Astrosteph

Membre
  • Content Count

    2,500
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Astrosteph

  1. L'astigmatisme est un défaut de l'oeil comme décrit sur ce site (avec un petit test en prime...) http://www.acuvue.com.fr/products/25.0tori...astigmatism.htm Les astigmates ont de réels problèmes pour observer les planètes géantes et leurs bandes à cause d'un fait tellement évident qu'on oublie d'en parler: Les verres des astigmates corrigent correctement sur un axe précis, au contraire des verres pour myopes ou hypermétropes! Donc le verre est orienté correctement lorsque la tête de la personne est droite, soit toujours dans la vie courante. Mais lors de la vision à l'oculaire l'image se présnte sous un angle variable... et l'objet aussi. Donc les verres ne corrigent plus correctement. C'est pourquoi il faut demander à l'observateur astigmate d'ôter ses lunettes, de les placer devant l'oculaire et de faire pivoter les lunettes jusqu'à obtention d'une image enfin nette! Ca y est, les anneaux de saturne apparaissent enfin et les bandes de jupiter sont bien tranchées! L'observateur astigmate assidu peut demander à son opticien favori de tailler un verre (choisir l'oeil gauche ou droit) en cercle sur environ 5 cm de diamètre avec le centre du verre au centre de la découpe. Il suffit de placer le verre devant un bon oculaire ayant un relief d'oeil important et de faire tourner le verre jusqu'à obtention d'une image nette. Encore un bon plan de Webastro
  2. Astrosteph

    Pas toujours parfait...

