Jump to content

Pyrene

Membres association
  • Content Count

    396
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About Pyrene

  • Rank
    Membre

A propos

  • Résidence
    Vieux Pays entre Béarn et Bigorre
  • Intérêts
    Cadavres anciens ; Plantes incongrues ; savoirs inutiles
  • Occupation
    Essentiellement portier du Chat. Pense le Chat.
  • Matériel
    Dobson Explore Scientific 406/1826 Génération II
    Jumelles TS-Optics 100 mm 90° Titanium
    Lunette Sky-Watcher 120/600

Recent Profile Visitors

699 profile views
  1. C'était samedi dernier. Des échos pas loin de chez moi : ...et des éléments de discussion. Quel impact sur la sécurité ? Qui a peur du noir ? Plus d'accidents ? ...etc...
  2. Bonjour, J'ai acheté les deux tomes, je les ai reçus il y a deux semaines. Bonne lecture.
  3. ...oui, notamment tous (!) ceux qui habitent le pourtour méditerranéen : le réchauffement n'est pas uniforme et régulier, on sait que l'Arctique se réchauffe plus vite que le reste du globe, c'est aussi le cas de la Méditerranée. Elle se réchauffe 20% plus vite que la moyenne mondiale : Ci-dessous en bleu, la moyenne mondiale en vert, (données Berkeley Earth available at http://berkeleyearth.org/). Elle monte d'ailleurs aussi plus vite que la moyenne mondiale des océans, à 3 mm/an depuis vingt ans... Tchao Venise, les Îles grecques et quelques italiennes... En prévision, sécheresse extrême en été, et inondations dévastatrices le reste de l'année, avec érosion, désertification, et disparition des nappes phréatiques (déjà le cas en Tunisie, où toutes les nappes sont polluées à l'eau salée). Ah, et à propos de températures, six degrés en moyenne, cela devrait donner largement des pics à plus de 10°, mais seulement en 2100. Donc jusqu'ici, tout va bien....🤡
  4. Température "Une augmentation de trois degrés, ce n’est finalement rien de plus que de retrouver à Lille le climat actuel de Marseille. Ce serait donc plutôt agréable. » Ce genre d’affirmation plaisante est malheureusement tendancieuse pour trois raisons : - d’une part le réchauffement n’est pas uniforme à la surface du globe ; les continents se réchauffent beaucoup plus que les océans ; et le réchauffement est d’autant plus accentué qu’on est plus loin de l’équateur. C’est ce qui est déjà observé actuellement. Un réchauffement terrestre moyen de 3 degrés, c’est au moins un réchauffement de 5 degrés à Lille. - L’environnement géographique de Lille est très différent de celui de Marseille. La ville n’est pas située au bord d’une mer qui tempère les effets des canicules. - la modification du climat ne se limite pas à un réchauffement moyen. Le régime des précipitations aussi est modifié. Et, surtout, les extrêmes (par exemple les fortes précipitations, l’intensité et la durée des canicules …) sont accentués. Or ce n’est pas tant l’état moyen que les extrêmes qui ont un impact fort sur nous. Certains argüent que l’homme a déjà connu des réchauffements importants. Entre le maximum de la dernière glaciation il y a 21 000 ans et l’optimum d’il y a 8 000 ans, la température moyenne globale avait augmenté de 6 degrés. Selon eux cela s’est fait sans conséquences catastrophiques pour l’humanité. Cette affirmation est difficilement vérifiable, mais prenons la pour vraie. Nous devons noter que l’augmentation de la température a été 10 fois plus lente que celle que nous induisons actuellement. Et la Terre ne comptait que quelques millions d’habitants et non des milliards comme aujourd’hui. Les ajustements individuel et collectif aux modifications de l’environnement pouvaient être effectués posément, et sans les problèmes conflictuels majeurs que risquent d’engendrer les déplacements massifs de population." (Texte volé à Jean Poitou, une bonne vulgarisation à l'intention de ceux qui n'ont pas l'intention de lire les quelques six cents articles scientifiques cités dans le dernier rapport du GIEC...)
  5. Avec la découverte de 20 nouveaux satellites, Saturne devance maintenant Jupiter avec 82 lunes contre seulement 79. C'est la récente communication du Carnegie Institute. Les découvertes font chacune environ cinq kilomètres de diamètre, et sont à nommer : chacun peut proposer, pourvu que le nom ait quelque rapport avec la mythologie nordique (norvégienne, gaelique ou inuit) ... et ne soit pas déjà décerné, évidemment.... C'est le télescope de Hawai qui a permis les découvertes. Dix-sept des lunes de Saturne sont rétrogrades, et on estime qu'il s'agit d'un corps unique qui s'est disloqué. D'autres groupes de lunes progrades pourrait aussi provenir d'un unique corps initial. Une vue d'artiste de la découverte. Illustration is courtesy of the Carnegie Institution for Science. (Saturn image is courtesy of NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute. Starry background courtesy of Paolo Sartorio/Shutterstock.)
