures EQ3, AZ4 et trépied photo

Visiteurs récents du profil

914 visualisations du profil
  1. hibou

    50 amas ouverts aux 10x50: c'est le "TOP 50 AO"

    Merci Martial. : ) Bonjour Guilaume, Bonnes observations à toi alors, il y a de quoi passer un peu de temps avec tes jumelles! Merci beaucoup 'Bruno, pour l'avoir épinglé et surtout pour l'avoir apprécié visiblement. : ) Bon ciel à vous.
  2. hibou

    50 galaxies aux 10x50: c'est le "TOP 50 GAL"

    Merci Martial et Subwoof. : ) C'est vrai qu'il y a un peu de travail mais c'est surtout beaucoup de plaisir dans les observations et le plaisir de partager. Ça me motive aussi, ça m'invite à me renseigner sur les cibles, j'apprends plein de choses c'est top quoi. Bon ciel à vous!
  3. Bonjour à toutes et à tous. J'ai le plaisir de vous proposer un nouveau petit guide d'observation aux jumelles. Faisant suite à une précédente édition consacrée aux galaxies, ce nouveau "Top 50" s'intéresse cette fois aux plus beaux amas ouverts du ciel boréal visibles aux jumelles, ou à l'aide de tout autre instrument combinant un champ confortable et un faible grossissement. J'assume parfaitement qu'il comporte une part de subjectivité, déjà dans le parti pris de réduire le nombre à 50 objets, clin d'oeil au formidable instrument astronomique que sont les jumelles 10x50, mais surtout dans les choix cornéliens qu'il a fallu faire pour retenir les plus intéressants et en écarter d'autres non moins remarquables. C'est une balade en trois parties à laquelle je vous invite. Dans une première partie nous partirons à la découverte des Grands Amas: les plus étendus, qui ne s'apprécient bien qu'avec le maximum de champ procuré par les jumelles. Dans une deuxième partie, je vous propose une épreuve en duo où nous partirons à la recherche des plus beaux Doubles Amas du ciel. Enfin, dans une troisième partie nous partirons à la chasse aux Petits Amas, que nous sommes plus habitués à détailler avec de plus gros instruments mais qui restent faciles et intéressants à travers des jumelles. Dans chaque thème les amas sont présentés par ordre d'intérêt décroissant, selon une savante méthode de classement (!) combinant leur magnitude, leur taille apparente et un facteur esthétique toujours subjectif. Certaines entrées sont agrémentées de dessins réalisés par mes soins, j'espère pouvoir étoffer ces illustrations au fil du temps. J'ai effectué ces observations très principalement avec des jumelles 10x50 fixées sur un trépied, parfois mais rarement à main levée, et dans une moindre mesure avec de petites jumelles 8x25 et 8x40 à main levée. Compte tenu de la nature des cibles qui nous intéressent, j'ai le plaisir de vous annoncer que la qualité du ciel requise pour observer la grande majorité de ces 50 amas n'est pas réellement critique, ainsi j'espère que le plus grand nombre pourra profiter de cette balade! Evidemment si vous avez la chance de trouver un ciel bien noir, ne vous en privez pas. Bonne lecture. Les grands amas Ils sont parmi les plus remarquables, les plus étendus et les plus brillants, mais étonnamment parfois pas les plus connus. Ces grands amas justifient à eux seuls de posséder une paire de jumelles puisqu'ils ne s'apprécient qu'avec un champ suffisamment généreux pour les accueillir dans leur intégralité. Par corollaire, ils sont généralement décevants à travers un instrument grossissant beaucoup. Voici donc les amas vedettes du ciel aux jumelles. Melotte 25 - Les Hyades Constellation: Taureau Magnitude: 0,5 Dimensions: 5° L'entrée numéro 25 du catalogue publié en 1915 par l'astronome britannique Philibert Jacques Melotte est sûrement plus connue sous les nom des "Hyades". Cible classique aux jumelles, instrument indispensable pour l'apprécier à sa juste valeur, et qui se retrouve donc en tête de cette édition consacrée aux amas ouverts. Serait-ce le plus beau? Je vous laisse seul juge. C'est l'amas ouvert le plus proche de nous à seulement 151 années lumière, et il regrouperait entre 300 et 400 étoiles. Très intéressant à détailler aux jumelles, plusieurs dizaines d'étoiles seront visible selon la qualité du ciel. Il inclut quelques belles paires, comme Sigma 1 et 2 au sud-est d'Aldébaran, et surtout la belle binaire Theta 1 et 2 au centre de l'amas, dont les colorations respectives sont déjà perceptibles. Theta 1 "Phaeo" de magnitude 3,8 est une géante orange de type spectral K0 et Theta 2, "Phaesyla" de magnitude 3,4 et une géante blanche de type A7, également variable. Ce groupe est d'ailleurs très intéressant à détailler avec plus de grossissement. Rappelons que la géante orangée Aldébaran ne s'invite dans le champ que par perspective, puisqu'elle est beaucoup plus proche de nous à 65 années lumière. Avec l'aimable participation de Bertrand Laville pour le traitement. Melotte 111 Constellation: Chevelure de Bérénice Magnitude: 1,8 Dimensions: 7,5° Déjà visible à l'oeil nu comme une tâche laiteuse très étendue entre les Chiens de chasse et le Lion, c'est un champ somptueux dans les jumelles, encore une fois seul instrument permettant de l'admirer dans son ensemble. Il est même si étendu qu'il est encore plus beau dans de petites jumelles offrant un champ plus large, comme des 8x40, permettant de l'admirer entièrement. De cet amas proche de nous, à 280 années lumière seulement, se détachent une bonne vingtaine d'étoiles brillantes sur un fond noir d'encre. Notez la forme de "V" caractéristique de l'amas. Près de la pointe du "V", l'étoile 17 COM est une jolie double visuelle, sa compagne HIP 60891 ne lui étant pas liée à 13 années lumière plus près. En tentant de saisir d'autres étoiles faibles de l'amas en vision décalée, et si les conditions sont bonnes, il se peut qu'un minuscule faisceau diffus apparaisse subrepticement au sud de l'amas, en l'occurrence la fameuse galaxie de l'Aiguille NGC 4565. Collinder 70 Constellation: Orion Magnitude: 0,4 Dimensions: 2,5° L'astronome suédois Per Collinder a publié en 1931 un catalogue regroupant 471 amas ouverts, beaucoup figurant déjà dans d'autres catalogues comme le Messier ou le NGC, mais d'autres se sont fait un nom sous le matricule "Cr" ou "Col". C'est le cas de l'entrée numéro 70. Un champ superbe à apprécier exclusivement aux jumelles, puisqu'il faudra pour en profiter embrasser l'ensemble de la Ceinture d'Orion. Dominé par l'éclat des Trois Rois, d'est en ouest Alnitak, Alnilam et Mintaka, l'amas propose une zone d'une densité pouvant être assez spectaculaire sous un bon ciel tout autour de la Ceinture. Des dizaines d'étoiles se révèlent en vision directe, et d'avantage en vision décalée. Notez parmi les étoiles les plus brillantes la dizaine qui forment un "S" serpentant entre Alnilam et Mintaka. Quelques paires d'étoiles viennent agrémenter la vision, comme la large double optique formée par Mintaka et une étoile de magnitude 6,8 à 53" d'écart, la différence d'éclat est saisissante. À l'opposée au sud-est, le groupe de Sigma Orionis laisse voir une large paire agrémenté d'un petit doublet faible et serré juste à côté, n'hésitez pas à y revenir plus tard avec un instrument grossissant d'avantage car c'est un superbe système stellaire. Melotte 20 - Amas d'Alpha Persei Constellation: Persée Magnitude: 1,2 Dimensions: 3° Dans la constellation de Persée, autour de Mirfak -Alpha Persei- cet immense amas ouvert proche de nous à environ 550 AL et jeune -environ 60 millions d'années- est déjà facilement visible à l'oeil nu sous un ciel moyen comme une tache laiteuse, sous un bon ciel il se détache nettement et commence à crépiter, plusieurs membres devenant visibles en vision directe. Aux jumelles, l'amas se structure autour d'un astérisme formé par ses étoiles les plus brillantes évoquant pour certains un saxophone, pour d'autres une oie, avec Mirfak étincelante au milieu. Des dizaines d'étoiles sont résolues en vision directe, et cela fourmille en vision décalée, il faut dire que l'amas baigne sur fond de Voie Lactée d'hiver. Dans ce champ, Sigma Persei de magnitude 4,3 et de classe spectrale K3, à