Luc Cioni

Membre
  • Compteur de contenus

    376
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Luc Cioni

  • Rang
    Membre

A propos

  • Résidence
    67 & 19
  • Intérêts
    Savoir de quoi je parle en Astro
  • Occupation
    Retraité
  • Matériel
    Taka FSQ-106 ED ; C8 203 mm ; F/10 ; CFW2 & Atik 314L+ ; Kepler 80 mm ; F/5 ; StarShoot ; DMK 31 ; Canon 100D ; Avalon LineAR ; Star Adventurer ; 2 Feather Touch Motorisés ; Filtres Astrodon LRVB
  1. Mise en station -- Question de neuneu

    , voire moinsBonjour, à propos d'EQMod, à condition que le VP soit soigneusement réglé (placer au centre du viseur un objet, tourner de 180°, constater que l'objet n'a pas bougé sensiblement), tu peux approcher le Pole à 6 ou 7 arcminutes. Sur cette base, avec une monture Avalon, sous une focale de 880 mm (FSQ 106 + Extendeur), si tu autoguides avec un peu de soin (ZWO ASI 290 mini + Kepler 80/400), tu peux accrocher Helix sur 8 poses de 20 mn sans rotation de champ, ni dérive notoire. Par ailleurs King (utilisé avec PRISM) me parait meilleur que Bigoudan.
  2. Chiens et chats appâts à requins

    Quel rapport avec l'astro ?
  3. PHOTOGRAPHIE EN COURTES POSES

    PRISM 10 peut être une solution (payante) Bon ciel.
  4. Temps de pose apn VS caméra

    Bonjour, techniquement, il faut se reporter à l'indice de lumination. Concrètement, la formule du temps de pose en fonction du rapport focal est 2 log (F/F'). NB) le logarithme est en base 2.
  5. Quelle roue à filtres

    Bonjour, j'ai une EFW2 9 positions depuis 2012. Nickel sauf que parfois elle ne fait pas bon ménage avec mon hub USB. A ce sujet, il semble que le nouveau driver proposé par Atik n'offre plus que 5 positions vs les 9. Me trompe-je ?
  6. Moteur et accessoires pour C8 et monture GP

