Jump to content
  • Guest
    Guest

    GSO 200/800 sur SkyView Pro

       (0 reviews)

    Comme promis il y a quelques semaines (avant la coupure de WA), voici les premiers tests effectués avec mon GSO 200/800 sur sa monture Sky View Pro. 

    Remarque :
    je n'ai pas vraiment pu observer avec (à cause du mauvais temps évidemment), j'ai pour l'instant fait des tests de jours, j'ai observé deux soirs dehors quelques jours avant la Pleine Lune il y a deux semaines (donc impossible de faire du ciel profond), puis un soir par la fenêtre de la chambre il y a deux jours et enfin hier soir dehors (mais là, ciel très couvert et lampadaires).

    Livraison :
    l'ensemble, commandé chez Teleskop Service, est arrivé au bout de 6 jours, sous forme de deux cartons :
    - 1 carton contenant le tube, les anneaux, le chercheur, la queue d'aronde, un tube allonge de 35 mm et un Plössl GSO de 25 mm
    - 1 carton contenant la monture avec trépied, 3 contrepoids, les moteurs et le viseur polaire.

    Monture Sky View Pro:
    plusieurs tests ont déjà été publiés sur cette belle monture, je ne développerai donc pas trop. Je dirais simplement que le trépied et la tête de la monture donne une impression de grande stabilité, le montage est très facile, les cercles de coordonnées sont effectivement bien larges, chouette ! Les deux cercles sont mobiles, je suis surpris car sur l'EQ3-2, le cercle des déclinaisons était fixé, il faudra donc calibrer les deux cercles pour faire du pointage.

    Tube GSO 200/800 :
    un beau tube blanc, qui semble solide et bien conçu. Il pèse son poids, mais n'est finalement pas si lourd, et ne mesure que 73 cm de long. Cette faible longueur le rend facile à transporter. Il a un grand miroir au fond laugh.gif , marqué au centre. Voilà qui pourra rendre des services pour la collimation ! Le porte-oculaire est un crayford, au coulant 50,8 avec un adaptateur 31,75. Après, il faut fixer les anneaux sur la queue d'aronde puis sur le tube, puis installer le tout sur la monture. C'est la première fois que j'utilise une queue d'aronde (le 130/900 était fixé par des colliers vissés directement sur l'EQ2 et l'EQ3-2), j'ai l'impression que tout va se casser la figure dés que j'aurais lâché le tube... et pis non, ça à l'air de tenir ! Ouf ! Ah oui, dernière chose, il y a un petit ventilateur à l'arrière du téléscope, destiné à accélérer sa mise en température. Il fonctionne avec un bloc de 8 piles LR6. 

    Equilibrage du tube :
    dans le carton, il y a 3 contrepoids. Au début, je n'avais trouvé que les deux contrepoids de 3,5 kg. Là, le tube était trop lourd : les freins ouverts, le tube bascule complétement ! Après quelques instants de sueur froide, je m'aperçois qu'il y a un troisième petit contrepoids de 1,8 kg dans le carton. Je le rajoute et là, ça tient ! Le tube avec colliers, chercheur, queue d'aronde pèse 8,7 kg d'après Teleskop Service, donc il faut bien ça pour équilibrer le tout. Finalement, l'équilibrage sur les deux axes se fait assez facilement, et les deux freins ouverts, le tube reste quasiment stable dans n'importe quelle position. Cependant je me suis aperçu que si je tourne le tube dans les colliers de façon à amener le chercheur et le porte-oculaire d'un même côté par rapport à la tête de la monture, là le déséquilibre devient beaucoup plus important. Bref, l'équilibre reste assez facile à faire, mais on sent qu'on n'est peut-être pas loin du poids maximal que la monture peut supporter sans trop de contrainte (je le savais, GG me l'avait dit). Je me demande d'ailleurs si je ne vais pas aller acheter un ou deux contrepoids de 5 kg pour n'avoir que deux contrepoids à transporter plutôt que trois.

