Jump to content

bongibong

Membre
  • Content Count

    663
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About bongibong

  • Rank
    Membre

A propos

  • Résidence
    Boulogne-Billancourt
  • Intérêts
    Sciences
  • Occupation
    Sciences & Techniques
  • Matériel
    Mes Yeux

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. En fait on peut se placer au centre de la rose des vents, et ses demander dans quelle direction on est par rapport à la rose des vents, nord ? sud ? est ? ouest ?
  2. Non pas du tout, le vent solaire, ce sont des particules (protons électrons) éjectés selon un mécanisme lié au champ magnétique (reconnexion de lignes etc...). Le rayonnement, lumière, provient du coeur de l'étoile diffusé à travers la surface. On reçoit surtout des photons (de la lumière des autres étoiles. Il y a aussi une part de rayons cosmiques (filtrés par l'atmosphère). Ca diminue avec le carré de la distance. Le rayonnement solaire est sus forme visible, mais également l'ensemble du spectre électromagnétique. Des ondes radio, en passant par les infrarouge, le visible et puis les rayonnement ionisant : ultraviolet, X et gamma. Donc oui les mutations sont liées à la partie ionisante du spectre. Les brûlures c'est la quantité d'énergie totale. Dans les fours solaires tu peux faire brûler des choses, ou dans des endroits où le flux est important (régions proches de l'équateur) et à fortes réverbérations. Il peut y avoir une pyrolyse mais il va rester des cendres puisque cela déclenchera une combustion. Non la densité est plutôt faible... même si c'est l'ordre de 300 à 400 km/s.
  3. Ca me fait penser à cette image... à méditer bien sûr (extrait d'un livre bien connu). Alors un commentaire : - le monde mathématique est bien issu d'une partie de notre esprit (le monde mental) - le monde physique est issu d'une partie de notre monde mathématique (tout ne s'applique pas) - notre monde mental est issu d'une partie de notre mon physique Le livre de Roger Penrose.
  4. Sauf que c'est pas moi qui ait écrit ce que tu as mis dans la citation.
  5. Je ne comprends pas les déductions là, tu peux expliquer ?
  6. Et les mathématiques ne sont qu'une invention humaine... donc d'après ton argument, on ne peut pas appliquer l'imagination débordante des mathématiciens à l'univers. Ah je croyais que Galilée avait dit que l'univers était écrit en langage mathématique... et jusqu'à présent ça a l'air de plutôt bien marché. Ah oui j'oubliais, le monde de pacman n'est qu'une illustration des topologies possibles... Ah ? on ne peut pas définit une surface 2D qu'en faisant appel à un espace 3D ? Dans ce cas, on ne peut pas définir un espace 3D qu'à partir d'un hyperespace 4D non ? Et je continue encore ? jusqu'à l'infini ? Ici on voit trop l'argument trop intuitif qui manque de connaissances en mathématiques. Désolé de te le dire comme ça... Mais... l'univers peut être fini et sans bord... cf. un cours élémentaire de topologie où on parle d'invariant topologique comme la connexité sous des transformations que l'on appelle des homéomorphismes. Ah oui tu as donc trouvé des arguments pour réfuter les univers de Jean-Pierre Luminet. J'ai hâte de lire ton prochain article publié dans un article à comité de relecture. Moi je n'ai rien inventé, d'ailleurs j'en suis incapable, je ne suis pas assez bon pour travailler dans le domaine de la recherche en cosmologie et je n'ai pas assez de connaissances. Le fait est que je connais un tout petit peu la relativité générale, qui est une théorie locale, c'est-à-dire qu'elle utilise des données locales, comme la densité locale, la courbure locale etc... et elle permet de décrire l'univers du moins sa dynamique. Par contre la relativité générale ne dit rien sur la topologie de l'espace, c'est pourquoi c'est encore une question ouverte. En 2003 on avait cru tenir quelque chose dans le rayonnement fossile cosmologique, des schémas similaires qui montreraient que c'est ce serait un dodécaèdre de Poincaré. Le paramètre pour décrire l'expansion de l'univers, c'est le facteur d'échelle. A partir du moment où on suppose l'univers homogène, isotrope, on sait simplifier suffisamment les équations pour résoudre de manière analytique les équations de la RG. Et devine sur quoi on tombe ? Sur un facteur d'échelle qui est dynamique quoiqu'on fasse, ça veut dire que l'espace est en expansion, et cela que ce soit un espace fini ou infini, il n'y a pas de problème d'incohérence. Puisque la densité locale diminue, la température diminue, même dans un espace infini. Mais bon... je doute que tu aies les compétences pour parler de ces sujets vus les erreurs élémentaires que tu fais en mathématiques et en physique. Tu n'as simplement pas les connaissances, et les mecs qui discutent tout seul dans leur salon, sans faire de mathématique, et en utilisant exclusivement que l'intuition ça ne marche pas. Aristote s'est trompé sur la chute des corps, alors qu'il aurait pu faire une expérience. Les lois de la physique ne sont pas intuitives, c'est pourquoi on se repose sur une modélisation mathématique.
