Jump to content

Photino

Membre
  • Content Count

    37
  • Joined

  • Last visited

About Photino

  • Rank
    Membre
  • Birthday 08/26/1991

A propos

  • Résidence
    Toulouse
  • Intérêts
    Imagerie spatiale
  • Occupation
    Ingénieur R&D
  • Matériel
    SW 150/750 sur EQ3-2
    Canon 1100D Défiltré

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. La chaîne Science Etonnante sur YouTube a fait une excellente vidéo qui parle de ça, si tu ne l'as déjà pas vu :
  2. Pas facile à déchiffrer tout ça... En tout cas, le problème avec le "commencement", si tant est qu'il y en ait eu un, c'est qu'on essaye de l'appréhender avec ce qui nous est familier, alors qu'on parle de quelque chose qui surgit de "rien", c'est difficile voir impossible à se l'imaginer. Donc quelque chose comme une décharge électrique, ça sous-entend qu'il y ait "quelque chose" qui l'ait provoqué, donc une existence antérieure à elle, et ce ne serait donc pas le début. On peut remonter autant qu'on veut comme ça, mais il y a bien un moment ou la première brique a été posée, mais là encore, on peut rétorquer : qui l'a posée ?
  3. Eh bien merci, effectivement là je te rejoins sur beaucoup de points. C'est à peu près dans cette optique là que j'avais l'intention d'aller. Dans mon précédent message, je parlais des experts pour le côté pro, il est clair que je n'ai pas la prétention d'écrire un blog pour eux. Je pense qu'ils ont déjà suffisamment de lecture avec tous les papiers qui sortent 😅 Non clairement ce sera pour les novices, les amateurs et même ceux un peu plus avancé. Mais je compte bien reprendre les bases, ne serait-ce que pour y faire des appels quand j'aborderai des sujets plus complexes. La différence que je veux apporter, du moins par rapport avec ce que j'ai pu voir/lire, c'est d'expliquer ce qu'il se cache dans les différentes "boîtes noires" qui sont utilisées par tous, moi le premier (d'où mon envie de m'y plonger pour les comprendre). Un exemple concret : en astrophoto du ciel profond, il est d'usage de réaliser plusieurs poses, puis de les moyenner pour réduire le bruit. La plupart des blogs expliquent bien que c'est pour réduire le bruit, que plus on en fait, mieux c'est, et finissent par donner le nombre d'images qui, pour eux, marche bien, mettons 30 images. Mais de quel bruit(s) on parle ? Quel est l'impact du nombre d'images sur le rapport signal/bruit ? Pourquoi 30 et pas 35 ou juste 15 ? Bref, on finit par appliquer ce que dit l'article et faire ses 30 images, qu'on passe dans un logiciel qui nous fait la moyenne (entre autres) et on récupère le résultat en pensant que ça a bien marché (et c'est peut-être le cas hein), et on se persuade qu'on a tout compris. C'est précisément sur ce genre de détails que je souhaite apporter un plus. Mais même pour décrire ces boites noires, j'imaginais y aller crescendo, et ne pas étaler tout ce qu'il est possible de savoir sur le bruit dans une image, jusqu'à coller les équations de la physique quantique pour expliquer l'interaction lumière-matière. J'irai toujours du général au particulier, et en plusieurs articles tout en précisant le niveau et les articles à avoir lu pour comprendre, de sorte que celui qui ne souhaite pas approfondir ne soit pas décourager par un gros pâté et des équations venues d'un autre monde. Voilà, je ne sais pas si c'est un peu plus clair du coup, mais je trouve que ça ressemble à ce dont tu me conseillais de faire dans ton message précédent. Après effectivement, j'ai peut-être du mal à cerner mon projet, tout simplement parce que je veux voir comment ça va évoluer avec cette idée que j'ai. Se fixer des objectifs c'est bien, ça permet de progresser et de se maintenir, mais ça met une certaine pression qui peut vite se transformer en une sensation "d'obligation de faire" plutôt que de "plaisir de faire". Bon en attendant, c'est bien beau tout ça, mais le problème initial reste le même : il me faut un nom ! Merci pour ton encouragement 🙂
