Spectrahm

Membre
  • Compteur de contenus

    100
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Spectrahm

  • Rang
    Membre

A propos

  • Résidence
    Lyon
  • Intérêts
    Astrophysique, informatique
  • Occupation
    Ingénieur
  1. Sondage européen sur le changement d'heure

    Donc on va se plier pour une minorité d'agriculteurs ? Rien ne les empêche de travailler plus tôt, comme ils sont à leur compte. Ceux qui ont des horaires de bureaux normaux entre 9h et 17h apprécient davantage l'heure d'été.
  2. Sondage européen sur le changement d'heure

    Pour moi, le gros problème de l'heure d'hiver est qu'elle est décalée par rapport aux activités humaines. A moins de se lever très tôt et coucher très tôt. En heure d'été, le soleil est au plus haut entre 13h et 14h selon où l'on se trouve en France, cela correspond bien au milieu de la journée. Je ne suis pas surpris que 75% des votants aient choisis l'heure d'été.
  3. Une source laser dans l’espace terrestre

    Pourquoi en souffrirait-elle ? - Un laser est une source de lumière cohérente donc invisible si l'on n'est pas dans l'axe. Seule la diffraction atmosphérique permet de défléchir quelques photons, mais dans l'espace, il est invisible. - Ensuite, quand bien même on se retrouverait positionné dans l'axe, un laser est monochromatique donc sa lumière se soustrait comme n'importe quelle raie de fond de ciel (Na...). - La lumière est à 355nm, autant dire qu'il faut déjà y aller !
  4. Siril 0.9.9

    Ah, c'est bizarre... Sous Ubuntu 18.04 la plupart des paquets sont d'ores-et-déjà distribués sous forme de snaps (LibreOffice, VLC, Gimp, Skype, Darktable...). https://snapcraft.io https://docs.snapcraft.io/build-snaps/ Ca doit être une doc ancienne !
  5. Siril 0.9.9

    OK, c'est noté Pour la partie snap vs flatpak : - snap est pré-intégré dans ubuntu et dans l'app store, et dispo aussi sous Debian et Fedora (flatpak nécessite d'être installé séparément) - les snaps se mettent à jour tout seuls - flatpak a besoin de runtimes, souvent volumineux Entre les deux, je pense que snap est le standard qui émergera, ne serait-ce que par le poids d'Ubuntu en utilisateurs. Je le pense aussi plus universel pour les utilisateurs, pas besoin d'installer un PPA ou un autre standard, et plus simple pour les développeurs car plus besoin de maintenir des distributions ni même de se soucier de cet aspect. Après les deux sont open source de toute façon !
  6. Siril 0.9.9

    En fait il y a plusieurs avantages à snap, qui devient "la" façon de distribuer des programmes : - les PPAs affaiblissent facilement la stabilité ou sécurité d'un système, il y a risque de contamination des bibliothèques systèmes par des bibliothèques tierces, ou d'avoir des versions incompatibles entres elles. Il faut également un dépôt par distrib. - les PPAs ne sont disponibles que sous Ubuntu et nécessitent de manipuler un peu - les snaps sont isolés du système, se mettent à jour tout seul (contrairement à AppImage) et sont disponibles sous Ubuntu par défaut, mais aussi Debian, Fedora et les autres distributions. Pas de risque d'incompatibilité entre bibliothèques, et surtout, une seule build pour tout le monde. Windows 10 avec les appx, MacOS avec les .app, Android avec les APK et (plus ou moins) Docker font la même chose : une archive lecture seule montée en loopback qui contient le programme et toutes ses dépendances. Sous Ubuntu 18.04, LibreOffice, Gimp et les autres sont maintenant des snap. Bon, c'est juste au cas où ça vous tente !
  7. Siril 0.9.9

    Bonjour Cyril ! Petite question, est-il prévu à terme de fournir Siril au format snap plutôt que via un PPA ?
  8. AFOEV

