Photino

Membre
  • Content Count

    26
  • Joined

  • Last visited

About Photino

  • Rank
    Membre
  • Birthday 08/26/1991

A propos

  • Résidence
    Toulouse
  • Intérêts
    Imagerie spatiale
  • Occupation
    Ingénieur R&D
  • Matériel
    SW 150/750 sur EQ3-2
    Canon 1100D Défiltré

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Photino

    Quel avenir pour un amateur d'astronomie ?

    Avec un Bac Pro, c'est tout à fait envisageable de se lancer dans un BTS, pas forcément en alternance. Les instruments utilisés par les astronomes et scientifiques sont complets : mécanique, électronique, optique et informatique. Si tu es plutôt attiré par l'instrumentation, alors considère plutôt de t'orienter en mécanique, électronique ou optique. Cependant, le retour que je peux te faire c'est qu'il y a très peu de techniciens en optique/photonique, c'est pour quoi je serais tenté de te recommander un BTS Systèmes Photoniques. La photonique est au photon ce qu'est l'électronique à l'électron. En gros, c'est l'étude de la lumière et ses applications. Avec ce diplôme, je suppose que tu peux être amené à pouvoir faire de la maintenance sur des systèmes d'observations assez stylés dans des laboratoires (les observatoires font partie des laboratoires). Il faut s'accrocher, rien n'est impossible, et avec de la passion on peut aller très loin, car on apprend plus facilement.
  2. Photino

    Astrophotographe : un métier ?

    Évidemment, ce n'est pas une généralité. M'enfin bon, je doute que ce soit n'importe quelle école d'ingénieurs. Le "problème" de l'école d'ingé, c'est la grosse partie allouée au côté entreprise qui n'est pas trop adaptée au domaine de la recherche. Mais c'est tout à fait possible de basculer sur la recherche après le diplôme. Et en effet, de place on en trouve à l'étranger, mais je prenais le cas de la France. Être résident à l'ESO ça paraît stylé, mais bien que le complexe ait l'air sympa, c'est une vie particulière de vivre là sur de longues périodes, il faut être conscient de ce que c'est. Ce que je veux dire, c'est que ce n'est pas un mode de vie adapté à tous. Je doute sérieusement que cela ne soit dû qu'au mérite. Comme tu le dis après, cela va dépendre du sujet de thèse que tu vas prendre. Donc si ce que tu aimes en astro n'est pas à la mode dans le domaine de la recherche, que fais-tu ? Je ne suis pas d'accord. Les personnes qui occupent un poste toute leur vie c'est plus une question de mentalité. Autrefois c'était comme ça, aujourd'hui les gens changent beaucoup plus facilement de travail, que tu viennes du privé ou du public. Tu as aussi les changement de poste en interne. Si je prends l'exemple du cnes, tu as la possibilité de changer de service. Donc finalement tu peux rester au cnes toute ta carrière mais passer par des postes techniques (ou pas) très variés. Le turn-over il vient principalement du fait qu'aujourd'hui les gens aiment changer environ tous les 5/10 ans d'entreprise (évidemment ce n'est pas une généralité là encore, si on se plaît à son travail, on ne va pas chercher à changer, même si ça fait 20 ans). Ça casse la routine, tu fais monter ton salaire (c'est généralement ça la motivation principale ne nous le cachons pas), et tu vois d'autres choses ! C'est un peu facile de dire ça, je ne saurais me mettre à la place d'un type qui enchaîne les post-docs, qui a dépassé la trentaine et qui ne construit pas de vie familiale parce qu'il est toujours en attente d'un poste. Les chercheurs sont des êtres humains aussi, non juste des machines à remporter des prix Nobel. Pourquoi "forcément moins intéressant" ? Ça dépend pour qui ! À la base l'auteur du sujet parle d'astrophotographie, c'est une discipline technique, qui se rapproche plus du boulot d'ingénieur que de chercheur. Il y en a qui éprouve autant (voire plus) de plaisir à concevoir un spectrographe très précis plutôt que d'analyser les bandes d'absorption d'un spectrogramme issu de ce même instrument. En plus de ça, je ne pense pas vraiment que le métier d'un astronome soit seulement de braquer des télescopes de 8m à la recherche de vie extraterrestre... Bref c'est parti bien loin du sujet je trouve. Je ne pense pas que ça ait aidé notre ami. J'avoue avoir noirci un peu le tableau, mais j'ai été dans cet état d'esprit à son age, et j'aurais aimé qu'on me remette les pieds sur Terre, et surtout, qu'on me parle des tous les autres métiers du spatial.
  3. Photino

