Jump to content

Alexandre Renou

Membre
  • Content Count

    238
  • Joined

  • Last visited

About Alexandre Renou

  • Rank
    Membre

A propos

  • Résidence
    Blaison Gohier (49)
  • Intérêts
    Comètes et ciel profond
  • A propos de vous
    Passionné aussi (entre autres) de papillons diurnes et nocturnes, en macrophoto. Passion pour laquelle je passe aussi des nuits dehors...

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Bonjour à tous, Comme le rappelle jpch84, la formule en tenant compte du grossissement, de la transmission des optiques et des performances intrinsèques de l'observateur et de la qualité du ciel marche pas mal. Je rappelle que j'avais fait un sujet dans la revue d'AS magazine de nov-déc 2018 (n°95), et un complément pour le cas des objets diffus dans le n°103 de mars-avril de la même revue... ... pour les heureux abonnés qui souhaitent des infos sur ce sujet souvent discuté de la magnitude limite. Mais là on s'écarte du sujet du post. Il faut retenir qu'en plus, bcp de ses sources très lointaines ont des brillances variables et des apparences souvent stellaires, car très lointaines, et qu'au final, muni de bons documents, il est souvent intéressant de tenter le défi de les voir pour savoir si réellement, c'est possible ou non selon son matériel, son site et sa vue. L'expérience est souvent le meilleur moyen d'acquérir la connaissance. 😉
  2. Bonjour à tous, Dernières nouvelles des comètes du soir, profitant d’une éclaircie providentiel le 26 avril. - C/2019 Y4 Observée à 21h50tu avec un T 250x50, elle n’est pas difficile du tout mais si peu contrastée que depuis des sites urbains, il ne doit pas y avoir grand-chose à voir… Mesurée à mag m1=10,0 environ (valeur pas évidente car elle se diffuse bcp et elle est allongée), diamètre 4’x2’ environ, dc= 1. Observée dans un T 560x110, elle est assez facile mais toujours peu contrastée et très diffuse. La coma est bien allongée (4’x2’ environ) et un peu plus grande avec un filtre swan C2 qui permet de mieux voir la coma. Cette dernière est plus contrastée côté Nord-Est et à l’opposé, on distingue une queue faiblarde de 6’ de long très approximativement vers pa = 60°. Le « chapelet » de nodosités vues lors de l’observation précédente le 13 avril n’a pas été revu ; le centre est bien moins évident. Même si elle faiblit et se diffuse de plus en plus, elle reste accessible aux instruments relativement modestes … si le ciel est suffisamment « bon ». Comme anecdote observationnelle avec ce gros télescope, j’avais essayé de la revoir en milieu de semaine et je n’avais rien vu !! il faut dire que le ciel était très médiocre ce soir là, avec des voiles plus ou moins denses. - C/2017 T2 Observée à 23htu dans une L 90x30, mesurée à mag m1 = 8,9 (M), dia 4’ d’arc, dc 5. - C/2019 Y1 Observée à 23h50tu dans une L 90x30, mesurée à mag m1 = 8,9 (M), dia 3,5’ d’arc, dc 5/6. Étrangement, la magnitude est la même !!? Je suis passé de l’une à l’autre 2-3 fois pour me rendre compte qu’effectivement, elles se ressemblent bcp en brillance, diamètre apparent et condensation. Étonnant ! Et comme elle ne sont pas trop loin l’une de l’autre (14° ce soir), on pourrait se méprendre...
  3. Tiens oui je viens de m'apercevoir que le petit mot n'est bizarrement pas présent dans le message où il y avait ton joli dessin. Bug ? En résumé, je te disais bravo pour ton dessin pour une galaxie malheureusement peu connue et pourtant qui vaut le détour. C'est une belle galaxie très fine qui rend très bien dans un gros dobson en visuel. Je te disais aussi un grand bravo pour le rendu, pas mal du tout pour un T 200 avec toutes tes notes d'observation bienvenues.