    Une lune pas trop terrible au foyer de la VAF200. 1/30s à 100 ASA sous une turbulence incroyable, jamais vu ça. La qualité s'en ressent et j'ai déjà fait beaucoup mieux. En observant Jupiter (toujourss excessivement turbulent), j'ai remarqué une auréole tout autour de la planète, qui n'est pas due à un problème optique... quelqu'un a déjà vu ce phénomène?
  3. Tiré de cet excellent site: http://www.spacenews.be/planetarium/meteor...ites_class.html Les Météorites : Classification Chaque discipline scientifique suppose un système de classement. Dès les premiers travaux, des difficultés sont apparues et plusieurs systèmes ont été successivement proposés, s'appuyant sur la composition chimique ou minéralogique de la structure interne de l'objet. On adopte une division en trois catégories : les météorites pierreuses, ou aérolithes ; les météorites métalliques ou sidérites ; les météorites mixtes, ou sidérolithes. A partir de 1950 l'usage du spectromètre de masse permet de revoir ce classement et de l'affiner. Dans le groupe des chondrites, Urey et Craig (1953) insèrent les groupes L et H (L= "low iron", signifiant "faible teneur en fer" H = "high iron", signifiant "forte teneur en fer"). En 1964, Keil et Fredriksson proposent le groupe LL ("low iron, low metal" signifiant "faible teneur, à la fois en fer natif et en fer métallique"). En 1967, van Schmus et Wrod, se basant sur le degré d'homogénéité de la cristallisation, introduisent six types pétrologiques : du type 1 à chondres isolés au type 6 à chondres peu différenciables. En 1974, van Schmus et Hayes révisent les chondrites carbonées. Pourcentage des chutes Le tableau ci-dessous comporte les pourcentages des divers types de météorites. Les deux premières colonnes sont déduites par le calcul des trouvailles faites dans l'Antarctique. Il faut ici pondérer les résultats bruts car on a accès au nombre d'échantillons, mais pas au nombre de chutes. La dernière colonne est fonction des chutes et trouvailles répertoriées dans le "Catalogue of Meteorites" de Graham et ce sont celles de nos collections, à l'exception de celles trouvées dans l'Antarctique. Type Calculé à partir des météorites récupérées en Antarctique (A) et du Catalogue de Graham (G ____________________% en masse_% en nombre(A) _ % en nombre Chondrites_________________75,07__________85,37_________64,30 Achondrites_________________9,41___________7,62__________5,00 Météorites mixtes____________4,15 ___________0,97_________3,00 Météorites métalliques_______11,37____________6,05________27,70 Les aérolithes Ce sont les plus nombreuses, surtout constituées de silicates, parfois de roches carbonées plus quelques traces de fer. On les divise en deux grands groupes : les chondrites (93%) et les achondrites (7%), selon qu'elles contiennent ou non ces fameuses petites boules sphériques que l'on appelle chondres et que l'on ne connaît que dans les météorites. Les chondrites Elles sont classées selon leur composition minéralogique et caractérisées par les chondres baptisés par l'Allemand Gustav Rose en 1864, bien que connus dès 1802 par E. Howard, de Londres. Plus de dix théories ont été avancées pour les expliquer. Formées de silicates, leur structure interne varie et elles sont appelées monosomatiques si elles sont formées d'un seul cristal, polysomatiques autrement. Leur quantité par rapport à la masse totale va de "très peu" à "beaucoup", suivant la quantité de matrice intercalaire. Chondrites à enstatite Elles sont divisées en deux sous-groupes, 1 et 11, suivant leur teneur en fer, inférieure à 12 % pour le premier, le second pouvant atteindre 35 %. Elles sont constituées en grande partie de pyroxène et on y trouve également du quartz, de la tridymite. Elles ont été métamorphosées à des températures supérieures à 650° C et sont notées E dans les collections. Chondrites ordinaires Elles représentent 80% des chondrites au sens large, contenant de l'olivine, de la bronzite du plagioclase et d'autres minéraux à base de fer. On les divise en deux sous-groupes, H et L. Amphoterites Elles contiennent environ 35% d'olivine et n'ont qu'une faible teneur en métal libre, toujours inférieure à 7%. On les répertorie sous le sigle LL. Chondrites carbonées Ce sont les météorites les plus primitives de toutes, très voisines de la nébuleuse pré-solaire. Elles contiennent en général 40% de plagioclase, mais aussi du carbone, parfois sous forme organique. Par contre elles ne contiennent que très peu, ou pas du tout, de fer. C'est un groupe assez hétérogène qui est divisé en quatre sous-groupes - CI type chondrite d'Ivona, - CM, type chondrite de