    Et pour poursuivre, on a en France un excellent exemple (à suivre) de pépite ayant su profiter d'un marché de niche : Shelyak. Ils ont su occuper la communication via les forums et les Star Parties de l'OHP, au point que leur nom est devenu synonyme de spectroscopie, et les produits concurrents ont sombré dans l'oubli ou sont devenus ringardisés. C'est excellent et rare en France ! Il n'y a maintenant guère que l'arrivée à terme de spectros chinois (Skywatcher ?) ou open-hardware qui pourrait être problématique, mais ils ont je pense des marges suffisantes pour voir venir, surtout sur un si petit marché. Pour les variabilistes, c'est encore plus simple car il n'y a rien à vendre, il s'agit juste de remporter la bataille de la notoriété pour exister. Aussi je trouve que l'idée de l'AAVSO de rajouter une base spectro est bonne, surtout qu'il y a pas mal de moyens derrière, ils relèvent la barre pour l'AFOEV. Alors sur quoi peut miser l'AFOEV pour exister ? La fibre patriote, l'idée d'avoir une base FR plutôt qu'US ? Bof. Pour moi, sur un vivier d'observateurs qualifiés, beaucoup plus en proportion qu'aux US. Ensuite, sur une base de donnée historique intéressante à la fois en quantité et qualité. Reste à attirer de nouvelles personnes, communiquer, et devenir le Arras de la photométrie, ou encore l'AAVSO européen / français, qui pourra se distinguer d'une façon ou d'une autre par complémentarité ou innovation. De toute façon il ne faut pas se leurrer, si l'aspect collaboration existe en science, c'est encore la compétition entre équipes, même internationales, qui "drive" la recherche. Pas facile d'exister quand tout le monde est dans la course à LA découverte et au prix Nobel. Tâche à l'AFOEV de relever ce défi : exister, être pertinente, aujourd'hui en 2018 à l'âge des surveys automatisés et de la data-science. Mais personnellement, j'ai déjà une boite à gérer, je n'ai pas le temps de faire prospérer une assoc à côté !
  9. AFOEV

    Je peux toujours donner un coup de main, je vais voir selon mon temps libre. Mais l'idée de communiquer à huit clos par MP et en nom propre ne m'emballe pas. Je suis en fait assez surpris qu'il faille l'aval du président pour contribuer, à l'époque de la collaboration en ligne et de l'open source ! Quelqu'un parlait ici de donner un coup de jeune, je pense que commencer par une dé-verticalisation de la gouvernance y contribuerait. Pour la suite, il faut monter ça en mode projet (façon agile ) avec une task force communication et une autre pour l'infra. Comme une entreprise, l'idée est de recruter des forces vives et de gagner des parts de marché, actuellement trustées par l'AAVSO. Suite au commentaire d'Olivier (merci !), voir si un rapprochement avec Arras est pertinent ou pas. Ensuite on établie les priorités pour chacune des deux task forces, on nomme deux gestionnaires de projets et on met des échéances en fonction des dispos. Pour la communication, il y a plein d'axes. Déjà monter un forum, ou au pire squatter cette section de WA (ce fil, ou une section AFOEV) ? Ce sera bien plus transparent et visible par les moteurs de recherche. Ensuite, voir pour le logo (concours en ligne, plateforme collaborative ?). Pour le site, l'infra de l'université de Strasbourg doit supporter PHP, ça peut être intéressant de commencer léger avec du Wordpress par exemple. En tout cas il faut jeter aux oubliettes ce site html4 !
  10. AFOEV

