jmr

Membre
  • Content Count

    70
  • Joined

  • Last visited

About jmr

  • Rank
    Membre
  1. jmr

    DOB 12" SynScan Upgrade Kit

    Bonjour, Pour en revenir a ce kit de motorisation, si certains d'entre vous l'on commandé, est-il livré avec le tourillon à queue d'aronde a adapter sur le tube coté moteur. J'ai un orion XTi 12 et quand on regarde la monture du XTg 12 elle est très comparable à celle des skywatcher.
  2. Bonsoir, si tu as des problèmes à fort grossissement, essaye de réaliser le montage, c'est assez facile avec le ridoir et un manche télescopique pour rouleau à peinture. Avec la crémaillère c'est plus complexe. Bon ciel.
  3. Bonsoir, C’est intéressant de constater que d’autres ont ressenti cette nécessité de posséder un mouvement fin en hauteur. J’ignorais que Rolf Arcan avait déjà mis au point un tel système. Je présente simplement une adaptation personnelle d’un principe qui existe déjà sur les instruments d’initiation possédant un petite monture alt-azimutale. Si la réalisation d’une crémaillère peut rebuter certains, il doit être possible de récupérer sur une vielle lunette le porte oculaire pour réaliser le mouvement fin, mais il me semble plus judicieux de le placer en haut du tube plutôt que près de la base comme l’a fait Rolf Arcan (il y a peut-être une raison à cela…) ou alors d’utiliser comme je l’avais déjà fait un ridoir de hauban (voir photo). Concernant une méthode pour limiter le basculement, c’est vrai, désolé, j’ai oublié de citer les haches asymétriques Bon ciel.
  4. J’ai lu souvent que l’un des problèmes que rencontrent les constructeurs amateurs de dobson c’est celui de l’équilibrage du tube : l’évaluation de la position du centre de gravité du tube en construction influence le diamètre des haches. Si leur diamètre est trop grand le tube est déséquilibré vers le haut, si il est trop petit le tube plonge vers le bas. Des haches trop grandes sont aussi gênantes pour l’encombrement. Et le centre de gravité du tube varie avec les accessoires que l’on y installe. Il existe donc différentes techniques pour empêcher ce déséquilibre, freins, ressorts, élastiques, contre poids…Ce que je présente peut, peut-être, palier parfois à ce problème tout en aidant au pointage et au suivi ce qui était ma recherche initiale. Chacun adaptant et trouvant sa solution. A un essai prochain à Rocbaron ou ailleurs. Jean-Marie
  5. Bonjour Moebius, Pour l'axe d'azimut je n'ai plus de problèmes depuis que (et après avoir essayé divers roulettes:() j'utilise deux "cercles" concentriques d'ébony star séparés d'une quinzaine de cm, sur lesquels frottent six patins téflon (Diter Martini) écartés à 60° chacun. J'ai encore constaté récemment sur un Képler de 400 ce problème d'équilibrage: il fallait tenir le tube pour rester sur Jupiter... Sur le mien, je ne m'occupe plus du frein, il est à peine serré. Et c'est rudement pratique de pouvoir pointer finement comme sur la monture allemande de mon vieux 114. Tu devrais essayer l'accessoire sur ton 400 Jean-Marie.
  6. Bonjour, J’avais déjà posté il y a plus d’un an un système pour obtenir un réglage fin en hauteur en utilisant un ridoir de hauban. L’ensemble fonctionnait bien mais avec un peu de jeu latéral et j’avais en tête de remplacer le mécanisme de réglage par une crémaillère. C’est chose faite et cette fois-ci plus aucun jeu. Il devient très facile de réaliser le suivi d’un objet au fort grossissement en tournant plus ou moins la molette de la crémaillère. Et surtout plus de problèmes d’équilibrage du scope, ni de pression de frein sur l’axe d’altitude. Passer de l’oculaire Orion de 100g au Télévue de 600g se fait sans perte de pointage de l’objet visé. Pas de risque de basculement du scope ni de recherche de contre poids. C’est facile a réaliser et cela rend beaucoup plus confortable l’observation car le télescope devient plus stable ce qui facilite le suivit et aussi la mise au point. Quelques photos pour ceux que cela peut intéresser. Bon ciel.
  7. Avec eux, pas avant le 14/01/11... Question de phase, de fin de semaine et d'emplacement de la lune. Et avec eux c'est un 250 il faudrait adapter le diaphragme à l'instrument, mais pourquoi pas ? Bon ciel
