Jump to content

Lolo

Membre
  • Content Count

    2,244
  • Joined

  • Last visited

About Lolo

  • Rank
    Membre

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Ce virus se propage facilement. Si une grande fraction de la population est infectée, chaque personne immunisée sera confrontée à lui régulièrement. Rien de tel pour que le corps n'oublie pas les anticorps qu'il a pu produire. Ce n'est pas sûr à 100 %, mais cela s'en approche. Je n'ai jamais dit que ce virus ne tue que des personnes âgées. Ils tuent principalement des personnes âgées, et même très âgée, et c'est vrai, les statistiques le prouve. Ils tuent aussi des personnes à risque, mais on connaît assez bien les facteurs à risque et on peut en déduire les personnes à risque. Il est donc facile de recommander très fortement aux personnes âgées et à risques de s'isoler. Il tue aussi des personnes jeunes et en pleine santé, mais relativement peu, et celles-ci meurent parfois aussi sans ce virus (les infarctus avant 30 ans existent chez des personnes a priori en parfaite santé). Il ne s'agit pas de calculer le taux exact, il s'agit d'en obtenir une estimation dont la précision est suffisamment raisonnable, et c'est possible en cours d'épidémie quand on est un peu organisé et logique, d'autant plus qu'on dispose déjà au moins d'une grande région où la situation est presque stabilisée. Les estimations actuelles ne sont pas raisonnables, et c'est bien ce que je critique. Les taux de 3 % à 5 % sont eux aussi surévalués. Il est presque certainement en dessous de 0,5 %, mais il aurait fallu faire des tests intelligemment pour le savoir. Ce taux est encore plus bas chez les personnes qui ne sont ni âgées ni à risque. Le taux de 10 % en Italie est tellement surévalué qu'il en est fantaisiste. En 2020, environs 55.000.000 de personnes dans le monde vont mourir d'autre chose que ce virus. Et ce sera du même ordre en 2021, et ainsi de suite. Ce virus, même si on le laisse aller sans aucune précaution ne tuera vraisemblablement pas plus de 10.000.000 de personnes dans le monde cette année (et ce serait sûrement beaucoup moins), parmi lesquelles une bonne partie (quelques millions) sont de toute façon dans les 55.000.000. Je pense que le coût économique du confinement actuel de l'humanité et la pauvreté qui va en résulter va engendrer plus de 10.000.000 de morts supplémentaires dans le monde en 2020. Des pays pauvres, où travailler au jour le jour est nécessaire pour manger au jour le jour, sont en train de nous copier pour ce confinement à grande échelle, alors qu'ils ne le font habituellement pas à cette échelle pour la peste. Oui, c'est une fonction d'accroissement relatif instantané contant. Oui, mais j'avais déjà vu ce genre de graphique. Si, j'accuse le monde de phobie collective. Vous n'avez pas cherché à avoir le vrai taux de mortalité et vous n'avez pas une vision globale. La peur s'est propagée sur les réseaux sociaux, bien plus vite que ce virus. Cette peur fragilise aussi psychologiquement les malades. De surcroît, je suis convaincu qu'elle augmente le taux de mortalité réel, comme un effet placebo inverse. Oui, c'est triste ce qui se passe en Italie, mais il faut accepter qu'un système de santé ne peut pas protéger contre tout. Je suis également convaincu qu'il y a des jeunes qui ont été infectés, et qui sans ce contexte de peur serait resté chez eux à guérir tranquillement, mais qui à cause de ce contexte de peur sont allées à l'hôpital et ont été contribué à surchargé le système de santé. Des personnes âgées sont probablement mortes par manque de soin parce que des personnes ayant cédé à l peur on attiré l'attention sur elles. Je ne reproche pas à ces personnes d'avoir peur. Je dresse juste le constat du contexte engendré par cette phobie collective. Cela dit, je le répète, il faut accepter qu'un système de santé ne peut pas protéger contre tout, que la vie a une fin et qu'on n'a pas toujours de garantie. C'est clair que le système de santé serait largement dépassé si on ne confinait pas. Tu avais raison : les Pays-Bas ont depuis cédé à la panique aussi. La Suède tient encore, mais elle marque ses premiers signes de faiblesse face à la folie collective. Je n'ai plus vraiment d'espoir que votre folie collective guérisse durant cette crise, mais j'espère que vous en prendrez conscience une fois la crise passée, pour en éviter d'autres. Si si, on en est trop loin : ton ton était clairement ironique et laissait penser que mon idée pour résoudre le problème est de faire rouler les camions plus vite, alors que mon idée pour résoudre le problème est au contraire de ne pas se rendre dépendant des camions en ayant suffisamment de stock essentiel aux bons endroits et pas simplement quelques dizaines de kilomètres plus loin. Ce n'est pas à moi de te donner des chiffres, c'est l'inverse. Tu avances une théorie selon laquelle quelques personnes aurait vidés les stocks des magasins à elles toutes seules en achetant inutilement des quantités énormes. Moi je dis que les personnes ayant agi ainsi sont rares, mais qu'il y a par contre un nombre plus grands de personnes qui ont acheté utilement des quantités plus grandes que d'habitudes afin de ne pas revenir au magasin. De toute façon, les magasins sont de facto tombé en rupture de stock sur des aliments essentiels (riz, etc). On s'en fout de savoir