sunfish22

Membre
  • Content Count

    1,320
  • Joined

  • Last visited

About sunfish22

  • Rank
    Rsch=2GM/c2
  • Birthday 08/04/1955

A propos

  • Résidence
    Cotes d'Armor (22)
  • Intérêts
    L'histoire de l'astronomie, l'imagerie planétaire, modestement l'astrophysique et la spectro
  • Occupation
    A Lannion, c'est Telecom ou Telecom, au choix.
  • Matériel
    Optique : M703 Intes Micro (MAK180 F/D10) , Rubinar 300mm
    Monture : HEQ5 goto.
    Imagerie : ATIK314L+ (new), PL1-M, 350D Baader, SPC900, Toucam N&B
    Spectro : Réseaux blazés Jeulin / Paton Hawksle
  1. sunfish22

    Biographie de Claude Ptolémée

    Bonsoir, Je viens de lire cet été un livre assez récent de Germaine Aujac : 'Claude Ptolémée Astronome, Astrologue, Géographe'. Ce livre aborde donc 3 volets majeurs de l'oeuvre de Ptolémée , La syntaxe Mathématique (L'Almageste), La 'Térabible' sur l'astrologie, le chapitre le plus court, ainsi que la Géographie. La seconde moitié du livre est consacré à la traduction d'extraits de textes de Ptolémée avec des annotations explicatives. Un peu plus difficile à lire. G.Aujac explique que Ptolémée s'appuie effectivement sur les écrits de ses prédécesseurs dans tous les domaines l'Astronomie et la Géographie (Thales, Anaximandre, Strabon, Héraclide, Pythéas, Erathostène, Hipparque ..). Ptolémée était avant tout un excellent pédagogue pour décrire le Monde. A cette époque on a l'impression de bien mieux connaitre le ciel que la Terre dont on sait que la carte est très approximative et très incomplete et dont on ne connait pas les antipodes ni ses habitants au delà des mers. Les longitudes sont jugées à l'estime, par des récits de voyage de marchands ou de marins, il fallait des observations d'eclipses pour avoir une idée plus précise des longitudes. La position des étoiles est connue avec bien plus de précision. Ptolémée reprend le catalogue d'Hipparque, mais en coordonnées écliptiques relatives au point vernal, permettant ainsi de s'affranchir de la précession des équinoxes. Ptolémée maitrise parfaitement la sphère armillaire. Il décrit en détail les mouvements du Soleil, la durée du jour en fonction de la latitude, le calcul de la longueur et la description du mouvement des ombres du gnomon en fonction de la latitude, au delà du cercle polaire, entre les tropiques. J'avais lu précédemment 'Comment la Terre devient ronde' de JP Maury. L'ouvrage de G.Aujac va beaucoup plus loin. Un ouvrage de référence sur Ptolémée. L'occasion de réviser son théorème de Thalès Jean
  2. sunfish22

    Shorah, je viens en paix.

    Bonjour Nehra, J'ai particulièrement aimé cette série, très esthétique, où il n'y a pas besoin de dextérité pour progresser dans le jeu. Pourrais tu nous en dire un peu plus sur l'équipe qui travaille à la suite de cette série. Revenons au sujet. André Brahic nous dit dans ‘Planètes et satellites’ pages 74/75 que Jupiter (1/1000 de la masse solaire) est proche de la taille maximale d'une planète avec un coeur solide. Au delà, la température du coeur de la planète est telle (10^5 K) que le coeur devient un plasma, les noyaux d'atomes ne sont plus protégés par les électrons qui ont été arrachés et le milieu est dégénéré, il devient compressible et gazeux. Ce diagramme dit la même chose : Au delà d'un rayon de 85 000 km la matière composant l'astre froid devient compressible et l'astre s'écroule sur lui même sous l'effet de la gravitation. Un corps froid (planète gazeuse) a un rayon maximal de 85 000 km (environ 1/8 du rayon solaire) En conclusion, la taille maximale d'une planète tellurique est considérablement plus faible que celle envisagée : - Planète avec un coeur solide : Jusqu'à la taille de Jupiter (1/000 de la masse solaire, 1/10 du rayon solaire). Limite maximale à environ 1/8 du rayon solaire. - Jusqu'à 13 masses de Jupiter : Astre entièrement gazeux, sans réaction thermonucléaire du coeur. On a l’exemple de quelques exoplanètes. - Entre 13 et 75 masses de Jupiter : Naine brune, fusion du deutérium et du lithium à partir de 60 MJupiter. - Au delà de 75 masses de Jupiter : Fusion de l'hydrogène, c'est une étoile. Tout astre ayant une masse supérieure à 1/10 de la masse du Soleil est une étoile (A.Brahic). Jean
  3. sunfish22