l'avant-plan de l'amas, se démarque par sa belle coloration dorée. Messier 45 - Les Pléiades Constellation: Taureau Magnitude: 1,6 Dimensions: 2° Les Pléiades…Que dire d'original qui n'a jamais été écrit en plusieurs langues? Immense classique, une observation qui relève du réflexe dès que l'on a une paire de jumelles en main. Pour autant, si l'on a tous déjà pointé M45 à main levée dans des jumelles non stabilisées, dans ces conditions il est difficile selon moi de bien apprécier tout ce que l'objet à a offrir, par exemple je vous suggère d'essayer avec et sans stabilisation: -Le petit triplet d'étoiles serrées près d'Alcyone, formant avec cette dernière ce que je m'amuse à appeler le "trapèze de M45" (dénomination parfaitement non officielle), avec un membre plus brillant et deux autres plus discrets formant un petit triangle qu'essaie d'effacer l'éclatante Eta Tauri. -Faire la plus longue tresse possible à la plus brillante fille d'Atlas -encore Alcyone- le petit chapelet d'étoiles qui s'en écoule a la particularité de présenter des magnitudes de plus en plus faibles jusqu'en bas de la chevelure, on peut ainsi la prolonger dans d'excellentes conditions par deux étoiles de mag 10 puis 10.2. -La petite "flèche" entre Alcyone et Maïa, avec un petit doublet serré pas si facile à séparer... C'est donc une cible plus complexe qu'il n'y paraît et intéressante à détailler, et dont personnellement je ne me lasse jamais, que ce soit pour passer plusieurs heures à la dessiner ou pour un petit plaisir rapide. Collinder 65 Constellation: Taureau Magnitude: 3 Dimensions: 3,5° Peut-être pas le plus connu des grands amas ouverts qui s'apprécient aux jumelles, il n'en demeure pas moins intéressant. Situé à cheval sur les constellations du Taureau et d'Orion, dans une zone du ciel un peu plus clairsemée, il offre un champ fourni en étoiles brillantes qui accroche l'oeil si on daigne ne pas passer dessus trop rapidement. De fait, toutes les étoiles présentes dans le champ n'appartiennent pas à l'amas lui-même, mais elles relèvent nettement l'intérêt de la vision alors on ne va pas bouder notre plaisir. Très étendu, et un peu épars, mais indéniablement plus dense qu'un quelconque champ étoilé, une vingtaine d'étoiles peuvent être vues facilement en vision directe de la magnitude 5 à 9, et un petit peu plus en vision décalée, ce qui se fait tout naturellement en embrassant une zone aussi large. Les plus brillantes marquent un allongement de l'amas qui semble pointer vers Bételgeuse. Messier 7 - Amas de Ptolémée Constellation: Scorpion Magnitude: 3,3 Dimensions: 80' Comme son nom l'indique, sa découverte est créditée à l'astronome grec Ptolémée en 130 avant J.C, il est donc connu depuis la nuit des temps puisque facilement visible à l'oeil nu. Pourtant j'ai hésité à l'inclure. Comment me direz-vous? Un amas d'un tel calibre, d'une telle splendeur? Certes, il est intrinsèquement l'un des amas les plus spectaculaire du ciel, mais quel dommage qu'il soit si bas! Même pour un observateur situé aux latitudes les plus méridionales de la France métropolitaine, il culmine laborieusement à plus de 11° au-dessus de l'horizon. Dans ces conditions inutile de dire que l'absorption atmosphérique fait son travail de sape, lorsque ce n'est pas un halo de pollution lumineuse. Il faudra donc impérativement privilégier un passage au méridien assorti d'une bonne transparence et d'un horizon Sud immaculé. Qu'en reste-t'il dans ces conditions? Une vision tout à fait intéressante, un amas très large où des dizaines d'étoiles sont résolues facilement. Le centre se montre plus dense, avec des étoiles brillantes s'arrangeant en une sorte de croix. Difficile de donner une forme générale à l'amas ou de décerner des limites tranchées, il faut dire qu'il se superpose à une zone extrêmement dense de la Voie Lactée. Messier 44 - Amas de la Crèche Constellation: Cancer Magnitude: 3,1 Dimensions: 70' Voilà une autre cible privilégiée pour les petits instruments, déjà facilement visible à l'oeil nu comme une large tache laiteuse. En pointant une paire de jumelles dessus on comprend instantanément que c'est un objet qui a beaucoup à offrir. Comme les amas précédents je trouve qu'il fait partie des cibles qu'on peut réellement détailler aux jumelles, pas seulement apprécier sa densité ou son étendue, mais vraiment détailler attentivement sa structure, les arrangements stellaires de ses composantes les plus brillantes qui forment autant de figures qu'on peut imaginer, les membres plus faibles qui se révèlent à tour de rôle en vision décalée à mesure qu'on dirige son regard d'un bord à l'autre de l'amas. En ce qui concerne ses caractéristiques physiques, il est intéressant de savoir que c'est un amas relativement jeune (environ 600 millions d'années) et relativement proche de nous, à 580 années lumière. Peuplé d'environ 1000 étoiles, de nombreux indices (âge, mouvement propre, métallicité) suggèrent qu'il a une origine commune avec un autre amas ouvert très proche de nous que nous avons observé plus tôt, celui des Hyades dans le Taureau! Dans le large champ des jumelles, le grand cercle de M44 -aussi appelé "l'amas de la ruche" s'inscrit admirablement dans un quadrilatère formé par les étoiles brillantes Gamma, Eta, Theta et Delta du Cancer, aux magnitudes comparables mais aux teintes subtilement variées. Il se détache nettement d'un fond de ciel bien noir dans cette zone de la voûte céleste plus clairsemée. Au centre, dans la zone la plus dense de l'amas, il devient difficile de dénombrer les étoiles résolues, facilement une bonne trentaine en vision directe et d'avantage en vision indirecte. Deux membres physiques de l'amas se détachent particulièrement, c'est le doublet stellaire composé de 39 et 40 Cancri respectivement de magnitude 6,3 et 6,6. Les autres composantes résolues forment un festival de doublets, de triplets, d'astérismes... Des membres arborent des teintes différentes et à mesure qu'on détaille un secteur attentivement en vision directe, le reste de l'amas se dévoile dans toute sa densité en vision périphérique. Collinder 140 Constellation: Grand Chien Magnitude: 3,5 Dimensions: 1° Un bel amas dense et bien détaché, dont nous devons la découverte à l'astronome français Nicolas Louis de Lacaille en 1751. Il est facile à localiser en-dessous du postérieur du grand canidé céleste. Ce jeune amas d'une vingtaine de millions d'années laisse voir facilement 6 étoiles brillantes et vision directe et encore une demi-douzaine plus discrètes en vision décalée. Des trois amas Collinder du Grand Chien évoqués ici, c'est assez nettement le plus intéressant. Collinder 132 Constellation: Grand Chien Magnitude: 3,6 Dimensions: 1,5° Le plus large des amas Collinder du Grand Chien est facile à repérer, il forme un triangle aplati avec les étoiles Aludra et Adhara, au nord-ouest de Collinder 140 qu'on peut inclure dans le même champ. Il regroupe moins d'une dizaine d'étoiles brillantes, éparpillées sur une vaste étendue, il est donc peu dense. Petit trait caractéristique intéressant, un agencement des étoiles principales au centre de l'amas ressemble assez au grand carré de Pégase. Ne culminant pas très haut, il faudra pour l'apprécier préférer un passage au méridien tout en bénéficiant d'un bel horizon sud. Collinder 121 Constellation: Grand Chien Magnitude: 2,6 Dimensions: 50' Large amas un peu lâche, à proximité immédiate au sud de l'étoile Omicron-1 du Grand Chien, et à un champ de jumelles en dessous de M41. Si l'association d'étoiles autour d'Omicron-1 Cma ne fait partie de l'amas proprement dit, elle magnifie la vision de son éclatante lumière dorée tirant sur l'orange au milieu d'étoiles moins brillantes aux tons bleutés. Dans cette zone ce sont une dizaine d'étoiles qui sont résolues facilement, et bien que l'amas soit peu dense la vision n'en demeure pas moins esthétique. Pour en profiter pleinement il faudra privilégier un passage au méridien au dessus d'un horizon sud bien dégagé car l'amas ne monte pas très haut dans le ciel. Collinder 