Jump to content

montmein69_2

Membre
  • Posts

    1,805
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2

Everything posted by montmein69_2

  1. Ce second étage de F9 va percuter la Lune après 7 ans d'errance sur orbite solaire (début mars) Au début de la conquête spatiale, faute de précision, les étages de propulsion d'engins vers la lune finissaient souvent ainsi . Depuis, on est capable de gérer leur passage en évitant la Lune (après le lancement et la séparation d'avec la charge placée en TLI) ... et réaliser leur mise sur orbite solaire qui normalement ne doit pas les amener à percuter une planète. Dommage que cela n'ait pas été fait avec suffisamment de précision. @skud Ces deux souhaits sont antinomiques : voir l'impact "explosif" et le cratère avec les débris ..... c'est pour le spectacle ..... donc le fun éviter la poubellisation de la lune , un voeu de préserver le site qui est finalement une province de la Terre.
  2. Une fois atteinte la température d'équilibre "présente" sous le pare-soleil , a-t-on la garantie qu'elle restera stable sur le long terme, ou bien soumise à l'activité du soleil, pourrait-elle évoluer (ne serait-ce que d'un chouïa) à la baisse ou à la hausse ? Et alors comment compenser si c'est nécessaire ? Autrement dit, y-a-t-il une régulation en permanence de la température pour chaque instrument ?
  3. Impact des passages de satellites Starlink sur les clichés d'observatoires. https://www.clubic.com/spacex/actualite-405744-les-satellites-starlink-presents-sur-20-des-cliches-d-observatoires-dedies-aux-asteroides.html
  4. Toujours dans le contexte de préparation des voyages lunaires, un article de Espace & Exploration (Janvier-Février) indique une mission automatique en préparation pour tester l'orbite NRHO où devrait se déplacer la future Gateway (station spatiale lunaire de la NASA) qui sera notamment l'étape intermédiaire pour effectuer le transfert d'équipage arrivant par Orion de la Terre et le HLS (alunisseur)* qui rejoindra le sol sélène. * C'est le HLS Moon Starship de Space X qui a obtenu le contrat. Evidemment il faudra que cet engin fonctionne en condition "man-rated" dès la mission Artemis III Boots on the Moon ...... avec un RDV d'amarrage direct en orbite NRHO entre Orion et le HLS (la Gateway ne sera pas encore opérationnelle pour cette première mission habitée avec un alunissage) Cette mission a été baptisée CAPSTONE. (Cislunar Autonomous Positionning System Technology Operations and Navigations Experiment) Son originalité est que le petit satellite sera basé sur des techniques cubesat (12 U) et sera placé sur cette même orbite NRHO par un lanceur Electron de la société Rocket Lab depuis la base de lancement Mahia Peninsula en Nouvelle Zélande. Des détails supplémentaires : https://fr.wikipedia.org/wiki/CAPSTONE_(CubeSat) https://en.wikipedia.org/wiki/CAPSTONE_(spacecraft)
  5. L'installation de la barre reliant les chopsticks sous laquelle seront accrochés les ballons de lest remplis d'eau Le positionnement de la barre
  6. L'article de Teslarati cité, donne notamment des précisions sur les charges susceptibles d'être suspendues sous les Chopsticks On January 12th, SpaceX filled the balls with water, producing some… interesting… visuals. Ridiculous appearances aside, the six bags SpaceX chose to use could be 20, 35, or 50-ton variants, meaning that all six could weigh anywhere from 120 to 300 tons (264,000-660,000 lb) if fully filled. In other words, perfect for simulating the dry masses of Starship (roughly 80-120 tons) and Super Heavy (150-200+ tons). Ces tests devraient donc permettre de couvrir les charges maximales qu'aurait à subir l'installation ,estimées entre 150 et 200 tonnes pour le booster et de 80 à 100 t pour le Starship. Il y aura sans doute un coefficient de sécurité à appliquer, et on peut penser qu'ils testeront l'installation presque jusqu'à 300 t (qu'il est possible d'atteindre avec tous les ballons remplis à leur maximum) Evidemment ... il faudra être très précis dans la manoeuvre et la gestion des déplacements quand un test sera effectué en titillant le maximum de charge. Il faut que les déformations restent dans les limites ... et que montée, descente,rotation ne se bloquent pas. Le montage qui a été utilisé pour préparer les tests Une barre métallique de bonne taille (et forme aux extrémités) a été installée entres les deux bras du chopstick. C'est elle qui supporte les ballons. A noter : les deux bras peuvent s'ouvrir , leur extrémité côté tour, pivotant autour d'un axe commun (comme les branches d'un compas)
  7. Est-ce le booster B4 qui a servi (ou va servir) à un premier test de ces "supports" débordant du ring ? (en statique avec déplacement par grue) Notamment sait-on déjà si ces "supports" ont déjà été installés sur le B4 ou le booster suivant ? Je n'ai pas compris clairement si c'est une nouveauté spécifique à la récupération ou bien un système déjà utilisé pour déplacer le ring qui assumerait aussi la fonctionnalité de capture ? Ils resteraient limités à deux ou peut-être en plus grand nombre sur le pourtour ? Concernant le B4 aucune nouveauté sur son avenir ? il me semble probable qu'il ne volera pas. (c'est du moins mon impression) Ce serait AMHA plutôt le modèle suivant (avec des améliorations) qui servirait au vol et à une première tentative de "capture" par Mechazilla en dynamique. Mais avec Space X ..... aucun scénario n'est vraiment prévisible. Et froisser de la tôle ne leur fait pas peur.
