Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'histoire'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Bienvenue sur le forum
    • Webastro
    • Présentation
    • Sites
  • Les sciences
    • Actualité
    • Astronautique
    • Astronomie & Astrophysique
    • Logiciels
    • Les métiers
    • La médiathèque
    • FAQ Astro
  • Le coin des observateurs
    • Support débutants
    • La communauté de l'astro
    • Le matériel
    • L'actualité du ciel
    • Observation visuelle
    • Observation en Visuel Assisté
    • Astrophotographie
    • L'astro autrement
    • Le Soleil
  • Discut'
    • Science
    • Quizz, Jeux, détente
    • On fait une pause
  • Linux et astronomie's Software
  • Linux et astronomie's Raspberry, Tinkerboard, etc...
  • Linux et astronomie's APN et autres matériels
  • Paysages de nuit's Tutos et Astuces
  • Paysages de nuit's Matériel
  • Paysages de nuit's Questions traitement
  • Paysages de nuit's Photos
  • Paysages de nuit's Fake ou pas ?
  • Paysages de nuit's Logiciels
  • L'impression 3D en astronomie's Discussions générales
  • L'impression 3D en astronomie's Logiciels de conception 3D
  • L'astronomie vintage !'s Discussions générales
  • L'astronomie vintage !'s Restauration de matériels anciens
  • L'astronomie vintage !'s Photos de vos antiquités !
  • L'astronomie vintage !'s Le vintage sur le terrain
  • L'astronomie vintage !'s Intruments anciens, catalogues et documentations diverses
  • Jumelles et petits instruments's Matériels
  • Jumelles et petits instruments's Les cibles et programmes
  • Jumelles et petits instruments's L'astronomie nomade croa
  • Jumelles et petits instruments's Généralités et discussions.
  • Achat groupé's Achats
  • Météo's Sujets
  • Siril et Sirilic's Logiciel SIRIL
  • Siril et Sirilic's Aide SIRIL
  • Siril et Sirilic's Tutoriels SIRIL
  • Siril et Sirilic's Propositions d'évolution SIRIL
  • Siril et Sirilic's Tout sur les scripts !
  • Siril et Sirilic's Logiciel SIRILIC
  • Siril et Sirilic's Aide SIRILIC

Categories

  • Files
  • L'impression 3D en astronomie's Banque de fichiers 3D

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.

Product Groups

  • Association Webastro
  • Mug Webastro
  • Posters
  • Autres Goodies
  • Messages publicitaires

Calendars

  • Communauté
  • Lancements spatiaux et événements de l'ISS
  • Paysages de nuit's Évènements

Categories

  • Astronomie générale
    • Histoire de l'astronomie
  • Astronomie amateur
  • Astrophotographie
  • Observation en Visuel Assisté
  • Observation
    • Keskifovoir
  • L'astro autrement
  • Les bricoleurs
  • Logiciels
  • Les différents matériels
  • Tests de matériel astro
    • Les télescopes
    • Les lunettes (apo, achro, etc...)
    • Les montures
    • Oculaires
    • Les jumelles
    • Les filtres (visuel et astrophoto)
  • Médiathèque
    • L'Univers Express
    • Jeux
  • Fiches pratiques
  • Les fiches techniques