    Cherche astrophysicien

    Je t'ai envoyé un message privé 😉
  4. Photino

    Cherche astrophysicien

    Salut ! Étant originaire de Brignoles, je serais ravi de pouvoir t'aider. Je ne suis pas astrophysicien, mais peut-on en savoir plus sur le type de calculs à faire ?
  5. Photino

    Glossaire technique astro pour débutants

    Très utile comme post ! Bon allez je vais pinailler, mais on parle de tâche d'Airy dans le cas très précis d'une optique avec une ouverture circulaire, sans aucune obstruction centrale. Donc par exemple pour une lunette c'est bon, mais pour un télescope comme un Newton, qui a une obstruction centrale (à cause de l'araignée), il faut parler de figure de diffraction. De mon point de vue, il est préférable de ne parler que de figure de diffraction, au moins cela comprend toutes les géométries de pupilles, des plus basiques comme la circulaire, jusqu'au plus exotiques...
  6. Photino

    Devenir astrophysicien

    De mon point de vue, Sciences de l'ingénieur et/ou informatique et numérique te seront plus utile que de la SVT, à moins que tu aies un goût pour l'exobiologie. L'astronomie aujourd'hui c'est beaucoup de traitement de données, du big data et du machine learning.
  7. Photino

    Astrophotographe : un métier ?