    Bonjour, pour une entrée en game, le C8 est un excellent télescope (le mien a 12 ans, il fonctionne nickel). Ultra-simple, il n'a qu'un défaut mineur, celui des SCT : sa collimation déficiente mais ultra-facile à régler. L'EQ5 était en effet la monture qui supportait le C8. De qualité assez relative en termes d'erreur périodique (trop erratique), elle devient carrément insuffisante (trop de poids) si tu envisages de monter une petite lunette d'autoguidage (ex : Kepler 40/80 en piggy back). Pour l'astrophoto, la monture reste essentielle, c'est donc un point de vigilance important. "Une fois l'alignement polaire réussi, la rotation sur un seul axe ne suffit-elle pas ? ", à moins d'atteindre et de tenir un écart de visée sur le Pôle inimaginable avec une EQ5, tu auras toujours une dérive en déclinaison, il faut donc corriger à la fois en ascension droite mais aussi en déclinaison. "pour photographier à travers le tube : une fois que le moteur fonctionne, est-ce plus intéressant qu'en utilisant ma lentille 600mm ou pas" . Le moteur, j'imagine de pointage, n'est pas lié à l'optique ; il te permet simplement de suivre ta cible pendant plus longtemps sans filé d'étoiles (bavures) ; ça dépend donc de ton temps de pose. Par contre si tu utilises le tube; il va te servir d'objectif et te permettra des focales plus longues, donc des champs plus restreints (par exemple, des nébuleuses planétaires) ; si tu utilises ce que tu appelles ta lentille et que je crois être ton objectif, tu disposeras d'un outil plus ouvert et donc de champs plus panoramiques. Par exemple avec du 24 mm ouvert à 1.4, tu pourras te faire une super-Voie Lactée. "il existe des petites caméras abordables comme les Neximage, qu'est-ce que ça vaut en face du 6D, de sa résolution" : La résolution est liée à la taille des pixels mais bien plus que la résolution, c'est le champ (field of vue) qui très différent car la taille du chip varie énormément., "sa prise en charge du format RAW" le 6D est un très bon APN et le mode astrophoto est systématiquement le RAW. La camera va être pilotée par un logiciel (ex : Atik, PRISM) qui va produire des formats différents (FITS, cpa). "faire de chouettes photos d'objets célestes tels que les nébuleuses, les planètes et la Lune". Les nébuleuses sont des objets souvent étendus, le 6D sera meilleur - sauf que les APN ne sont pas refroidis donc les poses longues peuvent apporter du bruit thermique. Les planètes présentent un défaut particulier : une forte turbulence, il faut donc accumuler un maximum de clichés pour figer cette turbu et récupérer du signal. Une petite camera fera merveille. La Lune turbule aussi beaucoup mais c'est un très grand objet ; il faudra envisager de faire de la mosaïque ou se donner des petits champs (cratères particuliers). "l'intérêt d'utiliser des filtres LRGB". évidemment, le rendu final peut être excellent - ce au prix d'un temps de pose qui chiffre à plusieurs (dizaines) d'heures. Ils permettent des rendus particuliers en fausses couleurs. Les anti-pollutions (CLS) sont utiles dans des régions fortement dégradées. Par ailleurs les interférentiels (H-alpha ou OIII) sont quasi-obligatoires pour récupérer certains objets (nébuleuses planétaires, régions SH2) mais les caméras couleurs évitent cet écueil - surtout les nouvelles petites chinoises ultra-rapides et beaucoup moins chères (genre ZWO) qui excellent en planétaire mais tracent maintenant très honorablement leur sillon en Ciel profond. Elles gagnent sur la turbulence ce qu'elles perdent sur la force du signal ; donc si l'objet est un peu lumineux, ce sont les championnes. "utilisation de logiciels de stacking pointus". A un certain moment il est bon de se poser la question des logiciels complets (PRISM, MaximDL ...) qui prennent en charge l'intégralité du process en l'automatisant un maximum : focalisation, calibration (Darks/Offset/Flats), astrographie, pointage, normalisation, addition, recalage, traitement. Voilà un petit tour d'horizon. Bon ciel.
  7. Qui utilise encore une règle à calcul et autres vieux objets ?

    Bonjour, j'ai acquis la mienne lorsque j'étais en prépa (il y a plus de 50 ans). Elle est toujours sur une étagère de ma bibliothèque et de temps en temps je la ressors, pour le fun. Mon dico doit lui être contemporain et il est vrai que même si le Net fournit un outil autrement plus performant, sa consultation fait remonter des choses de l'ordre de la madeleine de Proust. Ce qui ne m'empêche nullement de me passionner pour les perspectives offertes par le transhumanisme ou les derniers développements du modèle standard des particules. Bon ciel.
  8. Faut-il "croire" au big bang

    Bonjour, il n'y a pas à croire ou ne pas croire. Le Big Bang est conséquence des équations mathématiques de la gravitation. Malheureusement en deçà d'une certaine taille d'Univers, ces équations ne fonctionnent plus et elles doivent laisser leur place à d'autres qui régissent l'interaction électromagnétique, forces faibles et forces fortes. Or il n'existe aucun lien confirmé (une théorie du tout) à ce jour entre la première et les secondes. Il est donc impossible de certifier quoique ce soit à propos de ce Big Bang (plus scientifiquement de cette singularité initiale). Une barrière s'y oppose (le mur de Planck). Notons cependant que la plupart des théories physico-mathématiques récentes ne milite pas en faveur de ce Big Bang. Plus généralement, on peut se demander si ce concept n'est pas une résurgence des conceptions métaphysiques d'une création divine du Monde (il existe une littérature abondante à ce sujet).
  9. Observer malgré la pleine lune ?

    Bonjour, l'accès à certaines nébuleuses (émission) reste praticable grâce aux filtres interférentiels (H-a, OIII, SII ..) ; ils évitent beaucoup de tracas dans ce cas mais le recours à l'astrométrie pour un GoTo par exemple s'avère un peu moins décisif.
  10. nouvelle Atik Horizon CMOS Camera

    Bonjour, j'étais partant pour un ZWO 1600 mais je travaille avec une Atik montée sur une Roue à Filtres EFW2. Il semble qu'accrocher une ZWO sur une EFW2 derrière une Taka 106 (F/5) conduise à un vignetage catastrophique. Je devrais donc laisser tomber mes 7 filtres Astrodon pour en acquérir de nouveaux. Bilan 7 à 800€. Pensez-vous que cette nouvelle Atik reste compatible avec l'EFW2 ? Merci.
  11. m31 autumn

    Bonjour, encore que l'affaire se passera dans 4 à 6 milliards d'années et qu'entre temps, le Soleil devenu géante rouge nous aura largement calciné.
  12. L'orbite du soleil ?