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Résidence


Intérêts


Occupation


Matériel


Site Web


A propos de vous

Found 6 results

  1. Sur les traces de l'éclipse totale de Soleil du 8 juillet 1842. Bonjour à toutes et bonjour à tous, Ce vendredi 8 juillet 1842 allait se produire, de très bon matin, un spectacle grandiose : la Lune allait occulter entièrement le Soleil et faire revenir la nuit noire pendant plus de deux minutes. La précédente éclipse centrale de Soleil remontait au 1er avril 1764 (éclipse annulaire) donc 78 ans auparavant, à l'époque de Louis XV !... :o Voici d'ailleurs la carte des tracés des éclipses centrales (annulaires et totales) visibles en France entre 1544 et 1724 : Voici maintenant la carte des tracés des éclipses centrales (annulaires, mixtes et totales) visibles en France entre 1820 et 1999 : Voici enfin la carte des tracés des éclipses centrales (annulaire et totales) visibles en France entre 2059 et 2090 : Comme vous pouvez le constater en examinant bien ces trois cartes (et surtout les dates), une éclipse centrale visible en France métropolitaine est un phénomène très, très, très rare... :cry: Raison de plus, pour vous les plus jeunes - si vous ne désirez point les observer depuis l'étranger - de vous préparer à l'observation de l'éclipse annulaire du mercredi 5 novembre 2059. Pour en connaître ses circonstances précises et la carte détaillée de son tracé voir le site de Xavier Jubier : http://xjubier.free.fr/site_pages/solar_eclipses/5MCSE/xSE_Five_Millennium_Canon.html et http://xjubier.free.fr/site_pages/solar_eclipses/xSE_GoogleMapFull.php?Ecl=+20591105&Acc=2&Umb=1&Lmt=1&Mag=0. Vous constaterez que le tracé passe juste au Sud d'Agen (préfecture du Lot-et-Garonne), tout près de l'aérodrome d'Agen-la-Garenne : 5m 19s de centralité avec un Soleil caché à 96,495 % par la Lune à 07h 33m 29,7 s (Temps Universel). Mais, revenons à l'éclipse totale du vendredi 8 juillet 1842. Si nous observons son tracé, toujours grâce à l'excellent site de Xavier Jubier, nous constatons que la ligne de centralité passait par deux régions du Sud de la France : d'abord la région du Roussillon, puis celle de la Provence : http://xjubier.free.fr/site_pages/solar_eclipses/xSE_GoogleMapFull.php?Ecl=+18420708&Acc=2&Umb=1&Lmt=1&Mag=0. Dans les Pyrénées Orientales, la ligne de centralité passait juste au Nord de Perpignan : 2m 15,1s de totalité (maximum de l'éclipse totale à 05h 36m 27,8s [Temps Universel], grandeur : 1,02076 le diamètre du Soleil étant 1,00000). Dans les Basses-Alpes (actuel département des Alpes-de-Haute-Provence), la ligne de centralité passait à 6 kilomètres au Sud-Est de Digne : 2m 21,1s de totalité (maximum de l'éclipse totale à 05h 37m 58,5s [Temps Universel], grandeur : 1,02120 le diamètre du Soleil étant 1,00000). François Arago, à l'époque Directeur des Observations à l'Observatoire de Paris depuis 1834 (il en deviendra le Directeur l'année suivante, en 1843, jusqu'à sa mort le dimanche 2 octobre 1853), a choisi sa région natale (il était né à Estagel [Pyrénées Orientales] le dimanche 26 février 1786) pour observer cette éclipse totale. Il s'est installé à la citadelle de Perpignan. Il en a fait un remarquable compte rendu dont je parlerai dans un instant, mais je voudrais d'abord vous faire profiter de la terreur qui étreignait des personnes non prévenues du phénomène lorsqu'elles constataient la brusque et mystérieuse disparition du Soleil. François Arago dans son "Astronomie Populaire" au Tome III, paru à titre posthume, sous la responsabilité de Jacques Augustin Barral, son exécuteur testamentaire, en 1856, mentionne (Livre XXII "Éclipses et occultations", pages 537 à 624, Chapitre XII "Des effets que le passage subit du jour à la nuit produit sur les hommes et les animaux", pages 584 à 594), d'après le "Journal des Basses-Alpes" à la date du samedi 9 juillet 1842, la très grande frayeur d'un jeune berger de la commune de Sièyes (commune rattachée à Digne en 1862) : Quant au "CROA" rédigé par François Arago sur son observation de l'éclipse totale de Soleil du vendredi 8 juillet 1842 depuis les remparts de la citadelle de Perpignan, vous pourrez en prendre connaissance, toujours dans le Tome III de l'Astronomie Populaire, aux pages 582 à 594 (http://www.archive.org/stream/astronomiepopula03arag#page/582/mode/1up). Voici le début de ce "CROA" du 8 juillet 1842 : Roger le Cantalien.
