Jump to content

Malik

Animateurs
  • Posts

    1,982
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    10

About Malik

A propos

  • Matériel
    APM130F6 / AP Mach1 / ZWO ASI1600MMC

Recent Profile Visitors

9,111 profile views

Malik's Achievements

  1. hahahaha c'est n'importe quoi ce topic bon ben j'vais devoir créer un compte Bruce Lee pour botter des fesses
  2. Je me permets de faire remonter ici, l’usage prescrit par la modération du site, en cas de doute sur un membre.
  3. oui je pense que la grosse différence vient de la, cela dit lorsque j'avais fait le test, je n'avais pas lancé de script, et certaines fonctions que je trouve importantes n'étaient pas disponibles, mais ca a peut etre évolué entre temps personnellement j'aime bien effectuer ma chaine de process, en ayant la main sur chacune des étapes, avec la possibilité d'affiner les process selon ce que je souhaite obtenir, je vérifie le résultat après l'application de chaque process, afin de bien voir leurs effet et maitriser ce qui se passe tout au long du prétraitement c'est évidement long, tres long, probablement trop long pour certains l'ADN de SIRIL est la rapidité de traitement, avec beaucoup de réglages prédéfinit, ce qui laisse moins la main à l'utilisateur, mais qui le rend beaucoup plus accessible à celui qui ne souhaite pas rentrer dans les détails c'est pourquoi je pense qu'il n'est pas tres pertinent de vouloir absolument faire un VS entre ces deux softs, car il n'ont tout simplement pas la meme philosophie et c'est probablement pour cette différence d'approche que les utilisateurs de SIRIL passent en majorité par les script, quand les utilisateurs de Pixinsight se servent tres peu de la fonction batch processing (l'equivalent d'un script) j'aurais bien fait un parallèle avec l'AsiAir et les softs plus complets, mais j'ai peur qu'on me jette des pierres
  4. sur PC (ryzen9) Quels types d'opérations et avec quelles tailles de fichiers d'images as-tu obtenu ces temps de traitements de 45 min ? je parle uniquement des process concernés par la manip CUDA (starnett, starx et compagnie) typiquement un StarXterminator sur une image drizzle de la 6200 c’est 45min sans l utilisation du GPU et 4/5 min avec le GPU Possible que sous Mac il n’y ai pas cette subtilité, et que GPU et CPU soient d’office sollicité pour ces travaux sans avoir a faire de bidouilles 🤷🏻‍♂️ pour le reste des process, que ce soit en pretraitement ou traitement, j’ai pas vu de diff la dessus le CPU et la mémoire vive font bien le boulot. pour ce qui est de la comparaison Siril Vs Pix (sans vouloir ré ouvrir le débat ici, ce n’est pas le sujet) j’avais fait mon propre comparatif, SIRIL est largement devant en terme de temps de réalisation par contre sur le résultat Pix est devant, pour celui qui recherche à tirer le maximum de son pretraitement PIX à l’avantage de pouvoir affiner une flopée de réglages à chaque étapes
  5. on peut faire la manip cuda sur mac ? si non c’est quand même un gros handicap avant de faire la manip j’avais des temps de traitements de 45min et plus sur des grosse images
  6. c’est superbe bravo et ça fait du bien de voir un peu de soleil 🥲 bon ciel !
  7. Salut, je me suis monté une tour il y a deux ans autrou d'un RYZEN 9 5950X 16 CORE (payé env 1000€ a l'epoque) avec 64go de RAM, et la possibilité de passer à 128go mais je n'en ressent pour le moment pas le besoin, Avec ca je peux prétraiter et traiter sans problème les images de la 6200 (sur pixinsight et photoshop) et même des mosaïques de 4 tuiles pour la CG un copain m'avait refilé gratuitement une GTX1080ti, et ca fait tres bien le job, vu que la manip CUDA est possible tous les traitements starnett et compagnie sont relativement rapides à l'époque c'etait sortie de covid, les CG etaient introuvables ou hors de prix, aujourd'hui je prendrais une 3070ti l'image d'une 6200 contient 61 million de pixels à ne pas confondre avec le poids d'une brute c'est 120mo