Mighéï, - CO, type chondrite d'Ornans, - CV, type chondrite de Vigarano, noms des chutes servant de référence. Les achondrites Elles ont été nommées par Brezina, de Vienne (1895). Ces pierres pauvres en métal se classent en fonction de leur teneur en carbonate de calcium, qui va de 0 à 25%. Leur texture et leur composition minéralogique laissent penser qu'elles se sont formées à partir d'un magma analogue à celui qui conduit aux roches ignées terrestres, hypothèse très acceptable pour celles qui ont une structure grenue ou des cristaux de plagioclase et de pyroxène orientés. On y trouve les météorites supposées lunaires et martiennes (S.N.C.). On distingue deux grandes catégories : Achondrites riches en calcium avec plus de 5% de CaO, réparties comme suit : groupe des angrites, noté "ANG", groupe des eucrites, noté "EUC", groupe des howardites, noté "HOW". Achondrites pauvres en calcium avec moins de 3% de CaO, réparties en : groupe des diogénites, noté "DIO", groupe des urélites, noté "URE", groupe des aubrites, noté "AUB". Les sidérites Elles représentent 27% des diverses localités conservées dans les collections, mais seulement 6% des chutes réelles si l'on se réfère aux données comptabilisées dans l'Antarctique. Cela vient du fait qu'elles se conservent mieux et plus longtemps que les autres météorites, et aussi parce qu'elles se repèrent plus facilement que les autres. C'est parmi elles que l'on trouve les plus grosses météorites. La plus importante est restée en place à Hoba, en Namibie . Elle fut découverte en 1920 et son poids est estimé à 70 tonnes. Le musée de New-York possède la seconde, en poids, qui provient de Cap York (Groënland) d'où elle fut rapportée par bateau à la fin du siècle dernier ; elle pèse 59 tonnes. On connaît d'autres spécimens restés en place : dans le désert de Gobi, la météorite de Shingo pèse environ 35 tonnes, et on l'appelle aussi "le chameau d'argent" à cause de sa forme. La météorite de Chaco (Argentine) pèse à peu près le même poids. On connaît plusieurs autres météorites pesant plus de dix tonnes. Enfin, certaines sont considérées comme des "Monuments nationaux": par exemple la météorite M'Bosi (Tanzanie) qui pèse 16 tonnes. Les sidérites présentent entre elles une très grande diversité et leur classement s'est toujours avéré difficile. Actuellement, on les répartit en treize groupes (IAB, IC, IIAB, IIC,...) distribués en fonction de la composition chimique s'appuyant sur les "parties pour mille" de gallium, de germanium et d'iridium qu'elles contiennent. Sur les diagrammes, on obtient des plages distinctes où l'on doit pouvoir classer telle ou telle météorite. Ceci dit, 25 % d'entre elles sont notées "anormales", car n'entrant pas dans les différentes plages ainsi définies. Les sidérites sont classées également suivant leur structure pu leur teneur en nickel. On observe qu'aucune météorite métallique ne possède un pourcentage de nickel inférieur à 5 %. Dans les météorites on trouve en fait un mélange de deux espèces minérales, la kamacite et la taénite, ayant la même formule chimique mais des structures différentes. La quantité de l'une par rapport à l'autre dépend des conditions de refroidissement et du pourcentage de nickel présent initialement. Octaédrites L'octaèdre caractérise leur structure et elles contiennent plus de 5% de nickel. L'attaque à l'acide d'une face polie met en évidence quatre systèmes de bandes de kamacite. trois séries se coupant selon un angle de 600, la quatrième série étant parallèle au plan de section. Elles sont bordées de taénite, les espaces polyédriques compris entre ces deux minéraux étant comblés d'une association microcristalline de ces deux minéraux appelée plessite : ce sont les figures de Widmanstâtten qui s'expliquent par l'étude du refroidissement du système fer-nickel. Le réseau de ces bandes qui se croisent selon deux, trois, ou plusieurs directions, diffère selon l'orientation de la section observée. Depuis Tschermak on distingue six sous-groupes en fonction de la largeur des lamelles de kamacite, car il existe une relation directe entre celle-ci et la teneur en nickel. Ce sont les sous-groupes Og, Ogg, Om, Of, Off et Opl (de "très grosses" à "très fines"). Ataxites Elles n'ont pas de structure visible à l'oeil nu (d'où leur nom) car la largeur des bandes de Widmanstätten diminue avec l'enrichissement en nickel et elles disparaissent quand il y en a plus de 15 %. Hexaedrites Ce sont des assemblages de gros hexaèdres (= cubes) de kamacite, parfois un seul cristal qui se rompt à l'impact. Si on attaque la surface à l'acide chlorhydrique on voit apparaître un réseau