Alexandre Renou

Membre
  • Compteur de contenus

    181
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Alexandre Renou

  • Rang
    Membre

A propos

  • Résidence
    Blaison Gohier (49)
  • Intérêts
    Comètes et ciel profond

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Alexandre Renou

    Interstellarum Deep Sky Atlas

    Vu comme cela, l'idée est bonne, mais tout de même, c'est dommage de savoir que l'on se prive (volontairement) de détails que l'on ne verra pas sur le terrain sur ses cartes et que donc on ne cherchera pas à voir même si le ciel et le télescope le permettent. Peut-être aurait-il fallu plutôt imprimé ses images en noir et blanc, comme sont les dessins. Enfin, ce guide est un excellent complément, d'abord parce c'est rare d'avoir autant de vue sur autant d'images réunies dans un même ouvrage… sur papier. Pour l'atlas iDSA, sa finesse et sa densité (sans que cela soit trop chargé) reste l'incontournable atlas papier pour les gros télescopes et les moins gros. Juste une remarque sur sa finesse, plus l'objet du ciel profond est petit et faible, plus il est indiqué avec un symbole atténué (astérisme mis à part). Toutefois les écrits sur l'identité des plus "petits" sont indiqués dans une police atténué mais aussi assez petite, ce qui peut poser problème sur les observateurs lisant plus péniblement les petits caractères dans un faible éclairage (évidemment la nuit). Ce qui m'arrive (et oui avec l'âge) et je lui associe donc une grande loupe pour plus de confort. Concernant la justesse de mettre des cibles dans une catégorie facile, moyen ou faible, l'idée est bonne même si certains observateurs trouveront certaines de ces cibles pas forcément à la bonne place, mais cela relève aussi des goûts et des couleurs... En pièce jointe, je vous présente 1 objet de l'iDSG, la nébuleuse NGC 2174. Pour illustrer mes propos plus haut, je vous présente cet objet sous 3 aspects différents, l'un correspondant à l'image telle quelle "de jour", une seconde faite avec ma lampe astro rouge comme lumière de prise de vue et une troisième avec ma lampe astro jaune-verte. On constate que l'image se montre bien différente selon la couleur de la LED de sa lampe astro. (j'ai essayé de rendre le meilleur aperçu "ressenti visuellement" lors de la prise de vue de ces photos).
  2. Alexandre Renou

    Interstellarum Deep Sky Atlas

    #francheu : "les parties en rose correspondent à la couche Ha, chose qui fait que le rendu à la lampe rouge est censé être plus fidèle à la vision à l'oculaire" dis-tu (avec raison je suppose parce que je n'ai pas lu les détails sur la réalisation de ces photos) ??? Certes, mais au final le but des photos c'est que ce soient des documents utilisables sur le terrain, non ? C'est évident sur le terrain de faire la remarque que j'évoquais dans mon message précédent, parce que des extensions (faiblardes) roses sur le fond rouge (provoqué par la lumière d'une lampe rouge), c'est pas du tout pratique, or c'est pourtant le but de ce guide d'être "pratique"… d'où mon bémol (que j'ai contourné avec une lampe adéquate).
  3. Alexandre Renou

