Jump to content

Apolloman

Membre
  • Content Count

    361
  • Joined

  • Last visited

About Apolloman

  • Rank
    Membre
  • Birthday 12/26/1975

A propos

  1. De toute façon, concernant les conspis et surtout celui la… « Tout ce qu’ils racontent, c’est un merdoyage colossal dans des proportions excrémentielles » C’est bien connu ! (j'ai déjà posté ce ressenti sur un blog de débunkage)
  2. Disons que je prend des extraits de la vidéo selon mes humeurs et mes disponibilités... Mais sache que j'y viendrais prochainement... En passant : une chose qu'il faut savoir : Si la NASA n'aurait jamais utilisée les images en format JPEG je suis sur que 80% des «anomalies» (artefact de compression) n'auraient jamais existé, mais comme tout le monde utilise les fichiers JPEG et, après une éventuelle transformation enregistre à nouveau l'image au format JPEG, l'image devient de plus en plus dégradé par l'algorithme JPEG.
  3. J'ai vu le "documentaire" et la vidéo du "bras cassé"... Concernant la vidéo amateur 'sur Apollo Je fais un copie/coller de mes réponses 1) Bonjour Irna, Cultrera Paul alias Apolloman tous forums confondus et accessoirement journaliste collaborateur pour une revue dédiée au spatial (bien entendu ceci est une réaction personnelle donc je ne parle en aucun cas au nom de ma rédaction). J’avais laisser un commentaire sur la vidéo de Mr Grimault, mais je ne sais pas ci celui-ci est rester visible, je me permet donc de le reproduire ici : (tu en as expliqué certains points dans ton billet) A 51 05 JG : "Qui c’est le mec qui tiens l’appareil photo ??" La DAC, caméra automatique (c’est le mot magique) de Maurer 16 mm fixé sur le montant du hublot du LM et qui filma toute l’EVA à la cadence de 1 image/seconde, elle fut déclenchée à la sortie d’Armstrong par Aldrin. Car ceci n’est pas en réalité une photo, c’est une simple capture d’image faite une fois le film récupéré ! SOMBRE CRÉTIN... Quant aux ombres de différentes longueurs, Oh My God rien de bien sorcier là dedans Déjà 2 éclairages différents (même si ils sont dans le même axe) impliquent obligatoirement 2 ombres pour chaque objet http://www.siamoandatisullaluna.com/images/stories/Debunking/dbk/HR/Analisi23_H.png Voir plus s’il y a plus de projecteurs... Ensuite concernant les longueur différentes des ombres, cela vient du fait que le sol lunaire N’EST PAS ABSOLUMENT plat. Effectivement, une grande partie du site d’atterrissage d’Apollo 11 était essentiellement plat, mais il y avait des ondulations locales à sa surface (Relief du sol où se succèdent de petites hauteurs et de faibles dépressions : Ondulation du terrain). Puisque nous regardons une image en deux dimensions, nous ne pouvons pas voir la pente réelle du terrain, mais nous pouvons la déduire à partir des ombres. Il apparait que le terrain derrière l’astronaute se trouvant à gauche est en pente ascendante soit à la partie supérieure gauche, ou à partir d’en bas à droite (vers là où les 2 ombres se rejoignent), ou une combinaison des deux. Voir cette photo et cette carte pour mieux s’en rendre compte... http://airandspace.si.edu/webimages/highres/GPN-2001-000012h.jpg http://www.hq.nasa.gov/alsj/a11/a11prsci3-15.gif En couleur : http://cdn.theatlantic.com/static/mt/assets/science/a11traverse.jpg Rappelez-vous, les ombres projetées sur une pente descendante sont allongés (astronaute de droite se trouvant un poil plus haut que celui de gauche), tandis que celles portées sur une pente ascendante sont plus courtes (l’astronaute de gauche se trouvant même presque au fond de la dépression). Il semble qu’un changement dans la pente du terrain est la seule explication possible et logique en ce qui concerne les ombres. http://www.parc-landes-de-gascogne.fr/files/pnr_landes/missions/Paysages/Boite-a-outils-paysage/Les-outils-de-representations-du-paysage.pdf Pas besoin d’être un super génie pour déduire cela... Dois je vous parlez aussi de votre déclaration sur les écrits de White concernant Chaffee...?? Tiens une nouveauté : Chaffee aurait voler avec White ??? (minutage 34 min) Rectification : Chaffee AURAIT DU FAIRE SON TOUT PREMIER VOL AVEC WHITE ET GRISSOM LORS DU VOL APOLLO 1, mais ce ne fut pas la cas, car ils sont mort dans l’incendie de la capsule lors d’un essai au sol. Chaffee n’a jamais volé dans l’espace ! A 51:01 ... "Le LEM Columbia portant..." Outre L’acronyme LEM remplacé en 1968 par LM parce que les dirigeants de la NASA considéraient que le terme Excursion traduisait mal la portée du projet lunaire, celui-ci ne s’appelait pas Columbia mais Eagle, Columbia étant le nom du CSM restait en orbite. Que ce personnage apparenté à un bouffon coiffé de ses grelots reste avec son tas de cailloux au milieu du désert...!! 