Jump to content

Npyu_System

Membre
  • Content Count

    30
  • Joined

  • Last visited

A propos

  • Résidence
    Sud Bourgogne
  • Matériel
    SW 130/900 EQ2 - ES 24mm 68°, Omegon 7-21mm super ploessl, ES 4,7mm 82° - Bresser Hunter 10x50

Recent Profile Visitors

79 profile views
  1. Salut tout le monde ! Après presque un mois et demi de purée de pois toutes les nuits, et aussi de quelques belles occasions ratées lors des rares nuits dégagées que nous avons eu dans le coin, j'ai ENFIN eu une occasion de ressortir le SW ! Je m'étais préparé un beau programme principalement fait d'amas globulaires dans le Cygne, Cassiopée, Persée et le Cocher. Et évidemment, faire une belle part à Mars presque à l'opposition. J'avais très hâte ! Le ciel était totalement dégagé, pas un nuage ! Réjouissance ! Mais vous allez voir, cette nuit m'a donné une belle leçon ! Vers 22h j'avais fini la mise en station, le SW était dehors depuis 21h pour la mise à température. J'ai commencé par Mars vers 22h15. Et j'ai déchanté une première fois : de très très fortes perturbations rendait l'observation de la belle rouge très médiocre. Elle ondulait très fortement et en permanence. Et non seulement cela, mais aussi sa couleur et ses détails de surface étaient très loins de mes souvenirs de l'observation de septembre. Elle affichait un jaune pâle / orange clair délavé assez moche, on parvenait à déceler la calotte polaire et une bande sombre dessous, mais "voir" est un bien grand mot. Je suis assez vite passé au premier objet de ma liste : M39 Mazette........ Autant je trouve cet amas ouvert très facilement aux jumelles et je le trouve assez beau (c'est d'ailleurs ce qui m'a amené à vouloir le pointer au 130), autant à trouver avec le SW ça s'est avéré une énorme galère. C'était très haut de le ciel, pas loin du zénith, donc ça me demandait une position très inconfortable pour viser au chercheur. Et j'avais énormément de mal à voir l'amas à l'oeil nu pour le viser au red dot. J'ai donc essayé ma technique de viser avec les jumelles à travers le red dot. Et autant cet été sur Uranus et Neptune et d'autres cibles ténues ça avait bien marché. Autant là.... impossible. Juste impossible de trouver le red dot dans le champs de mes jumelles. Je me contorsionnais dans tous les sens, j'ai du m'agenouiller au final pour apaiser mon dos. Erreur : humidité immédiate dans mes deux couches de futal... J'ai quand même fini par trouver l'amas dans le viseur. Et ma première réaction ça a été : "putain, tout ça pour ça ?" Au point que j'étais vraiment pas sûr de l'avoir trouvé ! J'ai vérifié plusieurs fois mais oui oui, c'était bien M39 dans le champs. J'ai donc découvert un amas plus beau aux jumelles qu'au télescope ! Aux jumelles, on voit une tache allongée de quelques étoiles, c'est assez beau. Au télescope, on voit quelques étoiles éparses qui font un grand triangle. C'est tout. Je me suis bien fait ch... pour rien haha. Et presque 50 minutes en tout !!! Là je vais vers mon calepin pour consigner tout ça, le stylo qui se met à plus marcher. C'était déjà galère pour noter des trucs sur l'observation de mars, j'avais du appuyer comme un malade pour que le stylo marche. Mais là c'était mort en fait, impossible de noter quelque chose de lisible... Au point que j'ai un peu pété un câble sur le calepin avec le stylo haha. Je l'ai donc gratifié de quelques jolis noms d'oiseaux signé d'une petite paraphe qui je crois transcrit bien mon état de frustration du moment : 😅 Et en plus, je commençais déjà à avoir froid bondiou ! Malgré mon assez bon équipement. Mais l'humidité dans les giboles ça a pas aidé probablement. Mais bon aller ! On va quand même pas se laisser abattre ! En avant vers la prochaine cible ! M52 au programme, dans Cassiopée. Et là... je vous jure j'ai éclaté de rire : Je tourne la tête équatoriale pour orienter vers la cible, le tube du SW qui bute contre un des montants du trépied... PILE au 2-3 degrés où il fallait pointer, impossible, le montant bloquait le tube. Roh cette galère de ouf de nuit de ses morts !!! hahahaha ! J'ai essayé de déséquilibrer le tube en l'avançant sur la monture pour qu'il ne touche plus le montant, c'est devenu une galère de ouf de le manipuler, le voilà qui se met à faire des grands mouvement tout seul avec l'occulaire 24mm ES dessus... roh bordel.... Je me suis vu tout foutre en l'air et laisser tout en plan dans le champs hahahaha. Et là... bah vous savez quoi ? Je suis allé viser vite fait le double amas de Persée, un petit coup M31 et quand j'ai vu qu'on la voyait à peine, que M110 et M32 étaient indécelables malgré le ciel dégagé... ça m'a achevé. J'ai tout rangé et je suis rentré !!! Alors que j'avais encore 8-9 cibles dans mon programme. J'en avais eu assez. Cette nuit m'avait botté les fesses. J'avais froid, rien ne s'était passé comme prévu, tout était galère et décevant. Et du coup, à 23h30, j'étais au chaud sous ma couette !!!! Donc voilà, moi qui cet été avait été si fier de trouver sans trop de peine des cibles aussi ténues que Neptune, Uranus, et d'autres. Je me suis bien fait remettre à ma place par cette première sortie d'hiver qui a juste été un cauchemar hahaha ! Donc voilà, les leçons apprises : Une bonne transparence du ciel ne garantit pas de bonnes observations Bien vérifier le seeing et les perturbations avant de sortir le télescope S'habiller plus chaudement et ne pas se rouler par terre dans l'herbe humide l'hiver Mieux repérer ses cibles et arrêter de penser que si c'est beau aux jumelles, ce sera beau au 130mm Emporter un stylo qui marche pour pas défoncer mon calepin Ne pas penser que ce sera facile. Parceque ça peut ne pas l'être et c'est très décourageant si on n'est pas préparé à galérer Donc en un mot comme en mille, j'ai appris à mes dépends que les sorties d'hiver, eh bien c'est pas de la tarte ! 😅 A suivre pour d'autres aventures de débutants ! Beaux cieux à vous tou.te.s
  2. Superbe CR merci ! Le ciel pur que tu décris et le 250 font vraiment très envie ! ça va me motiver pour mon projet de passer quelques nuits dans la Nièvre et/ou dans le Morvan cet automne. Lors de ces sorties tu campais sur place ? Ou bien tu faisais l'aller-retour ?
