Jump to content

ursus

Membres association
  • Content Count

    4,745
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About ursus

  • Rank
    Membre de l'association

A propos

  • Résidence
    Toulouse, enfin, juste à coté dans les coteaux

Recent Profile Visitors

1,137 profile views
  1. Vue ce matin entre 4h45 et 5h15 dans les lueurs de l'aube mais c'est aussi un bout de la pollution lumineuse de Toulouse. Visible à l'oeil nue comme une étoile mais il faut y prêter attention. Aux jumelles, elle est nettement visible avec une belle queue de ~2°. Sympa à voir!
  2. C/2020 F3 ( NEOWISE ) Appearing in the morning sky in the Northern Hemisphere. Now it is very bright as 0.8 mag (July 3, Nicolas Biver). It turns to be in the evening sky after this, and it stays observable while getting fainter. In the Southern Hemisphere, it will appear in the evening sky at 5 mag in late July. Reveillez vous ! C'est le matin !
  3. Cette figure est issue d'un article publié (Lamb, W., Mattioli, G., Levi, S., Roberts, J., Capstick, S., Creutzig, F., . . . Steinberger, J. (2020). Discourses of climate delay. Global Sustainability, 3, E17. doi:10.1017/sus.2020.13) dans Global Sustainability à propos des "discours du retard climatique", c'est à dire des discours conduisant à ne pas agir contre le réchauffement climatique que ce soit à un niveau individuel, industriel ou politique. C'est un bon résumé de l'article. L'article, publié le 1er juillet 2020, est en Open acces (accès libre). Il est donc accessible en anglais mais le site propose une traduction automatique en français (via google traduction). L'article en lui même est relativement court mais un "supplementery material" assez conséquent existe qui est à lire pour mieux comprendre l'article. Le résumé: "Les «discours du retard climatique» imprègnent les débats actuels sur l'action climatique. Ces discours acceptent l'existence du changement climatique, mais justifient l'inaction ou des efforts insuffisants. Dans les discussions contemporaines sur les actions à entreprendre, par qui et à quelle vitesse, les partisans du retard climatique plaideraient pour une action minimale ou pour d'autres. Ils attirent l'attention sur les effets sociaux négatifs des politiques climatiques et soulèvent le doute que l'atténuation est possible. Ici, nous décrivons les caractéristiques communes des discours sur le retard climatique et fournissons un guide pour les identifier." On a pu lire dans ce post sur les causes de réchauffement climatique toutes les typologies des "discours du retard climatique".
  4. Les filets se bloquent parce qu'ils grippent l'un sur l'autre. Ils peuvent gripper même si les pièces ne sont pas bien assemblés. C'est un probléme de tribologie avec un mouvement dit stick and slip. C'est un mouvement où se succède de l'adhérence et du glissement. Quand l'adhérence l'emporte, le systeme se bloque. Cette adhérence est fonction des métaux en présence. Si les métaux peuvent former des alliages (si ils peuvent se mélanger à l'état solide et former une seule phase) alors l'adhérence sera très forte. Dans le cas extrêmes, ils peuvent fusionner localement; se souder. Inversement, l'adhérence sera faible. En lubrification, pour lutter contre ce phénomène, il faut mettre des lubrifiants "extrême pression". Ce sont des molécules qui vont fortement adhérer aux métaux et/ou subir le cisaillement généré par les surfaces. Le savon de Marseille (le vrai) contient des molécules qui jouent se rôle là. Le graphite et autre MoS2 jouent ce rôle là. Probablement que le W40 contient également ce qu'il faut. Bref, un peu de lubrifiant sur les filets permet d'éviter le grippage des filets et favorise le serrage des pièces. J'ai appris depuis peu par un retraité qui travaillait dans les assemblages par "vis et écrous" que la présence du lubrifiant ne défavorisait pas le serrage de pièce. Au contraire, il le favorise: l'assemblage tient parce que les filets se déforment lors du serrage final qui n'est vraiment possible que si il n'y a pas de grippage avant.
  5. En fait, quand tu améliores les points faibles criants, tu découvres aussi les problèmes secondaires. Tu peux aussi regarder la qualité de la collimation quand tu bouges ta télescope d'est en ouest ou inversement. Les portes à faux feront bouger (si tout n'est pas bien fixe) le secondaire, l'araignée, le primaire ou le PO et ta collimation bougera un peu. Le faire avec un laser est révélateur: Sans poids sur le PO, c'est plutot le secondaire ou le primaire qui bouge. Avec du poids sur le PO, le PO peut aussi bouger (3 sources de flexion).
  6. C'est en train de se faire.Il y a plein d'entreprises qui se développe sur ce marché et d’agriculteur qui se lancent. https://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-pme/methajoule-accelere-sur-la-methanisation-1126047 https://www.agrikomp.com/fr/ https://methanisation-agricole.com/ https://www.valogreen.fr/ https://www.boursorama.com/bourse/actualites/agripower-agripower-expert-de-la-methanisation-lance-son-introduction-en-bourse-sur-le-marche-euronext-growth-r-paris-73732f33e669bacbdc41585ba5ae68d8 https://www.lendosphere.com/les-projets/financement-de-l-unite-de-methanisation-agrimaine-d Tu as même des appels à du crowfunding (les individus financent à leur niveau): https://www.wiseed.com/fr/projet/23932567-agrimaine-methanisation https://www.lendosphere.com/les-projets/financement-de-l-unite-de-methanisation-agrimaine-d
  7. Probablement cela. Pour le valider, il faut que tu regardes si les étoiles bougent de photo en photo (hors dithering). Si elles bougent dans le même sens alors tu as de la flexion entre l'imageur et le guideur. De diviseur optique permet de les minimiser et marche bien. Cela peut venir aussi, semble t il, d’après ce que je lis en ce moment, de la flexion du secondaire ou du PO.
