Jump to content

montmein69_2

Membre
  • Content Count

    1,224
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About montmein69_2

  • Rank
    Membre
  • Birthday 02/16/1951

A propos

  • Résidence
    proche de Lyon

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Un autre problème qui se pose en amont, c'est qu'il faut détecter très tôt, l'arrivée de cet objet (Oumuamua et 2I/Borisov sont les deux exemples concrets) qui arrivera déjà à très haute vitesse, pour envisager d'envoyer une sonde qui se poserait dessus pour profiter de ce "coursier" ou de cette "mule"* . L'idéal étant de rejoindre l'objet avant son fly-by solaire accélérateur . * Je reste dans le scénario que tu proposes. Cela suppose d'une part, un réseau d'observation permanent dédié, et d'autre part d'avoir la "sonde chasseuse" perchée sur son lanceur prêt à décoller à tout instant d'un pas de tir, afin de lui communiquer la vitesse requise pour l'interception (qui suppose une connaissance déjà assez précise de la trajectoire de l'objet). Un tel dispositif pour un objet dont la probabilité d'entrer dans notre système est faible .... cela serait prohibitif. Si on y ajoute, la durée du voyage de poursuite et d'approche, les vitesses de chacun à conjuguer finement, tout cela serait au mieux difficile à résoudre, plus probablement tout bonnement impossible. L'idée peut être séduisante en "expérience de pensée" .... la grosse difficulté serait ensuite de disposer "à bord" d'une source d'énergie capable de durer des dizaines ou des centaines d'année avant d'aborder un autre système solaire. Et bien sûr de la capacité de renvoyer sur Terre (ou un système de réception installée dans le système solaire), les données sous forme de cartes postales 3D 😎
  2. Ça met le binz dans la banlieue éloignée du soleil. Dans l'article cité de Futura Sciences on a quelques précisions sur les phénomènes qui pourraient se produire dans l'environnement de ce mini trou noir: C'est quand même assez exotique. Si l'hypothétique mini trou noir est positionné aux confins du système solaire il devrait aussi y avoir une capture après déviation significative de petits corps glacés. Le nuage de Oort n'en manque pas. L'absorption de cette matière créerait aussi des émissions détectables dans le domaine des rayons X. La difficulté c'est bien sûr de les distinguer d'autres sources d'émission plus puissantes et d'origines plus lointaines.
  3. Une vue d'ensemble du pas de tir ELA 4 quand il sera terminé. Au fond sur la droite le bâtiment d'assemblage du lanceur (qui se fait à l'horizontale) appelé BIL. A noter : les quatre mats parafoudre qui entoureront le lanceur. ²
  4. Le pas de tir ELA 4 d'où devrait décoller vers la mi-2020 (date évidemment sujette à glissement) le lanceur Ariane 6 avance. Ces photos (prises sous différents angles) montrent l'ensemble du pas de tir avec les carneaux d'évacuation, le portique mobile qui devrait bientôt recevoir ses portes, la tour du château d'eau. On voit sur la route une maquette de booster sur le transporteur. Les essais de convoiement entre les différents bâtiment et le pas de tir puis d'installations des différents éléments du lanceur (sous forme de maquettes de taille réelle) ont commencé.
  5. Boeing publie son nouveau calendrier pour terminer les tests de la capsule Starliner et qualifier son système de transport d'équipage vers l'ISS. La NASA estime que ce planning est réaliste. La date retenue du test d'abandon sur le pas de tir (pad abort test) est annoncée pour le 4 novembre au White Sands Missile Range du Nouveau-Mexique. Si ce test réussit, Boeing visera le 17 décembre pour le lancement d'une capsule CST-100 inhabitée par une Atlas 5 vers l'ISS (Orbital Flight Test). La capsule ira s'amarrer à la station, y restera quelques jours puis retour sur Terre. C'est un vol entièrement automatique. Et si ce vol d'essai OFT réussit à son tour, Boeing devrait envoyer un équipage pour un vol de démonstration avec un équipage (Crew Flight Test) vers la station spatiale au début de 2020.. source : https://www.geekwire.com/2019/nasa-confirms-boeings-latest-timetable-testing-starliner-space-taxi/ Titre : NASA confirms Boeing’s latest timetable for Starliner space taxi’s final tests
  6. Que peut-on espérer détecter dans ces domaines ? Quels phénomènes d'interaction active, cette "orange noire" aurait-elle avec les objets et particules dans la partie extérieure du système solaire ?
  7. La NASA a suite aux échanges avec les constructeurs a décidé d'apporter des modifications concernant les "contraintes" qui figuraient dans son appel à proposition pour le système d'alunissage. Il y a des simplifications et aussi la possibilité d'envisager pour Artémis 3 (l'alunissage du premier équipage en 2024) une solution qui ne nécessiterait pas d'utiliser le Gateway. https://spacenews.com/nasa-issues-call-for-proposals-for-human-lunar-landers/ Cette simplification possible de la mission doit sans doute, permettre de prendre plus en compte le délai assez court pour concevoir les différents éléments, les construire, les tester. Cependant il est souhaité que les éléments créés puissent (pour la suite) être utilisables avec le Gateway sans trop de modifications. La date butoir pour rendre les propositions est fixée au 1er novembre L'examen des propositions permettra de sélectionner deux finalistes.
