Jump to content

julon2000

Membre
  • Posts

    1,001
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by julon2000

  1. Je ne suis pas un spécialiste du domaine, mais d'après le site space weather il ne s'est rien passé de particulier en terme de météo solaire le 29 septembre (si c'est bien le bon jour, ton animation va vite! ) : https://spaceweather.com/archive.php?view=1&day=29&month=09&year=2021
  2. Ah ben oui tiens! Sinon pour le contraste, à vue de nez j'aurais dit qu'un meilleur état de surface du miroir a plus d'impact qu'une petite augmentation du diamètre, mais je veux bien être contredit
  3. Je n'ai pas les chiffres en tête, mais de mémoire concernant le gain en résolution il est en pratique nul (ou nul presque partout comme disent les probabilistes) : le facteur limitant dans ce cas est l'atmosphère, et les nuits où le seeing sera suffisamment bon pour tirer pleinement profit de la résolution d'un 400 seront celles où tu gambaderas sur la Lune - dans tes rêves Personnellement, je suis parti pour un 400 pour des critères de commodité plutôt que d'optique : c'est le plus grand diamètre pour lequel un marche-pied n'est pas nécessaire (on peut certes y arriver avec des plus gros diamètres mais avec des F/D < 4, plus chers et plus délicats), ça se laisse gérer encore assez facilement en terme d'encombrement et de poids, [EDIT] et j'ai failli oublier le nerf de la guerre - un diamètre plus grand n'était pas dans mon budget.
  4. Ça m'étonne qu'il ait fallu attendre la 2ème page pour voir cité l'ethos 13! En faisant la mise au point dans la Voie Lactée, lorsque toutes les étoiles de tout le champ deviennent subitement ponctuelles, ça me fait toujours une sacrée impression. Ceci dit, tout ce qui touche aux oculaires est éminemment subjectif, et ce d'autant plus lorsqu'il s'agit de critères un peu évasifs comme le piqué : la preuve en est la foultitude d'oculaires mentionnés.
  5. Super trouvaille ! Je me suis assuré de ne pas avoir besoin d'un marche-pied lors du choix de mon dob, mais ça pourrait m'être utile d'avoir ça sous la main lorsque de plus petits que moi viennent jeter un œil à l'oculaire.
  6. Oui c'est vrai, et d'ailleurs je vérifie également à chaque collimation que la lumière file bien droit, on est jamais à l'abri de la création intempestive d'un trou noir à l'intérieur du télescope ! Blague à part, et honnête question, ça arrive souvent qu'un marquage du primaire soit aux fraises ? @MootTout à fait d'accord!
  7. Je n'ai pas pensé au problème matériel effectivement : en jetant un œil à travers la bino (enfin façon de parler, en jetant 2 yeux même! ) de jour sans oculaires je n'ai rien remarqué de spécial. Je verrai ce que ça donne tout à l'heure sur le dob si la météo daigne bien se maintenir. Ceci dit je ne vois pas trop comment un tilt ou autre problème matériel aurait pu arriver, vu que je n'ai fait qu'enlever les pano (avec lesquels je fusionnais initialement) pour les remplacer par ces LOA.
  8. Je sais pas si c'est du lard ou du cochon Mais dans le doute, c'est ça : Le dob est collimaté lorsque le marquage du primaire (un anneau dans ce cas) est centré par rapport à l'ouverture.
  9. Bonjour à tous, Il m'est arrivé une chose fort curieuse (et fâcheuse sur le moment) avec ma bino hier soir, et je serais curieux de connaître votre avis sur le sujet. J'apprécie de plus en plus l'observation à l'aide de ma Binotron (ce nom par contre 😕 ) chaussée de deux Pano 24, au point qu'il m'arrive de ne pas la déloger du porte-oculaire de la soirée, y compris (surtout?) pour le ciel profond; faut dire que je ne suis pas un adepte de faint fuzzies non plus. Hier soir il m'a pris de retenter d'observer à l'aide des oculaires LOA développés par Denk, oculaires munis d'un dispositif sensé donner une impression "waouw" 3D, ou du moins c'est comme ça que le boss de Denk me l'avait vendue; honnêtement, ces oculaires ne m'ont jamais convaincu. Or, en leur accordant une nouvelle chance sur les planètes du moment, j'en ai perdu ma faculté de fusion des 2 images : rien n'y a fait, en revenant sur mes pano je voyais double, même après une petite pause café. J'avais certes déjà 2 bonnes heures d'observation bino au compteur, mais c'est la première fois qu'une telle chose m'arrivait. D'où mon interrogation existentielle : la fatigue binoculaire existe-t-elle ? Et c'est grave, docteur ?
