Jump to content
  • Guest
    Guest

    Skywatcher 254/1200 sur Eq6

    Sign in to follow this  
       (0 reviews)

    Cet instrument a été acquis en février 2005 mais il était en stock depuis 2004 chez le commerçant : je pense qu’il s’agit donc d’une version 2004, ceci dit pour pouvoir éventuellement comparer avec des versions ultérieures.
    Cet achat a été réalisé pour une utilisation principale en visuel.

    1/ Le tube optique

    A. Le tube


    Il est en métal, mesure 113,8 cm de long (bouchon compris) pour un diamètre externe de 29 cm, et pèse environ 13,5 kg, ce qui en fait un des plus lourd de sa catégorie, à diamètre égal. Deux solides colliers sont livrés avec une queue d’aronde mâle de 33,4 cm. Ces colliers disposent de deux trous pour vis « pas Kodak » sur le dessus pour fixer par la suite soit un boîtier photo soit d’autres instruments comme une lunette guide …
    A l’usage, il faut faire attention à ne pas choquer trop fort le tube en tôle qui se déforme facilement !
    Pour le transport, il rentre en largeur sur la banquette arrière d’une 206, avec de la marge.

    B. La mise au point (M.A.P.)


    Elle se fait à l’aide d’un porte oculaire (P.O.) massif à crémaillère, à double coulant (50,8 et 31,75 mm) ; un système de bagues interchangeables disposant de gorges « arondes » permet de passer d’un à l’autre, deux vis bloquant l’élément dans le P.O. Si l’on change souvent de coulant durant une nuit, cette opération deviendra vite fastidieuse … Les oculaires sont maintenus avec deux vis latérales sur chaque bague, j’aurai préféré un système à serrage annulaire.
    En dévissant le tube allonge 31,75 mm, on découvre un filetage 42 mm qui peut accueillir directement une bague T2 de boîtier pour la photo au foyer. La mise au point est possible autant avec un argentique qu’un numérique (testé avec Canon EOS 500n argentique, 300 D et 350 D).
    La crémaillère présente un shifting important qui devra être amélioré pour profiter pleinement des possibilités du télescope ; le remplacement des deux « cales » de glissement par d’autres en Téflon est déjà bénéfique, mais j’ai changé ce P.O. contre un Crayford avec démultiplication. Suppression du shifting, et en plus on gagne une bien meilleure précision de mise au point, surtout à fort grossissement. A noter qu’il faudra rajouter à ce Crayford (un GSO/Kepler) un tube-allonge (au moins 3 cm) pour pouvoir faire la M.A.P. en visuel !
    Dernier point, ce P.O. à crémaillère est collimatable (il doit être perpendiculaire au tube) grâce à trois vis sur le pourtour de sa base : cette opération devra être réalisée si l’on note une différence de collimation entre un oeilleton et un laser par exemple (l’un est OK mais pas l’autre), ce qui était mon cas !

    C. Le chercheur


    C’est un 9 X 50 des plus honorable au niveau luminosité ; son support de fixation est muni d’un piston à ressort qui permet de le régler très rapidement en n’agissant que sur deux vis, très pratique ! Je l’ai néanmoins « accompagné » d’un Telrad, les deux se complétant parfaitement !

    D. L’optique


    De type Newton, focale 1200 mm pour un diamètre annoncé de 254 mm : F/D 4,7. Après mesures du secondaire, on obtient une obstruction réelle de 22,4 %.
    Sur cet appareil, faire la collimation est facile : le secondaire se règle comme la plupart des Newtons avec trois vis Allen (clé fournie). Le barillet du primaire (trois points classique) est muni de 3 vis de blocage et 3 poussantes/tirantes avec ressorts, toutes avec des têtes moletées qui rendent inutiles le tournevis ; et dans l’obscurité, quel plaisir ! Avec un laser, il s’avère que l’œillet est correctement positionné au centre du primaire ; attention quand même, le shifting du P.O. d’origine est à prendre en compte lorsqu’on utilise ce fameux laser ! La collimation tient relativement bien dans le temps, selon bien sûr la qualité des routes et chemins parcourus !
    Le barillet :
    pict1kd2.jpg
    Le barillet trois points ne semble pas engendrer de déformations ; le miroir est retenu à l’avant par six pattes réglables (deux vis par patte, à ne pas trop serrer, un jeu de 1 mm est confortable), et le tout se démonte facilement en enlevant six vis sur le pourtour externe du tube.
    Jeu d'une des pattes de maintient :
    pict22os6.jpg
    Le primaire fait 27/28 mm d’épaisseur et 258 mm de diamètre total, avec un chanfrein d’1 mm. Il repose sur trois grosses pastilles de liège.
    A l’achat, il n’y avait pas de ventilateur de mise à température, malgré la présence de 4 trous filetés (3 mm) : j’en ai rajouté un de 8 cm récupéré sur un vieux PC, il s’adapte parfaitement. On peut ainsi gagner ½ heure sur la mise en température.
    Il m’est souvent arrivé la mésaventure de ne plus pouvoir observer lors de nuits humides à cause de l’embuage rapide du secondaire ; une résistance chauffante (puissance 1,4 watts, 1 w. suffirait peut-être) a été collée au dos de celui-ci et a réglé le problème.