    Réglage du chercheur :
    le chercheur est un 8x50 (qu'il est gros !), qui se fixe sur le tube par un système type queue d'arronde, ce qui se fait très facilement. Au début, il était flou. Il faut déverrouiller une bague à l'avant, ce qui permet ensuite de tourner le bout du tube pour faire la netteté. Une fois que la MAP est bonne, on verrouille la bague et là, plus besoin d'y toucher. Après, il faut l'aligner, et là, quel bonheur ! Il y a en dessous une vis métallique qui fait comme un ressort, et on a juste à tourner les deux vis plastique du dessus pour aligner le chercheur. C'est la première fois que je vois un chercheur si facile à aligner ! Ce système est génial ! En 20 secondes, on a aligné le chercheur, c'est que du bonheur ! Visuellement, on en voit des étoiles là-dedans ! Le soir où j'ai regardé par la fenêtre de ma chambre, le Scorpion se levait juste en face. En pointant Antarès, on percevait nettement près d'elle la présence de l'amas globulaire M4 dans le chercheur.

    Porte-oculaire :
    le porte-oculaire est un crayford, il y a une vis pour verrouiller la MAP et une autre pour régler la tension du Crayford. Les molettes sont très douces, parfois trop, le porte-oculaire semble parfois tourner dans le vide si on desserre trop la tension. Il est très sensible, on perd facilement la MAP on dirait. Peut-être faudra t'il penser à investir plus tard dans un moteur de MAP ? ...
    La mise au point en visuel est impossible sans le tube allonge de 35 mm fournit avec le téléscope ! Je me demandais à quoi il servait, j'ai compris... On insère donc le tube allonge dans le coulant 50,8, puis l'adaptateur 31,75 dans le tube allonge et là, on peut atteindre le foyer en visuel.

    Vérification de la collimation :
    j'ai voulu vérifier la collimation avec mon oculaire de collimation. Apparement, il semble que le secondaire soit très très légèrement décollimaté, puisqu'un tout petit bout du miroir est caché, et le primaire me semble assez décollimaté, puisque le marquage du centre du primaire n'est pas du tout au centre de l'oculaire. Bon, je décide de ne rien toucher pour l'instant.

    Viseur polaire :
    le viseur polaire se visse dans la tête de la monture. C'est un viseur avec la Grande Ourse et Cassiopée dessinées à l'intérieur, apparement c'en est fini des réglages de longitude, heure, date... comme sur l'EQ3-2. J'ai cependant un doute sur la précision d'un tel système... Le viseur n'est pas du tout aligné, et là, mauvais point : il n'est indiqué nulle part dans la notice que le viseur doit être aligné !!! Comment font les débutants qui ignorent ce détail ? Pas bien ça monsieur Orion ! En plus, c'est un peu casse-pied à aligner. De jour, je pose ma monture sur la terrasse et j'oriente le viseur vers le sommet d'une montagne, puis il faut l'aligner en tournant des vis minuscules avec un clef... minuscule elle aussi ! Je passe bien une demi-heure à obtenir un alignement satisfaisant, et encore, j'ai l'impression que c'est pas parfait parfait... Tant qu'à être dans les points négatifs, le bouchon du viseur polaire tient vachement mal en plus ! Et dommage qu'il n'existe pas de système pour l'éclairer ! Voilà pour les mauvais points...

    Moteurs :
    le moteur en AD est très facile à installer, et en plus il s'installe sous le capot de la monture qui est ensuite revissé par dessus, ce qui fait que le moteur n'est pas à l'air libre, mais protégé par le capot. J'aime bien ! Par contre, le moteur en DEC me pose un gros problème, j'ai beaucoup de mal à le fixer de façon à ce que les roues dentées se croisent bien ! Ca m'énerve un peu ça... Finalement j'y parviens, mais la plus fine des deux roues dentées dépasse un petit peu de la roue plus large... Si ce moteur m'énerve, je ferai comme sur l'EQ3-2, je le virerai... On verra à l'usage ! Les deux moteurs peuvent être débrayés, et la monture peut être tournée manuellement en AD et en DEC à l'aide de deux boutons manuels. Pratique en cas de panne de batterie. Les moteurs sont alimentés par un classique bloc de 4 piles, et la raquette comprend quatre boutons pour se déplacer dans les 4 directions et 3 vitesses de déplacement.