  2. Les conséquences de l'éclipse totale de Soleil du vendredi 21 août 1914. Bonjour à toutes et bonjour à tous , Je vais profiter de ce sujet pour vous apprendre sans doute qu'une éclipse totale de Soleil a eu une importance considérable sur le début de la "Grande Guerre" (qu'on a appelé ensuite "la Première guerre mondiale") : les conséquences de l'éclipse totale de Soleil du vendredi 21 août 1914. Vous y verrez qu'il s'en est fallu d'un cheveu que l'Allemagne impériale de Guillaume II perde la bataille du front Est de l'Empire allemand, et du coup perde ensuite également la bataille du front Ouest (celui de la Belgique et de la France) et cesse les combats dès l'automne 1914 et épargne ainsi des centaines de milliers de morts, disparus, ou mutilés parmi les soldats - et même parmi les civils - des pays engagés dans cette horrible guerre si meurtrière... :( Mais, il aurait fallu pour cela que les officiers supérieurs de la 2ème armée russe du Tsar Nicolas II (et en premier lieu leur chef, le général Alexandre Vassilievith Samsonov) donnent l'ordre à leurs officiers subalternes d'informer les simples soldats russes (en grande majorité des paysans illettrés) du phénomène qui allait se produire le vendredi 21 août 1914 l'après-midi vers trois heures et demi heure solaire... Hélas, cette idée ne les a même pas effleurés... :mad: Il s'agissait de l'éclipse totale de Soleil du vendredi 21 août 1914 qui appartenait au saros solaire n° 124 qui a atteint à 12h 34m 10,4s (Temps Universel) avec une grandeur maximale de 1,03277 (le disque du Soleil étant égal à 1,00000), et une durée maximale de totalité de 2 minutes et 14 secondes pour un lieu situé par 54° 59' 28,80" de latitude Nord (54,99022° Nord) et 26° 58' 56,27" de longitude Est (26,98242° Est) ; lieu situé tout près de la ville de Viliejka, à l'époque en Russie mais actuellement en Biélorussie, à 79 km au Nord-Ouest de Minsk. Toutes ces informations proviennent de l'excellent site Internet de Xavier Jubier (alias "Eclipses" sur Webastro) "Cinq Millénaires (-1999 à +3000) d’Éclipses Solaires" : http://xjubier.free.fr/site_pages/solar_eclipses/5MCSE/xSE_Five_Millennium_Canon.html. En quoi cette éclipse totale de Soleil a pu modifier le cours du début de la Première guerre mondiale ? Eh bien, en ce vendredi après-midi, vers trois heures et demi (heure solaire), les 416 000 soldats russes du général Alexandre Vassilievith Samsonov (2ème armée russe du Tsar Nicolas II) avancent vers la frontière russo-allemande et envisagent d'envahir une portion de l'empire de Guillaume II défendue par les 166 000 soldats allemands commandés par les généraux Paul von Hindenburg et Erich Ludendorff (cela, pour respecter l'alliance franco-russe afin de soulager le front français cible de toutes les attentions du commandement de l'armée impériale allemande en ce début de la première guerre mondiale). Or, durant cet l'après-midi, les soldats de la deuxième armée du Tsar de toutes les Russies virent dans le ciel un très mauvais présage concernant la lutte qui allait les opposer aux soldats allemands. Ce fut effectivement la disparition totale et brutale du Soleil en ce bel après-midi d'été ensoleillé le vendredi 8 août 1914 (date dans le calendrier julien alors en usage dans la Russie tsariste, mais le vendredi 21 août 1914 dans le calendrier grégorien, alors en usage dans l'empire allemand) dont la totalité dura 2 minutes 14 secondes à Minsk et qui survint de 12h 34m 30s à 12h 36m 44s (Temps Universel ; soit de 15h 34m 30s à 15h 36m 44s heure de Saint-Pétersbourg) ; la disparition brutale du Soleil effraya les soldats russes - qui n'avaient pas du tout été informés par leurs officiers de ce phénomène astronomique - qui y virent un très mauvais présage pour l'issue de la guerre qui