2) A 52:55, quand il se pose la question "Qu’est ce que c’est ce bazar" ou il suppose que cela ressemble à un crash un petit peu raté en faisant la comparaison avec l’accident d’hélicoptère de Balavoine... Ou le "truc" (à court d’arguments ??) n’a pas vu la dune et se l’ai payé d’où le petit dégât... La trace qu’il nous montre est tout simplement ce que l’on appelle en géologie ou en astrogéologie, l’éjecta. J’utilise ici le terme d’éjecta pour désigner la couronne de matière projetée autour d’un cratère à la suite de la collision d’une météorite à la surface d’un corps céleste. Sur le format TIFF (48,4 Mo) de la photo (Cratère Lobachevsky), on voit bien cette couronne autour du dit cratère https://archive.org/details/as16-121-19407'>https://archive.org/details/as16-121-19407 Pour rentrer un plus dans le détail tout en essayant de rester intelligible : C’est une couverture d’éjecta asymétrique du à un impact très oblique. Lorsqu’un objet (je parle d’astéroïde bien sûr) frappe avec un angle oblique, des modèles très intéressants se forment dans l’éjecta. Matériaux de diverses compositions, de masses et par conséquent de différentes couleurs, sont déposés préférentiellement dans le sens de l’impact ! Pourquoi donc chercher midi à quatorze heures ?? 3) Une petite pépite pour la forme... Revenons à Mr Grimault et a ses divulgations ?!? Non le terme exact est : divagations ! La séquence démarre à 55:24, avec la présentation du rocher marqué d’un "C" sur une photo prise lors d’Apollo 16. Voici l’explication alambiquée de Mr Grimault, je le cite : "La lettre C sur un caillou, ben voyons, ca veut dire quoi ? Non j’ose pas le dire... (NB : Si, si osez mais osez donc !!) Je m’adresse aux américains probablement" [intermède d’un convive] "Voilà c’est... Exactement, JC !! Vous notez que les mecs, ils photographient à peu près n’importe quoi, là c’est une trace de semelle donc : ils arrivent, CLIC, ils photographient, ils ne voient pas qu’il y a la lettre "C" devant eux , ils sont bizarres ces américains !" [intervention d’un second convive, sur le prétendu effacement de cette sois disant lettre "C"] "Oui, oui... Ah bien sur, bien sur, je l’ai... Je l’ai dit tout à l’heure, préventivement qu’à partir de 1959 les ordres tombent ; ne jamais rien montrer qui dépasse de la culotte " (NB : finalement il a osé) > Que dire devant cette analyse méticuleuse ?? Ah oui... GNÉÉÉÉÉÉÉ !!! Le moment d’étonnement passé... Revenons tout d’abord sur son affirmation "Vous notez que les mecs, ils photographient à peu près n’importe quoi, là c’est une trace de semelle donc : ils arrivent, CLIC, ils photographient, ils ne voient pas qu’il y a la lettre "C" devant eux" Ah bon, première nouvelle : il est vrai que la photo présentée par JG ne représente qu’un simple cailloux marqué... Est ce une méthode couramment utilisée pour marquer un accessoire particulier dans le monde du cinéma ??? (c’est ce que vous sous entendez) C’est pas beau de mentir (ou de détourner les faits) Mr G à votre convenance ! Premièrement, la photo présentée telle que, est en réalité (un mot qui à l’air de vous échapper) un simple gros plan de celle-ci http://spaceflight.nasa.gov/gallery/images/apollo/apollo16/hires/as16-107-17446.jpg John Young, commandant du bord d’Apollo 16, photographie la scène avec le gnomon qui est utilisé comme référence photographique afin d’établir l’angle vertical local du soleil, l’échelle et la couleur du sol lunaire. Voilà pour la mise en place... Le "C" qui vous fait tant glousser... Saviez vous qu’en 2001, des chercheurs ont décidé de commander des diapositives à partir de trois sources différentes : le National Space Sciences Data Center, le Lunar & Planetary Institute (LPI), et le Johnson Space Center. Les trois diapositives ne montraient pas un tel marquage. Bon, d’accord, mais elles étaient de sources NASA et ils dissimulent surement leur erreur, non ? Les chercheurs ont donc décidé de donné un coup d’œil de plus près à l’image et à ce fameux « C ». cette roche particulière était visible dans deux images consécutives : AS16-107-17445 et AS16-107-17446. Le "C" n’était pas visible dans la diapositive soit, mais il est apparu sur les versions imprimée et électroniques de AS16-107-17446. Ils ont décidé d’examiner le « C » dans les versions électroniques de AS16-107-17446 et voici ce qu’ils ont trouvé : http://www.conspiracy-theories-hoax.com/images/hairc.jpg Le fameux "C" n’est rien d’autre qu’une saleté, un scille, une fibre !!! Et pourquoi j’avance cela : parce que outre l’agrandissement ci dessus, le magazine "Aviation Week and Space Technology" qui avait cette même photo en couverture de son édition datée du 8 mai 1972, soit moins de 2 semaines après le retour des astronautes, (photo issue des toutes premières copies d’époque) ne montre aucunement ce fameux "C" ou ces fameux "C" selon les versions ! image du fameux magazine Aviation Week & Space Technology Vol.96 N°19 First Apollo 16 Photos (désoler Irna) http://i18.servimg.com/u/f18/11/60/98/36/awap1610.jpg PS : A 55:16, je vous cite : là c’est un autre qui s’est crashé, peut être aussi mais enfin bon... Mr Grimault, dois je vous demander pourquoi vous remettez la même photo du cratère Lobachevsky en version plan large au lieu de la version zoomé donnée en 52:55 Pour donner plus d’aplomb à l’affirmation qu’il y a beaucoup de crash d’OVNIS sur la Lune ??? https://archive.org/details/as16-121-19407 4) Dans un royaume ou la bêtise est reine, Jacques Grimault en est le roi... Bonsoir, Toujours lors de ce fameux diner/cabaret... au timing 51:33, Jacques Grimault nous sort une analyse, comment écrire cela ??? "pas piqué des hannetons" (c’est bien entendu ironique de ma part) En voilà la transcription : JG : "Alors on continue... Regardez, les mêmes images de cosmonautes les incrustations sont évidentes là C’est à dire que l’on a effacer tout ce qu’il y a derrières ces pierres là ! Regardez, ca nous ai présenté comme des photos lunaires mais ca c’est exactement ca hop là, ici lui avec sa pièce "appa..." le gros rocher qui est ici ! C’est à dire qu’on a fait une incruste sur fond noir ici ! C’est normal après cela qu’on ne voit pas des étoiles sur le fond lunaire puisque qu’on va nous expliquer savamment : "vous comprenez on ne peut pas voir les étoiles parce qu’on ne peut pas même les voir... > Outre le fait, comme précisé dans l’article initial d’Irna, que se sont bien des photos d’entrainement des vols Apollo 17 et 15 qui furent reprises pour le compte du site Artivision et dont l’auteur/webmaster annonça ouvertement avoir lui-même procédé à l’incrustation sur fond noir (très mauvais choix d’exemples de votre part qui souligne un certain manque de rigueur)... Des étoiles... Des étoiles, sérieusement... Non mais allo quoi ??? Des étoiles en pleine matinée "lunaire" !! D’accord le ciel est d’un noir d’encre... Mais, mais c’est le jour sur la Lune, cette couleur noire est simplement dû à l’absence d’atmosphère. Saviez vous que les astronautes atterrissaient au tout début du jour lunaire (qui dure 28 jours terrestres). Ils bénéficiaient ainsi d’une lumière rasante pour le repérage du terrain à l’atterrissage (entre 10 et 15° d’élévation au-dessus de l’horizon) et de températures relativement modérées : la température au sol passe ainsi progressivement de 0 à 130 °C entre le lever du Soleil et le moment où le Soleil culmine à son zénith au bout de 177 heures terrestres. Le Soleil était bas certes, mais c’était bien le jour... Allez donc voir des étoiles en matinée !! De plus ; avec les moyens de l’époque (c’est d’ailleurs toujours valable...) le temps de pose pour avoir des scènes de jour, figer les mouvements des astronautes est de l’ordre de l’instantané : du millième au 30ème de seconde. dès qu’on passe au delà du 8ème de seconde, l’appareil photo enregistre les mouvements intempestifs du photographe (respiration entre autre). Avec un appareil Hasselblad ouvert à 5,6 minimum, il faut poser au moins 2 à 10 secondes (en plus sans bouger) pour chopper les étoiles les + brillantes. Donc, sur la Lune, les photos devraient monter l’un ou l’autre : - soit des images d’arrière plan nettes et correctement exposé mais avec un ciel noir immaculé - soit montrer les constellations que l’on connait, mais avec le sol lunaire cramé par la sur exposition... Mais il est arrivé, à 2 reprises, qu’une étoile, qui n’en était pas une (on l’appelle bien pourtant l’étoile du berger), se fit photographiée c’était : Vénus. Il fallait pour cela qu’elle se soit trouvée dans le champ de prise de vue. Car vu de la Lune, Vénus parait, comme depuis la Terre, d’un coté ou de l’autre du Soleil. Avec sa magnitude de -4, Vénus est une soixantaine de fois plus brillante que les étoiles de première magnitude. Il faut néanmoins que la photo soit surexposée, et encore on discernerait que quelques pixels plus clairs que le fond du ciel. Ce fut le cas avec les photos : http://www.hq.nasa.gov/alsj/a16/AS16-117-18815HR.jpg http://www.hq.nasa.gov/alsj/a16/AS16-117-18816HR.jpg http://www.hq.nasa.gov/alsj/a16/AS16-117-18817HR.jpg (à vous de cherchez la petite bête) Ainsi que lors du vol Apollo 14 http://www.hq.nasa.gov/alsj/a14/a14Venus.html Voilà c’est tout pour ce soir, cela fais office d’échauffement cérébral... A venir très prochainement la vérité scientifique (et non loufoque comme vos dires) sur les pavés lunaires !! 5) Coucou Irna... Voilà la suite Les fameux pavés lunaires de Mr JG (un relent de mai 68 ??), qui selon ses propres dires, je le cite : (timing vidéo de 56:01 à 56:23) "On a ça aussi, c’est un pavé comme on en trouve sur... Dans les rues de Paris, et voilà donc il y a des manifestants aussi sur Mars !" "Un autre pavé... Sympa, je trouve... C’est dans le sable, cela veut dire qu’il n’y a pas d’assise géologique, c’est vraiment un truc qui a était posé là..." > Outre le fait que ce personnage confond la surface lunaire et martienne dans ses propres dires, on peut fortement et à juste titre s’interroger sur ces capacités d’analyse en géologie. 