  8. OK Merci pour ces précisions 👍 La technique qui sera utilisée sera probablement encore améliorée.... jusqu'aux premiers essais réel. On va voir si B4 et S20 seront consacrés aux essais ?
  9. Une question à propos de ce concept de "capture" par les Chopsicks. Concernant le booster effectuant son vol de retour, et la manoeuvre de ce qui deviendrait un "pseudo-atterrisage" (video n° 1 du message) Je me demandais si la perspective d'un dépôt sur les gridfins (comme tu le supposes si j'ai compris ?) n'était pas inexacte. On sait que Space X n'a pas donné de précisions très poussées et que ce sont les concepteurs de "vidéo" qui anticipent. Mais dans la video, je vois que ce sont les chopsticks qui viennent se plaquer sur les parois d'un ring et l'enserrent. Il y a un espace montrant que cela ne touche pas les gridfins (voir la capture d'écran ci-dessous). Ce serait d'ailleurs un argument qu'on peut AMHA entendre. Les gridfins sont des éléments mobiles qui ajustent leur inclinaison lors de la rentrée pour corriger la trajectoire, l'inclinaison du booster etc ... Donc c'est un mécanisme à priori fragile qu'il ne faudrait pas heurter ou même lui faire subir des contraintes pouvant le déformer ou dérégler son système motorisé, les capteurs etc.... Après ..... serrer le ring suffisamment pour l'immobiliser, et cela sans déformer la tôle ne doit pas être simple. Peut-être vont-ils tenter de ne "serrer" qu'une fois obtenu un vol parfaitement stationnaire, sans risquer que cela "glisse" ne serait-ce que de quelques cm vers le bas (vers le haut parait improbable) Je ne sais pas si la question est abordée dans des articles ou des forums ?
  10. @OrionRider [HS] Peut-être pas inutile de préciser qu'on intègre dans "orbites terrestres" la Lune et même un peu au-delà (si on envisage une orbite allant au-delà de la Lune). La pratique actuelle depuis plusieurs décennies étant des capsules habitées allant en LEO ..... (vers l'ISS ou la récente station chinoise, et peut-être celle privée d'Axiom) Sur la capacité de la capsule Orion pas exclu qu'elle puisse voyager au-delà car des missions de rencontre avec des astéroïdes avaient été envisagées (mais rien de concret n'a suivi), c'est comme indiqué, son module de service européen ESM qui serait à remplacer (meilleure motorisation, réservoirs d'ergols plus grands, probablement un sas d'EVA ?) . Absolument rien ne semble prendre ce chemin en l'état actuel. Le projet qui fut longtemps discuté puis finalement abandonné pour pouvoir utiliser Orion et son actuel module ESM : Une sonde automatique aurait capturé un astéroïde de petite taille et l'aurait tracté vers la Lune. Puis un ou deux Orion avec équipage auraient alors pu s'arrimer à l'astéroïde et y prélever des échantillons; Pour ce qui est d'envisager utiliser un Starship et lui faire effectuer un voyage vers L2 pour rejoindre et réviser le JWST ..... on verra déjà si la version HLS-Moon-Starship (HLS = Human Landing System) rejoint directement un Orion en orbite NRHO lunaire et s'il effectue ensuite un A-R Orion - sol lunaire permettant à l'équipage de poser leur empreinte sur le régolite. C'est ce qui est sous contrat avec la NASA pour le moment. L'objectif devrait être ensuite de refaire à peu près la même chose mais en utilisant la Gateway placée en NRHO comme station-relais où s'effectuerait le transfert de l'Orion vers le HLS*. * il n'est pas exclu que d'autres modèles de HLS soient aussi sélectionnés dans l'avenir pour transporter des équipages sur la Lune depuis la Gateway. Pour d'autres types de vols (fret) vers la Lune c'est aussi acté mais pour un cargo spécifique qui serait lancé dans un premier temps par Falcon Heavy ( Gateway Logistics Services : uniquement transport de fret vers la Gateway ). Un autre cargo peut-être sélectionné ultérieurement avec lancement par Vulcan ou New Glenn là-aussi ultérieurement (?) En 2022 on continuera à "sortir du berceau" principalement en LEO ..... et on espère ré-iterer l'équivalent des missions Apollo en version Artemis dans la décennie. La suite ..... on va attendre.