    Salut, je me suis retrouvé dans la même situation que toi il y a presque 10 ans maintenant... Tu retrouves tous les métiers dans le domaine de l'astronomie, donc si c'est ta passion, tu finis par t'y retrouver. Si c'est vraiment l'astrophotographie qui te passionnes, c'est que tu as ce désir d'obtenir de belles images. En astrophotographie, il est nécessaire de comprendre le fonctionnement des systèmes pour essayer de faire des images plus propres. Tu as 3 grosses parties : l'optique, l'électronique, et le traitement (informatique). Tu parles d'un doctorat en astrophysique, mais bien que ce soit un but noble, il faut regarder la réalité en face : il y a très peu de postes, voire pas. Et ça ne s'améliore pas. En gros il te faut bien plus qu'un doctorat. Déjà, dans ce domaine, il est recommandé de passer par un cursus LMD, pas de prépa/école d'ingé puis doctorat. Ensuite, il faut faire des post-docs, jusqu'à ce qu'il y ait un poste. Et quand il y en a un, c'est un peu la guerre, parfois c'est limite si ça ne se joue pas à un certification de natation... Puis il ne faut pas oublier que l'astronomie est une discipline bien différente de l'astro amateur et de la photographie. Bref, réfléchis-y bien. Personnellement, le déclic que j'ai eu, c'est de vouloir comprendre les systèmes d'imagerie astro, et pas seulement ceux des amateurs. Je suis donc passé par la case école d'ingénieurs. Au premier abord, c'est l'optique qui m'a attirée. C'est une spécialité assez rare dans le monde des écoles d'ingénieurs, et si tu as un bon niveau, je te conseille de viser l'institut d'optique, ils voient plus de choses et les approfondissent. Il y a une raison plus terre à terre que ça : le recrutement. Malheureusement, je n'ai pas eu la chance de faire sup'optique, car j'ai un niveau moyen. Je pensais que ce n'était pas l'école qui faisait l'étudiant. Mais les personnes qui te recrutent ne connaissent pas le domaine des écoles d'ingé, et ont leur a appris que les meilleurs venaient uniquement des grandes écoles (X, Sup'Optique, Centrale, etc.). Si tu veux te retrouver à l'agence spatiale française, ou européenne, ou encore travailler pour Airbus Defence and Space, alors tu partiras avec un avantage si tu viens de ces écoles. Depuis que j'ai fini mon école, je suis consultant pour le CNES, et je galère à y rentrer, là où chez un autre grand acteur du spatial, parce que je passe après des doctorants et des diplomés de ces écoles. Bon, l'essentiel c'est que je me retrouve quand même à bosser sur des systèmes imageurs dans le domaine du spatial, donc ça pourrait être pire ;-) Ah oui j'ai parlé des doctorants. En fait il ne s'agit pas de doctorant en astrophysique, mais plutôt des doctorants dans le domaine technique. Par exemple, tu fais ton école d'ingé en optique, et après tu fais une thèse sur un système optique, par exemple sur quelque chose de particulier sur le système d'optique adaptative du futur ELT. Ça peut être ça comme le développement d'une méthode de mesure plus précise du polissage d'un miroir... Il y a de tout. En général ces thèses sont financées par des industriels et donc tu es bien payé et en plus tu as plus de chance d'être recruté après. On appelle ça une thèse CIFRE. Personnellement, j'ai préféré directement entrer dans la vie active après mon diplome d'ingé car je ne voulais pas encore 3 ans, et surtout, je ne savais pas dans quoi me spécialiser. D'autant plus que, même si j'ai fait mes études dans l'optique, j'ai fini dans les capteurs d'images, et maintenant, je regarde de près la partie traitement d'images. De ce que j'ai vu, il n'y a pas vraiment de grosse innovation dans l'optique spatiale aujourd'hui. Les systèmes sont plus complexes mais il n'y a pas de techno de rupture. Pour vraiment voir des trucs sympas, il faut commencer à regarder du côté de l'optique quantique, et là c'est un autre niveau. Non vraiment pour améliorer les images, tu as beaucoup plus à apporter en améliorant le système d'optique adaptative (une meilleure résolution, corriger plus rapidement, etc.) par exemple. Même chose pour ce qui est des capteurs d'images. Le CCD est quasiment abandonné maintenant. Là où je travaille on n'a plus qu'un labo CCD et le reste n'est que pour le CMOS. Mais même là, on arrive à faire déjà beaucoup de choses pour avoir un bon rapport signal sur bruit etc. Les améliorations vont être sur les moyens de production, ou encore le débit (par exemple pour faire de la vidéo). Là où je vois le plus de potentiel, c'est dans le traitement des données. Aujourd'hui, tu as des tonnes de données qui sont toujours en attente d'être traitées. On envoie des nouvelles générations de satellites, alors qu'on n'a pas encore traité 10% des données du satellite de la génération précédente. De plus, même si le traitement d'images, qui fait partie de la branche des maths appliqués, est très importante, tu as depuis peu le Deep Learning qui a fait son apparition et qui bouscule tout. Même si ce domaine avance à grand pas, il reste beaucoup à découvrir, et on peut imaginer énormément de choses pour l'astro ! Bref, après ça reste un avis personnel, mais pour moi l'informatique de permet de te mettre sur des projets variés dans le domaine de l'astro et il y a je pense de belles découvertes à faire pour améliorer les systèmes et aider à contribuer à la recherche. Finalement, si tu ne sais pas, et que tu penses que ton avis peut encore changer, je te conseille de suivre un cursus assez généraliste. Un parcours en physique sera très bien. Si tu veux travailler dans la recherche, préfère un cursus LMD. Si tu veux rester dans la technique, vises l'école d'ingé. Soit réaliste, et n'hésite pas à questionner des professionnels, en général ils aiment parler de leur métier (surtout dans ce domaine). Tu as aussi des écoles d'ingé généralistes. Par exemple l'INSA Toulouse, où tu as un cursus Génie physique ou Maths Appliqués. Ah aussi, ça peut paraître anodin, mais la ville où tu feras tes études a son importance. Par exemple, à Toulouse, pôle du spatial, tu as toutes les entreprises du domaine qui orbitent autour des écoles, c'est un gros plus ! Sans compter qu'en général, les profs viennent de ces entreprises.
  8. Photino

