Jump to content

Qorche

Membre
  • Content Count

    1,045
  • Joined

  • Last visited

About Qorche

  • Rank
    Membre
  • Birthday January 4

A propos

  • Résidence
    Malakoff et Laborel
  • Intérêts
    Astronomie, sciences exactes, musique, montagne, jeux de réflexion, cyclisme urbain
  • Occupation
    Ingénieur
  • Matériel
    Un gros bazar dont je me sers trop rarement depuis que je suis papa : un Dob et une petite achro pour le ciel profond à Laborel, une apo et deux Maks à Malakoff.
  • A propos de vous
    Je suis tombé dans l'astronomie quand j'étais petit. Mais pour ce qui est de l'observation j'ai dû me contenter de peu... jusqu'à ce qu'un retraité du métier me montre qu'il est possible d'observer autre chose que des planètes en pleine capitale.

    Alors j'ai commencé à rêver. Rêver d'observer à domicile, pour pouvoir le faire le plus souvent possible, spontanément, surtout avec ce climat si imprévisible dans le Nord. Rêver d'en faire profiter les autres là où ils se trouvent, c'est-à-dire en ville et non dans un trou perdu où le ciel est propre. Réver de faire des photos pour compenser cette incapacité qu'a mon œil d'intégrer le signal lumineux. Rêver de pouvoir télégérer mon télescope bien au chaud dans mon salon depuis mon ordinateur, histoire de ne pas devenir totalement asocial. Rêver de pouvoir téléopérer un télescope à la campagne qu'un autre passionné se chargerait de maintenir...

