Terence Pelletier

Membre
  • Content Count

    35
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About Terence Pelletier

  • Rank
    Membre

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Avec une lame de phase non calibré cela pourrait effectivement passer pour du gravier . Heureusement pour moi mes lames sont très sensible à ce test ;-) 10/15 Angströms RMS sur ce miroir , sans être une bête de course c'est plutot pas mal pour de l'industrielle à bas coût :-)
  2. Terence Pelletier

    Mewlon 210 vs Newton 200/1000 avec miroirs artisanaux

    Bonjour , je souhaite apporter une rectification . SkyWatcher utilise des miroirs Syntha ( Origine Asiatique) qui sont globalement plutôt bon , la production et très régulière , forme et état de surface très correcte en regard du prix ( La majorité des miroirs contrôlés ont un RMS autour de L/20 après avoir écarté la zone centrale qui est occultée par le miroir secondaire )et je n'ai pas eu à contrôler de miroir vraiment mauvais sur leur production . Leurs états de surface tournent souvent entre 6 et 10 Angströms RMS ce qui est pas mal! Les miroirs GSO ,( un autre fabricant Asiatique) présentent quant à eux, pratiquement systématiquement un état de surface lamentable , même si la forme reste plutôt correcte, il m'arrive de mesurer chez eux une rugosité millimetrique allant de 20 à plus de 50 Angströms RMS ( image bien diffusante garantie ;-) ) ... Globalement les 2 fabricants ont un mamelonnage centimetrique bien visible avec des irrégularitées locales ( défauts aléatoires de non révolution ) Pour finir GSO présente plus de zonages que son concurrent sur la moyenne des miroir que j'ai contrôlé ( une bonne dizaine de chaque)
  3. Terence Pelletier

    Contrôle de miroir primaire

    Je vais suivre ton Conseil Franck et laisser les personnes ayant accès à ce genre d'optique , se faire leur propre idée ;-)
  4. Terence Pelletier

    Contrôle de miroir primaire

    D'expérience cette affirmation est fausse. À part les araignées à lame courbe ou mal foutu un montage bien fait( lames fines en inox poli parfaitement rectiligne) ne provoque pas de diffusion autour des objets brillants. Dans ce cas on doit voir des aigrettes de diffraction symétriques et en pointillées avec des optiques ayant un bon état de surface . Autour de ces aigrettes le fond de ciel reste noir même autour de Jupiter et même sous un super ciel de haute montagne .
  5. Terence Pelletier

    Contrôle de miroir primaire

    En France, par convention , les valeurs sont données sur l'onde , que l'on parle de RMS , PV, nanometre ou Angströms. Sinon la mention "sur le verre" dont être précisée explicitement. En Anglais lorsque l'on lit sur un bulletin la mention "surface error " alors il s'agit d'une valeur sur le verre et non sur l'onde ;-) Sur un bulletin le PV est la mention la moin utile, car cela ne donne pas d'info sur la régularité du miroir ( forme et etat de surface ) Seul le critère de Couder est à retenir après avoir été vérifié sur plusieurs axes . Pour bien séparer les choses , on parle d'état de surface pour les défauts inférieur à 1cm. Au delà on parlera plutôt de mamelonnage , de zones , d'astigmatisme ou de défauts de forme. :-)
  6. Terence Pelletier

    Contrôle de miroir primaire

    Ça marche ! 😉
  7. Terence Pelletier

    Contrôle de miroir primaire

    Merci Jean Michel :-)
  8. Terence Pelletier

    Contrôle de miroir primaire

    Effectivement ce miroir présentait un fort mamelonnage radial centimétrique provoqué par un travail violent . Je dispose d'un miroir de 300f4 ( pas à moi ) qui a une rugosité millimetrique autour de 2/3 Angströms RMS . Ce miroir à été contrôlé à L/5,5 PV avec pour principal défaut un bord montant et une zone en couronne à 2 cm du bord . Ces défauts envoi de la lumière en dehors du disque d'Airy , le critère de Couder n'est pas respecté ... J'observe régulièrement avec un ami qui dispose d'un Skywatcher 300f5 . Son miroir à été passé au banc de test et par différents opérateurs . Aucun des axes contrôlé n'était plus mauvais que L/6 PV. Le miroir ne présente pas de mamelonnage ni d'astigmatisme (Plages rondes et symétriques ) et la structure fine du micromamelonnage s'étend sur une fréquence spaciale de 1 à 4 mm pour une hauteur de 6/8 Angstroms . Bref un excellent miroir Chinois. Étant donné que nous observons régulièrement ensemble simultanement et dans les mêmes conditions , avec les mêmes oculaires que nous nous échangons, le seul facteur pour discriminer les optiques , c'est l'état de surface . Aucun des paramètres n'est à l'avantage du 300F4 , plus d'obstruction , plus de coma ,défaut de forme et même le miroir secondaire réalisé par Zen présente des traces de gris... Et pourtant à l'observation l'image de Jupiter ou de la lune est systématiquement plus contrasté avec cette optique . Il n'y a pas moins de détails dans le Skywatcher mais juste des teintes plus fades , la GTR par exemple montre un beau rose presque vif dans le 300 F4 et tourne plus au orange dans le Sky... Les petits tourbillons bleutés entre les bandes équatoriales sont systématiquement moin visible avec le Skywatcher. On retrouve le même aspect à la surface de la lune avec une palette de nuances plus riche au 300F4 , même en poussant le grossissement l'image conserve son estetisme . On retrouve ce gain sur les amas globulaires qui paraissent plus riches en étoiles avec côté "spaciale" de l'image qui semble très sombre et profond entre ces points lumineux . Cet aspect n'est pas retrouvé avec le Skywatcher bien que l'image reste très correcte . Pour ceux que cela intéresse il n'y a pas de soucis pour se retrouver à un rassemblement astro pour réaliser des comparatifs sur le ciel qui sera le juge de paix ;-)
  9. Terence Pelletier