    J'ai les ingrédients mais pas la recette ! :P

    Formation d'ingénieur généraliste, puis après tu as des boites qui sont spécialisées en ingénierie et conseil en technologie. D'après ce que j'en ai compris, ils recoivent des projets en tout genre, et les mecs de la société se chargent de mettre les bonnes personnes sur la bonne mission. Ce qui fait que si t'as un profil généraliste, les missions que tu feras ne seront probablement pas dans le même domaine. Cela dit, si tu débutes à peine, il est normal que tu n'aies pas encore trouvé ton domaine. J'aime également la science et de nombreux domaine mais tu trouveras ton affinité avec une, ça viendra tout seul
  9. Photino

    Quizz alternatif convivial

    Bonjour Ygogo, Il s'agit du projet NenuFAR (New Extension in Nançay Upgrading loFAR), permettant donc une amélioration de performances du précédent système loFAR, station du télescope européen, qui est un outil majeur pour la radioastronomie basse fréquence. Le NenuFAR est donc une infrastructure de deux jeux de 96 antennes (un jeu pour une gamme de fréquence) fonctionnant en interférométrie, ce qui permet de faire des études dans ce domaine assez significatives. Et encore plus d'infos sur le site http://nenufar.obs-nancay.fr/ EDIT : Je me suis fait devancé par Great gig in the sky ^_^ Bien joué à lui !
  10. Une pétition est désormais en ligne, on a besoin de vous ! SIGNER LA PÉTITION Faites tourner cette pétition tout autour de vous. Sauvegarder l'observatoire de Rocbaron, c'est aussi sauvegarder notre patrimoine culturel. Car l'astronomie se fait de plus en plus rare, alors que c'est la science qui nous rapproche le plus, non seulement de la nature, mais aussi des autres car elle est basée sur le partage. Faisons-leur comprendre ça, aux collectivités territoriales !
  11. Bonjour à tous, L'heure est grave ! L'observatoire de Rocbaron est menacé par la municipalité, pour des raisons absolument grotesques... Je vous laisse lire l'article qui fait part de la nouvelle... C'est grâce à cet observatoire, aux personnes qui l'animent, et aux festivals organisés chaque année que ma passion pour l'astronomie s'est développée pour devenir aujourd'hui une de mes raisons de vivre. Je suis absolument révolté contre ces collectivités territoriales qui agissent ainsi sans la moindre réflexion, sans se demander si c'est vraiment cela dont le canton a besoin... MAJ : SIGNER LA PÉTITION
  12. Photino

    Reports de bugs

    Bonjour, cela fait quelques jours que j'ai le message suivant lorsque j'essaye de jouer au quizz : "Erreur dans les données. Veuillez signaler le problème." Merci d'avance au staff
  13. Photino

    Astrophysicien: Qui que quoi comment?