  8. En ce 18 novembre la Lune était gibbeuse et le ciel était pur, Pour ne point m’éblouir, Cynthia s’était parée d’un diaphragme, Et sa peau crevassée Creusée et dévastée Captura mon regard Je ne me lassais de dompter ses cratères… Étourdit par tant de splendeurs Je la voulu féconde Et ôtait le diaphragme… Las, elle se mit à trembler Son éclat, sa blancheur m’aveuglèrent ! Je quittai Artémis Et versait une larme… Bon, je sais ce n’est pas terrible, mais un peu d’humour ne fait pas de mal dans cette discussion. Ceci pour dire que l’image est meilleure avec le diaphragme (On peut aussi comme l’a écrit Eric89 retirer le petit bouchon du gros bouchon sur certains instruments). Enfin cela n’engage que moi et je ne ferais pas appel aux zamis observateurs... Bon ciel
  9. En effet voilà une méthode pour comparer. Quand les conditions le permettront je vérifierai. Bon ciel
  10. Bonjour, Mon scope est bien collimaté heureusement et j’observe avec un Nagler de 12… Je possède depuis une dizaine d’année un couple de filtres polarisants de qualité et si avec mon vieux 114 et ses petits oculaires c’était intéressant, je trouve que ce n’est pas trop bien adapté pour le Nagler. Quand a l’observation en vision diurne je connais puisque je la pratique presque avec mes élèves lorsque nous faisons des soirées observation Lune dans la cour de l’établissement avec beaucoup de pollution lumineuse due aux lumières environnantes. Chez moi j’aime bien être dans de vraies conditions nocturnes, aussi l’idée du diaphragme m’est venue en travaillant au microscope avec mes élèves : lorsqu’une préparation est trop lumineuse, on réduit la quantité de lumière en fermant le diaphragme situé entre la source lumineuse et l’objectif (ou en diminuant l’intensité de la source). J’ai simplement voulu adapté ce principe sur mon télescope pour rester en vision nocturne. Et pour l’instant avec le grossissement de 125 je ne vois aucune perte de qualité ni de détails et c’est même amélioré car diminution de la turbulence (mon scope reste en poste fixe ). Alors ?... Bon ciel.
  11. J'en reviens au début de la discussion qui était sur le diaphragme lunaire car pour moi le montage solaire n'est que l'utilisation de mon plus petit diaphragme essayé et c'est vrai que mis a part voir s'il y a des tâches solaires, ce n'est par très convaincant.. Par contre pour la Lune, je continuerai a utiliser mon montage qui ne me procure que des avantages: perte de l'éblouissement, diminution de la turbulence (et donc image plus nette). Bon ciel
  12. Bonjour, Il ne s'agit pas de remplacer un miroir de 300 par un miroir de 100 qui a effectivement un pouvoir séparateur inférieur. Ce qu'a démontré duschnock c'est bien qu'un miroir de 100mmm à une limite de grossissement inférieure car son pouvoir séparateur est plus faible. Mais ici on parle de perte de résolution par un diaphragme. En photo lorsqu'on varie le rapport d'ouverture on ne modifie pas le pouvoir séparateur de l'objectif. Ou alors il faut ateindre des rapports d'ouverture très élevés bien au-delà de :32 pour qu'alors se manifeste le phénomène de diffraction qui limitera la résolution. Dans l'exemple qui me concerne je n'ai qu'un rapport de :15 et alors très loin de provoquer le phénomène de diffraction par le diaphragme. Jean-marie
  13. L’œil à l’oculaire l’image est bonne…Mais je me demande si on ne mélange pas un peu concernant le pouvoir séparateur théorique de l’objectif, en l’occurrence un miroir de 300mm dont le formule est  = 14/D (en cm) soit effectivement 0,46’’ d’arc et la diminution de la résolution due à la réfraction causée par le diaphragme (qui par ailleurs se trouve à une distance supérieur à la distance focale du miroir). Un miroir de 100mm a effectivement une résolution inférieure (1,4’’ d’arc) à celle d’un miroir de D>. On parle là de deux choses différentes il me semble. Quelques spécialistes en optique serait bien venus..
  14. Le pouvoir séparateur de l'oeil étant d'un minute d'arc on est en effet très loin de 0.4'' (merci pour l'info) . Il n'y aura effectivement pas de perte de résolution. En recherchant des info j'ai vu qu'un astram proposait de percer les caches objectifs de ses jumelles pour observer la lune. Même méthode...
  15. Je veux dire par là, que le phénomène de diffraction ne se décelant en photo qu'avec de très forts rapports d'ouvertures, il n'apparait pas en visuel sur la lune en diaphragmant avec un rapport de 10. Le but de la méthode est simplement de limiter l'éblouissement sans perte de qualité de l'image.