  8. Retour sans encombre du Soyouz MS-12. Rentrée atmosphérique nominale, descente sous parachute puis atterrissage dans les plaines du Kazakhstan (les rétro-fusées qui amortissent le choc final au sol ont comme souvent, déclenchés un petit début d'incendie des herbes sèches) Extraction des cosmonautes par les équipes d'intervention puis prise en charge par les équipes médicales. Se trouvaient à bord Alexey Ovchinin et Nick Hague, accompagnés du participant émirati Hazzaa Ali Almansoori qui a effectué un cours séjour à bord de l'ISS.
  9. On peut effectivement le concevoir. C'est quand même se projeter dans un futur qui n'est pas immédiat. Mais si E.Musk arrive à concrétiser son rêve de produire des Starship à la chaine (et pas cher) et d'en envoyer une noria de ravitaillement sur la Lune, cela deviendrait possible. Ne lui restera qu'à trouver une clientèle pour utiliser son système de transport. Là encore si des firmes privées investissent pour faire du business sur la Lune ... et doivent transporter du fret et du personnel en etant prêts à payer pour çà, cela peut devenir réalité. Mais beaucoup de "si" et une échéance encore indéfinie. C'est la phase initiale qui devra montrer beaucoup d'ingéniosité et d'astuces pour mettre tout cela en place . Réussir le tout premier vol et alunissage et pouvoir revenir sur terre, c'est déjà un sacré challenge
  10. Le choix de la motorisation méthalox (CH4 et LOX) des Raptor est bien compatible avec de l'ISRU basé sur les ressources martiennes. Je suis plus réservé sur ce point. Si on ne veut pas trop pénaliser le transport de fret (et de système vie si on est en vol habité) l'emport par le Starship de ses ergols de retour serait un calcul assez médiocre, sauf retour à vide. Par ailleurs comme pour les autres possibles engins prévus pour la Lune : US (avec SLS, New Glenn, Vulcan, atterrisseur) mais aussi chinois (CZ 5) , peut-être russes ?) on semble privilégier l'hydrolox, la station service -s'il y en a une de créée- ne proposerait pas forcément de méthane. Donc SX devrait probablement créer ses propres solutions pour disposer des ergols pour le retour du Starship. Mais bon .... on n'y est pas encore.
  11. Elon Musk a-t-il évoqué dans sa conférence (ou les questions qui lui ont été posées) la destination qu'il envisage pour son système ? On sait que le projet qui lui tient à coeur c'est d'aller sur Mars (et il rêve d'être du voyage). Par contre, jusqu'à présent, la destination lunaire n'a jamais fait l'objet de communication (ni par lui-même ni par la société SX)
  12. Du côté de Jim Bridenstein le dirigeant de la NASA, l'enthousiasme (qui agite le fan club d'Elon et du prototype de Starship) est de son côté plutôt limité. il aimerait que Space X consacre une partie de son enthousiasme et de son énergie à livrer le Drew-Dragon afin de respecter les contrats signés pour les transports d'équipage vers l'ISS. Il va même jusqu'à évoquer le respect qu'il faut accorder aux américains qui payent leurs impôts et financent pour cela. Maintenant ! conclut-il ... il faut le livrer https://www.cnet.com/news/nasa-admin-throws-shade-at-spacex-ahead-of-elon-musk-starship-update/ Pas sûr que Space X et son très médiatique dirigeant en aient quelque chose à f..... de respecter des contrats déjà signés et où ne figure pas de pénalités de retard (ce qui est aussi valable pour Boeing d'ailleurs, mais qui brasse moins d'air)
  13. Si la chaleur occasionnée par la rentrée atmosphérique doit être "encaissée" par le seul revêtement en tôles réalisées en acier spécial (une variété d'inconel), cela va être une première. Pour le moment il n'y aurait pas de tuiles aux endroits les plus exposés, et l'idée du refroidissement actif avec utilisation d'une fraction des ergols semble être abandonné (ou du moins reporté à un stade de développement ultérieur). Cela dit, Space X va peut-être (probablement ?) commencer par faire des premiers vols à son prototype pour atteindre déjà des paliers en altitude et affiner la maîtrise de la descente contrôlée et de l'atterrissage*, avant de dépasser la limite atmosphérique et gérer la rentrée. * ce qui est très bien maîtrisé pour les retours de premiers étages de F9 et FH Remarque : Contrairement au schéma d'artiste ci-dessus où le Starship a trois ailerons ... il n'y en aura que deux sur le prototype qui est en fin de construction à Boca Chica (Texas) Elon Musk doit faire une conférence dans quelques jours sur le site .... on devrait avoir des précisions ?
  14. Amarrage réalisé. Le sas a été ouvert hier soir. Photo de famille ... il y a du monde dans la station pendant quelques jours. Le retour sur Terre du Soyouz MS-12 est prévu pour le jeudi 3 octobre (Almansouri redescendra après son bref séjour avec Ovchinin et Hague qui eux étaient à bord depuis le mois de mars)
  15. Le vaisseau Soyouz a bien décollé et s'est placé sur orbite. Cela se passe vers 58 mn dans la vidéo L'amarrage à l'ISS doit se faire au bout de quatre orbites.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.