69 Constellation: Orion Magnitude: 3,4 Dimensions: 1° Très facile à localiser puisqu'il s'agit de la tête du Chasseur, regroupé autour de la brillante Lambda Orionis, facilement visible à l'oeil nu avec une magnitude de 3,4. Aux jumelles, c'est un arrangement amusant d'étoiles dominé par l'éclat bleuté de Meissa. Entre cette dernière et Phi-1 Orionis s'alignent trois étoiles de magnitude 7 à 6. Un peu plus à l'écart au sud-est Phi-2 Ori termine de tracer un astérisme formant la lettre "lambda", et qui porte du coup le petit nom de "lambda lambda". Autour de la zone des trois étoiles alignées se condense l'amas à proprement parler, une toute petite dizaine d'étoiles plus faibles se devinent plus ou moins difficilement. L'ensemble paraît baigné dans une nébulosité bleutée. Stock 2 Constellation: Cassiopée Magnitude: 4,4 Dimensions: 1° L'astronome allemand Jurgen Stock a établi dans les années 1950 un catalogue contenant 24 amas ouverts, parmi lesquels l'entrée numéro 2 est sans doute le plus connu. Ce très large amas ouvert convient parfaitement à l'observation aux jumelles qui permettent d'apprécier toute son étendue en lui laissant un peu d'air, tandis qu'en grossissant plus il perd nettement de son intérêt, ses étoiles étant plutôt éparpillées. Celles qui sont résolues, essentiellement autour de la magnitude 8, forment un astérisme qui a donné son surnom de "Muscleman" à l'amas. N'étant pas très dense, il se peut que Stock 2 ne vous saute pas aux yeux au premier abord, d'autant qu'on a vite fait d'être attiré par les merveilles voisines, malgré tout il se détache plutôt bien de son environnement, pouvant même donner une belle impression de densité en vision décalée. Ne vous privez pas d'inclure le Double Amas dans le champ si vos jumelles le permettent pour vous offrir une vision fameuse! NGC 752 Constellation: Andromède Magnitude: 5,7 Dimensions: 75' Situé à un champ de jumelles au sud d'Almach, c'est un large amas assez dense, très intéressant. Même si les étoiles résolues restent relativement faibles, on peut en compter tout de même facilement une vingtaine. En vision décalée, l'ensemble de l'amas apparaît fourmillant d'étoiles. Sur son bord sud-ouest se trouve la jolie double optique 56 Andromedae qui forme la tête du "Putter", un grand astérisme figurant un club de golf, 5 autres étoiles alignées sur plus d'un degré et demi en constituent le manche. NGC 752 figure donc la balle, et même si cette évocation golfique ne vous inspire guère, vous pourrez toujours apprécier ce champ très sympathique mêlant un grand amas et un alignement fortuit d'étoiles brillantes. Stock 1 Constellation: Renard Magnitude: 5,3 Dimensions: 1° Au sud-est d'Albiréo, ce large amas s'étend dans un environnement riche, et plusieurs célébrités du ciel résident dans les parages, ce qui explique peut-être qu'il est un peu négligé. D'autant qu'il s'apprécie mieux avec beaucoup de champ, les jumelles étant parfaites pour cet exercice Très étendu donc, sa densité est toute relative, il n'abrite que peu d'étoiles brillantes: facilement une dizaine, peut-être une quinzaine se détachent bien, mais en tout cas il est notable de par ses dimensions. IC 4756 Constellation: Serpent Magnitude: 5 Dimensions: 52' La 4756e entrée de l'Index Catalogue de John Dreyer est un amas ouvert remarquable, dont l'étendue favorisera le grand champ des jumelles. Dans de bonnes conditions il est même spectaculaire, des dizaines d'étoiles sont résolues facilement. Fourmillant en vision indirecte, difficile de lui attribuer des limites tranchées car il baigne dans une zone très dense de la Voie Lactée. Il est possible d'inclure dans le champ un autre amas proche, NGC 6633. Messier 48 Constellation: Hydre Magnitude: 5,8 Dimensions: 54' Peut-être pas le plus célèbre des amas ouverts du catalogue Messier, son tort étant sûrement de se trouver dans une zone du ciel un peu à l'écart des célébrités et surtout dépourvue d'étoiles brillantes. Mon plan pour le trouver à coup sûr consiste à prolonger trois fois le segment Gomeisa - Procyon. Pour l'anecdote, M48 a été incorrectement placé par Charles Messier et "perdu" jusqu'en 1934 où il fût identifié à NGC 2548. Heureusement de nos jours on peut se fier aux atlas célestes, et c'est tant mieux car on peut ainsi profiter d'un amas notable, large et dense. Une vingtaine d'étoiles sont résolues. Le centre à lui seul occupe une zone de 30' et se montre bien plus fourni, je n'hésiterais même pas à le qualifier de brillant. L'amas se détache assez nettement d'une zone du ciel plus sombre, plus loin à l'est du poudroiement de la Voie Lactée. LES DOUBLES AMAS Comme vous, je trouve le Double Amas de Persée magnifique. À ce titre j'ai pensé qu'il méritait bien que l'on crée une catégorie spéciale pour lui, d'autant qu'il n'est pas le seul à être venu accompagné: voici donc les Doubles Amas. NGC 869 et NGC 884 - Double amas de Persée Constellation: Persée Magnitude: 3,7 et 3,8 Dimensions: 30' et 30' Le Double Amas. Que pourrais-je bien ajouter? Si vous ne l'avez encore jamais vu, vous avez une chance immense: vous êtes sur le point de découvrir un des plus bel objet du ciel! Déjà bien visible à l'oeil nu comme une large tache laiteuse en forme de cacahuète entre les constellations de Persée et de Cassiopée, à travers une paire de jumelles il offre une vision féérique. Dans un champ tapissé d'étoiles, les deux amas se détachent parfaitement. De taille égale, et séparés par la même distance que leur taille apparente, soit environ un demi degré, il montrent quand même facilement de petites différences. NGC 884 semble plus compact car la dizaine d'étoiles plus brillantes facilement résolues sont plus ramassées en son centre. La teinte dorée de deux ou trois d'entre elles reste subtile mais perceptible. En face, à la surface de NGC 869 toujours une dizaine d'étoiles résolues en se cantonnant au centre de l'amas, mais bien plus étalées, sans couleur perceptible. L'utilisation de la vision décalée renforce l'impression de densité au sein des deux amas, d'autres étoiles pouvant alors être résolues. Notez le petit arc d'étoiles qui s'écoule depuis NGC 869 en passant par la brillante Chi Persei et qui nous indique la direction du grand et bel amas Stock 2. Messier 47 et Messier 46 Constellation: Poupe Magnitude: 5,2 et 6 Dimensions: 30' et 30' Voilà un autre couple fameux, le duo d'amas ouverts formé par Messier 47 et Messier 46 est un champ remarquable à apprécier aux jumelles. Les deux amas ont un aspect bien différent. M47 se montre fourni et brillant, apparaissant au premier abord plus étendu que son voisin. Une bonne dizaine d'étoiles se détachent facilement, d'avantage en vision indirecte. M46 quant à lui est diffus, avec une magnitude visuelle respectable de 6 pourtant, aucune étoile n'est résolue. Mais l'usage de la vision décalée révèle un trait intéressant, M46 s'étend considérablement jusqu'à montrer la même taille apparente que son voisin. Effectivement, sur le papier les deux ont une taille identique de 30 minutes d'arc, Connaître leurs distances respectives -1600 années lumière pour M47 et 5400 années lumière pour M46- permet de mieux comprendre cette scène. C'est donc un couple à la fois équilibré et contrasté. Notez qu'un troisième amas plus discret s'invite à la fête, juste au-dessus de M47 se trouve NGC 2423, bien plus petit et diffus, de magnitude de 6,7. Dans ce champ dense sur fond de Voie Lactée, une étoile brillante de magnitude 4,5 arborant une belle teinte dorée (classe spectrale K3) juste en-dessous de M46 fini de parfaire un tableau remarquable. Messier 35 et NGC 2158 Constellation: Gémeaux Magnitude: 5,1 et 8,6 Dimensions: 25' et 5' M35 est un amas ouvert remarquable, étendu, brillant et aux limites bien définies. Une dizaine d'étoiles brillantes sont résolues facilement, se détachant d'un fond plus diffus qui paraît très dense. A lui seul il est très intéressant, mais ça n'est pas fini! Il forme un couple serré avec un autre amas ouvert à son sud-est, NGC 2158. Plus difficile à