    Pour le logo, quel était celui d'origine en 1921 ? Ils étaient assez qualitatifs à cette époque où l'Art Nouveau régnait encore. Celui de l'AAVSO est parfait. Simple, vintage, il communique bien la notoriété. Noter le "Founded 1911" : Il faudrait la même chose pour l'AFOEV, un logo qui véhicule un message, auquel on puisse s'associer et surtout auquel on est envie de s'associer. Un logo qui donne l'impression à l'astronome amateur de rentrer chez les "grands", comme son alter-égo américaine. C'est important pour gagner en notoriété, sinon même pour rester crédible. Un fil dans la section adéquate, un concours "L'AFOEV change son logo, participez !", un vote/sondage du meilleur candidat, et le tour est joué. Zéro Euro, pas besoin de recrue interne maîtrisant le graphisme. Pour le site web, le mieux reste, je pense, un stagiaire ou un volontaire. Je suis certain que c'est trouvable sur WA, rien qu'ici nous avons 3 "jeunes" désirant s'investir. Restera ensuite à poursuivre la dynamique, mais cela prend effectivement du volontarisme comme l'a rappelé vbo ! Pour le fond, je reste sur mon idée d'élargir en fédérant à terme les spectroscopistes s'intéressant aux objets variables, particulièrement les nova et supernovas, car il y a un grand vivier de spectroscopistes en France et c'est un plus sur lequel capitaliser par rapport à l'AAVSO. Et c'est autant de sang neuf pour apporter du dynamisme.
  11. AFOEV

    Je prends le train en marche. Je ne fais pas ou peu de photométrie mais garde un oeil sur cette activité et les résultats de ceux qui la pratiquent. Effectivement, si je connais bien l'AAVSO, je ne connaissais pas l'AFOEV. Quel dommage pour une association fondée en 1921. Elle pourrait pourtant être un phare francophone pour les amateurs désirant inscrire leurs observations dans une démarche scientifique, à l'image de l'AAVSO. Je rejoins donc vbo, n'est-il pas possible de faire comme l'ANPCEN et communiquer davantage via les principaux forums d'astronomie ? Un sujet comme "L'AFOEV a besoin d'aide" ou "Rejoignez-nous" pourrait toucher plus de monde que le huit-clos habituel de l'association. Recruter un stagiaire (ici !) pour rafraîchir le site et le logo, faire un appel aux dons si nécessaire, faire de la "com"... Communiquer, relayer les actus marquantes de la photométrie, même si elles proviennent de l'AAVSO, placarder le logo de l'AFOEV pour faire de l'association une référence, un point d'entrée vers l'astronomie "sérieuse". Pourquoi ne pas aussi élargir vers la spectro ou spectrophotométrie comme le fait l'AAVSO ? En France, nous avons Bess, mais spécialisé pour les étoiles Be et spectro haute résolution. Il y a une place énorme à prendre pour les objets variables et les spectres basse résolution (domaine visible complet). Un catalogue de spectres amateurs de nova et supernova estampillé AFOEV me semblerait une excellente idée, ainsi que l'organisation ou parrainage des campagnes de suivi par exemple. Et encore une fois, placarder le logo ! Il y a des découvertes amateurs faites en photométrie, ce doit être l'occasion de lancer des campagnes d'observation, soulever de l'intérêt chez les "simples" astrophotographes, et se faire connaître. Je pense donc qu'il est possible dès à présent de faire des choses avec peu de moyens humains, mais en démultipliant la portée de la communication via ces forums. Ce sont juste quelques idées qui me viennent en me désolant de découvrir une si belle association dans un état, avouons-le, aussi végétatif.
  12. un T250 Skywatcher se refait une santé