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Bonjour, toutes les sondes spatiales qui sont en état lié avec une planète ou le Soleil - donc quasiment toutes les sondes sauf celles qui s'échappent de l'attraction du Soleil effectuent une orbite elliptique autour du corps auquel elles sont liées. Ce qui les y maintient... la simple loi de Newton. Les orbites sont éternelles, même les plus elliptiques Dans le cas de la sonde Parker le principe d'une orbite aussi elliptique est de faire des économies car l'impulsion nécessaire pour s'approcher autant du Soleil est fournie par l'assistance gravitationnelle de Vénus.
  2. Bonjour, je me suis amusé à rechercher l'endroit le plus pollué (en terme de pollution lumineuse) à l'aide de ce site trouvé grâce à ce post. À Paris, je pense avoir localisé dans le VIIIème arrondissement l'endroit le plus pollué de la capitale et probablement de la France entière : une SQM à 17,5. Le reste de la métropole serait à des SQM de l'ordre de 17,7 à 18,5. Mais ce n'est rien comparé à Monagas, au Vénézuela, où la SQM monterait à 12,73, soit 5 magnitudes de moins qu'à Paris ! J'étais dans les 15 au Koweit et au Qatar, j'ai même atteint 14,7 dans les terminaux gaziers iraniens, mais là ça dépasse l'entendement ! Record à battre !
  3. Bonjour, depuis que j'ai lu un article qui remet en cause le libellé de l'échelle de Bortle à partir de considérations un peu moins empiriques je n'utilise plus cette échelle : c'est très frustrant de se dire qu'on a un très bon ciel et qu'on ne voit pas M33 à l'œil nu, alors que c'est quasi-impossible ou très difficile même sous un ciel parfaitement propre. Ce même article démontre que la magnitude limite à l'œil nu est difficilement utilisable pour juger de la qualité du ciel, cette magnitude limite étant davantage dépendante de l'observateur que de la brillance du ciel. Pour l'observation des planètes faut connaître son coin, notamment en région montagneuse, pour savoir quel vent est généralement turbulent et quel autre est laminaire. J'ai fait quelques essais et c'est pas mal du tout effectivement :) Mais attention, le modèle de calcul de luminosité ne semble pas prendre en compte l'altitude...
  4. Salut les planéteux ! D'après cet article Vénus aurait été "habitable" pendant plusieurs milliards d'années jusqu'à ce qu'un évènement volcanique cataclysmique engendre la transformation de l'atmosphère. Y avez-vous trouvé l'erreur de traduction ?
  5. Bonjour, il est compliqué à distance de dire ce qui pose problème dans ton cas. Avec une bonne optique et peu de turbulence à 150 mm la division de Cassini est assez évidente. Tu peux sans attendre tenter un star test. Tu observes une étoile brillante à fort grossissement et près du zénith, ou l'Étoile polaire si ta monture n'est pas motorisée (au moins elle bouge très lentement avec la rotation terrestre). Puis tu suis le guide. Il se peut également que l'endroit d'où tu observes soit touché par une forte turbulence, sans compter que la bise qui nous a pas mal dégagé le ciel ces derniers temps est un vent assez turbulent en région parisienne, j'ai remarqué...
  6. Bonsoir, jaune AVEX ce n'est pas top mais ce n'est pas désastreux non plus. À moins d'un Dobson de 250 à 300 mm compact (pas trop cher et pas trop mal chez ES) sur une remorque pliable de grande capacité comme la mienne. Avec des sacoches en plus je parviens à transporter un Mak 180 et sa monture équatoriale dans des parcs à 2 ou 3 km de chez moi (mais pas trop de dénivelé). J'ai un 127 et c'est certes limité en CP. Mais tu as de quoi t'occuper un long moment, surtout si tu t'intéresses aux étoiles doubles et multiples. Ou encore aux astérismes. Le diamètre (enfin au moins 250 à 300 mm sous bon ciel) est indispensable pour détailler des galaxies raisonnablement lointaines mais à petit diamètre on peut observer les groupes de galaxies. L'AZ-4 sera à la peine, et tu seras bloqué vers le zénith. Faut plutôt viser des montures en T plus capacitaires. C'est encore plus limité que le Mak 127, mais ça vaut le coup pour du grand champ (permis par la courte focale). En zone jaune le grand champ commence à rendre bien tant qu'on reste au-dessus des dômes de pollution lumineuse. Offre-toi une bonne paire de 10x50 ou 10x42 (bien plus compactes) avec lesquelles tu pourras démarrer dans toutes les conditions. Les jumelles c'est excellent pour "dégrossir" un coin de ciel mal connu, le champ ressemble à celui d'un chercheur. Et rien de tel qu'une paire de jumelles pour partir à la chasse aux Messier...
  7. Bonjour, ton 200 est déjà à 1000 mm de focale. Il faut donc viser des focales plutôt courtes, ton 200 sera très bien adapté à des cibles petites (pas plus de quelques minutes d'arc) tandis que la lunette fera des merveilles en grand champ. En photo, à focale égale un triplet te permet de gagner environ un diaphragme par rapport au doublet avec une qualité optique équivalente sur l'axe, grâce aux degrés de liberté supplémentaires apportés par le troisième verre pour le compromis optique. Mais là c'est difficile de rentrer dans le budget... Si tu dédies ta lunette à la photo grand champ je te conseille de descendre à 80 mm de diamètre pour te donner plus de marge dans le budget, et monter en ouverture à F/6 avec un très bon compromis optique et un correcteur de champ qui va bien. Ou même descendre en diamètre pour du champ encore plus grand, une qualité optique irréprochable et une ouverture encore plus importante (en doublet). Concernant le choix de verre le FPL-53 est le moins dispersif mais c'est marginal par rapport à la qualité de finition et de réglage des verres ainsi qu'à l'ouverture du tube.