    Premiers essais :
    j'ai donc fait quelques essais de nuit il y a deux semaines, malheureusement c'était presque la Pleine Lune. Seules choses à voir : la Lune, Saturne et Jupiter. Quand je pense que c'est un scope spécialement dédié au ciel profond ...
    L'horizontalité du trépied a été très facile à régler avec un petit niveau sur la monture, le réglage des pieds en hauteur est très agréable. J'ai ensuite fait ma première mise en station (sans le tube sur la monture) au viseur polaire. C'est très simple et très rapide ! Par contre, je me demande à nouveau si c'est suffisamment précis... Bref, ceci fait, je place le tube et je pointe Jupiter, et enfin j'enclenche les moteurs. Premiers essais de la raquette : les moteurs réagissent bien, y compris ce moteur en DEC. Bon, ça va, je suis rassuré. Je mets mon oculaire Antarès de 5,7 mm, ce qui me procure un grossissement de 140x, et je centre Jupiter. Ensuite, je laisse le tube tourner environ 15 minutes, avant de retourner jeter un oeil à l'oculaire. Jupiter semble toujours bien au centre de l'oculaire, bon, le suivi à l'air de bien se passer ! Par contre, je n'arrive pas à obtenir une image nette. Et j'ai des problèmes avec le crayford, j'ai l'impression que parfois il ne tourne pas. Cela s'améliore en serrant la vis de réglage de la tension. Bizarre quand même !

    Cercles de coordonnées:
    d'abord, sur le cercle AD, il y a deux échelles de graduation. Il faut utiliser l'échelle du bas. Ensuite, sur le cercle DEC, il n'y a pas de problème, mais il faut le calibrer du bon côté ! Je fais un premier test en pointant M53, petit amas globulaire. Il est facilement reconnaissable, mais pas vraiment observable étant donné la lumière de la Lune. Je calibre mes cercles, puis je décide de pointer Arcturus, par très loin de lui. Je desserre les freins, je tourne le tube pour afficher les coordonnées d'Arcturus, je regarde dans l'oculaire (là j'ai mis le 25 mm, grossissement de 32x), et hop : Arcturus est pile au centre de l'oculaire ! Je me dis que c'était trop facile, les objets étants trop proches. Je décide de pointer M81, qui est carrément de "l'autre côté" du ciel. Je tourne à nouveau mon tube, j'affiche les coordonnées de M81, je regarde dans l'oculaire... et je vois M82. M81 se trouve tout en bord de champ... C'est pas si mal !!! Pas mal ces cercles... et pas mal non plus finalement ma mise en station !

    Star-Test :
    je repointe Arcturus, et décide de la grossir, afin de vérifier en visuel la collimation du téléscope (c'est ce qu'on appelle un Star-Test, non ?). Et là, en défocalisant, j'aperçois une belle image... typique d'un téléscope non collimaté. Je vois un ovale, avec le reflet noir du secondaire qui se trouve à gauche de cet ovale. Bref, il va falloir passer à l'étape suivante, la ...

    Collimation de jour :
    je décide donc de me jeter à l'eau et de tenter la collimation de jour, le lendemain. Avec l'oilleton de collimation, je commence par tenter un réglage du secondaire. Bon, les vis sont assez dures à tourner, mais le secondaire est presque centré au départ. Je tourne successivement les trois vis jusqu'à ce que je vois entièrement le secondaire. Pouf, pas facile. Puis, je passe au réglage du primaire. Là, la marque du centre du miroir est complètement décalée par rapport au centre de l'oculaire. A l'arrière du miroir, il y a trois petites vis qui fixe le miroir. On les dévisse à la main facilement, sans problème. Puis, il y a trois grosses vis qui se tournent à la main. Et là, c'est extrèmement facile !!! Ces vis tournent facilement, tout en douceur, et là, en 30 secondes, j'amène le centre de l'oculaire au centre du miroir. Tout semble bien centré, bien aligné dans l'oilleton. Que c'est facile avec ce système. Je n'ai plus qu'à resserrer les 3 petites vis, et voilà ! Le système de collimation du primaire est vraiment excellent !!! Ca donne envie de collimater son téléscope ...