  4. Effectivement, je suis allé vérifier, et le nom de domaine, en .com et en .fr, est pris. Au moins j'ai plus à me poser la question de savoir si je garde ce nom. J'ai de exemples inverses sur des sujets comme l'IA (et je parle là aussi de l'aspect technique, donc les algos de deep learning etc.), j'avais d'ailleurs fait la remarque à un auteur français qui a écrit un bouquin sur le sujet et qui avait publié une vidéo sur YouTube en anglais. J'avais commenté en disant que c'était dommage de trouver peu de contenu français sur ce sujet, il m'avait rétorqué que j'avais raison mais que la réalité était là : il avait fait la même vidéo en français sur sa chaîne, elle n'avait que quelques milliers de vues contre 135k pour la version anglaise. Oui je vois de qui tu parles, mais encore une fois, ce ne sont pas des vidéos techniques (c'est d'ailleurs plus souvent l'astronomie/astrophysique), ça effleure le sujet pour montrer quelque chose qui les intéresse en espérant intéresser sa communauté, mais sans plus. Ce n'est pas leur thème principal, et ils font ça avec tout un tas d'autres sujets scientifiques, c'est plus des vulgarisateurs que des spécialistes. Leur rôle est important hein, mais ce n'est pas à ça que je pense. Alors non, ce n'est pas un gros mot, mais ce n'est pas avec une approche marketing que j'ai envie de construire mes articles. Effectivement si j'ai des questions récurrentes nécessitant un article j'envisagerai de m'y coller, mais il faut déjà en arriver là, et pour cela, je ne veux pas passer par des articles putaclic, ou simplement m'éterniser sur des généralités en attendant d'avoir une communauté. Je le fais avant tout pour moi, puisque si tu reviens sur le post d'origine, le point numéro 1, c'est de renforcer et d'approfondir mes connaissances sur le sujet, puisque pour écrire un bon article il faut le bosser. Tu me diras, je peux le faire sans avoir à partager, mais le fait de mettre le contenu en ligne rajoute une "pression" qui t'obliges à être rigoureux, à travailler ton style d'écriture, etc. Et puis j'aime bien partager. Oui je suis d'accord, mais je n'ai pas non plus dit ne pas avoir de "stratégie", j'ai une idée de l'ordre et de l'approche des sujets que je veux aborder. J'ai bien conscience que les articles longs et trop compliqués c'est chiant. Je n'y vais pas non plus la fleur au fusil, mais je comptais garder ça comme un hobby (pas envie de m'imposer trop de contraintes) Je suis allé voir ton blog, et on est sur un tout autre registre, donc même si c'est spécifique, je ne considère pas qu'on est dans le même cas que ce dont je souhaite parler. Alors oui, du coup, je prends le risque que ça ne mène nulle part, que comme tu l'as dit, la motivation baisse et que ça devienne un blog mort. Bah écoute si ça arrive, c'est qu'au fond ça ne me motivait pas tant que ça de tenir un blog. Non mais on a le droit d'échanger. Ton point de vue est intéressant, mais cela ne me donne pas envie d'adopter cette approche pour ce type de blog. Ton site parle de quelque chose d'assez concret pour le monde de l'entreprise. Ça ne s'adresse pas à un seul domaine de l'industrie ou à un type de projet. Je bosse déjà dans l'imagerie astro (capteurs d'images), c'est très pointu et chaque élément a son voire ses experts. Même si je compte rentrer dans le détail, je n'irai jamais jusqu'à leur niveau (trop compliqué et pas forcément intéressant pour moi/les autres). Donc au mieux, d'un point de vue pro, c'est d'appuyer une candidature avec ce travail, ça peut avoir avoir son petit effet, mais les éléments techniques n’impressionneront personne qui travaille dans le domaine. Mais, ça peut marquer clairement l'intérêt, l'ouverture aux autres, l’honnêteté intellectuelle et tout un tas de trucs qui permettent de montrer que dans une équipe, ce pourraient être des valeurs utiles. En tout cas, tes interventions sont très utiles, car cela me fait réellement me questionner sur ce la façon dont je devrais aborder mon petit projet. J'ai peut-être donné l'impression de tout rejeter en bloc, ou pire de dénigrer ton approche, mais il n'en n'est rien ! Si c'était le cas je m'excuse sincèrement.