de bandes orientées, les bandes (ou lignes) de Neumann. Elles proviennent de la déformation mécanique subie par la kamacite à une température comprise entre 300 et 600° C. Notons que s'il y a plusieurs cristaux, ces bandes ont une orientation propre pour chacun. Les sidérolithes Elles représentent 10 % des chutes récupérées dans l'Antarctique et 30 % des météorites de nos collections. Comme leur nom l'indique, elles sont un mélange des deux autres types et on les divise en trois groupes : Pallasites Elles contiennent des grains cristallisés d'olivine, parfois gemmes, allant du millimètre au centimètre, d'une couleur variant du jaune brun au vert chartreuse. Ce silicate est inclus dans une matrice de ferro-nickel. Sciées et polies, ce sont sans doute les météorites les plus esthétiques. Leur nom vient de l'illustre naturaliste Pallas qui, en 1775, trouva une "éponge de fer" en Sibérie. Mesosiderites Elles présentent un mélange de parties à peu près égales de métal (ferro-nickel) et de deux silicates (pyroxène et plagioclase). Les Lodranites Elles sont beaucoup plus rares, avec deux chutes répertoriées. Elles contiennent en parties égales, du métal, de l'olivine et du pyroxène. Les météorites sont formées des mêmes éléments chimiques (au sens du tableau de Mendeleïev) que ceux que nous connaissons sur Terre, mais leur composition (dans le sens de l'assemblage de ces éléments) peut en être parfois différente. Il existe certaines espèces minérales qui ne se trouvent que dans les météorites. Rappelons que les chondres pour les aérolithes et les figures de Widmanstâtten pour les sidérites ne se rencontrent que dans les météorites, et jamais dans les roches terrestres. *-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Les météorites proviennent de débris de la formation du système solaire. Si la météorite provient d'un corps non différencié comme un astéroïde, elle sera du type chondrite. Un corps non différencié est un corps dont la masse (et donc la taille) est insuffisante pour créer par action gravitationnelle un noyau de fer-nickel. Les autres météorites proviennent de corps différenciés qui avaient une taille suffisante pour créer un noyau de fer-nickel (comme la terre, mars, venus) mais qui ont été détruits au début de la formation du système solaire par impact avec un objet de grande taille. Pour la petite histoire, la lune se serait formé suite à l'impact "rasant" sur la proto-terre d'un coprs de la taille de ... mars. Ce qui explique bien pourquoi notre lune est composée quasi-uniquement de matériaux semblables à ceux de la croûte terrestre. Donc, à ce titre la Lune serait une énorme achondrite. Les chondrites carbonnées sont un rien à part... les scientifiques pensent que ces météorites qui contiennent les éléments primordiaux nécessaires à la vie ont pu avoir une influence par impactisme sur le développement de la vie sur terre. Vrai ou non, ce n'est pas le débat, mais ces météorites sont parmis les plus chères qui soient. *-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Pourquoi donc certaines météorites sont si chères, et d'autres abordables? :arrow: La rareté: C'est la plus évidente des raisons... la collection se base principalement sur cet argument. :arrow: L'intérêt Pouvoir étudier des roches martiennes sans envoyer de sondes a évidemment un intérêt immédiat. Le prix s'en ressent (et en + elles sont rares, ces météorites) :arrow: L'aspect Pour des météorites d'une même chute, certaines présentes de jolies caractéristiques, comme l'orientation (on voit comment la météorite a pénétré dans l'atmosphère et a été "ciselée") les regmaglyptes (formes très caractéristiques), les anneaux (trous dans la météorite dus aux frottements) etc... bref, considération quelque peu subjective mais qui influe aussi. :arrow: L'histoire La météorite fait partie d'une chute observée et relevée, parfois filmée... et pas simplement trouvée, le prix monte. :arrow: Le spectaculaire La météorite a traversé une maison, une voiture... prévenez votre banquier! On va voir ça en détail un peu plus loin. *-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Quelques questions souvent posées: :arrow: La météorite est-elle radioactive? Non, aucune météorite connue ne présentait le moindre signe de radioactivité, souvent même moins que le caillou de votre jardin. :arrow: Il y aurait-il des microbes dessus ou dedans, vivants ou fossiles? Les météorites se sont formées bien avant l'apparition de la vie sur terre, au moins 1 milliard et demi d'années avant. Pas de fossiles donc. Exception qui serait envisageable: une météorite martienne (?) mais inutile de