tomat

Membre
  • Content Count

    74
  • Joined

  • Last visited

About tomat

  • Rank
    Membre

A propos

  • Résidence
    Lille
  1. Merci ! C'est IC 4756 qui est à proximité de NGC 6633, mais pas dans la même constellation ! Ce que je trouve vraiment sympa aux jumelles, c'est que les objets sont très différents par rapport à un télescope ou une lunette, les amas ouverts peuvent vraiment être magnifiques, alors qu'ils ne sont pas spécialement impressionnants dans un instrument plus gros, et les amas globulaires forment de petits objets nébuleux très sympa alors qu'en réalité, il faut un diamètre bien plus imposant pour les résoudre.
  2. Observations faites en plusieurs fois, entre le 1er et le 10 aout, depuis une petite colline de bordure de Méditerranée, avec la voie lactée bien visible à l'œil nue, l’horizon Sud parfaitement dégagé au dessus de la mer, et l’essentiel de la pollution lumineuse vers l’Ouest Sud-Ouest. Je me focaliserai ici sur des objets non Messier (NGC, IC et Collinder), même si ils constituent, en réalité, l’essentiel de mes observations, surtout en cette saison avec le sagittaire en plein milieu de ma zone observable. D’ailleurs, si vous ne l’avez jamais fait aux jumelles, je vous recommande la « remontée » du sagittaire vers l’écu de Sobieski avec par exemple dans cet ordre : M7, M6, M69, M70, M54, M22, M28, M8, M20, M21, M23, M25, M18, M17, M16, M26, et M11 pour finir en beauté ! Pour rappel, j’avais déjà fait un CROA de quelques-uns de ces objets, depuis le même site, il y a quelques années (https://www.webastro.net/forums/topic/126135-balade-d%C3%A9t%C3%A9-aux-jumelles-15x50-is/). Scorpion. NGC 6425 (mag 7,2) : Amas ouvert à proximité de M6, il est aussi facile à trouver qu’inintéressant à observer ! Bon, pour sa défense, la profusion d’amas ouvert remarquables dans cette partie du ciel ne joue pas forcément en sa faveur… Sagittaire. NGC 6401 (mag 7,4) : Départ de Kaus Borealis, et prolongement de 2 champs de jumelles vers l’ouest, en passant par M8, le petit amas globulaire devrait être là, la configuration des étoiles alentours me confirment bien être au bon endroit, mais il reste parfaitement invisible, même en vision décalée. Il doit être trop petit pour atteindre le seuil de détectabilité des jumelles, même si sa magnitude, sur le papier, pouvait laisser supposer l’inverse, dommage. NGC 6520 (mag 7,6) : Amas ouvert formant un quasi triangle rectangle isocèle avec Kaus Media et Alnasl, il est donc très facile à centrer, parfaitement visible, mais assez peu fournis et pas franchement impressionnant. NGC 6624 (mag 7,6) : Placé à l’intérieur du quadrilatère du Sagittaire, à proximité de Kaus Media, ce minuscule amas globulaire n’est pourtant pas facile à détecter. Il n’apparait qu’en vision décalée ! Ce n’est certes pas impressionnant, mais la détection d’un amas globulaire de cette magnitude aux jumelles est tout de même un exercice sympa ! NGC 6716 (mag 7,5) et Collinder 394 (mag 6,3) : Couple d’amas ouverts atteignable par la translation de 2 champs de jumelles depuis Kaus Borealis en direction de M22 (amas globulaire énorme et magnifique aux jumelles). Pour être honnête, ces objects ne présentent que peu d’interêt au vue de la région dense dans laquelle ils se situent. Serpentaire. NGC 6633 (mag 4,6) : Un peu paumé au milieu de nulle part, je pars d’Altair (Aigle), chemine vers Delta (AIgle), puis repère l’alignement de cette étoile avec Alya (Serpent) et Cebalrai (Serpentaire). L’amas ouvert cherché est à 1/3 du chemin entre ces 2 étoiles, mais légèrement plus haut que la ligne. Ca valait le coup de chercher ! Très bel objet ! Un amas ouvert assez compact, avec un beau fourmillement d’étoiles. Je le garde dans mes archives pour mes futures observations, celui-là ! IC 4665 (mag 4,2) : A proximité de Cebalrai, directement dans le haut du champs, on ne voit que lui ! Cet amas ouvert est une véritable petite boîte à bijou. Bien concentré et étincelant, c’est une autre belle découverte aux jumelles pour moi ! Collinder 350 (mag 6,1) : Toujours à partir de Cebalrai, je descends d’un champs en direction de Kaus Borealis, et je tombe directement sur l’amas ouvert en question. C’est un amas très dispersé, qui demande sans doute du diamètre pour faire apparaitre tout son potentiel, là aux jumelles, c’est vraiment très clairsemé. Serpent. IC 4756 (mag 4,6) : Cet amas ouvert se situe à mi-chemin entre Alya et NGC 6633, il est facilement détectable, assez étendu, mais présente tout de même un assez beau fourmillement d’étoiles, un bel object dans l’ensemble ! Petit Renard. Collinder 399 (mag 7) : Facilement localisable à partir de la constellation de la Flèche, on ne présente plus le Cintre ! Le champs de presque 4° des jumelles mettent particulièrement bien en valeur cet astérisme et c’est un vrai plaisir de le parcourir de long en large ! Titan. Saturne étant bien placée, je n’ai évidemment pas manqué d’observer la géante très régulièrement, mais en plus, j’ai pu suivre l’évolution de l’un de ses satellites tout au long de ces 10 jours d’observation. Un rapide coup d’oeil à « Carte du Ciel » me confirmera sans aucun doute possible qu’il s’agissait bien de Titan. C’était une première pour moi aux jumelles, il y a toujours une émotion particulière à observer un objet pour la première fois, surtout un bout de cailloux aussi petit et éloigné ! C’était, en quelques sortes, la cerise sur le gateau d’une excellente semaine d’observation !
  3. tomat