    conseil debut traitement

    Bonsoir, Ce spectre a été réalisé avec un SA100 je suppose. Une visualisation rapide de ton spectre sous Rspec (shareware de Tom Field). Excellent début ! Pour les raies parasites, tu veux parler des raies telluriques de l'O2, peut etre ? Jean
  4. sunfish22

    étoile hyper-véloce

    Bonjour, Wiki explique bien le phénomène d'assistance gravitationnelle : http://fr.wikipedia.org/wiki/Assistance_gravitationnelle Une étoile de la Galaxie ou un corps du systeme solaire n'est pas éjecté meme lorsqu'il passe tres pres du corps attracteur central (trou noir ou Soleil). Il acquiert simplement une vitesse tres importante à l'approche du periastre en application de la loi des aires de Kepler (conservation du moment cinétique). C'est le cas de toutes les cometes periodiques à orbite fortement excentrique. Ces cometes ont une vitesse tres proche de la vitesse d'évasion du systeme solaire, mais toujours inférieure à cette vitesse. Pour qu'un objet soit éjecté il faut qu'il 'prenne' de l'énergie supplementaire à un 3eme corps, une planète du systeme solaire dans le cas d'une sonde, ou une étoile compagnon dans le cas de l'étoile véloce. C'est le principe de la fronde gravitationnelle. L'autre cas d'éjection, c'est d'arriver dans la sphere d'influence gravitationnelle du corps attracteur central avec une vitesse non nulle et donc avec une trajectoire hyperbolique dans le référentiel du corps attracteur, mais dans ce cas, il s'agit simplement d'un objet arrivant de l'extérieur avec une energie non nulle et subissant une forte perturbation gravitationnelle en passant à proximité du corps attracteur.
  5. sunfish22

    [sondage] Vie extraterrestre

    Bonjour, On peut aussi élargir en commencant justement par notre systeme solaire, l'histoire n'est pas si lointaine. Hevelius, en 1670, a fait construire une lunette avec une focale extravagante pour l'époque (46M / 150 pieds de focale) pour voir les habitants de la Lune. Au début du siècle dernier on pensait encore qu'il pouvait y avoir des habitants et une végétation luxuriante sur Venus ou sur Mars. Edit : En fait c'est Adrien Auzout, de l'academie des sciences, à la meme époque qu'Hevelius, qui avait avait fait réaliser une lunette de 400 à 600 pieds (200m de focale), inutilisable bien sur, pour observer les animaux de la Lune. La lunette d'Hevelius par contre était fonctionnelle, elle n'était pas beaucoup plus longue à monter que le telescope de Catluc . La pensée humaine sur ce sujet est probalement liée à nos connaissances astrophysiques de l'Univers. La decouverte de nombreuses exoplanètes dans un rayon de 1000 al nous donne maintenant espoir de trouver un jour une planète habitable , mais pas forcemment habitée bien sur, à une distance 'observable'. Toute découverte de vie extraterrestre, meme tres simple, montrerait que la vie serait d'une extreme banalité dans l'Univers, pouvant éclore au meme instant quasiment au meme endroit à l'echelle de l'Univers. Ca me fait penser aux hypothèses de panspermie vehiculant des briques de vie par des objets interplanétaires ou interstellaires. Vaste sujet ! Jean
  6. sunfish22