    Interstellarum Deep Sky Atlas

    Bonjour à tous, L'atlas iDSA est celui que j'utilise avec mon Dobson : IDEAL pour rechercher des petites tachouilles avec un gros télescope !! (et j'en ai essayé pas mal, moi qui suis fan des atlas sur toutes les formes et sujets). Et évidemment je n'ai pas pu résister à la venue du guide avec ses tas d'imagettes et dessins qui complètent totalement (et bien plus largement) l'Atlas NGC photographique d'Olivier Gadal. Le guide est presque parfait, presque parce que j'ai eu une petite mauvaise surprise du rendu sur le terrain : les images photo des nébuleuses sont toutes à dominante rosées (comme la page de couverture) et avec une lampe de recherche qui est rouge, comme c'est la majorité des lampes astro, autant dire que les extensions roses se détachent bien mal sur fond rouge ! Dans ce cas, pour avoir du contraste sur les nébuleuses, il faut avoir une lampe astro qui émet dans le vert ou le bleu. Du coup, j'ai transformé une de mes lampes astro avec une LED jaune surmonté d'un filtre vert. Résultat sur le terrain : ma lampe rouge sert pour tout exceptée pour consulter les photos de nébuleuses de l'iDSG. NB : Dans tous les cas, rouge, jaune, bleu,... l'éclairage de la lampe astro doit être faible ! Par faible, j'entends qu'elle n'éclaire qu'à 30 cm maxi, rien à voir avec une frontale rouge par exemple qui sert (presque) au démontage/montage du scope. Alors, on achète ou pas le iDSAGuide ? Evidemment parce qu'en plus, il y a des dessins (certes avec des télescopes d'au moins 8''). Ca donne des idées d'observations par centaines, même pour moi qui a imprimé (en noir sur fond blanc) avec le temps qq milliers d'imagettes du ciel profond obtenues depuis le site http://archive.eso.org/dss/dss (un travail monstre je sais).
  4. Alexandre Renou

    Les comètes de 2018

    Bonsoir à tous, Voilà des nouvelles des comètes les plus brillantes : 46 P/ WIRTANEN Observée et mesurée ce soir aux jumelles J 43x10 à 20h 15 tu, mag m1 = 4,9 (M), dia 25' d'arc environ, dc 3/4. Vue aussi faiblement à l'œil nu. Tout ceci sous un ciel de plaine de transparence tout juste correct. Au final, elle est facile aux jumelles, immanquable quand on sait à peu près où elle est, par contre à l'œil nu, il faudrait vraiment un bon ciel de montagne pour qu'elle saute aux yeux ! Dans un télescope, elle est facile et montre bien son petit centre plus dense, amis le halo externe est très pâle, mais renforcé avec un filtre C 2. J'essayerai peut-être de la voir (si la météo le permet) en milieu urbain ce w-e, comme dans la préfecture de mon département, Angers, ville fortement polluée en terme de pollution lumineuse, ça va être bien différent étant donné son contraste assez moyen ! Ré-observée le même soir avec le même matériel à 22h 15 tu avec un ciel un peu meilleur (et moins de pollution lumineuse avec l'extinction total du village à 2kms après 222h tu) : la magnitude mesurée aux J 43x10 est la même, mais son diamètre apparent est de 30' d'arc. Revue aussi à l'œil nu moins difficilement, elle n'est pas difficile lorsque l'on sait où chercher, c'est alors une petite boule diffuse très moyennement visible. J'en ai profité pour estimer sa mag à l'œil nu : mag m1 = 4,6. Je tempère donc mon appréciation sur la difficulté de la voir à l'œil nu après cette seconde observation ; elle n'est pas difficile sous un ciel correct de plaine. Autant dire qu'elle doit être évidente sous un beau ciel de montagne. 64 P/S.G : Avec un T 120x30, mesurée à mag m1 = 9,3 (M), dia 3' d'arc, dc 3/4 38 P/S.O : Avec un T 250x80, mesurée à mag m1 = 11,4 (M), dia 2' d'arc, dc 4/5.
  5. Alexandre Renou