  5. Si bien sûr que tu peux aborder le sujet, je suis complètement ouvert à la discussion @Kastro Je n'ai aucune expérience là-dedans donc tout est bon à prendre. Quand je disais avoir peur du référencement, je parlais surtout du fait que mon idée de nom correspondaient à une entreprise d'assez grande taille. Le premier problème que ça engendre c'est que le nom de domaine est déjà pris, enfin pas exactement : Quand tu tapes www.pixiel.com dans le navigateur, tu es redirigé automatiquement vers le site de l'entreprise www.pixiel-group.com. Donc je me suis dit qu'en conservant l'idée d'appeler le blog/projet Pixiel, j'allais, à minima, rencontrer des problèmes de référencement/visibilité. C'est-à-dire des gens à qui je donne le nom de mon blog qui se retrouvent rediriger vers cette entreprise et donc se disent que le blog n'existe pas/plus. Il y a peut-être plus de francophones que je ne le pense, mais l'anglais ouvre naturellement plus de portes puisque tu touches un plus large public. Il n'y a qu'à voir la différence du nombre de viewers sur une vidéo d'astrophotographie FR et ENG pour s'en rendre compte. Quel est ton blog, ? Que je me fasse une idée de ce que tu as en tête. Attention le sujet n'est pas l'astronomie, qui est effectivement un sujet qui fascine énormément de monde. Là on serait beaucoup plus orienté techniques d'imagerie, ce qui touche moins de monde. Si on reste sur les généralités des instruments (et en particulier les gros instruments), ça passe encore, mais mon souhait est bien d'approfondir la compréhension des systèmes. Je suis d'accord avec toi sur le reste de ton intervention, et je te remercie de me questionner autant, c'est à ça que sert un forum Bon pour être honnête avec toi, je n'ai pas vraiment réfléchi à quel serait le but de ce blog. Je l'envisageais vraiment comme un passe-temps, où je retrouverais le plaisir de partager mes connaissances, et puis oui pourquoi pas, qui laisserais une petite trace. En fait, je sais surtout ce que je ne veux pas : faire quelque chose de marketing, c'est-à-dire viser des sujets qui plaisent pour attirer du monde, et du coup faire plaisir à la demande avant de me faire plaisir moi. Je n'ai pas envie aussi de faire une énième copie d'articles sur l'astrophoto qu'on peut trouver ci et là sur internet. Y revenir brièvement parce que c'est nécessaire pour comprendre la suite bien sûr (et le faire à ma manière et mon style d'écriture, j'ai d'ailleurs commencé à écrire des articles), mais pas m'y limiter. Et tu vois, quand tu me parles de référencement, de croissance du nombre de lecteurs, de stratégie, j'ai l'impression que tu me parles plus de projet de site de e-commerce plutôt que de blog personnel, même si je comprends la démarche.
  6. Non je ne connaissais pas, merci pour l'adresse Honnêtement, si tu as les bons filtres, la PL n'est pas vraiment un problème, en plus, les caméras d'aujourd'hui sont beaucoup plus sensibles, même en CMOS (et ça ira encore en s'améliorant). Les niveaux de bruits deviennent ridicules, et les algorithmes informatiques, dopés par des processeurs graphiques toujours plus performants, sont capables de réelles prouesses en très peu de temps. Il te suffit, à mon sens, de te trouver un endroit calme et si possible à l'abri du vent, ensuite avec du bon matériel et de la volonté d'en apprendre plus sur l'instrumentation moderne et les nouvelles façons de faire, tu ne pourras qu'obtenir de bons résultats ! J'aimerais t'illustrer ce que je dis avec des exemples mais je manque de moyen pour correctement m'équiper, et puis j'habite en ville (même si ce n'est pas une excuse car beaucoup arrivent à des résultats honnêtes dans de grandes métropoles).
  7. Bonjour Alain, Quand j'habitais encore chez mes parents, à Camps-la-Source, j'allais à l'observatoire de Rocbaron, si tu n'y es pas trop loin, ça peut se tenter. Sinon si tu veux éviter la pollution lumineuse, tu peux aller sur le bord de mer, par exemple à la Presqu'ile de Giens, le cadre est très sympathique en plus. Tu as aussi l'observatoire du pic des fées à Hyères, qui est en hauteur et proche de la Mer. Je compte rentrer dans mon cher Var dans quelques années, je viserai ces spots en premier lieu