dire que posséder un tel échantillon ferait de vous "the most wanted man ever"... Quand à parler de micro-organismes vivants, l'entrée dans l'atmosphère les aurait tués irrémédiablement. Les seuls micro-organismes vivants trouvés sont ceux "bien de chez nous" qui se sont "balladés" par hasard dessus. Aucun risque d'attraper une grippe extra-terrestre. :arrow: Quelle chance ai-je de voir tomber une météorite? Très élevée. Vous avez vu une étoile filante? Vous avez vu tomber une micro-météorite. :arrow: Quelle chance ai-je d'en voir tomber une, disons de la taille d'une balle de golf dans mes environs? La même que de sortir cinq chiffres gagants du Lotto. :arrow: Quelle chance ai-je de me faire tuer par une petite météorite? La même que gagner cinq fois de suite le gros lot au Lotto :arrow: Et une très grosse météorite tueuse comme "Deep Impact"? Le risque n'est cette fois pas négligeable, et des stations automatiques comme NEAT ou LINEAR essaient de repéer ces corps géocroiseurs potentiellement dangereux. Jusqu'ici, nous devons plus de découverte de comètes à ces observatoires que de météores dangereux. Relax donc... *-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Quelques idées fausses sur les météorites: :arrow: Une météorite de la taille d'une balle de golf doit déjà faire un joli cratère! Même pas... suivant la masse, le freinage aérodynamique sera plus ou moins efficace. Plus petit, plus efficace. En-dessous de 1mm, la météorite est pulvérisée dans l'atmosphère. 1cm et la météorite "tombe" sans faire le moindre impact, ni le moindre bruit. 10 cm, un tout petit cratère (faut bien le voir), un peu de bruit et c'est tout. 1 mètre, détonation audible sur 20 km et joli cratère d'impact. :arrow: Ca doit être très chaud au sol! Non, c'est très froid... -250°C. La rentrée dans l'atmosphère a brûlé l'extérieur sur 1mm environ, mais la masse est restée à la température du vide. Meilleur moyen de repéré une météorite qu'on voit tomber: le givre autour (sauf en hiver :roll: ) :arrow: Ca doit luire d'un rouge profond dans le noir: facile à repérer... Même pas... aucune lueur, aucune odeur.
  4. Un oculaire de collimation pas cher: Prendre un emballage plastique de film 24x36mm. Le cylindre entre et se centre dans un porte-oculaire 31.75mm. Découper le fond du tube avec un cutter. La découpe ne doit pas être extrèmement précise mais un peu de soin est nécessaire pour éviter les bavures. Percer un petit trou au centre du capuchon avec une aiguille chauffée au rouge et voilà... votre oculaire de collimation est prêt à l'emploi.
  5. Une idée me trotte depuis un bout de temps dans la tête, à savoir écrire un livre sur les astronomes amateurs. Pas un livre d'astronomie d'amateur (il y en a pleins et des très bons), mais un livre sur... vous! Et dans le fond pourquoi pas... ça ne s'est encore jamais fait, et si ça marche les fonds récoltés serviraont à faire vivre notre "petit chez nous", j'ai nommé le forum webastro. J'ai donc besoin de vous pour une ch'tite interview via chat ou le bidule de gro$oft là... comment déjà... MSN Messenger je crois. Il y a parmis vous des artistes (Patricia -les dames d'abord-, JLB, Floastro, Pifounet (alias Astropif), TeTeC, AuCuLair (yep le pseudo de la mort qui tue) et pleins d'autres encore. Attendez-vous à ce que je vous demande de publier l'une ou l'autre de vos oeuvres "plein cadre" et que je vous cuisine pour vos recettes (waaa le jeu de mots). Mais il y a aussi les autres qui ne font pas de photos. Tiens, mon copain Gaétan, un personnage qui mérite qu'on s'y attarde... un futur grand de l'astronomie, qui sait! Puis Sky35, Florendt, Clemastro et plein d'autres dont l'avis sur la vie (je suis bon pour les jeux de mots) d'un forum tel que celui-ci est intéressant. Puis il y a ma petite préférée... ma petite Lune que j'adore (suivant son expression favorite) qui met toujours un parfum de printemps partout où elle passe. Smouack tous et sourire mutin au coin des lèvres, son jugement est souvent intuitif mais terriblement acéré. Bref, je l'adore vraiment ce p'tit bout de femme. Enfin il y a les big boss. C'est vrai qu'ils sont dans l'ombre mais ils font tourner la boutique. M'en vais les inquisitionner sur leurs mobiles. Le modo SeB2003 aussi d'ailleurs, mais lui est dans plusieurs catégories Reste Alain Gouvenaux. On jette? D'accord, on jette Bon, donc ceux qui sont prêts à me donner un peu de leur temps pour se faitre une scéance de grill peuvent prendre leur ticket ici! Je compte sur vous tous (sauf Alain, non on ne te veux pas, dégage! Non on ne parlera pas de ta théorie, allez va jouer!!!)
  6. Astrosteph