  3. Chouette ce CR ! Merci ! Et en effet, les sorties aux jumelles peuvent être très satisfaisante même en environnement pollué ! Le soir de la nouvelle lune, je travaillais tôt le lendemain donc malgré les bonnes conditions je n'ai pas sorti le tube. Juste un transat, mon petit atlas et mes 10x50. Quel plaisir. Je suis tombé par hasard sur M39 dans le Cygne et M52 entre Céphée et Cassiopée. Deux cibles très satisfaisantes aux jumelles. Et la seconde est au milieu d'un astérisme très caractéristique qui est plaisant rien qu'en lui-même. Et d'après la section de ciel que tu décris visible depuis ton balcon, il est possible que ce soit visible ! Beaux ciels à toutes et tous ! Ici ce sera couvert presque toute la semaine. Patience...
  4. Merci pour ce CROA ! Beau rebondissement suite à cet imprévu fâcheux ! J'ai récemment observé par hasard Callisto passant devant le disque de Jupiter. Je n'étais pas du tout sûr de ce que j'avais vu, et j'ai pu le vérifier grâce à ce site que j'ai trouvé beaucoup plus précis que Stellarium sur ce point précis des positions des satellites de Jupiter. https://skyandtelescope.org/wp-content/plugins/observing-tools/jupiter_moons/jupiter.html Clear skies !
  5. Merci beaucoup pour vos retours ! Content de lire que ça vous a parlé ! Alors merci beaucoup pour ça ! Je n'avais pas encore saisi la différence entre magnitude et magnitude surfacique. C'est très clair maintenant, merci encore. Et oui, ça fait rêver de voir cet objet dans de bonnes conditions et avec un matériel qui permet de révéler beaucoup de détails. Un jour peut-être ! En attendant, j'ai hâte de voir ton dessin et de lire ton CROA sur cet objet en particulier ! ça me donne d'ailleurs l'occasion de te dire que je m'étais régalé sur ton dernier CROA "Dévoreurs d'étoiles" Merci Starium ! Et merci aussi pour ton récent CROA jumelles qui m'a fait découvrir l'astérisme en dessous de Mirfak tout récemment. Avec les mêmes jumelles que toi d'ailleurs ! Ce "S" est vraiment saisissant ! J'y ai d'ailleurs aussi vu un signe infini, le huit couché. J'ai trouvé ça marrant que ce signe soit présent dans le ciel qui ne cesse justement de nous émerveiller de son infinité ! Merci pour ton retour ! Et oui, aucun doute que je reviendrai vous raconter mes aventures de débutants prochainement. Au plaisir de vous lire toutes et tous dans vos prochains CROA. Beaux ciels !
  6. Hello toutes et tous ! J'ai débuté l'astram cet été avec un SW 130/900 EQ2 et je me régale tellement en lisant les CROA ici, et j'y pêche plein d'idées d'objets à observer, alors je me suis dis que je pourrais apporter ma contribution également ! Je m'étais préparé une belle session pour le 11 septembre mais un bel inattendu m'attendait au tournant et je suis sortis en ville plutôt que de sortir le télescope comme prévu. Mais ce n'était que partie remise ! Car j'ai la chance d'avoir de bonnes conditions quasiment tous les soirs ici en ce moment. Et c'est donc hier que j'ai finalement fait cette session. Cette sortie était également la première sortie avec mes nouvelles jumelles, des Besser Hunter 10x50 achetée 40 balles grâce aux recommandations d'un topic sur les jumelles sur ce forum. Je les avais testé une première soirée avec juste un transat et mon atlas et c'était déjà chouette. Le matos : SW 130/900 EQ2 ES 24mm 68° Omegon 7-21mm Super Ploessl ES 4,7mm 82° Bresser Hunter 10x50 J'ai terminé la mise en station à 21h55 et j'avais un peu d'avance sur mon programme que j'avais fais commencer à 23h. Malgré la mise à température du tube en cours, je n'ai pas résisté à viser déjà quelques objets : ces débutants sont incorrigibles !!!! 😡😄 Cet été je n'avais pas eu l'occasion de pointer M22, j'ai donc commencé par cet amas globulaire dans le sagittaire qui apparemment est un des plus lumineux dans l'hémisphère nord et un grand classique. Il devait être à environ 15° à cette heure là. Et sans surprise, l'observation s'est avérée décevante. (Bah oui on te l'avait dit tête de mule ! 😁) L'amas était visible mais faible, je l'ai trouvé tout de même très facilement. Mais en plus, l'objet était dans le halo de pollution lumineuse de Mâcon et ça, plus sa faible hauteur au dessus de l'horizon, plus le tube en train de refroidir, pas top. Mais ça donne envie pour l'été prochain ! En revanche, en me baladant avec les jumelles autour de cette zone, je suis tombé sur un objet que je n'ai pas identifié, à droite de λ Sgr : un objet allongé avec de nombreuses étoiles visibles. Je l'ai pointé par curiosité au SW et c'était très beau au 24mm. J'ai essayé de regarder mon atlas avec ma lampe rouge, j'ai pas insisté donc pas identifié le soir même. J'ai croqué sommairement les étoiles dans le champs du 24mm pour pouvoir le retrouver le lendemain sur Stellarium. Et après vérification, il s'avère que c'était M8, la nébuleuse du lagon. Je ne pense pas avoir pu voir la nébuleuse elle-même dans ces conditions (PL + faible hauteur d'environ 12°) mais la foule d'étoiles visibles