  8. J'ai bien conscience de ça. Mais de toute façon je le fais avant tout pour moi, comme je le disais, ça me permet d'approfondir le sujet et de me mettre à la page, ce qui me sera utile aussi pour ma vie professionnelle. Si la mayonnaise prend ce n'est que mieux, mais restons réaliste, c'est un sujet qui n'intéresse qu'une poignée de passionnés. Pour toucher davantage, il faudrait que je pense à faire une version anglaise en parallèle. En attendant, ce n'est pas mon objectif. Si déjà j'arrive à faire tourner mes articles auprès d'une petite communauté d'une centaine de passionnés, ce sera énorme pour moi. Si mon intention c'était d'avoir un blog d'astro populaire, je serais parti sur des sujets plus vendeurs. Cela ne m'empêchera pas d'en faire peut-être de temps à autre, mais ce n'est pas le but premier. Pour la valeur ajoutée, je vais y réfléchir sur la forme, mais dans le fond le but c'est justement d'aller plus loin que la plupart des autres qui se contentent de parler des règles et tutos généraux pour faire de l'astrophotographie. J'ai suivi tes conseils en utilisant Google Trends, c'est très utile ! Maintenant, je ne sais pas si j'ai envie d'avoir un nom de domaine qui matche des mots clés, ou bien un nom original qui phonétiquement marche bien mais qui ressortira difficilement dans les recherches.
  9. Merci Gastropode, je suis content de voir que ça peut intéresser ! Oui la mode est à la Data Science, et je me forme actuellement dans ce domaine, en espérant pouvoir mettre en place des IA de correction de bruit et d'upscale de résolution, ce serait fascinant ! J'ai pensé à Datastro mais ça existe aussi, mais y a quelque chose à creuser de ce côté ! Pour le CCD, ce sera de moins en moins d'actualité (étant donné que le CMOS prend le dessus) donc je ne préfère par partir là-dessus. Effectivement, j'ai envie qu'on comprenne bien ce qu'il se cache derrière telle ou telle chose, mais je comprends bien qu'il ne faut pas attaquer directement par le plus complexe. Je comptais faire du général au particulier, mais sans trop m'attarder sur les bases, puisqu'on les trouve partout. Tant que le travail reste bien référencé, je me dis que c'est bon. Pour la plateforme, je comptais partir sur du WordPress, c'est une bonne idée ?
  10. Bonjour à tous, Cela fait longtemps que j'ai pour projet de réaliser un blog, voire même une chaîne YouTube, sur les techniques d'imagerie astronomique, amateur comme professionnel. Ce qui me motive à faire ça, c'est plusieurs choses : Bon tout d'abord, comme beaucoup, je suis un passionné d'imagerie astro et vouloir expliquer me forcera à aller me renseigner davantage et apprendre de nouvelles choses. Un constat : je me suis souvent heurté à des astrams qui appliquaient des règles en étant persuadé les comprendre, mais qui ne s'appliquaient pas forcément à leur cas (et du coup je passais pour le mec lourdingue qui comprenait rien). On parle souvent des grands télescopes avec leurs grands miroirs, au détriment d'instruments beaucoup plus impressionnants comme les interféromètres. Je n'ai pas beaucoup de matériel pour faire de l'astrophoto et donc faire de vrais tutos là-dessus (puis quelqu'un qui parle d'astrophoto sans en faire, je ne pense pas que ça passerait...) On aime les détails techniques en matière d'optique et de capteurs d'images, mais je vois rarement des sujets sur les techniques de traitement d'images (attention, je veux parler là d'algorithmie de traitement d'images, pas d'utilisation d'un logiciel de traitement lambda) Je travaille dans ce domaine et ce serait un peu une vitrine pour moi ainsi qu'une façon de rester à la page. Me motiver à m'équiper et démarrer l'astrophoto sérieusement pour proposer du nouveau contenu et appuyer mes explications théoriques. etc. etc. Bon vient maintenant le problème du nom... J'avais trouvé Pixiel dans un premier temps, qui fait référence au pixel et donc à l'imagerie et au ciel (de part sa prononciation) pour noter que le sujet était le ciel. Mais bien entendu ce nom est pris, et par une entreprise de drônes... Alors pensez-vous que je puisse tout de même le prendre ? En fait, j'ai peur du référencement par rapport à cette entreprise du fait qu'elle doit surement payer cher pour être bien référencée. Ou bien alors prendre un composé comme "Pixiel Imaging" ? À part ça, je n'ai pas vraiment d'idée. Je ne veux pas un "astro-quelque-chose" puisque ce ne sera pas du contenu lié à l'astronomie. Merci d'avance pour votre participation !
  11. Pour espérer rentrer à la NASA il y a une condition essentielle qui n'a rien à voir avec les études : il faut être citoyen américain.