    Les comètes de 2018

    Des nouvelles de Wirtanen : Observée ce soir à 20h30tu avec des jumelles J 43x10 Hawke sous un ciel médiocre, très changeant, entre passage de nuages ou voiles. C’était une belle boule ronde et diffuse. Mesurée à mag m1 = 5,8 (M), diamètre 16’ d’arc, dc 3/4. Quel changement avec la vision du 30 novembre évoquée plus haut ! Certainement que l’étoile brillante ce soir là juste à côté avait affectée (négativement) la brillance de la comète, mais tout de même, elle semble franchement avoir bien évoluer en 3 jours ! Je l’ai comparé rapidement avec le même instrument avec M 33 et M 31. La visibilité de la comète est intermédiaire entre les 2, sachant que M 33 est bien moins contrastée et M 31 plus au contraire. Le filtre C 2 est toujours bien efficace. Vue aussi bien modestement dans un chercheur 30x6. Tentée à l’oeil nu, mais aucune chance de la voir surtout sous ce fade ciel de campagne ; les étoiles pi (mag 4,2) et sigma (mag 4,7) Cet à côté étant elles bien faiblement visibles à l’oeil nu au même moment. La qualité du ciel devra certainement être meilleure, ce qui n'était pas le cas ce soir. Et comme elle se rapproche toujours en montant de + en + en déclinaison, ça va être de + en + faisable même en plaine, si la météo le veut bien.
  6. Alexandre Renou

    Les comètes de 2018

    Bonjour à tous les chasseurs de comètes. Enfin une éclaircie ce soir sans trop de voile, de nuages, ni de Lune, (et que je sois à la campagne), ce n’est pas commun depuis 1 mois avec cette météo très compliquée comme c’est malheureusement souvent le cas à cette période de l’année depuis bientôt presque 20 ans dans ma région...(c’est depuis cette époque que je constate le changement climatique ici malheureusement dans le sens de bien moins de nuits claires !!). J’ai enfin pu voir plus en détail la comète Wirtanen. C’est une comète que je suis à chaque passage depuis 1985, tous les 5,5 ans environ (1 seul passage ratée car il était très défavorable). Autant dire que c’est ma comète « chouchou » ! Je l’avais observé à ce passage actuel le 16 octobre dernier avec un TN 250x115, mesurée à mag m1 = 11 à 11,5 (mesure fortement altérée par sa très faible hauteur sur l’horizon). Et enfin, elle remonte ! Bien que le ciel soit loin d’être bon (et en plus j’avais la lueur d’un petit terrain de foot pour une fois allumée presque dans l’axe !), je vous donne de ses nouvelles, observée dans plusieurs instruments différents : Dans un TN 120x40, facile, bien qu’une satanée étoile brillante de mag 6,2 soit presque collée à elle à environ 5’ d’arc (etoile qui n’a pas facilité du tout la mesure de sa mag et a sans doute minimisé sa brillance), à 20h45tu, m1 = 7,5 à 8 (M), diamètre 4’ d’arc, dc =4. Le filtre C2 est bien efficace, permettant un meilleur contraste et du coup, son diamètre gonfle à 7’ d’arc ! Vue aussi dans des J 80x15, assez facile avec l’étoile fort proche ! Vue aussi comme une toute petite boule floue au chercheur 50x9. Vue aussi dans un TN 250x80, très facilement, ronde avec un petit centre dense. Autre comète pour les modestes instruments, 64 P/Swift Gehrels. Celle-là je la suis depuis plus longtemps ; je l’avais mesuré à mag m1 = 13,9 le 7 septembre avec un TN 560x290. Elle est maintenant assez facile et bien placée dans le ciel du soir en plus. Mesurée avec un TN 120x45 à 20h15tu à mag m1 = 9,8 (M), dia 2’ d’arc et dc 3/4. Plus faible et plus diffuse que Wirtanen. Attention à son observation dans des sites ou des cieux médiocres. Elle est assez bien visible dans un TN 250x80. Elle répond bien au filtre C2, gonflant son diamètre à 2,5’ d’arc. Attention ces valeurs de diamètres apparents pour la coma varient bcp avec la qualité du ciel qui était loin d’être idéal ce soir là. Peu de temps près, arrivée de premiers voiles et nuages venant de l’atlantique après 21 tu. Cette dernière comète est au niveau de son maximum d’éclat tandis que Wirtanen augment encore. A suivre.
  7. Alexandre Renou