    GRAO 2012 le week end du 14 et 15 avril

    Bonsoir, Il fallait absolument que je retourne aux GRAO après 2 ans d’abstinence plutot d'absence En attendant le reportage photo au 350D de Laurent ... qui ne saurait tarder à etre publié sur le site des GRAO , voilà ce que j’y ai vu. Le niveau était relevé, il y avait du très beau matos, notamment pour le solaire : voir cette superbe image solaire réalisée par Yvan et Jean-Luc. Site des GRAO : http://sites.google.com/site/astronomesamateursdarmorique/ Des bricoleurs de génie, des Strocks 350mm et 400mm, l'astrographe de Matthieu, l'imposant dobson de Sterenn Des conférences intéressantes sur les évolutions en cours et futures du Picastro par Arnaud et sur la découverte de LA nébuleuse planétaire lDu1 par Pascal Le Du. D'excellentes pizzas dont la Jupiter et ses bandes équatoriales. Merci Jeff. Le film 'l'oeil de l'astronome', presque du théâtre. Le film se passe à Prague, autour de la lunette de Galilée que Kepler vient de recevoir en prêt. La lunette est testée sur la Lune et sur Jupiter et ses satellites. Le film aborde principalement les travaux de Kepler sur l’optique, la chambre noire, les lentilles, l’œil, la réfraction. Assez peu de choses sur les 2 premières lois trouvées rue Karlova. Il évoque aussi le procès en sorcellerie de sa mère, les troubles religieux de la guerre de 30 ans, le métier d’astrologue indissociable de celui d’astronome à cette époque. Richard n’a pas perdu son temps, j’ai même pris une adhésion à l’ANPCEN. Il était grand temps ! Un grand week end pour moi. Merci à Florence et à toute l’équipe de Pontivy pour cet excellent moment de convivialité et de qualité entre passionnés. On reviendra ! Jean
  7. sunfish22

    spectre de beta 2 du cygne

    Bonjour, Tu fais référence, je pense, à l'article paru dans L'Astronomie du mois d'avril, le magazine édité par la SAF. Excellent mensuel avec des articles approfondis sur l'astrophysique (amateur) ou l'histoire de l'astronomie. Des articles toujours très interessants ... qui n'oublient pas la spectro !! L'atlas spectroscopique de Richard Walker (on le trouve en format pdf .. et en english, sur le net) donne des exemples d'étoiles ayant ce type de spectre, comme zeta Tauri ou 28 Tauri (Pleione) qui ont une raie Halpha en émission et les raies H beta /H gamma très intenses en absoption. L'explication donnée est que ce sont des étoiles Be ayant dépassé le stade du disque entourant l'étoile et atteint le stade extreme de Be Shell star, avec une enveloppe de gaz entourant l'étoile. Ces étoiles ont des caractéristiques spectrales similaires aux photosphères des supergéantes de luminosité I-II. Leur enveloppe y est qualifiée de "pseudo photosphère" de faible densité, expliquant la faible intensité des raies en émission et la finesse des raies en absorption. Ces étoiles ont souvent un index 'pe'. Exemple zeta Tauri (HD37202) : B4 IIIpe. Son spectre est présenté table 15 page 42 (Atlas spectro Ed2.0) Je m'interesse à la spectro mais ne suis pas un spécialiste, je n'en sais pas plus que ce que je lis ici et là. Je ne sais pas si beta 2 Cygni est une étoile de ce type (type spectral B8 Ve) ? Pleione ne présente pas ce type de spectre en permanence. C'est peut etre le cas de Beta2 Cygni ? Attendons l'avis des spécialistes. Jean
  8. sunfish22