    Bonjour, ajoutons que la Voie Lactée , sa grande sœur Andromède et quelques compagnes forment le Groupe Local : à deux pas l’amas de la Vierge vers lequel nous voguons à 380Km/s et de celui du Coma. Il est ceinturé par le Conseil des Géantes, un anneau de 14 galaxies géantes (M81, 82, Maffei 1&2, Centaurus A …). Ce Groupe est formé d’une trentaine de membres (tels les Nuages de Magellan, Sagittaire, M31, 32, 33, 65, 66, 95, 96, 110 …) dans une sphère d’un rayon d’environ 3 millions d’années-lumière pour un « poids » de 7 à 800 milliards d’étoiles. Les deux-tiers de ces étoiles résident dans la Voie Lactée ou sa grande sœur Andromède. Ce qui en fait un système quasi-binaire. Dans la rubrique « courrier du cœur », signalons qu’entre ces dernières, est prévu un petit quart d’heure d’intimité sous forme de super-collision intergalactique en vue de former une géante elliptique. Réservez vos dates, le spectacle va se tenir dans 4 à 6 milliards d’années. simulation-de-la-collision-de-la-galaxie-d-andromede-avec-la-voie-lactee_tech. Montons d'un cran : une équipe de recherche internationale, emmenée par l’astrophysicienne Hélène Courtois de l’Institut de physique nucléaire de Lyon (Université Claude Bernard Lyon 1 / CNRS) https://www.youtube. com/watch?v=W4jIApDM3so épaulée par l’ingénieur-chercheur Daniel Pomarède du CEA-Irfu, ont découvert en 2014 les frontières du continent galactique dans lequel nous vivons. (Source Université de Lyon / CNRS/CEA). D'un diamètre de 500 millions d'années-lumière, ce « continent extragalactique » contient une masse d'environ 100 millions de milliards de fois la masse du Soleil. Cette recherche met un point final aux questionnements sur le « Grand Attracteur », qui duraient depuis 30 ans : les chercheurs montrent que cette région qui semblait attirer toutes les galaxies voisines, sans paraître pourtant plus dense, apparaît en réalité aujourd’hui comme un large vallon où se déverse la matière, un peu comme le point le plus bas d’une large baignoire plate. L'étude montre par ailleurs que notre continent extragalactique contient environ 100 000 grosses galaxies comme la nôtre et 1 million de plus petites. Notre superamas (ou continent de galaxies) est alors défini comme étant le volume englobé, se séparant nettement des autres continents voisins : défini de cette manière, il est cent fois plus volumineux que ce que l’on pensait depuis 50 ans. Nos amis lui ont donné le nom hawaïen de Laniakea : « horizons célestes immenses ». Ce nom est un hommage rendu aux navigateurs polynésiens qui utilisaient leur connaissance du ciel étoilé pour se diriger à travers l’immensité de l’océan Pacifique. Hawaï, pays de navigateurs aux étoiles qui abrite quelques-uns des plus grands télescopes du monde, utilisés pour cette découverte et celles qui suivront. Bon ciel.
  13. Astrotortilla, pas si facile !

    Bonjour, en plus, il est excellent.
  14. Astrotortilla, pas si facile !

    Bonjour, je me suis pris le chou pour faire fonctionner ce programme qui n'est même plus maintenu correctement et qui fait des difficultés pour fonctionner sous 64 bits. De surcroit il faut un Bac +25 pour comprendre la documentation d'aide. Comme je travaille avec PRISM depuis de nombreuses années, j'ai laissé tomber au profit de programmes d'astrométrie beaucoup plus simples et beaucoup plus efficaces. Ce truc, c'est de la daube.
  15. Dilatation du temps

    Bonjour, +1 Etienne Klein est tout à fait remarquable dans son approche.