  8. Un grand merci à tous pour vos commentaires ! vraiment ca fait énormément plaisir à lire, et surtout ca motive à poursuivre ce type de projet j'y songe, mais.. madame est un peu farouche 😅 par contre la version starless s'y prete bien, sans étoiles les images astro peuvent paraitres tres artistique promis, tout a été réalisé en état de sobriété merci beaucoup ! oui... et ca doit être pour toutes ces raison que je sors une image par an j'ai faché le grand chef à base de popopopoppp
  9. Cycle de Céphée - Tome 2 UN DOMAINE TOURMENTÉ (Mosaïque FSQ106 - ASI6200) Si vous n'avez pas lu les précédents chapitres, voici les liens vers le début de ce récit : Chapt : 1 et 2 Chapt : 3 et 4 CHAPITRE 5 : CHAOS ET HARMONIE Le spectacle qu’offrait cette vue large du domaine éveillait autant d’angoisse que d’apaisement. La sérénité et le tourment s’entremêlaient sur ces terres, comme s’ils coexistaient depuis toujours, dépendant l’un de l’autre. Il était maintenant aisé de comprendre la quiétude de l’Œil de Cephée, lui qui voyait tout, était en mesure de comprendre, ce qui deviendrait bientôt pour nous une évidence. Ce paysage était régit par Le Chaos et L’Harmonie. L’Oeil demeurait indiffèrent devant la menace de cette Grande Vague, il savait que lorsqu’elle arriverait, ils échangeraient leurs tourments et leurs sérénités, dans la danse orchestrée par la houle. A toute échelle de temps et d’espace, le Chaos et l’Harmonie cimentaient cet univers ondoyant. Les Fantômes, volaient comme des vagues à travers d’autres vagues, Ghyubuldagian lui-même était un monde de flots niché sur une grande marée sombre. Elles étaient présentes partout, tout le temps, dans une infinie fractale, nous réalisions alors la réalité. Tous ce monde nichait probablement lui aussi sur la crête d’une Vague encore plus grande, qu’il nous était impossible d’imaginer… CLIQUER SUR L'IMAGE POUR ACCEDER A LA FULL : Afin de mieux rendre compte des proportions des objets dans leur environnement, voici un rappel des crops correspondants aux précédents chapitres : 1- VDB141 et CB230 2 - Gyulbudaghian et HH-215 3- LBN 468 4 - NGC7023 EPILOGUE Revenons à des sujet plus terre à terre après ce long voyage, voici les détails techniques de cette mosaïque. Il s’agit d’une composition de 3 panneaux, couvrant un champ de 7° par 3.9°. L’échantillonnage résultant est de 0.91 arc/sec pour une image de 360 Mpxl (j’ai à nouveau été bridé par le format tiff et son poids de fichier maximal). Les acquisitions ont été réalisées en itinérance, principalement à Valdrome, en Seine et Marne (sous un bon ciel pour la région parisienne), mais aussi en Espagne durant un séjour entre astro-copains. Matériel : AP Mach1 - FSQ106 Edx4 – Camera ASI 6200MM - Filtres Astrodon LRVB Temps de poses : 13h de luminance et 1h par couche couleur par panneau, soit un total de 48h environ, réparties sur 11 nuits. Traitement effectué sur : Pixinsight, AstroPixelProcessor, et Photoshop Encore un grand merci pour votre lecture, Et à bientôt pour de nouvelles aventures ^^. Malik
  10. Salut ! j'aime beaucoup la description en détails du traitement ! l'enchainement des process me parait nickelle 👍 une piste d'amélioration peut etre serait dans la montée d'histo tu précises histo manuelle avec histo transform perso je fais ma montée d'histo avec d'autres outils (selon l'image) : - auto histo ou GHS pour la montée d'histo "globale" - local histo pour accentuer les contrastes dans les structures ces process sont un peu plus techniques à mettre en œuvre, mais une fois maitrisés, les résultats sont vraiment meilleurs, notamment dans la gestion du bruit coté esthétique, je rejoins les copains pour la couleur orangée, j'ajouterais peut être une meilleure coloration des étoiles, pour sortir du coté bicolor vers lequel tendent les compositions Ha-HaVB