    Au niveau qualité optique et après de multiples star-tests (grand merci à Raphaël Guinamard pour ses lumineuses explications, voir ce lien :  http://astrosurf.com/diapoastro/liste.html choisir « Star Test »), il apparaît que le miroir souffre d’une petite aberration sphérique ; la bonne surprise est qu’on obtient tout de même de beaux résultats en visuel que ce soit en planétaire/Lunaire ou en ciel profond. 
    Les surfaces de Mars, Jupiter et Saturne sont assez contrastées, et le piqué devient joli lors des trous de turbulence. A noter toutefois un peu de diffusion avec les objets très brillants, l’état de surface doit être moyen voire passable … Quand la turbulence est bonne, on arrive à pousser le grossissement jusqu’à X 480, et il y aurait encore de la marge.

    2/ La monture

    Beaucoup connaissent maintenant l’EQ 6 (idem que l’Atlas EQ G ou autres du même calibre !), monture de type équatoriale, calibrée « tracteur » : elle pèse dans les 18 kg facilement ! Je parle ici de la version de base, non GoTo dont la raquette possède 4 touches directionnelles et 3 vitesses (16 X, 8 X et 2 X) et se connecte directement sur la monture avec une prise RJ 15 (type « téléphone »). A la longue, une des touches se retrouve avec quelques faux contacts … L’étagement des vitesses est suffisant pour du visuel.
    La motorisation, contrairement à d’autres montures, ne transmet pas de vibrations au tube : coup de chance ?! J’ai cependant noté du backlash en A.D., faudrait recaler la mécanique …
    Le tout est livré avec un rack pour des grosses piles 1,5 v. : immédiatement remplacé par une batterie 12 v. assurant bien plus d’autonomie !
    Le viseur polaire a dû être ré-aligné grâce aux trois petites vis prévues à cet effet ; la mise en station pour du visuel ne prend alors que 3 ou 4 minutes.
    Côté possibilités de charge, cette monture mérite vraiment son surnom de « mule » ! Elle est prévue pour 18 kg et ça passe sans souci en visuel. En photo, gare aux moindres souffles de vent qui vont alors faire vibrer le tube du fait de son porte-à-faux. Trois contrepoids de 5 kg chacun sont fournis avec ce tube.

    3/ Le trépied

    En tubes alu de gros diamètre avec allonges, poids environ 5 kg ; à la longue, les molettes de blocage arrivent à écraser les tubes qui ont alors beaucoup de mal à coulisser ! Il faut détordre le bazar et/ou renforcer avec des cales internes ces tubes.
    Du point de vue vibrations, un trépied bois serait peut-être une solution intéressante pour gagner encore en stabilité, sans oublier évidemment le poste fixe et son confortable pied-colonne !


    BILAN


    Pour les fanas de l’équatoriale ou du confort que cette monture apporte à forts grossissements, cette configuration est une bonne affaire (tarif de 1400 à 1600 euros selon l’endroit). Le poids de tout le bazar pourra toutefois rebuter certains/certaines (50 kg sans batterie !). 
    Le tube de fabrication chinoise est correct bien que perfectible, ce qui apportera aux bricoleurs de bons moments pour l’améliorer !
    Très bien pour du visuel, il faudra prendre la version GoTo pour espérer faire de la photo (meilleure motorisation), bien que la taille du tube induit un porte-à-faux important : certains amateurs arrivent cependant à de bons résultats à la Webcam.

    Bons cieux !

    Sign in to follow this  


    User Feedback

    Join the conversation

    You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

    Guest

×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.