Moraldo

Membre
  • Content Count

    273
  • Joined

  • Last visited

About Moraldo

  • Rank
    Membre
  1. Moraldo

    Le test de la NASA

    L'objet de ce test n'est nullement de tester les connaissances en astronautique du candidat : il est soumis à un groupe de candidats qui ne se connaissent pas préalablement, avec la consigne de produire une réponse collective ; on va donc observer le comportement de chaque candidat au sein du groupe, la manière dont il interragit avec les autres, ses capacités à écouter, négocier et convaincre, la clarté avec laquelle il expose ses idées, sa tolérance envers d'autres points de vue, révéler le ou les leaders qui émergent spontanément, la façon dont ils cherchent à s'imposer sans succès ou au contraire s'imposent naturellement aux autres, leur aptitude à mobiliser l'énergie de chacun pour concourrir au résultat visé, les rapports dominants/dominés, les motivations centrées sur l'ego ou sur la tâche, etc, etc... C'est un test de psychologie comportementale, étudié pour mettre en évidence la personnalité de chacun, et rien d'autre : le but est de recruter. Il en existe toutes sortes de variantes. Ayant toutes pour point commun de plonger virtuellement le candidat dans une situation mettant sa vie en péril, avec l'obligation de collaborer avec les autres pour s'en sortir. Ce test a été imaginé au départ pour faire la démonstration pédagogique de la puissance du travail collaboratif en équipe. Il est aussi utilisé en recrutement pour des raisons évidentes de sélection des candidats les plus aptes à un poste ou une fonction donnée.
  2. Si au moins elle ressemblait à la DeLorean de Retour vers le Futur !
  3. Gageons que quelques milliers de cerveaux brillants planchent déjà sur le sujet Il arrive qu'une idée novatrice et fructueuse soit émise par un non-spécialiste, précisément parce qu'il a échappé au "formatage" de la communauté. Rarement, mais parfois. Suffisamment de monde se casse les dents depuis longtemps sur ce problème, pour que la piste soit explorée en profondeur si elle est bonne : confiance et patience
  4. Tu as raison Raoul-le-grimpeur-funambule (très belle ta photo de profil : on y devine tes talents d'équilibriste ) Tu le dis toi-même : "Même si ce modèle est philosophiquement douteux (95% de "nature inconnue" dont on a pas le plus petit élément d'explication), il reste de très loin le plus solide pour expliquer l'Univers qui nous entoure." Cependant un édifice qui repose sur 95% d'inconnu... Perso je n'irais pas bâtir une cathédrale sur des fondations si fragiles ! Lambda-CDM propose certes une interprétation cohérente avec les observations, mais on ne peut exclure qu'une autre interprétation plus "naturelle", encore à inventer, s'y accorde tout autant. Concernant la présente, le verdict tombera quand elle aura, pour commencer, réussi - ou échoué - aux épreuves de toutes les observations avérées. Après tout l'Univers est le siège d'énergies colossales, et ce que nous savons pour le moment de la physique, est ce qu'elle a bien voulu jusqu'à présent nous montrer et/ou ce que nous croyons en avoir compris ; restons humbles : rien ne prouve que nos moyens d'investigation - ni même notre intelligence - soient à la mesure de la tâche, aujourd'hui ou jamais... "Si l'explication que vous proposez soulève plus de questions qu'elle n'apporte de réponses, et surtout si de fil en aiguille vous êtes conduits à formuler de plus en plus d'hypothèses adhoc pour y répondre au lieu de découvrir une suite de conséquences logiques, implacables, expérimentalement vérifiables, à mesure que vous en explorez les implications profondes, c'est le signe invariable que la valeur de votre travail tend vers 0... La puissance de la méthode scientifique, c'est d'être prédictive, et testable." Ainsi écrivait en subtance l'un de mes anciens maîtres à penser, une façon de voir les choses pleine de bon sens, à laquelle ne devrait pas échapper la cosmologie. Evidemment on ne peut exclure que des observations à venir finiront par débusquer ces 95% douteux, mais comme ça fait maintenant pas mal de décades que tout le monde s'y casse les dents, Se pose légitimement avec de plus en plus d'insistance la question de leur existence réelle, même si on n'a encore rien de mieux à proposer que le truc actuel hyper fragile, qui marche pas mal mais n'explique rien en profondeur de façon vraiment robuste donc intellectuellement satisfaisante.
  5. Moraldo

    Satellite chinois QSS (Quantum Space Satellite)