  12. Avec un Bac Pro, c'est tout à fait envisageable de se lancer dans un BTS, pas forcément en alternance. Les instruments utilisés par les astronomes et scientifiques sont complets : mécanique, électronique, optique et informatique. Si tu es plutôt attiré par l'instrumentation, alors considère plutôt de t'orienter en mécanique, électronique ou optique. Cependant, le retour que je peux te faire c'est qu'il y a très peu de techniciens en optique/photonique, c'est pour quoi je serais tenté de te recommander un BTS Systèmes Photoniques. La photonique est au photon ce qu'est l'électronique à l'électron. En gros, c'est l'étude de la lumière et ses applications. Avec ce diplôme, je suppose que tu peux être amené à pouvoir faire de la maintenance sur des systèmes d'observations assez stylés dans des laboratoires (les observatoires font partie des laboratoires). Il faut s'accrocher, rien n'est impossible, et avec de la passion on peut aller très loin, car on apprend plus facilement.
  13. Évidemment, ce n'est pas une généralité. M'enfin bon, je doute que ce soit n'importe quelle école d'ingénieurs. Le "problème" de l'école d'ingé, c'est la grosse partie allouée au côté entreprise qui n'est pas trop adaptée au domaine de la recherche. Mais c'est tout à fait possible de basculer sur la recherche après le diplôme. Et en effet, de place on en trouve à l'étranger, mais je prenais le cas de la France. Être résident à l'ESO ça paraît stylé, mais bien que le complexe ait l'air sympa, c'est une vie particulière de vivre là sur de longues périodes, il faut être conscient de ce que c'est. Ce que je veux dire, c'est que ce n'est pas un mode de vie adapté à tous. Je doute sérieusement que cela ne soit dû qu'au mérite. Comme tu le dis après, cela va dépendre du sujet de thèse que tu vas prendre. Donc si ce que tu aimes en astro n'est pas à la mode dans le domaine de la recherche, que fais-tu ? Je ne suis pas d'accord. Les personnes qui occupent un poste toute leur vie c'est plus une question de mentalité. Autrefois c'était comme ça, aujourd'hui les gens changent beaucoup plus facilement de travail, que tu viennes du privé ou du public. Tu as aussi les changement de poste en interne. Si je prends l'exemple du cnes, tu as la possibilité de changer de service. Donc finalement tu peux rester au cnes toute ta carrière mais passer par des postes techniques (ou pas) très variés. Le turn-over il vient principalement du fait qu'aujourd'hui les gens aiment changer environ tous les 5/10 ans d'entreprise (évidemment ce n'est pas une généralité là encore, si on se plaît à son travail, on ne va pas chercher à changer, même si ça fait 20 ans). Ça casse la routine, tu fais monter ton salaire (c'est généralement ça la motivation principale ne nous le cachons pas), et tu vois d'autres choses ! C'est un peu facile de dire ça, je ne saurais me mettre à la place d'un type qui enchaîne les post-docs, qui a dépassé la trentaine et qui ne construit pas de vie familiale parce qu'il est toujours en attente d'un poste. Les chercheurs sont des êtres humains aussi, non juste des machines à remporter des prix Nobel. Pourquoi "forcément moins intéressant" ? Ça dépend pour qui ! À la base l'auteur du sujet parle d'astrophotographie, c'est une discipline technique, qui se rapproche plus du boulot d'ingénieur que de chercheur. Il y en a qui éprouve autant (voire plus) de plaisir à concevoir un spectrographe très précis plutôt que d'analyser les bandes d'absorption d'un spectrogramme issu de ce même instrument. En plus de ça, je ne pense pas vraiment que le métier d'un astronome soit seulement de braquer des télescopes de 8m à la recherche de vie extraterrestre... Bref c'est parti bien loin du sujet je trouve. Je ne pense pas que ça ait aidé notre ami. J'avoue avoir noirci un peu le tableau, mais j'ai été dans cet état d'esprit à son age, et j'aurais aimé qu'on me remette les pieds sur Terre, et surtout, qu'on me parle des tous les autres métiers du spatial.
  14. Je t'ai envoyé un message privé 😉
  15. Salut ! Étant originaire de Brignoles, je serais ravi de pouvoir t'aider. Je ne suis pas astrophysicien, mais peut-on en savoir plus sur le type de calculs à faire ?
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.