  11. Certes pas la pression "du vide" Mais je pensais à la pression de radiation
  12. Bonnes nouvelles donc. Si les dernières couches atteignent aussi la tension optimale ..... ce sera une bonn chose de faite. Je me demandais si ces réglages faits dans les conditions actuelles où se trouve le JWST à ce stade du "voyage" , seraient adaptés à la zone où il va évoluer une fois arrivé à proximité de L2. On peut peut-être s'attendre à des ajustements fins ?
  13. Mission CRS 24 réussie avec lancement du cargo Dragon. Le lanceur utilisait un premier étage neuf (B1069) Le cargo s'est amarré à la station de façon nominale. Mais un souci assez sérieux s'est produit lors du retour du booster sur la barge Just Read the Instructions. Juste après l'atterrissage il a glissé sur le pont et a percuté le robot Octograber en attente au coin du pont. Les quatre pieds ont été déformés, le booster avait donc un petit air de tour de Pise. Le dispositif Octograbber chargé de sécuriser la stabilité du booster sur le pont ... a été heurté et chevauché .... il a été assez sérieusement endommagé. Pas beaucoup d'articles sur cet incident ... hypothèses diverses sur son déroulement et l'évaluation des dégâts : https://spaceexplored.com/2021/12/29/spacex-falcon-9-booster-damaged-during-attempted-recovery/ https://www.teslarati.com/spacex-falcon-9-booster-almost-lost-at-sea-2021/ Quelques images des dégâts : Retour au port Canaveral Il va y avoir du travail pour Super-Mario
  14. Un déploiement aussi complexe, c'est une grande première. Donc un peu de patience. On saura assez vite si tout est toujours nominal, ou s'il faut laisser du temps aux équipes pour solutionner une anomalie qui pourrait survenir.
  15. On va bien entendu attendre que toutes les opérations se déroulent sans accrocs, avant de jubiler. Mais cela augure bien de la réussite pour le moment. Les missions robotiques deviennent de plus en plus complexes et préparent des engins qui auront de plus en plus d'autonomie et pourront fonctionner sans exiger une présence humaine sur place. Evidemment ce sont des hommes qui ont conçu puis construit puis mis à poste ces engins sophistiqués. Mais l'humain n'est pas indispensable "sur place". Les télécommunications jouent bien sûr leur rôle et permettent des interventions de l'intelligence humaine, mais à distance. Nul doute que cela ne peut que se développer de plus en plus.
  16. D'après ce que j'ai compris, les satellites Starlink (du moins les versions les plus récemment lancées) disposent chacun d'un système d'évitement. donc ils peuvent de façon aléatoire (automatiquement .... et sans prévenir pourrait-on dire) modifier leur "trajectoire" (donc probablement leur orbite). Il parait donc impossible de connaitre de façon certaine leurs paramètres orbitaux en instantanée ... du coup .... çà commence à être le bazard pour un satellite actif de les éviter en plus des débris déjà recensés et repérés. Bon .... cela promet pour les 12 000 ... et bien sûr sans oublier les autres constellations en déploiement (mais qui n'ont pour l'instant qu'un effet plus modéré avec un nombre de satellites plus faible) Des détails : https://www.space.com/spacex-starlink-satellite-collision-alerts-on-the-rise
  17. Du neuf ....... pour "la suite" (le sort de B4 + S20 étant incertain .... mais faible probabilité de vol effectif). Cela concerne le système de poussée : - nouveaux moteurs Raptor (version 2.0 de plus forte poussée) - la fixation des moteurs sur ce qui assure la transmission de leur poussée à la structure du booster Il y a une nouvelle "dalle de poussée" (thrust puck)qui vient de sortir. Permettant d'installer 13 nouveaux moteurs Raptors 2.0 10 en couronne et 3 au centre orientables. - les 20 moteurs Raptors 2.0 dans la couronne externe, sont directement fixés sur le ring. Il y aura donc 33 moteurs en tout.