appréhender en vision directe mais parfaitement visible en vision décalée bien qu'il reste diffus et non résolu, ce petit compagnon non physiquement lié à M35 puisque 5 fois plus éloigné, à 16000 années-lumière, ajoute beaucoup d'intérêt à la vision d'ensemble. Avec une taille d'environ 1/5 de celle de M35, on dirait un petit morceau qui s'en est décroché. Le tout évolue dans un champ très intéressant relevé d'étoiles brillantes et colorées. Messier 38 et NGC 1907 Constellation: Cocher Magnitude: 6,4 et 8,2 Dimensions: 15' et 5' Un autre couple subtil qui a la bonne idée de se trouver dans un champ superbe. En promenant vos jumelles au milieu du Cocher, vous devriez remarquer immédiatement l'astérisme du "Smiley" aussi connu sous le nom du "Cheshire Cat", vous savez le chat d'Alice au pays des merveilles? Cette grande figure souriante, ou ce matou malicieux, c'est selon, vous guidera immanquablement vers M38, tout proche sur son nord. L'amas apparaît large mais très diffus, donnant toutefois une nette impression de densité. Pourtant il n'héberge qu'une centaine d'étoiles dans un espace de 15 années lumières. Sa fameuse forme de "X" est assez nettement visible. À moins d'un demi degré en dessous, son binôme NGC 1907 se révèlera plus ou moins difficilement selon les conditions, strictement diffus mais compact et bien détaché du fond de ciel pourtant riche ici dans le plan de la Voie Lactée. L'accrocher achèvera de parfaire un champ vraiment splendide. NGC 1807 et NGC 1817 Constellation: Taureau Magnitude: 7 et 7,7 Dimensions: 17' et 20' Une sympathique petite paire d'amas dont on n'entend peu parler, alors il me semblait nécessaire de leur rendre un hommage en les faisant figurer ici, après que leur découverte fut pour moi un petit coup de coeur. Les deux amas sont situés à la frontière des constellations du Taureau et d'Orlon, on peut les trouver soit en prolongeant d'un gros champ de jumelles vers le haut l'arc du Chasseur, soit en naviguant 8° à l'est d'Aldébaran sur la même déclinaison. Tous deux sont diffus, bien qu'il soit possible en insistant d'y déceler faiblement 2 ou 3 étoiles, plus facilement sur 1807. La paire se détache nettement d'un fond de ciel bien noir, dans une zone plus pauvre en étoiles. Ils sont séparés d'environ 20', ce qui est sensiblement égal à leurs dimensions respectives, et qui n'est pas sans rappeler une caractéristique partagée par un autre double amas fameux, celui de Persée. Cette apparence de "mini Double Amas" leur confère une certaine sympathie, et en tout cas rehausse nettement l'intérêt dont chacun aurait manqué individuellement. LES PETITS AMAS Mettez-nous à présent en quête de cibles qui se prêtent un peu moins à l'observation aux jumelles, mais qui j'espère sauront vous surprendre par leur facilité et leur esthétisme. J'ai retenu pour vous ceux qui présentent un certain intérêt, les amas se détachant bien de leur environnement, comprenant plusieurs étoiles faciles à résoudre ou un trait caractéristique original. Sans parler d'observations difficiles, certains ne se révèleront dans toute leur splendeur qu'avec une image bien stable, trépied ou chaise longue sont vivement conseillés ici! Peut-être que pour quelques-uns de ces petit amas la qualité du ciel deviendra un peu plus sensible. IC 4665 Constellation: Ophiucus Magnitude: 4 Dimensions: 45' Très facile à localiser grâce à la proximité de l'étoile brillante Beta Ophiuchi dont il se trouve à moins de 2 degrés au nord. Ce large amas consiste principalement en une bonne dizaine d'étoiles brillantes de magnitudes assez semblables et éparpillées, ne conférant pas à l'amas une impression de densité spectaculaire, même la vision indirecte peine à le faire paraître légèrement plus fourni. Ces étoiles remarquables semblent tracer une figure que je vous laisse libre d'imaginer, pour ma part j'y vois un signe "alpha" ou un "a" minuscule avec un accent? NGC 2232 Constellation: Licorne Magnitude: 4,2 Dimensions: 45' Facile à localiser, à deux degrés au Nord de l'étoile Beta Monocerotis, une des plus belle étoile multiple du ciel boréal, à séparer avec un plus gros instrument. Centré sur l'étoile de 10 Mon qui domine l'amas de son éclat avec sa magnitude de 5, il est large, brillant et donc facile en vision directe, mais peu dense et plutôt épars, consistant essentiellement en une dizaine d'étoiles brillantes. Messier 25 Constellation: Sagittaire Magnitude: 4,6 Dimensions: 40' Bel amas ouvert facile. Il montre une forme originale, difficile à définir car ses contours ne sont pas clairement discernés, il est plutôt allongé sur un axe nord-sud. 6 à 7 étoiles brillantes se détachent parfaitement en vision directe devant l'amas, et quelques autres à sa périphérie. La vision décalée permet de renforcer l'impression de densité et de mieux situer la zone plus dense de l'amas au regard des étoiles environnantes qui se confondent avec lui. Il s'inscrit dans une zone du ciel très dense sur fond de Voie Lactée et son environnement comprend nombre d'autres cibles d'intérêt. Messier 41 Constellation: Grand Chien Magnitude: 4,5 Dimensions: 39' En voilà en facile à localiser, l'exercice ne devrait pas vous poser de problème puisque l'amas se trouve à 4 degrés -soit moins d'un champ de jumelles- au Sud de la plus brillante étoile du ciel, l'immanquable Sirius. Il est supposé que l'amas était connu d'Aristote, plus de trois siècles avant notre ère. Spectaculaire amas ouvert, avec une zone centrale très dense montrant facilement une trentaine d'étoiles résolues en vision directe, et sur laquelle se superpose une double optique colorée, dont la composante la plus brillante, de magnitude 6,9 et de classe spectrale K3 montrant une belle teinte dorée soutenue, est connue sous le nom d'étoile d'Espin. En vision décalée l'amas se densifie un peu plus, de nombreuses autres étoiles se laissant deviner tandis que ses limites paraissent assez tranchées. NGC 1981 Constellation: Orion Magnitude: 4,2 Dimensions: 28' Dur d'exister en tant qu'amas ouvert lorsqu'on se trouve au voisinage immédiat d'une vedette du ciel telle que la grande nébuleuse d'Orion. Il y a fort à parier que NGC 1981 est un des amas les plus observés du ciel, mais pas pour lui-même, simplement parce qu'il fait partie d'un des champs les plus fantastiques: l'Epée d'Orion. Rendons grâce à cet amas ouvert qui est tout de même remarquable. Premier objet de la-dite Epée en partant du nord, bordé à son sud par la nébuleuse NGC 1977. Ses étoiles brillantes s'étalent sur une portion du ciel large comme la pleine Lune, il est donc épars. On compte facilement 11 étoiles en vision directe, possiblement quelques-unes de plus en s'y attardant, si on parvient à résister à l'appel de M42! L'arrangement de ses étoiles brillantes évoque une figure que chacun reconnaîtra selon sa sensibilité, pour ma part j'hésite entre un dolmen et un quadrupède d'espèce indéterminée. Si en tant qu'amas ouvert ce n'est pas le représentant le plus spectaculaire de sa catégorie, il s'inscrit dans un champ qui lui est hors-catégorie. Messier 39 Constellation: Cygne Magnitude: 4,6 Dimensions: 32' Loin à l'arrière de la queue du Cygne se trouve ce bel amas large et bien défini, se détachant bien d'un fond de ciel pourtant riche. Son trait caractéristique reconnaissable immédiatement ce sont les trois étoiles brillantes alignées qui se détachent nettement devant l'amas, elles ont des magnitudes proches, supérieures à 6, et s'étirent sur un axe sud-est/nord-ouest. En plus de ce trait distinctif, jusqu'à une vingtaine d'étoiles sont résolues facilement en vision directe, un amas réellement intéressant à faible grossissement peut être injustement délaissé car il est vrai qu'il se montre épars et pauvre en grossissant plus. NGC 6633 Constellation: Ophiucus Magnitude: 4,6 Dimensions: 27' Pas évident à repérer car il se trouve dans une zone dépourvue d'étoiles très brillantes, le plus facile reste de le chercher sur un segment reliant Alya du Serpent de magnitude 4,6 à 72 Ophiuchi de magnitude 3,7. Heureusement il