    Choix et qualité d'un miroir pour dobson 500

    Bonjour, Les miroirs de Nichols sont livrés sans bulletin de contrôle, il faut « juste » faire confiance à ce qu’il nous dit sur son site et aux images de son cher miroir sur son banc qu’il nous envoie en guise de test. C’est vrai que l’on pourrait ne pas être rassuré vu le prix au final. Pour le mien, je n’ai donc pas de bulletin de contrôle (qui en passant peut donner des valeurs différentes selon les testeurs…). Je préfère juger au final de son travail (c’est facile me direz vous puisque qu’il est payé et déjà installé dans mon dobson…), or les images des étoiles sont très fines (comme je l'ai dit plus haut), ce qui me va tout à fait. Les miroirs de Franck sont plus garantis pour approcher de la perfection, mais il y a toujours un certain côté aléatoire pour un miroir d’artisan. Néanmoins son excellente réputation en fait une garantie dans son cas, mais qui se paye cher. La course aux lambda peut coûter très cher ! Vous me direz que l’on peut payer cher aussi un miroir au final « mauvais ». cela me fait penser à une anecdote de … 1984 : A cette époque, les dobsons de gros diamètre commençaient à arriver en France, un pays où les "pousseurs de miroirs" qui ne parlait que de miroirs à L/20 ou plus minimum et dédaignaient du coup les optiques moins bonnes. Un jour, lors d’un rassemblement astro (mémorable) à Lodève avec des fous furieux d’astro avec pleins de projets déments dans la tête, 2 gars ont débarqués avec un T 330 (qui avait fait le voyage sur le toit d’une 4L !) très ouvert pour l’époque (aux environs de 4). C’était un gros télescope pour l’époque (avec un miroir américain), ce qui aiguisaient donc la curiosité des autres amateurs autour sachant la réputation mauvaise en France des grands miroirs américains de piètre qualité. D’ailleurs les 2 gars ne voulaient pas viser Jupiter de peur de se faire critiquer. J’avais vu les Dentelles dedans (sans filtre!) et bien quelle grosse surprise pour moi qui était presque débutant (mais déjà acharné) de voir une telle image : enfin on voyait distinctement bien les Dentelles ! et personne ne faisait gaffe alors aux préjugés de « cul de bouteille » du miroir ! Autre chose à considérer aussi, les miroirs Nichols sont minces, le mien un T 560, a 43 mm d’épaisseur. C’est un avantage pour le poids total mais cela demande un barillet encore mieux conçu, chose pour laquelle j’ai bien réfléchi (et je suis content de sa réalisation en bois et aluminium avec entre autres 2x2 contacts latéraux sur la tranche du miroir qui restent toujours à leurs places quelques soient la collimation), sinon gare à la collimation et aux tensions quant le miroir est fortement incliné (je ne vise jamais à moins de 15° de hauteur et de toute façon, aussi bas, l’image est très dégradée par la turbulence et la transparence médiocre). Un bon télescope c'est toute une chaîne d'éléments, miroirs, flexions, collimations qui doivent être optimales. Ce dernier élément d'ailleurs, la collimation, peut suffire à donner une image pourrie avec un télescope avec un bon miroir si elle est négligée !
  8. Alexandre Renou

    Choix et qualité d'un miroir pour dobson 500

    Bonjour, Pour alimenter l’eau au moulin (et aller dans le sens des impressions de # sixela), je peux vous parler en bien de mon dobson de 560 mm f/4 (comme le montre mon avatar) que j’ai entièrement réalisé tout seul avec des optiques (primaire+secondaire) réalisées par John Nichol. Je l’utilise pleinement depuis début 2016 (uniquement en visuel) et j’en suis très content car les images des étoiles sont très fines et lorsque la turbulence est faible, je commence à voir les anneaux de diffraction à fort grossissement, c’est peu commun dans des gros télescopes très sensibles à bcp de paramètres. Les aigrettes des brillantes étoiles sont très fines avec un dégradé coloré le long des aigrettes comme le montre parfois l'imagerie ; pour la petite histoire, c'est mon amie qui me la fait remarqué la première fois ! J’ajoute que j’ai regardé dans pas mal d’autres grosses optiques (sauf je crois dans des télescopes signé Franck Grière) depuis que je fais de l’astro (depuis plus de 30 ans), et je suis toujours émerveillé de voir l’image très fine sur les étoiles et aussi en planétaire dans mon télescope ! John a été assez rapide dans la taille du miroir de 560 car j’ai du attendre environ 2-3 mois je crois. Pour les prix, c’est très convenable pour la qualité. Frank Grière fait sans doute mieux mais c’est plus cher ! Et dans la gamme des grands miroirs, le prix monte vite. Tout est question de porte monnaie après.
  9. Alexandre Renou