était déjà splendide ! ça donne aussi envie de viser ça l'été prochain dans de meilleures conditions ! Il était 22h20 et je n'avais pas cessé de m'activer depuis le transport du SW dans le champs en face de chez moi et la mise en station. Je me suis posé 5 minutes sur ma chaise de camping et j'ai erré gentiment dans le ciel avec les Bresser. Et puis le virus est vite revenu me piquer : Aller, on vise un p'tit coup Jupiter ! Il était 22h30, il n'y avait que deux satellites visibles, mais en regardant attentivement j'ai cru apercevoir l'ombre d'un satellite devant ! C'était nettement visible. J'avais déjà vu l’œil plus tôt cet été, mais ce que je voyais là était différent il me semblait, et décalé par rapport à la bande de l’œil. Je n'étais pas sûr sûr sur le coup, j'ai donc vérifié ce matin. Et en effet, Ganymède et Io était visibles, Europe en éclipse derrière et Callisto devant, PILE où j'avais eu l'impression de la voir : presque collée au bord, à 17h du disque dans mon oculaire inversé. Incroyable ! En attendant, malgré la faible hauteur sur horizon, Jupiter était splendide, deux bandes très nettement visibles et ces alternance de couleurs brunes, sables. Magnifique. La voisine du moment, Saturne a fait suite, logiquement. Cassini discernable, image bien nette, sans pour autant pouvoir apercevoir les bandes sur le disque planétaire cette fois. Mais ces anneaux, c'est toujours un plaisir, presque quelles que soient les conditions. Vers 22h45 j'ai refais une pause assis, par curiosité j'ai voulu voir si je pouvais distinguer M81 et M82 avec les Bresser. J'ai donc tourné ma chaise et j'ai cherché un peu. J'ai eu l'impression de distinguer une tache dans la zone où ces objets se trouveraient en théorie. Mais je n'y mettrais pas ma main à couper. Je n'ai pas pris la peine de pointer par là au SW. Peut-être une autre fois. Il a vite été 23h et je me suis mis à mon programme de la nuit ! En guise d'amuse-bouche j'avais décidé de commencer par M11 que je n'avais encore jamais vu. Eh bien une grosse claque ! Les canards sauvages, c'est vraiment super beau ! J'ai trouvé qu'il est plus "structuré" que d'autres amas : Il a des zones claires et sombres. Et des dizaines d'étoiles visibles en VP même à fort grossissement. J'ai scotché dessus pendant 15 minutes. Beau début ! Pour la suite, j'étais particulièrement excité à l'idée de cette session car j'avais mis au programme deux voisines que je n'avais encore pas essayer de pointer : Neptune et Uranus ! Je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre avec mon SW entrée de gamme mais j'étais vachement curieux de découvrir ça ! J'ai commencé par Neptune, simplement parce qu'elle était la plus proche de l'écu où je visais pour M11. J'avais eu l'intuition qu'elle allait être galère à trouver alors j'avais très attentivement repéré où elle était dans le Verseau. Et je m'étais fais un croquis. J'ai donc commencé à chercher à côté de φ Aquarii. Et j'ai trouvée facilement la planète aux jumelles. Mais ça aurait été impossible à reconnaître sans un repérage très fin avec les étoiles environnantes : à x10 aucune différence avec une étoile. J'ai galéré à la pointer avec certitude au TS. Mais après plusieurs vérifications, c'était sûr que je l'avais dans l'oculaire. Et même à fort grossissement avec ma bécane, je mentirais si je disais que j'ai vu la différence avec une étoile. Un point bleu, rien de plus. Je la re-viserai certainement prochainement malgré tout. Là il était 23h50. Et ensuite j'ai cherché un objet que j'ai trouvé sur les forums ou en errant dans stellarium je sais plus : La nébuleuse de l'hélice, NGC 7293 dans le verseau. Je me suis dis que je pourrais la voir car la magnitude apparente est annoncée à 7,6. Elle est énorme car proche de nous : 25' de diamètre apparent ! Presque aussi grosse que la lune ! Je l'ai d'abord cherchée au jumelles. J'ai trouvé facilement les étoiles repères, mais la nébuleuse indécelable. J'ai pointé au SW, cherché à droite à gauche, par-ci par-là... sans succès. Elle est restée TOTALEMENT invisible pour une raison que j'ignore, vraiment. Parce que par exemple, M57, beaucoup plus petite et de magnitude 8,8 est invisible aux jumelles mais très nettement visible au SW+24mm. Mon hypothèse c'est que c'était plein sud, dans le halo de PL de Mâcon, c'est peut-être pour ça. Et à 19° seulement au dessus de l'horizon. Peut-être trop basse aussi. à réessayer plus haut sur l'horizon l'été prochain et dans le cul de la Nièvre pour moins de PL ! hahaha Si certain.e.s d'entre vous ont déjà observé cet objet je serai curieux de vos retours. Et aussi de votre avis concernant le fait qu'on ne la voie pas comme le nez au milieu de la figure avec cette taille et cette magnitude annoncée. À 0h10, je suis passé à l'objet suivant sur ma liste : M2. Ce petit amas globulaire dans le Verseau s'est laissé trouver très facilement contrairement à l'hélice qui est restée cachée la coquine ! L'observation était sympa sans plus, avec mon 130, on