    Contrôle de miroir primaire

    Vous seriez aimable d'arrêter de réinterpréter chacune de mes phrases pour leurs faire dire autre chose ! Je n'ai jamais dit que la rugosité se voit que dans des conditions extrême ! Actuellement un etat de surface doux est le principal traceur sur la qualité des optiques . Les défauts de forme viennent en seconde position sur la plupart des miroirs que j'ai testé. N'importe quel débutant voit tout de suite le gain de contraste qu'apporte une optique superpoli turbulence ou non . Combien de débutant pourra faire la différence entre un miroir astigmate à L/4 et un à L/8? Idem pour l'aberration de sphéricité...
  10. Terence Pelletier

    Contrôle de miroir primaire

    Les Skywatcher 250mm et 300mm ( miroir Synta )que j'ai testé sortent du lot dans l'ensemble , avec un bon état de surface et une forme correcte de l'optique . Les 200mm sont paradoxalement moin bon ... Mais il ne s'agit que d'un échantillon et cela ne peut prévaloir de l'ensemble de la production ,on peut toujours tomber sur un mouton noir. Les miroir GSO quant à eux sont fait avec un verre mou de mauvaise qualité , qu'ils appels à tors BK7 ,mais qui ressemble à du verre à bouteille. Le polissage résultant en cas de retouche en est moin bon ...
  11. Terence Pelletier

    Contrôle de miroir primaire

    Bonsoir , Un test simple pour juger de l'état de surface d'un miroir consiste à placer une planète brillante ou une étoile juste en bord de champs extérieur de l'oculaire. Un grossissement autour de 1 fois le diamètre du miroir exprimé en mm fonctionne bien . Si hors champ la planète semble "s'annoncer" par un halo lumineux juste avant de rentrer dans l'oculaire , c'est signe d'une surface ruggeuse sur le miroir . Éviter de faire ce test si il y a un voile brumeux en altitude. Il va sans dire que les oculaires doivent être propre pour porter un jugement ;-) Un miroir dont la ruggosité millimétrique est inférieur à 5 Angströms RMS ne montre quasiment aucun halo avant de pénétrer dans le champ . Aucun test sur le ciel ne sera pertinent sans une collimation soignée. Pour juger de la forme du miroir ( aberration de sphéricité , zonage ou astigmatisme ) un star test fournira des infos intéressantes mais demande une certaine expérience. ..
  12. Terence Pelletier

    Contrôle de miroir primaire

    Après avoir lu tes arguments je suis convaincu d'une chose : Je vais continué à soigner mes états de surface 😆
  13. Terence Pelletier

    Contrôle de miroir primaire

    Tu as l'air d'aimer la polémique là où il n'y en à aucune ... Premièrement les Miroirs Chinois Synta que l'on trouve dans les Skywatcher sont plutôt excellents ( surtout les 300mm ) de ce que j'ai pu mesurer . État de surface autour de 6/8 Angströms RMS, parabole respectant le critère de Couder sur tout les axes mesurés. De quoi faire pâlir certain artisan et amateur tailleur d'opique. Je ne propose jamais la retouche sur ce genre d'optique . Dans ton plaidoyer tu confonds beaucoup de points et tu mélanges le tout à ta sauce pour faire dire aux autres des choses qu'ils n'ont pas dit... Je n'aime pas ce procédé et ce n'est pas à toi de juger la pertinence des propos donné sur les forums à ce sujet , les lecteurs peuvent se débrouiller comme des grands . Pour finir GSO c'est made in Taïwan et la totalité des miroirs que j'ai contrôlé de chez eux était très mauvais niveau état de surface mais pas forcément pourri au niveau parabole . J'ai du mal à comprendre pourquoi ce sujet tourne à la polémique à chaque fois . Les arguments en faveur d'un bel état de surface pour améliorer le contraste me semblent pourtant plutôt documentés et convaincants .
  14. Terence Pelletier

    Contrôle de miroir primaire

    Pour les simulations tout à déjà été expliqué sur ce poste. A lire entièrement ;-) http://www.astrosurf.com/topic/58665-contraste-et-état-de-surface/
  15. Terence Pelletier

    Contrôle de miroir primaire

    Bonjour , intéressante ton image Foucault du GSO 300 , ca ressemble beaucoup aux autres que j'ai pu contrôler . Juste un point que je souhaite préciser sur l'état de surface. Une rugosité de 5nm ( 50 Angströms )avec des défauts de 1 à 5mm de large à la surface du miroir (cas du 300 GSO avant retouche) provoque une diffusion résiduelle très importante ( autour de 1%) sur un angle solide de quelques minutes d'arc autour de la tâche de diffraction. Les contrastes se trouveront fortement atténués sur les surfaces planétaires, comme en ciel profond. La forme de ce miroir ne contribuait que de façon marginale à la mauvaise qualité des images, l'état de surface en était la principale raison.