montmein69_2

Membre
  • Content Count

    1,188
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About montmein69_2

  • Rank
    Membre
  • Birthday 02/16/1951

A propos

  • Résidence
    proche de Lyon

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. montmein69_2

    Le retour sur la Lune : quelle stratégie pour Space X ?

    Que les travaux sur le ravitaillement en orbite soient utiles pour leur adaptation au Spaceship, nous sommes bien d'accord. On imagine mal une coopération entre Space X et la NASA sur un thème qui ne concerne pas Space X et le vaisseau qu'ils développent. On ne peut dire que cela ne servira pas pour d'autres ravitaillements. Il faudra ravitailler le LOP-Gateway sur son orbite NRHO Et le Transfer Vehicle (qui fera les transferts de l'orbite NRHO vers l'orbite basse lunaire), ainsi que le module ascensionnel de l'atterrisseur lunaire qui remontera l'équipage viendront se ravitailler aussi vers le LOP-G. Avant que des équipements ISRU soient fonctionnels sur le sol lunaire, il n'est pas exclu qu'ils puissent y avoir une station de ravitaillement dédiée qui soit placée en orbite lunaire.
  2. montmein69_2

    Le retour sur la Lune : quelle stratégie pour Space X ?

    La NASA propose à de nombreuses sociétés du spatial (récentes ou plus anciennes) une aide technique pour faire progresser les compétences. Dans le dernier épisode, elles sont 13 concernées et Space X n'est que l'une d'entre elles. https://www.nasa.gov/press-release/nasa-announces-us-industry-partnerships-to-advance-moon-mars-technology Utiliser le terme contrat est ambigüe, dans ce contexte, car il laisse penser que c'est un engagement commercial. Or il n'y a aucun aspect financier, ni engagement à conclure un "contrat commercial" futur dans ce cadre. C'est un des rôles de la NASA de faire progresser les compétences techniques de ses entreprises , et elle le pratique depuis longtemps. Elle utilise le terme "partnerships" soit collaborations. Et cela marche dans les deux sens, les résultats de ces recherches pourront être utilisés par la NASA pour d'autres projets non liés à la société privée (qui ne pourra exiger d'être payée pour çà). C'est donc le cas pour le ravitaillement en vol pour d'autres vaisseaux que le Starship, et pour les effets sur le sol lunaire des rétro-propulseurs d'autres atterrisseurs que le Starship. Idem bien entendu pour les thèmes sur lesquels travailleront les 12 autres sociétés privées sélectionnées (dont Blue Origin, Lockheed Martin, Sierra Nevada Corporation, etc ... qui escomptent bien avoir aussi une part du gâteau lunaire) A consulter : https://www.nasa.gov/directorates/spacetech/solicitations/tipping_points Dans l'article que tu cites, le journaliste ne rappelle pas l'ensemble du concept, et veut faire croire - ne serait-ce que par omission - que c'est un changement d'attitude de la NASA signe d'un basculement où le SLS/Orion serait mis à la poubelle, et le Starship de Space X raflerait la mise. Que cela puisse se produire dans l'avenir post-2024 (donc après Artemis 3) c'est une hypothèse qui pourrait advenir . Je n'en sais rien. Les USA sont les champions des renversements de situation dans le spatial. * Mais pour l'avenir proche, soit le début des missions Artemis (au moins jusqu'à Artemis 3 en 2024), je maintiens mon point de vue. Le SLS/Orion volera. Patientons cinq ans environ .... et suivons les péripéties de cette aventure lunaire : on verra comment cela va se passer. * Quoique les politiques et la NASA ont du être vaccinés (avec la saga de la navette, l'arrêt du programme Constellation), de confier à une seule société privée le monopole du transport lunaire. D'autant que Boeing et Space X peinent encore à redonner aux USA la capacité de faire voler leurs boys en LEO vers l'ISS à bord d'une capsule tout ce qu'il y a de classique.
  3. montmein69_2

