Jump to content

Fred_76

Membres association
  • Content Count

    14,398
  • Joined

  • Days Won

    19

5 Followers

About Fred_76

  • Rank
    業餘天文學家

A propos

  • Résidence
    N 49.707° E 0.1927°
  • Matériel
    Star Adventurer Mini, AGFA PHOTO Realishot DC5200
  • Site Web

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Oui réduction de bruit = traitement +/- bizarre, genre Star Eater & co. Donc pas bon.
  2. Voici une façon de calculer la valeur Tmax, durée maximale de dithering, en fonction du nb de pixels de dithering qu'on souhaite avoir et des caractéristiques du système d'acquisition. On saisi les variables : Np = nb de pixels max de dithering f = focale (en mm) il s'agit de la focale RÉELLE et pas de celle artificielle obtenue avec le facteur de recadrage (crop factor) p = taille des pixels (en µm) sf = décalage ST4 de la vitesse sidérale * * Le décalage sf varie selon les montures. Généralement il est de 0,5. On peut sur certaines raquettes le
  3. Si j'ai bien compris, les triangles qui pointent vers le bas sont la combinaison d'une amplification analogique ET logicielle. On n'a pas le détail de la part de chaque. On peut donc vraisemblablement supposer que ronds et triangles vers le bas se valent, avec une préférence pour les ronds. Par contre les triangles qui pointent vers le haut et les signes évidés sont à éviter.
  4. Je pense que le dithering en DEC va rendre les choses bien plus compliquées. Un dithering un peu plus agressif en RA sera tout aussi efficace et bien plus simple à implémenter. En plus, la plupart des petites montures (Star Adventurer, Astrotrac, Vixen Polaris, EQ1...) pour lesquelles ce système est prévu n'ont que le suivi en RA, pas en DEC. Je vais me concentrer sur le dithering en RA uniquement dans un premier temps.
  5. Oui, on a bien une distribution uniforme. Pas nécessairement avec toutes les montures. En RA, il ne doit pas y avoir trop de vibrations, mais en DEC, ça peut secouer à cause du backlash. Oui il faut impérativement proposer un délai personnalisable après la fin du dithering. Normalement pour le dithering en RA on ne renverse jamais le suivi. Donc le backlash n'est pas un problème. La séquence sera donc : - fin de la pose photo - lancement du dithering pendant un certain temps - temps d'attente personnalisé - reprise de la séquence ph
  6. Voici l'algorithme du dithering. Il y en a d'autres, mais celui ci devrait suffire. On note : - Tmax la durée maximale de dithering, par exemple 2 s - n est l'indice de la nième photo - R(n) est un nombre réel aléatoire compris entre 0 et 1, calculé pour la nième photo - d(n) est la durée du dithering pour la nième photo, on pose d(0) = 0 s - t(n) est une durée intermédiaire pour la nième photo - abs(x) signifie la valeur absolue de x Au nième pas : a) t(n)=[2*R(n)-1]*Tmax b) si abs[t(n)+t(n-1)]>Tmax alors d(n)=-t(n) sin
  7. Le mieux serait d’installer un ressort comprimé d’un côté et la vis de l’autre. Comme ça il n’y aurait plus qu’une vis à tourner pour faire la mise au point. La patte d’appui semble aussi un peu faible avec son énorme porte à faux : Elle mériterait d’être bien renforcée pour gagner en rigidité.
  8. Effectivement je n’avais pas regardé la forme des points. Les symboles pleins indiquent qu’on est dans la zone où il y a de l’amplification analogique. Les symboles vides indiquent une amplification extrapolée, purement artificielle. Les cercles indiquent une amplification analogique pure, sans autre artifice. Les triangles avec la pointe en bas indiquent que c’est une amplification avec « scaling » donc avec une multiplication logicielle, en plus de l’amplification analogique si le symbole est plein. Les triangles pointe en haut indique
  9. La verte semble pas mal du tout avec une dynamique maximale vers 400 ISO. Et encore bonne jusque 6400. Les courbes noires et bleu offrent une bonne dynamique aussi à 100 ISO, bien qu’un peu plus faible. C’est le trio gagnant. Il faudrait voir en deuxième étape lequel de ces 3 boîtiers est le plus efficace en matière de signal thermique, d’électroluminescence et lequel est le plus pratique en astrophoto.
  10. Les bons esprits se rencontrent !!! As tu avancé dans ton projet ?
  11. Merci ! Pour le moment j’en suis encore à dégrossir le sujet. NB : J’ai trouvé ce câble qui permet une alimentation bien pêchue via ST4. Ça va pulser avec ça 😜
  12. En fait ce que je veux faire, c'est un boitier qui fait juste du dithering automatiquement entre deux poses. Ce boitier fera aussi intervalomètre de façon à bien synchroniser la prise de vues avec le dithering. Pas besoin d'ordinateur, pas d'autoguidage, tout doit être autonome. Ça serait utilisable avec une Star Adventurer, une Astrotrac TT320X-AG, une Vixen Polaris motorisée, voire sur des petites montures 1 ou 2 axes comme EQ1, EQ3.2... du moment qu'elles ont un port ST4. Pour la suite, c'est ici :
  13. Oui, c'est certain. Mais ce n'est pas super simple à implémenter car ça dépend beaucoup de l'équilibrage de la monture et des défauts des engrenages et VSF (notamment un voilage : le jeu va varier avec le temps pendant la même séance de poses). C'est pour ça que PHD2, par exemple, commence par une calibration et qu'il faut la refaire à chaque fois qu'on modifie le cadrage. Une façon de faire grossière mais qui n'a pas besoin de calibration serait d'analyser l'évolution de l'intensité de courant qui part dans la monture. Quand ça tourne dans le vide à cause du jeu, ça ne consomme ri
  14. Salut Oliv, je fais remonter ce message car je ne comprends pas ta réponse ci-dessus. Quelle différence y-a-t-il entre un optocoupleur et un relais à contact sec ? Il me semble que les deux font exactement la même chose pourtant : ça passe ou ça passe pas, non ?
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.