  4. Pas mal du tout Cyp !!! Bravo ! Je t'ai mis aussi un petit message sur le site "à côté".
  5. Merci Denis, mais Monsieur Messier les découvrait, il n'avait pas les moyens actuels pour sauter sur tout ce qui bouge dans le ciel... En parlant de découverte, cela me rappelle l'année 1990 je crois, où sur 2 clichés différents (rappelons qu'il faut 3 points minimum pour définir une orbite), j'avais une petite boule (de ma 11 environ) (avec une petite queue) qui s'était déplacée entre les 2 clichés. Ce n'était pas une comète "Kodak" puisque sur l'une des photos, qui avait un suivi un peu raté, on voyait bien le même défaut de suivi que les étoiles environnantes. C'était à une époque où je développais pas mes films personnellement et le délai de 1 à 2 mois perdu m'a "perdu"... même si j'avais communiqué ma "découverte" par "minitel" (le vieux réseau "internet de l'époque") à d'autres observateurs aguerris. Le plus fort, c'est que j'avais fait cette zone (du Scorpion) pour capter une comète périodique faiblarde connue celle-ci, et c'est peut-être cette méprise qui m'avait fait perdre encore plus de temps. A cette époque, les mesures de positions n'étaient pas toujours très fiables. Pour la périodique, elle était trop faible pour le cliché... Et oui, les temps changent et maintenant avec la rapidité des informations, cet épisode malheureux n'aurait pas lieu...☹️
  6. Bonjour à tous les cométeux ! Voilà quelques nouvelles des comètes actuelles (observations visuelles) : - C/2019 Y4 Elle maintient sa magnitude vers 10-10,5 depuis plusieurs jours (mesurée à mag m1 = 10,3 le 10/4). Hier soir, dans un T 250x50 à 20h40tu, une étoile de mag 10,3 interférait trop pour faire une mesure plus précise de sa mag). Sa forme ovalisée (3’x2’) était très atypique d’autant que sa condensation centre allongée (dc 2/3) montre bien qu’il se passe qq chose dedans ; elle est en cours de désintégration. Observée dans un T 560x110 à 21h15tu, la comète est facile avec son aspect vu précédemment. En plus, on perçoit le reste de sa queue (long d’au moins 5’ d’arc vers pa 90°) très peu contrastée et vite très faible, dans l’axe du centre très allongé. Ce centre est intéressant à fort grossissement. Ainsi à 370 fois, très allongée et plus dense, il forme un chapelet difficile à résoudre. On sent que ce n’est pas un trait diffus continu mais un chapelet avec 1,2 ou plus de nodosités minuscules dont s’extirpe une plus stellaire en avant côté Ouest. Malheureusement, la turbulence assez forte, alliée avec un vent assez fort faisait de petites vibrations qui limitait la résolution. Comme quoi, il n'y a pas qu'en photo que l'on voit des détails. Ca doit être possible à un T 300 dans de bonnes conditions en grossissant fortement. - C/2019 T2 Observée dans un T 250x50 à 21h40tu, c’est la comète la mieux visible du moment. Mesurée à mag m1 = 9,0 (M). Diamètre 2,5’ d’arc et dc 5/6. La coma semble se diffuser vers le Sud-Est. Observée dans un T 560x110 et x165, son centre est bien marqué avec un faux noyau en son sein (dc 6/7), la rendant bien contrastée et brillante ! La coma se diffuse effectivement plus vers le SE tandis qu’un faible queue s’étend sur environ 3’ d’arc vers pa 150°. - C/2019 Y1 Observée dans Cassiopée à 1h45tu dans une L 90x30. Mesurée à mag m1 = 9,3 (M), dc 4 et diamètre 2,5’ d’arc. Les autres de la nuit : J’ai fait l’impasse sur 88 P/Howell que j’avais déjà vu à un autre