    Le "maître du monde", c'est un peu vite dit quand même, pour au moins 2 raisons : - D'une part les chercheurs qui travaillent sur ce sujet n'appartiennent pas qu'à une seule nation. Les chinois sont certes les premiers (officiellement) à valider ce concept de téléportation de clés quantiques par satellite, mais nul doute que ceci fait, toutes les puissances militaires spatiales + leurs clients potentiels et alliés considérés comme "sûrs" pourront bientôt se doter de technologies similaires ; l'avantage d'être le pionnier ne représente qu'une courte longueur d'avance dans la course à l'inviolabilité des transmissions (si d'autres sur la planète sont sur le point d'y parvenir ou y sont déjà parvenus, il n'est par ailleurs pas certain que leur besoin de propagande excède leur besoin de sécurité). - D'autre part parce que ce procédé présente malgré tout une faille si je ne m'abuse : si on intercepte la clé on la rend inutilisable. Si donc on trouve le moyen d'intercepter systématiquement toutes les clés ou d'empêcher leur transmission, on bloque toute communication cryptée correspondante. Alors effectivement on demeure impuissant à intercepter le contenu, mais on dispose d'un moyen de le rendre inopérant en détruisant l'intrication des vecteurs de transmission avec une statistique suffisante pour mettre en échec toute redondance...
  6. Moraldo

    Observation d'une première comète interstellaire ?

    Tout dépend de la fiabilité de l'estimation de son albedo : plus il est sombre, plus il est gros. Aussi, on ne connaît pas sa taille et le rapport de ses dimensions à mieux que 50% près à la louche, ce qui a des conséquences aussi sur sa densité moyenne, etc. On sait juste qu'il mesure quelques centaines de mètres de long, qu'il est beaucoup plus long que large, et que sa densité peut aller de 4,7 à 20,2 à la louche selon les différentes hypothèses faites pour coller aux observations... (voir Biver ici, mardi 15h13 : http://www.astrosurf.com/topic/115229-premi%C3%A8re-com%C3%A8te-interstellaire-de-lhistoire/?page=3 , modifié mercredi à 12h36 suite à ma remarque sur les densités critiques, et posts suivants) Donc tous pourraient avoir raison, mais il n'est pas certain qu'on sache en définitive qui. Serait-il en or massif, dixit Nicolas Biver ?
  7. Moraldo

    Rayon d'un trou noir

    Rayon de l'horizon oui.
  8. Cela n'a probablement pas été un mythe quelques décades en arrière, lorsque les procédés de fabrication et de contrôle étaient moins rigoureux... Aujourd'hui il semble que la production soit devenue plus homogène, moins "coup de poker", au moins chez les grandes marques et les artisans sérieux. Il est parfaitement évident cependant qu'avant de juger un instrument, il est indispensable de le régler correctement - ! - car c'est la première cause, et de très loin, de la dégradation de ses performances. Le cas des SC est symptomatique, s'agissant d'instruments achetés "clés en main" par la plupart de leurs utilisateurs : l'immense majorité d'entre eux n'est pas réglée, jamais, ou parfois n'importe comment, ou encore uniquement lors d'une révision au SAV à l'occasion d'un changement de mains... puis jamais re-réglé, juste et déjà après le transport ! Et le meilleur SC même légèrement décollimaté, donne une image pourrie ! Cependant sur un SC, pour rester sur cet exemple, ce réglage est moins trivial qu'il n'y parait : entre mise en température, seeing (sur les gros), système de collimation peu pratique et hyper chatouilleux, bon compromis à trouver entre stabilité et précision, il faut un peu d'expérience, de doigté et de connaissances de son matériel pour mener l'opération avec efficacité et rapidité. Dans ces conditions je ne vois pas comment - en dehors de ceux-là même qui les commercialisent, les contrôlent et en assurent la maintenance - on pourrait obtenir une statistique fiable concernant les performances et l'homogénéité ou non des séries... Je pense que les mieux placés pour cela, sinon les seuls à connaître le fin mot de l'histoire, sont les importateurs et les quelques maisons sérieuses et compétentes par les mains desquels passe et repasse le matériel, surtout au niveau du service après vente. Même si on peut toujours se poser la question du potentiel manque d'objectivité qui pourrait découler chez eux d'être à la fois juge et parti (pour des vendeurs exclusifs, ce serait le cas) il est clair cependant que ceux qui assurent aussi la maintenance n'ont aucun intérêt à vendre de la daube, ou commercialiser des séries aléatoires au risque de se griller auprès de leur clientèle et de s'arracher les cheveux en SAV... Evidemment ce n'est pas le genre d'infos qu'on crie sur les toits non plus - au risque cette fois de se griller auprès des fabricants. Mais je ne doute pas que ces infos, ils les aient : il faut savoir écouter parfois ce qui est dit à mots couverts entre "4 z'yeux" lorsqu'on a su établir avec les bons interlocuteurs des relations de confiance ; les professionnels compétents connaissent tout cela parfaitement, même s'il ne vont naturellement pas le claironner sur les forums
  9. Je visite ce fil régulièrement, par pur plaisir, à la fois pour l'élégance des échanges et pour les trésors d'ingéniosité qui s'y découvrent Merci aux intervenants : c'est tout simplement passionnant ! Alain
  10. Moraldo