  10. @maire Que ce soit clair, je ne remets pas en cause tes compétences ni celles de ceux qui sont capables d'effectuer une collimation sur étoile sur un gros miroir : j'en suis moi-même incapable, et le mot pifomètre traduisait l'impression que je ressens lorsque je m'y aventure. Je n'ai pas vraiment fait d'efforts non plus pour persévérer dans ma maîtrise de la méthode, probablement parce que d'autres me conviennent. Après c'est vrai que la combinaison tublug+laser n'est pas (plus?) donnée : j'en avais fait l'acquisition du vivant d'Howie Glatter, qui honnêtement ne devait pas avoir une marge très importante sur ses réalisations vu leur qualité et surtout la hausse des prix pratiquée par Starlight Instruments lors de la reprise de la marque. Car n'en déplaise à Toutiet, il y a des fabricants qui font de l'excellent travail et qui méritent rémunération.
  11. Quand la mesure dépend de l'interprétation de l'expérimentateur, on est quand même pas loin du pifomètre... Personnellement, avec les aller-retours entre l'oculaire et les vis de collimation, je ne parviens pas à mémoriser de façon fiable la danse des speckles. Avec un laser barlowté (type tublug d'Howie Glatter ou autre), c'est objectif et reproductible. Et comme on manipule les vis de collimation tout en observant le retour du laser, c'est réglé rapidement et commodément.
  12. Ce n'est pas ce que dit le site de l'UAI dont tu as donné le lien (pour mémoire https://www.iau.org/public/themes/constellations/french/ ) :
  13. Pourquoi pas idéal ? Je trouve que ça marche plutôt bien pour jongler entre des configurations aux poids très différents (bino, paracorr, etc..). D'ailleurs c'est l'équipe de SkyVision elle-même qui me les avait recommandés.
  14. Hola la llama que se llama Llama! 🤣 Au risque d'en rajouter une couche, tu peux très bien laisser l'intelliscope éteint la plupart du temps, et ne l'allumer que ponctuellement : le côté chasse au trésor de la recherche d'un nouvel objet est fun, mais nettement moins je trouve lorsque plusieurs mois s'écoulent entre 2 observations et qu'il s'agit de retrouver un même objet pour la 4ème, 5ème, 6ème fois. Un autre élément à prendre en compte pour d'éventuelles sorties vers des cieux astronomiquement plus cléments : un 250 tube plein tient facilement sur n'importe quelle banquette arrière de voiture, ce qui n'est pas forcément le cas d'un 300.
  15. Time Zone +1, Daylight Saving et GPS Sync tous deux cochés. Dans le PDF contenant les instructions de montage il est indiqué 380608 steps en altitude pour le 12'', et 311296 en azimuth : ton problème vient peut-être de là. Pour le sens je ne sais pas, mais sur mon SV j'ai -10000,-10000|Alt-Az|R,D
  16. J'ai un Skyvision UC 400 non motorisé, ça coûte effectivement un bras (même sans goto), mais c'est un réel plaisir à utiliser un instrument aussi bien réalisé. Avec des oculaires du même acabit, les facteurs limitant se trouvent dans la qualité du ciel et dans ses propres yeux, autrement dit des éléments difficilement contrôlable : pour les jusqu’au-boutistes dont je fais partie, ça a quelque chose de satisfaisant de savoir que l'image que l'on voit n'est pas vraiment améliorable. J'avais préféré la version ultracompact à la compact car d'une part je suis du type nomade, et d'autre part car le prix était de mémoire un Ethos meilleur marché. Même si l'étiquette ultracompact est discutable (il prend nettement plus de place dans ma voiture que mon ancien ES 400), à l'usage je ne regrette pas ce choix, contrairement à ce qu'on peut lire parfois je ne trouve pas que le miroir soit moins bien protégé : il est stocké dans une boîte en bois, et en étant un minimum à son affaire lors de sa manipulation, ça ne pose aucun problème.