    «*SpaceX Mars colonization architecture*»…

    Je n'ai pas trouvé de messagerie interne pour envoyer un message en privé 😣. Si çà existe merci de m'indiquer comment procéder Une remarque concernant les adresses de lien trèèèèèèès longues. Il est possible de les raccourcir en utilisant le site Tiny URL https://tinyurl.com/ L'utilisation est simple et donc rapide. Remarque : Avec les adresse que Eunomia donnent (commençant par htpps://www.google.com/url?...... ) elles ne fonctionnent qu'en cliquant dessus dans son message. Pour les entrer dans tiny URL il faut choisir "copier l'adresse du lien" et pas un simple copier🤢 https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://www.cnet.com/news/spacex-starhopper-set-for-epic-next-test-jump-as-early-as-friday/&ved=0ahUKEwiSusThi4TkAhVNURoKHQAJAgQQqQIIKCgBMAA&usg=AOvVaw39OPUyc34mPjFM7JaQhlR2 devient : https://tinyurl.com/y2655mls On peut aussi prendre l'adresse une fois sur la page elle-même (par un simple copier cette fois) l'adresse raccourcie fonctionne bien. https://www.cnet.com/news/spacex-starhopper-set-for-epic-next-test-jump-as-early-as-friday/ devient https://tinyurl.com/y2o5tjoz
  4. montmein69_2

    Le retour sur la Lune : quelle stratégie pour Space X ?

    Bien sûr toute hypothèse, surtout sur l'avenir marqué par une élection présidentielle peut (ou pas) se vérifier dans un sens ou dans l'autre. Eventuellement comme je l'ai envisagé un possible partage des tâches où les acteurs du privé auront leur place. C'est déjà prévu pour des lancements dont le module de propulsion PPE du LOP-Gateway et autre fret. Mais aucune des sociétés privés ne sera placée en position hégémonique. On aura une première indication, partielle mais qui orientera notre réflexion avec le vote par le Congrès du budget fédéral pour 2020, qui doit voir celui de la NASA augmenter (d'au moins 3 G$) pour réaliser Artemis. Ce vote du budget est forcément l'objet d'un accord bi-partisan, aucune des deux chambres (le Sénat et la Chambre des Représentants) ne permettant à un des partis de disposer d' une majorité absolue. Une fois que ce sera enclenché, peu probable qu'il y ait une annulation ou un revirement complet (mais c'est un avis qui n'engage que moi .... car j'estime qu'aucun des deux partis ne se risquera à refaire le coup de l'annulation de Constellation (seulement une année après l'arrivée au pouvoir d'Obama) *, et après tout ce qui a été dépensé pour SLS/Orion, ce serait pour le parti qui s'y risquerait difficile à faire avaler aux contribuables (si ce n'est suicidaire pour lui aux élections de mi-mandat qui suivraient). Un extrait d'un article tout récent d' Aviation Week (du 12/07/2019) qui décrit son point de vue sur les décisions prises en juin : Titre : NASA says no Moon landing without Orion and SLS https://aviationweek.com/apollo/nasa-says-no-moon-landing-without-orion-and-sls * à l'époque cela avait concerné l'abandon du "stick" Ares 1 - qui avait été jugé peu fiable et limité en puissance pour lancer Orion -, mais pas l'abandon de la capsule Orion. Ares 5 le lanceur lourd n'avait été que l'objet d'études préliminaires (mais qui avaient quand même coûté). Actuellement Orion arrive au terme de de sa fabrication, et le SLS perpétue ce qui était envisagé avec Ares 5 (ré-utilisation d'éléments provenant du design de la navette). Donc cela sera utilisé, et pas seulement pour le vol test inhabité, j'en ai la certitude.
  5. montmein69_2

    Le retour sur la Lune : quelle stratégie pour Space X ?

    Le second article est plus ancien, il date de février 2019. SA pertinence est devenue relative depuis que la NASA a publié en juin sa feuille de route pour les trois premières missions Artemis. L'assemblage du LOP-Gateway en version légère pour 2024 est acté. L'utilisation du système SLS/Orion est confirmé pour ces missions jusqu'à Artemis 3 qui verra le premier retour sur le sol lunaire d'un équipage américain (Boots on the moon 2024). Les dates restent comme il se doit dans le spatial sujettes à glissement. Il y aura recours pour compléter, à des lancements de fret par des contrats avec le Privé. La partie du Integrated Artemis Manifest (de 2019 pour la qualification du SLS/Orion jusqu'à Artemis 3) De ce fait, le ton un peu polémique de l'article de février avec le projet NASA (SLS -Orion - LOP-Gateway) soumis à la concurrence du Starship de Space X, n'a plus de raison d'être. Les systèmes seront plus probablement complémentaires pour le post 2024.
  6. montmein69_2

    Le retour sur la Lune : quelle stratégie pour Space X ?

