Farq

Membre
  • Content Count

    302
  • Joined

  • Last visited

About Farq

  • Rank
    Membre

A propos

  • Résidence
    Var & Corse
  • Intérêts
    Opéra, astrophysique, histoire
  • Matériel
    dobson 250
    Canon 15x50 stabilisées

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Concernant les piles, j'avais des piles lithium depuis octobre : ca y est elles commencent à fatiguer... Je vais devoir les changer. Il est clair que je n'ai pas utilisé mes jumelles tout le temps en stabilisé depuis octobre, mais la stabilisation se compte facilement en heures ! Au moins 6 à 8 heures à vue de nez (peut être même 10 ou 12...). C'est franchement beaucoup. A prendre en compte : une utilisation à des températures chaudes ou tempérées allongent la durée de vie.
  2. Bonjour, Je n'ai pas encore remis les pieds du côté de nos îles Australes (La Réunion, Mayotte), mais je visionne ici à Toulon (et cet été en Corse, en mai trop de nuages m'en ont empêché). J'ai eu la grande surprise de voir, en zone d'agglomération... La galaxie du Sombrero. C'est évidemment une tâche très faible mais qui se distingue très bien. J'imagine que dans un ciel niveau "bleu", les jumelles doivent la faire ressortir encore plus !
  3. Farq

    jupiter et un petit amas NGC 2482.

    Merci pour ces jolies reproductions ! Mon passage à Mayotte (avec mes jumelles) ces dernières semaines m'a permis de découvrir de jolies choses propres à l'hémisphère sud, notamment dans la poupe, Eta Carinae, le grand Nuage de Magellan, etc... Merci de partager avec nous tes observations !
  4. Selon moi, il n'y aurait rien d'exceptionnel à ce que cette découverte soit réelle quand on connaît la façon dont Neptune à été découverte au XIXe siècle, suite à des calculs mathématiques concernant des trucs bizarres sur la trajectoire d'Uranus...
  5. Oh oui ! De très beaux souvenirs grâce à cette "simple" paire de jumelles. Je m'estime heureux car normalement en cette période il flotte beaucoup, beaucoup à Mayotte. Là, il flotte pas trop, il fait chaud (28 la nuit et 33 le jour) mais l'humidité et les nuages gênent beaucoup le soir. J'ai heureusement eu 2 à 3 soirées avec une bonne qualité. Sinon, concernant le sujet des piles (abordé plus haut), les piles lithium sont clairement beaucoup plus endurantes que les alcalines ! Celles que j'ai dans mes jumelles datent... D'octobre dernier ! (Il est vrai que nov-déc en métropole n'a pas été top d'un point de vue conditions d'observations...)
  6. Comparaison sympathique pour cet objet extraordinaire. Merci !
  7. Suite de l'observation de Eta Carinae. Avant hier soir, et alors que mon départ approche, le ciel s'est enfin redécouvert suffisamment pour que je puisse re observer la région de Eta Carinae. La nébulosité est clairement observable avec les jumelles, ces dernières permettant de l'embrasser dans sa totalité. En dessous, j'ai découvert un essaim d'étoiles de magnitudes 8 à 9 minimales. Magnifique : il s'agit de NGC 3532. Et à côté de cet amas, un autre NGC 3576. Que de richesses dans cette régions du ciel. Je n'attends plus désormais que d'aller un jour vers un ciel Austral moins pollué : sans doute la Réunion (en altitude). Je conseille en tout cas à tous de pouvoir observer ces objets magnifiques inatteignables sous nos latitudes métropolitaines. Une bonne paire de jumelles transportable permet déjà de savourer ces joyaux célestes.
  8. Magnifique ! Merci du partage !
  9. Je confirme ! Actuellement à Mayotte pour quelques semaines, ce GNM est l'un de mes "targets" principaux ! Du moins quand le ciel le permet... Merci pour ta superbe photo qui me permet de mieux voir ce que je ne fais que deviner avec mes 15x50 !
  10. Farq

    Jupiter 2016 01 04 à l'APN

    Très beau ! Belle tâche rouge !
  11. Magnifique ! Merci du partage !
  12. Ce soir a été le bon : j'ai pu observer Eta Carinae et les Pléiades Australes : malheureusement guère longtemps du fait tout d'abord d'un cocotier mal placé. Puis de nuages qui sont venus obturer cette partie du ciel... Mais j'ai pu quand même observer ces deux objets célestes. La nébuleuse Eta Carinae est clairement séparée en son milieu : c'est visible. Elle est proche en impression visuelle de la nébuleuse d'Orion. Les pléiades australes sont également sympas à observer. Je suis heureux d'avoir pu "mettre la main" (ou plutôt les yeux) sur ces deux là, en plus du grand Nuage de Magellan. En parlant de ce dernier, d'ailleurs, j'ai eu le loisir de le re observer tranquillement, par un bon ciel ce soir. Et il est beaucoup plus grand que je ne le pensait... Il ne tient pas dans le champs de mes jumelles (4,3° environ) ! De nombreux amas ou tâches l'entourent, de même me semble-t-il que des "bras" nuageux... C'est décidément pas un ovale comme M41 (à l'œil nu, c'est l'impression que l'on a). Ce soir j'ai également pu me rendre compte du nombre incroyable d'étoiles dans la partie Grand Chien / Poupe / Voile : un régal. Des étoiles en très grand nombre dans le champs des jumelles, de meme que des amas ouverts. Une vision vraiment fantastique qui nous met des étoiles plein les yeux...!
  13. Farq

    Ca me turlipine....