    Essais récents :
    j'ai donc sorti deux fois le téléscope cette semaine.
    La première fois, j'ai observé par la fenêtre de ma chambre (pas bien...), mais c'était pour zieuter le Scorpion juste en face. En fait, je n'ai pu voir que M4. Celui-ci était visible au chercheur déjà. Je l'ai observé à 32x, puis avec mon oculaire Antarès de 8,6 mm (autour de 90x...). Je me souviens d'avoir lu quelqu'un qui disait qu'en visuel, il n'y avait pas une grosse différence entre un 130 et un 200 ... Je crois qu'il a mal regardé !! M4 se voyait très bien en vision directe, c'est un amas peu constrasté mais il était en grande partie résolu. De plus, une tâche grise était nettement visible près d'Antarès à 25x, il doit y avoir un petit amas globulaire NGC quelque chose par là, entre Antarès et M4... qui se percevait nettement, bien qu'étant très faible. Bref, M4 est vraiment le seul objet que j'ai pu observer pour l'instant, mais ça me donne envie d'en voir plus !!
    La seconde fois, hier, le ciel était plein de nuages, mais j'ai refait un essai de mise en station et de pointage par coordonnées, et là encore, pas mal ! J'ai calibré mes cercles sur les étoiles de la Grande Ourse (j'avais inversé le cercle DEC quand même au début...), puis j'ai cherché M82 en visuel. Ensuite, j'ai lu sur les cercles les coordonnées affichées, et j'ai vérifié dans le bouquin : les coordonnées étaient bien celles de M82. Pas mal !

    Webcam :
    bon, je n'ai donc pas pu faire de test de photo à la webcam, mais j'ai fait des essais de MAP de jour. J'ai donc pointé le scope sur le sommet d'une montagne au loin, puis j'ai essayé de faire la MAP la plus précise possible, et j'ai fait une petite marque sur le porte-oculaire au feutre. Je suis prêt pour la photo au foyer !
    Ensuite, j'ai testé avec le réducteur de focale. Comme je le pensais, la MAP s'est révélée impossible avec la présence du tube allonge, mais une fois enlevé le tube, la MAP est parfaitement possible. Je vais donc pouvoir faire de la webcam au foyer et aussi avec le réducteur de focale, je suis impatient aussi de tester cela... 

    Oculaires :
    un dernier mot sur les oculaires. J'avais lu qu'avec un F/D 4, il y avait beaucoup de coma en bordure de champ. Effectivement, j'ai constaté cela avec mes oculaires de 25 mm et de 20 mm, sans que cela soit trop gênant.
    J'avais lu également que les oculaires Antarès fonctionnaient mal avec des rapports F/D faibles. Pour l'instant, je n'ai rien constaté de tel avec les 8,6 mm et 5,7 mm, bien que je n'ai pas vraiment observé dans de bonnes conditions...
    Enfin, pour grossir 200x et un peu plus, je me suis acheté un oculaire Baader Hypérion de 3,5 mm (grossissemment 228x), ayant lu qu'il fournissait un grand champ et fonctionnant bien pour des rapports F/D faibles, pour un prix "raisonnable" (130 € quand même). Problème auquel je n'ai pas prêté attention : l'oculaire est TRES LOURD (j'ai même cru que c'était un coulant 50,8 mm quand je l'ai déballé...). Résultat : quand je mets l'oculaire, il déséquilibre le téléscope !!! Je suis obligé de déplacer les contrepoids pour pouvoir l'utiliser. Bon, je n'ai pas pu vraiment encore observer avec, mais je me demande vraiment si je n'ai pas fait une bêtise en achetant cet oculaire !

    Bref, ce sera tout pour aujourd'hui, dés que j'aurais vraiment pu faire quelques vrais scéances d'observation (aux RAP j'espère), je vous tiendrais au courant !


     



    User Feedback

    Join the conversation

    You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

    Guest

×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.