opposait l'empire de toutes les Russie à l'empire d'Allemagne, et diminua très fortement leur volonté combative, malgré leur très nette supériorité numérique... Cette éclipse totale de Soleil du 8/21 août 1914 a effectivement eu sa part dans la victoire allemande de Tannenberg du 26 au 29 août 1914 (voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Tannenberg_(1914)). L'influence de cette éclipse du vendredi 8/21 août 1914 a été très bien mentionnée dans le très intéressant livre de Raymond et Jean pierre Cartier "La première guerre mondiale" paru aux Presses de la Cité en 1982. Dans le tome 1 (1914-1945) on peut lire ceci à la page 127 : « Plus vite, toujours plus vite. Les fantassins souffrent maintenant au point, malgré la terrible discipline des armées du tsar, de se débarrasser de leur équipement. Ils vont franchir la frontière, le 21, lorsqu'un étrange phénomène, un phénomène surnaturel, fait passer sur leurs têtes le souffle d'une terreur superstitieuse. D'un coup, sans que rien ne l'ait laissé prévoir, le paysage s'estompe, la nuit se fait en plein jour. C'est une éclipse, un accident de la nature dont la plupart des soldats n'ont jamais entendu parler et dans lequel ils voient un sinistre présage. “On eut dit, racontera l'un de leurs officiers, que la nature elle-même s'indignait de cette bataille et revêtait une parure de deuil, de crépuscule et de chagrin.” Les hommes n'ont pas eu le temps de se remettre de leur frayeur lorsque, ce même soir, ils franchissent la frontière sur un front de 70 kilomètres. » Roger le Cantalien.
  3. Bonsoir Il y a sur Webastro des personnes intéressées comme moi par l'histoire des observatoires. Nous pourrions, sur ce fil dédié, - partager des informations, des références de livres et d'articles, - poser des questions et chercher des réponses, - donner des liens vers des choses déjà écrites à ce sujet sur WA, et enfouies dans les archives (j'avoue ne pas avoir fait de recherche exhaustive), - etc... Je commence par une contribution (très) personnelle : j'ai soutenu en juin dernier une thèse de doctorat en Histoire des Sciences concernant un des acteurs de l'émergence de l'astrophysique observationnelle en France : Jean Dufay (1896-1967). Comme il a été le directeur de l'observatoire de Lyon et de l'observatoire de Haute Provence, mon texte donne de nombreuses informations sur ces établissements, leurs instruments, les recherches menées pendant le deuxième tiers du XXe siècle, etc... Le document est disponible en ligne. Pour avoir de la lecture en prévision des longues soirées d'hiver, vous pouvez le télécharger là : https://hal.inria.fr/tel-01588502v1 Et pour ceux qui fréquentent le "Quizz alternatif convivial", ça peut aider ! A suivre...
  4. 1957 - 1972 : les premières années de l'astronautique. Bonjour à toutes et bonjour à tous, J'aimerais, du moins si ça vous intéresse, évoquer dans ce sujet les quinze années entre 1957 et 1972 qui ont vu les débuts puis l'apogée de l'astronautique dans le monde. Mais tout d'abord, voyons les préparatifs soviétiques de la "conquête de l'espace" (bien la "conquête" et non "l'exploration" car à l'époque la sinistre "guerre froide" était hélas d'actualité) entre la fin de 1953 et le début de septembre 1957. I) L'astronautique soviétique entre fin 1953 et début septembre 1957 : * 1.1) fin 1953 : le vice-Premier ministre soviétique Viatchelav Malychev demande à Sergueï Korolev de concevoir un missile balistique intercontinental capable de propulser une charge thermonucléaire de 5,6 tonnes depuis le territoire soviétique sur les villes de New-York ou de Washington. A cette époque Sergueï Korolev travaillait sur des missiles R-5, lointains dérivés des V-2 allemands. Ces missiles R-5 avaient une masse au décollage de 28,6 tonnes qui ne leur permettait d'emporter qu'une charge de 1,5 tonne (représentant une charge nucléaire de 80 kilotonnes ; soit quatre fois la puissance de la bombe d'Hiroshima) à seulement 1 200 km de distance. Cette demande du vice-Premier ministre soviétique survenait 3 mois après la première explosion thermonucléaire