    Essai: filtre Baader SkyGlow

    J'ai pensé qu'étant donné la grande concentration d'observateurs chevronnés présents sur ce forum, ce serait bien de partager nos impressions sur du matériel qui puisse se révéler efficace pour tous. Bien entendu, si ce n'est pas la bonne section ou si ce type de message n'est pas dans l'esprit du forum, je vous prie de m'en excuser et de faire le nécessaire. Je possède un filtre Baader SkyGlow en 2" que j'avais acheté dans l'intention de l'utiliser comme dit dans la publicité pour son effet d'accroissement de contraste sur les images planétaires. Voici le résumé de cette publicité: Un nouveau filtre, « made in Germany », qui permet d’accroître le contraste de l’image en isolant certaines longueurs d’onde du spectre visible. En outre, et c’est là une de ses forces majeures, il réduit de manière efficace le fond du ciel pollué par les lumières citadines, tout en présentant une transmission de 90% sur les longueurs d’onde selectionnées. Sur ce point, il s’apparente à des filtres type “ciel profond”, comme l’UHC, tout en accentuant le contraste des surfaces planétaires comme aucun autre filtre coloré. Le filtre Skyglow/Moon rappelle le filtre Magenta, le meilleur filtre universel connu. Pour ce qui est de l'observation planétaire, le résultat est vraiment très moyen. La Lune prend une coloration très blanche avec une température couleur tirant sur le rosé, et les surfaces planétaires présentent une coloration peu esthétique sans grande amélioration du point de vue contraste. L'effet augmentation de contraste est peu marqué sur les SC et imperceptibles sur la lunette VAF200. Les possesseurs de lunettes "pointues" comme les fluorites n'ont donc vraiment aucun intérêt à acheter ce filtre pour cet usage. Par contre, comme filtre anti-pollution le filtre est vraiment surprenant. Les deux photos ci-dessous ont été prises le 31/12/2003 vers 21:45 sur un canon EOS-10D réglé sur 400 ISO et température couleur "lumière du jour". L'objectif est un Sigma 20mm ouvert à F/D 1.8. La première photo est prise sans filtre pendant une pose de 6 secondes. Sans surprise, le fond du ciel vire au brun-vert et la végétation présente cette couleur maladive si habituelle sous nos éclairages urbains. La seconde photo est prise du même endroit mais a été recadrée un rien, pour une pose de 10s. A noter que le filtre de 2" seulement a vignetté le champ, ce qui impose une prise de vue plus longue. La photo présente une coloration plus naturelle, et les reflets sur la végétation sont presque totalement éteints. Le fond du ciel reste bleu sombre (la Lune était présente et éclairait les nuages). Pour l'observation du ciel profond, le filtre apporte réellement une augmentation du contraste sans nuire à la qualité d'observation. Plus surprenant, ce filtre s'avère supérieur à mon "bon vieux" lumicon Deep Sky en photographie car il altère moins les couleurs. Le Deep Sky présente une forte dominante rouge qui a tendance a "gommer" le bleu (sensible sur M42) alors que le SkyGlow tend à peine vers le magenta. Les photographies numériques prises avec un SkyGlow retrouvent une coloration parfaite en ajoutant un rien de dominante bleue. Le filtrage a un prix: un temps de pose augmenté de 20% pour obtenir la même saturation, mais le résultat en vaut la peine! Les prix des deux versions de ce filtre ne sont pas prohibitifs: environ 30€ en coulant 1.25" et 65€ en 2". Nos lecteurs français peuvent faire une "bonne affaire" avec leurs amis belges, car la TVA en Belgique sur le matériel astronomique est de 6% moindre qu'en France. Avec la législation Européenne en vigueur, la différence de TVA ne peut plus être réclamée.
  7. Rappel, vous pouvez gagner ceci: http://www.webastro.net/forum/showthread.php?t=1428 J'ai besoin d'un nom qui en jette pour le mag, la revue, l'oeuvre commune papier de Webastro. J'avais pensé à 'Webastro mag', mais c'est pô trop terrible (nul en fait). Donc si vous avez une idée, c'est ici et maintenant. Qui sait, la meilleure idée vaudra peut-être à son auteur un morceau du ciel :wink:
  8. Astrosteph

    Les météorites

    Suite à la demande de Florent, Zetajanus et CélineT voici quelques indications pour ceux qui désirenraient en savoir plus sur ces "cailloux venus du ciel" ou qui aimeraient acheter une météorite. Je vais essayer de bien structurer les sujets pour que ce soit le + clair possible, donc si vous avez des suggestions ou des questions ne pas hésiter. Merci d'être patients avec moi :x
  9. Après la découverte du Meade RCX400 (voir message de SeB2003) voici la nouveauté Celestron: http://www.celestron.com/prod_pgs/tel/c20_index.htm C'est du gros tuyeau et les tests sérieux ne sont pas encore disponibles. A prendre avec des pincettes donc
  10. Astrosteph

    Ce N'est Qu'un Au Revoir...