    Paléoastronomie

    Bonsoir, Effectivement, la sphere d'influence gravitationnelle de la Terre a un rayon de 1,7 millions de Kms. Au delà, l'influence gravitationnelle du soleil devient prepondérante, l'orbite devient chaotique, le satellite s'échappe de son orbite géocentrique pour prendre une orbite héliocentrique. 1,7 Mkms, c'est 270 rayons terrestres. Le calcul du Clea qui donne 1500 rayons terrestres pour la distance de synchronsation n'est donc pas réalisable, la Lune aurait effectivement quitté l'influence gravitationnelle de la Terre depuis longtemps. Par contre, A.Brahic donne 3 fois la distance actuelle pour la synchro, donc environ 180 rayons terrestres, ce qui reste encore en deça de la limite de la sphère d'influence gravitationnelle de la Terre. Ensuite il y a un autre phénomène lié à l'orbite synchrone (l'orbite géostationnaire pour la Terre). En deça de cette distance orbitale, les satellites sont en avance sur le bourrelet de marée et ont tendance à réaccélerer la rotation de la planète et donc à se rapprocher de la planète. C'est le cas de Phobos par exemple qui se rapproche de Mars de 1,8m par siècle et qui va s'écraser sur Mars dans quelques dizaines de millions d'années. Donc, la rotation de la Terre ralentissant, il y a un moment où le phénomène d'éloignement de la Lune s'inverse, et la Lune aura tendance à se rapprocher à nouveau de la Terre. C'est ce que décrit A.Brahic qui explique également que ce phénomène se chiffrant en milliards d'années, il sera rattrapé par le Soleil finissant en géante rouge. Jean
  9. sunfish22

    Paléoastronomie

    Bonjour, Concernant la Lune, A.Brahic dit à peu près la même chose que le site du Clea de mon post précédent : Citation de l'ouvrage 'Planètes et Satellites - 5 leçons d'astronomie' : " ... dans le passé la Terre tournait plus vite et la Lune était plus proche. L'étude des coraux fossiles montre qu'il y avait 400 jours par an il y a environ 350 millions d'années, que la durée du jour était d'environ 22 heures, et que les marées océaniques étaient de plus grand amplitude que de nos jours." "... dans un futur lointain, la rotation de la Terre sera synchrone avec la révolution de la Lune autour de la Terre. La Terre présentera toujours la même face à la Lune La Lune ne sera visible que d'un coté de la Terre. Le mois et le jour seront égaux à environ 50 de nos jours actuels. Les journées seront longues et les nuits aussi. On calcule que la Lune sera 3 fois plus loin qu'aujourd'hui au moment de la synchronisation ..." Cette distance Terre-Lune de synchronisation est significativement plus courte que celle annoncée sur le site du Clea (Comité de liaison enseignants Astronomes) : http://www.ac-nice.fr/clea/index.htm Jean
  10. sunfish22

    Paléoastronomie

    Bonjour, Un site présentant les calculs : http://www.ac-nice.fr/clea/lunap/html/TerreLune/TerreLuneApprof.htm La conclusion de ce site : Où allons-nous ? Il y a 300 millions d'années, le jour durait 22 heures, il y en avait 400 dans l'année (3). Quand le couplage Terre Lune sera terminé, le jour durera 50 de nos jours actuels (2)*. Une simple règle de trois permet de dire que ce sera en gros dans 250 milliards d'années. La Lune sera alors à une distance de 1 500 rayons terrestres, contre 60 aujourd'hui (la distance de la Terre au Soleil vaut 25 000 rayons terrestres). Mais tout ceci n'est qu'une extrapolation hardie, car bien avant ces 250 milliards d'années, le Soleil sera devenu une géante rouge (dans 5 milliards d'années) et sa couronne aura atteint la Terre ... A.Brahic donne également des chiffres dans un de ses bouquins , je regarderai. Concernant les étoiles, le systeme solaire fait le tour de la Galaxie en 220 millions d'années et traverse le plan galactique tous les 30M d'années. Il me semble impossible de pouvoir connaitre le ciel à ces époques reculées. Pour mémoire : Jean
  11. sunfish22