    Gros diametre

    Compensation élastique convenablement dimensionnée, réglable en un instant selon la charge du PO : on peut faire un truc assez simple qui compense automatiquement pile-poil quelle que soit la hauteur visée, sans CTP supplémentaire, en s'offrant le luxe en prime d'une structure plus légère grâce à l'allègement considérable du primaire... Des primaires à partir de 400, 5x moins lourds, j'en rêve personnellement ! C'est tout l'instrument qui pèserait dès lors 2 à 3x moins ! Le problème, même si techniquement ça finit par devenir faisable, c'est surtout : à quel prix ? La piste des mousses de verre a-t-elle été explorée ? "Verres cellulaires", FOAMGLAS chez Corming, par exemple : http://www.crma-limousin.fr/portals/66/basedoc/.../VERRE_CELLULAIRE.pdf Ces mousses sont utilisées dans le bâtiment pour certaines applications spécifiques, en raison de leurs propriétés thermiques et de leur stabilité dimensionnelle, justement. Je me suis demandé depuis longtemps si une mousse de verre de même nature que le substrat optique du miroir - donc de même coefficient de dilatation thermique - pourrait convenir à soutenir un ménisque mince, collé ou soudé sur cette mousse, ou une couche refondue en surface après mise en forme puis l'ensemble recuit, ou encore formée par moulage à chaud sur une pré-forme, etc. L'un de leurs fabricants serait-il prêt à engager des tests pour ajuster leur composition aux besoins de l'optique ? Ce matériau brut reviendrait normalement beaucoup moins cher qu'une mousse de carbone, même s'il devait faire l'objet d'un dosage spécifique : on maîtrise parfaitement la production des mousses de verre, et c'est un matériau qui, jusqu'à 5x le prix au kilo des substrats massifs utilisés actuellement pour fabriquer les blanks, ne coûterait pas plus cher au final. Evidemment ça exclurait très certainement les mousses actuellement produites industriellement pour de toutes autres applications, leur composition et surtout leurs caractéristiques thermiques ne convenant probablement pas. Mais pourrait-on imaginer des runs de production spécifiquement pour les besoins de nos optiques, avec des moyens pas plus complexes que ceux nécessaires, par exemple, pour fabriquer d'autres types de mousses de verre ? Une idée là-dessus Franck ? Ou même des tests auraient-ils déjà été effectués dans ce sens par les fournisseurs de blanks ? Parce qu'à mon avis le premier qui met ça au point pour un coût raisonnable et le fait breveter, décroche le jackpot ! Après il faut encore que ce soit stable et polissable : c'est une autre paire de manches !
  11. Moraldo

    Relativité et ondes gravitationnelles

    Il faut bien comprendre que chacun de ces instruments (comme souvent en science expérimentale pour aller chercher les pouillèmes décisifs) est une prouesse technologique aux limites des possibilités du moment : il est par définition un prototype. L'innovation est donc la règle, avec ses aléas. On ne construit jamais successivement 2 générations d'instruments identiques ; chacun capitalise sur les points forts et les faiblesses de son prédécesseur. C'est ainsi qu'avance la recherche, toujours en quête de validation observationnelle, là où il est toujours plus difficile d'aller la chercher. Et c'est ainsi qu'on a fini par détecter quelque chose : à force de s'ingénier à construire et perfectionner des appareils qui ne performent pas assez, jusqu'à les doter enfin d'une sensibilité suffisante... Le succès ne récompense pas toujours l'inventeur d'un concept novateur et brillant, mais celui qui parvient à le perfectionner jusqu'à ce qu'il fonctionne. Pourtant, sans l'idée initiale, aucune amélioration possible
  12. Moraldo

    Mission lunaire retour d'échantillons Chang'e 5

    "s'arrêter sous l'effet du frottement" Quel frottement ? En imaginant que tu puisses survivre à un contact, même tangentiel, à près de 1700m/s, et encore contrôler ta trajectoire sans repartir instantanément pour les étoiles, comment ralentir ? Si tu tentes de te poser tangentiellement, à ta vitesse orbitale au niveau 0, ton poids est nul, en conséquence ton adhérence aussi, et l'énergie cinétique à dissiper pour arrêter ta masse à cette vitesse est considérable, sans aucun moyen de la transférer mécaniquement au sol... Alors tu freines comment ? En l'absence de freinage passif, cela revient rigoureusement au même que se poser au final verticalement en terme de réserves énergétiques embarquées : la quantité totale d'énergie cinétique à neutraliser est la même, sans pouvoir en dissiper une fraction dans le milieu extérieur par un dispositif d'absorption externe.
  13. Moraldo

    Recherche d'un collaborateur.

    Il y a aussi la solution simple de louer l'infrastructure à un auto-entrepreneur comme n'importe quel outil que ce dernier devrait louer pour exercer son activité. En conditionnant son usage exclusif à un objectif d'activité minimum pour que l'opération soit viable pour les deux parties. C'est interdit par la loi du plus fort (le gouvernement élu avec enthousiasme par le peuple) ça aussi, ou ça pourrait être parfaitement légal et correct dans l'esprit, sans manquer de respect aux respectables institutions ni aux non moins respectables travailleurs et investisseurs du projet ?
  14. Moraldo

    Astrosurf fait peau neuve!

    On va voir si les photos ont suivi, même celles chez d'autres hébergeurs... j'en doute. En tout cas merci pour cet outil précieux.