Jump to content

LH44

Membre
  • Posts

    907
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

A propos

  • Résidence
    Lyon

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

LH44's Achievements

  1. Ton correcteur a eu aussi l'effet d'un réducteur de focale donc oui ce sera plus lumineux mais entre 1000 et 919 c'est pas non plus flagrant tu passes de 5 à 4.5 ... il faut aussi comprendre que sur le capteur tu as changé d'échelle.
  2. Non pas d'accord ce n'est pas linéaire et tout dépend si tu veux comparer la luminosité ou bien la résolution deux choses complètement différentes. Si on cherche à calculer le diamètre efficace d'un instrument obstrué de rapport d'obstruction CO, ce diamètre efficace serait celui d'une lunette parfaite (qui n'existe pas évidement) : Pour la luminosité : Pour la résolution : Si on fixe la transmission T = 98% -pour un bon miroir) et l'obstruction CO = 25% pour simplifier les choses on se rend compte que la différence est vraiment minime -5%. Cependant la différence ne se fait pas là ou l'on pense, c'est au moment de pointer l'instrument sur le ciel que tout se joue et en particulier en raison de la dimension des cellules de turbulences qui agitent l'atmosphère et qui rendent les diamètres plus conséquent bien plus sensibles aux effet de la turbulence.
  3. Mais cela n'a rien à voir, on ne verra pas aussi bien les objets du ciel profond avec une simple paire de jumelles, c'est quand même plus sympa un amas de galaxie ou une nébuleuses planétaire bien détaillée au beau milieu d'un champ étoilés très dense car vu au travers d'une belle pupille de sortie. J'ai toujours été un peu déçu de la vision des SCT où on perd beaucoup de ces champs d'étoiles pour ne voir quasiment que l'objet visé ce qui est le but aussi je le conçois.
  4. C'est très théorique car le ciel parfait n'existe pas sauf 2 ou 3 endroits sur Terre pour voir des étoiles de magnitude 7.5 La lunette courte en dessous de 100 a ses avantages dont la principale est la transportabilité après si l'on veut passer aux choses sérieusement (le ciel profond) il faut un miroir de grand diamètre pour aller à la pêche aux photons et pour bien voir il faut une très grande nasse ! Dans le même temps il faut aussi conserver le plus grand champ possible et donc une focale courte, c'est d'ailleurs le concept développé par le maître Mel Bartels depuis des années, le fameux "Rich Field Telescope" ou RFT : Newtonian Reflecting Telescope Designer (bbastrodesigns.com)
  5. Pour une même source les rayons sortant de l'oculaire sortent parallèle et croisent l'axe optique dans un plan perpendiculaire, le soucis avec cette aberration géométrique c'est que quelque soit la source les plans de croisement ne sont pas confondus, il y a des décalages et le placement de l'oeil pour voir tout le champ devient alors critique, il ne faut donc pas bouger d'un cil une fois qu'on a trouvé la bonne position et c'est ça qui est difficile selon les observateurs Telescope eyepiece aberrations 2 (telescope-optics.net) astronomical optics, part 4: optical aberrations (handprint.com) Si le Pentax n'est pas un option alors non cela n'a pas de sens. Alors il faudrait mieux chercher d'autres alternatives
  6. Les LER sont selon moi pas très bon optiquement surtout si c'est pour du planétaire et sur dobson car il y a du chromatisme rajouté par l'oculaire, ils ne sont pas neutre comparativement à des oculaires plus haut de gamme comme les Pentax, le placement de pupille est très inconfortable pour moi en tout cas en raison de l'aberration de la pupille de sortie importante mais je crois que c'est courant chez ES. Après c'est comme tout entre choisir un LER et rien du tout je choisi quand même le LER
  7. source : Transmittance spectra of solar filters: (blue) the Baader AstroSolar... | Download Scientific Diagram (researchgate.net) Attention ici c'est une échelle logarithmique (voir graduations) il faut comprendre 1E-5 = 0.001% donc bien en dessous de la limite acceptable pour des ophtalmos : 0.003% dans le visible, et à 0.001% = ND5 on est dans le standard annoncé par Astrosolar pour l'ASTF. Il reste à couper la bande avant les 430nm et celle des IR plus dangereux ceux là après 750nm cependant ils sont quand même atténués par l'Astrosolar même si ce n'est pas vraiment à 0.5% comme indiqué par Ralph Chou, mais chacun fait ce qu'il veut avec sa vue . Attention les filtres UV/IR interférentiels classiques ne coupent plus rien après 1200nm pour faire mieux il faudrait passer sur un filtre à absorption comme le KG3.