    Monture M Uno AVALON

    Bonjour, Merci Fiontus pour ces commentaires. La mecanique de cette LineAR AVALON semble bien plus sérieuse que celle d'une EQ6. Toutefois, à 4 fois le prix d'une EQ6, est elle réellement bien meilleure en performances de suivi et d'EP ? J'ai trouvé cet article sur le site Baader planetarium (en allemand). Je ne comprends pas ce qui est dit, mais on y voit une courbe d'EP qui doit etre celle d'une monture LineAR : http://www.baader-planetarium.de/avalon/image/image_kunden/umland/umland_linear.pdf EP LineAR AVALON. Credit Volker Umland / Baader Planetarium : Concernant cette monture LineAR, le site OU precise : La LineAR redéfinit la notion d'erreur périodique Comme l'amplitude de l'erreur périodique générée par la LineAR est importante en valeur absolue (généralement de l'ordre de ± 5 à ± 7 secondes d'arc) mais sans à-coup, elle est très facile à corriger par un système d'autoguidage, même avec un instrument de 2 à 3 mètres de focale. Cette correction doit être effectuée à basse fréquence et à basse vitesse, généralement 0.125x la vitesse sidérale. Il est même possible de se passer d'autoguidage avec des focales de 500 à 600mm. La technologie utilisée créé des courbes de tracking très lentes, qui rend toute fonction PEC inutile. Les logiciels utilisés pour optimiser les performances du PEC sont incapables de gérer ce type de situation. Du fait de sa transmission par courroie à 4 niveaux de réduction, la LineAR n'engendre que des défauts de suivi de très grande amplitude, plus longue que celle des montures équatoriales traditionnelles situées dans la même gamme de prix. Bof, je ne vois rien de fondamentalement différent dans cette courbe d'EP de +/- 8'' d'arc et de 400 s. de période qui ne puisse pas etre géré par une fonction PEC et qui permette de s'affranchir d'un autoguidage avec une focale de 600mm !? Ca pipote un peu non ? 2000€ plus chere qu'une EQ6 Evolution, 2500 € moins chere qu'une EM200. Les pro de la mécanique en pensent quoi , notamment sur la suppression du backlash qui me semble etre un vrai plus pour l'autoguidage ? Jean
  12. sunfish22

    Expressions exaspérantes

    Bonsoir Estonius, Excellent ! Je suis dans un milieu professionnel où la plupart de ces expressions ou abreviations sont malheureusement couramment utilisées par les cadres de l'entreprise. Tout ce jargon utilisé ''au quotidien'' est effectivement assez terrifiant Il y a aussi des modes. Je trouve par exemple que 'faire du sens' est beaucoup moins utilisé maintenant qu'il y a 1 ou 2 ans. Dans ma collec, j'en ai des pas mal non plus : - 'I am OOO' pour Out Of Office (dans les auto reply d'emails , pour dire que l'on est en déplacement ou en congé) - Reboucler : Pour regarder à nouveau, vérifier : 'Je reboucle et je reviens vers toi' étant un must. - La 'vue Bottom Up' (Le point de vue des opérationnels) qui s'oppose à la 'vue Top Down' (le point de vue du management) - 'SteerCo' pour Steering Committee (Reunion de pilotage de projet) et autre 'staff meeting' - faire un 'Exec Sum' pour Executive Summary (faire un résumé d'un compte rendu de réunion ou d'un rapport pour la hierarchie qui n'a pas le temps de se taper tout le rapport à lire) - 'Booker' pour réserver une salle par exemple - 'Finaliser' ou 'conclure' pour terminer un rapport, un boulot... - YE (year end) pour fin d'année, Q1 à Q4 (Quarter) pour 1er à 4eme trimestre , H1/H2 pour 1er et 2eme semestre. - 'Appeler le cash' voire même l'affreux 'invoicer' (pour facturer le client). - Monter une 'task force' voire même une 'war room' dans le cadre d'un 'crash program' bien sur. - 'Burn-out' pour les personnes qui font une dépression suite au stress au boulot, devient malheureusement tristement à la mode dans certaines entreprises. - Pour finir sur une note plus gaie et moins balai dans le c. : 'Vendredi midi on se fait un 3P' (Pain Paté Pinard ) , expression plus utilisée sur les sites de province qu'au 'Siège' parisien, bien entendu. Le language des forums n'est pas mal non plus, à commencer par le '+1' qui dénote une rare et authentique richesse linguistique des astrams. Jean
  13. sunfish22