voit un petit amas faible sans détails. À peine 2 ou 3 étoiles visibles en VP. Mais intéressant malgré tout ! Il était 0h30, c'était l'heure de trouver Uranus ! Bon et alors là.... mazette.... Le bélier.... !!!!! Est-ce que les astrams font de cette constellation un bizutage pour les débutants ? Si ce n'est pas le cas, je vous conseille de le faire si vous êtes vicieux.ses !!! Cette constellation est DIFFICILE !!! En fait... Ya pas d'étoiles dans le bélier !!! On nous ment !!! hahaha. J'avais fait mon petit repérage très précis avec trois étoiles : 29, 31 et 38 Arietis. LA BONNE BLAGUE !!! Va trouver ça avec tes jumelles dans un océan de noir sans repères hahahaha ! Rohlala je me suis trouvé bête !!! Bon... mais j'ai été opiniâtre, méthodique. J'ai ressortis mon atlas. J'ai regardé les autres constellations autour et j'ai vite vu que la baleine allait être MA POTE dans cette histoire ! Ok, d'accord... Mais... elle est où la baleine ? Et merde... c'est pourtant gros une baleine FAIT UN EFFORT hahaha. Aller, là encore, de la méthode : je suis les étoiles depuis le taureau et je trouve la tête (???) de la baleine : Je trouve α Cet / Menkar facilement. Je remonte et j'identifie λ, μ et ζ Cet. Je baisse les jumelles, et je les vois maintenant à l'oeil nu. Bien. Maintenant, va falloir remonter dans l'océan noir du Bélier depuis μ Cet. Ok... Et oui !!! Les voilà 29, 31 et 38 Arietis ! Et en effet, à droite de 29 Arietis un petit point “errant” est visible ! Aller maintenant, plus qu'à pointer au SW. Pas si facile, mais j'ai trouvé un moyen de voir le point rouge de mon chercheur à travers mes jumelles pour pointer. Pas hyper pratique, mais faisable ! Bon alors alors ? Eh bien !!!!!! Nom de zeus ! Au 4,7mm, un disque bleuâtre est clairement visible ! AUCUN DOUTE possible. Le disque est minuscule, mais aucun doute. Pour évacuer totalement le doute (ah bah il y avait un doute alors finalement, avoue... haha oui oui, j'avoue), j'ai pointé 29 Arietis à côté à grossissement max pour voir la différence. Aucun doute ! Je suis revenu sur Uranus et wow... Je sais pas comment dire, c'était pas impressionnant visuellement mais j'ai quand même pris ma claque, j'ai scotché presque 30 minutes dessus haha ! Et je suis sûr de sûr que je la repointerai. Pouah... je sais pas pourquoi ça m'a vachement ému. Autant que la première fois que j'ai vu Saturne et Jupiter. Un étonnement émerveillé et ému fait de la même matière : vous savez, ce « putain mais ça existe EN VRAI !» qui vous hurle dans le cerveau toute l'immensité des distances et toute la splendeur de ces objets. Quelle claque... Et quelle chance de voir ça ! Rien que pour ça je regretterai jamais mon craquage récent sur le 4,7 ES 82°. (Oui j'ai vraiment craqué, c'était pas très raisonnable niveau budget). Mais c'est bon, dans ma tête, il est rentabilisé largement. Par Uranus encore plus que pour le plus fort grossissement sur Jupiter, Saturne et les autres. Uranus quoi !!!!! Je m'en REMETS PAS !!! Bon, j'ai soudain réalisé qu'il était 1h20 et que la suite de mon programme m'attendait ! J'ai quitté à regret la belle verte en lui disant un vibrant « à bientôt ». Pour enchaîner ça, je m'étais mis un petit challenge et aussi une sorte de test pour voir les limites de mon instrument. Je m'étais mis en tête de trouver NGC 772 ou la galaxie de la crosse de fougère dans le Bélier. (Crosse de fougère, c'est un délire de Stellarium apparemment, parce que personne d'autre n'a l'air de l'appeler comme ça haha. Mais j'ai trouvé ça joli). Eh bien j'ai fais choux blanc de cette fougère ! haha ! Magnitude 11, de façon surprenante c'est totalement invisible au 130mm hahaha. "SANS DECONNER ?" me direz-vous, et vous aurez raison de vous foutre de moi ! Mais je voulais en faire l'expérience. Car je ne connais pas encore précisément la magnitude limite de mon instrument. Donc je continuerai à viser des objets très ténus de temps en temps pour voir. J'ai ensuite pointé M33 ou la galaxie du Triangle. Trouvée facilement. Gros objet assez peu lumineux mais très visible. Et les galaxies, ça me touche beaucoup. Je sais pas pourquoi. Et là, à cette heure là, une autre blague imprévue est survenue. C'était déjà un peu présent lors de la recherche de l'objet précédent mais en cherchant M33 c'est devenu carrément insensé : DE LA BUÉE SUR MES JUMELLES. Je suis un idiot, je n'avais pas du tout pensé à ce phénomène. Mais évidemment : elles sont posées pendant de long moments, se mettent à température ambiante, il devait faire 15 ou 16°C. Et quand je les prends avec mes grosses paluches, même avec mes mitaines qui isolent un peu, et encore pire en collant ses yeux aux oculaires : ça fait littéralement un SAUNA à l'intérieur en quelques secondes. Au point que graduellement on voit les objets faiblement lumineux DISPARAITRE et les lumineux se parer d'un magnifique halo blanc dégueulasse hahaha. Donc faut viser comme un ninja, parce que ça devient un jeu : tu prends les jumelles et t'as