    Salut à toi, je me permets d'intervenir pour te présenter mon parcours (pas encore terminé), en espérant que ça t'inspire ! J'ai toujours été passionné par l'astronomie, ça a pas débuté avec internet parce que ça n'existait pas encore mais avec un livre, mais ça revient au même (sauf pour les images). J'ai jamais vraiment été "très bon" à l'école, j'ai redoublé ma 3ème, et je suis arrivé à mon Bac S péniblement avec des moyennes aux alentours de 10/11. D'ailleurs j'ai eu mon bac avec 11,5 de moyenne donc sans aucune mention... Et du coup, je ne savais pas du tout quoi faire et il est clair qu'avec mon parcours scolaire, il était hors de question de tenter une école d'ingénieur ou une prépa. Je suis donc allé en BTS Domotique, disons que c'est ce qui me déplaisait le moins... Et puis en même temps que j'ai attaqué mon BTS je me suis mis à l'astronomie amateur et à la photographie (astro et diurne), ma passion pour l'astronomie m'est revenue comme une claque en pleine figure et une passion pour la photographie s'est très vite développée. Parallèlement à ça, j'avais un excellent niveau à mon BTS sans faire grand chose, je me suis donc dit que j'allais continué (je pensais à une licence). Mais mon stage de fin de BTS m'a dégouté et m'a clairement ouvert les yeux sur l'importance du métier qu'on devait faire. Ayant toujours conscience de mon faible niveau par rapport à des élèves astrophysiciens, je me suis demandé quel métier pourrait me permettre de rejoindre le domaine de la recherche scientifique (astronomie, physique des particules). Et là, la filière optique m'est apparue comme une évidence ! J'en ai donc parlé à mes professeurs qui m'ont conseillé une prépa ATS (prépa faites pour les détenteurs d'un BTS/DUT) pour faire une école d'ingénieurs en optique, car ils estimaient que j'avais la motivation et les capacités pour le faire. Je leur ai fait confiance et je me suis inscrit. J'ai souffert : la prépa c'est dur. Et en plus, j'ai pas vraiment été bien classé dans cette prépa : sur une classe de quarante j'étais 30ème... Mais j'ai gardé en tête mon objectif et je suis resté déterminé. Je n'ai pas tenté les très grandes écoles comme Sup'Optique, Centrale ou autre, j'ai repéré une école d'ingénieur plus accessible : Polytech. C'était la seule qui avait une filière optique, plus précisément "Photonique et Systèmes Optroniques", il n'y avait que 2 places, j'ai tout donné pour l'avoir. L'avantage c'est que peu de gens sont intéressés par l'optique (et par Polytech) donc j'avais plus de chance de l'avoir. Finalement j'ai réussi le concours et je viens de boucler ma première année en école d'ingé à Polytech dans cette spécialité "Photonique et Systèmes Optroniques", tout bêtement l'optronique c'est le mélange de l'optique et de l'électronique donc on étudie beaucoup d'instruments utilisés en astronomie. Mon campus étant basé à Orsay, une grande majorité de professeurs enseignent également à Sup'Optique, Polytechnique et certains sont chercheurs à l'observatoire de Paris Meudon, donc c'est fascinant !! Enfin, en école d'ingénieur, tu peux faire ce qu'on appelle un double diplome, c'est a dire passer un master en même temps. Pour ma part j'hésite encore mais je pense soit m'inscrire à un master recherche "astronomie et astrophysique" soit à un master plus orienté ingénierie intitulé "Outils et Systèmes de l’Astronomie et de l’Espace". Mon rêve de carrière : Concevoir les prochains grands télescopes et autres instruments qui permettront de faire avancer la recherche en astronomie et en physique des particules. Tu vois donc, que même si tu n'es pas le meilleur élève, que tu ne suis pas la voie royale que tout le monde conseille, tu pourras TOUJOURS faire ce que tu as envie si tu en as la MOTIVATION ! D'ailleurs si tu as aimé l'astronomie en observant de belles photographies, tu aimeras surement le parcours optique qui cherche justement à développer des instruments pour obtenir des images toujours plus fines (et bien d'autres choses) Désolé pour la longueur du post !
  14. Bonjour à tous, Voici ma toute première photo sur ce forum mais aussi la toute première photo de mon Canon 1100D défiltré. Pour cette photo, je l'ai équipé du filtre CLS-CCD en clip de chez Astronomik, ce qui fait que je n'ai pu utiliser qu'un objectif à monture M42 : un Petri 50 1.7. Le tout est sur monture équatoriale EQ3-2. Au final, j'ai fait 6 poses de 5 minutes chacune, à 800 ISO et f/4, pensant que cette ouverture suffirait à limiter la coma et les aberrations chromatiques... Il n'en est rien : j'ai pu avec beaucoup de difficulté éliminer l'aberration chromatique mais pas la coma (le crop n'était pas avantageux). À l'avenir je fermerai donc mon vieux caillou à f/8... Vous trouverez certainement le traitement un peu hard mais je trouve qu'il est meilleur pour la lecture de l'image et la visibilité des nébuleuses. Cependant je reste à l'écoute pour vos conseils afin de m'améliorer