Jump to content

Extraterez

Membre
  • Content Count

    687
  • Joined

  • Last visited

About Extraterez

  • Rank
    Membre
  • Birthday 05/01/1982

A propos

  • Résidence
    Vietnam
  • Intérêts
    apprendre
  • Occupation
    ça dépend
  • Matériel
    dobs

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Bonjour à vous, suite de fil ouvert il y a plus de 6 ans ! Le temps est passé et une nouvelle mission en Australie s'est présentée à moi, à nous. L'équipe s'est agrandie depuis : nos enfants de 2 ans et 5 ans sont partis à l'aventure avec nous. A l'époque nous voyagions légers car nous n'étions que deux. Cette fois-çi il a fallu partir tout aussi léger mais à 4 ! L'intérêt de ce fil est simplement de montrer qu'il est possible de mêler "mission" astronomique et voyage familial à l'autre bout du monde, il suffit de ne pas dépasser la part de bagage alloué à l'astronomie. SOUTH WEST AUSTRALIA 2019 : 15 jours - 2000 km en voiture louée Nos objectifs : Parcourir de grands espaces, prendre un grand bol d’air, partager un moment avec le ciel, la terre et l’océan, aller à la rencontre des animaux sauvages, vivre une aventure en famille en toute sobriété. Nos étapes nocturnes : Perth, Australind, Busselton, Conto Beach, Pemberton, Walpole, Mehniup Nature Reserve, Stirling Range, Kojonup, Collie, Rockingham, Perth. Cette fois encore nous partions du Vietnam ou nous vivons. Cette idée de voyage est apparue à la dernière minute alors il a fallu imaginer ce nouveau road trip rapidement. Mes télescopes étaient en France et mon fidèle 200 qui m'avait accompagné en 2012 avait trouvé domicile en Corée. La vie fait bien les choses puisque des amis venant de France pouvaient m'apporter quelques-uns de mes oculaires tandis que mon contact de Corée, passant dans le coin, acceptait de venir avec les miroirs et le barillet de mon 200 (bagages limitées). Il ne me restait plus qu'à construire (en 3 jours) une nouvelle structure la plus compacte possible et avec les outils en ma possession, à savoir une perceuse, une scie à métaux, une lime plate et une lime ronde, un tournevis et une clé à molette. Et un budget proche du néant. Le miroir dans son barillet et les oculaires voyageraient en cabine et tout le reste en soute avec le matériel de camping pour 4 personnes. La longueur des tubes devrait faire la diagonale de notre valise au maximum. Et voici l'engin. Rien de nouveau pour le concept retenu, d'autres ont simplifié leurs engins à cette simple expression. Mais ça fonctionne. Pas besoin de plus pour des observations d'environ 3 heures. Parce qu'au delà on commence à avoir mal aux jambes, surtout après une journée de crapahutage, de conduite (à gauche), d'intendance, de gestion des enfants, etc... Les tourillons ne m'ont pas manqué. Il suffit d'avoir le bon matériau entre le manche et les tubes pour apporter la friction idoine, dans mon cas un élastique gainé. Les déplacements étaient très doux et la position se bloquait dès que je cessais de le manoeuvrer. Le tout était de trouver un sol assez plat et lisse pour que la rotation se fasse correctement. Un carton entre l'engin et le sol a, par la suite, grandement simplifié la chose. Pour partir léger il faut aussi imaginer plusieurs fonctions pour un élément "astro". Par exemple, le balais nous servait également pour le nettoyage de la tente et de la voiture et notre cuiseur à riz voyageait dans le cube du primaire pendant les voyages auto. Le pactage complet : on est loin des 10 kg que je trimballais en 2012. Mais par expérience je savais sur quels éléments je pouvais faire l'impasse. Je ne comptais faire que du ciel profond et plutôt en grand champ, je n'ai donc emporté qu'un 24 et un 13 mm. Un chercheur très précis ne m'aurait pas été très utile puisque les cibles sautent aux yeux sous un ciel exempt de pollution lumineuse. Une jupe n'est pas nécessaire non plus dans le bush "sauvage". Le balais, quant a lui, était rangé dans un des tubes. Le miroir primaire dans son barillet lors du transit à Kuala Lumpur. L'engin au petit matin, au pied des Stirling Range (le plus beau ciel que j'ai pu admirer durant ce voyage). A la tombée de la nuit, face à l'océan Indien. Installation de la séance d'observation Les enfants ont profités des étoiles à l'oeil nu. Les constellations de l'hémisphère sud, Orion la tête en bas, Sirius au zénith, les Nuages de Magellan, le Sac à Charbon, etc... Surface très propice à l'installation d'un télescope ! Les Stirling Range en fond. Vue sur l'horizon, depuis le Mont Trio (Stirling Range). Avec ces vastes étendues plates et cette ligne d'horizon, on a parfois eu l'impression de voir la Terre depuis ISS. Je fais volontairement l'impasse sur les magnifiques paysages rencontrés, les animaux sauvages que nous avons approché (kangourous, raies, dauphins, psittacidés, etc...), ainsi que sur toutes les cibles astronomiques que j'ai pu observer, afin d'axer mon discours sur la réelle possibilité d'un voyage itinérant en famille tel que celui-là, sous des cieux encore préservés. La clé, comme pour beaucoup de choses reste l'organisation et la faculté à se passer de choses pas ou peu utiles. En tout cas, le gain pour les enfants est palpable, nous les sentons grandi de cette expérience. Pour un prochain trip de ce genre, j'imagine même faire "découper/percer" les pièces de mon télescope sur place, de chiner 2-3 tubes ci et là et de n'emporter de France que le stricte minimum, à savoir le primaire dans son barillet, le secondaire sur son araignée, les oculaires, et le plan de découpe CNC ou le papier sur lequel figurerait les panneaux à découper et à percer. Bons voyages à tous !
  2. Salut. Il te faut quelle surface ? J'en ai en stock...
  3. Bonjour, pour contre-balancer la critique, je me permets souligner un point. N'oublions pas que Pierre D. fait souvent référence au design des années 20, et que l'esthétique de ses créations doivent, à mon sens, d'abord lui plaire à lui. Si les différentes parties ne s'alignent pas, cela peut-être un parti pris. Personnellement, j'aime cette impression de superposition des éléments. J'aime moins quand tout semble du même tenant. Chacun ses goûts en matière d'esthétique.
  4. Whaouuu ! Que de chemin partagé depuis la fabrication du Strock. Et quel niveau de perfection dans la construction (on pourrait bien s'entendre ), pas évident avec le carbone. Avec mon dernier né, on est à peu près sur la même config. (350, po 1,25"), et j'arrive sensiblement au même poids final en construction PE + CTP. Mais toi tu as poussé le truc en l'imaginant un peu plus compact pour les voyages en avion. C'est un bel engin ! Une petite photo de de la mise en boite ? PS : Mon miroir de 200 en cabine n'a jamais été touché par les contrôleurs, pourtant il en a fait des voyages en avion. Le plus intriguant dans leur écran, c'était surtout toutes les petites pièces métalliques du barillet.
  5. Salut Toutiet, c'est marrant, j'ai eu la même idée de rocker/tourillons pour mon futur 200 de voyage ultra-peu-encombrant, sauf que pour le pivot j'ai utilisé une roue fixe. Ça fonctionne super bien. En tout cas, pour ma part, je pourrai l'utiliser sur des surfaces planes comme des tables de pique-nique.. Pas bête ton support de miroir intermédiaire.. T'as testé sur ciel ?
  6. Je pensais que tu évoquais le nouvel habillage du site...
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.