  17. Question tangentielle : est-ce qu'on a une idée du gain obtenu lors d'une collimation sur étoile plutôt qu'à l'aide d'un laser barlowté type tublug d'Howie Glatter ? Je trouve la collimation sur étoile très fastidieuse sur un 400, ça bouillonne sec en début de séance d'observation, et les peu de fois où je m'y suis aventuré, j'avais l'impression d'y aller au petit bonheur la chance.
  18. À mon avis tu es foutu : si tu te poses la question c'est qu'il y a fort à parier qu'à chaque observation tu te dis/tu vas te dire "Est-ce que j'en aurais vu un peu plus si j'avais un miroir artisanal ?". Par conséquent, la seule attitude raisonnable (de ce choix aux coûts déraisonnables) est de commencer à économiser pour le miroir d'artisan : tu gagneras en atermoiements et en satisfaction
  19. J'ai un Nexus DSC en push-to sur mon Skyvision UC 400, et je ne m'en passerais pour rien au monde : même pour les objets archi-connus, je trouve plus confortable de suivre ses instructions de pointage plutôt que de me contorsionner derrière le viseur point rouge. L'objet cherché est toujours dans le champ de mon Ethos 13 (grossissement 138x), et pourtant je ne suis pas particulièrement méticuleux à l'alignement : tube à la butée d'altitude sans avoir cherché à mettre la base à plat, puis une étoile pas trop basse (pour éviter les effets de réfraction atmosphérique) et située vaguement entre le sud-est et le sud-ouest, puis Polaris. En moins de 2 minutes c'est réglé.
  20. Top! J'étais justement en train de chercher une liste de quasars observables
  21. Il y a une vidéo sur le site d'ES USA qui permet d'y voir un peu plus clair: En fait, c'est une tente pour matos uniquement, plus spécifiquement pour de l'imagerie. Difficile d'y mettre un sac de couchage vu les dimensions.
  22. Oui c'est vrai; ou alors ils ne surveillent pas les commentaires publiés sur leur site! Sinon concernant celle d'ES, j'ai trouvé une "review" en anglais plutôt positive, mais je ne sais pas ce que vaut ce site en terme d'objectivité.
  23. Hum! Une tente spécialisée astro! Je ne connaissais pas mais j'aime bien le concept, et ça m'intéresserait également d'avoir des retours, quelque soit la marque : y'en a-t-il sur celle d'Omegon d'ailleurs ? Edit : j'ai trouvé un retour sur celle d'Omegon : elle a pris l'eau à la première averse :/
  24. Pour répondre à la question initiale (dans quel cas?), en ce qui me concerne je ne sors ma table équatoriale plus que lors de soirées d'animation/découverte : pour des néophytes ou des enfants, c'est quasi indispensable.
  25. Si tu as lu ça sur internet, c'est forcément vrai 🤣 Blague à part, il se trouve que c'est vrai puisque les nuits sont très courtes autour du solstice d'été, et ce d'autant plus que pour l'astronomie il faut attendre que le soleil soit bien en-dessous de l'horizon pour que le ciel soit bien sombre : on parle de crépuscule astronomique. Sinon il faut prendre les mesures de SQM avec des pincettes : les conditions d'un site varie d'une nuit à l'autre, et même les valeurs données par l'appareil de mesure sont connues pour devenir plus optimiste avec l'âge du capteur. Bref, le SQM n'est pas le seul facteur à prendre en compte, le temps de trajet en étant fatigué en fin de nuit n'étant pas le moindre.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.