  8. Je confirme. Mon collègue qui avait acheté des Ethos avant que les Keplers ne sortent les aurait acheté vu la différence de prix.
  9. Tu peux prendre l'A320, ça marche aussi. Les délais de conception, développement resteront très long. Les nouveaux avions consommant encore moins de carburant ou adaptés à l’épuisement des ressources pétrolières demanderont du temps. Les conséquences de la crise sanitaire donne bien la dynamique de cette industrie. Ils prévoient un retour normal du fonctionnement de l'écosystème à 2 ans. Effectivement l'A380 est une erreur stratégique: croire à une croissance continue du trafic aérien. Que ce soit pour les masques, les respirateurs, etc, il n'y a pas eu de vrai développement. Par exemple, pour les masques, les plans étaient déjà défini, les normes faites. Il n'y avait juste qu'à copier ce qui existait. Il s'agit juste de réorganiser la production... ce qui était facile puisque la production était, de fait, à l'arrêt. D'une part, l'état les a fortement sollicités avec, probablement, des commandes par anticipation (avant que le produit ne soit conçu) ce qui est extrêmement rare dans une période normale (et de fait cela assure le retour sur investissement) et d'autre part, ces entreprises voyaient un moyen de passer la crise à moindre mal. Je ne pense pas que ces entreprises auraient changé leur production pour faire des masques si leur production marchait normalement. Ce dont je te parle est d'anticiper l'avenir tout en ayant une production en marche. Il s'agit de véritables stratégies vis à vis de l'avenir dans un monde qui va fortement changer (ie dont écosystème change). L'agilité des entreprises à s'adapter dépends beaucoup des personnes et des dogmes en cours. Le très bon exemple est le télétravail. De grands groupes n'envisageaient pas le télétravail avant la crise: compliqué à mettre en place, couteux, inefficacité du salariée. J'ai été témoin d'une entreprise qui en 15 jours a mis ces salariés en télétravail: fourniture d'ordinateur, de connexion VPN, ... Ce qui n'était pas possible en temps normal, a été possible d'un coup. Les dogmes concernant le télétravail sont tombés et le retour complet en arrière n'est pas prévu. De grosses structures administratives décriés étant incapables de bouger ont complétement transformé leur fonctionnement durant la crise. Là encore ce sont les personnes qui ont bougé et l'état qui les a accompagné financièrement. Que les entreprises devront s'adapter aux différentes crises, c'est évident. Qu'ils doivent le faire au jour le jour l'est beaucoup moins: s'ils s'adaptent en continuant à faire à court terme ce qui disparaitra à long terme ne les mènera nulle part. S'ils s'adaptent en ayant une stratégie sur le long terme, ils s'en sortiront sans doute beaucoup mieux. Veux tu dire que dans le monde d'après, il n'y aura plus d'avions, de voitures, de centrales nucléaires, d'industries agroalimentaires, de traitements des eaux et des effluents? C'est une vision à la Charpy! 😉 (Charpy, avec tout mon respect pour ton positionnement, a joke)
  10. Le développement d'un avion prends au moins 10 ans. L'A380 a été décidé en 1990 pour une commercialisation en 2007. Quand les changements prévisibles nécessitent d'inventer des technos qui n'existent pas ou qui ne sont pas matures, le facteur temps ne se rattrape pas. Les entreprises qui s'adaptent sans cesse à court terme sans voir sur le long terme ne pourront pas s’adapter à des changements qui nécessitent le développement d'outils industriels importants. Le domaine de l'énergie ou l'agroalimentaire en sont des exemples. Les pétroliers s'ils investissement pas aujourd'hui dans la recherche de nouveaux puits n'auront plus de ressources. Si la ressource minière, agricole vient à se tarir alors que c'est prévisible, ces entreprises disparaitront. Des entreprises de l'agroalimentaire ont déjà des réflexions stratégiques et investissent en prévision des conséquences du réchauffement climatique. Danone cherche à sécuriser ses approvisionnements à 5 ou 10 ans. Des grandes marques de Champagne investissent dans la plantation de vigne en Angleterre juste parce qu'un pied de vigne mets 10 ou 20 ans à être productif. Pour toutes ces entreprises dont les outils de production nécessite des temps longs de développement ne pourront s'adapter sur le long terms avec de projet à 6 mois. L'agilité des entreprises n'échappe pas à la dynamique des systèmes. Alors pour l'informatique au sens large oui. Les technologies évoluent à une vitesse telle que deux ou trois ans après (si ce n'est pas moins), c'est déjà du has been. Un truc qui pends au nez, des technologies numériques, c'est le coût de l'énergie dont elles ont besoin. Ne te méprends pas. Mes recherches sont extrêmement proches du monde de l'entreprise et c'est un monde que je connais bien.
  11. ce d'autant plus que dans les 20 dernières années, les politiques d'investissement des entreprises étaient sur du court terme (~mois; ~ 1 an max). En discutant avec un partenaire industriel, j'ai compris qu'un projet de long terme c'était 6 mois. Impossible que cette entreprise envisage les changements de cap nécessaires. En outre, diminuer l'impact de l’énergie dans le PIB nécessite d'investir énormément dans le capital (conférence organisée par http://www.centrale-energie.fr association issue des écoles centrales: Il y a également un point intéressant sur le cout des salaires dans le PIB et sur l'impact des salaires sur le PIB. La logique libérale a tout prix est mortelle.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.