est évident et vous devriez l'accrocher facilement. Et pour cause, c'est un grand et très bel amas qui montre de la personnalité, avec une structure bien reconnaissable. Les nombreuses étoiles brillantes résolues à sa surface, facilement une bonne quinzaine, forment une bande sinueuse 5 fois plus longue que large, comme une sorte de "S" très allongé. Collinder 463 Constellation: Cassiopée Magnitude: 5,7 Dimensions: 40' Bel amas un peu éclipsé de par sa position, à l'écart de ses congénères plus célèbres qui se regroupent autour du W. Méritant largement un coup d'yeux, on peut le trouver facilement grâce aux quatre étoiles brillantes qui l'encadrent joliment, à savoir 40, 42, 48 et 50 CAS. Au milieu de ce quadrilatère, ce large amas se détache assez bien d'un fond de ciel un peu moins fourni ici que plus au sud. Une vingtaine d'étoiles sont résolues facilement, et jusqu'à une trentaine encore relativement aisément en sollicitant à peine la vision décalée, qui permet aussi d'augmenter la sensation de densité. Les étoiles les plus brillantes impriment à l'amas une forme d'arc ou de haricot qui en font un trait caractéristique de cet objet qui est finalement très intéressant. Messier 34 Constellation: Persée Magnitude: 5,2 Dimensions: 35' Sur le flanc ouest de la belle constellation de Persée, la 34e entrée du catalogue de Charles Messier est localisable à l'oeil nu sous un bon ciel. Voilà encore une cible qui s'apprécie aussi avec un champ généreux pour lui donner de l'air, donc pourquoi pas dans une paire de jumelles? C'est un bel amas ouvert dense et lumineux, un peu isolé dans une zone du ciel moins riche en étoiles brillantes, ce qui souligne d'autant sa beauté. Il se détache parfaitement sur un fond de ciel bien noir. Ce sont peut-être une bonne vingtaine d'étoiles plus brillantes qui se démarquent à l'avant d'une zone plus diffuse. L'amas, plutôt compact, ayant une forme globalement ronde. Stephenson 1 Constellation: Lyre Magnitude: 3,8 Dimensions: 20' C'est grâce à l'astronome américain Charles Bruce Stephenson que nous pouvons mettre un nom sur le très joli petit amas ouvert qui se regroupe autour de l'éclatante paire Delta 1 et Delta 2 Lyrae. Cette double optique, largement séparée dans des jumelles est déjà à elle seule d'intérêt. Les deux forment un joli couple avec leurs magnitudes respectives de 4,2 et 5,5 mais surtout leurs teintes, un beau doré pour Delta 2 qui est de classe spectrale M4 contrastant avec le bleu dur de Delta 1 qui est de classe B2. Ces deux-là sont des membres physiques de cet amas distant de plus d'un millier d'années lumières, et avec elles sont visibles en vision directe 4 à 5 autres membres. En vision décalée, l'amas qui conterait une trentaine de membres montre une certaine densité diffuse confirmant sa nature. NGC 1746 Constellation: Taureau Magnitude: 6,1 Dimensions: 40' Entre les cornes du Taureau se trouvent deux grands amas ouverts accessibles aux jumelles, se disputant férocement une place dans les 50 que j'ai choisi de retenir. L'autre amas en question étant NGC 1647, plus proche des Hyades, qu'il ne faut pas négliger pour autant. Pour les comparer régulièrement il me semble que NGC 1746 se montre un peu plus intéressant. C'est assez nettement le plus dense des deux, une grosse vingtaine d'étoiles peuvent y être résolues en vision directe, tandis qu'en vision décalée il se densifie et montre une forme ronde assez régulière se détachant nettement du fond de ciel assombri ici par la présence d'une nébuleuse obscure à l'avant-plan. Il est de plus encadré joliment par quelques étoiles brillantes. Messier 6 - Amas du Papillon Constellation: Scorpion Magnitude: 5,3 Dimensions: 25' A l'instar de son voisin M7 évoqué plus haut, ce bel amas ouvert est également défavorisé par une position trop basse au-dessus de l'horizon sud. Il n'est cependant pas dénué d'intérêt, même s'il est bien plus petit et discret que l'amas de Ptolémée. Il se montre compact et dense, une bonne dizaine d'étoiles sont résolues sur un fond qui crépite de manière perceptible en vision directe, le tout dans l'environnement très riche du coeur de la Voie Lactée. Si sa forme caractéristique de lépidoptère qui lui confère son petit nom ne saute pas au yeux immédiatement, elle se laisse quand même deviner. Pour bien en profiter il faudra privilégier un passage au méridien dans un ciel transparent et au-dessus d'un horizon sud bien propre. NGC 2244 Constellation: Licorne Magnitude: 5,3 Dimensions: 24' Si à première vue ce nom ne vous dit rien, je suis prêt à parier que vous l'avez déjà vu en photo car il se trouve au centre de la fameuse "Nébuleuse de la Rosette", cible appréciée des astrophotographes. Difficile d'observer la nébuleuse elle-même, bien que je me suis laissé dire que c'était possible sous un ciel très transparent, en revanche l'amas est très intéressant. Il se montre dense, environ 10 étoiles sont facilement résolues, arrangées en une sorte de rectangle, sur un fond diffus qui se révèle très fourni en vision décalée. Il faut dire qu'on est ici en pleine Voie Lactée, et le fond du ciel est remarquable. De plus, un compagnon facile s'invite dans le champ, c'est l'amas ouvert Collinder 106, large et diffus en arrière plan d'une étoile brillante. L'ensemble de ce champ est donc intéressant à plus d'un titre, pour son esthétisme et pour la célébrité de la nébuleuse qui y siège sans vouloir se révéler. Messier 50 Constellation: Licorne Magnitude: 5,9 Dimensions: 15' Amas très dense et compact, évident malgré une taille apparente et une magnitude pas exceptionnelles. Ses limites sont biens définies et une petite dizaine d'étoiles peuvent être y résolues. Il se détache assez bien de son environnement particulièrement riche. C'est un jeune amas qui contiendrait entre 50 et 100 étoiles. Messier 67 Constellation: Cancer Magnitude: 6,1 Dimensions: 30' Bel et grand amas ouvert, peut-être un peu éclipsé par la célébrité de M44 qui se trouve à environ 8° au nord. Diffus de prime abord en vision directe, en y prêtant attention en vision décalée il se dégage une nette impression de grouillement d'étoiles, dont trois ou quatre sont à la limite d'être résolues. Une étoile de magnitude 7,8 ne lui étant pas liée brille sur son bord ouest alors qu'un faible doublet stellaire à peine résolu se détache à l'opposée. Il paraît allongé sur une axe nord-est/sud-ouest, sensation sûrement accentuée par l'agencement des étoiles les plus brillantes se détachant devant l'amas. C'est un amas très étudié puisqu'il est à la fois vieux -2,5 milliards d'années- et proche -2960 années lumière. Stock 23 Constellation: Girafe Magnitude: 6 Dimensions: 15' Joli petit amas qui se détache très bien de son environnement pourtant dense. Sa localisation est facilitée par les quatre étoiles plus brillantes formant un petit trapèze et qui se détachent très nettement, tandis que derrière elles l'amas paraît dense et compact, d'autres étoiles plus faibles parviennent à être résolues en vision indirecte. Messier 11 - Amas du canard sauvage Constellation: Ecu de Sobieski Magnitude: 5,8 Dimensions: 14' Amas très dense et brillant, se détachant parfaitement d'un bel environnement. Ses limites sont assez nettes, bien qu'il soit difficile de lui attribuer une forme générale, peut-être la forme d'un…canard? Quelques étoiles brillantes se détachent plus facilement à sa surface, tandis qu'en vision décalée l'ensemble de l'amas paraît encore plus fourni. Un petit doublet stellaire serré de magnitude 9 sur son flanc sud-est se résout difficilement. L'observation de cet amas est une invitation à glisser doucement le long de la Voie Lactée vers le sud et les merveilles qui y résident. NGC 6940 Constellation: Renard Magnitude: 6,3 Dimensions: 25' Grand amas ouvert aisé a repérer, il forme un triangle rectangle avec les étoiles 52 et 41 Cygni visibles à l'oeil nu. Il se trouve également à environ 3° au sud-ouest des fameuses Dentelles du Cygne. Large, aux contours mal définis en vision directe, une vingtaine d'étoiles sont tout de même