  6. Je pense que @snake59 fait surtout allusion à la banquise antarctique, mais la plupart des glaciers sont dans les zones montagneuses, et ces zones sont fréquemment le lieu d'anomalies thermiques liées à l'orogenèse (la formation des montagnes a généralement lieu aux frontières des plaques tectoniques, et s'accompagne souvent de volcanisme). Toutefois à ma connaissance, ces phénomènes ne sont pas à l'origine de la fonte actuelle (les volcans sont là depuis ...bien avant). C'est un facteur aggravant, mais la cause initiale est bien à trouver chez nous...
  7. On y a échappé, mais nos lointains ancêtres ont dû le voir : ça ne date "que" de 3.5 millions d'années, c'est-à-dire juste le Pliocène (vers la limite Piacenzian/Zanclean, pour tout vous dire). Vu l'ampleur du phénomène, c'est vraisemblablement parti de Sagittarius A, et le cône d'ionisation généré a atteint les Nuages de Magellan, à 200 000 années-lumière. Une gigantesque explosion, donc, qui a provoqué deux faisceaux de radiations partant des pôles de la Voie Lactée, et dont les traces ont été observées dans les données du Hubble Space Telescope . Un phare dans la nuit, à l'époque, mais qui n'a duré "que" 300 000 ans.... La publication est à paraître dans The Astrophysical Journal , mais on en trouve déjà un écho ici (avec une animation que je n'ai pas su copier 😵). Crédit : James Josephides/ASTRO 3D
  8. C'est là toute la différence entre des scientifiques rigoureux, qui n'hésitent pas à retirer un article dès lors qu'ils y constatent une erreur, et les "climatosceptiques" comme Allègre ou Gervais, qui persistent alors qu'on a publiquement démonté leurs grossières erreurs, et n'hésitent pas à trafiquer les données pour accréditer leurs thèses. Il est arrivé que le GIEC fasse de rares erreurs, on se souvient de l'histoire des glaciers himalayens, et dans tous les cas cela a été immédiatement admis et rétracté, ce qui n'a jamais empêché les faussaires de clamer au scandale pendant des années. C'est aussi pour cette raison que le GIEC prend systématiquement des fourchettes larges et des précautions oratoires, et que la situation est plus grave encore que ce qu'il décrit. Mais je comprends ton inquiétude : tu crains que la confiance que tu avais dans le GIEC n'ait été trompée... Je vais te rassurer : cette publication n'a pas été prise en compte, et cela pour au moins deux raisons : elle est trop récente, et de plus a été immédiatement rétractée. En fait, tu as trouvé la preuve que des publications erronées ne peuvent être prises en compte : le temps qu'elles soient dépouillées, les erreurs sont identifiées et écartées. Te voilà donc rassuré !
  9. Pour la modique somme de 8 € (sur laquelle je certifie ne pas toucher un seul centime ) vous pouvez par "l’étude des climats passés (...)mieux connaître et comprendre les climats futurs". En vente aux éditions du CNRS (sorti en août 2019)
  10. Pour ce qui me concerne, je fais un tour sur http://clearoutside.com/forecast/43.45/-0.11 En entrant précisément mon lieu d'observation, ça ne marche pas mal... à ma propre surprise....
  11. Sur la question de l'échelle des observations, les carottes glaciaires peuvent atteindre une résolution de l'ordre de l'année. Dès le début des années 2000, les glaces groenlandaises livrent un enregistrement à ce niveau de détail (ci-dessous) qui montre du reste des amplitudes thermiques brutales identifiées sous le nom d'événements de Dansgaard-Oeschger . Ces amplitudes expliquées depuis par un phénomène océanographique local sont restreintes à l'Atlantique Nord, à la différence du réchauffement global actuel.
  12. Compiler les données, c'est la base de toute interprétation. Ce qui suppose évidemment de contrôler les sources. Une douzaine d'études ont été mises à contribution pour construire le schéma ci-dessous, et sont bien entendu fournies les sources et la méthodologie employée pour harmoniser les échelles : tous les détails ici.
  13. Pyrene

    Hominisation

    Merci Rigel ! Juste pour éclairer la découverte : entre le morceau trouvé(première photo), et la reconstitution dessous, il y a eu un peu de travail.... qui prouve que ce "singe" pouvait sans doute marcher debout, ce que fait aussi un Orang-Outan (à droite) mais pas un macaque (à gauche). Le début, donc, de l'hominisation.
  14. O Seigneur, Pardonne à ces mécréants qui touitent mon aillephone pendant l'office ! Bon ils ont trouvé, il leur sera donc beaucoup pardonné Allez un petit coup, pour la route, et à la sieste
  15. Allons allons... après tout, la correction orthographique n'est pas forcément sans rapport avec l'astronomie... Pour le prouver, je vous propose cette énigme : Il nous colle avec sa dictée, mais son cousin nous éclaircit.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.