    Balade d'hiver aux jumelles 15x50 IS

    Merci Hibou ! Oui, oui, bien sûr, un bon nombre de NGC sont accessibles, je me concentre volontairement sur les Messier. Et je prépare effectivement mes observations avec le PSA.
  4. tomat

    Balade d'hiver aux jumelles 15x50 IS

    C'est vrai que je me suis concentré sur les Messier donc pas trop de galaxies dans mon champs de visibilité (du Sud-Est au Sud-Ouest, en gros), en plus avec la Lune au Sud-Ouest c'était pas la fête pour M31, j'ai pu y jeter un oeil rapidement, elle était bien visible mais beaucoup moins bien que d'habitude. Sinon, avec ces jumelles j'observe aussi M51, M101, M81-M82 et c'est bluffant à chaque fois ! Un CROA que j'avais fait il y a quelques temps : http://www.webastro.net/forum/showthread.php?t=129947
  5. tomat

    Balade d'hiver aux jumelles 15x50 IS

    Merci à vous et meilleurs voeux pour 2018 !
  6. Bonjour à tous, Ces observations ont été réalisées au cours de deux nuits consécutives du 27/12 au 29/12, sur une petite colline face à la Méditerranée, la température extérieure était d’environ 5 degrés et la transparence du ciel était assez bonne sans être parfaite, du fait d’une demi-lune au sud-ouest assez haute et bien lumineuse. 1ère nuit. M42 : Magnifique aux jumelles, on retrouve directement le beau voile caractéristique, le trapèze est non résolu étant donné le faible grossissement, mais il est bien lumineux et bouillonnant, on devine qu’il s’agit de plusieurs étoiles juxtaposées. M43 est bien sûr parfaitement visible également. En vision décalée, l’ensemble est vraiment spectaculaire avec une extension importante des nébulosité ! M78 : Toujours dans Orion, en suivant le vecteur Sigma -> Alnitak 3 fois, on est sur la zone, mais rien en vision directe. Je repère 4 étoiles en forme de L à l’envers, et un petit parallélépipède sur la carte qui m’indiquent de façon très précise l’emplacement supposé. Je n’y croyais pas trop mais une fois la stabilisation actionnée, elle est bien là, faiblement perceptible même en vision décalée, mais c’est bien elle, au bon endroit. Étant donné la taille, la magnitude et les conditions loin d’être idéales avec la Lune, c’était un beau petit challenge ! M37 : Direction le Cocher, après un petit tour sur Capella, petit balayage vers Thêta en partant d’Albath, M37 est sur le chemin, décalé sous la ligne mais immanquable grâce au champ des jumelles. Parfaitement visible comme une petite tache floue cotonneuse en vision directe, il ressemble à un amas globulaire non résolu mais néanmoins vraiment sympa à observer, avec une belle luminosité. M36 : De l’autre côté de la ligne Thêta - Alnath, un autre très bel amas ouvert du Cocher, moins dense que M37 mais comprenant quelques étoiles bien résolues, le spectacle est vraiment très beau aux jumelles. M38 : En remontant un peu vers un ensemble d’étoiles formant un Y couché on trouve facilement M38. Il est lui aussi bien visible mais un peu moins sympa que ses deux compagnons de par son étalement et sa plus faible densité. M35 : Petite descente vers les Gémeaux en commençant bien sûr par Castor et Pollux. Puis direction M35, en suivant la ligne Tejat Posterior - Tejat Prior facilement repérables à l’œil nue, et reconnaissable aux jumelles du fait de leur couleur rougeâtre. L’amas est bien sympathique également, bien qu’assez étendu et lui aussi relativement peu dense. L’incontournable joyau M45 et un passage prolongé sur les reliefs lunaires concluront cette formidable première nuit. 2ième nuit. M50 : Après un rapide tour sur l’ensemble des cibles de