  7. Tu peux voir le champ de gravitation comme une rivière qui s'écoule. Le photon est un nageur. A partir du moment où le courant est plus rapide que le nageur, il a beau nagé en direction amont, il se fait quand même entraîné vers l'aval par le courant.
  8. Tiens, il me semble avoir lu ça sur un autre forum... où je t'ai expliqué que fini sans bord, ça ne veut pas dire infini... je t'ai même donné un lien vers france culture pour mieux comprendre (avec Jean-Philippe Uzan), j'espère qu'il ne t'a pas usé. Encore un point faux. En fait on peut très bien concevoir la terre (ou du moins un espace de dimension 2, une surface, sans la plonger dans un espace de dimension plus élevée. En effet, on peut définir cet espace de la manière suivante : Partons d'un point, et avançons dans une direction. Au bout d'une certaine distance R, on se retrouve au même point, orienté de la même façon, et cela en partant dans n'importe quelle direction. Je n'ai jamais fait appel à une autre dimension pour définir mon espace... Je pense que quand tu abordes des sujets comme ça, il faut laisser de côté l'intuition, et partir sur des définitions mathématiques formelles. Donc on peut très bien définir un espace 3D comme tout à l'heure (où on revient à notre point de départ au bout de la même distance parcourue). D'ailleurs tu remarqueras qu'on n'a pas besoin de plonger un espace 3 D euclidien dans un espace 4D, qu'on n'a pas besoin de plonger dans un espace 5D etc... Un espace infini peut très bien être en expansion comme le dit Bruno. Exemple, quand tu pratiques une homothétie à un plan, tu as toujours un plan, mais toutes les distances sont multipliées par le rapport d'homothétie. La grandeur qui décrit l'expansion c'est le facteur d'échelle qui sort dans la métrique de Friedmann Lemaître Robertson Walker. Ce facteur est pris par convention comme égale à 1 aujourd'hui, il était plus petit dans le passé, d'où l'expansion. La relativité générale est une théorie locale, donc c'est normal que les paramètres que décrivent la théorie sont locaux. Ensuite, on est obligé de faire appel à d'autres branches des mathématiques (la topologie pour ne pas la citer) pour déduire les propriétés globales à partrir des propriétés locales.
  9. L'univers pacman ne baigne nulle part. C'est un tore (1D ou 2D, dans l'exemple suivant, il y a une direction finie avec bord, et une direction finie sans bord).
  10. Oui bien sûr. La vitesse est donnée par racine de (GM/r) où G est la constante de gravitation, M la masse, et r la distance. Dans ton exemple, 3.5 tonnes c'est 3500 kg. La constante de gravitation c'est 6.67 e-11, on va dire que le produit fait 20e-8 Donc à 1 mètre de distance, la vitesse orbitale est de moins de 1 mm/s Trous noirs et distorsion du temps de Kip Thorne.
  11. Celui resté sur terre verra 20 secondes. Pour celui qui est dans le vaisseau, il vivra 5 secondes de voyage, et au compteur kilométrique, il verra 1.3 millions de km à l'aller et 1.3 de plus au retour. Il ne faut pas oublier la contraction relativiste des longueurs.
  12. Ca dépend ce que tu appelles une distance de chute, est-ce que tu veux pas plutôt parler de la portée plutôt ? (quelle distance tu peux atteindre avec ton obus ?) Je pense que tu te fais une fausse idée des vitesses... tu as plusieurs vitesses : - 1 ère vitesse cosmique = 8 km/s - 2 ème vitesse cosmique = 11 km/s Comme dit Ygogo, ça ne se passe pas comme ça. Quand tu lances un objet, disons à l'horizontal, si on néglige les frottements de l'air et la taille de la terre, de fait, ton objet sera en orbite autour du centre de la terre. Il se trouve que si cette vitesse est plus faible que la 1ère vitesse cosmique, le point de lancement sera l'apogée, et le point de l'autre côté sera le périgée. Inversement, si ta vitesse est plus élevée que la 1ère vitesse cosmique, le point de lancement sera le périgée, et le point de l'autre côté sera l'apogée. Dans le cas où tu l'envoies plus vite que la 2ème vitesse cosmique, tu échapperas en effet à l'attraction terrestre. Et même si tu considères les frottements, tu pourrais trouver une vitesse où l'objet ferait le tour de la terre pour tomber à tes pieds (mais il ne faudrait pas de vent etc...) Et si tu lances plus fort... et bien... ton objet retombera de toute façon... puisque le périgée est toujours dans l'atmosphère et à chaque passage, tu dégrades ta vitesse au périgée, ce qui descendra ton apogée. Oui peu importe l'angle, l'équation fait intervenir des grandeurs scalaires.