    Les comètes de 2018

    Bonjour à tous les chasseurs de comètes, Je vous fais part de l’observation d’une nouvelle comète en toute fin de nuit : C/2018 V1 Maccholz- Fujikawa-Iwamoto. Il est maintenant très rare qu’une comète soit découverte à l’ancienne, c’est-à-dire en cherchant visuellement, c’est le cas de celle-ci ! Voir les infos sur http://www.astrosurf.com/topic/122816-c2018-v1-6-mag-4-décembre-2018/?tab=comments#comment-1600178 et aussi sur le site https://www.skyandtelescope.com/astronomy-news/observing-news/machholz-12th-comet/ pour la carte entre autres. Consultez aussi l’incontournable site http://www.aerith.net/comet/weekly/current.html Il est grand temps de l’observer en toute fin de nuit le matin car son élongation diminue et donc sa hauteur sur l’horizon, risquant alors de ne plus être visible, d’autant plus la Lune arrive en fin de semaine à la fin. Hauteur de l’ordre de 18° au tout début du crépuscule actuellement et plus bas encore à moins de 10° environ 10 jours après pour finir dans les lueurs du levant. Il faut l’observer à la limite de la nuit noire, c’est-à-dire juste avant le tout début du crépuscule astronomique le matin. Toutefois son éclat augmente en même temps qu’elle disparaît dans le levant. Dans 2 semaines, ce sera sans doute trop tard. Voilà mon observation ce matin du 13 novembre à 5h TU avec un TN 120x45 : mag m1 mesurée à 9,4 (méthode M), diamètre 1’ d’arc donc toute petite, DC = 6 donc bien contrastée. Observée aussi avec un TN 250x80, elle était facile, bien contrastée, ronde sans queue apparemment mais un petit doublet stellaire dans l’axe de la queue théorique a pu gêner. Le filtre C2 est efficace ! Une photo faite par Jean-François Soulier montre bien son aspect aussi bien visuel que photo (voir http://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=19976 ) Par comparaison, j’ai observé un peu avant la comète 38 P/Stephan-Oterma avec le même matériel : Au TN 120x45, mag m1 mesurée à 10,7 (M), dia 2’ d’arc, DC 4 environ. Son aspect est assez différent puisqu’elle est plus grande mais surtout moins contrastée et étant de brillance moindre, sa visibilité est bien moindre. Au TN 250x80, on s’aperçoit que c’est surtout son faux noyau qui est le plus évident car le reste de la coma est bien peu contrasté. Filtre C2 efficace sur la coma mais pas sur le faux noyau.
  10. Alexandre Renou

    Galaxies : Afrique du Sud (2)

    Bravo Fred pour tes dessins exceptionnels !!!!!! Je connais ces objets pour les avoir vu pour la plupart dans un T 350 ou 400 et j'avoue qu'ils sont impressionnants, surtout ceux de NGC 1097 et 6744 (qui n'est pas facile à détailler celle là), sans parler de NGC 6438. Tu as une vue certainement exceptionnelle aussi.... C'est vrai que ton observation de la superbe NGC 1365 (peut être pour moi la plus belle et détaillée galaxie du ciel ) mériterais d'y passer plus de temps. Bravo encore !!! Amicalement, Alexandre
  11. >Il y a bien longtemps que je crois plus dans un monde futur meilleur.