    Fabrication d'un spectroscope

    Bonsoir, Si tu n'as jamais pratiqué la spectro, je te conseillerais plutot de commencer par de la spectro stellaire tres basse resolution, sans fente, avec un simple SA100 - Star Analyser 100 l/mm chez Shelyak Instruments ou des diapos Jeulin ou Paton Hawksley. http://www.jeulin.fr/fr/c-c1000162-epc1000003/categorie/Didactique-Physique-Chimie,Optique,Accessoires-de-diffranction-Prismes-fentes-et-reseaux.html http://www.patonhawksley.co.uk/diffractiongratings.html http://www.shelyak.com/ Il y a déjà tellement à apprendre sur les spectres stellaires, sur l'acquisition et le traitement des spectres (calibration en longueur d'onde, correction de la reponse instrumentale ..) à l'aide des outils comme ISIS ou Visual Spec. Ne faisant que de la spectro stellaire tres basse résolution je n'ai pas de probleme d'etalonnage en longueur d'onde. J'arrive toujours à reperer des raies caracteristiques du spectre stellaire. Ensuite il faut utiliser une lampe de calibration ayant des raies dans la plage de longueur d'ondes observées. Un réseau à 1800 traits/mm va te donner une bonne dispersion, mais il faut aussi que ton set up puisse l'exploiter : Temps de pose important pour imager le spectre imposant un bon diametre, une bonne monture, une bonne CCD en sensibilité et en taille. Tu seras plus rapidement limité en magnitude pour les objets à observer. C.Buil donne des exemples sur son site. Si tu veux monter en résolution, il te faudra un set up capable de faire de l'imagerie CP de bon niveau. J'ai commencé à bricoler la spectro avec un simple jeu de diapos réseaux de 140l/mm à 30 € , ma PL1-M et mon MAK 180 sur HEQ5. On peut déjà voir pas mal de choses. Un exemple. Dispersion de 8A/pixel (resolution d'environ 160 pour Halpha) . Avec un 300l/mm j'avais une dispersion de 2A/pixel (R= 350). Pas mirobolant, mais on voit déjà correctement les principales raies spectrales pour les étoiles de première grandeur. L'interpretation des raies spectrales serait à revoir / à completer sur cet exemple. Depuis, j'ai découvert l'atlas spectroscopique de Richard Walker qui permet d'identifier les raies plus facilement : http://www.ursusmajor.ch/downloads/spectroscopic-atlas-2_0-english.pdf Jean
  14. sunfish22

    Fabrication d'un spectroscope

    Bonjour, Toujours C.Buil section 1 page 2 : avec n le nombre de traits gravés par millimètre, l la longueur d'onde de la lumière en millimètre et k un coefficient qui peut prendre toutes les valeurs entières ...-3, -2, -1, 0, 1, 2, ... On appelle k l'ordre du spectre. Les différentes valeurs de k sont valides à tout moment, ce qui signifie que le faisceau diffracté est en fait un ensemble de rayons correspondant notamment aux diverses valeurs de k. La figure suivante montre la définition des angles : 'La figure que je viens de dessiner montre un réseau dit à réflexion : les traits sont gravés sur une surface réfléchissante, constituée d'une fine couche d'aluminium par exemple. Il existe une autre disposition où les traits sont gravés sur un support transparent. Le comportement du réseau est similaire à ceci près que la lumière le traverse, comme le montre cette figure :' La théorie des réseaux à réflexion ne semble pas etre différente de celle des réseaux à transmission ? Jean
  15. sunfish22

    Fabrication d'un spectroscope

    Bonjour, L'angle de diffraction 'theta' n'est fonction que de l'ordre 'k' utilisé, du nombre de traits/mm 'n' et de la longueur d'onde 'lambda' : Theta = arcsin ( k * n * lambda) Voir page 2 du lien de Christian Buil. La taille de l'angle de blaze doit influer sur l'ordre 'k' mais aussi sur la longueur d'onde pour laquelle le réseau est optimisé (le plus efficace), pour le visible ou pour l'IR par exemple. Je ne connais pas le calcul. Cette caracteristique est fournie par les fabriquants de réseaux à usage professionnel. C.Buil , toujours page 2 du lien rappelé precedemment : ' les fabricants de réseau gravent les traits avec un profil particulier qui permet de concentrer un maximum de lumière dans un ordre donné, et même dans une certaine région spectrale de cet ordre. On appelle cela le "blaze" du réseau. Par exemple si dans le catalogue d'un constructeur vous trouvez l'expression "blazé à 5000 angstroms pour l'ordre 1" cela signifie que le réseau concentre un maximum d'énergie dans l'ordre 1 autour de la longueur d'onde de 5000 angstroms, et cela au détriment des autres ordres. Jean