Jump to content
  • Guest
    Guest

    Kepler 300mm

    Sign in to follow this  
       (0 reviews)

    Matériel utilisé : Dobson Kepler 300mm retouché JML Hilux + oculaires Antarès w70 19mm et Plossls « de base » 9mm.

    Utilisation :

    Je procède, pour démarrer, à un test rapide du power switch sur la lune : MAP ok pour les positions 2x et 2,5x mais impossible en position 1,4x. Il faut donc modifier la focale de l’OCS qui est pourvu d’un long filetage et d’une bague de blocage prévus pour. Quelques essais plus tard, toutes les MAP sont finement accessibles.

    Vient ensuite le réglage de la MAP individuelle de chaque œil : cache sur l’oculaire droit, je mets au point l’œil gauche avec la MAP du télescope puis positionne le cache sur l’oculaire gauche afin de procéder à la mise au point de l’œil droit grâce au SCD (bague de MAP sur la bino). Pas très évident à régler au début, il m’aura fallu, pour y parvenir, serrer sans forcer les deux bagues SCD (et égaliser ainsi les MAP droite et gauches), repérer à 12h avec un trait sur la bague SCD en face d’un autre sur le PO de la bino puis desserrer les bagues de deux tours en prenant soin de réaligner à 12h. On créé ainsi une marge de réglage avant / arrière en plus d’un ensemble repéré / étalonné. On peut d’ailleurs regretter que la bino ne soit pas graduée d’origine, surtout lorsque l’on observe à plusieurs avec des réglages propres à chacun. Le réglage inter-pupillaire est lui par contre très intuitif.

    Observation :

    Sur la Lune, les images sont décapantes. Le power switch est une merveille à utiliser : plan large (1,4x) sur notre satellite qui tient en entier dans les w70 19mm, on vise un ensemble de cratères au relief prononcé, on passe au plan intermédiaire (2x), réajuste la MAP du télescope, on admire puis on s’approche en rase motte en switchant à 2,5x. L’image est ahurissante de détails et turbule à peine. Le confort d’utilisation fait que l’on prend amplement le temps d’apprécier chaque relief, d’en disséquer les environs tels que la projection des ombres, la direction d’impact de tel petit cratère, la parfaite et reposante planéité de telle mer ; le tout sans éprouver le moindre besoin de « reprendre son souffle » qui fait d’une observation monoculaire une quasi séance d’apnée. Je me suis pris à imaginer des oculaires sur la lentille desquels s’inscriraient, façon Terminator, des informations évoluant au gré de la pérégrination Sélène. L’outil parfait de reconnaissance géographique Lunaire.

    Pour changer les oculaires et pour des raisons pratiques, j’ai rapidement pris l’habitude de les serrer à peine dans chaque PO de la bino. A ce propos, il se peut que l’on voit, par exemple, deux Saturnes au lieu d’une (surtout avec des oculaires cheap), il suffit alors de tourner un oculaire sur lui-même pour réunifier l’image. En ce qui concerne la buée, je n’ai eu aucun souci en prenant les précautions nécessaires (remettre les caches sur les PO, oculaires rangés lorsqu’ils ne servent pas etc…).

    Avec les Plossls 9mm et toujours sur la Lune, les résultats sont spectaculaires. Malgré les conditions météo très moyennes (du point de vue de la turbulence), la bino, épaulée par le miroir à L/16, m’offre une intensité d’observation comparable au souvenir que j’ai d’une matinée où la turbulence était quasiment inexistante et m’avait permis de grossir Saturne et la Lune, en vision monoculaire, jusqu'à 800x. Mémorable. Sportif au dobson mais mémorable.

    Saturne est belle en bino mais elle l’est déjà facilement en mono. Le disque devient sphère, le relief apparaît subtilement, visible notamment grâce à l’ombre de la planète sur ses anneaux. Ses détails sont habituellement nettement plus accessibles que ceux de Jupiter qui a trop souvent la mauvaise idée d’être sponsorisé par Blédina. C’est d’ailleurs sur cette dernière, même en mauvaise position dans le ciel puisque culminant à 25° de hauteur en ce moment, que l’on constate une grande amélioration. L’image, plus stable, ne demande quasiment plus d’efforts rétiniens pour ressembler à ce que l’on est en droit d’espérer. J’ose à peine imaginer le résultat lorsque la géante gazeuse culminera au zénith dans des conditions atmosphériques valables.

    En ce qui concerne le ciel profond, je n’ai pas encore eu l’occasion d’observer dans de bonnes conditions (Lune, voiles nuageux ou pollution lumineuse) mais cela ne m’a pas empêché d’apprécier l’immersion plus intense, la sensation de relief avec des étoiles (les plus brillantes) qui semblent être au premier plan notamment avec les amas ouverts comme les Pléiades ou M36.

    Les amas globulaires vous ont plu en monoculaire ? Ils vont vous enivrer en bino. M3 avec les 19mm : toutes les positions du power switch y passent, certes c’est pas le kamasoutra y’en a que 3 mais c’est à chaque fois du plaisir, pour des raisons différentes : L’objet et son environnement, l’objet plus résolu, nez contre l’objet. Regard légèrement décalé pour résoudre encore un peu plus M3, paumé à jamais dans son infini sidéral jusqu’à ce que… me viennent l’idée de pointer M13. Le grand, le beau, le magnifique M13, plus facile à résoudre, m’absorbe le regard, m’hypnotise et me noie dans ses méandres. Petit essai avec les plossls. Bof. Trop peu de champs avec leur 52°. Autant je l’oublie en planétaire, autant pour les globulaires, de l’air, de l’air.

    M42 étale son envergure dans le grand champ du double w70 19mm, elle semble y être à son aise, elle sait qu’elle est la bienvenue. M51 n’a pas daigné me montrer ses bras en bino comme en mono (ciel de campagne peu transparent), la luminosité de l’objet différait peu, on verra lorsque les conditions seront plus clémentes.

    Conclusion :

    Les croas écris par les utilisateurs de bino insistent souvent sur la Lune et le planétaire, ce que je comprends vu l’accès aux détails permis par une bino, la Lune devient un objet à part de toute première importance et Jupiter est enfin décryptable. Le ciel profond est sublimé, la fatigue oubliée bref, on reste rivé pendant des heures les yeux sur les oculaires signe d’observations de qualité.

    3ème partie : Récapitulatif des options et expérience d'achat directement chez Denkmeier, coming soon.

    Sign in to follow this  


    User Feedback

    Join the conversation

    You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

    Guest

×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.