    Après de bonnes et précises explications, je me permets de rajouter une chose. Nous sommes ici, selon moi, face à une problématique de traitement de signal (comme pour les radars ou les communications par exemple, qui utilisent finalement la même information : une onde électromagnétique). En traitement de signal, on considère qu'un signal (un onde radar, ou aussi une communication) est perturbé par un bruit, qui par simplification est dit "blanc", c'est à dire aléatoire et de densité spectrale de puissance constante sur l'ensemble des fréquences. L'intérêt de ce bruit blanc est sa décorélation (en gros : les valeurs du bruit dans le passé passé n'influent pas sur les valeurs du présent et celles du futur...) : cela va nous aider car acquérir plusieurs échantillons du signal d'origine dans ce bruit blanc va permettre de "rejeter" petit à petit le bruit tout en confortant le signal d'origine. En effet, avec de multiples mesures, les valeurs aléatoires de bruit finissent par s'eroder face à un signal qui lui lui n'est pas aléatoire. On fait donc ici ce que les posts ci dessus ont précisé : amélioration du rapport signal sur bruit. Le signal d'origine pour nous est l'ensemble des photons (signal électromagnétique) provenant d'une source (étoile, planète, nébuleuse, etc.), d'autant plus noyé dans le bruit qu'il est faible (lointain, ou peu lumineux). Le bruit est à priori constitué des turbulences atmosphériques, des fluctuations électroniques dans l'appareil de mesure, etc.
  14. Tout d'abord, laissez moi vous souhaiter mes meilleurs vœux pour2016! Que cette nouvelle Annee vous apporte, en plus de la santé, de belles choses dans votre passion astronomique! Je suis pour ma part heureux de commencer cette année sur ce forum (inscrit en avril dernier), qui permet des échanges super intéressants. Après l'excellente soirée de la fin décembre, j'ai pu retrouver au soir du 1er janvier un ciel dégagé vers 19h00... Pendant une 1/2 h ! Pas très long mais rapidement des nuages, et surtout une humidité formant un halo autour des étoiles majeurs, m'ont malheureusement empêché d'observer très longtemps. Cela ne m'a pas empêché de retenter la partie de ciel qui m'a tant plu l'autre jour : Sud, Sud-Est et Est. Je suis retourné sur le Grand Nuage de Magellan pour mieux observer les détails. Le ciel était moins bon qu'il y a 3 jours, mais j'ai pu retrouvé la tâche et celle de la nébuleuse de la Tarentule. En vision décalée, je me suis rendu compte qu'effectivement, de nombreuses "tachâtres" pouvaient se deviner, au sein du Nuage et sur la gauche, au dessus de la Tarentule. A priori autant d'amas, qui par bon ciel et avec un bon diamètre doivent pouvoir être observés plus précisément. C'est fascinant de deviner toute cette complexité du Nuage, juste avec une bonne paire de jumelles de 50mm d'ouverture (et par ciel pas vraiment optimal). Je suis ensuite retourné sur le petit nuage : la aussi, à peine visible mais une fois trouvé 47 Tucanae, on le trouve facilement. Et là, surprise, j'ai repéré un peu au dessus sur la droite une tâchouille concentrée et très peu lumineuse, cependant assez pour qu'avec les jumelles on l'a perçoive. A priori NGC 362, un amas d'étoiles globulaires. Je suis trop content de me rendre compte que l'on a jamais fait le tour d'un coin du ciel : toujours de nouvelles surprises potentielles au détour d'une observation ! Je suis ensuite reparti vers Suhail, toujours visible en triple (cela est fascinant de voir trois étoiles, les binaires étant plus légions avec les jumelles). J'arrivai cette fois ci à me rendre compte que les deux étoiles les plus brillantes n'avaient pas la même couleur (dont une a priori plutôt jaune !). Après une balade dans les champs d'étoiles de cette zone de la Carène, de la Voile et de la Poupe, je suis retourné sur le Grand Chien. Sirius m'apparu dans un halo... Grrrr l'humidité commençait à polluer la soirée d'observation. Cela ne m'empêchait pas dans les minutes qui suivaient de tomber sur deux tâches sous Sirius, que je me suis empressé de checker sur mon atlas : M47 et M46, des amas ouverts. Je trouvais de la même manière un autre amas d'étoile ouvert vers Wezen et Aludra : NGC 2362. L'humidité commençait à sérieusement dégrader le ciel. Je filai vite vers Orion, toujours aussi magnifique... Bételgeuse brillait, tirant vers le rouge... Magnifique. L'atlas m'indiquait que plus bas il y a une nébuleuse : celle du Cône. J'ai essayé de la trouver, mais je ne trouvais rien... Sans doute un ciel plus du tout exploitable pour les objets diffus. J'arrêtais donc mon observation, le ciel de plus en plus gagné par les nuages. J'espérais pourvoir enfin admirer Eta Carinae vers 22h30, mais le ciel ne me l'a pas permis... Ce sera pour une prochaine fois !