résolues assez facilement. La vision décalée permet de mieux en cerner les contours, il se détache alors assez bien d'une zone du ciel plutôt riche en étoiles, l'ensemble de ce joli champ étant d'ailleurs ponctué d'étoiles brillantes. NGC 457 -Amas de la chouette Constellation: Cassiopée Magnitude: 6,4 Dimensions: 20' Petite célébrité parmi les amas ouverts, jouissant d'un fort capital sympathie auprès des amateurs, il se révèle également une cible d'intérêt au travers de jumelles. Il montre parfaitement la forme caractéristique qui lui vaut son petit nom, le corps du rapace nocturne, plus dense, est encadré par ses ailes qu'il déploie de part et d'autre. Ses petites pattes se détachent bien en-dessous sur une zone moins dense, tandis que ses yeux, serrés mais parfaitement séparés sont proéminents, la différence de teinte entre les deux est d'ailleurs perceptible. Messier 36 Constellation: Cocher Magnitude: 6 Dimensions: 10' Ça se bouscule dans les environs de ce petit amas, il est possible qu'en le recherchant vous attrapiez un de ses voisins, il faudra donc s'assurer de viser le bon M, en l'occurrence celui qui nous intéresse ici porte le numéro 36. Pour s'en assurer il suffira de vérifier qu'il est le seul à être résolu: à sa surface on peut isoler jusqu'à une dizaine d'étoiles. Malgré qu'il soit petit et compact, la présence d'étoiles brillantes lui confère un regain d'intérêt aux jumelles par rapport à ses voisins, notamment M37 dont l'aspect strictement diffus lui coûte sa place dans ce "classement". Messier 16 - Amas associé à la nébuleuse de l'Aigle Constellation: Serpent Magnitude: 6,4 Dimensions: 7' Cet objet remarquable a une double nature, il s'agit d'un amas ouvert associé à une nébuleuse en émission, que vous avez sûrement déjà admiré en photographie: les fameux "Piliers de la création" c'est ici! Avec une paire de jumelles inutile d'espérer rivaliser avec le télescope spatial, mais la vision est loin d'être sans intérêt. Le petit amas est facile, compact et esthétique. 4 à 5 étoiles se détachent nettement, et le double dans de meilleures conditions ou à l'aide de la vision décalée. On perçoit sans mal en vision indirecte qu'il baigne dans une lumière diffuse trahissant la présence du grand nuage de gaz ionisé par ces jeunes étoiles naissantes. Messier 93 Constellation: Poupe Magnitude: 6,2 Dimensions: 10' Imaginons que nous soyons propulsés au début du XVIIIe siècle avec notre paire de jumelles, Charles Messier n'est pas encore né et n'a jamais établi son catalogue. Le ciel est empli d'objets inconnus et une comète peut surgir à tout moment assurant la gloire de son découvreur. Il y a fort à parier qu'en tombant sur cette petite nébulosité compacte 8° à l'est de l'étoile Delta Canis Majoris, nous penserions en avoir découvert une! C'est l'effet que me procure l'observation aux jumelles de ce petit amas brillant, parfaitement détaché de son environnement. À son extrémité ouest se trouve un petit doublet stellaire très serré de 8e magnitude, évoquant un noyau brillant, tandis que vers l'est de l'amas s'étire une partie diffuse en forme de "queue". L'ensemble ressemble à s'y méprendre à une belle petite comète, notre coeur bondit! Revenons à la réalité et saluons la formidable oeuvre de monsieur Messier, qui préserva des générations d'astronomes de désillusions et de pertes de temps. Nous reste la poésie de parcourir le ciel en s'imaginant en d'autres âges, furetant à la recherche d'astres chevelus dans l'immensité mystérieuse. Messier 29 Constellation: Cygne Magnitude: 6,6 Dimensions: 7' Facile à localiser à moins de 2° au sud de l'étoile Sadr, c'est un petit amas dense, compact et facile qui se détache très nettement de son environnement. Il montre 6 à 7 étoiles résolues en vision directe à sa surface, tandis que la vision indirecte ne montre pas d'élargissement notable, l'amas restant circonscrit à ses limites bien tranchées, en revanche il paraît plus dense. Cette balade au royaume des amas ouverts touche à sa fin, j'espère qu'elle vous aura donné de belles idées d'observation ou l'envie de retourner voir certains objets. -------------------------------------------------------- Peut-être vous demandez-vous comment j'ai pu oublier ces deux objets remarquables? Messier 24, Sagittaire. Il ne s'agit pas d'un amas ouvert à proprement parler, mais d'un champ stellaire. Une zone incroyablement dense de la Voie Lactée qui nous est révélée par une heureuse absence de poussière dans notre champ de vision à cet endroit-là. Pour autant ne vous privez surtout pas de l'admirer sous toute ses coutures, c'est un "objet" réellement spectaculaire. Collinder 499 - Le cintre ou "Amas" de Brocchi, Renard. Cet objet classique aux jumelles, célèbre pour sa forme de cintre n'est pas un amas ouvert mais un astérisme, un alignement fortuit d'étoiles sans lien physique entre elles. Encore une fois, ne le boudons pas pour autant et qu'importe sa nature il reste un objet très sympathique, un classique du ciel aux jumelles. Pour aller plus loin En voici quelques uns parmi d'autres qui n'ont pas trouvé leur place dans ce tour d'horizon, mais qui étaient plus ou moins proches de figurer dans la catégorie des "petits amas". S'ils ne sont pas les plus spectaculaires, ils demeurent faciles à localiser. M37-Cocher, mV 5,6, 24' d'arc. Strictement diffus mais très bien détaché. NGC 1528-Persée, mV 6,4, 18'. Dense, bel environnement avec deux autres petits amas à attraper: NGC 1513 et NGC 1545. NGC 1582-Persée, mV 7, 24'. Large mais peu fourni, forme de "S" remarquable. NGC 1647-Taureau, mV 6,4, 40'. Etendu mais peu dense, diffus, demande un bon ciel pour être vraiment évident. NGC 1662-Orion, mV 6,4, 12'. Facile, allongé, environ 10 étoiles résolues en vision indirecte. NGC 2169-Orion, mV 5,9, 6'. Amas du "37", l'astérisme formant le chiffre est invisible aux jumelles mais il reste un joli petit amas compact et assez brillant. NGC 2281-Cocher, mV 5,4, 25'. Facile, compact et très bien détaché dans un bel environnement. NGC 6530-Sagittaire, mV 7, 10'. Amas associé à M8 la "Nébuleuse de la Lagune", se détache assez bien du fond diffus de la nébuleuse, une dizaine d'étoiles résolues. NGC 6939-Céphée, mV 7,8, 7'. Large, rond et diffus. L'intérêt principal est le duo formé avec la galaxie NGC 6946. NGC 7789-Cassioppée, mV 6,7, 16'. La "Rose de Caroline" ne montre pas sa morphologie caractéristique mais reste un large amas diffus. À comparer avec M52 non loin. Trumpler 2-Persée, mV 5,9, 20'. Facile, bien détaché et compact avec étoiles brillantes. Ils sont quelques uns parmi les plus remarquables, il en reste un grand nombre qui sont accessibles ou au seuil de la détection! Encore plus loin? Voici deux petits challenge pour la route. NGC 188-Céphée, mV 8,1, 15'. Le plus vieil amas ouvert connu, contient des membres âgés de 9 milliard d'années! Egalement le plus boréal observable, à quelques degrés du Pôle Nord céleste. Ses étoiles sont faibles et éparses, il faudra un bon ciel pour distinguer cette étendue diffuse qui se détache difficilement du fond de ciel. Champ de M103-Cassioppée. 4 amas dans le même champ! NGC 663 est le plus évident, suivi de M103. NGC 654 et 659 demanderont un peu plus d'application. Toujours plus? Des jumelles avec un champ très large peuvent permettre d'en ajouter 2 de plus au nord de ce groupe, les petits et discrets NGC 637 et 559. Comment trouver ces objets? J'utilise sur le terrain quasi-exclusivement le Pocket Sky Atlas, qui convient parfaitement pour ces observations. L'immense majorité des cibles accessibles aux jumelles y sont, on peut le gribouiller, le malmener, il ne tombe jamais en panne. Pour préparer les observations, le logiciel gratuit Stellarium est très bien. Les articles qu'on peut trouver sur Wikipedia à propos de ces objets contiennent souvent en illustration une carte de champ éditée par Sky and Telescope (l'éditeur du PSA cité plus haut), parfait pour localiser chaque objet en plus des informations et des illustrations. Très bon ciel à toutes et tous.
  4. hibou