1er photo présentée : https://www.hq.nasa.gov/alsj/a15/AS15-82-11130HR.jpg (rien à voir donc avec Mars, mais bon c’est un détail... quoique !) Photo prise lors du vol Apollo 15 à la station n°9 "flat rock" Ensuite seconde photo "un autre pavé..." (selon lui) — -> Et bien non, c’est toujours le même rocher (https://www.hq.nasa.gov/alsj/a15/AS15-82-11131HR.jpg) simplement pris sous un autre angle et oui les astronautes n’étaient pas statiques, dommage essayer encore !! Un pavé pour Mr Grimault, moi j’y vois plutôt un Stecak (pierre tombale) médiéval mais bon, c’est selon le point de vue. Maintenant venons en à la fameuse analyse "C’est dans le sable, cela veut dire qu’il n’y a pas d’assise géologique, c’est vraiment un truc qui a était posé là..." WTF...??? Bon premièrement on nomme cela de la (ou du régolithe) et non pas du sable L’analyse proprement dite : Prenons une vue d’ensemble de la région https://www.hq.nasa.gov/alsj/a15/AS15-82-11125HR.jpg ou encore plus vaste http://www.lpi.usra.edu/resources/apollopanoramas/images/print/annotated/JSC2007e045378.jpg Et que voyons nous ?? le contexte géographique : - Le "pavé" en question se trouve sur le devant, en tout début de pente descendante de la faille de Hadley, celle-ci, selon la théorie le plus communément admise, est vraisemblablement un ancien conduit de lave effondré qui forme une crevasse de 120 km de long, avec une largeur de 1200 m et une profondeur de 350 m. Le rocher lui même : - A ceux qui se sont déjà essayer par le passé à la géologie, comme moi, sur les photos prises on peut distinguer de nombreuses caractéristiques géologiques (du moins 2 c’est déjà ca)... C’est pourquoi, notamment une des raisons pour laquelle, les astronautes ont pris les photos en N&B (pour faire ressortir au maximum les détails des roches) Donc, on peut discerner que la surface de ce fragment de roche, à l’apparence d’un pavé ( ), ressemble à un vésiculaire ! C’est un type de texture ignée, caractéristique des roches volcaniques qui renferme d’abondantes cavités : les vésicules. Elles sont formées par le piégeage puis l’échappement de gaz pendant le refroidissement de la lave. Donc dans l’affirmative, c’est probablement un basalte. La stratification ( ) pourrait provenir à l’origine de différentes coulées de lave. A l’affirmation : "C’est dans le sable, cela veut dire qu’il n’y a pas d’assise géologique, c’est vraiment un truc qui a était posé là..." - Je répondrais : oui, à premiere vue, vous avez entièrement raison et alors ??... Le plus plausible (au lieu d’un dépôt effectué par un technicien de plateau de cinéma, lourdement suggéré par votre part) c’est que cette roche se trouve là à cause d’un impact secondaire due au crash d’un quelconque astéroïde ou météoroïde, au choix (vous savez on est sur la Lune, pas d’atmosphère toussa quoi...). Soyons honnête jusqu’au bout, je ne sais pas pourquoi elle est de forme rectangulaire. Sur Terre, ceci est assez commun en raison des joints, des fractures dans les roches en raison de la tectonique à l’échelle régionale. Je ne connais aucun emplacement de tels joints (attention, je n’écris pas qu’il n’y en a pas) sur la Lune. http://jfmoyen.free.fr/IMG/pdf/Cours_structurale_JFM_2009.pdf Peut être plus d’infos à venir, un de ces jours... Et, j'en suis en train de faire une autre réponse sur les arrières plans "semblables"
  4. J'ai vu le "documentaire" et la vidéo du "bras cassé"... Concernant la vidéo amateur 'sur Apollo Je fais un copie/coller de mes réponses 1) Bonjour Irna, Cultrera Paul alias Apolloman tous forums confondus et accessoirement journaliste collaborateur pour une revue dédiée au spatial (bien entendu ceci est une réaction personnelle donc je ne parle en aucun cas au nom de ma rédaction). J’avais laisser un commentaire sur la vidéo de Mr Grimault, mais je ne sais pas ci celui-ci est rester visible, je me permet donc de le reproduire ici : (tu en as expliqué certains points dans ton billet) A 51 05 JG : "Qui c’est le mec qui tiens l’appareil photo ??" La DAC, caméra automatique (c’est le mot magique) de Maurer 16 mm fixé sur le montant du hublot du LM et qui filma toute l’EVA à la cadence de 1 image/seconde, elle fut déclenchée à la sortie d’Armstrong par Aldrin. Car ceci n’est pas en réalité une photo, c’est une simple capture d’image faite une fois le film récupéré ! SOMBRE CRÉTIN... Quant aux ombres de différentes longueurs, Oh My God rien de bien sorcier là dedans Déjà 2 éclairages différents (même si ils sont dans le même axe) impliquent obligatoirement 2 ombres pour chaque objet http://www.siamoandatisullaluna.com/images/stories/Debunking/dbk/HR/Analisi23_H.png