si la pénurie est à grande échelle ou à l'échelle du magasin. Comme tu veux, mais je viens d'utiliser mon droit de répondre. Si quelqu'un veut encore me répondre, qu'il le fasse par message privé, et je lui répondrai moi-même en temps voulu par message privé. Je ne passerai plus lire ce sujet. Je suis surtout quelqu'un qui se pose des questions (à commencer par : quel est le taux de mortalité réel ? ) et qui n'est pas du tout satisfait de la façon dont tout le monde panique et des décisions extrêmes qui sont prises sans information alors que cette information pourrait être trouvée. En fait, ce que tu me reproches, c'est exactement ce que tu fais... Par ailleurs, je trouve qu'une ligne rouge a été franchie avec ce confinement imposé. Chacun devrait avoir le choix, avec des recommandations fortes, mais pas des obligations. Bien à toi.
  2. Ce genre de personnes, peu nombreuses jusqu'à preuve du contraire, y contribuent certainement un peu car le stock qu'elles font semble irrationnel. Cela dit, vous ne connaissez pas leur situation (peut-être que l'un d'eux travaille dans un home ou dans une resto du cœur). Sans ces rares personnes qui semblent avoir exagéré et s'être comportées de façon irrationnelle, le stock du magasin aurait de toute façon été vidé par celles qui n'ont fait qu'un stock raisonnable de façon individuellement très rationnelle. Le manque d'organisation global de la société est la vrai cause. Je le répète : ce n'est pas normal de se retrouver dans une situation de confinement pour éviter un virus sans avoir la possibilité de faire un stock pour éviter de devoir retourner au magasin. Qu'est ce que vous ne comprenez pas à ça ? Je n'ai pas parlé de la vitesse à laquelle roulent les camions. De façon général notre monde est beaucoup trop dépend des flux. Les grandes surfaces devraient avoir leur propre zone de stock (sur place) pour les produits essentiels et non périssables à court terme, et non se contenter d'utiliser des camions pour aller se fournir dans leur gigantesque centre de tri.
  3. Le virus n'a pas augmenté la mortalité d'un pays de 50 % à lui tout seul. Il s'est associé au vieillissement pour cela. De plus, il ne va pas le faire dans la durée : les personnes guéries sont immunisées. On ignore totalement le nombre réel de personnes contaminées. S'il y en a 30 fois plus qu'on ne le pense, le taux de mortalité est 30 fois plus petit aussi, et le nombre de morts ne dépasserait alors pas 60.000 au Royaume-Uni. Par contre, je ne nie pas que le virus va vite et qu'il fait peur sur un plan logistique (nos hôpitaux sont impuissants sans confinement). Je ne sais pas où se situe la vérité car je n'ai pas les chiffres que je désire (chiffres que la Chine pourrait obtenir avec une grande facilité), mais, en l'absence de chiffres, je trouve plus crédible que le monde soit victime d'une phobie collective que d'un virus tuant 3 % des gens. Vous faites comme si la stratégie de l'immunité collective avait commencé à donner des résultats négatifs au Royaume-Uni. Il n'en est rien : elle n'y a pas été testée puisque la stratégie a changé très tôt, non pour des mauvais résultats mais à cause d'une peur liée à un manque d'information : quel est le taux réel de mortalité ? À défaut d'avoir ces chiffres, j'espère que cette stratégie sera poursuivie aux Pays-Bas, car cela permettra de les déduire (et je pense qu'ils seront en la faveur de l'humanité) et ce sont probablement eux qui vont nous permettre de retrouver la raison. Il faut aussi suivre ce qui se passe en Allemagne où le recensement des malades est plus large et où taux de mortalité semble bas. On peut dire que le confinement est une mesure de précaution. Généralement, j'aime bien les mesures de précaution, surtout quand elles ne coûtent pas grand chose, mais ici, elle a un coût exorbitant qui va se traduire en perte de vies humaines après la pandémie. S'il permet de gagner du temps pour trouver un vaccin, il a du sens. Dans le cas contraire, on va devoir rester confiner des années et quand même attendre que beaucoup de gens soient contaminés, tout en ayant foutu en l'air l'économie et en devant gérer la misère qui va en résulter. Je doute qu'on arrive à éradique le virus par le confinement à l'échelle de la planète : dès qu'un endroit reprendra ses habitudes (arrêt du confinement et ouverture des frontières), l'épidémie repartira à cet endroit jusqu'à ce que l'immunité collective joue à cet endroit ou que le confinement soit réinstauré à cet endroit ou qu'un vaccin soit trouvé.
  4. D'un point de vue épidémiologique, dans l'intérêt collectif et individuel, le meilleur calcul est que chacun dispose d'un stock chez lui avant même l'annonce de la pandémie. C'est mon cas. Par exemple, à chaque fois que je termine un paquet de riz, je fais avancer d'un rang chaque autre paquet de riz de ma file de paquets de riz, et j'en rachète un pour le remettre à l'arrière de la file (sauf pendant la pandémie où je vais vivre sur mon stock). Celui que j'ai acheté en dernier est valable jusqu'en 2023 et il sera vraisemblablement consommé en 2021. Idem pour tout ce qui est essentiel. Il n'y a donc pas de gaspillage de ma part, cela m'évite d'aller au magasin pendant la pandémie, et je ne contribue pas aux ruptures de stock en magasin. Si tout le monde faisait comme moi, personne n'aurait besoin de sortir pour