  11. Merci encore pour votre passage ! Pour une meilleure lecture, j'ai édité le premier post pour y regrouper les chapitres 1 et 2 Les chapitres 3 et 4 sont disponibles dans un autre topic que je viens de créer Chapt 3 et 4 Au plaisir !!! Malik
  12. Cycle de Céphée - Tome 2 UN DOMAINE TOURMENTÉ (Mosaïque FSQ106 - ASI6200) Si vous n'avez pas lu les précédents chapitres, voici le lien vers le début de ce récit : Chapt : 1 et 2 CHAPITRE 3 : LA GRANDE VAGUE La houle cosmique était à l’origine de la Grande Vague. Nul ne connait son âge, mais elle existait bien avant Gyulbudaghian et elle perdurerait probablement bien après lui. Depuis le sommet sur lequel il avait toujours été, il n’avait jamais pu observer l’ensemble de La Vague. Il pouvait seulement distinguer l’écume et la mousse qu’elle gênerait, en contrebas de la crête. Il discernait leur évolution, mais cela lui nécessitait de puiser dans ses souvenirs les plus lointains, car la vague évoluait à une toute autre échelle de temps que la sienne. D’autres visiteurs avaient pu lui décrire, avant nous, l’immensité de son monde. Il avait donc pu apprendre, qu’il était perché sur la crête de cette menaçante structure, et surtout, qu’il n’était pas seul à l’habiter. D’autres Êtres vivaient comme lui sur La Vague, certains nichés dans sa courbe, d'autres installés sur son épaule. Ces deux régions semblaient bien plus paisibles que la crête, si bien que la nature des objets qui les peuplaient différait de celle de Gyulbudaghian. Cependant, tous s'accordaient à dire que depuis ce sommet, il bénéficiait de la vue la plus spectaculaire. Il lui suffisait de concentrer son regard vers le lointain pour pouvoir distinguer la profonde beauté bleue sur laquelle La Vague semblait tranquillement déferler… CHAPITRE 4 : L’ŒIL DE CEPHEE Cette lueur bleue au loin serait probablement la prochaine victime de La Grande Vague, et nous devions l’avertir du danger qui s’abattait sur le domaine. A mesure que nous approchions de la lumière, la structure qui la portait dévoilait son immensité. Une gigantesque colonne de matière, donnant l’impression de pouvoir résister aux épreuves du temps. Ce piédestal avait lui aussi été le fruit de la houle cosmique, mais on ne pouvait s’empêcher de penser qu’il avait été volontairement érigé là, pour y déposer l’Œil de Céphée. La lumière gagnait en éclat, son bleu devenant de plus en plus profond. La lueur vive et paisible qui en émanait traduisait une étonnante quiétude. Comme l’Œil de Céphée voyait tout, il ne craignait rien, malgré le chaos environnant, il nous suffisait de nous éloigner encore un peu plus pour comprendre la raison de cette sérénité. CHRONIQUES DU SAVOIR L'Iris d’un bleu Rayleigh La nébuleuse de l’Iris brille du même bleu que notre ciel pour la même raison : La dispersion de Rayleigh. La dispersion de la lumière est le phénomène par lequel la lumière se répand lorsqu'elle interagit avec des particules ou des obstacles dans son chemin. Cette dispersion est plus efficace pour les courtes longueurs d'onde, c'est-à-dire pour les couleurs violet et bleu, par rapport aux longues longueurs d'ondes, telles que le rouge. En d'autres termes, lorsque la lumière traverse de petites particules ou des molécules de gaz, le bleu et le violet sont dispersées dans toutes les directions, tandis que les longueurs d'ondes comme le rouge, sont moins dispersées et continuent de se propager dans la direction initiale. La nébuleuse de l’Iris ainsi que notre atmosphère sont de parfait exemples de la manifestation de ce phénomène. J'espère que ces nouveaux chapitres vous ont plu, A tres vite pour le final ! Chapitre final ici : Malik
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.