Voir plus s’il y a plus de projecteurs... Ensuite concernant les longueur différentes des ombres, cela vient du fait que le sol lunaire N’EST PAS ABSOLUMENT plat. Effectivement, une grande partie du site d’atterrissage d’Apollo 11 était essentiellement plat, mais il y avait des ondulations locales à sa surface (Relief du sol où se succèdent de petites hauteurs et de faibles dépressions : Ondulation du terrain). Puisque nous regardons une image en deux dimensions, nous ne pouvons pas voir la pente réelle du terrain, mais nous pouvons la déduire à partir des ombres. Il apparait que le terrain derrière l’astronaute se trouvant à gauche est en pente ascendante soit à la partie supérieure gauche, ou à partir d’en bas à droite (vers là où les 2 ombres se rejoignent), ou une combinaison des deux. Voir cette photo et cette carte pour mieux s’en rendre compte... http://airandspace.si.edu/webimages/highres/GPN-2001-000012h.jpg http://www.hq.nasa.gov/alsj/a11/a11prsci3-15.gif En couleur : http://cdn.theatlantic.com/static/mt/assets/science/a11traverse.jpg Rappelez-vous, les ombres projetées sur une pente descendante sont allongés (astronaute de droite se trouvant un poil plus haut que celui de gauche), tandis que celles portées sur une pente ascendante sont plus courtes (l’astronaute de gauche se trouvant même presque au fond de la dépression). Il semble qu’un changement dans la pente du terrain est la seule explication possible et logique en ce qui concerne les ombres. http://www.parc-landes-de-gascogne.fr/files/pnr_landes/missions/Paysages/Boite-a-outils-paysage/Les-outils-de-representations-du-paysage.pdf Pas besoin d’être un super génie pour déduire cela... Dois je vous parlez aussi de votre déclaration sur les écrits de White concernant Chaffee...?? Tiens une nouveauté : Chaffee aurait voler avec White ??? (minutage 34 min) Rectification : Chaffee AURAIT DU FAIRE SON TOUT PREMIER VOL AVEC WHITE ET GRISSOM LORS DU VOL APOLLO 1, mais ce ne fut pas la cas, car ils sont mort dans l’incendie de la capsule lors d’un essai au sol. Chaffee n’a jamais volé dans l’espace ! A 51:01 ... "Le LEM Columbia portant..." Outre L’acronyme LEM remplacé en 1968 par LM parce que les dirigeants de la NASA considéraient que le terme Excursion traduisait mal la portée du projet lunaire, celui-ci ne s’appelait pas Columbia mais Eagle, Columbia étant le nom du CSM restait en orbite. Que ce personnage apparenté à un bouffon coiffé de ses grelots reste avec son tas de cailloux au milieu du désert...!! 2) A 52:55, quand il se pose la question "Qu’est ce que c’est ce bazar" ou il suppose que cela ressemble à un crash un petit peu raté en faisant la comparaison avec l’accident d’hélicoptère de Balavoine... Ou le "truc" (à court d’arguments ??) n’a pas vu la dune et se l’ai payé d’où le petit dégât... La trace qu’il nous montre est tout simplement ce que l’on appelle en géologie ou en astrogéologie, l’éjecta. J’utilise ici le terme d’éjecta pour désigner la couronne de matière projetée autour d’un cratère à la suite de la collision d’une météorite à la surface d’un corps céleste. Sur le format TIFF (48,4 Mo) de la photo (Cratère Lobachevsky), on voit bien cette couronne autour du dit cratère https://archive.org/details/as16-121-19407'>https://archive.org/details/as16-121-19407 Pour rentrer un plus dans le détail tout en essayant de rester intelligible : C’est une couverture d’éjecta asymétrique du à un impact très oblique. Lorsqu’un objet (je parle d’astéroïde bien sûr) frappe avec un angle oblique, des modèles très intéressants se forment dans l’éjecta. Matériaux de diverses compositions, de masses et par conséquent de différentes couleurs, sont déposés préférentiellement dans le sens de l’impact ! Pourquoi donc chercher midi à quatorze heures ?? 3) Une petite pépite pour la forme... Revenons à Mr Grimault et a ses divulgations ?!? Non le terme exact est : divagations ! La séquence démarre à 55:24, avec la présentation du rocher marqué d’un "C" sur une photo prise lors d’Apollo 16. Voici l’explication alambiquée de Mr Grimault, je le cite : "La lettre C sur un caillou, ben voyons, ca veut dire quoi ? Non j’ose pas le dire... (NB : Si, si osez mais osez donc !!) Je m’adresse aux américains probablement" [intermède d’un convive] "Voilà c’est... Exactement, JC !! Vous notez que les mecs, ils photographient à peu près n’importe quoi, là c’est une trace de semelle donc : ils arrivent, CLIC, ils photographient, ils ne voient pas qu’il y a la lettre "C" devant eux , ils sont bizarres ces américains !" [intervention d’un second convive, sur le prétendu effacement de cette sois disant lettre "C"] "Oui, oui... Ah bien sur, bien sur, je l’ai... Je l’ai dit tout à l’heure, préventivement qu’à partir de 1959 les ordres tombent ; ne jamais rien montrer qui dépasse de la