aller au magasin pendant la pandémie. On ne peut pas faire mieux pour limiter les interactions au magasin, et cela ne me coûte qu'un peu de place dans un garde-manger et quelques secondes par semaine en moyenne. Malheureusement, tout le monde ne fait pas comme moi. Certains n'ont peut-être pas assez de place chez eux et ne peuvent donc pas le faire. D'autres n'ont pas envisagé ou n'ont pas cru possible la possibilité d'un changement radical (temporaire ou non) de leur mode de vie. Il est donc nécessaire pour eux de sortir au magasin quand même. Il est totalement rationnel pour eux de vouloir y retourner le moins possible, donc ils achètent beaucoup d'un coup. Bien entendu, cela crée des pénuries dans les magasins et cela oblige d'autres personnes à aller dans un deuxième magasin, puis parfois dans un troisième, et tout cela parfois en vain. Ce n'est pas idéal du tout sur le plan collectif, mais ce n'est pas de la faute de celui qui vient d'acheter beaucoup. C'est de la faute du manque d'organisation qui amène une situation où tout le monde ne peut pas avoir son stock. Les gens ne font pas de stock chez eux, les magasins ne prévoient pas assez de stock de produits essentiels en magasin et ils ne s'adaptent pas assez bien pour remplir les rayons vides de produits essentiels. Dire aux gens de venir tous les deux trois jours faire la file, comme si la situation était bien gérée, c'est nier le problème. Peut-être est-ce juste le moindre mal dans la triste situation présente, faute de s'être organisé correctement préalablement. C'est ce manque d'organisation que je dénonce, et je ne suis pas d'accord qu'on mette tout sur le dos de ceux qui se constituent un stock dans l'urgence (même si il aurait mieux valu qu'ils procèdent comme moi), car c'est nier le problème à un niveau plus global et plus fondamental.
  5. Je ne pense pas que beaucoup de monde a acheté 3 paquets de 48 rouleaux. On a vu des images de cadis remplis, mais les médias ont l'art de crier au loup en zoomant sur quelques cas isolés. De plus, certaines personnes achètent pour plusieurs personnes afin d'éviter à leurs parents de devoir sortir au magasin. Le vrai problème est que les stocks en magasin sont assez petits et résistent mal à des changements d'habitude, et que les camions ne permettent pas de refaire les stocks assez rapidement.
  6. Salut ouille21, Je ne pense pas que la crainte d'une pénurie est la raison première pour laquelle certaines personnes font des stocks. Je pense qu'elles veulent surtout éviter de devoir revenir au magasin durant la pandémie car c'est un lieu à risque pour attraper le virus. Cela étant, il est logique qu'elles prennent aussi un paquet de papier toilette, et comme il y en a peu dans le rayon, celui-ci se retrouve vide en un rien de temps. Salut Fred, Le taux de mortalité est effectivement difficile à estimer en début d'épidémie. La Chine pourrait cependant le faire asse facilement : il suffirait qu'elle teste un grand nombre de personnes bien réparties dans une ville dont elles connaît le nombre de morts afin de déterminer la proportion de gens ayant eu la maladie, puis le taux de mortalité réel. C'est étonnant qu'elle ne l'ait pas fait. La fourchette de 3 % à 7 % ne contient très probablement pas le taux de mortalité puisqu'elle est principalement basée sur des un échantillon de personnes estimant être très malades alors qu'ils y auraient apparemment un grand nombre de porteurs avec peu (voire pas) de symptômes. Un facteur 50 n'est pas impossible, si le virus se propage vraiment vite. Dans ce cas, le virus serait bien moins mortel qu'une simple grippe. Je pense à un facteur 30, mais j'aimerais vraiment avoir ce chiffre. Ce n'est qu'une hypothèse, mais elle est plus plausible de dire que c'est entre 3 % et 7 %. Du point de vue du risque de contamination, c'est environs 100 fois plus risqués de venir au magasin tous les trois jours que d'y prendre un stock d'un mois. Oui, je dis bien 100 fois : les gens y sont 10 fois plus nombreux et génèrent donc 100 fois plus d'interactions. Ce nombre peut être réduit avec de la discipline, mais il reste de toute façon élevé. Le problème ne vient pas de ceux qui veulent faire un stock, mais plutôt du manque d'organisation de nos sociétés qui ne savent pas permettre à chacun de se faire un stock rapidement, surtout à cause des flux routiers trop peu nombreux pour remplir les magasins rapidement. Tout cela pourrait être organisé beaucoup mieux : il y a peu de produits nécessaires pour un stock. La stratégie de l'immunité collective est plus humaine que la stratégie du confinement. En disant cela, je ne parle pas des conditions du confinement. Je parle avec une vision plus large : la stratégie du confinement tuera beaucoup plus à moyen terme, si on tient compte de l'impact économique qui va globalement appauvrir beaucoup de monde et diminuer de façon considérable l'espérance de vie de certaines personnes. Il faut relativiser le nombre de morts liés au Coronavirus : chaque jour en Italie, environs 2000 personnes meurent d'autre chose que du Coronavirus. Sur une année, cela explose totalement ce que le Coronavirus peu faire. Ce nombre-là risque pourtant encore d'augmenter pendant des années à cause de la pauvreté qui va résulter du confinement. Par contre, il aurait diminué avec la stratégie de l'immunité collective.
  7. Lolo