soviétique (bombe à hydrogène, dite bombe H) le 12 août 1953. La première bombe atomique soviétique (bombe A) avait explosé le 29 août 1949. * 1.2) début 1955 : les militaires soviétiques commencent les travaux d'aménagement (jusqu'à 15 000 m³ de terre seront dégagés chaque jour) du nouveau site pour les tirs d'essais des fusées et missiles. Le lieu choisi s'appelle Tiouratam, qui est rebaptisé Baïkonour, près de Kzuk-Orda dans le Kazakhstan. Jusqu'à présent, depuis 1945 c'est à Kapustin Yar (le "trou aux choux") près de Stalingrad que korolev avait effectué tous ses tirs de fusées et missiles. Le nouveau site de Baïkonour a été choisi en plein milieu de l'URSS pour pouvoir se soustraire à l'espionnage aérien américain. * 1.3) 30 janvier 1956 : Le gouvernement soviétique confie à Korolev la responsabilité de mettre en orbite un satellite artificiel à l’aide du missile intercontinental dont la construction vient de commencer. * 1.4) début 1957 : le nouveau pas de tir soviétique à Baïkonour au Kazakhstan est enfin opérationnel. * 1.5) vendredi 15 mars 1957 : A 19h05 (heure locale) a lieu le premier tir d'essai du missile intercontinental soviétique à deux étages (la R7-Sémiorka), [267 tonnes de poids au décollage, 29 m de hauteur, 20 tuyères qui développent une poussée totale de 500 tonnes] à partir de la base de Baïkonour, au Kazakhstan. Malheureusement la fusée explose après seulement 103,6 secondes de vol. :o * 1.6) dimanche 9 juin 1957 : Deuxième tir d'essai du missile intercontinental soviétique depuis la base de Baïkonour. C'est encore un échec, dû à une fuite importante de carburant. :( * 1.7) vendredi 12 juillet 1957 : Troisième tir d'essai du missile intercontinental soviétique depuis la base de Baïkonour. C'est toujours un échec, dû à un court circuit dans une batterie de bord. :confused: * 1.8) mercredi 21 août 1957 : Quatrième tir d'essai du missile intercontinental soviétique depuis la base de Baïkonour. Cette fois-ci c'est enfin le succès. :be: A 15h25 (heure locale) le missile intercontinental soviétique à deux étages (la R7-Sémiorka) décolle impeccablement et s'oriente vers l'Est. Son ogive se détachera au large du Kamtchatka où elle sera détruite à 10 kilomètres d'altitude. Ce jour-là, pour la première fois de l'histoire, un missile balistique a été lancé. L'URSS possède l'arme absolue : un missile intercontinental capable de transporter une bombe atomique thermonucléaire !... :o * 1.9) mardi 27 août 1957 : l'agence soviétique d'information Tass annonce enfin, avec six jours de retard, aux Soviétiques et au monde entier la nouvelle du lancement du premier missile balistique intercontinental. * 1.10) samedi 7 septembre 1957 : Cinquième tir d'essai du missile intercontinental soviétique depuis la base de Baïkonour. C'est de nouveau le succès. :) Voici le missile balistique intercontinental "R7-Sémiorka" avec ses 20 tuyères : II) Les deux exploits de l'astronautique soviétique à l'automne 1957 : * 2.1) vendredi 4 octobre 1957 : Ce vendredi là, à 19h 28m 34s (Temps Universel), soit à 22h 28m 34s (heure de Moscou), à l'occasion du mois du quarantième anniversaire du mardi 24 octobre 1917 en calendrier Orthodoxe [donc en calendrier Julien, soit le mardi 6 novembre 1917 en calendrier Grégorien ; la Russie révolutionnaire passera du calendrier julien au calendrier grégorien à minuit, heure locale de Moscou, la nuit du mercredi 31 janvier 1918 (julien) au jeudi 14 février 1918 (grégorien)], qui vit le parti Bolchevique prendre le pouvoir en Russie, l'Union Soviétique lança de nouveau, pour la sixième fois, depuis Baïkonour la fusée "Vostok-K", dérivée du missile intercontinental à deux étages (la R7-Sémiorka) qui, cette fois-ci emportait le premier satellite artificiel de l'histoire : Spoutnik ("compagnon" en russe). Cinq minutes et 14 secondes plus tard (à 19h 33m 48s Temps Universel - 22h 33m 48s heure de Moscou) Spoutnik est satellisé !!!... Pour la première fois de l'histoire l'homme a réussi à doter la planète Terre d'un "compagnon", un "satellite artificiel"... :be: Voici Spoutnik 1 : Spoutnik 1 mesurait 