    Suite à quelques problèmes d'ordre privé je ne serais plus en mesure d'être aussi disponible que par le passé pour le forum, mais je suis content de vous laisser entre de bonnes mains. J'espère avoir l'occasion de vous retrouver un jour au coin d'une rencontre astro. Au revoir.
  11. Nouveaux venus dans la gamme Televue, les oculaires zoom et click-stop zooom 8-24mm peuvent rendre d'excellents services dans certains cas particuliers. Attardons-nous d'abord sur la finition qui est très bonne sans avoir l'excellence des oculaires bien connus de la gamme radian ou Nagler et sur l'optique à six lentilles délivrant un champ de 40° à 24mm s'aggrandissant à 55° à 8mm. Le relief d'oeil est confortable, de 20m à 24mm de focale pour 15mm à 8mm de focale. Les porteurs de lunettes seront ravis. La qualité optique est sans défauts majeurs sur tout le champ, et le piqué est très bon. J'ai observé Saturne avec un tel oculaire, de 24mm à 8mm sans trouver de défauts majeurs. Le passage d'une focale à l'autre est ferme sans être dur et la qualité est constante presque sur tout le champ. A noter qu'en raison de la conception mobile des lentilles, l'extrème bord du champ présente une aberration franche et qu'aux plus longues focales (tendant vers 24mm), j'ai remarqué quelques réflexions de la lumière extérieure sur la bague mobile. Mais rien de franchement critique donc. Certains objecterons que le champ de 40° à 24mm n'est pas très attrayant, et 55° à 8mm c'est un bon Plössl sans plus. Vrai, mais en couvrant la gamme classique 8-12-16-20-24mm l'oculaire revient moins cher (environ 250€) que l'achat de quatres oculaires Plössl pour couvrir les mêmes focales. De plus, il est possible de sélectionner des "entre-focales" (9.2mm ou 10.7mm ou 18.5mm etc...) pour faire "entrer" l'objet que l'on observe de façon confortable. Observer Jupiter et ses quatres satellites, puis zoomer sur la planète offre un confort appréciable pour certains. Particulièrement utile pour le télescope de voyage lorsqu'on ne veut pas emporter une panoplie complète d'oculaires, ou pour l'amateur n'ayant pas la possibilité d'investir dans une gamme étendue d'oculaires, ou encore pour les heureux possesseurs de tête binoclaire (privilégier le cick-stop pour cette application), ce nouvel accessoire rempli parfaitement une niche laissé vide pendant longtemps.
  12. Ils sont sérieux. Ma lunette 200mm est leur fabrication
  13. Astrosteph

    Montures : Coup De Gueule

    J'ai les pires craintes si la manif passe par le Borfelais. Vont êtres belles les montures...
  14. Astrosteph

    Orion Ed 100mm Premieres Lumieres

    Très instructif jusque là et positivement effarant!! Dommage que tu n'en aie pas profiter pour construire un système de collimation (vis poussantes-calantes) comme sur toutes les lunettes dignes de ce nom (takahashi)
  15. Astrosteph

    Cassini-Huygens: Résultats Sur Titan

    Voir tout ça sur cette petite image, tu as de très très bon yeux. Moi qui suis myope je vois de gros rochers ou des formations géologiques avec leurs ombres à la base, sans plus.
  16. Astrosteph

    Oculaires Et Qualite

    Merci bien
  17. Astrosteph

    Oculaires Et Qualite

    Epsilon 0 et Franklin: merci de faire un rapport dans la section "Dossiers astro" "Les tests", ce serait sympa
  18. Astrosteph

    Mon Matériel En Imagerie Ccd

    Ca c'est du matos! La tente que l'on voit a-t-elle un toit amovible? Serait-ce un observatoire de campagne??
  19. Astrosteph

    Photo En Raw

    Dans les settings de IRIS il est possible de préciser quelle matrice de Bayer est à utiliser. Là est ton problème. Vpoir les deux dernières leçons sur la page d'accueil du produit pour plus d'infos
  20. Astrosteph