    Je suis impressionné, c'est de qualité industrielle, loin de l'amateurisme ! Effectivement avec tes compétences et ton outillage, acheter de l'occasion "à retaper" a vraiment du sens, avec en plus le plaisir de redonner vie à du matériel décrépi. :-) Je vais suivre la suite avec intérêt. J'ai hâte aussi de voir ce que va donner la précision de suivi du 250 sur l'EQ6, il faudra probablement la démonter et lui redonner un coup de jeune à elle aussi (dépoussiérage, révision, regraissage).
  13. ^ J'avais une véritable nuisance lumineuse d'un voisin utilisant un projecteur à diodes blanches braqué vers le ciel pour éclairer un mur (!). La puissante lumière blanc-bleu m'aveuglait et m'empêchait de dormir en s'incrustant à travers les volets. J'ai pris une photo et ai constaté la nuisance avec lui, en restant aimable et sans parler budget ou environnement. Il a consentit à l'éteindre, de façon permanente. J'étais désespéré et finalement ça c'est produit. Je recommande la même approche, fait leur comprendre que la lumière est une nuisance pour la santé et l'équilibre, comme surchauffer à 25°C l'hiver ou climatiser à 15°C l'été, même si on le peut et que ça ne coûte pas cher. En règle générale, le problème provient surtout des personnes du troisième âge, moins sensibilisées à l'environnement que les nouvelles générations, et qui insistent pour mettre le chauffage collectif à 23°C l'hiver et "bien voir la nuit" même si elles vont se coucher à 22h. "Faut que ça éclaire bien" pour sortir le caniche à 20h30 et être sûr qu'on ne vienne pas les cambrioler pendant leur sommeil. Je parle en connaissance de cause pour avoir tenté de raisonner le passage au diodes pour mieux éclairer ma copro. Refus catégorique de réduire la puissance ou mettre un détecteur de présence, et réactions extatiques à l'arrivée des diodes blanches, "comme ça on voit bien, la nuit". Le même genre de personnes qui se goinfrent de charcuterie et de médicaments contre le cholestérol pour compenser. Il reste un énorme travail d'éducation à faire.
  14. Evolution Set up

    Pour te donner une idée : http://astrosurf.com/buil/staranalyser/obs.htm Tu dois pouvoir en trouver d'occasion pour moins de 100€. Aucune raison de ne pas essayer.
  15. Evolution Set up

    Tu as un APN (DSLR) c'est bien ça ? Alors même pas besoin d'acheter de filtre dans un premier temps, tu peux juste extraire la couche verte de tes poses brutes. Lis le guide de l'AAVSO, très bien fait. Ensuite, si tu passes à la CCD (monochrome), tu pourras acheter un filtre, le Johnson-Cousins V est le filtre de référence pour la photométrie, la plupart des mesures sont faites avec. Regarde du côté de l'occasion car il n'est pas donné. Pour la spectro, un Star Analyzer SA100 est une excellente acquisition (ou SA200 si tu as une roue à filtres). C'est la meilleure option pour un APN. Il est polyvalent, extrêmement peu cher et simple d'emploi, et tu peux déjà faire beaucoup avec car il est très lumineux. Le plus fascinant avec un SA100 est la classification à champ intégral, que l'on ne peut pas faire avec les autres spectromètres. Tu pointes à un endroit, tu poses suffisamment longtemps, et tu obtiens la signature de tout ce qui a été capturé dans le champ, te permettant de "voir" de quoi il s'agit (galaxie ? nova ? étoile ? quel type d'étoile ?). Un autre avantage est qu'on l'utilise comme un simple filtre, tu ne dédies pas ton télescope à une seule tâche comme avec un spectromètre à fente longue réglé au micropoil. Et pour finir, un SA100 te permet de faire de la spectrophotométrie, c'est à dire mesurer le flux absolu des raies plutôt que le flux conjugué de toute la bande V. C'est scientifiquement plus utile et intéressant. Là aussi, avec des spectros plus haut de gamme, il faut s'équiper de fentes spéciales, alors qu'avec le SA100 tu collectes tout le flux (ce qui est aussi un inconvénient en résolution et pollution lumineuse mais on n'en est pas là !). Si ça te plaît, tu pourras toujours le revendre ensuite et aller vers un instrument plus haut de gamme, mais aussi beaucoup plus cher et "prise de tête". Bref pour 100€, c'est par là que je commencerais, ça te permet de couvrir à la fois imagerie, photométrie et spectrométrie à très bas coût et sans rien changer à ton setup.