58 cm de diamètre et avait une masse de 83,6 kg. La sphère du satellite était munie de quatre antennes permettant à deux émetteurs radiophonique d'émettre des signaux dans la bande Ondes Courtes des 15 mètres (20,005 MHz) et dans la bande des 40 mètres (40,022 MHz). Au début Spoutnik 1 faisait une révolution autour de la Terre en 96,2 minutes. Sa hauteur au-dessus de la surface terrestre variait entre un minimum de 226 km et un maximum de 950 kilomètres. Son inclinaison sur l'équateur était de 65° (ça signifiait que Spoutnik 1 passait au zénith sur tous les territoires situés entre 65° de latitude Nord et 65° de latitude Sud). La fusée porteuse de Spoutnik s'est consumée dans les hautes couches de l'atmosphère terrestre le dimanche 1er décembre 1957, donc après 58 jours de satellisation au cours de laquelle elle a effectué 879 révolutions autour de la Terre. Quant à Spoutnik 1 lui-même, il s'est désintégré en retombant dans l'atmosphère terrestre, après 1 400 révolutions et un parcours de 70 millions de kilomètres, le samedi 4 janvier 1958. Spoutnik 1 a donc tourné autour de la Terre pendant 92 jours. Bien entendu cette première spatiale de l'Union Soviétique fut ressentie par les Américains comme un véritable camouflet, ils ont alors évoqué pour la première fois un "Pearl Harbor technologique" !... Voici la "une" de "La Pravda" du dimanche 6 octobre 1957 : * 2.2) dimanche 3 novembre 1957 : Ce dimanche là, soit seulement 30 jours après le lancement de Spoutnik 1, l'Union Soviétique lance Spoutnik 2 avec le premier être vivant à partir pour l'espace, l'adorable petite chienne Laïka : Le site Internet http://www.espace-sciences.org/archives/jsp/fiche_pagelibre_70930572.html donne les précisions suivantes sur la chienne Laïka : « Laïka était une petite chienne bâtarde d'environ trois ans et pesant environ 6 kg trouvée dans les rues de Moscou. Le personnel qui s'occupait d'elle lui avait donné plusieurs noms et surnoms, parmi lesquels « Koudryavka » (qui signifie : petite boucle ou peu bouclé »), « Zhoutchka » ou « Limontchik ». Mais comme « Koudryavka » était trop difficile à prononcer pour des non soviétiques, le choix s'est porté sur le nom Laïka. Ce mot russe signifie « aboyeur » et il est également un nom désignant des chiens bâtards ressemblant à un husky. Cet animal était extrêmement calme et d'une très grande docilité, c'est d'ailleurs pour ces raisons qu'elle avait été repérée. Son véritable pedigree est bien évidemment inconnu, mais il est quasi certain qu'il s'agisse d'un croisement entre un husky (ou autre race nordique) et un terrier. » Ce même site ajoute : « Laïka fut installée dans la capsule de Spoutnik 2 le 31 octobre 1957, mais le lancement n'eut lieu que le 3 novembre 1957. Elle fut lavée soigneusement et désinfectée aux endroits où se trouvaient installées les électrodes. Laïka était sous haute surveillance ! De nombreux fils émanant de son costume devaient informer les scientifiques de son rythme cardiaque, de sa fréquence respiratoire, de ses activités motrices et de sa pression artérielle. Une caméra et un émetteur radio permettaient, au travers d'un hublot de verre, d'observer ses faits et gestes. Évidemment, d'autres instruments de mesure calculaient la température de la cabine ainsi que la pression atmosphérique. Des spectromètres évaluaient l'émission de rayons X et d'ultraviolets émis par le Soleil. » Les caractéristiques techniques de Spoutnik 2 étaient les suivantes : période de révolution initiale : 103,3 minutes (1h 43,3m) ; périgée initial : 224 km ; apogée initial : 1 670 km ; inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 65,33° ; masse : 508 kg. Spoutnik 2 effectua 2 368 révolutions autour de la Terre en 162 jours au cours desquels il parcouru 120 millions de kilomètres. Il s'est consumé au-dessus des Antilles le lundi 14 avril 1958. Sa destruction fut fortement photographiée. Voici par exemple deux photographies prises alors de cet exceptionnel "météore" : Et Laïka dans tout ça ? Eh bien, ce fut la plus grande erreur des communicants scientifiques soviétiques. Dans un premier