littéralement 5 secondes pour trouver ce que tu veux avant que 15 peaux de sauss se foutent devant tes yeux hahaha. Je me suis demandé si ce modèle un peu cheap utilisait des matériaux qui favorisent la buée. Mais bon... à 40 balles les 10x50 je vais pas me plaindre ! J'en suis très content. Mais bon, j'ai jamais été grand fan de sauna... Et c'est confirmé ! Pour la suite, j'avais prévu de pointer NGC 1023, la galaxie lenticulaire de Persée. Toujours dans l'optique de trouver la magnitude limite de mon SW. Mais fort de mes mésaventures sur NGC 772 je me suis dis que j'allais galérer pour ne pas trouver ce nouvel objet de magnitude 9,5... Donc j'ai très courageusement abandonné sans même essayer haha ! Mais aussi, surtout parcequ'il était 1h45 et que le Taureau s'était levé franchement ! Et ça fait des semaines que j'étais impatient de viser la nébuleuse du crabe pour la première fois ! Eh bien Trouvé ! Après m'être gouré d'étoile et avoir cherché dans le vent 10 bonnes minutes quand même haha ! J'ai pris Hassaleh pour Elnath et Elnath pour Tianguan, mélangeant allègrement le cocher avec le taureau (je sais pas ce que ça donne mais ça fait pas envie haha). Mais une fois que j'ai eu réalisé mon erreur j'ai trouvé M1 très rapidement. Je ne m'attendais pas à la photo Hubble mais je m'attendais à ce que cet objet soit plus lumineux quand même. Mais c'était saisissant quand même ! Faiblement lumineux, mais forme allongée clairement visible. Et puis si on fait l'exercice de se dire que c'est une étoile qui a explosé il y mille ans, ça retourne le cerveau quand même de le VOIR ! Et de le voir, même à seulement 12° au dessus de l'horizon, dans le halo de PL d'une petite ville non loin ! Après ça, il était 2h et je suis partis en mode « c'est la récré ». J'ai pointé des objets connus faciles à pointer qui me plaisent beaucoup. Les Pléiades, Aldébaran et les Hyades, le double amas de Persée que je trouve toujours aussi saisissant et magnifique ! Je sais pas pourquoi. Je pense qu'on a tous et toutes nos chouchous là-haut. Moi c'est le double amas et M31, que je suis allé revoir longuement avec M110 et M32 nettement visibles. Je suis allé ensuite faire un coucou à Mars. Et je ne m'attendais pas à une telle claque après avoir pointé la rouge déjà à plusieurs reprises. En fait, je ne l'avais jamais vue aussi nette ! La calotte polaire était très nettement visible, ainsi qu'une sorte de bande sombre bleuâtre entre la calotte et l'équateur. J'en ai presque douté de voir ça, j'ai vérifié à plusieurs reprises. Mais aucun doute. Et j'ai regardé des images de mars ce matin et en effet, je pense que ce que j'ai vu correspond aux « mers » (?) plus sombres qui sont sous la calotte polaire. J'ai halluciné. Là encore le 4,7mm a brillé fort ! Je suis allé ensuite revoir M57, quel plaisir à chaque fois. Même avec un 130mm. Je suis retourné voir également M27 avec grand plaisir puis Albiréo, cette étoile double est vraiment saisissante avec ses deux couleurs bleue et rouge si nettement visibles. Et par curiosité comme je me baladais dans ce quartier aussi dans mon atlas, je suis allé voir M71 dans la flèche. Petit amas assez faible mais très nettement visible. Et avec tout ça, il s'était fait 3h10 ! Là je relève la tête de l'oculaire, je me retourne en faisant un grand regard circulaire sur la voûte céleste. Et là !!!! Orion s'était levée !!! Comme tous les débutants j'imagine, j'attendais l'occasion de la pointer au télescope depuis que j'ai mon SW ! Ignorant toutes les recommandations de hauteur au dessus de l'horizon encore une fois, j'ai orienté la bête vers le guerrier ! J'ai commencé par viser Alnitak sans grand espoir de voir les nébuleuses de la flamme et de la tête de cheval. Je pense qu'avec un 130mm c'est impossible. D'autant moins sans filtres spécifiques. Et d'autant moins au CARRÉ quand elles sont à 10° au dessus de l'horizon et dans le halo de PL haha ! Sans surprise, je n'ai vu que des étoiles, aucune trace de nébuleuse. Mais cette petite déception a eu son effet : parce que quand j'ai pointé l'épée, je ne me suis pas méfié et je n'attendais pas grand chose.... Hahahaha ! Vous qui connaissez vous savez ! Je vous vois déjà sourire derrière votre écran à l'idée de ce qu'un bleu comme moi peut avoir pris dans la tronche en visant pour la première fois M42 sans s'attendre à grand chose ! Qu'est ce que c'est que ce truc ?????? WHAT THE FUCK hahaha ! Je ne m'y attendais tellement pas ! Une nébuleuse bleue qui FLASHE de OUF, hyper lumineuse avec une dizaine d'étoiles autour dans l'épée. C'est fou comme à l’œil nu on ne voit rien de particulier, on croit voir juste trois étoiles quoi. Et au 24mm !!!! WTF ??? Cette claque a été d'autant plus forte que je ne m'y attendais pas du tout ! J'avais souvent entendu ou lu que la grande nébuleuse d'Orion était un classique qui ravissait les débutants. Mais je n'étais jamais allé voir d'images. Et comme je ne l'avais pas prévue dans mon programme d'hier nuit, je ne l'avais