    L'article qui parle des domaines de coopération technologiques (donc sans échange financier) proposées par la NASA à 13 compagnies récentes du spatial, indique sur quoi porteront les échanges relatifs au Spaceship : “SpaceX of Hawthorne, California, will work with NASA’s Kennedy Space Center in Florida to advance their technology to vertically land large rockets on the Moon. This includes advancing models to assess engine plume interaction with lunar regolith.” “SpaceX will work with Glenn and Marshall to advance technology needed to transfer propellant in orbit, an important step in the development of the company’s Starship space vehicle.” Soit, d'une part, gérer l'atterrissage vertical d'un gros vaisseau sur la Lune qui se fera évidemment en rétro-freinage avec les moteurs Raptor. Et gérer l'effet des panaches sortant des tuyères qui provoqueront des éjectats de régolite (poudre très fine et abrasive) lors de la phase finale. Cela doit viser à étudier à quelle proximité minimale avec des installations l'atterrissage et un éventuel re-décollage peuvent se faire. Et d'autre part, pour le voyage, assurer un ravitaillement d'ergols cryogéniques en orbite qui soit sécurisé (surtout s'il faut en effectuer plusieurs à la chaine). Cela concernerait le voyage aller donc en orbite terrestre, et à voir pour le retour. Pour l'instant Space X n'a pas donné de spécifications sur l'équipement d'un SpaceShip en version tanker, ni s'il lui en faudrait plusieurs exemplaires pour que le ravitaillement dure un temps raisonnable. AMHA la NASA s'intéresse plus aux capacités cargo du Starship, qu'au transport d'équipage, si elle envisage de signer des "contrats de mission" pour la Lune (un équivalent de COTS, mais en version lunaire en quelque sorte) qui pourraient s'appeler Commercial Lunar Transportation Services
  7. J'ouvre ce sujet pour notamment commencer à poser des questions sur cette nouvelle donne pour laquelle Space X va probablement élaborer une stratégie. Il y aura en effet probablement plus de contrats de lancement à obtenir pour cette destination que pour Mars, même si la Maison Blanche a déclaré que se concentrer sur la Lune et réaliser les missions Artemis dans les délais courts qui ont été fixés, ne devait pas empêcher de travailler simultanément sur l'objectif martien. A ce jour Space X dispose de Falcon Heavy qui peut assurer des missions fret*, bien qu'un peu limitée par son second étage (celui de Falcon 9) pour placer de lourdes charges sur TLI. * ce lanceur n'est pas man-rated et ne peut envoyer un Dragon crew vers la Lune L'avenir serait basée sur SuperHeavy-booster et Spaceship (version cargo ou habitée) ..... qui pourrait déposer directement son chargement sur le sol lunaire, et revenir. Cela en s'interrogeant : avec ou sans besoin de ravitaillement en ergols ? Ce qui a son importance pour le tonnage de la charge à transporter et la difficulté à créer du méthane par ISRU sur la Lune. Tous éléments de réponse et bien sûr de discussion à leur sujet sont bienvenues. Et merci de citer les documents sources s'il y en a qui étayent vos propos.
  8. montmein69_2

    «*SpaceX Mars colonization architecture*»…

    Le Starship pour cette mission sera-t-il lancé vers la Lune avec un SuperHeavy ?
  9. montmein69_2