temps ils firent croire aux journalistes américains - qui étaient très curieux sur le sort réservé à cette chienne - que tout avait été prévu pour la ramener saine et sauve sur Terre. Ensuite, ils durent admettre qu'en réalité rien n'avait été prévu pour cela... Mais le plus gros - et le plus scandaleux !!!... :mad: - mensonge des Soviétiques fut de cacher la fin de Laïka : ils affirmèrent qu'elle était morte après dix jours de vol spatial (ils précisèrent même que la chienne était morte par un poison mélangé à sa nourriture afin de ne pas la faire souffrir lors du retour dans l'atmosphère). En réalité - et cela ne sera révélé seulement qu'en 2002 par le docteur Dimitri Malachenkof - la pauvre Laïka est morte dès la cinquième heure du deuxième vol spatial ; les Soviétique eurent le culot de diffuser le son des battements de son cœur pour prouver qu'elle était toujours vivante plusieurs jours après sa mort !!!... :mad: Permettez-moi de faire état d'un souvenir personnel : à l'époque (j'avais tout juste huit ans) j'écoutais avec attention les explications données par le journaliste scientifique de Radio-Luxembourg, Lucien Barnier, sur le vol de Laïka, et lorsque j'ai appris - sans doute au troisième ou quatrième jour de la mission - que rien n'avait été prévu par les Soviétiques pour récupérer la pauvre Laïka j'ai détesté les Soviétiques qui n'étaient que des scientifiques sans aucune parcelle de chaleur humaine au fond de leurs cœurs... Je ne fus sans doute pas le seul petit garçon à avoir été ému par le sort tragique de la pauvre chienne Laïka. :cry: Pardonnez-moi ce souvenir personnel, mais ça m'a fait du bien de ressortir cela 54 ans après le vol de Spoutnik 2. Sinon, par rapport à Spoutnik 1, Spoutnik 2 avait un "plus" : un appareil de détection des radiations cosmiques. Seulement il n'avait point d'appareil enregistreur pour les garder en mémoire et ne faisait que de les diffuser en direct par des signaux codés que seuls les Soviétiques pouvaient interpréter. Or lorsque Spoutnik 2 survolait le territoire le l'Union Soviétique il était proche du point le moins élevé de son orbite (le périgée) à 212 km environ et alors il ne détectait aucune radiation et donc ne transmettait rien, alors que quand il était proche de son apogée (vers 1 160 km) il captait parfaitement les radiations (qu'on appellera ensuite les "ceintures de Van Allen", qui seront découvertes lors du vol du premier satellite artificiel américain "Explorer 1" lancé le 1er février 1958) et transmettait cette information par radio. Cela fut parfaitement capté en Australie et en Amérique du Sud mais les scientifiques de ces pays ne pouvaient pas les interpréter, ignorant la "clef de décodage" de ces signaux... Eh oui !... Il ne faut jamais oublier qu'on était alors en pleine "guerre froide" et que la "conquête de l'espace" en était un élément essentiel. :( Deux à zéro, après les succès soviétiques de Spoutnik 1 et de Spoutnik 2 les officiels américains pressèrent donc l'US Navy d'envoyer très rapidement leur premier satellite artificiel, et en tout cas avant la fin de 1957 !… Cette pression lui fut hélas fatale… * 2.3) vendredi 6 décembre 1957 : le lancement raté de "Vanguard 1A". L'Amérique est humiliée !... Le vendredi 6 décembre 1957 allait être la journée de la revanche des États-Unis : non seulement ils allaient réussir eux aussi à envoyer un satellite artificiel, mais, certains de la fiabilité de leur technologie, ils allaient convier le monde entier à y assister (alors que les deux lancements soviétiques s'étaient effectués dans le plus grand secret, et révélés seulement dès qu'on était certain de leur succès). Et, cerise sur le gâteau, les caméras de la télévision américaine étaient invitées à diffuser ce lancement en direct depuis Cap Canaveral (Floride). A 16h 44m (Temps Universel) les moteurs de la fusée emportent vers l'espace le satellite "Vanguard-1A" une sphère en aluminium de 15,2 cm de diamètre et pesant 1,36 kg. Les trois réseaux télévisés américains (ABC, CBS et NBC) diffusent en direct ce magnifique décollage. Mais, deux secondes après avoir quitté le sol et après s'être élevée d’environ un mètre et vingt centimètres, la fusée composée de trois étages perd de la poussée et commence à retomber en penchant vers l’arrière. Ayant touché violemment la rampe de lancement, les réservoirs de carburant se rompent et explosent, détruisant entièrement la fusée et endommageant gravement la rampe de lancement !