passage, mais j’ai observée aussi la périodique 246 P/NEAT (déjà vue en mars 2012). Mesurée à 22h20tu dans un T 560x290 à mag m1 = 15,0. Petite (0,2’ d’arc seulement mais bien contrastée) avec un dc de 6. Et enfin une autre comète ATLAS, C/2019 N1, observée dans mon T 560x290 à 0htu. Mesurée à mag m1 =15,5 (S), dc 4 et dia de 0,3’ d’arc. C’est donc une comète très faible mais bien particulière, car c’est ma 299 ème comète en visuel depuis ma première, l’extraordinaire IRAS-Araki-Alcock en mai 1983… 🙂 🙂 Je compte les périodiques une seule fois (46 P/Wirtanen vue à 5 passages différents). J'espère bien fêter ma 300 ème cette année.
  7. Bonjour à tous les cométeux, avec les comètes du soir, observées dans le créneau du 10 avril au soir depuis mon site confiné de campagne, - C/2019 Y4 Assez différente en brillance et aspect général par rapport à l’observation de la veille ! Avec un T 250x50 à 20h40tu, mesurée à m1 = 10,3 (M), dc 2, dia 2’1/4. La coma est mieux visible que la veille avec par contre une queue plus faible mais aussi plus longue (bien faible à 50 fois mais plus évidente à 115 fois). La veille, la queue était plus évidente, ce n’est pas le cas ce soir. La coma a une centre peu dense (dc =2) mais ce dernier a l’air un petit peu allongé tandis que le bord Ouest (opposé à la queue) est plus contrasté, à moins que cet aspect corresponde à un aspect fuselé de la coma, contrastée d’un côté et plus diffuse de l’autre correspondant à la queue. Coma mieux visible avec filtre C2. La comète a été vue aussi le même soir avec une L 90x30 comme une boule ronde très moyennement visible et surtout peu contrastée car bien diffuse. Mesurée aussi à mag 10,3. Pour voir la différence d’aspect et de brillance, relisez le croa de la veille posté le 10 à 0h42 de cette même page. - C/2017 T2 Plus brillante et plus contrastée que la première. Avec une L 90x30 à 21h10tu, mesurée à m1 = 9,1 (M), dc 4, dia 2’ d’arc. Observée aussi avec T 250x80 à 21h30tu, dc 5 et dia 2,5’ d’arc. Mieux vue avec filtre C2. Bien qu’elle soit beaucoup plus basse (il faut préférentiellement l’observer en fin de nuit), j’ai jeté un coup d’oeil sur la comète C/2019 Y1 dans Cassiopée. Vue dans la L 90x30, de brillance intermédiaire aux 2 autres et de bon contraste. Trop basse pour faire de bonnes mesures de brillance. #jnn : étant donné sa faible brillance et surtout son faible contraste, une paire de jumelles de 16x70 ne permet pas de la voir, sauf bonne surprise éventuelle (on y croit guère); or il se confirme qu'elle se désintègre d'où sa brillance qui décroit alors que les prévisions la mettaient à portée des jumelles, avant... #Elgood : ce n'est pas le tiret entouré, c'est une étoile, par contre la chose plus diffuse juste au-dessus, très faible sur ta photo est bien la comète.
  8. Bonjour à tous les cométeux ! Observation ce soir avec mon TN 250 à 50x pendant le court créneau entre la fin du crépuscule et le lever de la brillante Lune, le tout durant 1/4 d'heure chrono sachant qu'il faut la pointer dans une zone céleste fort mal pourvu d(étoile significative et bien visible. Conséquence il faut faire vite ! Etant donné qu'elle faiblissait, j'ai opté pour un T 250 plutôt que le T 120 ou L 90 qui m'avait servit avant la gêne de la Lune. Résultat des courses : elle était pas trop mal visible mais au début, à faible grossissement, j'ai pensé qu'elle avait un noyau stellaire assez présent en plus de sa coma fort diffuse. En fait, je me suis rendu compte que c'était une modeste étoile (de mag 11,5) et non un noyau