    Atterrisseur lunaire Blue Moon de Blue Origin

    Je n'avais vu une infographie déjà ancienne de Space X que sur le voyage martien. Après le lancement du booster SuperHeavy/ Starship (appelé à l'époque ITS) le Starship se mettait sur une orbite de parking terrestre. Il y attendait un Starship en version cargo ravitailleur (donc transfert des ergols en orbite) . Pour remplir les réservoirs du Starship il fallait plusieurs nouveaux vols du SuperHeavy avec des Starship en version cargo ravitailleur*. Ensuite c'était le départ vers Mars. Arrivé à destination et déchargé, pour le voyage de retour il était ravitaillé en méthane et oxygène produits par ISRU à partir des ressources disponibles sur Mars. * 4 vols de ravitaillement suivant le document "system architecture" ci-dessous Le contexte du voyage lunaire est bien sûr différent, et la conception du Starship a évolué depuis ces anciens documents, mais je n'ai vu aucun document récent de Space X présentant la mission lunaire. Cela m'a peut-être échappé. Si tu as des références, avec notamment les précisions sur un Starship pouvant effectuer le trajet Terre ---> Lune, alunissage puis retour Lune ---> Terre avec rentrée atmosphérique et atterrissage, tout cela avec un seul plein d'ergols donc sans avoir besoin de ravitailler sur le sol lunaire, merci d'avance de communiquer ces références.
  10. Les préparatifs continuent pour un lancement prévu pour fin juillet- début août 2020. La société russe Lavochkine a livré la plate forme d'atterrissage (qui exécutera le freinage atmosphérique et la phase finale de la descente EDL) baptisée Kazachok à Thales Alenia Space en Italie. https://technologiemedia.net/2019/03/23/exomars-2020-la-plate-forme-est-arrivee-en-europe/ De nombreux tests restent à effectuer avant d'effectuer la livraison à Baïkonour. Du côté des européens, le travail continue sur le rover Rosalind Franklin, notamment ses roues et sa foreuse. Mauvaise nouvelle par contre, pour une maquette de la plate forme d'atterrissage qui était utilisé pour des tests de descente sous parachute (après ascension sous un ballon). Après une première alerte avec anomalie au mois de juin, c'est carrément un crash qui a eu lieu tout récemment en Suède. L'ESA n'a encore rien publié sur les circonstances, mais il semblerait qu'il y ait eu un défaut de déploiement de parachutes. (qui rappelle tristement ce qui est arrivé lors de la phase EDL à Schiaparelli/Mars 2016) à son arrivée sur Mars La source est un communiqué russe : https://ria.ru/20190809/1557321673.html Traduction partielle en anglais : Il va falloir redoubler d'efforts pour trouver l'origine du dysfonctionnement et fiabiliser ce dispositif. Tenir les délais pour respecter la date de lancement par un lanceur Proton en juillet/août 2020 .... ça va devenir chaud
  11. Blue origin a présenté il y a peu un concept d'atterrisseur lunaire nommé Blue Moon sur lequel la société travaille depuis près de trois ans. Il utilisera une propulsion hydrolox (moteur BE 7) ce qui correspondrait le plus au besoin, puisque la principale cible des futures missions serait le pôle sud où existe des réserves d'eau (permettant de disposer d'oxygène et d'hydrogène) https://fr.wikipedia.org/wiki/Blue_Moon_(véhicule_spatial) Une première version permettrait de déposer du fret. Une seconde version plus puissante pourrait déposer un équipage dans un étage de remontée. Le Blue Moon atterrisseur lunaire en version dépose d'équipage (Blue origin n'a pas développé l'étage de remontée) On peut se demander si le Starship de SX (motorisé par des Raptors méthalox) sera bien adapté pour la Lune. La synthèse de méthane pour l'approvisionner n'étant pas simple sur notre satellite.
  12. montmein69_2

    Lancements Arianespace 2019

    La vidéo de la mission qui a été parfaitement réussie Le gain de performance lié à la plus grande quantité d'ergols cryogéniques dans l'étage supérieur permettra une plus grande souplesse dans l'appairage de deux gros satellites.
  13. montmein69_2

    Nouvelles de la capsule CST 100 Starliner de Boeing

    A noter que pour lancer la capsule Starliner, le lanceur Atlas 5 sera équipé d'un étage supérieur CENTAUR équipé de deux moteurs cryogénique RL-10, ce qui est une configuration récente* qui n'a encore jamais volé. * désignée : Atlas V N22 - Le premier chiffre désigne le diamètre de la coiffe 3, 4 ou 5 m, ici remplacé par N car il n'y a pas de coiffe sur la capsule - Le second désigne le nombre de boosters au premier étage 0 à 5; ici il y en a 2 - Le troisième désigne le nombre de moteurs sur l' étage Centaur 1 ou 2; ici il y en a 2
  14. montmein69_2

    Nouvelles de la capsule CST 100 Starliner de Boeing

    La mise au point a aussi pris du retard. De plus la communication de Boeing est plus réservée que celle de l'autre constructeur de capsule qui a un fan-club très actif. Sur le Launch Schedule de SFN on a ce document prévisionnel (No Earlier Than) .... source : https://spaceflightnow.com/launch-schedule/ donc c'est forcément après fin août .... ce qui justifierait un conditionnel prudent sur toute supposition hasardeuse qui apparaitrait et ne serait pas de source confirmée. La NASA fait beaucoup de battage sur les missions Artemis vers la Lune. Mais pour le moment, le rétablissement d'un transport d'équipage américain vers l'ISS (LEO) reste hypothétique pour la fin de cette année. Il faut s'armer de patience.
  15. montmein69_2

    Crew Dragon SpaceX

    Et d'une façon générale il vaut mieux recouper une information avant de la répercuter. Si on ne trouve aucune trace de l'info sur : Nasa Space Flight : https://www.nasaspaceflight.com/ Space Flight Now : https://spaceflightnow.com/ Il vaut mieux s'abstenir de répercuter l'info. A tout le moins utiliser le conditionnel dans ce qu'on écrit à ce sujet.