Jump to content

julon2000

Membre
  • Content Count

    956
  • Joined

  • Last visited

About julon2000

  • Rank
    Membre

A propos

  • Résidence
    Pays du gruyère
  • Matériel
    Dobson SkyVision UltraCompact 400
    Dobson Orion XT10i
    Table équatoriale Nightrider I
    Panoptic 24, Nagler 13, Ethos 8
    Bino Denkmeier Binotron 27 + Oculaires LOA 21 3D
    Bino et oculaires Kasai 20

Recent Profile Visitors

1,177 profile views
  1. Attention, contrairement à ce que le bon sens suggère la colonne arcsec de meteoblue ne correspond pas à la meilleure résolution atteignable à un endroit donné. Cf cette discussion chez Smith en face pour plus de détails.
  2. Un nettoyage du primaire ne fera probablement pas de mal non plus, tu pourras nettoyer le secondaire en même temps à l'aide de cette technique éprouvée : http://fredburgeot.fr/Nettoyer son miroir.htm Sinon les doigts sur les surfaces optiques, on évite
  3. Oui tout doit être aligné pour pouvoir tirer parti au mieux de son matériel. Ceci dit lors de la procédure de collimation c'est le réglage du primaire qui méritera le plus d'attention, du moins pour un newton (tu ne précises pas quel type de télescope tu possèdes) : par exemple à l'aide d'un laser, on s'assure d'abord que celui-ci tape grosso-modo au centre du primaire en tripatouillant les vis derrière le secondaire, et c'est le réglage fin du primaire qui assure ensuite que la chaîne optique est bien alignée. Mais si tu bouges le secondaire après ça, tout sera décollimaté, forcément.
  4. Ça fait des années que j'utilise meteoblue pour planifier mes sorties et choisir à quel spot je vais me rendre parmi mes spots habituels, et honnêtement je n'accorde que peu d'importance aux colonnes bad layer et jet stream : j'estime qu'avoir à la fois un ciel découvert et la Lune absente sont déjà des conditions suffisantes (et malheureusement pas si courantes, du moins dans mon coin!) pour qu'une sortie soit envisageable. À ce propos la colonne "arc sec" est trompeuse : on pourrait penser qu'il s'agit de la meilleure résolution permise par les conditions météo à l'endroit en question, mais non! Il y avait eu un fil à ce sujet il y a quelques mois (je ne l'ai malheureusement pas sous la main) où il en sortait qu'au contraire, quand on constatait un bon seeing sur le terrain cette colonne indiquait un nombre élevé. Sinon, même si meteoblue fait du bon boulot, il ne faut pas avoir une confiance aveugle dans leurs prédictions : ça leur arrive de se tromper, et avant de se lancer dans une expédition au sommet d'un col de montagne, mieux vaut jeter un coup d'œil à une carte satellite (un exemple ici) et vérifier que les prédictions tiennent la route.
  5. L'idée est intéressante, je vais tester l'appli durant mes prochaines sorties. Y'a juste une chose qui me chiffonne : les pubs.
  6. Jamais lu en entier non plus, les notations d'une autre époque rendant le tout assez difficile à lire.
  7. Plutôt que de surélever le dob, l'autre solution est de t'abaisser toi et en plus observer plus confortablement en étant assis : il existe des chaises astro spécialement conçue pour ça dont la hauteur est réglable. Mesurant moi-même 1m90, je ne peux pas me passer de ça (chaise Berlebach) : Pour réduire la douloureuse, certains utilisent aussi des chaises de repassage réglables en hauteur.,
  8. Le dob 250 tube plein a un avantage qui me semble bien plus significatif que le seul critère d'encombrement (à moins que tu sois vraiment limité en espace), c'est celui de se trouver pas loin du point optimal entre diamètre et emmerdes : le tube tient facilement sur le siège arrière d'une voiture, il ne pèse pas le poids d'un âne mort, il faut 2 minutes pour le sortir de la voiture et le monter, la collimation tient assez bien d'une fois à l'autre, et surtout on y voit déjà beaucoup de choses.
  9. Hello, Excellente question dont je ne connais moi-même pas la réponse. Sur la page wikipedia consacrée à l'orbite de la Lune on peut lire : La référence indiquée (7) étant le livre Mathematical Astronomy Morsels de Jean Meeus. Peut-être que quelqu'un de plus calé en mécanique céleste passera par ici et pourra t'en dire plus? Mais toujours est-il que la variation est manifestement faible, et probablement sans conséquence pour ta sphère armillaire.
  10. C'est du matériel assez récent (quelques années au plus) et il y a assez peu de retour. Si quelqu'un a un lien d'un test rigoureux ou d'une comparaison avec des binos plus classiques sous la main d'ailleurs?
  11. Par les temps qui courent, va falloir patienter quand même pour visiter un club... Sans compter que tous les clubs ne sont pas du calibre de Magnitude 78, et la possibilité de tomber sur un groupe de pantouflards enfermés dans leurs idées reçues est bien réelle : au contraire de ce que tu sembles vouloir dénoncer, les avis recueillis sur un forum seront probablement bien plus riches et diversifiées que dans un club.
  12. Les filtres polarisant sont d'une utilité discutable : en effet, pour la Lune et les planètes on les observe mieux en vision diurne, du coup autant allumer les lumières autour de toi et t'épargner l'achat d'un tel filtre. Après pour les filtres limitant la pollution lumineuse, c'est pas la panacée et ça ne fait pas des miracles, ce sont les filtres de type CLS ou UHC suivant les marques. Il n'existe pas de filtre "spécial ciel profond", mais des filtres interférentiels qui ont des usages bien spécifiques. Par exemple, les filtres OIII servent à isoler une bande étroite du spectre de la lumière visible, la bande correspondant à la lumière émise par de l'oxygène doublement ionisé, type d'oxygène qui est présent dans certaines nébuleuses et pas ailleurs. Donc, ces filtres OIII sont redoutables sur des objets comme les Dentelles du Cygne qui contiennent une forte proportion d'OIII, mais totalement inutiles sur les galaxies. Pour les marques, lumicon ou astronomik. C'est pas donné, mais on les garde longtemps, d'un télescope au suivant.
  13. C'est ça. Pour en avoir le cœur net tu peux même tenter une petite expérience un peu saugrenue (m'enfin on a tous du temps actuellement ) : mesurer la taille maximale de ta pupille. Pour cela il te faudra rester dans l'obscurité une bonne quinzaine de minutes (l'œil met du temps à s'adapter), un appareil photo à réglage manuel que tu auras au préalable réglé correctement (la lumière de l'autofocus va perturber l'expérience), et une règle à placer près de ton œil pour mesurer la taille de la pupille.
  14. Une des difficultés principales quand on débute est de déterminer ce qu'on cherche vraiment à faire, car même si l'observation visuelle et l'astrophoto sont 2 branches de l'astro amateur, c'est un peu comme décider qu'on veut faire du sport : suivant qu'on choisisse de faire du basket ou du biathlon, ça va pas tout à fait être la même chose. Exagéré comme analogie? Pas tant que ça: au niveau du matériel ça n'est pas la même chose (en visuel c'est le diamètre qui compte, en photo c'est la monture), et les activités en elle-même ne sont pas les mêmes. L'observation est beaucoup plus spontanée et essentiellement contemplative, dehors l'œil à l'oculaire, tandis que la photo est beaucoup plus technique, lorsque la caméra image le photographe vérifie que tout fonctionne bien, et il passe ensuite de nombreuses heures à traiter les images.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.