     

    Bonjour Alexandre,

    Merci pour ta réponse. Moi non plus je ne crois plus dans un monde futur meilleur...j'entends plus proche de la Nature. Le "monde meilleur" qu'ils proposent ou plutot imposent, c'est être enfermé dans 20m² avec une tablette et un cordon ombilical qui s'appelle "supermarché". Jolies perspectives pour nous et les futures générations...

     

    Je suis comme toi : je contemple en astro et en macro-photo..."les deux infinis" de Pascal ;) Je fais un travail perso sur le mimétisme des insectes et les arbres...

     

    Tout cela m'effraie d'autant plus que j'ai un petit BEPA de paysagiste et que j'ai constaté les memes drames hors de nos frontières...

    Au plaisir d'échanger avec toi si tu le souhaites..

    Patrick

     

  12. Alexandre Renou

    Dramatique disparition des insectes : constat en Picardie - juin 2018

    Bonsoir à tous, Voilà des constations ultra alarmistes, mais tout le monde (ou presque) s’enfout de nos jours et surtout pas nos décideurs (et surtout les lobbies) qui gouvernent notre existence et notre monde puisque « croissance et consommation sans oublier les loisirs et tout le nécessaire au confort » sont mis en avant pour notre « bien-être » parait-il… et tout le monde y croit en plus !! Et ce n’est pas quelques jeteurs d’alertes qui changeront grand-chose, malheureusement. Il y a bien longtemps que je crois plus dans un monde futur meilleur. Comme anecdote, je me rappelle qu’il y a 30 ans environ, quand je commençais à m’apercevoir de la dégradation de notre planète, je disais qu’au moins, il y avait quelque chose que l’on ne pourra pas changer : la météo (c’était à une époque où le microclimat local où j’habitais me permettais d’observer « quand je voulais » ! Et bien malheureusement, je constate que je m’étais trompé : cela fait presque 20 ans ici que le climat a changé (+ de voile et d’humidité la nuit, ce qui se traduit par une météo astro assez pourri maintenant ; j’ai fait des stats sur ce constat). Ici, questions insectes (je suis en pleine campagne), on voit encore bien plus de choses que chez vous, au nord de Paris, mais moins qu’avant. Les études scientifiques nous disent que « 80% des insectes ont disparus depuis 30 ans ». Je m’intéresse à l’entomologie des papillons de jour et de nuit depuis 2009-2010. Et oui, il n’y a pas que l’astro (entre autres) dans ma vie. Je passe des bouts de nuit à observer et photographier en macro les papillons parfois plus que les étoiles (comme cette nuit dernière dans un bois isolé près de chez moi de 22h à 3h30 !!! Pas le temps de jeter un coup d’œil sur Mars avec mon Dobson après). Cette fois encore plus d’une trentaine de spécimens différents comme celui le doublet sur l’image fournit. J’ai identifié environ 450 papillons nocturnes et environ 70 papillons de jour différents durant ces presque 10 ans. Cela fait pas mal (pour un seul observateur) pour ma région du Maine et Loire, même si la diversité diminue en effet avec la modification des biotopes (toujours plus réduits et dégradés). Le jour, c’est assez marqué, il y a moins de papillons et c’est souvent les mêmes espèces. Alors que faire ? Etre encore plus exigeant pour respecter notre planète ? Cela ne suffira pas je le crains. Pendant qu’un poignée fait le bien, bien d’autres « cassent » tout. Il existe une solution qui pourrait aller dans le bon sens, mais personne n’ose le dire, cela serait trop mal vu et on pourrait pointer du doigt celui qui ose le dire, le remède serait : roulement de tambour….. de limiter la croissance par exemple en limitant les naissances. Qu’ai-je dit pour certains !!! J’aime bien faire des analogies et pour ce constat qui va faire dresser les cheveux à plus d’un (et d’une), je prends l’exemple d’un gros gâteau représentant la Terre : plus il y a de monde, moins les parts sont grosses et y’aura même plus rien pour les derniers, tant pis ! Reste encore le moyen de faire de belles photos… pour montrer aux générations suivantes qui ne les verront plus. Et oui, nous vivons le 6ème extinction ! Comme il est bien tard et que la France fête la musique et la victoire de sa « super » équipe de football ce soir, j’imagine que personne ne me lira mais c’est pas grave… je n’ai pas d’enfants et je n’en veux pas pour cette raison. Faut bien se mouiller dans la vie (et ouvrir sa gueule), surtout pour des causes justes. PS : Bien trouvé piejive pour ta détermination de ce papillon très commun actuellement dans les champs fleuris.
  13. Alexandre Renou