la veille, je commence cette nuit par le Grand Chien, en reportant une fois la distance Sirius vers Thêta on tombe directement sur M50. L’amas est ténu et plutôt flou, avec seulement quelques étoiles qui en ressortent, mais globalement assez sympa à observer. M41 : Il se situe dans le deuxième tiers du segment Nu - Omicron, facilement repérable en balayant la zone de haut en bas. C’est un très bel amas ouvert assez fournis et bien lumineux, très intéressant à détailler aux jumelles. M47 : En reportant 2 fois la distance Mirzam - Sirius horizontalement vers l’Est, on rejoins le haut de la Poupe, puis en descendant légèrement verticalement, on tombe sur son principal amas ouvert M47. Tout simplement immanquable avec ses étoiles bleutées éclatantes, il est vraiment magnifique ! M46 : Juste en dessous de M47, à proximité d’une étoile assez lumineuse, on trouve M46. Ce faible amas ouvert semble peu perceptible mais se détache tout de même bien du fond noir en vision décalée. M93 : Descente directe vers Azmidiske pour rejoindre notre dernière cible dans la Poupe, visualisation du triangle rectangle qui me sert de repérage, l’amas ouvert M93 est juste au dessus. Il reste flou et vraiment petit, mais on distingue nettement 3 étoiles à la base de l’amas. Encore un petit objet bien sympathique à examiner. M48 : Remontée vers un autre amas ouverts, bien que M48 appartienne à l’Hydre, on peut le repérer en partant de Zêta de la Licorne et en descendant en direction d’une petite ligne de 3 étoiles assez brillantes de l’Hydre. M48 est en direction de l’Est à partir de ce trio. Il est globalement assez étendu avec un coeur plus dense que la périphérie, et beaucoup d’étoiles résolues. C’est un très bel amas ouvert avec cet instrument. M67 : Départ de Procyon dans le Petit Chien, direction Altarf dans le Cancer, puis Acubens pratiquement sur la même ligne. Le petit amas ouvert M67 est à proximité, assez faible, formant une petite nébulosité piquée de quelques étoiles. M44 : Et pour finir en beauté la moisson d’amas ouvert, je remonte en direction du segment Asellus Australis - Asellus Borealis pour centrer l’un des plus beau amas ouvert accessible aux jumelles, La Crèche ! Quelle merveille, toujours aussi impressionnant aux jumelles. C’est dense, étendu, étincelant ! M79 : Histoire de changer un peu des amas ouvert, direction le Lièvre pour un petit amas globulaire. Après avoir repéré les 4 étoiles formant la tête du lapin sauvage, il suffit de prolonger une fois la distance de Arneb à Nihal et on est censé être dessus. Il faut vraiment avoir reconnu l’alignement des 4 étoiles soulignant l’amas pour le trouver. C’est une minuscule petite tache flou presqu’imperceptible en vision décalée ! Je suis étonné de pouvoir le percevoir dans ces conditions (lune haute, faible hauteur et petite taille du globulaire), cela me donne une idée pour un dernier challenge... M1 : Je commence par repérer l’étoile du bout de la corne du Taureau au nom difficilement prononçable. Elle est facile à trouver, depuis Aldébaran, en triangle avec Bételgeuse. A partir de cette étoile (Shurnarkabtishashutu), M1 forme la pointe d’un triangle isocèle tout proche. Et la nébuleuse du Crabe est bien là, parfaitement à sa place, mais presque complètement invisible ! C’est l’objet le plus faible de la soirée. Aucun détail autre qu’une tache ovale grise foncée sur fond noir, mais quand même, elle est bien là et quelques uns de ses photons viennent heurter ma pupille ! Voilà qui conclura avec bonheur cette deuxième soirée d'observation aux jumelles...
  7. tomat