… Toute l'Amérique assiste en direct à la télévision à ce désastre technologique sans précédent !… :o Les États-Unis ont été humiliés par la stupide US Navy, dont les responsables ont alors rasé les murs du Pentagone dans les jours suivants… :confused: Une véritable hystérie secoue alors les États-Unis : les Russes peuvent leur envoyer des fusées porteuses de bombes atomiques et eux se révèlent incapables d'envoyer une fusée à plus de deux mètres de hauteur !… :o Le seul gagnant de ce désastre fut le satellite Vanguard-1A lui-même : éjecté de la fusée lors de l'explosion, sa coque a bien résisté et ses émetteurs ont bien fonctionné !… L'émotion causée par cet échec aux États-Unis sera telle que la presse américaine la comparera une deuxième fois à Pearl Harbor… :( L'Américain le plus vexé par cet échec fut bien sûr le Président des États-Unis Dwigth David Eisenhower. Quatre jours après ce nouveau Pearl Harbor technologique, le mardi 10 décembre 1957 il ordonna au ministre de la défense de lever immédiatement l'embargo qui frappait l'équipe de Wernher von Braun et de lui donner l'ordre de procéder le plus vite possible au lancement d'un satellite artificiel américain. Voici deux vidéos, avec des commentaires américains, de ce lancement raté : d'abord une vidéo en noir et blanc, puis une vidéo en couleur. "http://www.youtube.com/watch?v=JK6a6Hkp94o&feature=player_embedded" via YouTube ERROR: Si vous lisez ce texte, YouTube est hors-ligne ou vous n'avez pas installe Flash "http://www.youtube.com/watch?v=zVeFkakURXM&feature=related" via YouTube ERROR: Si vous lisez ce texte, YouTube est hors-ligne ou vous n'avez pas installe Flash L'année 1958 verrait-elle la revanche des États-Unis ? :?: Roger le Cantalien.
  5. La revue périodique de la Société astronomique de France (S.A.F.) “l'Astronomie” numérisée Bonjour à toutes et bonjour à tous , Que vous soyez ou non membres de la Société Astronomique de France (S.A.F.), fondée par Camille Flammarion le vendredi 28 janvier 1887 à huit heures et demie du soir il vous est peut-être arrivé de vous demander s'il vous était possible de consulter sur votre écran d'ordinateur les très vieux exemplaires de sa revue périodique “L'Astronomie” ? Eh bien, oui c'est possible !… :be: Et cela grâce à deux sites Internet : ◊ tout d'abord le site Internet “Gallica” de la BNF (Bibliothèque Nationale de France). Le site “Gallica” a en effet numérisé pas moins de 58 années entre 1887 et 1945 :D (il manque hélas l'année 1890… :( ) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343482520/date.r=. ◊ ensuite le site Internet américain “ADS” (SAO/NASA Astrophysics Data System) : http://adsabs.harvard.edu/bib_abs.html. Voir par exemple la première année d'existence de “L'Astronomie” en 1887 : http://adsabs.harvard.edu/cgi-bin/nph-abs_connect?version=1&warnings=YES&partial_bibcd=YES&sort=BIBCODE&db_key=ALL&bibstem=l%27Astronomie&year=1887&volume=&page=&nr_to_return=200&start_nr=1. Ce site Internet américain “ADS” a numérisé les numéros de “L'Astronomie” entre 1887 et 1988. A noter en plus que le site Internet “Gallica” de la BNF (Bibliothèque Nationale de France) a numérisé treize années (de 1882 à 1894) de “L'Astronomie” (dont les cinq années, entre 1882 et 1886, d'avant la création de la Société Astronomique de France) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34409538v/date. Roger le Cantalien.
  6. Pas le guitariste des Stones, heing! un astram anglais qui rend hommage aux "ancien(e)s" de l'astronomie Aujourd'hui est l'anniversaire de la découverte, le 6 novembre 1892, de comète 17 P Holmes par l'astronome amateur anglais Edwin Alfred Holmes. avec un beau dobson de bois
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.