    Les comètes de 2019

    Bonjour, J'ai enfin pu observer cette comète Iwamoto malgré une transparence moyenne et la Lune en quartier. Evidente aux jumelles 8x40 à main levée, aperçue immédiatement en scannant le champ à environ 4° à l'ouest d'Eta Leo. Partie centrale un peu plus brillante et coma assez large, un peu plus petite que la pleine Lune, globalement ronde mai je l'ai trouvé plus irrégulière que 46P Wirtanen, peut-être (très) légèrement évasée, plus large sur la partie arrière? Des rapports d'observation à mag 6 sup, ça me semble cohérent vu la facilité compte tenu des conditions. NGC 2903 avec qui elle a rendez-vous apparaît déjà à l'autre extrémité du champ de 8° des jumelles en plaçant Y1 Iwamoto sur l'autre bord. Bonnes observations et bon ciel!
  5. hibou

    Des conseils pour mes prochaines observations ?

    Salut, Bravo pour tes premières observations. Mars est très petite actuellement car elle est loin, et s'éloigne encore. Donc elle ne montre te rien de plus que c'est que tu as vu c'est normal. On grossit en changeant d'oculaires, les molettes qu'on tourne ne servent qu'à régler l'image pour qu'elle soit nette. Le plus facile c'est de commencer toujours avec le 25mm pour trouver ta cible. Pour une cible facile tu pourrais observer la nébuleuse d'Orion M42. Bon ciel !
  6. hibou

    Nouveau newton 154/600 : défaut de fabrication ?

    Salut, Je n'ai aucune connaissance de ce matériel, mais si ça peut t'aider: Le même chez TS: https://www.teleskop-express.de/shop/product_info.php/info/p10227_TS-PHOTON-6--F4-Advanced-Newtonian-Telescope-with-Metal-Tube.html Chez Orion: https://www.astronome.fr/produit-tube-orion-photo-newton-150mm-f-41-Prix-0-euro-id-2314.html Les colliers sont les mêmes, ça écarterai donc une éventuelle fantaisie d'Omegon? Un fil (en anglais) ou le gars a pris l'option queue d'aronde longue: https://stargazerslounge.com/topic/196073-tsgso-150mm-f4-imaging-newtonian/ Bon ciel.
  7. Je pense aussi à Dobby01 qui avait une belle plume et des dispositions remarquables pour l'observation. Revenez les filles quoi!
  8. Oui ça passe, dans de bonnes conditions et en sachant où regarder et quoi chercher : un petit ovale gris diaphane mais relativement contrasté. Hier encore je l'ai vue aux 8x40 à main levée. Si vos jumelles ont un filetage, pour quelques dizaines d'euros un adaptateur, un trépied photo léger et un petit tabouret peuvent transcender vos observations. Bon ciel !
  9. Salut! Merci pour le partage, c'est très agréable à lire, et bravo pour ces belles observations aux jumelles. : ) Je ne suis pas étonné non plus pour R Leporis, une observation difficile. Je l'ai observée aux 10x50 sur trépied, la stabilisation est indispensable, à main levée je pense que c'est chaud patate. Comme d'autres étoiles carbonées très rouges style T Lyrae, la particularité c'est qu'on ne les voit qu'en vision directe, dès qu'on regarde à côté elles disparaissent littéralement. Il faut les garder au centre d'un tout petit champ de vision, une histoire de sensibilité de l'oeil, de cônes et des bâtonnets... Et pour ça sans stabilisation c'est pas évident. En plus ce sont des étoiles variables et parfois elles deviennent trop faibles pour être observées aux petits instruments, dommage d'ailleurs c'est aussi au minimum que la couleur est la plus marquée. À vue de nez (gelé, ça caille sévère ce soir) elle a une mag entre 7 et 8 actuellement, je ne sais pas où trouver la courbe de luminosité. On peut se consoler avec RX Lep juste au-dessus qui a une couleur orange foncé bien marquée aussi. Dans Orion si je me souviens bien BL Ori est bien colorée également. NGC 1807 et 1817 j'adore ce joli couple qui mérite d'être plus connu, je suis content que vous les ayez cherché! Ça ne devrait pas vous poser de problème en cheminant méthodiquement, le plus simple est de remonter "l'arc" d'Orion (jeter un oeil à NGC 1662 au passage!). Je les vois facilement à main levée avec des 8x40, aucun problème pour vous qui n'êtes pas des débutants. ; ) Bon ben c'est pas fini, ça a du vous mettre en appétit, il y a encore du monde à visiter aux jumelles dans ces constellations! Un petit challenge pour se motiver? Si le ciel est sans Lune et bien transparent M1 n'est pas si difficile. En tout cas bravo pour la démarche aux jumelles , je suis sûr que bientôt c'est vous qui allez pointer les télescopes du club et qu'on vous appellera pour trouver tel ou tel objet! Bonne continuation et très bon ciel.
  10. hibou