    Effondrement ?

    Je souhaite partager cette vidéo d'Arthur Keller : « https://www.youtube.com/watch?v=kLzNPEjHHb8 ». Qu'en pensez-vous ?
  8. Ce sondage est une chouette idée et je te félicite pour cette initiative ! J'ai quelque remarques, que j'espère pertinentes, sur la façon de rédiger les questions. 1) À la question A, comment quelqu'un pourrait-il répondre « certain » ou « impossible » dans l'état actuel de nos connaissances ? Je trouve que les réponses « presque certaine » et « presque impossible » seraient plus appropriées. Ou encore « extrêmement probable » et « quasi impossible ». 2) Pour la question B1, je pense que tu devrais reformuler les réponses en parlant de moyenne. Énoncées comme actuellement, il se peut en effet que la réponse 4 soit la vraie à cause de très peu de galaxies dépourvues de vie (voire une seule !), mais que le point 2 soit plus proche de la réalité, bien que faux. J'aurais tendance à répondre « 4 », alors que si c'était énoncé légèrement différemment, je répondrait « 2 » et ce serait plus pertinent pour savoir ce que je pense. 3) Remarque similaire pour la question B2 et faute de frappe au mot « civilisation » dans sa réponse 4. 4) Il serait intéressant d'avoir une question sur la durée des civilisation. Cette remarque est très vague et demanderait beaucoup de temps pour être creusée, je sais. En fait, je te conseille de bien prendre ton temps pour améliorer le questionnaire (même si il est déjà très bien), en tenant compte des avis des uns et des autres (ce que tu fais déjà), quitte à ne le poser que dans plusieurs mois.
  9. Pour que tout le monde en ait la confirmation, il va falloir que tout le monde y aille. 😀
  10. Lolo