  8. Question très intéressante ! J'ai actuellement un Astrosolar ND5 donc pour le visuel mais il me manque un filtre IR pour vraiment me dire que je sécurise bien mon setup avant d'y mettre un oeil. En théorie ce que tu dis est possible tant que tu restes en dessous des 0.003% de transmission en visuel (ND4.5) et 0.5% dans les IR [780nm, 1400nm] (Ralph Chou), pour la photo je comptais faire des essais avec mon ND5 mais je ne suis pas optimiste car je pense que je pourrais pas profiter de pause très courte (pour juguler la turbulence).
  9. Il avait pris un grossissement résolvant G=D alors que moi G = D/2 un peu optimiste (Danjon et Couder), de manière général cela dépend de l'acuité visuelle de l'observateur, soit : G = A x D / 2.3 où A = acuité visuelle de l'observateur en arcmin
  10. Et oui les amas globulaire du catalogue de messier sont tous résolus en étoile, la petite tâche allongée à côté de M13 on y crois pas au début et puis on regarde attentivement une carte et effectivement il y a bien une galaxie à cet endroit là ! Le filtre OIII marche évidement très bien mais sans c'est mieux je trouve, le choc visuel de ma modeste vie d'astram c'est surtout les dentelles du Cygne en vision directe et sans filtre ! C'est un drap tout froissé, les filaments fusent de partout, c'est même impossible à reproduire sur un dessin, on ne décolle pas de l'oculaire et puis le croissant NGC 6888 bien visible en vision directe, dans le Sagittaire M17 une forme de canard évidente, le trèfle etc ... donc oui les classiques n'ont rien à voir avec ceux vu dans un "petit" 200/250mm ...
  11. Je me permets de poster le lien ici : https://adsabs.harvard.edu/full/1985LAstr..99..295C car j'avais lu ce document lorsque je me suis intéressé à ce que faisait @chrishalpha2017 D'ailleurs il me semble que le "Solex" de Christian Buil est sur ce principe également.
  12. S'il s'agit bien d'un miroir parabolique avec un forme correcte cela reste très intéressant en visuel, avec un secondaire de 75mm il te reste un illumination tout à fait raisonnable pour des oculaires à très grand champ et l'obstruction au final ne sera que de 25% ce qui n'est pas beaucoup pour un télescope, les Schmidt Cassegrain sont bien moins loti que ça. Je ne sais pas ce que cela donnerai avec ces matériaux mais un chose est sûr c'est qu'il faudra penser dès le départ la rigidité de l'ensemble avant de tout alléger car la stabilité des alignement en dépend tout comme le résultat final ! Sur le site de Pierre Strock il y a aussi les calculs indispensables pour savoir équilibrer correctement un dobson par construction et ce n'est pas un luxe .
  13. Oui exactement mais j'ai dû mal m'exprimer derrière je pensais en direction de l'objectif et surtout pas derrière la camera , ce qui est important c'est le backfocus dispo après le porte oculaire qui est dimensionnant car rajouter un correcteur va te manger du backfocus et comme tu construit ta lunette c'est à prendre en compte.
  14. Félicitation pour ton dob, c'est toujours particulier une première fois avec un diamètre un peu hors norme le ciel devient alors un immense terrain de chasse et certains objets qu'on pensait inaccessibles apparaissent, attends la saison des planètes (qui approche) tu ne vas pas être déçu du voyage non plus ! Je pense que le 450 est le diamètre idéal avant de passer sur des structures beaucoup plus massives et puis on peut encore envisager de rester à une hauteur raisonnable avec ce diamètre et ce sans trop contraindre la focale.
  15. Je peux me tromper mais en général la distance focale est ta référence tu sais que tu dois intercaler le correcteur à une certaine distance derrière le plan focal (là où tu positionne ton capteur) après tout dépend des dimensions physique du correcteur qui sont à prendre en compte pour ton backfocus derrière le porte oculaire.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.