culotte " (NB : finalement il a osé) > Que dire devant cette analyse méticuleuse ?? Ah oui... GNÉÉÉÉÉÉÉ !!! Le moment d’étonnement passé... Revenons tout d’abord sur son affirmation "Vous notez que les mecs, ils photographient à peu près n’importe quoi, là c’est une trace de semelle donc : ils arrivent, CLIC, ils photographient, ils ne voient pas qu’il y a la lettre "C" devant eux" Ah bon, première nouvelle : il est vrai que la photo présentée par JG ne représente qu’un simple cailloux marqué... Est ce une méthode couramment utilisée pour marquer un accessoire particulier dans le monde du cinéma ??? (c’est ce que vous sous entendez) C’est pas beau de mentir (ou de détourner les faits) Mr G à votre convenance ! Premièrement, la photo présentée telle que, est en réalité (un mot qui à l’air de vous échapper) un simple gros plan de celle-ci http://spaceflight.nasa.gov/gallery/images/apollo/apollo16/hires/as16-107-17446.jpg John Young, commandant du bord d’Apollo 16, photographie la scène avec le gnomon qui est utilisé comme référence photographique afin d’établir l’angle vertical local du soleil, l’échelle et la couleur du sol lunaire. Voilà pour la mise en place... Le "C" qui vous fait tant glousser... Saviez vous qu’en 2001, des chercheurs ont décidé de commander des diapositives à partir de trois sources différentes : le National Space Sciences Data Center, le Lunar & Planetary Institute (LPI), et le Johnson Space Center. Les trois diapositives ne montraient pas un tel marquage. Bon, d’accord, mais elles étaient de sources NASA et ils dissimulent surement leur erreur, non ? Les chercheurs ont donc décidé de donné un coup d’œil de plus près à l’image et à ce fameux « C ». cette roche particulière était visible dans deux images consécutives : AS16-107-17445 et AS16-107-17446. Le "C" n’était pas visible dans la diapositive soit, mais il est apparu sur les versions imprimée et électroniques de AS16-107-17446. Ils ont décidé d’examiner le « C » dans les versions électroniques de AS16-107-17446 et voici ce qu’ils ont trouvé : http://www.conspiracy-theories-hoax.com/images/hairc.jpg Le fameux "C" n’est rien d’autre qu’une saleté, un scille, une fibre !!! Et pourquoi j’avance cela : parce que outre l’agrandissement ci dessus, le magazine "Aviation Week and Space Technology" qui avait cette même photo en couverture de son édition datée du 8 mai 1972, soit moins de 2 semaines après le retour des astronautes, (photo issue des toutes premières copies d’époque) ne montre aucunement ce fameux "C" ou ces fameux "C" selon les versions ! PS : A 55:16, je vous cite : là c’est un autre qui s’est crashé, peut être aussi mais enfin bon... Mr Grimault, dois je vous demander pourquoi vous remettez la même photo du cratère Lobachevsky en version plan large au lieu de la version zoomé donnée en 52:55 Pour donner plus d’aplomb à l’affirmation qu’il y a beaucoup de crash d’OVNIS sur la Lune ??? https://archive.org/details/as16-121-19407 4) Dans un royaume ou la bêtise est reine, Jacques Grimault en est le roi... Bonsoir, Toujours lors de ce fameux diner/cabaret... au timing 51:33, Jacques Grimault nous sort une analyse, comment écrire cela ??? "pas piqué des hannetons" (c’est bien entendu ironique de ma part) En voilà la transcription : JG : "Alors on continue... Regardez, les mêmes images de cosmonautes les incrustations sont évidentes là C’est à dire que l’on a effacer tout ce qu’il y a derrières ces pierres là ! Regardez, ca nous ai présenté comme des photos lunaires mais ca c’est exactement ca hop là, ici lui avec sa pièce "appa..." le gros rocher qui est ici ! C’est à dire qu’on a fait une incruste sur fond noir ici ! C’est normal après cela qu’on ne voit pas des étoiles sur le fond lunaire puisque qu’on va nous expliquer savamment : "vous comprenez on ne peut pas voir les étoiles parce qu’on ne peut pas même les voir... > Outre le fait, comme précisé dans l’article initial d’Irna, que se sont bien des photos d’entrainement des vols Apollo 17 et 15 qui furent reprises pour le compte du site Artivision et dont l’auteur/webmaster annonça ouvertement avoir lui-même procédé à l’incrustation sur fond noir (très mauvais choix d’exemples de votre part qui souligne un certain manque de rigueur)... Des étoiles... Des étoiles, sérieusement... Non mais allo quoi ??? Des étoiles en pleine matinée "lunaire" !! D’accord le ciel est d’un noir d’encre... Mais, mais c’est le jour sur la Lune, cette couleur noire est simplement dû à l’absence d’atmosphère. Saviez vous que les astronautes atterrissaient au tout début du jour lunaire (qui dure 28 jours terrestres). Ils bénéficiaient ainsi d’une lumière rasante pour le repérage du terrain à l’atterrissage (entre 10 et 15° d’élévation au-dessus de l’horizon) et de températures relativement modérées : la température au sol passe ainsi progressivement