en grossissant un peu et en suivant son déplacement. La comète forme en fait une boule bien diffuse (dc = 2) de 1' d'arc de diamètre environ, avec en + une queue pas difficile bien rectiligne et relativement contrastée par rapport à sa coma, longue de 3 à 4' d'arc environ vers pa 95°. Avec le filtre c2, la comète est mieux visible mais pas autant que les observations faites 2 semaines à 1 mois avant. Au final, elle faiblit bien 11 à 11,5 ce soir (mesure incertaine car l'étoile à côté gênait bcp), contre 8,8 mesuré le 26 mars avec un T 120 et 10,2 mesuré le 12 mars. Comme en + pour moi elle se dirige vers le nord-ouest, la zone la moins favorable depuis mon site (de campagne et de confinement), il est fort à parier que je ne l'a verrais de moins en moins... Ce n'est pas la première comète que je verrais se désintégrer...balayant les pronostics des plus optimistes ! Demain, aucune étoile ne gênera et le créneau de nuit propice entre la fin du crépuscule et le lever de la Lune grandit. Profitez-en avant le retour d'une météo plus incertaine et avant qu'elle se désintègre plus encore.
  9. Bonjour à tous, Je profite de l'occasion pour vous donner des nouvelles des comètes principales, à défaut de faire les plus faibles avec mon télescope plus puissant, car le plus gênant pour moi n'est pas la quarantaine (j'habite en pleine campagne), mais ma trop récente tendinite au bras qui m'empêche de manipuler le gros matos ! Enfin, voilà les prises de notes, où plutôt les mesures de la magnitude m1 des comètes 2019 Y4 et Y1. - C/2019 Y4 : Le soir du 26 mars à 22h30tu avec un TN 120x30 : m1 = 8,8 (M), dc 4/5, dia 3,5' d'arc mais dia = 5' avec un filtre C2 qui est bien efficace pour mieux la voir. Tout juste vue aussi aux J 43x10 mais pas facile car fort haute dans le ciel et en +, elle était tout proche d'une étoile un plus brillante un peu gênante. - C/2019 Y1 : Le matin du 31 mars à 3h45tu avec une L 90x30 : m1 = 8,8 (M), dc 6, dia 2' d'arc. Mieux vue aussi avec filtre C2. Basse sur l'horizon h = 15°. Au final, je constate que j'ai mesuré les 2 comètes avec un même éclat. Mais leurs aspects et leurs localisations dans le ciel, l'une très haute, l'autre fort basse, les montrent assez différentes ; celle du soir étant plus grande et plus diffuse et celle matin plus contrastée bien qu'atténuée par sa faible hauteur sur l'horizon.
  10. Bonjour Giz89, Je ne sais pas si la direction de ma revue apprécierai de livrer l'article tel quel ?? Il y a les droits et la moralité. D'où mon hésitation à le faire ici....
  11. Bonjour à tous, Au cas où (si vous lisez Astrosurf mag), j'ai fait un topo pour l'équipement hivernal dans le n°96 de jan-février 2019... J'ai pas eu d'écho que c'était "mauvais" 😉
  12. Bonjour francheu, Pardon, j'ai inversé dans mon texte les comètes C/2017 T2 à mag 10,3 et C/2018 N2 à 13,5. (j'ai corrigé l'erreur dans le message d'origine de jeudi dernier)
  13. Bonsoir, Juste un mot pour réhabiliter la réputation du Mizar, le vrai, le 100 ou bien le 120 mm f/6 des années 80 : cette pâle copie actuelle de télescope 114 n'a rien à voir avec le vénérable Mizar AR 120 que j'utilise encore aujourd'hui (acheté en 1984) ; il est sorti en 1982 je crois. A l'époque, ce télescope était le premier vrai télescope prévu pour l'astrophoto ! Cela se voyait bien dans sa conception sérieuse et costaud avec une vraie monture et un viseur polaire, sans parler d'un miroir parabolique de qualité. Que d'heures de photos au foyer j'ai fait en argentiques à l'époque. La marque Mizar a été utilisé bien plus tard comme sous marque, de qualité et aspects bien différents, et on peut bizarrement la retrouver sous une forme actuelle sans aucun intérêt qui utilise la réputation (ancienne) des Mizar AR 100 et 120. Autant dire que la mizar actuel est à fuir par rapport au Mizar ancien. Ne nous trompons pas ! Jetez un coup d'œil sur un ancien post où l'on voit le vrai AR 120/720 avec un article sur son test signé Monsieur Christian Arsidi himself. https://www.webastro.net/forums/topic/52340-calcul-de-champ-de-pleine-lumiere/