    Matériel astrophoto

    Alléluia!! : ) Non pas que je voulais absolument te faire entendre raison, mais j'avais vraiment peur que tu regrettes de ne pas avoir un grossissement maximum que te permet ta 80ED, d'autant que tu indiques que ça sera ton seul instrument pendant un moment, et que la Lune t'intéresse. Peut-être qu'un jour en quatrième oculaire tu voudras même une focale encore plus courte ou une barlow, parce que c'est justement une caractéristique intéressante de ces petites lunettes ED, on peut grossir grossir grossir... On lit souvent que certains les poussent à plus de 200x, donc je trouvais dommage de se priver de cet aspect de ton instrument. Champ large pour le 4mm si tu veux y faire entrer de plus grands objets, comme voir en entier un amas ou une galaxie tout en grossissant fort, mais à mon sens c'est une préférence que seule l'expérience peut te donner. Peut-être que tu ne poussera que sur les planètes et là le grand champ est inutile avec ta motorisation, peut-être que tu aimeras les survols lunaires à fort grossissement et là le grand champ retrouve du sens, à condition que ce grand champ soit exploitable ce qui suppose un oculaire assez coûteux. Si j'étais à ta place (je n'y suis pas mais c'est pour te dire que mon avis reste subjectif), je mettrais le paquet sur l'oculaire de 7m ou 8m car c'est le grossissement que j'utilise le plus avec ma 80ed (qui a 560mm de focale, l'oculaire en question étant un ES 6,7mm/82° délivrant 83x), qui passe merveilleusement en gardant assez de champ. Pour le 4mm on peut économiser un peu pour commencer et prendre du 60° avec le suivi tu t'en sortiras. Quand la tirelire est à nouveau garnie, on pourra la re-casser pour un bel oculaire grand champ de longue focale, entre 20mm et 30mm selon tes goûts, ton ciel et tes cibles préférées. À moins que d'ici là l'astrophotographie n'ait englouti tout ton budget et ton temps, car c'est bien le sujet de départ? Bon ciel.
  11. hibou

    Matériel astrophoto

    Non c'est l'inverse. À 85x certains détails des surfaces planétaires seront bien plus difficile à observer qu'à 150x. Je prends Jupiter pour exemple, avec une lunette de 80mm, à l'opposition et dans un ciel stable. À 85x un observateur expérimenté qui l'a observé des centaines de fois dans des optiques de 50 à 250mm voit très facilement la Grande Tache Rouge, 5 ou six bandes avec leurs irrégularités, l'ombre d'une lune sur le disque jovien. Il y a fort à parier qu'un grand débutant, sans que ça n'ait rien de péjoratif, ne verra pas tout ça. À 120x tous ces détails sont bien plus lisibles par le même débutant et deviennent évidents en y prêtant attention, l'observateur expérimenté lui commence à distinguer encore d'autres détails. À 150x sur Jupiter on commence à atteindre les limites de la 80mm, le contraste baisse sensiblement, mais tous les détails sont là et parfaitement lisibles par le débutant. L'expérimenté s'arrache les yeux pour distinguer quelques spots clairs dans les bandes et les détails de structure de la GTR. On peut faire la même sur Mars, la Lune, les nébuleuses planétaires, les étoiles doubles... Grossir revient à te rapprocher de ta cible. Quand tu grossis 85x c'est comme si tu étais 85 fois plus près de ta cible. Quand tu grossis 150x c'est comme si tu étais 150 fois plus près de ta cible. Selon toi à quelle distance voit-on le mieux? Si tu achetai un Dobson manuel de 250mm plutôt qu'une 80ED motorisée, et que tu voulais grossir 450x (soit 1,8xD, comme le 150x sur la 80ED) mon discours serait très différent, là effectivement l'expérience est déterminante pour exploiter ce grossissement: ça suppose que tu sais reconnaître les conditions atmosphériques qui permettent de pousser, que tu maîtrise parfaitement la collimation de ton instrument, et que tu es un virtuose du suivi manuel. Mais là tu as une lunette motorisée, tu as juste à glisser un oculaire dans le renvoi-coudé, lancer la poursuite et profiter. Rien à part les conditions atmosphériques ne peut t'empêcher d'aller chercher le grossissement maxi, et surtout pas le fait de débuter! Bon ciel.
  12. hibou

    Matériel astrophoto

    1xD, soit 85x n'est sûrement pas le grossissement maximum avec une 80ED, ça je peux te l'affirmer. Le grossissement résolvant oui Ok, il est même dépassé vu la qualité optique, mais maxi non. Déçu tu risques de l'être en effet quand sur la Lune, Jupiter, Saturne tu vas plafonner à 85x et te dire zut si je pouvais grossir plus, pourquoi j'ai pris un 14mm? Enfin tu fais comme tu le sens, c'est ton matos! ; ) Bon ciel!
  13. Superbe triptyque, merci de nous le faire partager ! Je viens juste d'observer les trois en même temps dans le champ de jumelles 8x40, les différences sont déjà nettement visibles et ce grand champ sur fond de VL les sublime. Une petite lunette comme la 80ed est à mon goût le meilleur instrument pour les apprécier, ils sont à l'aise dans le champ, de même que M35. Détaillé individuellement ils ont chacun leur personnalité qui est ici parfaitement retranscrite. Bon ciel!
  14. hibou

    Nébuleuses obscures

    Ah oui tiens quel heureux hasard ! Bien vu merci du partage. Qu'est ce que c'est la "bulle" dans le coin en bas à droite selon vous ? Une NP ? Arc de choc, objet HH, ou une simple volute de gaz ? C'est bien rond quand même. Bon, depuis je suis passé 2x fois sur la zone aux petites jumelles 8x40, ciel bien transparent entre deux averses, j'ai comme la sensation de zones plus sombres, y compris celles des Barnard entre Betelgeuse et Meisa, mais rien de frappant si ça se trouve j'ai juste regardé cette image trop longtemps. Mais ça mérite investigation si j'ai mieux qu'une trouée de 5min.
  15. hibou

    Premier télescope et pollution lumineuse

    Bonjour Ryaani, (je sais que la question ne m'est pas adressée mais si tu me permets j'avais envie d'y répondre) Personnellement je pense que non si on est suffisamment passionné, si on s'intéresse à ce qu'on observe, si on dessine, si on image...c'est sans fin, les surfaces planétaires évoluent, on guette l'inclinaison des anneaux de Saturne, on rouspète à cause d'une tempête de poussière sur Mars, on s'enflamme pour un impact sur Jupiter, on trépigne pour la prochaine opposition on jubile quand le seeing est exceptionnel. Bien sûr si tout ça t'en touche une sans faire bouger l'autre il y a des chances que ça finisse par s'essouffler, cela dépend vraiment de toi. Au delà de ça, et c'était plutôt sur cet aspect que je voulais réagir, on parle d'observation "planétaire" mais je trouve ça très réducteur. Il y a de nombreux autres domaines accessibles qui ne pâtissent pas dramatiquement de la pollution lumineuse, en fait les sujets accessibles vont être tout ce qui est assez brillant et qu'on peut grossir fort, donc en plus des planètes et de la Lune il y a une quantité difficile à épuiser d'étoiles multiples, colorées, variables, des amas globulaires, des nébuleuses planétaires, des amas ouverts. Si la chasse aux astéroïdes te branche tu as un sujet très vaste également. Et sans aller chercher des objets exotiques, sur quelques objets célèbres assez brillants on peut s'entraîner à les repérer pour être prêt quand on a l'occasion de se déplacer sous un ciel bien noir, et on a un élément de comparaison (et normalement on prend une petite claque). Deux fois OUI! C'est délicat de dire qu'il est aisé de les suivre manuellement à fort grossissement. Si j'y arrive est-ce qu'on peut considérer que c'est aisé? Si des dizaines de milliers (au bas mot!) de dobsonistes de par le monde le font, est-ce aisé pour autant? En fait c'est comme le vélo, ou les rollers, pour certains c'est évident pour d'autres insurmontable. Je suis quand même tenté de te dire que ça n'est pas difficile. Au moins un en plus vu que tu n'as qu'un 25mm d'origine et que sous ton ciel il va falloir grossir pour assombrir, et grossir pour accéder aux cibles qui se prêtent à tes conditions. J'aime bien l'idée du zoom de Ouille21 du coup, à ce prix ça te permet d'affiner tes choix futurs tout en observant confortablement pour débuter sans grever ton budget pour de futurs accessoires de qualité. Bon ciel!