    IC 6357 Le Homard

    IC 6357 = NGC 6357 ??? Curieux tout cela puisque le catalogue IC s'arrête officiellement avec IC 5386, tout comme le NGC s'arrête à NGC 7840. Cela ne veut pas dire qu'il y a que 7840 et 5386 objets dans chacun puisque certains sont nommés A, B, C,... mais pas avec un nombre plus élevé que 7840 et 5386... Et mon logiciel de cartographie Guide 9.0 ne trouve (évidemment) rien à IC 6357, qui se nomme aussi Sh 2-11 par exemple. Mais cette belle nébuleuse (photographique parce que visuellement, c'est très décevant !) fort complexe que tu as bien imagé contient aussi l'amas Pismis 24 qui se montre bien discret sur ta photo, mais normal puisqu'il est pauvre et totalement englouti par la nébuleuse. Par contre en visu, c'est plutôt lui que l'on voit. (tiens la touche des émoticônes marchent cette fois ?!)
  14. Alexandre Renou

    IC 6357 Le Homard

    Merci pour cette belle image du Sud.... Mais une petite erreur s'est glissée, n'est-ce pas plutôt NGC 6357 plutôt que IC, non ? Avec le Homard et ses pinces, à proximité des pinces de l'insecte NGC 6302, tout cela dans le Scorpion, le coin est dangereux, mais cela n'empêche pas certain de s'y frotter avec succès. Bravo.
  15. Alexandre Renou

    Test de l’ADC en visu avec un dobson (ADC = Correcteur de dispersion atmosphérique)

    Bonjour, Un petit mot aussi pour webastro bien sûr... Me revoilà pour d’autres tests avec l’ADC sur le ciel profond avec un T 560. Ce matin, la nuit était particulièrement calme, ce qui m’a permis d’avoir des images de folies de Jupiter à 355 et 515x (voir mon commentaire au message de polo sur http://www.astrosurf.com/topic/118169-jupiter-le-18-avril-couleur-et-ir/?tab=comments#comment-1523709 ) Du coup, un peu plus tard, je vise une cible idéale : M 80, un amas globulaire brillant, particulièrement condensé, réputé pour ça d’ailleurs et en plus bas, à 20° maxi chez moi lors de son passage au méridien. Les grossissements étaient les mêmes, à savoir, 355 et 515x avec barlow Televue 2,5x, ADC et Nagler 16 ou 11 mm, à comparer avec la même configuration sans ADC (je n’ai pas utilisé de correcteur type Paracorr car c’est inutile avec la barlow et ce fort grossissement) : L’amas est très finement résolu sur toute sa périphérie, avec un centre brillant bien granuleux commençant à montrer ses étoiles. La résolution est meilleure avec l’ADC que sans. Cela se voit en particulier sur le centre et aussi sur l’étoile brillante SAO 184288 toute proche au NE qui est « étirée » sans l’ADC (couleur rouge-vert) alors qu’elle est bien ponctuelle avec l’ADC. De plus, je note que ce correcteur n’a pas d’incidence négative sur la magnitude limite des plus faibles étoiles, donc, il ne « bouffe » pas de lumière malgré ses prismes. Une fois de plus, on voit l’utilité de cet accessoire aussi en visu.