  18. Très belle réussite de cette mission confiée à Ariane 5 ..... Un lanceur qui va s'acheminer vers sa fin de carrière. Donc ... 2022 ..... verra probablement le vol inaugural d'Ariane 6 .... au deuxième semestre parait-il. La mise à poste du JWST et le calibrage de son instrumentation devrait aussi agrémenter les débuts de l'année.
  19. Cette image (déjà publiée ci-dessus par Jackbauer) .... est chronologiquement celle marquant la fin du périple d'Ariane 5 entre le BAF (bâtiment d'assemblage final) et son pas de tir. Demain ..... sera un jour exceptionnel à Kourou.
  20. Ce prototype B4 subira des tests au sol, avec peut-être (?) probablement (?) un allumage de type static fire d'un nombre élevé de moteurs pour accumuler des données. Mais il ne décollera probablement jamais.
  21. Il y a une grosse crainte au niveau des vents cisaillants de haute altitude. Le lanceur doit traverser les zones concernées. Cela peut créer des contraintes qui dépasseraient la "résistance" de la structure du lanceur .... donc ..... si un créneau propice peut-être utilisé .... (avec suffisamment de confiance) çà décollera ..... sinon report. C'est la météo qui est le chef d'orchestre. Des ballons sonde sont lâchés à intervalle régulier pour suivre l'évolution de la situation. Pour le "suivi grand public" du lancement, les différents médias s'adapteront ..... mais la mise à jour de leurs sites est peut-être .... négligée/décalée
  22. @Benoit : Le lien n'est pas accessible en Europe. Cela doit être en rapport avec le contrôleur d'un des moteurs RS 25 qui est défaillant ? Le remplacement du boitier électronique a été décidé ... (sans forcément avoir détecté où se trouve l'anomalie) .... mais ils ne savent pas trop comment procéder apparemment, même si le lanceur est encore dans le VAB. source : During tests in November, one of the redundant computers in the RS-25 engine controller for engine 4 would no longer power up correctly. The control units are the major component that was upgraded between use of the engines on the final Space Shuttle missions and adaptation of the existing Space Shuttle Main Engine (SSME) Block II design for use on SLS . The new RS-25 engine controller units for SLS still employ two redundant digital computer units (DCUs) that operate on independent control channels, A and B. RS-25 prime contractor Aerojet Rocketdyne and the SLS Program have been troubleshooting the controller problem with EGS and Jacobs since prior to the Thanksgiving holiday. A problem resolution team continues to evaluate test data and consider forward options, but so far no conclusions or decisions have been reported and it is uncertain what the impact will be to the schedule. The controller unit is a replaceable item, and remove and replace operations for controllers were carried out on engines installed in Shuttle orbiters while stacked in their vertical, launch orientation during that program; however, it is uncertain whether a controller replacement is possible “in-place” on an SLS Core Stage. S'il faut isoler la partie moteur .... du reste du lanceur .... cela va être une vraie partie de plaisir d'où un fort probable glissement au-delà d'avril 2022 (la date envisagée avant le bug). Ce contrôleur gérant le moteur sort de chez le fabricant .... et il a du subir des contrôles censés garantir son fonctionnement Aaaargh ! ...... pour du matériel installé sur un lanceur qui sera dédié à des missions habitées (donc qui devrait satisfaire à la qualité "man rated") c'est pas trop rassurant.
  23. Ce telescope spatial du LASP (Laboratory for Atospheric & Space Physics de l'université du Colorado) pesant environ 325 kg a été lancé au début du mois par une F9 (replié dans la coiffe). Il a été placé sur une orbite terrestre à une altitude d'environ 600 km. source : Wikipedia Sa mission (une fois déployé) Le déploiement du mat extensible vient d'être réalisé vidéo explicative (simulation) : Pour en savoir plus sur ce télescope et sa mission : https://fr.wikipedia.org/wiki/Imaging_X-ray_Polarimetry_Explorer
  24. Que peut bien signifier "une anomalie de communication entre l'observatoire et le système du lanceur" ? Un fil coupé ? ou une incompréhension de "langage" ? Il serait aussi possible de lancer le 25 (si report du 24) ...... peut-être en attelant les rennes du père Noël ????? 🤩 L'équipe de secours .....
  25. Une retransmission du lancement : https://www.cite-espace.com/communiques-presse/lancement-james-webb-space-telescope-jwst-le-mercredi-22-decembre-2021/ Il y aura couverture évidemmment de la part de la NASA ainsi que de chaines Youtube et autres réseaux Touiteur, Fesse-bouc etc .....😜
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.