pas repérée, et je n'étais rien allé voir à son sujet. Quelle surprise ! Le mot est faible... C'était à couper le souffle ! Et là encore, le plaisir d'avoir la chance de posséder cet oculaire 24mm 68°. Parce grâce à lui, les trois étoiles de l'épée sont dans le champs et toutes les étoiles autour, donnant à la nébuleuse au centre encore plus de splendeur ! Quelle claque !!! Et elle n'était qu'à 6 ou 8° au dessus de l'horizon !!! dans le halo de PL !!! Je n'ose pas imaginer ce que je verrai cet hiver quand elle sera haute dans le ciel. Ni ce qu'on y voit avec un 300 ou un 400 dans de bonnes conditions ! J'ai scotché dessus plus de 20 minutes ! J'ai après coup découvert que la nébuleuse est également très nettement visible aux jumelles x10 (l'effet sauna ajoutant son lot d'aura magique hahaha). Une nouvelle super idée d'observation très facile et ma-gni-fique... Et là, il était 3h45, c'était l'heure de ranger. La mère Michèle était sans doute déjà levée et allait débarquer avec son croissant, et il était temps d'aller dormir. Mais ce ne sont ni la fatigue, ni le froid qui m'ont fait arrêter. Juste une décision de ne pas accumuler trop de fatigue pour la semaine. Pour le froid d'ailleurs, je m'étais très bien équipé en suivant les super recommandations de Christophe de la « chaine astro ». Dans cette vidéo https://youtu.be/Sbt6nC_GEdE (pour ceux et celles qui ne connaissent pas). Ça peut sembler basique mais ça m'a donné de bonnes idées. Et c'est toujours un plaisir de parcourir les vidéos de sa chaîne. Ce sont notamment les mitaines que je me suis trouvé suite à cette vidéo. Et c'est vraiment confortable ! Ça en plus d'une grosse veste, chaussures de rando, capuche. Ça n'a pas été de trop à 17-15°C. Et j'ai encore quelques couches de rab pour cet hiver ! Et donc en rangeant le matos, une dernière surprise m'attendait : Pour rentrer dans ma maison, il y a une sorte de perron qui monte dans ma véranda. Je rentre le matos, je me retourne pour fermer la porte. Et là, la lune me saute dessus ! Haha ! Son fin croissant jaune posé sur la colline en face. Je n'ai pas résisté à ressortir les jumelles pour l'observer (5 secondes avant l'effet sauna). Et la claque : le tout petit croissant, les cratères en lumière rasante et la réflexion de la lumière terrestre sur la partie ombrée c'était OUF de OUF ! On voyait comme le nez au milieu de la figure que c'est une sphère éclairée quoi. Je ne l'avais jamais vue comme ça ! c'était super beau pour finir ! Oulalala ! Je suis vraiment mordu mordu haha ! Et je n'ai qu'une idée en tête, c'est de ressortir bientôt !!!! Et j'ai de la chance : on annonce de belles conditions ici pour la nouvelle lune. Alors à suivre ! Pour mes highlights de la soirée : M11, amas du canard sauvage Uranus !!!!!! M42, grande nébuleuse d'Orion !!!!!!! Et le levé du croissant de lune ! De beaux cieux dégagés à vous toutes et tous ! Et au plaisir de lire vos CROA ici ! Merci encore à ceux et celles qui partagent leurs expériences ! Je pense que je posterai à la suite de ce post d'autres CROA à l'occasion.
  7. Salut ! Je débute également depuis 2 mois avec le même modèle de télescope ! (SW 130/900 EQ2) et le ES 24mm 68° est le premier oculaire que je me suis offert. Je me sentais vraiment à l'étroit avec le 25mm 50° fourni avec le télescope sur les amas ouverts et les "grands" objets du CP. Et la différence est énorme. Le confort d'utilisation du ES 24mm est vraiment agréable et le "grand" champs offert permet non seulement de mieux voir les objets du CP mais aussi de trouver plus facilement les objets visés avec le chercheur. En revanche, un 14 et un multiplicateur ne seraient pas mon premier choix pour continuer d'étoffer ma gamme. Mon prochain achat sera probablement le 8,8mm 82°. Avec mon utilisation, je n'ai pas l'impression pour l'instant d'avoir besoin d'intermédiaires entre le 24 et le 10. Je pense qu'avec le 24mm 68° et le 8,8mm 82° j'aurai bien assez dans un premier temps. J'attendrai ensuite un long moment de pratique sur le terrain avant de décider de la suite. Mais il y a de fortes chance qu'après cela, mon prochain achat soit simplement un autre télescope, probablement un Dobson 300, dans quelques années. Aussi, sur ce modèle "entrée de gamme" je déconseillerais de suivre les avis répandu en ligne concernant le grossissement utile max. Étant donné la qualité entrée de gamme du primaire, je pense qu'il faut se limiter à g=D, c'est à dire x130. Et ne pas descendre en dessous de 7mm pour un oculaire. Dans cette optique, je ne suis donc pas sûr que le multiplicateur de focale x3 soit une très bonne idée. Tu vas juste agrandir du flou passé un certain stade. Je précise que j'observe tout autant en planétaire qu'en CP, amas globulaires, nébuleuses planétaires, galaxies et amas ouverts. Malgré cette diversité des objets visés, je sais déjà que j'aurai assez avec le 24 et le 8,8. Et je garde mes sous pour le futur Dob. D'autres avis plus expérimentés vont très probablement suivre.