de 0 à 130 °C entre le lever du Soleil et le moment où le Soleil culmine à son zénith au bout de 177 heures terrestres. Le Soleil était bas certes, mais c’était bien le jour... Allez donc voir des étoiles en matinée !! De plus ; avec les moyens de l’époque (c’est d’ailleurs toujours valable...) le temps de pose pour avoir des scènes de jour, figer les mouvements des astronautes est de l’ordre de l’instantané : du millième au 30ème de seconde. dès qu’on passe au delà du 8ème de seconde, l’appareil photo enregistre les mouvements intempestifs du photographe (respiration entre autre). Avec un appareil Hasselblad ouvert à 5,6 minimum, il faut poser au moins 2 à 10 secondes (en plus sans bouger) pour chopper les étoiles les + brillantes. Donc, sur la Lune, les photos devraient monter l’un ou l’autre : - soit des images d’arrière plan nettes et correctement exposé mais avec un ciel noir immaculé - soit montrer les constellations que l’on connait, mais avec le sol lunaire cramé par la sur exposition... Mais il est arrivé, à 2 reprises, qu’une étoile, qui n’en était pas une (on l’appelle bien pourtant l’étoile du berger), se fit photographiée c’était : Vénus. Il fallait pour cela qu’elle se soit trouvée dans le champ de prise de vue. Car vu de la Lune, Vénus parait, comme depuis la Terre, d’un coté ou de l’autre du Soleil. Avec sa magnitude de -4, Vénus est une soixantaine de fois plus brillante que les étoiles de première magnitude. Il faut néanmoins que la photo soit surexposée, et encore on discernerait que quelques pixels plus clairs que le fond du ciel. Ce fut le cas avec les photos : http://www.hq.nasa.gov/alsj/a16/AS16-117-18815HR.jpg http://www.hq.nasa.gov/alsj/a16/AS16-117-18816HR.jpg http://www.hq.nasa.gov/alsj/a16/AS16-117-18817HR.jpg (à vous de cherchez la petite bête) Ainsi que lors du vol Apollo 14 http://www.hq.nasa.gov/alsj/a14/a14Venus.html Voilà c’est tout pour ce soir, cela fais office d’échauffement cérébral... A venir très prochainement la vérité scientifique (et non loufoque comme vos dires) sur les pavés lunaires !! 5) Coucou Irna... Voilà la suite Les fameux pavés lunaires de Mr JG (un relent de mai 68 ??), qui selon ses propres dires, je le cite : (timing vidéo de 56:01 à 56:23) "On a ça aussi, c’est un pavé comme on en trouve sur... Dans les rues de Paris, et voilà donc il y a des manifestants aussi sur Mars !" "Un autre pavé... Sympa, je trouve... C’est dans le sable, cela veut dire qu’il n’y a pas d’assise géologique, c’est vraiment un truc qui a était posé là..." > Outre le fait que ce personnage confond la surface lunaire et martienne dans ses propres dires, on peut fortement et à juste titre s’interroger sur ces capacités d’analyse en géologie. 1er photo présentée : https://www.hq.nasa.gov/alsj/a15/AS15-82-11130HR.jpg (rien à voir donc avec Mars, mais bon c’est un détail... quoique !) Photo prise lors du vol Apollo 15 à la station n°9 "flat rock" Ensuite seconde photo "un autre pavé..." (selon lui) — -> Et bien non, c’est toujours le même rocher (https://www.hq.nasa.gov/alsj/a15/AS15-82-11131HR.jpg) simplement pris sous un autre angle et oui les astronautes n’étaient pas statiques, dommage essayer encore !! Un pavé pour Mr Grimault, moi j’y vois plutôt un Stecak (pierre tombale) médiéval mais bon, c’est selon le point de vue. Maintenant venons en à la fameuse analyse "C’est dans le sable, cela veut dire qu’il n’y a pas d’assise géologique, c’est vraiment un truc qui a était posé là..." WTF...??? Bon premièrement on nomme cela de la (ou du régolithe) et non pas du sable L’analyse proprement dite : Prenons une vue d’ensemble de la région https://www.hq.nasa.gov/alsj/a15/AS15-82-11125HR.jpg ou encore plus vaste http://www.lpi.usra.edu/resources/apollopanoramas/images/print/annotated/JSC2007e045378.jpg Et que voyons nous ?? le contexte géographique : - Le "pavé" en question se trouve sur le devant, en tout début de pente descendante de la faille de Hadley, celle-ci, selon la théorie le plus communément admise, est vraisemblablement un ancien conduit de lave effondré qui forme une crevasse de 120 km de long, avec une largeur de 1200 m et une profondeur de 350 m. Le rocher lui même : - A ceux qui se sont déjà essayer par le passé à la géologie, comme moi, sur les photos prises on peut distinguer de nombreuses caractéristiques géologiques (du moins 2 c’est déjà ca)... C’est pourquoi, notamment une des raisons pour laquelle, les astronautes ont pris les photos en N&B (pour faire ressortir au maximum les détails des roches) Donc, on peut discerner que la surface de ce fragment de roche, à l’apparence d’un pavé ( ), ressemble à un vésiculaire ! C’est un type de texture ignée, caractéristique des roches volcaniques qui renferme d’abondantes cavités : les vésicules. Elles sont formées par le piégeage puis l’échappement de gaz pendant