  14. Merci chatbleu ! Enfin un ciel bien clair chez moi : j'ai enfin pu faire 2+1 heures d'observations sous un ciel intéressant avec 2 télescopes (TN 250 + TN 560). Une première pour 2020. Programme avec 3 comètes (C/2017 T2 mesurée à mag m1=10,3, C/2018 N2 à mag m1 = 13,5 et 114 P/Wiseman-Skiff à mag m1 =15,0) + la minuscule et très discrète IC 349 collée à Mérope des Pléiades + des galaxies dans l'Eridan + R Lep, superbement orangé et pour finir un p'tit coup d'œil sur M 42 en présence du lever du DQ de Lune. Comme vous, je déplore le peu de météo favorable (en éliminant les nuits de lune gênante). Depuis fin septembre, 1 sortie en décembre (1 à 2h je crois, pour étoffer la rubrique d'Astrosurf et faire un peu de comètes comme d'hab) et c'est tout ! C'est un bilan très très faible mais je commence à y être habitué en automne… Il y a bien eu des bouts de nuits dégagées, mais très courtes, imprévisibles et le plus souvent de qualité douteuse (quand je ne vois presque pas les étoiles entre la Polaire et les 2 du bout, bêta et gamma, je m'abstiens). Et puis il y a la malchance, avec la présence de la Lune ou ma non-disponibilité temporaire. Comme je le répétais souvent avant : "et dire que je me rappelle qu'en novembre 1986, j'avais eu 2 semaines de grisaille de suite", un fait qui me paraissait incroyablement long pendant les 15-20 ans qui ont suivi…. Et bien maintenant, 2 mois n'est pas rare en automne…. Que de changements (climatiques) !
  15. Merci bcp Evan, j'ai si peu de retour de ma rubrique que je suis bien heureux quand j'en reçois d'aussi sympas... Pour illustrer la rubrique, je laisse maintenant totalement Jean Philippe Cazard d'Astrosurf s'occuper de trouver les images. C'est vrai que des dessins seraient bien aussi. Nous le savons bien tous les 2 et JP étaient d'avis d'en mettre peut-être plus, mais étant donné le vaste panel de cibles sélectionnées, ce n'est tout simplement pas courant de trouver des dessins ! Et puis, il faudrait en mettre à ce moment là plusieurs pour une même cible pour rendre compte de l'aspect visuel. Comme le ciel a été totalement cartographié, que ce soit avec des télescopes dédiés comme pour le DSS/Aladin ou avec les belles photos de Christian Dupriez de Lille, c'est bien plus facile de mettre des photos. A défaut, mes notes descriptives sont faites pour çà ! Il y a bien des astro-dessinateurs qui produisent des bons dessins, à l'image de Bertrand Laville par exemple, mais avec son gros Dobson de 635 mm. J'avais dit aussi à JP qu'il avait la permission d'utiliser les dessins de Laurent Ferrero. Enfin, cela nécessiterait encore plus de pages dans la revue. Personnellement, j'aime bien le concept de "bonnes" photos (par bonnes, j'entends pas trop supercolorées ou superdétaillées) avec des notes descriptives en visuel dans divers instruments, ça laisse l'utilisateur observateur se faire son propre avis perso. … si la météo le veut bien pour reprendre le fil du sujet.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.