  8. Pour info, j'ai démonté le primaire pour voir. Et j'en ai profité pour repérer le centre du miroir avec un œillet. A cette occasion, j'ai pu constater qu'une des cales plastique des vis tirantes est décalé par rapport à l'orifice. Le résultat est que la vis se retrouve en biais avec une forte résistance au serrage et une utilité réduite (voire nulle) pour le réglage de collimation du primaire. Impossible de le vérifier de façon certaine mais il y a de fortes chances que ce défaut soit à l'origine de mon problème et occasionne le réglage extrême des deux autres vis de réglage du primaire. Malheureusement, ayant laissé passer du temps avant ma première collimation (comme c'est très largement conseillé de le faire partout) et ayant mis du temps à comprendre finement ce réglage (étant débutant et apprenant tout seul chez moi), je n'ai pas pu repérer ce défaut à temps pour faire valoir le droit de rétractation. Et apparemment ni astroshop, ni SW n'offrent de garantie matériel. Je dois donc m'assoir sur ce défaut en espérant que cela n'occasionne pas une durée de vie réduite de mon matériel. Par chance, malgré ce défaut la collimation reste possible et l'instrument est utilisable. Suite à mon expérience, je donnerais deux conseils aux débutants : N'attendez pas trop avant de collimater, car si votre tube a un défaut, vous serez bien contents de le voir à temps pour pouvoir le renvoyer et bénéficier d'un échange standard ou d'un remboursement. Oubliez les collimateurs laser Omegon. Sauf pour utiliser en réunion powerpoint ou pour jouer avec vos chats et vos chiens. Je vous joins aussi une image pour bien identifier la cale dont je parle. Je me dis que ça pourrait être utile pour d'autres utilisateur de 130/900 SW : en cas de problème, vérifier le bon alignement de ces cales avec les orifices des vis.
  9. Tout ça est beaucoup plus clair maintenant. Merci beaucoup ! Et c'est très encourageant parceque si je te comprends bien, en mettant le tube à la verticale et en intervenant sur les vis, il serait en théorie possible de rétablir le contact entre toutes les tirantes et le barillet ? J'ai maintenant très peur de faire encore des erreurs donc je veux être sûr de bien comprendre la manip : Si on voulait rétablir une position "normale" des 6 vis de réglages pour s'assurer du bon contact des 6 vis avec barillet et dos, comment pourrait-on s'y prendre ? A te lire, j'aurais envie de mettre le tube vertical, de dévisser les poussantes pour rétablir le contact du barillet avec toutes les tirantes, revisser celles-ci quelque peu pour ensuite revisser doucement les poussantes ? Ou bien je réfléchis à l'envers ? et c'est le contraire qu'il faut faire ?
  10. Eh bien écoute, je pense que tu viens de mettre le doigt sur ce qui s'est passé. Et la raison qui fait que j'en suis là aujourd'hui. Merci beaucoup pour cette explication. Je pense que c'est exactement ce qui s'est passé : suivant des tutos en ligne (y compris un parlant de ce modèle précis), j'ai mis le tube à l'horizontale, dévissé les "vis de calage" qui étaient en réalité des poussantes. Il en résulte que la vis tirante en haut du tube quand il est à l'horizontale a du se désolidariser du dos en effet... Aucun des tutos que j'ai regardé avant de faire ma première collimation ne parle de ce système de tirantes poussantes et du risque de dévisser les poussantes. Et parlent tous de vis de réglages vs. vis de calage à desserrer. Et je viens de vérifier, le instruction manual de mon télescope lui-même ne mentionne pas cela non plus. Donc eh bien je suis d'une part très content d'enfin comprendre ce qui se passe à l'intérieur de mon barillet. Mais maintenant une question évidemment va suivre : Maintenant qu'une vis s'est désolidarisée, y a-t-il un moyen pour réparer ce problème ? à ta connaissance ? Peut-on intervenir sur ce problème en démontant le miroir primaire ? Merci encore pour ton temps.
  11. Merci beaucoup Sixela pour ta réponse et tes explications. Ce que je retiens, c'est que à court terme, je devrai me retrousser les manches et démonter le primaire pour installer un œillet. Je vais mettre ça dans un coin de ma tête et me préparer psychologiquement 😅 Ensuite, que je dois trouver un moyen de rentre l'intérieur de mon cache troué réfléchissant ou au moins blanc. Qu'il faut que j'arrête de trop me prendre la tête sur le réglage du secondaire. Et que dans l'état, la collimation semble être raisonnablement bonne. Surtout pris en compte le modèle et le f/D "permissif". ça me rassure un peu, même si ça n'enlève pas le problème du primaire en réglage contraint, ni cette vis de réglage "morte"... Enfin, je me permets de revenir sur quelque chose que tu as dis plus haut et que je ne suis pas sûr d'avoir bien saisi. Dans tous les tutos que j'ai vu, il est recommandé de dévisser franchement toutes les vis de calage, de procéder au réglage du primaire avec les vis de réglage puis de resserrer les vis de calage. Or, si je te comprends bien, pour mon modèle, il ne faudrait pas procéder ainsi ? Mais desserrer un peu la calage, visser un peu la réglage qui lui correspond, et ainsi de suite par petits pas ? Ce sans jamais desserrer les vis de calage totalement ? Si c'était le cas, depuis le début je n'ai pas du tout procédé de cette façon. Est-ce que cela peut avoir un impact sur le réglage ? Merci encore dans tous les cas.