le refroidissement de la lave. Donc dans l’affirmative, c’est probablement un basalte. La stratification ( ) pourrait provenir à l’origine de différentes coulées de lave. A l’affirmation : "C’est dans le sable, cela veut dire qu’il n’y a pas d’assise géologique, c’est vraiment un truc qui a était posé là..." - Je répondrais : oui, à premiere vue, vous avez entièrement raison et alors ??... Le plus plausible (au lieu d’un dépôt effectué par un technicien de plateau de cinéma, lourdement suggéré par votre part) c’est que cette roche se trouve là à cause d’un impact secondaire due au crash d’un quelconque astéroïde ou météoroïde, au choix (vous savez on est sur la Lune, pas d’atmosphère toussa quoi...). Soyons honnête jusqu’au bout, je ne sais pas pourquoi elle est de forme rectangulaire. Sur Terre, ceci est assez commun en raison des joints, des fractures dans les roches en raison de la tectonique à l’échelle régionale. Je ne connais aucun emplacement de tels joints (attention, je n’écris pas qu’il n’y en a pas) sur la Lune. http://jfmoyen.free.fr/IMG/pdf/Cours_structurale_JFM_2009.pdf Peut être plus d’infos à venir, un de ces jours... Et, j'en suis en train de faire une autre réponse sur les arrières plans "semblables"
  5. Bonsoir, comme dirais un célèbre personnage de show TV (devinez lequel) "sac en plaaaastique, sac en plaaaastique..." Plus sérieusement, tout est expliquer sur ce lien (vers mon site) http://www.de-la-terre-a-la-lune.com/apollo.php?page=technos_cm_installations_sanitaires
  6. Merci bien, et meilleurs vœux pour 2016 (à tous)
  7. Et bien, en réalité je n'ai rien demandé... J'ai connu cette personne grâce à son bouquin (et une petite recherche) que j'ai acheté à sa sortie il y a environ 11 mois... On a conversé et je lui est proposé un tout petit "encart de pub" à la fin du magazine "Espace et Exploration" (là ou l'on trouve revues, livres, maquettes concernant l'espace) Puis sans plus Jusqu'à ce début d'année, ou par mail et selon ses propres mots " I wanted to ask if you would be interested in distributing the book "On Board Apollo Moonships", on your website totally free of charge" "It's just a gift and a simple way os saying thank you for your support. I think you do a great job putting into knowledge of young people the legacy of the past." J'ai eu l'autorisation de distribuer gratuitement son oeuvre.
  8. Je n'ai que 2 versions PC et Mac... Mais d'après l'auteur (en relisant ses mails) cela doit fonctionner sur IPad
  9. Normalement tous les problèmes sont corrigés autant pour la version PC que celle pour Mac
  10. Tout est dit dans le titre... Il y a quelques jours à ma grande surprise, j'ai reçu l'autorisation de publier gratuitement ce très joli E-book conçu en 2014 par l'auteur Espagnol Carlos Clariván. Donc, profitez en bien! http://www.de-la-terre-a-la-lune.com/apollo.php?page=documents
  11. Merci de tes réponses... Tu écris "Soit 10 secondes maxi dans ton cas", Ok je vois le truc. Pour obtenir ce résultat, tu fais la division suivante (60:5,6 =10,71) Là pour le coup du me donne le temps maxi de pose avant que les étoiles ne "filent", ok je suis d'accord c'est ce que j'avais demander MAIS quand est il du temps de pose minimum (le moment où les étoiles sont censées "s'imprégnées" sur le film) Pourrez tu s'il te plait m'en dire plus sur le sujet Merci par avance J'expliquerais après coup, le pourquoi de ma question... (si cela t'intéresses)
  12. Bonjour Sébastien, j'ai trouver ce lien http://www.sahavre.fr/tutoriels/astrophoto/34-regle-npf-temps-de-pose-pour-eviter-le-file-d-etoiles La règle des 600 se trouve tout en bas Mais l'astrophotographie n'est pas trop ma tasse de thé
  13. Bonjours à tous Pour les besoins d'un prochain article, j'aurais besoin d'un renseignement sur la règle des 600... Voilà le topo : "je" possède un appareil de marque suédoise avec film argentique couleur 70 mm SO-368 et un objectif de 5,6/60 mm j'aurais voulu savoir combien de temps dois durer l'exposition pour prendre un ciel étoilé figé dans l'obscurité totale sans avoir les étoiles "qui filent" due à la rotation terrestre. Merci par avance PS : désoler si je n'ai pas posté dans le forum adéquat.
  14. Bonjour Toutes mes condoléances pour ta perte (j'ai déjà vécu cela) Bon, pour la première partie de ton texte, je ne serais te dire.. Par contre pour la réglementation, pour ma part il m'a fallu m'inscrire à un club d'aéromodélisme (avec un certificat médical) pour bénéficier de l'assurance et pouvoir lancer mes micro fusées.
  15. Bienvenue Je me suis déjà fourni chez sierra fox hobbies il y a quelques années déjà (environ 10 ans) magasin sérieux de ce qu'il en ai (à l'époque) rien à redire Mes fusées, Mercury Redstone, Saturn IB et Saturn V http://www.youtube.com/user/Apolloman01/videos
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.