    Les Sept Vallées aux jumelles 15x50 IS

    Non, c'est ln2d2 qui a un 250, moi j'ai un Mak 90 sur trépied photo, un Mak 150 sur monture Nexstar et je fais de la photo grand champ avec un 300D et un FZ200 sur Polarie. Mais dans l'idée c'est ça, je considère ces 15x50 IS comme mon instrument d'observation principal, elles me servent tout le temps, même lorsque je fais de la photo, pour repérer le champ, pour observer pendant les prises. C'est l'instrument que je sors le plus, elles sont toujours à portée de main à côté de la baie vitrée qui mène au jardin ! Quelques fois je sors juste 5 min, quelques fois j'y passe la nuit. C'est ce côté "ready to use" qui me plait beaucoup. En plus, je les emmène partout, je fais souvent des petites initiations astro chez les pots en soirée, en vacances d'été, au ski, les gens sont toujours bluffés de voir aux jumelles des nuages de gaz ou M31, surtout quand je leur explique ce que c'est !
  8. tomat

    Jumelles stabilisées Canon 10 x 42 IS ED

    Dans ce cas, aucune hésitation à avoir => 15x50 IS
  9. tomat

    Jumelles stabilisées Canon 10 x 42 IS ED

    J'ai des 15x50 IS depuis 2 ans, dédiées quasiment exclusivement à l'astro et je les emmène partout avec moi ! Autant le dire tout de suite, je suis un super fan de ces jumelles, elles sont superbes et permettent réellement de belles observations en ciel profond, en lunaire et même en planétaire d'une certaine manière, même si aucun détail n'est visible sur Saturne ou Jupiter à cause du faible grossissement. Pour rappel, j'avais fait ces CROA : http://www.webastro.net/forum/showthread.php?t=114449&highlight=15x50IS http://www.webastro.net/forum/showthread.php?t=120299 http://www.webastro.net/forum/showthread.php?t=129947 J'ai eu l'occasion de tester les 12x36 IS , elles sont superbes également, ce sont même ces jumelles qui m'ont convaincu de l'utilité de l'IS en astro, mais honnêtement, les 15x50 IS sont nettement au dessus. D'ailleurs, je rêve de 20x60 IS !! Il y a bien les Zeiss 20x60 stabilisées mais elles sont légèrement hors budget ! Concernant le poids des 15x50 IS, c'est clair que c'est du lourd, personnellement, ça ne me pose aucun problème, mais lorsque je les prête il arrive parfois que la personne ait un peu de mal après plusieurs minutes d'utilisation continue ! Si vous êtes un peu "frêle", c'est à prendre en compte.
  10. Elle s'est déjà mise à marcher le jour où un petit malin a pensé à foutre une webcam à la place de l'oculaire de son microscope télescope !
  11. Ahhh ba oui voilà ! C'était bien un problème de température globale. Très belles photos au final !
  12. La technique est intéressante et le résultat est vraiment sympa. Concernant le tri à la main, as-tu essayé de tout compositer sans distinction et de comparer le résultat avec l'image issu d'un tri ?
  13. tomat

    NGC7000 et le Pélican

    Ouch ! C'est beau et très bien réalisé ! (Et je suis d'accord pour la réduction d'étoile )
  14. tomat

    M52, la bulle et compagnie

    Très sympa tout ça ! J'aime beaucoup ce type de grand champ, bravo.