    Photo! Je Galere Vraiment

    Ton appareil fonctionne très bien. Il fait la mise au point sur le miroir principal (les cales à 120° sont bien nettes). Petit rappel: la seule façon de faire une photo avec un APN dont l'objectif est inamovible est le mode afocal, qui nécessite l'usage d'un oculaire. Au foyer tu auras toujours ton miroir principal net, rien d'autre
  21. Astrosteph

    Phenomenes Etranges

    Moi j'ai vu une très grosse boule entre deux nuages. D'un blanc laiteux, la boule est restée suspendue là où elle était. A noter qu'il y avait des sorte de trous dessus dont certains semblaient dessiner une étoile. Il y avait aussi des zones plus foncées à certains endroits qui dessinaient des formes géométrique. J'avais trois ans à cette époque. Depuis, le phénomène se reproduit tous les mois. C'est grave docteur
  22. Astrosteph

    Filtre Universel Pour Eos 300d & 20d - V2

    Si on utilise le système proposé sur un EOS 300D-20D la question ne se pose pas puisque la bague T va servir de baïonette et donc maintenir le porte-filtre en place comme s'il s'agissait d'un objectif. Sinon pour placer un flitre dans une bague T, il y a la solution type "deep-sky" (voir photo)... Le filtre en haut à droite est pourvu de 2 pas 42mm photo, positif et négatif. On visse le fitre dur la bague T et l'accessoire sur le filtre. Le filtre est donc pris en sandwich.
  23. Rappel: mon idée de départ était d'utiliser un "creux" prévu pour recevoir les objectifs EF-S(hort) afin d'y placer un filtre au choix de 37.5mm de diamètre à utiliser avec un objectif EF (donc n'utilisant pas l'extension). Ca fonctionne correctement avec le filtre Baader Sky Glow spécialement retaillé à cet usage. Geo444 (alias Hervé) s'est pris de passion pour cette idée et insiste sur le fait qu'il serait possible d'utiliser un filtre "standard" pour oculaire 31.75mm (soit 27mm de diamètre) sans compromettre le champ. J'avais des doutes... Voir le premier message: http://www.webastro.net/forum/index.php?showtopic=3438 Le test est facile à mener, donc j'ai découper dans du carton un calibre de 27mm seulement, et j'ai testé deux focales extrèmes (200mm et 24mm) de F/D 2.8 à F/D 8. Le résultat: Avec le zoom sur 200mm, cache en place: Quelque soit le rapport focal (de F/D 2.8 à F/D 8) aucun vignettage sensible, ni au viseur ni à l'analyse des images. Pour un zoom de cette focale, OK, c'est compréhensible! Donc on passe au 24mm et là... Avec l'autre zoom sur 24mm, cache en place: Heeuu... quelque soit le rapport focal (de F/D 2.8 à F/D 8) aucun vignettage sensible, ni au viseur ni à l'analyse des images. La zone d'ombre est simplement due au flash "cobra" qui ne disperse pas la lumière uniformément à cause de la distance trop proche. D'accord, mais il doit y avoir une perte de luminosité, non? Suis surpris aussi, non! Les mesures de lumières sont identiques cache en place ou pas (et j'ai testé deux fois!) Conclusion: on peut utiliser de la même façon un filtre de 27mm (le standard en visserie 31.75mm) sans problèmes aucun! Bravo Géo444 pour ton insistance à me faire tester. Me dit que j'ai l'air fin maintenant avec mon filtre spécial moi Mais c'est quand même une bonne nouvelle... Bientôt un test complet sur le ciel.
  24. Astrosteph

    Faut Vraiment être Con...

    Petite pensée du Chat de P. Gellluck: "Quand quelqu'un est mort c'est les autres qui sont tristes puisque le mort est mort. Pour les cons, c'est pareil!"
  25. Astrosteph

    Phenomenes Etranges

    mitch, je sais que tu ne le fais pas spécialement exprès mais s'il te plaît arrête de créer un sujet à chaque réponse... parce que c'est particulièrment agaçant pour nous autres là!! Faut qu'on passe notre temps à remettre les messages ensemble!