  8. Le problème de la monture équatoriale est moins la mise en station que la manutention. En effet il faut déplacer un barda assez important (au moins 15 à 20 kg pour porter un C8 en visuel, souvent 30 kg dès qu'on se lance dans la photo sérieuse avec ce tube) et il faut tout monter : trépied, tête de monture, puis contrepoids et tube avec ses accessoires. Ensuite il faut équilibrer les deux axes en jouant sur le(s) contrepoids (facile) puis sur la queue d'aronde ou les colliers selon le tube optique. Enfin vient la mise en station, indispensable pour la photo. Pour du visuel un "jeté de monture" (orientation approximative vers le pôle nord céleste) est largement suffisant. Pour le visuel il faut regarder les dessins. Rien de mieux pour apprendre à reconnaître les détails et à ne pas demander plus que ce que le télescope peut fournir...
  9. Non. C'est comme la fourmi de 18 m, ça n'existe pas Chaque montage est un compromis. Ah si... une grosse monture équatoriale et plusieurs télescopes dessus. Dans beaucoup d'observatoires (amateurs) plusieurs tubes sur montés sur la même monture, mais là on est sur d'autres budgets, en général sous abri dédié (voire coupole)...
  10. D'après un test du Mak 180/2700 Orion le vignettage n'est perceptible que lorsqu'on "sort" du cercle de diamètre 1"1/4 derrière un renvoi coudé (le gars avait utilisé le réducteur 0,63x des SC pour émuler un coulant 2").
  11. Ou la résistance chauffante... Dans l'autre sens il y a la mise à température du tube, indispensable compte tenu de la déviation des rayons après réflexion sur le primaire (considère un rayon de lumière qui touche le bord du primaire puis le secondaire au milieu...) mais un plus rapide que sur les Maks. Pour les débutants c'est important d'avoir du champ à l'oculaire : la tolérance aux erreurs de pointage est importante. Sur monture équatoriale oui mais les autres tubes optiques (lunette et surtout Newton) sont bien pires. Sur monture azimutale le confort d'un SC est imbattable pour des gens qui ont du mal à s'asseoir, se lever, s'accroupir... et il y a la hauteur d'observation, dans un contexte un peu "encaissé" ou confiné (ex. haie, garde-corps) ça joue pas mal. Le SC et le Mak sont les télescopes idéaux pour observer de son balcon. Mouais. La coma n'est pas absente, mais elle est fortement réduite du fait de la moindre ouverture (F/10 alors que les Dobson ouvrent plutôt à F/5) et elle est surtout visible en photo.
  12. La recherche aux coordonnées c'est sympa mais pas forcément quand on débute. C'est le goto des anciens, et comme la recherche automatique c'est bien quand on sait où on va et à quoi on s'attend. Lorsque la recherche n'est pas assez précise (ex. cercles de coordonnées mal réglés, mise en station approximative) on tombe à côté et on se perd. J'ajoute que la plupart des petites montures équatoriales ne sont pas pensées pour une recherche aux coordonnées ergonomique, avec des cercles de coordonnées en vision directe depuis le siège d'observation et très légèrement éclairés pour ne pas éblouir des yeux adaptés à l'obscurité.
  13. Le fourmillement d'étoiles il n'y a rien de mieux pour révéler la nébuleuse obscure d'o Per et un peu d'IFN J'ai hâte de voir le produit de 10 h de pose.
  14. Si ton jardin reçoit le soleil en décembre (quand il y en a) c'est que tu peux observer Jupiter et Saturne de ton jardin en ce moment. En sachant que les deux planètes vont commencer à remonter (chacune à leur rythme) à partir de 2021. De son côté, la pollution lumineuse n'a quasiment aucun effet sur l'observation planétaire, exception faite des lunes de Saturne. En revanche c'est au sud que passent tous les objets du ciel profond à l'exception de ceux qui sont proches de l'étoile polaire (ex. nébuleuse d'Orion, Pléiades, Sagittaire, galaxies de la Vierge). Je dirais qu'en cas de brise marine légère la proximité de l'océan garantit un flux laminaire donc les conditions de turbulence devraient être meilleures que plus à l'intérieur des terres.
  15. Bonjour Tymad et bienvenue à toi ! A priori si tu es en zone jaune-vert sur la carte AVEX tu devrais avoir des images correctes au zénith ; à l'horizon ça dépend de la direction : vers les villes tu auras un dôme de pollution lumineuse. Concernant l'éclairage ambiant, en observation lunaire il vaut mieux éclairer le poste d'observation pour faciliter l'adaptation de l'œil ; en observation planétaire (sauf les lunes de Saturne très faibles, voire Uranus et Neptune) l'éclairage ambiant a peu d'incidence car les disques planétaires sont brillants ; en observation du ciel profond faut être dans le noir (attention aux réflexions sur les murs). L'important c'est que le télescope soit en bon état. Tu remplaceras avantageusement des oculaires en mauvais état, quand bien même : l'important est moins l'état du revêtement métallique que l'état des verres. Concernant le diamètre de ton télescope, 110 mm avec une bonne optique te permettront de t'amuser longtemps. Il faut juste bien choisir tes cibles. De bons amateurs, en club ou ailleurs, te seront de bon conseil
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.