  12. Bon. Déjà merci à tous pour votre aide. Après les réponses de Sixela, je viens de passer 45 minutes à essayer de corriger ce que je croyais comprendre du défaut d'orientation du secondaire. Voici les résultats en image à la fin du post... Cette fois en sortant le PO à fond pour que en effet le reflet du primaire occupe tout le secondaire. J'ai eu énormément de mal à contrôler l'axe de rotation du secondaire (sur son axe). J'ai commencé à régler ça, mais ensuite, chaque quart de tour de desserrage des trois vis de réglage de l'inclinaison risquait de libérer l'axe de rotation et d'induire une rotation involontaire pendant le réglage d'inclinaison. Franchement, c'est à se rendre fou en fait. J'ai cru comprendre que théoriquement en desserrant très très légèrement une des trois vis et en resserrant les deux autres, le réglage de rotation ne devrait pas avoir de jeu et devrait ne pas pouvoir bouger. Ce n'est pas du tout mon expérience. Et j'ai du revérifier à chaque poil de réglage des trois vis si le réglage de rotation n'avait pas bougé. Si bien que franchement... je n'en sais rien, si le réglage de rotation est resté comme je l'avais réglé. En fait je n'ai aucun moyen de voir ni de le contrôler. Même le jugement de par la forme du miroir est hautement sujet à erreur je trouve. Ensuite, durant les moments où l'axe de rotation du secondaire était relâché pour le réglage, j'ai pu observer qu'il se balade aussi allègrement à droite / gauche et haut / bas (quand on regarde depuis l'avant du tube en direction du primaire) et ça ne rend en effet PAS DU TOUT serein sur le fait que le miroir soit bel et bien à 45° puisqu'il y a l'air d'avoir énormément de jeu sur cet axe lorsque le miroir est desserré sur son axe. Aussi, aucun moyen de régler ces positions, haut bas (angle d'inclinaison +- 45°) ni droite gauche (axe Y sur les photos). Puisqu'en resserrant la vis centrale, il se cale dans une position sur laquelle on n'a aucun contrôle. On décèle d'ailleurs que sur les images que le miroir est très légèrement plus près du bord bas que du bord haut. Aucun moyen de régler cela sur ce modèle. Enfin, après toute cette nouvelle session de réglage du secondaire, le "plus drôle" est que le primaire n'a pas eu à être re-réglé. l'araignée paraissait centrée. Et la pupille de sortie du cache troué à peu près au centre à un rien près. Ce qui laisse le primaire dans le réglage extrême dont il est question depuis le début de ce thread. Enfin, pour ce qui concerne l’œillet au centre du primaire, ce modèle n'en dispose pas. J'ai vu des méthodes pour démonter nettoyer et coller sur le primaire un tel œillet central, et je dois avouer que je ne me sens pas de m'attaquer à un tel démontage et à une telle manip, voyant déjà comment je suis complètement incapable de centrer / régler / contrôler le miroir secondaire. Et concernant la pupille de sortie du cache troué, il sera par définition toujours invisible sur les images, car le trou étant petit, je dois coller mon téléphone dessus pour prendre la photo, et donc le téléphone obture la pupille, la rendant noire et son reflet invisible. Du coup je l'ai matérialisé avec un dot vert sur PS.
  13. Oui bonne idée. Voici une image prise à travers le cache troué de la dernière collimation que j'ai fait. Celle-ci a été faite à l’œil, uniquement avec l’œilleton. Le laser de collimation est dans les choux quand je vérifie le réglage avec. Mais je pense qu'avec le PO bancal et un laser omégon, le laser ne sert en réalité à rien du tout. Je préfère me fier au bon vieux réglage visuel avec le cache troué. Ensuite, deux images du cul du tube. Où (je trouve) rien ne laisse penser que quelque chose est bancal. Le tube n'est pas cabossé ni rayé, aucun défaut extérieur visible. Je vais essayer de me faire un cache coloré pour mieux pouvoir voir et juger du positionnement du miroir secondaire. Je ne me souviens plus où j'avais vu sur le forum un tuto pour faire un cache pareil. Mais je vais retrouver et revenir avec quelques images de ça. EDIT : j'ajoute une image du centrage du miroir secondaire avec un papier blanc cachant le reflet du primaire. Toujours à travers le cache troué.
  14. Oui, j'ai de plus en plus tendance à le penser. Le simple fait qu'une des vis de réglage du primaire tourne sans aucun effet sur la collimation est déjà sacrément inquiétant. Toute erreur de ma part (possible) mise à part. Comment exactement examiner toutes ces possibilités ? Je pense en effet de plus en plus à démonter le miroir primaire, en profiter pour le nettoyer suivant les tuto que l'on trouve en ligne et le remonter. Mais j'avoue ne pas être à l'aise avec cette prise de risque. Et oui, je vais persister. Merci pour ta réponse.
  15. Oui je commence vraiment à me dire que je dois montrer ça à un expert ou à un amateur averti. J'en suis à espérer que je n'ai strictement rien compris et que je fais tout de travers. Cette explication laisserait des qualités exploitables à ce matériel. Mais je viens de me rendre compte avec effroi d'un détail qui fait assez mal : en variant le réglage de mise au point au PO, le centrage du laser sur le primaire se balade allègrement de plusieurs centimètres... La crémaillère en plastique et le PO en carton de ce modèle rend en fait probablement impossible l'utilisation d'un laser de collimation : le PO est juste un pantin de chiffon balloté à droite à gauche par le réglage de MAP... Je me dis que peut-être la position stable et à peu près correcte serait quand le PO est réglé en butée basse contre son appui ? Je vais réessayer de faire les réglages des deux miroirs dans cette position. A suivre. En tous cas, tout ça ne prêche PAS DU TOUT en faveur de ce modèle de SW.... Dans tous les cas, merci Flow pour tes encouragements. Je vais m'accrocher.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.