    Question

    L'expansion entre deux points de l'univers est proportionnelle à la distance entre ces deux points. Selon la façon dont on calcule cette expansion par rapport à des observations, on trouve une valeur compris entre 65 km/s/Mpc et 75 km/s/Mpc. Cela signifie que : si deux points sont distants de 1 Mpc (3,26 millions d'années-lumière), ils s'éloignent d'environs 65 km/s à 75 km/s ; si deux points sont distants de 10 Mpc (32,6 millions d'années-lumière), ils s'éloignent d'environs 650 km/s à 750 km/s ; si deux points sont distants de 100 Mpc (326 millions d'années-lumière), ils s'éloignent d'environs 6500 km/s à 7500 km/s ; si deux points sont distants de 1Gpc = 1000 Mpc (3,26 milliards d'années-lumière), ils s'éloignent d'environs 65 000 km/s à 75 000 km/s ; ... Si on observe une étoile dans notre galaxie, elle est souvent à moins de 30 Kpc = 0.03 Mpc, et son éloignement de nous dû à l'expansion de l'univers n'est donc que de 1,95 km/s à 2,25 km/s, ce qui est plus faible que la plupart des vitesses relatives entre étoiles qui résultent des forces de gravitations au sein de notre galaxie.
  11. Bonjour julon2000, Le fait que le Big Bang soit une réalité physique est loin d'être une certitude. Le modèle du Big Bang n'est pas l'unique scénario plausible (et il y a plusieurs théoriques du Big Bang), même si c'est de très loin le plus élégant dans l'état actuel de la science. Le fond diffus cosmologique fait référence à un événement qui selon la Théorie du Big Bang est survenu 380.000 ans après le Big Bang. Le décalage vers le rouge des objets lointains ne concerne que des événements survenus après cet événement. Il reste donc un gros trou de 380.000 ans entre l'hypothétique inflation qui a suivi de près l'hypothétique Big Bang et l'origine des observations dont vous parlez. Par exemple, il est tout a fait possible qu'il existe une cinquième interactions de la matière que nous n'avons encore jamais détectée (elle pourrait être très faible dans les conditions actuelles de notre univers, y compris dans les accélérateurs à particules) mais qui a pu jouer un rôle décisif durant ces 380.000 ans (elle pourrait être plus forte dans les conditions passées de notre univers). Ce n'est pas élégant de dire cela, vu qu'on n'a jamais observé cette cinquième interaction, et je ne dirai pas que c'est probable, mais on ne peut pas le réfuter et c'est peut-être la réalité. Il y a d'autres arguments en faveur du Big Bang, notamment le fait que la théorie du Big Bang explique très bien les abondances des différents atomes présents dans l'univers. Cet argument concerne en plus la période des premiers 380.000 ans, mais il n'est pas une preuve directe du Big Bang. Beaucoup de monde — peut-être même d'imminents professionnels de la physique — pensent (à tort) et disent que le Big Bang est une réalité en soit, mais à vrai dire personne n'en sait rien — « savoir » implique non seulement de connaître la réponse, mais aussi de disposer d'un cheminement sans aucun doute raisonnable vers cette réponse — dans l'état actuel de nos connaissances. Pour cette raison, je préconiserais volontiers l'emploi du conditionnel pour parler du Big Bang, histoire de bien se rappeler qu'il n'est pas encore une certitude, même si en parler à l'indicatif ne me dérange pas si on garde en tête que ce n'est pas une certitude. Je précise que l'absence de certitude dont je parle n'est pas une simple prudence qui empêche d'être sûr à 100 % de quoi que ce soit (y compris de l'égalité 1+1=2). Je n'ai pas envie de donner une probabilité précise car ce serait subjectif et basé sur du vent, mais cela me choque moins si on dit qu'il y a à peu près une chance sur deux que le Big Bang ait eu lieu que si on dit qu'il a eu lieu avec certitude. Par contre, cela ne me choque pas si on me dit que l'égalité 1+1=2 est une certitude. De plus, il ne faut pas oublier un autre aspect : on est en train de parler de l'origine de l'Univers et cette question touche probablement à ses fondements mêmes, et donc de notre point de vue actuel aux notions d'espace et de temps (ou d'espace-temps). Mais a-t-on vraiment bien compris ce que sont les concepts d'espace et de temps ? En particuliers : l'espace et le temps existent-ils réellement ? Je vais en rester là. Bonne journée
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.