  13. En fait pour compléter ce qui a été dit. L'interaction nucléaire forte est la force qui relie les quarks dans les hadrons. Comme dit elle augmente avec la distance et diminue avec l'énergie, on parle de confinement et de liberté asymptotique. Elle s'exerce entres particules dotées d'une charge de couleur. Les bosons porteurs de cette force sont les gluons qui sont également chargés pour certains. Il y a un rémanent de cette force qui est l'interaction forte entre les nucléons, qui n'est pas lié à l'échange des gluons, mais de mésons. (c'est le potentiel de Yukawa). Pour l'interaction faible, c'est un peu moins concret, c'est la seule interaction qui ne produit pas des structures liées. L'interaction faible est responsable de la désintégration beta, par exemple transformation du carbone 14 en azote 14. Il n'est pas directement responsable de la fusion nucléaire dans le soleil, mais... est responsable de la lenteur de la fusion de l'hydrogène. Par exemple dans la chaîne p-p, la première étape c'est : p + p --> D + positron + anti neutrino En fait... Ce que l'on ne dit pas c'est que la plupart du temps ça donne : p + p --> Helium 2 très instable --> p + p De temps en temps, mais très rarement ça donne : p + p --> helium 2 --> par désintégration beta D + positron + anti neutrino En fait pour compléter ce qui a été dit. L'interaction nucléaire forte est la force qui relie les quarks dans les hadrons. Comme dit elle augmente avec la distance et diminue avec l'énergie, on parle de confinement et de liberté asymptotique. Elle s'exerce entres particules dotées d'une charge de couleur. Les bosons porteurs de cette force sont les gluons qui sont également chargés pour certains. Il y a un rémanent de cette force qui est l'interaction forte entre les nucléons, qui n'est pas lié à l'échange des gluons, mais de mésons. (c'est le potentiel de Yukawa). Pour l'interaction faible, c'est un peu moins concret, c'est la seule interaction qui ne produit pas des structures liées. L'interaction faible est responsable de la désintégration beta, par exemple transformation du carbone 14 en azote 14. Il n'est pas directement responsable de la fusion nucléaire dans le soleil, mais... est responsable de la lenteur de la fusion de l'hydrogène. Par exemple dans la chaîne p-p, la première étape c'est : p + p --> D + positron + anti neutrino En fait... Ce que l'on ne dit pas c'est que la plupart du temps ça donne : p + p --> Helium 2 très instable --> p + p De temps en temps, mais très rarement ça donne : p + p --> helium 2 --> par désintégration beta D + positron + anti neutrino
  14. Je pense qu'il faut que tout change. En effet, la valeur de la vitesse de la lumière est liée à notre système d'unité internationale. Si cette valeur changeait (au lieu de 299 792 458 m/s, à 2 m/s par exemple), et bien il y aurait des répercussions (sauf que c'est compliqué à évaluer parce que d'autres constantes bougeraient aussi). La seule chose que je peux dire c'est que les physiciens accordent une grande importance à des grandeurs adimensionnelles, comme : - la constante de structure fine (et du coup toutes les constantes de couplage) - le rapport des masses des particules élémentaires Dans ce cas, il n'y aurait pas de changement, puisque l'atome de césium par exemple oscillerait plus lentement, mais comme tous les processus chimiques seraient plus lents, etc... et les tailles se modifieraient dans la même proportion, ce serait bon.
  15. En fait il faut comprendre que Einstein n'a pas fait disparaître la force de gravitation. C'est juste que dans sa théorie, on a une interprétation géométrique de la force. Peut-être qu'un jour on aura une interprétation géométrique des 3 autres forces, et je ne demande que ça. Oui c'est une hypothèse. Ce qui est factuel c'est l'anomalie de la courbe de rotation des galaxies. On a supposé la matière noire pour répondre à ce problème. Sauf que ce n'est pas très économique... en science on aime le rasoir d'Ockham, et si la matière noire était dépêchée juste pour résoudre ce problème, ce ne serait pas très élégant. Elle explique d'autres choses, comme les lentilles gravitationnelles, la vitesse des galaxies dans les amas de galaxies (très connexes à la courbe des étoiles). MAis également la taille inhomogénéité dans le CMB 10^-5 trop faible pour former des galaxies si rapidement. Donc un truc qui ne soit pas actif électromagnétiquement et qui accélère la croissance des galaxies c'est pas mal (encore la matière noire). Et puis dans le CMB, on voit par exemple des pics (ce sont des ondes acoustiques baryoniques BAO dans le jargon). Et comme par hasard, l'amplitude du deuxième pic s'explique bien avec une matière noire dans la proportion qui explique le mouvement des galaxies des amas etc...
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.